Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une microhistoire d’Athènes

 | 
Delphine Ackermann

Conclusion

Pour une microhistoire

Texte intégral

  • 1 Dans C. M. D. Samaran (éd.), L’histoire et ses méthodes (1961), p. 464.

Si l’on veut qualifier de « détails » ce que nous enseignent les inscriptions sur les événements, ces détails sont exemplaires autant qu’évocateurs.
L. Robert1

1Au moment de dresser le bilan de cette étude microhistorique, il apparaît effectivement qu’il a beaucoup été question d’inscriptions, et de détails. Comme je l’ai exposé dans l’introduction, c’est par petits pas que j’ai procédé, en m’arrêtant sur chacun des points de la documentation qui m’ont semblé poser problème, ou mériter un commentaire. Ces « détails » sont-ils « exemplaires autant qu’évocateurs » ? J’espère en avoir convaincu le lecteur. Ainsi, pour ne prendre que quelques exemples, une lecture différente de deux petites lettres sur la face B du règlement juridique 8 m’a permis de rétablir le mot hiéra, qui indique que des sanctuaires avoisinaient les pâturages publics concernés par le règlement ; c’est peu à peu le paysage du dème qui se dessine. Parfois, l’analyse poussée des documents aixonéens a eu des répercussions jusqu’au niveau de la cité : ainsi, il a été argumenté en faveur de la date haute pour les décrets honorifiques 4 et 5, soit 340/39 au lieu de 313/2, ce qui les rend inutilisables pour ceux qui voudraient en faire des documents clés pour la datation de l’abolition de la chorégie à Athènes ou prouver que cette réforme n’a pas eu d’impact sur les dèmes. Pour le décret en l’honneur de Démétrios de Phalère (6), il a été soutenu, avec quelques nouveaux arguments, qu’il fallait restituer « nomothète » dans la fameuse lacune de la ligne 11, et que c’était bien pour son activité de législateur (outre celle d’ambassadeur) que le gouverneur a été honoré par les Aixonéens. Un tel décret en l’honneur du Phalérien n’était probablement pas unique : d’autres dèmes, suivant sans doute l’exemple de la cité, ont dû agir de même. Ainsi, l’inscription d’Aixônè est le seul vestige, ou presque, à témoigner d’un phénomène qui devait être pourtant de large ampleur.

2Une étude de type microhistorique ne se contente évidemment pas des seuls documents épigraphiques ou, plus largement, textuels : c’est pourquoi les vestiges archéologiques occupent ici une place importante. Ils ont été rassemblés sur une carte (fig. 7), où l’on voit apparaître les points névralgiques de l’agglomération, les zones d’habitat et les zones funéraires – remarquablement entrelacées –, le réseau des routes, les espaces ayant accueilli des activités agricoles, artisanales, commerciales, religieuses. Là encore, les résultats obtenus éclairent évidemment l’histoire aixonéenne, mais aussi athénienne ou même grecque. L’exemple le plus remarquable est la structure circulaire découverte par A. D. Kéramopoullos au début du xxe s., dans laquelle on peut peut-être voir un bâtiment commercial destiné à la vente aux enchères, appelé kyklos par les Grecs (C 1) ; si cette hypothèse est juste, il s’agirait de la première structure de ce type jamais fouillée en Attique, et de l’une des rares à avoir été repérée dans tout le monde grec.

Fig. 7. a. Carte de répartition des vestiges archéologiques de Glyphada.

Fig. 7. a. Carte de répartition des vestiges archéologiques de Glyphada.

Réalisée par l’auteur, C. Guillaume et G. Fuchs, d’après Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 200-201.

Fig. 7. b. Zoom.

Fig. 7. b. Zoom.

