Version classiqueVersion mobile

Une microhistoire d’Athènes

 | 
Delphine Ackermann

Seconde partie – au cœur du dème

Chapitre 7

Aspects de la vie sociale :
démographie et mouvements migratoires

Texte intégral

1L’un des intérêts majeurs de l’étude d’un dème est de pouvoir atteindre le plus petit dénominateur commun de l’histoire : l’individu. À travers les sources épigraphiques et littéraires, des noms apparaissent, certains à plusieurs reprises, ce qui nous permet parfois de reconstituer une partie de la vie de ces individus ; nous l’avons vu pour quelques personnages déjà dans le chapitre 4.

  • 1 Meyer 1993, p. 99.

2Les Aixonéens sont nombreux dans nos sources. La prosopographie, qui figure en annexe, comprend plus de 500 entrées et couvre une très longue période allant du ive s. av. J.-C. au iiie s. apr. J.-C. La population démotique d’Aixônè était l’une des plus élevées de l’Attique, comme nous le verrons dans une prochaine section, ce qui augmente les chances de trouver des démotes dans les sources textuelles. Si les Aixonéens peuvent être appréhendés en si grand nombre, c’est dû en grande partie à l’abondance du matériel épigraphique exhumé sur le territoire du dème lui-même, et en Attique en général, matériel au sein duquel les inscriptions funéraires occupent la première place quantitativement parlant. On recense à ce jour plus de 10 000 épitaphes attiques, du viie s. av. J.-C. au ive s. apr. J.-C.1 ; or, plus d’une centaine concernent des Aixonéens, ce qui est considérable. Malgré cette abondance documentaire, l’immense majorité des Aixonéens nous échappe, et ceci pour plusieurs raisons :

  • nous sommes dépendants des documents conservés. Un calcul mené par S. D. Lambert doit nous mettre en garde : même pour la période et la cité les mieux connues de l’Antiquité grecque, à savoir le ive s. athénien, on ne connaît les noms que d’un septième à un huitième de tous les citoyens2 ;
  • les Aixonéens ne sont a priori repérables qu’en Attique et dans les possessions athéniennes de l’extérieur, car c’est en principe uniquement sur le territoire de leur cité qu’ils utilisent leur démotique ; ailleurs, sauf rares exceptions, seul l’ethnique est employé3. Or, un grand nombre d’Athéniens vivaient à l’étranger, installés dans d’autres cités pour toutes sortes de raisons, servant dans diverses armées comme mercenaires, etc.4. Par recoupement avec d’autres sources, il est possible très exceptionnellement de repérer un Aixonéen même sans son démotique, mais pour cela il faut que le personnage soit célèbre ; c’est le cas de Kallippos II, dont il a été question dans le chapitre 4. Dans les sources athéniennes même, l’usage du démotique n’est pas systématique : dans les listes de vainqueurs aux Grandes Panathénées par exemple, les Athéniens sont accompagnés seulement de leur ethnique ou de la mention de leur tribu5.
  • 6 Ainsi pour Érétrie, D. Knoepfler a réussi à identifier des noms épichoriques propres à quelques dèm (...)
  • 7 Cet onoma, qui signifie « qui prononce des paroles légères », est presque unique en Attique : les a (...)
  • 8 Euxithéa, Isthmonikè, Mégaristos ne sont pas de vrais hapax : le masculin Euxithéos est assez fréqu (...)
  • 9 Voir PAA, s.v. ; LGPN, s.v.
  • 10 Pronapès : Erchia, Prasiai, Prospalta. Télésarchos : Cholargos, Acherdonte, Aphidna, et peut-être H (...)

3On pourrait envisager aussi de repérer un Aixonéen pourvu d’un nom rare, attesté uniquement pour des ressortissants de son dème6. Mais les Aixonéens portent des noms plutôt banals, sauf exceptions, comme Kouphagoras7. Tout au plus peut-on noter un certain goût pour les noms issus de naus (le navire), comme Nausias, Nausikratès, Nausisthénès, Nausicharès, Nausiôn, Nautélès, ce qui s’explique peut-être par la position côtière du dème et l’activité maritime exercée probablement par nombre de ses habitants ; plusieurs de ces noms sont très rares en Attique (Nausicharès, Nausôn, Nautélès ; Nausisthénès est même un hapax), mais il ne serait pas surprenant de les trouver dans d’autres dèmes côtiers. Quelques noms ne sont attestés dans l’onomastique athénienne que pour des Aixonéens, ainsi, outre Nausisthénès : Aristoklètos, Léaios, Léôphilos, Philèratos, Skaôn, Stéphèphoros, et peut-être Mégalèxis, Prôtodikè et Télésandros8. Cela pourrait faire d’eux des noms épichoriques, mais il convient d’être prudent car on ne peut exclure un effet de source. Notons que la traque aux noms épichoriques en Attique donne des résultats souvent déconcertants, car même les noms qui semblent l’être à coup sûr ne le sont pas : ainsi, on trouve des Acharniôn ou des Acharnos affublés des démotiques de Xypétè, Azènia, Lamptrai, Marathon, à côté de celui d’Acharnes9. Ces dèmes sont fort éloignés les uns des autres. De même, les noms rares de nos Aixonéens se retrouvent dans des dèmes distants, comme Pronapès ou Télésarchos10.

4Par conséquent, il est probable que, dans nos sources, se cachent des Aixonéens que nous ne pouvons reconnaître car leur nom est trop banal ou, au contraire, inconnu par ailleurs.

