Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une microhistoire d’Athènes

 | 
Delphine Ackermann

Annexes

ANNEXE I

Inscriptions fragmentaires1

Texte intégral

  • 1 Une dédicace très lacunaire sur une colonne de marbre (IG I3 973, vers 500-480 ?) a été attribuée à (...)

1FR 1*: épigramme funéraire?

2ME 13481.

3Fragment d’une stèle en marbre blanc. Elle est amputée de tous côtés, sauf en haut. On observe des concrétions sur toute la surface inscrite de la pierre. La surface est entièrement lissée. Le côté supérieur (le seul à être conservé) est travaillé au grain d’orge. L’arrière est dégrossi au pic.

4L’inscription est gravée à 0,041 m du sommet. Les lettres sont très serrées, surtout aux l. 1 et 3. Elles sont assez soignées, fines, profondes.

5Dimensions : 0,127 × 0,157 × 0,042. Hauteur des lettres : l. 1 : 0,014 (oméga), 0,015 (iota, mu), 0,017 (alpha), 0,018 (tau), 0,020 (sigma) ; l. 2 : 0,016 (tau), 0,018 (êta, delta), 0,019 (sigma, epsilon) ; l. 3 : 0,014 (tau), 0,015 (omicron), 0,018 (delta, epsilon). Espacement : 0,001 (l. 1 et 3), 0,003-0,005 (l. 2).

6Édition : G. Chrysovitzanos, « Θραῦσμα ἐπιγραφῆς ἀπὸ τὴν Γλυφάδα », Horos 17-21 (2004-2009), p. 251-253 (SEG LIX 317).

7Reproductions : Chrysovitzanos, p. 253 ; fig. 46.

[- - -]Ω̣ΙΜΑ ΣΩΜΑΤΕ[- - -]
[- - - - -]ΤΗΣΔΕ[- - - - - - - -]
[- - - - -]Α̣ τόδε Ι̣[- - - - - - -]
- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Fig. 46. Fragment d’inscription (épigramme funéraire ?) (FR 1).

Fig. 46. Fragment d’inscription (épigramme funéraire ?) (FR 1).

Athènes, Musée épigraphique, no 13481. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.

8L. 1 : dans la première file conservée, il reste la partie supérieure d’une lettre arrondie. Chrysovitzanos penche pour un oméga, mais il n’exclut pas qu’il puisse s’agir d’un thêta ou d’un omicron. Il propose [πρ ?]ώ̣ιμα ou [πέν ?]θ̣ιμα, avec une préférence pour la première restitution car elle s’accorde mieux avec les traces de lettres ; effectivement, la courbure de la lettre ronde me semble mieux correspondre à un oméga. Pour la suite, il propose σῶμά τε[- -] ou σῶματ’ε[- -], préférant la seconde option car il pense que le mot qui précède est au pluriel ; l. 2 : [- - -]της δὲ ou [- - -]τῆσδε Chrysovitzanos. Après le epsilon, on distingue en haut le départ d’une haste horizontale ; Chrysovitzanos suppose un tau ou un zêta, mais on pourrait aussi songer à un xi ; l. 3 : après le epsilon, on distingue la partie supérieure d’une haste verticale, qui pourrait appartenir à un êta, un iota ou un kappa selon Chrysovitzanos ; la haste commence plus haut que les autres lettres de la ligne, contrairement au êta, ce qui me fait pencher pour un iota ou un kappa.

  • 2 Voir le commentaire du numéro 17.

9Le fragment faisait partie du lot que Th. A. Arvanitopoulou a donné à la Société épigraphique grecque en 19882 ; il a été déposé au Musée épigraphique le 24 octobre de la même année.

10L’éditeur date l’inscription de la fin du ve ou du début du ive s., d’après la paléographie. La seconde date me semble préférable : la barre du alpha est droite, les hastes du mu et du sigma sont très écartées, les hastes obliques centrales du mu ne descendent pas jusqu’en bas, l’oméga est un peu plus petit et en arche de pont.

11Selon Chrysovitzanos, il s’agit probablement d’une épigramme funéraire, à cause du mot sôma à la première ligne.

12 

13FR 2*: fragment d’une inscription honorifique?

14ME 13482.

15Fragment constituant l’angle inférieur gauche antérieur d’une base en marbre gris-bleu. Il est brisé en haut, à droite et à l’arrière. La face inscrite et le côté gauche sont lissés. La face inscrite est bien conservée, sauf un éclat à droite.