3L’étude d’Aixônè, si riche en enseignements, souffre pourtant de trois handicaps, partagés hélas par la plupart des dèmes : premièrement, le dème a été longtemps mal situé sur la carte de l’Attique, trop au nord le plus souvent, mais quelquefois aussi trop au sud. Par conséquent, il n’est pas évident de lui attribuer les bons vestiges, surtout ceux qui proviennent d’anciens pillages. H. G. Lolling le premier, en 1879, situa correctement le dème dans la région d’Aghios Nikolaos de Pirnari, et ce grâce aux découvertes épigraphiques ; mais ce n’est qu’une cinquantaine d’années plus tard que cette nouvelle localisation sera largement acceptée. Deuxièmement, si l’on sait désormais où le situer, ses limites nord et sud restent floues : on risque donc encore aujourd’hui de confondre les trouvailles d’Aixônè et de ses voisins immédiats, à savoir Halimonte et Euônymon au nord, et Halai Aixônidès au sud. Troisièmement, et ce n’est pas le moindre des handicaps, la zone a été explorée scientifiquement trop tard. Une forte urbanisation s’est emparée de la région à partir des années 1920, avant que ne soient organisées de vraies fouilles. D’où le précieux témoignage des voyageurs, qui ont vu les vestiges du dème de manière privilégiée, même si l’aspect modeste de ces derniers n’a pas toujours trouvé grâce à leurs yeux. Nous l’avons vu, la région ne présentait aucun attrait particulier pour les voyageurs, et longtemps ils boudèrent l’endroit. De plus, il n’était pas sans risque de sortir de la ville d’Athènes pendant ces siècles de piraterie et de banditisme.

4Si le territoire du dème était quasiment désert à l’époque moderne, à part un ou deux hameaux et l’activité de quelques bergers, cela n’était pas le cas dans l’Antiquité. L’occupation du territoire par l’homme remonte à la préhistoire et un premier pic de fréquentation est atteint déjà à l’époque mycénienne, comme le révèle la grande nécropole d’Haliki (B 1). La présence humaine s’est poursuivie par-delà les Âges Obscurs, et un second pic est atteint à l’époque classique. C’est la période pour laquelle on possède le plus d’informations, surtout grâce aux nombreuses inscriptions que le dème a fait graver.

5Le dème clisthénien n’a donc pas été créé ex nihilo : on a de bonnes raisons de penser qu’il s’est superposé à la communauté qui vivait là depuis bien longtemps déjà. Les inscriptions officielles des démotes, qui se concentrent dans la seconde moitié du ive s. – à l’exception du numéro 15 –, permettent de déterminer au moins trois points névralgiques de la communauté : le sanctuaire d’Hébé, que l’on situe dans les environs immédiats de la chapelle d’Aghios Nikolaos de Pirnari ; le théâtre, non localisé encore, mais qui se trouvait peut-être en dessus de la chapelle, au départ de la pente de l’Hymette, idéale pour accueillir un koilon ; l’agora, elle aussi encore non située sur le terrain, mais que j’ai proposé de placer dans ou à proximité de l’actuelle rue Inoïs, là où était semble-t-il dressé le règlement religieux (15), et peut-être là où se trouvait la leschè, dans laquelle était exposée une copie du contrat de location de la Phelléïs (7). La zone portuaire constituait un autre centre d’activité, supposé par le bon sens et confirmé par l’archéologie. C’est là qu’était pêché le fameux rouget d’Aixônè, célébré par les gourmets de l’Antiquité. Entre ces points névralgiques s’égrenaient des maisons, des établissements artisanaux et commerciaux. Des routes sillonnaient cet ensemble, avec deux axes principaux : la route intérieure, reliant Athènes à Sounion, et la route côtière provenant de Phalère. Des embranchements menaient vers le port ou vers l’Hymette. Des monuments funéraires bordaient ces routes et les archéologues ont pu dégager quelques nécropoles.

6La grande majorité des vestiges datent de l’époque classique et hellénistique, mais la région n’était pas abandonnée à l’époque romaine. Des routes, des maisons, des tombes matérialisent la présence humaine à Aixônè, et même si le dème ne semble plus graver la pierre, rien ne permet de dire qu’il avait cessé d’exister en tant que communauté politique.