5Enfin, il convient de rappeler que le dème n’était pas peuplé uniquement d’Aixonéens, loin s’en faut. Le paradoxe est que, dans nos sources, ce sont les citoyens qui sont les plus visibles, alors que la population athénienne était en majorité composée de non-citoyens, femmes, enfants, esclaves, étrangers. Ce problème est récurrent dans les études prosopographiques et n’a pas de solution.

  • 11 Hansen et al. 1990 estiment que les inscriptions funéraires que l’on a (entre 400 av. J.-C. et 250 (...)

6En définitive, nous devons nous accommoder de notre documentation, tout en ayant conscience de ses limites. Ne soyons pas pour autant trop pessimistes : la documentation athénienne reste exceptionnellement riche en regard des autres cités, et permet d’obtenir des résultats tout à fait éloquents11.

  • 12 A. Muller, « Les déplacements de populations en Attique, du vie siècle avant au iiie siècle après (...)

7Les données de la prosopographie ont déjà été exploitées dans les chapitres précédents, notamment dans le chapitre 4, à propos de l’implication des démotes dans la vie politique. Seront abordées ici des questions de démographie et de mobilités humaines, sur la base principalement de l’épigraphie funéraire. À cet effet, un corpus des épitaphes exhumées dans le territoire d’Aixônè et de celles concernant des Aixonéens mais trouvées en dehors du dème a été constitué (annexe II), corpus fondé sur l’autopsie de la plupart des pierres. Après une section introductive sur les monuments funéraires attiques, destinée à rappeler les caratéristiques, les avantages et les inconvénients de cette catégorie de sources pour l’historien de la société, quelques pages seront consacrées à la question du nombre de démotes, à l’aide notamment des quotas bouleutiques, des listes d’éphèbes et de diaitètes. Ce chapitre se clora par un examen des mobilités humaines, celle des Aixonéens en dehors de leur dème et celle des non Aixonéens venus s’établir dans le dème. Notre microhistoire apportera ainsi sa contribution à l’étude des mouvements migratoires en Attique, sujet d’actualité qui a encore récemment fait l’objet d’une thèse de doctorat12. Ce chapitre s’appuie sur la prosopographie qui figure dans l’annexe IV, à laquelle le lecteur pourra se reporter pour les détails.

Le monde des morts : les monuments funéraires

  • 13 Tombe du prêtre égyptien Pétosiris, ive s. (trad. G. Lefebvre, Le tombeau de Pétosiris [1924], I, p (...)

Prononcer le nom d’un homme signifie le faire revivre13.

  • 14 Voir chapitre 2.
  • 15 E.g. le lécythe de la rue Anthéôn (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 131 no 29), le lécythe MN 3587 ((...)

8À en croire le témoignage des voyageurs, le territoire de l’ancien dème d’Aixônè était jalonné de tombeaux et de sculptures funéraires14. La couche de terre étant très mince dans cette zone, les vestiges apparaissaient en surface, bien visibles à l’œil nu. La première fouille, par L.-Fr.-S. Fauvel et ses compagnons, celles de K. S. Pittakis, A. D. Kéramopoullos et N. Kyparissis, et enfin les travaux du Service archéologique grec ont produit une grande quantité de matériel funéraire, marqueurs de tombes et offrandes. Dans ce chapitre, ne sont néanmoins pris en compte que les marqueurs de tombes inscrits (vases, stèles et colonnettes de pierre), car leurs images sculptées et leurs épitaphes nous permettent d’approcher au plus près du quotidien des défunts, révélant leurs liens de parenté, leur niveau social, leurs activités dans la vie publique, les traits de leur personnalité dont leurs proches ont voulu garder la mémoire. J’ai en revanche renoncé à traiter des monuments funéraires anépigraphes ou dont l’inscription est illisible, car cela aurait représenté une tâche colossale et d’un intérêt limité pour cette étude15. Les aspects plus proprement archéologiques du domaine funéraire, telles que les structures, les offrandes (vases et figurines en terre cuite, objets en métal, etc.), la localisation des tombes, figurent dans le chapitre 3 sur l’histoire de l’occupation du site et dans l’inventaire des vestiges archéologiques (annexe V).

  • 16 On dispose de corpus pour les monuments funéraires d’époque classique, voir C. W. Clairmont, Classi (...)

9On ne rappellera pas ici les principes régissant la typologie et la chronologie des monuments funéraires attiques, sur lesquels il existe une abondante littérature16. Voyons plutôt les informations que l’on peut en tirer pour l’étude de la société, après avoir évoqué quelques généralités sur l’iconographie funéraire et les épitaphes.

Les particularités de l’iconographie funéraire et des épitaphes

10Les monuments funéraires étaient, comme les sculptures et les éléments architecturaux, recouverts de peinture, mais rares sont les exemplaires à en porter encore la trace. Il faut donc garder à l’esprit qu’un monument qui semble dénué de décor ou d’inscription en était peut-être pourvu à l’origine.

  • 17 Le motif a été analysé par de nombreux chercheurs, e.g. G. Davies, « The Significance of the Handsh (...)