16Les lettres sont soignées, grandes, fines et profondes.

17Dimensions : 0,069 × 0,145 × 0,153. Hauteur des lettres : 0,009-0,01 (0,007 omicron). Espacement : 0,007-0,008 (0,004 entre le tau et le oméga l. 3).

18Édition : Matthaiou 1992-1998, p. 143-144 no 4 (SEG XLVI 247).

19Reproductions : Matthaiou, pl. XXXII.2 ; fig. 47.

20 

21Stoichedon

ι̣[- - - - - - - - - - - - - - - - - -]
Δημητ̣ρ̣[- - - - - - - - - - - - -]
ὑπὸ τῶν δ[ημοτῶν].

Fig. 47. Fragment d’une inscription honorifique ? (FR 2).

Fig. 47. Fragment d’une inscription honorifique ? (FR 2).

Athènes, Musée épigraphique, no 13482. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.

22L. 1 : dans la 1re file, on voit l’extrémité inférieure d’une haste verticale centrée sur le delta de la ligne suivante, ce qui pourrait en faire un tau ou un iota selon Matthaiou, mais on pourrait aussi penser à un upsilon. Dans la file suivante, exactement au-dessus de la haste droite du êta de la ligne 2, Matthaiou devine l’extrémité inférieure d’une haste verticale (il ajoute un prudent « peut-être »), mais je ne distingue aucune trace de lettre à cet endroit ; l. 2 : Δημητ̣ρ̣[- - - - στεφανωθεὶς] Matthaiou ; du rhô il reste l’extrémité inférieure de la haste verticale. Elle est plus courte que les autres, mais ce doit être un rhô vu le probable tau qui précède. Matthaiou est tenté de restituer, sur la base du règlement religieux 15, l. 16, Δήμητρ[ι Χλόηι]. Il évoque aussi l’idée que le mot puisse être le patronyme du « dédicant », Δημητρ[ίου]. Il rejette bien vite cette idée en faveur de la première, « plus probable » à ses yeux, sans justifier son choix.

23Le fragment faisait partie du même lot que le précédent. Il figure dans les notes et les photos de la donatrice qui accompagnaient le lot ; il provient donc sans doute de Glyphada.

24L’inscription date du ive s. selon Matthaiou. Je propose la première moitié de ce siècle, peut-être le deuxième quart : le mu n’est pas très écarté, le nu est déséquilibré, le omicron est un peu plus petit, la haste verticale droite du pi est assez longue, les hastes obliques du upsilon sont encore droites, le oméga est très légèrement fermé.

25Selon Matthaiou, il s’agit d’une dédicace d’un Aixonéen arrivé au terme de son mandat dans une charge démotique ou autre, et qui a été couronné par son dème. S’il est probable qu’il s’agisse d’une inscription honorifique, rien ne permet d’affirmer que l’on a affaire à une dédicace, en l’absence d’un verbe de consécration, et malgré la restitution hasardeuse de Matthaiou du nom d’une divinité à la l. 2.

26 

27FR 3*

28ME 13483.

29Fragment d’une stèle en marbre blanc brisée sur tous les côtés, sauf à gauche. La surface est bien conservée, sauf un éclat en bas à droite. La face arrière est non travaillée.

30Les lettres sont très soignées, grandes, assez épaisses et profondes.

31Dimensions : 0,073 × 0,104 × 0,041-0,050. Hauteur des lettres : 0,009 (0,007 omicron). Espacement : 0,005-0,01 (0,008 surtout).

32Édition : Matthaiou 1992-1998, p. 144-146 no 5 (SEG XLVI 149).

33Reproductions : Matthaiou, pl. XXXII.3 ; fig. 48.

34 

35Stoichedon

- - - - - - - - - - - - - - - -
ΚΡΑΤΟ[- - - - - - - - - -]
ΙΝΕΣ[- - - - - - - - - - - -]
Ν.Σ̣[- - - - - - - - - - - - -]
- - - - - - - - - - - - - - - -

Fig. 48. Fragment d’inscription (FR 3).

Fig. 48. Fragment d’inscription (FR 3).

Athènes, Musée épigraphique, no 13483. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.