7Comment vivait-on au quotidien à Aixônè ? D’un point de vue économique, plusieurs activités étaient possibles : l’arboriculture bien entendu, car la terre d’Aixônè, mince, aride et caillouteuse, était faite pour la vigne et l’olivier. La céréaliculture y était moins aisée, mais les Aixonéens n’ont pas reculé devant la difficulté pour aménager des surfaces cultivables, en enlevant les pierres qui parsemaient le terrain, et en construisant des terrasses sur le flanc de l’Hymette. Les propriétés agricoles étaient pour la plupart privées, mais certains démotes louaient des domaines appartenant à la collectivité (7). L’habitant d’Aixônè s’adonnait aussi à l’élevage d’ovins, de caprins et de porcins certainement ; en revanche, la nature du sol n’était pas adaptée à l’entretien de bovins en grand nombre. Pour les besoins de la pâture, il pouvait utiliser les pâturages communs, moyennant le paiement d’une taxe (8). Certains habitants du dème produisaient et commercialisaient les denrées de luxe que sont le rouget et le miel, produits très recherchés jusque bien au-delà des frontières de l’Attique. Les activités artisanales sont pour le moment mal documentées, mais on peut citer, tout de même, la production de briques, l’utilisation du rocher naturel comme carrière de pierre et l’obtention de sel par évaporation de l’eau de mer. Des démotes se sont engagés dans des opérations de prêt hypothécaire, comme le montrent quelques bornes trouvées en dehors du dème (9-11), alors que des terrains et des maisons à Aixônè ont été mis en gage pour garantir le retour éventuel d’une dot (13) ou, probablement, un prêt (12).

8Le règlement juridique 8 a révélé l’existence de pâturages possédés collectivement par les démotes, dont l’usage était soumis au paiement d’une taxe. C’était là l’une des sources de revenus du dème, avec la location de terrains comme la Phelléïs du bail 7, et le prêt à intérêt, qui figure dans ce même document ; on peut probablement y ajouter la perception d’autres taxes ou impôts (comme l’enktètikon) et d’amendes diverses, les contributions individuelles plus ou moins volontaires, ou encore les bénéfices tirés du théâtre. Les dépenses comprenaient en tout cas la célébration de sacrifices (15-17), la rémunération de prêtres (15), l’organisation du concours de comédie des Dionysies (2-5), sans doute l’entretien des sanctuaires, la gravure et l’érection de stèles portant les décisions de l’assemblée des démotes, les récompenses accordées aux magistrats méritants et aux bienfaiteurs (1-6 et 16-17).

9Aixônè accueillait donc des activités multiples que l’on aurait tort de réduire au seul domaine de l’agriculture. Naturellement, ce dernier occupait une place très importante dans le dème, ce qui se reflète nettement dans le panthéon : y figurent en bonne place les dieux agraires par excellence, Déméter et Dionysos, pourvus respectivement des épiclèses suggestives Chloè et Anthios. Les dieux qui président à la jeunesse et qui sont liés au cercle d’Héraclès sont aussi particulièrement nombreux : Hébé était une déesse majeure, et c’est entourée d’Alcmène et des Héraclides qu’elle était célébrée annuellement par le dème. Le culte d’Héraclès lui-même est probable, car une légende locale racontait que l’une des « bonnes » familles du dème, celle du Lysis du dialogue de Platon, avait autrefois accueilli le héros et partageait un lien de parenté avec lui. Les héros sont, comme dans tous les dèmes, très présents. La plupart sont pour nous anonymes, sauf Paralos, bien à sa place dans un dème côtier. On peut supposer l’existence de l’éponyme du dème, qui apparaîtrait dans le règlement religieux (15) sous le nom de l’Héroïne. Un Archégète, fondateur du dème, mais dont on ignore le nom, figure aussi parmi les héros vénérés par la communauté. Enfin, on peut formuler l’hypothèse que des mystères étaient pratiqués à Aixônè, et étaient présidés par celle qui est appelée Hagnè Theos dans le règlement religieux.