11Les images funéraires montrent des scènes stéréotypées : la plus courante est la dexiôsis, c’est-à-dire le moment où le défunt prend congé de ses proches par une poignée de mains17. Les gestes de tristesse sont discrets, les figures sont tout en retenue ; c’est à peine si on les voit mettre la main sur la joue ou sous le menton, ou baisser la tête. Les morts sont montrés dans leur vie quotidienne : les femmes au gynécée ôtent ou mettent leurs bijoux, ou se regardent dans un miroir ; les enfants tiennent un jouet ou un petit animal dans la main. Certaines images montrent les défunts dans une activité qui les caractérise, comme les jeunes garçons au gymnase, les hommes en hoplites ou en cavaliers, les femmes en prêtresses. Elles nous montrent comment les défunts (ou leur famille) voulaient qu’on les voie : les femmes sont représentées comme des épouses et des mères idéales, les hommes comme des citoyens respectables ou des soldats courageux.

  • 18 E.g. IG II2 6971 (= CEG 481), début du ive s. ?

12Les classes d’âge sont standardisées et reconnaissables par le vêtement, la coiffure, la taille, les attributs, les attitudes. Les figures sont idéalisées, mais certaines épitaphes révèlent que l’on identifiait la figure représentée avec le défunt18.

  • 19 Sur le problème de l’identification du défunt sur un relief funéraire, voir Himmelmann 1999, append (...)
  • 20 IG II2 6971 (= CEG 481), début du ive s. ?
  • 21 Par exemple IG II2 5235, 6218 (trois générations). Plusieurs pierres commémorent deux individus, le (...)
  • 22 Voir IG II2 6008, une stèle à rosettes du ive s. appartenant à l’origine à Koroibos de Mélitè et à (...)

13Sur les reliefs des stèles funéraires à multiples personnages, il n’est pas toujours aisé de savoir qui est le défunt19. On pense généralement que c’est celui vers qui l’attention des autres figures converge. Mais il existe des cas où la stèle a été réalisée pour commémorer plusieurs décès consécutifs : c’est ce qu’indique l’épitaphe de la stèle de Dionysios d’Oinoè, érigée pour commémorer « ceux d’avant » (son oncle et son père), et « ceux représentés sur l’image » (Dionysios et d’autres membres de sa famille)20. Les épigraphistes ont pu déterminer que, sur certaines stèles multiples, c’est-à-dire portant plusieurs noms de défunts, les noms avaient été inscrits de la même main21. Ainsi, une stèle multiple pouvait servir à commémorer ceux qui étaient déjà morts, en plus de celui ou ceux qui venaient de décéder. Les stèles multiples n’indiquent pas forcément qu’il s’agit d’une famille dont les membres sont enterrés dans le même péribole : il faut être attentif à la contemporanéité de l’inscription des différents noms et à leurs possibles liens de parenté, car parfois une stèle familiale a pu être réutilisée par une autre famille, auquel cas les nouveaux noms sont simplement ajoutés aux anciens22.

  • 23 Voir Himmelmann 1999, p. 98-100.
  • 24 Par exemple CAT 1.277, 1.284, 2.177, 2.441, 3.075, 3.207, 3.213, 3.352 a, 3.420, 3.470 a.

14L’exemple du péribole des Héracléotes Agathôn et Sôsikratès au Céramique montre qu’une même personne peut très bien être représentée vivante sur la stèle d’un parent défunt, et recevoir après sa mort sa propre stèle avec son image reproduite à nouveau23. On connaît aussi des stèles sur lesquelles les épitaphes ne correspondent pas aux figures représentées24 : si plusieurs graveurs sont identifiables, on peut supposer que les noms qui ne concordent pas avec le relief ont été ajoutés après coup, au fur et à mesure des décès, sur la stèle du premier défunt de la famille ; ce monument devient donc aussi le leur, même s’ils n’y sont pas représentés.

  • 25 Pour d’autres exemples, voir G. M. A. Richter, « Family Groups on Attic Grave Monuments », dans R. (...)

15Lorsque l’on a la chance de trouver plusieurs monuments funéraires issus d’un même péribole, on constate que les mêmes noms apparaissent parfois à deux reprises ou plus ; on peut citer, pour Aixônè, le cas des lécythes de Kléô, Mètrodôra, Mys, Philia et Sôkleidès (GL 7-10), où les cinq noms n’apparaissent pas systématiquement ensemble25. Il semble qu’à l’occasion d’un nouveau décès, il arrivait que l’on rappelle le nom de ceux qui étaient déjà morts et qui se trouvaient enterrés dans le péribole.

  • 26 Humphreys 1980.
  • 27 SEG XXIII 161 ; Vivliodetis 2007, E 24 ; voir Humphreys 1980. Le seul autre groupe de taille compar (...)

16Les stèles individuelles, commémorant une seule personne, sont les plus fréquentes. Sur environ 600 épitaphes du ive s. concernant des citoyens athéniens pourvus du démotique relevées dans la deuxième édition des IG II, S. C. Humphreys calcule que plus de la moitié ont été gravées pour un individu26. Le corpus de notre dème renvoie la même image. Mais une stèle à nom unique ne signifie pas forcément que le défunt a été enterré seul : les rares fouilles de périboles funéraires montrent qu’ils pouvaient se composer de plusieurs stèles individuelles, à côté d’une stèle commune, multiple. C’était le cas par exemple de l’important enclos funéraire familial de Méidôn à Mérenda (dème de Myrrhinonte), qui contenait dix-huit tombes s’étalant sur cinq générations de la même famille : sur les dix monuments funéraires retrouvés, cinq ne commémoraient qu’une seule personne, alors que la stèle principale était inscrite de onze noms27. Des stèles qui paraissent individuelles ont donc très bien pu se dresser sur un enclos familial ; c’était le cas par exemple de celle de Kallippos II d’Aixônè (HGL 14).

  • 28 Voir la stèle Garland 1982, A 9, et le vase ibid., A 12 c. Dans notre corpus, la loutrophore de Lys (...)