36L. 1 : e.g. [Φιλο]|κράτο[ς] Matthaiou, lequel adopte la terminaison -ος plutôt que -ους pour le génitif en raison de la date supposée de l’inscription ; l. 3 : à l’endroit de la 2e lettre, la pierre est détériorée, mais Matthaiou voit la trace du segment supérieur de la haste verticale d’un iota. Je ne vois pas de trace de lettre à cet endroit. De la lettre suivante, il reste l’angle oblique supérieur d’un sigma, comme l’avait vu Matthaiou.

37Le fragment faisait partie du même lot que les deux précédents. Il ne figure pas dans les notes et les photos de la donatrice, qui accompagnaient le lot, mais Matthaiou pense que le graveur est le même que celui du règlement religieux 15 et conclut que la pierre provient probablement de Glyphada. Cette ressemblance entre les deux inscriptions est toute relative : le nu, par exemple, est nettement déséquilibré ici, ce qui n’est pas le cas dans le règlement religieux.

38Matthaiou date l’inscription du début du ive s., à cause de la forme des lettres et parce qu’il l’attribue à la même main que le règlement religieux. Je pencherais pour le deuxième quart de ce siècle : la haste horizontale centrale du epsilon est encore longue, le kappa a déjà des hastes obliques plus courtes, le nu est déséquilibré, le omicron est un peu plus petit, le sigma a tendance à se refermer.

  • 3 Ainsi chez l’auteur de la notice du SEG, R. S. Stroud, ou encore chez Chankowski A. S. 2014, p. 22 (...)

39Trop peu de lettres subsistent pour déterminer la nature du document. Matthaiou restitue le texte d’un décret honorifique sur le modèle du numéro 16, l. 13-18, au prix de restitutions bien trop audacieuses et qui suscitent le doute chez plusieurs chercheurs3. Mais l’éditeur en est conscient, car à la note 10 il reconnaît qu’on pourrait très bien proposer un tout autre texte, s’il s’agissait d’une loi sacrée par exemple.

40 

41FR 4*

42ME 13480.

43Fragment d’une stèle en marbre blanc, brisée sur tous ses côtés. La surface est bien conservée, sauf un éclat en haut à droite de la pierre et un autre entre les lignes 1 et 2.

44Les lettres sont soignées, fines, assez grandes, peu profondes.

45Dimensions : 0,05 × 0,055 × 0,027. Hauteur des lettres : 0,009 (0,006 omicron). Espacement : 0,007-0,009.

46Édition : Matthaiou 1992-1998, p. 143 no 3 (SEG XLVI 314).

47Reproductions : Matthaiou, pl. XXXII.1 ; fig. 49.

48 

49Stoichedon

- - - - - - - - - - - - -
[- - - -]Ρ̣Υι̣[- - - -]
[- - - -]Π̣ΡΟ[- - - -]
[- - - -]Ι̣Σ[- - - -]
- - - - - - - - - - - - -

Fig. 49. Fragment d’inscription (FR 4).

Fig. 49. Fragment d’inscription (FR 4).

Athènes, Musée épigraphique, no 13480. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.

50L. 1 : après le upsilon, on distingue la trace de l’extrémité inférieure d’une haste verticale centrée sur le omicron de la ligne suivante ; Matthaiou pense qu’il pourrait s’agir d’un tau ou d’un iota, et tente de restituer un nom propre, [Εὐ]ρυτ[ίων], [Εὐ]ρυτ[έλης] ou [Εὐ]ρύτ[ιμος] ; l. 2 : Matthaiou observe après le omicron la trace d’une haste verticale et probablement un segment de l’angle inférieur d’un epsilon, mais il précise que la trace de l’angle est très faible. Il propose de restituer προε[δρίαν], sur le modèle du numéro 1, l. 10 et IG II2 1214, l. 19, dans l’hypothèse où ce document serait un décret. Mais ce qu’il prend pour la trace d’un epsilon se trouve déjà dans la cassure, et est trop distant du omicron (0,011 m) pour être une trace de lettre ; l. 3 : avant le sigma et exactement au milieu du rhô de la ligne précédente, Matthaiou voit, mais sans certitude, la trace de l’extrémité supérieure d’une haste verticale. Il a préféré ne pas la noter dans sa transcription, mais je pense pouvoir être plus affirmative.

51Le fragment faisait partie du même lot que les précédents, toutefois son origine est douteuse selon Matthaiou, car il ne figure pas dans les notes et les photos de la donatrice, qui accompagnaient le lot. Mais du moment où il n’y a pas de preuve du contraire, il l’attribue, avec quelque réserve néanmoins, à Aixônè.