10Les Aixonéens consacraient une bonne partie de leur temps aux activités économiques et religieuses, mais aussi à la vie politique locale. On constate un grand dynamisme dans ce domaine dans la seconde moitié du ive s., date de presque tous les documents officiels du dème parvenus jusqu’à nous. On dispose ainsi d’un bon nombre de décrets honorifiques, en faveur de démotes surtout, qui se sont illustrés dans la chorégie lors du concours de comédie des Dionysies rurales (2-4), ou qui ont bien rempli leur devoir de magistrats ou de préposés (1, 5, 16, 17). Les magistratures locales attestées à ce jour sont variées, certaines attendues (démarque, trésorier, hiérope, héraut), d’autres moins (syndikos, sophroniste). Des prêtrises sont attestées en grand nombre et, attachés à la sphère religieuse également, on compte des organisateurs d’une fête, et un archonte. Les démotes pouvaient être appelés par ailleurs à faire partie de commissions diverses, comme celle qui procéda à la vente des oliviers de la Phelléïs (7). Ils ont pris aussi des décisions ensemble sur la location de leurs domaines (7) et la fréquentation de leurs pâturages (8), la rémunération des prêtres (15). Ils étaient appelés chaque année à se prononcer sur les jeunes fils d’Aixonéens candidats à l’inscription sur le registre du dème, à organiser certaines fêtes comme celle d’Hébé ou les Dionysies, à nommer leurs magistrats et à recevoir les comptes de ceux qui étaient sortis de charge. On apprend même, par le numéro 8, que l’assemblée du dème pouvait fonctionner comme tribunal arbitral en cas de litiges.

11Comme on pouvait s’y attendre, la plupart des inscriptions officielles du dème concernent les affaires locales, mais ce dernier n’était pas uniquement centré sur lui-même : il vota aussi des honneurs pour un non Aixonéen, Démétrios de Phalère (6), gouverneur d’Athènes entre 317 et 307. Parallèlement, mes études prosopographiques ont fait ressortir la présence importante des Aixonéens dans la vie politique de la cité, participation qui a probablement été favorisée par la proximité du dème par rapport à la ville : avoir sa résidence principale à Aixônè n’empêchait pas un démote de participer aux délibérations des assemblées civiques et aux tribunaux. Ainsi, la société aixonéenne ne se résumait pas à la bande de terre de 25 km2 environ qui s’étendait à l’ouest de l’Hymette, entre Athènes et Sounion. Si certaines familles se sont montrées particulièrement impliquées dans les affaires locales, nombreuses sont celles à avoir migré ailleurs en Attique, dans des dèmes parfois éloignés, et surtout en ville et au Pirée – centres de la vie politique et économique de la cité –, d’après le témoignage des monuments funéraires. Et grâce à l’usage du démotique sur les terres possédées par Athènes outre-mer, on a pu repérer des Aixonéens bien au-delà de la péninsule attique.

12Aixônè figurait parmi les dèmes qui comptaient le plus de ressortissants, jusqu’aux alentours de 200 en tout cas, date à partir de laquelle les quotas bouleutiques ne sont plus significatifs. Pour le ive s., période pour laquelle les sources permettent ce genre de calcul, une estimation à 600 démotes au minimum me paraît vraisemblable, ce qui équivaut à la population civique d’une cité de taille moyenne. Cette population démotique nombreuse explique sans doute en grande partie la vitalité et la prospérité du dème à cette époque, qui ont été mises en évidence tout au long de cet ouvrage. Bien entendu, tous les démotes ne résidaient pas à Aixônè : l’étude des stèles funéraires montre en effet une société en mouvement, avec de nombreux mariages en dehors du dème, des démotes installés en ville ou au Pirée depuis plusieurs générations, et, à l’inverse, peu d’Athéniens non Aixonéens sur le territoire du dème, et presque aucun étranger. Ainsi, l’attractivité du dème pour les non-démotes semble avoir été faible, mais il ne faut pas sous-estimer la présence temporaire de non Aixonéens dans le dème : on a vu dans le chapitre 1 qu’Aixônè était un double lieu de passage, entre Athènes et Sounion par la côte ouest, et entre Athènes et les dèmes de la Mésogée à travers l’Hymette. La prudence est de mise également pour les démotes : beaucoup d’entre eux ne vivaient pas à Aixônè, mais cela ne veut pas dire qu’ils n’y étaient pas attachés et qu’ils n’y revenaient pas régulièrement, car il s’agissait de la terre de leurs ancêtres.