17Sur les stèles et vases pourvus d’un relief figuré, l’épitaphe est généralement gravée au-dessus ou à côté du personnage défunt. Relevons que l’épitaphe peut se trouver sur la base des stèles ou des vases, parties que l’on n’a pas conservées la plupart du temps28 ; ainsi, un marqueur funéraire ne portant apparemment pas d’inscriptions en était peut-être pourvu sur une partie perdue du monument.

  • 29 On connaît quelques autres vieillards commémorés dans les épitaphes : CEG 477 (un homme mort à 100 (...)
  • 30 Cette vertu, civique et masculine sur les stèles de la seconde moitié du vie s., s’étend aux femmes (...)

18Contrairement aux épitaphes romaines, les inscriptions funéraires attiques sont peu bavardes : le plus souvent ne figure que le nom du défunt, avec son patronyme, son démotique le cas échéant, ou l’ethnique s’il s’agit d’un étranger. Elles mentionnent rarement l’âge du défunt ou son métier. Certaines stèles d’Aixonéens sont cependant pourvues d’une épigramme. Ces poèmes funéraires sont précieux pour l’historien, car ils peuvent révéler les vertus que l’on prêtait au défunt, la raison de sa mort, sa profession. L’épigramme de Chairiôn (HGL 8) nous apprend qu’il est mort nonagénaire et qu’il laisse derrière lui une belle descendance29. Théokléia (?), elle, est probablement célébrée pour sa modestie (sôphrosynè) (HGL 25)30. Dans CEG 537, une femme est dite travailleuse (ergastis) et économe (pheidôlos), autres qualités féminines requises pour être une parfaite épouse. L’énumération des qualités du défunt est récurrente : sagesse, prudence, sens de la mesure, beauté, bonté d’âme, habileté, intelligence, elles mettent en valeur le mort vis-à-vis de ceux qui ne le connaissaient pas, et ravivent chez ses proches son bon souvenir.

19La stèle funéraire, comme tout monument inscrit, a une fonction communicative. Cela se ressent particulièrement dans le cas des épigrammes qui s’adressent directement au passant (par exemple HGL 68). Inscrire le nom du mort sur la pierre, énumérer ses qualités, le faire dialoguer avec le passant, c’est le faire revivre.

Apports et limites des monuments funéraires
pour l’étude de la société athénienne

  • 31 À l’exception possible de DU 1 (voir annexe II, s.v.).

20Alors que les sources littéraires font la part belle aux citoyens, l’étude des monuments funéraires permet d’approcher d’autres composantes essentielles de la société, qui en formaient même la majorité, à savoir les femmes, les enfants, les esclaves, les étrangers. En outre, les épitaphes forment une matière épigraphique plus constante que les inscriptions publiques et permettent souvent de combler les lacunes de nos connaissances sur des périodes moins bien documentées par les autres sources. C’est le cas, nous l’avons vu, pour notre dème, dont les inscriptions officielles datent exclusivement du ive s., alors que les épitaphes de mon corpus s’étendent entre le ive s. av. J.-C. et le iiie s. apr. J.-C.31.

  • 32 Démosthène, C. Macartatos (43), 58. Voir aussi Isée, 4, 19 et 26 ; 6, 40 ; 8, 21-7 et 38-9.
  • 33 Lysias, 31, 12 : 300 dr. ; Démosthène, C. Boiôtos II (40), 52 : 1 000 dr. ; Lysias, 32, 21 : 2 500 (...)
  • 34 Sur le coût des monuments funéraires athéniens et des enterrements, voir Oliver 2000.
  • 35 Nielsen et al. 1989. Voir aussi Bergemann 1997, p. 136-142, qui observe que certains périboles de m (...)
  • 36 Garland 1982. Voir supra, p. 163, à propos de la loutrophore de Lysis.
  • 37 Ps.-Plutarque, Vies des dix orateurs 842 e ; SEG XXXVII 161-163, avec le commentaire d’A. P. Mattha (...)

21L’historien de l’Attique semble donc disposer là d’une documentation idéale pour appréhender la société athénienne dans son ensemble. Mais est-on sûr que tous les Athéniens commémoraient leurs morts par l’érection d’un monument durable ? Les sources montrent la nécessité pour tout Athénien de bénéficier d’une sépulture. S’occuper de l’enterrement de ses parents est un devoir civique : une loi citée par Démosthène oblige les héritiers à enterrer le défunt. En cas de manquement, la tâche échoit au démarque, qui le fera au coût le plus bas possible ; les héritiers doivent ensuite rembourser, au prix du double32. La question du coût d’un enterrement fait débat, car les rares montants que nous avons sont issus du corpus des orateurs, qui ont tendance à concerner plutôt les milieux aisés33. Sans doute que l’érection de stèles et autres sculptures sur la tombe n’était pas à la portée de toutes les bourses34. On admet donc raisonnablement qu’un monument funéraire onéreux indique la richesse du défunt ou de sa famille. En revanche, l’inverse n’est pas vrai : même les périboles les plus richement parés peuvent comporter quelques monuments tout à fait modestes. Il serait imprudent de déduire de la trouvaille d’un simple cippe, isolé de tout contexte, que le défunt était peu fortuné. T. H. Nielsen et une équipe de chercheurs de Copenhague, dans une étude aux conclusions contestables, font cependant un constat intéressant : si l’on compare les noms dans les épitaphes et ceux répertoriés par J. K. Davies dans Athenian Propertied Families, on ne trouve pas de rapport clair entre la richesse des citoyens et la magnificence de leur pierre tombale. Sur treize liturges, quatre ont des stèles toutes simples35. Mais, outre qu’une famille riche ne va pas forcément choisir un monument luxueux (le choix du monument funéraire dépend aussi de la mode, des goûts et d’autres facteurs qui nous échappent), il faut garder à l’esprit que ces monuments funéraires modestes pour des membres de la classe liturgique sont des trouvailles isolées, et qu’ils pouvaient très bien se dresser sur un péribole par ailleurs richement décoré. En effet, dans deux des périboles étudiés par R. S. J. Garland, l’un contenait une simple colonnette, un autre une colonnette et quatre petits cippes36. De même, selon le pseudo-Plutarque, les marqueurs des tombes du célèbre Lycurgue et de certains de ses descendants étaient des trapezai ; et les monuments de l’enclos familial trouvés en fouilles ne laissent pas soupçonner qu’il s’agissait d’une famille aussi puissante37.