52Matthaiou date l’inscription du ive s. Je propose la seconde moitié de ce siècle : le pi a une haste verticale droite encore longue, mais le omicron est déjà plus petit. La forme des lettres ressemble à celle du décret honorifique 2 (326/5), sans qu’il s’agisse pour autant de la même main.

53Les tentatives de restitution de Matthaiou, bien trop audacieuses, sont vaines. On ne peut rien dire du contenu de l’inscription, on ne parvient même pas à savoir s’il s’agit d’un décret ou non.

54 

55FR 5: dédicace d’un ancien démarque

56Fragment d’une base en marbre gris-bleu, brisée à droite.

57Édition : K. S. Pittakis, AEph 1856, p. 1422 no 2874 (U. Koehler, IG II 1211 ; J. Kirchner, IG II2 2852 ; Bultrighini 2015, p. 84).

58Commentaires : Whitehead 1986, p. 409 no 7 ; M. K. Langdon, « The Topography of Coastal Erechtheis », Chiron 18 (1988), p. 47 n. 15.

59Reproduction : fac-similé Pittakis.

Θεόφιλος Ο[- -]
Δημαρχήσας
ἀνέθηκεν.

60L. 1: Ὀ[ῆθεν] Pittakis.

Théophilos fils de (?) O… (ou Th…) a consacré, ayant été démarque.

  • 4 À la suite de Whitehead, plusieurs savants (Langdon ; J. S. Traill [PAA 511685] ; Bultrighini, p. 8 (...)

61La pierre a été trouvée en 1837 par Pittakis « dans la zone côtière sud de l’Attique, qui s’appelle maintenant Vari, dans les ruines de l’église qui s’y trouve, qui occupe maintenant l’emplacement du sanctuaire d’Hébé » (je traduis), c’est-à-dire l’église d’Aghios Nikolaos à Glyphada4. Elle est aujourd’hui perdue. Il est possible que cette dédicace de l’ancien démarque Théophilos se soit dressée dans le sanctuaire d’Hébé.

62Kirchner la date du ive-iiie s., d’après la paléographie telle qu’elle figure sur le fac-similé de Pittakis.

Notes

1 Une dédicace très lacunaire sur une colonne de marbre (IG I3 973, vers 500-480 ?) a été attribuée à Aixônè (les auteurs des IG I3 ; S. Kaczko, Archaic and Classical Attic Dedicatory Epigrams: an Epigraphic, Literary and Linguistic Commentary [2016], p. 470-472 no 127) ou à Halai Aixônidès (Fr. Hiller von Gaertringen, IG I2 824, avec une marque de doute), en raison de la difficulté à interpréter les indications données par Milchhöfer 1888, p. 361 no 761 sur le lieu de trouvaille : sous la rubrique « Vari », il écrit à propos de cette colonne : « Gef. östlich von H. Nikolaos (nordwestl. von Vari), Gegend Voula ». J’ai préféré ne pas l’intégrer à mon corpus.

2 Voir le commentaire du numéro 17.

3 Ainsi chez l’auteur de la notice du SEG, R. S. Stroud, ou encore chez Chankowski A. S. 2014, p. 22 n. 23.

4 À la suite de Whitehead, plusieurs savants (Langdon ; J. S. Traill [PAA 511685] ; Bultrighini, p. 83-84) ont supposé que la pierre provenait d’Anagyronte, puisque le village de Vari est à l’emplacement de ce dème. Mais voir supra, p. 191-192.

Table des illustrations

Titre Fig. 46. Fragment d’inscription (épigramme funéraire ?) (FR 1).
Crédits Athènes, Musée épigraphique, no 13481. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1030/img-1.png
Fichier image/png, 345k
Titre Fig. 47. Fragment d’une inscription honorifique ? (FR 2).
Crédits Athènes, Musée épigraphique, no 13482. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1030/img-2.png
Fichier image/png, 233k
Titre Fig. 48. Fragment d’inscription (FR 3).
Crédits Athènes, Musée épigraphique, no 13483. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1030/img-3.png
Fichier image/png, 200k
Titre Fig. 49. Fragment d’inscription (FR 4).
Crédits Athènes, Musée épigraphique, no 13480. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1030/img-4.png
Fichier image/png, 157k

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540