13La réalité de la vie des Aixonéens nous apparaît donc dans toute sa complexité, avec des démotes attachés à leur dème d’un côté, qui y possèdent des terres, y participent aux affaires locales, s’y marient et y meurent, et d’autres qui ont choisi la voie de la migration, principalement vers la ville, mais aussi dans les possessions athéniennes d’outre-mer. D’autres enfin, et c’était peut-être la majorité, participent à la fois à la vie locale et à la vie civique, ce que rendait possible la proximité géographique entre le dème et la ville.

Asty et chôra : opposition ou interaction ?

  • 2 Jones 2004, par exemple p. 14-16. Il s’oppose aux vues de Osborne 1985.
  • 3 Jones 2004, p. 8 (je traduis).
  • 4 E.g. « Separation, isolation, local community, and the resulting survival of preurban agrarian soci (...)
  • 5 Voir Jones 1999, p. 82-122, où il avançait déjà sa théorie de l’isolement des dèmes extra-urbains p (...)

14N. F. Jones s’oppose à la vision de la vie rurale telle que je viens de l’exposer, et qu’avait faite sienne déjà R. Osborne2. Tout au long de son ouvrage, il défend l’existence d’une culture rurale distincte de celle de la ville. Il établit une séparation nette entre l’asty et la chôra, « les murs de la ville formant la limite entre les deux mondes, qui étaient perçus comme différents par les Athéniens au point de vue social et culturel »3. En une série de phrases choc, N. F. Jones expose sa vision de l’Attique comme un monde bipolaire, où s’opposent deux blocs culturellement très différents, ville et campagne, qui entretiennent des relations d’hostilité4. Il n’hésite pas à ébranler la communis opinio sur la réforme de Clisthène, niant sa capacité à unir ville et campagne durablement, que ce soit politiquement, socialement ou culturellement. Les structures qui mêlent le plus les citoyens de la ville et de la campagne sont militaires selon lui, « donc intermittentes et exceptionnelles » (mais la guerre est-elle vraiment exceptionnelle en Grèce antique ?) ; les démotes urbains qui possédaient une ferme ou une mine à la campagne, et les démotes de la campagne qui avaient une maison en ville, appartenaient uniquement à l’élite des Athéniens, et ce phénomène n’impliquait aucunement une assimilation culturelle des deux mondes. Reprenant les conclusions de son étude de 1999 sur les associations, il répète qu’aucune association athénienne (c’est-à-dire pour lui les subdivisions civiques et les groupes cultuels) ne comptait de membres issus de régions hétérogènes ; même les tribus, malgré leurs trittyes, étaient en fait dominées par les membres urbains5. Les fêtes panattiques, comme les Mystères d’Éleusis ou les Brauronia de Brauron étaient surtout célébrées par des citadins. Quant aux mariages exogames, impliquant deux personnes issues de dèmes parfois éloignés, ils n’étaient pas nombreux, ne concernaient que des propriétaires fonciers assez aisés et ne servaient que des intérêts économiques. N. F. Jones en vient même à douter de la véracité de l’image de la vie campagnarde que nous livre Aristophane, car le poète était originaire d’un dème urbain (Kydathènaion) et écrivait pour un public citadin.

  • 6 Voir R. K. Sinclair, Democracy and Participation in Athens (1988), p. 191-196. Cl. Taylor, « From t (...)