  • 38 Nielsen et al. 1989 ; contra Oliver 2000.

22Les auteurs de l’étude danoise dont il vient d’être question, pour appuyer leur thèse selon laquelle même un citoyen pauvre pouvait s’offrir un monument funéraire inscrit à son nom, avancent que sur les quelque 588 stèles non décorées que l’on possède pour le ive s., la plupart devaient avoir été érigées par des citoyens ordinaires38. Cependant, vu ce qui vient d’être dit, ce genre de conclusion est loin d’être sûr : on ignore combien, parmi ces 588 stèles non décorées, se dressaient en fait sur des périboles, car la majorité d’entre elles ont été trouvées en position secondaire.

23En définitive, si l’on peut cesser de croire que les monuments funéraires ne concernent que les Athéniens aisés, on ne peut admettre qu’ils reflètent fidèlement l’ensemble de la société.

  • 39 Pétrakos 1999, I, p. 335-413. On peut citer encore les nécropoles d’Acharnes (Platonos-Giota 2004, (...)
  • 40 166 inscriptions funéraires trouvées dans la nécropole de Rhamnonte figurent dans le corpus de Pétr (...)
  • 41 Voir Osborne 1991 : sur les 50 stèles retenues pour son étude, 76 % viennent de Rhamnonte, 10 % d’A (...)
  • 42 Garland R. 1987, p. 59 et p. 66 ; Grigoropoulos 2009.

24Un autre écueil pour l’historien de la société désireux d’exploiter les monuments funéraires est l’inégale répartition des trouvailles archéologiques en Attique, qui fait courir le risque de surestimer la quantité d’épitaphes pour une zone et, à l’inverse, de la minimiser pour une autre. Alors que la ville d’Athènes a été explorée de fond en comble depuis un siècle et demi, le reste de l’Attique a nettement moins bénéficié de l’attention des chercheurs. Néanmoins, depuis quelques décennies, l’exploration archéologique se porte de plus en plus sur l’Attique, ainsi que le montrent les fouilles fructueuses menées dans certains dèmes, comme à Rhamnonte par exemple39. Ce dernier cas doit doublement nous mettre en garde : premièrement, la nécropole du dème a livré le plus grand nombre d’inscriptions funéraires en dehors de la ville d’Athènes, alors qu’il ne s’agissait certainement pas du dème le plus peuplé de l’Attique40. Deuxièmement, avant que ne débutent les fouilles à Rhamnonte, on ne connaissait que seize stèles de Rhamnousiens : six provenaient de Rhamnonte, quatre d’Athènes, et six d’ailleurs. Après un nouveau comptage au début des années 1990, on a constaté que les trois quarts des stèles de démotes ont été trouvées dans leur dème d’origine41 ! Cela montre la difficulté d’exploiter le matériel funéraire pour une étude démographique des dèmes, ce matériel étant bien trop dépendant du hasard des découvertes et du degré d’exploration archéologique de la zone concernée, sans parler d’autres facteurs, parfois insaisissables, comme le rapport des individus au monument funéraire. Qui plus est, dans ce genre d’enquête, ne prendre en compte que les épitaphes mène à des conclusions biaisées : ainsi, pour le Pirée, R. Garland, sur la base des seules inscriptions funéraires, conclut à une baisse drastique de la population démotique après 300, suivie d’une autre consécutive au sac de Sylla ; D. Grigoropoulos, en combinant les inscriptions funéraires, bouleutiques et éphébiques, constate au contraire une augmentation du nombre de Piréens à l’époque romaine, comme jamais depuis le ive s.42.

  • 43 Voir le graphique de Meyer 1993, fig. 1. Pour la période 430-330, on a huit fois plus d’épitaphes q (...)

25Au point de vue de la chronologie, le risque de mal interpréter les données est tout aussi grand : le sol athénien a livré plus de 10 000 épitaphes, dont 30 % datent du ive s.43. Il ne faudrait pas en déduire que la population était plus nombreuse qu’à n’importe quelle autre période de l’Antiquité, ou que le taux de mortalité était particulièrement élevé ou que les Athéniens étaient spécialement prospères pour avoir autant gravé la pierre ; le ive s. est, comme nous l’avons vu à plusieurs reprises, le siècle de l’épigraphie athénienne, et c’est aussi le siècle des plus belles et des plus nombreuses productions de monuments funéraires de toute l’histoire de la cité.

  • 44 Meyer 1993. Voir aussi infra, p. 344-345.