15Démotes des villes, démotes des champs, la fable est dite. Cette image est dépourvue de tout fondement. Dans les sources antiques, tout montre au contraire la perpétuelle interaction entre les dèmes ruraux et l’échelon civique, entre la campagne et la ville. On l’a constaté à plusieurs reprises dans le cas d’Aixônè : la famille de Kallippos II, par exemple, était établie au Pirée mais l’un de ses membres était resté dans le dème sur le terrain patrimonial ; Philoktèmôn proposa en 326/5 à l’assemblée des démotes un décret honorifique pour des chorèges locaux, l’année même où son père exerçait la charge d’archonte éponyme à Athènes. On pourrait multiplier les exemples. Je rejoins partiellement N. F. Jones sur un point cependant : il estime que les magistratures et assemblées civiques étaient dominées par les citadins. Disons plus précisément par ceux qui avaient la possibilité de résider en ville et ceux qui habitaient à proximité, ce qui permet d’inclure les démotes possédant une de leurs résidences en ville (lesquels pouvaient donc très bien habiter à la campagne pendant la majeure partie de leur vie), et ceux qui, habitant à la campagne et ne possédant pas de logement en ville, pouvaient néanmoins faire l’aller-retour dans la journée. Il est raisonnable de penser que pour les démotes des régions reculées de l’Attique, occupés par les travaux agricoles ou par d’autres activités, et ne possédant pas de maison dans la zone urbaine, un déplacement fréquent en ville ou un séjour de longue durée aurait été inenvisageable6.

  • 7 Ainsi Taylor 2011 : « From a migration point of view, there was no strong town/country divide » (p. (...)
  • 8 Voir Shipton 2000, p. 94-95.
  • 9 Voir supra, p. 111-112.

16En définitive, l’opinion de N. F. Jones va à l’encontre de ce que nous apprennent les sources. Ces dernières montrent une interaction plutôt qu’une opposition entre ville et campagne et ce à tous les niveaux : économique, politique, religieux, social. L’étude des stèles funéraires, en particulier, illustre la mobilité des démotes d’un coin à l’autre de la péninsule, pour des raisons que nous ignorons le plus souvent7. Les opérations de prêts consignées sur les bornes hypothécaires, les locations de terrains ou de mines, révèlent des relations socio-économiques entre les citoyens de la ville et les citoyens de la campagne8. La prosopographie des Aixonéens a mis en évidence la complémentarité plus que l’opposition entre les activités politiques locales et les activités politiques civiques. Quant à Aristophane, il arrivait que ses pièces soient aussi jouées à Éleusis9, et peut-être dans d’autres théâtres de la chôra ; et le public du théâtre de Dionysos à Athènes était sans doute très disparate, surtout en ce début de guerre du Péloponnèse, où, comme le dit pourtant N. F. Jones lui-même, les gens de la campagne sont présents comme jamais dans la ville où ils se sont réfugiés.

17Penser la cité d’Athènes en termes d’opposition entre ville et campagne conduit N. F. Jones à choisir de ne prendre en compte dans son ouvrage que les dèmes « ruraux », c’est-à-dire ceux situés en dehors des murailles d’Athènes (critère par ailleurs discutable), ce qui est regrettable : ne pas étudier les interactions entre chôra et asty parce qu’elles sont censées former deux mondes trop différents, c’est éliminer un des aspects les plus intéressants de l’étude des dèmes.

Aixônè, un dème comme les autres ?

18Bien des nouveautés sont apparues dans les documents aixonéens : la pratique de l’arbitrage exercée par l’assemblée des démotes ; le prélèvement d’une taxe sur le pacage par les autorités du dème ; la vénération des déesses Hébé et Hagnè Theos ; les pentékostyes, groupes dont l’origine remonte peut-être à l’organisation militaire de la cité archaïque et qui, à l’époque de l’inscription dans laquelle ils apparaissent, soit le début du ive s., seraient devenus des unités dans lesquelles les démotes étaient répartis à l’occasion des sacrifices du dème, notamment pour faciliter la distribution de viande et la prise de repas en commun ; les honneurs accordés à Démétrios de Phalère ; la tenue d’une agora kyria, peut-être une fois par année ; les sophronistes, dans lesquels je verrais des magistrats chargés de fonctions de police lors de la fête nocturne de la Jeunesse ; les syndikoi, assistants juridiques du démarque. La liste est longue. Est-ce à dire qu’Aixônè était un dème particulièrement original ? Gageons que non ; si Aixônè mérite le titre de dème d’exception, c’est par sa documentation épigraphique. Si nous avions autant d’inscriptions pour les autres dèmes, nous y retrouverions très probablement des syndikoi, des pentékostyes, des décrets honorant le Phalérien, etc. Même la vénération des deux déesses pourrait trouver des parallèles, mais nous sommes là dans un domaine où les particularismes des dèmes s’affirment avec le plus de vigueur. D’autres dèmes, épigraphiquement bien moins fournis, ont révélé leur lot de nouveautés : songeons par exemple aux mérarques d’Athmonon ou aux triakades du Pirée. Là encore, on ne peut qu’attendre de nouvelles découvertes épigraphiques afin d’en discuter, mais il est probable que ce ne sont pas de réels hapax.

  • 10 B. T. Nolan, Inscribing Costs at Athens in the Fourth Century B.C., Ph.D., Ohio (1989) a calculé, (...)
  • 11 Jones 2004, p. 100.
  • 12 Pébarthe 2006, p. 247.

19Nos informations sur la vie d’Aixônè sont tirées essentiellement des inscriptions officielles du dème, exceptionnellement nombreuses, à tel point qu’on aimerait pouvoir en dire autant de bien des cités. La richesse du dème est souvent invoquée pour expliquer ce phénomène. Mais, outre que la gravure d’une stèle n’était pas quelque chose de ruineux10, aucune source ne permet de dire que le dème d’Aixônè ait été particulièrement opulent. À notre connaissance, aucune ressource naturelle ou activité quelconque n’était susceptible de lui fournir des revenus exceptionnels : pas de sanctuaire aussi important que ceux de Rhamnonte ou d’Éleusis, pas de port aussi fréquenté que celui du Pirée, pas de garnison comme à Éleusis ou Rhamnonte. En cela, notre dème paraît tout ce qu’il y a de plus normal. La vraie richesse du dème était ses démotes : nous l’avons vu, Aixônè devait être l’un des dèmes les plus populeux de l’Attique. Or, plus le nombre de démotes est élevé, plus on a de chances d’y trouver des personnages riches, prêts à s’investir dans des magistratures et des liturgies coûteuses pour le bien de la communauté. C’est peut-être cela qui explique que le dème ait pu dépenser une partie de son budget dans la fabrication et l’érection de stèles portant ses décisions. Ainsi, N. F. Jones conjecture que la productivité épigraphique des dèmes dépend de leur taille11, ce qui semble pouvoir s’appliquer à notre dème. Mais le critère de la taille, ou plus exactement de la population démotique, n’explique pas tout, car le dème d’Acharnes, deux fois plus peuplé qu’Aixônè, a livré moitié moins d’inscriptions officielles. À l’inverse, Rhamnonte, qui comptait un cinquième de démotes en moins par rapport à notre dème, a livré plus du double de documents officiels. Il existe donc d’autres facteurs explicatifs de l’habitude épigraphique des dèmes, dont celui du type d’activités abrité par ces derniers, car certaines sont génératrices d’inscriptions : ainsi, parmi les dèmes « champions de l’épigraphie », on compte ceux abritant une garnison (Éleusis, Rhamnonte), un sanctuaire d’importance panattique ou même panhellénique (les mêmes, ainsi qu’Halai Aixônidès), une place commerciale importante (le Pirée). Ce facteur n’est cependant pas valable pour notre dème, comme on vient de le voir. Faut-il par ailleurs tenir compte du hasard des fouilles et des découvertes ? Ce paramètre ne me semble pas avoir joué de rôle pour Aixônè, car les efforts des archéologues ne se sont pas plus concentrés sur cette zone qu’ailleurs depuis le xixe s. La région de Glyphada, urbanisée depuis presque un siècle, est même peu favorable aux découvertes et la grande majorité des trouvailles épigraphiques ont été faites avant la première vague de constructions modernes. Il faut penser tout simplement qu’Aixônè avait non seulement les moyens de graver autant de stèles, mais aussi la volonté de le faire : d’autres dèmes ont pu préférer réserver leurs économies pour d’autres activités. Pour expliquer le grand nombre d’inscriptions gravées par la cité d’Athènes, Chr. Pébarthe parle d’une « politique de communication publique »12 (et durable, ajouterais-je) ; cette remarque peut très bien s’appliquer à notre dème.