26Pourtant, selon E. A. Meyer, la grande quantité d’épitaphes athéniennes et leur concentration au ive s., découlent de la propension des Athéniens à se définir avant tout comme citoyens44. Cette hypothèse se fonde essentiellement sur l’usage du démotique dans les épitaphes : la présence de ce dernier sur les stèles funéraires ne serait pas anodine, elle signifierait l’attachement de l’Athénien à sa condition de citoyen, attachement qui serait donc particulièrement fort au ive s. Mais l’usage du démotique n’est pas une marque de ce siècle : comme E. A. Meyer le constate elle-même, au ive s., un peu plus de la moitié des épitaphes trouvées dans les dèmes ruraux donnent le démotique (340 sur 636, soit 53,5 %), un constat qui reste valable pour les trois siècles suivants (114 sur 212, soit 53,8 %). En outre, on ne peut affirmer que les citoyens faisaient systématiquement figurer leur démotique sur leur monument funéraire : comme nous le verrons dans une prochaine section, on ne peut exclure que sous certains onomata sans démotique se cachent des citoyens.

  • 45 Voir supra, p. 80-89 ; sur la concentration des stèles funéraires dans l’asty, voir supra, p. 336.

27Pour le iiie s., E. A. Meyer constate une chute drastique du nombre d’inscriptions funéraires dans les dèmes et leur concentration croissante, déjà perceptible dans la seconde moitié du ive s., dans la ville d’Athènes et au Pirée. Selon elle, cela s’explique par le fait que ces deux pôles constituaient les endroits idéaux pour commémorer l’identité civique, puisqu’ils concentraient désormais l’activité politique, et donc l’exercice de la citoyenneté, alors que la vie politique locale devait être très réduite. Il a été montré plus haut que nous n’avions aucune raison de croire en une disparition ni même en un déclin dramatique des dèmes à l’époque hellénistique45.

  • 46 Voir Hedrick 1999 ; Pébarthe 2006, p. 243-289 ; A. Bresson, « Les cités grecques et leurs inscripti (...)

28En définitive, si l’on ne peut nier l’attachement des Athéniens à leur condition de citoyen, il n’explique pas la riche moisson d’épitaphes par rapport à d’autres cités, ni leur concentration au ive s. Il faut tenir compte du hasard des trouvailles et de l’habitude épigraphique, laquelle varie en fonction de multiples facteurs trop complexes pour être analysés ici, mais parmi lesquels figurent l’existence d’un savoir-faire, la présence de matériaux adéquats, la capacité financière de l’individu ou du groupe qui fait graver la pierre, la volonté de donner au texte une publicité durable46.

29Une autre difficulté inhérente à l’étude des monuments funéraires attiques est la détermination exacte de leur provenance. En effet, leur lieu de trouvaille est souvent problématique pour les fouilles anciennes, documentées moins soigneusement que les fouilles récentes. L’endroit est parfois donné de manière trop vague (« à Athènes »), ou confondu avec le lieu de stockage de la pierre ; c’est le problème par exemple des fameuses stèles dites d’Égine, du fait qu’elles ont été conservées dans ce qui fut le premier musée de l’État grec. De même, dans les anciens corpus, les stèles dites provenir d’Athènes ou du Pirée sont susceptibles d’y avoir été être transportées pour y être stockées dans les musées et les dépôts lapidaires.

  • 47 Dans les rares cas où on a pu mettre en relation les monuments funéraires et les dépouilles (par ex (...)
  • 48 Dans sa thèse, Grossman 1995 en recense environ 165. Voir le catalogue de D. W. Bradeen, dans Agora(...)

30Les pierres ne sont pas toujours trouvées in situ, ce qui pose un autre problème. Dans l’idéal, bien entendu, il faudrait pouvoir étudier les monuments funéraires avec les tombes qu’ils marquaient ; mais à moins d’une trouvaille faite dans le contexte d’une fouille bien documentée, c’est le plus souvent impossible47. En effet, ces beaux blocs de marbre ont volontiers été réutilisés dans les constructions plus récentes, églises, fortifications, maisons ou autres. Mais comme ce sont des pierres très lourdes, on admet généralement qu’elles n’ont pu être déplacées sur une longue distance. Par exemple, les stèles funéraires classiques trouvées en grand nombre sur l’Agora ont été réutilisées dans des constructions tardives, mais elles proviennent des cimetières de la ville48.

31Toutes ces réserves expliquent pourquoi j’ai renoncé à utiliser le témoignage des monuments funéraires de mon corpus pour une étude démographique du dème d’Aixônè. On ne peut ainsi rien dire du nombre de résidents à Aixônè, ni de la proportion entre hommes et femmes. Il est possible par contre d’estimer le nombre des démotes, mais pour ce calcul il faut se tourner vers d’autres catégories d’inscriptions. En revanche, les monuments funéraires inscrits sont essentiels pour l’étude des mouvements migratoires, comme nous le verrons dans une prochaine section.

Le nombre des démotes

  • 49 Ainsi que l’ont déterminé Hansen et al. 1990, en sus des inscriptions funéraires, mais nous avons v (...)

32Cette section est consacrée à la démographie de la population démotique, c’est-à-dire au nombre des Aixonéens, quel que soit leur lieu de résidence. Dans ce genre d’enquête, on veille en principe à croiser les informations issues de plusieurs types de documentation : les inscriptions bouleutiques, éphébiques et les listes de diaitètes49. Voyons d’abord la pertinence de ces sources pour l’estimation de la population démotique en général, avant de passer au cas aixonéen.

  • 50 On ne dispose de listes bouleutiques qu’à partir du ive s. Parfois, on avance deux documents du ve  (...)
  • 51 Voir Hansen 1986, p. 60-64 sur le rapport entre quota bouleutique et population démotique. Lors de (...)

33En analysant les listes des bouleutes, où ces derniers sont classés par dèmes, les savants se sont aperçus qu’ils pouvaient calculer le nombre de représentants annuels pour chaque dème au Conseil de la cité ; c’est ce qu’on nomme le quota bouleutique50. Les bouleutes étant recrutés dans les dèmes, on en a déduit que plus un dème compte de démotes inscrits sur le lexiarchikon grammateion, plus son quota bouleutique est élevé51.

34On a tenté de transformer ce constat en chiffres, par deux moyens :

  • sur la base d’un passage de Démosthène, l’unique source à ce jour à donner une estimation d’une population démotique, en l’occurrence celle d’Halimonte. Le plaignant, Euxithéos, déclare que 73 démotes étaient présents à une assemblée du dème qui s’est tenue à Athènes en 346/5, lors de laquelle il a été radié du lexiarchikon grammateion ; il ajoute que cette assemblée, qui devait se prononcer sur chaque personne inscrite dans le registre, aurait dû traiter environ 80 cas52. Ce dernier chiffre doit donc être le nombre total des démotes. Le quota bouleutique d’Halimonte étant de trois à cette époque, on a calculé qu’un bouleute représentait entre 26 et 27 démotes53 ; il suffirait ainsi d’appliquer ce ratio à tous les quotas bouleutiques pour connaître la population démotique de chaque dème. Mais, d’après M. H. Hansen, les Halimousiens devaient être bien plus nombreux que cela : selon ses calculs, pour fournir le nombre de bouleutes nécessaires chaque année, il faudrait en moyenne 126 Halimousiens (si on accepte une population totale de 21 000 citoyens), ou 180 (si, comme lui, on préfère le chiffre de 30 000)54. Le savant danois pense que le nombre des démotes articulé par Euxithéos dans le discours de Démosthène est volontairement biaisé, car il était dans son intérêt de mentir, pour convaincre les jurés qu’il avait été victime d’une conspiration. Il me semble douteux que le plaignant ait pris ce risque, car il aurait été facile pour son adversaire de le confondre : le discours dit bien qu’Euboulidès disposait d’une liste des démotes55. Quoi qu’il en soit, à cette époque, les quotas bouleutiques, qui avaient été fixés au moins un siècle auparavant, ne devaient plus vraiment correspondre à la réalité démographique des dèmes56. La facilité avec laquelle certains dèmes augmentent le nombre de leurs bouleutes lorsque de nouvelles tribus sont créées tend à le confirmer57. On peut penser en revanche que les quotas de la période des douze et des treize tribus sont plus fiables, en supposant que les Athéniens aient profité de ces réajustements pour adapter le nombre des bouleutes par dème aux réalités démographiques58 ;
  • par le calcul du rapport entre le quota bouleutique et le nombre total des démotes qui figurent dans la Prosopographia Attica de J. Kirchner. On obtient un ratio moyen de 24,5, avec un tiers des dèmes entre 20 et 30, un tiers à plus de 30 et un tiers à moins de 2059. M. H. Hansen a démontré l’invalidité de cette méthode. En reprenant l’exemple d’Halimonte, il relève que sur les 79 Halimousiens connus dans la prosopographie de J. Kirchner, 13 le sont par le Contre Euboulidès de Démosthène, et seulement 30 vivaient au ive s.

35On le voit, ces chiffres sont délicats à manier et il paraît illusoire de trouver un ratio qui permettrait de chiffrer les populations démotiques à partir des quotas bouleutiques. Ces derniers ne sont exploitables au mieux que de manière relative, pour comparer la taille des populations démotiques les unes avec les autres, et encore ces comparaisons ne sont-elles valables que pour les périodes qui suivent de peu l’établissement ou la modification de ces quotas.

  • 60 Voir Traill 1975, p. 61-64, qui suppose qu’à partir de cette période, les bouleutes sont directemen (...)

36Un autre inconvénient des quotas bouleutiques est qu’ils ne sont pas exploitables pour toutes les périodes : à partir de 200 environ, le nombre de bouleutes par dème varie tellement que l’on ne peut plus l’utiliser pour estimer la taille des populations démotiques60.

  • 61 C’est-à-dire de la réforme d’Épikratès à la fin de la guerre lamiaque (335/4-322/1) selon Chankowsk (...)
  • 62 Voir Hansen 1988, p. 3-6, qui constate une augmentation flagrante du nombre d’éphèbes dans les list (...)

37Tournons-nous vers les listes d’éphèbes. Un écueil se présente d’emblée : elles ne peuvent être utilisées que pour la courte période dans la seconde moitié du ive s. où l’éphébie était accessible à tous les jeunes Athéniens de 18-20 ans car subventionnée par la cité61. C’est en effet durant ces années que l’on constate la plus forte participation à cette institution62.

  • 63 Voir Hansen 1986, appendice 3 p. 77-79, et p. 47-50 et p. 61 sur les inscriptions éphébiques utilis (...)
  • 64 Hansen 1986, p. 50 et tableau p. 12, d’après A. J. Coale, P. Demeny, Regional Modern Life Tables an (...)