20On peut donc raisonnablement considérer que le dème d’Aixônè ne sortait pas de l’ordinaire, si ce n’est par le grand nombre de ses démotes et son goût pour la gravure de textes officiels sur la pierre. C’est heureux, car son étude permet ainsi d’approcher au mieux la vie quotidienne de l’habitant de l’Attique. Il est à souhaiter que de futures recherches continuent d’explorer ces petites communautés humaines, de manière à ce qu’un jour on puisse mettre en réseau ces microhistoires, afin de rendre avec le plus de réalisme possible la vie complexe, variée, passionnante, des anciens Athéniens.

Notes

1 Dans C. M. D. Samaran (éd.), L’histoire et ses méthodes (1961), p. 464.

2 Jones 2004, par exemple p. 14-16. Il s’oppose aux vues de Osborne 1985.

3 Jones 2004, p. 8 (je traduis).

4 E.g. « Separation, isolation, local community, and the resulting survival of preurban agrarian social and cultural order are rather the terms with reference to which we should view the great mass of the population in Attica » (Jones 2004, p. 14) ; « … and abundant indications favor the view that the extramural deme association was highly isolated – not only from the urban center but from other demes as well » (ibid., p. 15).

5 Voir Jones 1999, p. 82-122, où il avançait déjà sa théorie de l’isolement des dèmes extra-urbains par rapport au centre-ville.

6 Voir R. K. Sinclair, Democracy and Participation in Athens (1988), p. 191-196. Cl. Taylor, « From the Whole Citizen Body? The Sociology of Election and Lot in the Athenian Democracy », Hesperia 76 (2007), p. 323-345 observe pour l’époque classique que les Athéniens originaires de dèmes situés dans un rayon de deux heures de marche par rapport au centre-ville sont surreprésentés dans les magistratures civiques électives. Voir aussi supra, p. 157-159.

7 Ainsi Taylor 2011 : « From a migration point of view, there was no strong town/country divide » (p. 130).

8 Voir Shipton 2000, p. 94-95.

9 Voir supra, p. 111-112.

10 B. T. Nolan, Inscribing Costs at Athens in the Fourth Century B.C., Ph.D., Ohio (1989) a calculé, pour les décrets athéniens où figure le coût de la gravure, 20-30 dr. entre 390-332, 30-50 dr. entre 331-229, et 10-20 dr. entre 298-270. C’est la somme de 20 dr. que l’on retrouve sur les rares décrets de dèmes donnant cette information. Sur la difficulté de savoir à quoi correspond le prix d’une stèle mentionné dans nos sources, voir Pébarthe 2006, p. 252 : comprenait-il seulement le coût de la gravure ? Ou aussi le prix d’achat de la stèle déjà taillée ? Il semble en tout cas que le montant ne dépendait pas (ou pas uniquement) de la longueur du texte.

11 Jones 2004, p. 100.

12 Pébarthe 2006, p. 247.

Table des illustrations

Titre Fig. 7. a. Carte de répartition des vestiges archéologiques de Glyphada.
Crédits Réalisée par l’auteur, C. Guillaume et G. Fuchs, d’après Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 200-201.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1026/img-1.png
Fichier image/png, 295k
Titre Fig. 7. b. Zoom.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1026/img-2.png
Fichier image/png, 4,0M

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540