38Pour cette période, on dispose de huit listes d’éphèbes suffisamment bien conservées pour être utilisables. Elles nous font connaître le nombre d’éphèbes pour 52 dèmes, appartenant à quatre tribus différentes63. En utilisant les critères de la démographie des populations occidentales d’époque moderne, M. H. Hansen estime que les jeunes de 19 ans représentent 3,3 % des citoyens entre 18 et 80 ans et plus, que 10 % de ces jeunes citoyens sont inaptes au service militaire (pour cause de handicap ou de maladie), et que seulement 60 % des jeunes citoyens aptes servent comme éphèbes (tout en admettant que 80 % serait tout aussi possible)64.

  • 65 Voir Ath. Pol. 53, 4.
  • 66 D’après les données de la démographie européenne du xixe s., 0,6-0,9 % des hommes de plus de 18 ans (...)
  • 67 Dans Ath. Pol. 53, 5 sont mentionnés deux cas de dispense : pour ceux qui se trouvent hors de la ci (...)

39Venons-en aux listes de diaitètes, ces Athéniens entrés dans leur soixantième année exerçant la charge d’arbitre public65. Disons-le d’emblée, elles ne semblent pas exploitables pour notre question. Elles sont très peu nombreuses, souvent bien trop lacunaires et ne permettent d’appréhender que les citoyens ayant atteint l’âge de 59 ans, or il nous est difficile de savoir quelle proportion de la population civique totale ils représentaient66. Par ailleurs, comme pour les éphèbes, on ne sait pas combien d’entre eux n’avaient pas pu exercer leur charge67.

  • 68 Osborne 1985, p. 44. Voir aussi le tableau dans P. J. Rhodes, R. Osborne, GHI, p. 454-455, qui comp (...)
  • 69 Voir Hedrick 1999, particulièrement les graphiques éloquents des p. 392 et 394, et supra, p. 337. A (...)
  • 70 Voir infra, p. 350. On a pu déterminer tout de même que certains clérouques avaient envoyé leurs fi (...)

40En matière d’estimations démographiques, je fais donc partie des pessimistes. Même en croisant les sources, il me paraît illusoire d’espérer aboutir à un chiffre qui soit un tant soit peu précis et crédible : les résultats obtenus à partir de ces différentes catégories de documents, atteints par des calculs déjà très hypothétiques, ne concordent pas suffisamment. Ainsi, R. Osborne obtient pour les deux dèmes de Paiania (inférieur et supérieur) un minimum de 390 démotes d’après le quota bouleutique de la période des dix tribus, mais d’après les listes de diaitètes, ils auraient été environ 60068. De plus, toutes ces sources sont soumises aux aléas de l’habitude épigraphique : certaines périodes, comme le ive s., sont riches en documents de toutes les catégories, alors qu’en d’autres moments, les inscriptions se font plus rares69. Une estimation de la population civique athénienne n’est donc possible que pour le ive s., car, ensuite, soit les documents sont trop peu nombreux, soit ils changent de caractère et ne peuvent plus être utilisés pour une étude démographique. Il faut préciser enfin que l’on ne peut prendre en compte dans nos calculs les Athéniens « de l’extérieur », qui s’étaient établis à l’étranger ou dans les clérouquies. On ignore en effet la part qu’ils prenaient aux institutions de la cité, dont l’éphébie, le Conseil, et l’arbitrage public ; on suppose généralement que cette participation était faible, en raison de l’éloignement géographique70.

  • 71 Traill 1986, p. 22-25. En fin de volume, sur la carte des dèmes avec leurs quotas de la période des (...)
  • 72 Pour les quotas bouleutiques d’Aixônè, voir Traill 1986, p. 13 et p. 22-25, et infra, p. 342.

41Par acquit de conscience, voyons tout de même ce que l’on peut dire de la population démotique d’Aixônè au ive s. Le quota bouleutique n’est pas certain : J. S. Traill l’estime à 9-11 pour la période des dix tribus, avec une préférence pour 1071. Si l’on reprend le calcul de M. H. Hansen pour Halimonte, cela équivaudrait à 600 démotes environ, pour une population civique totale de 30 000 citoyens. Le quota bouleutique monte à 15 (?) lors de la période des douze tribus (307/6-224/3), ce qui représenterait 900 démotes, et à 17 (?) à l’époque des treize tribus (223/2-200), soit 1 020 démotes72. Mais le calcul de M. H. Hansen ne peut s’appliquer au-delà du ive s., car on ne dispose plus de sources suffisantes pour estimer la population civique totale.

  • 73 Reinmuth no 2 (voir GHI 89) ; IÉleusis 86. L’interprétation de Traill de SEG XXXVI 155 comme une dé (...)

42On dispose de deux listes d’éphèbes suffisamment complètes pour la tribu Cécropis, ce qui est remarquable ; elles sont de plus presque contemporaines : ce sont celles des « promotions » de 334/3 et de 333/273. Dans la première, la tribu a fourni environ 42 éphèbes ; dans la seconde, 52. Dans chacune des deux listes, sept éphèbes sont Aixonéens. Si on applique la méthode de calcul de M. H. Hansen, cela donne une population d’environ 390 démotes. Comme pour les quotas bouleutiques, les chiffres que l’on a représentent un minimum, car le nombre d’éphèbes effectivement fournis n’est pas équivalent au nombre de jeunes gens en âge d’exercer l’éphébie. M. H. Hansen lui-même estime à 60 % le nombre de jeunes de 19 ans qui ont exercé l’éphébie et c’est ce chiffre qu’il prend en compte dans ses calculs (et que j’ai adopté également), tout en admettant que le pourcentage pourrait tout aussi bien être de 80 % (ce qui donnerait, pour Aixônè, un peu plus de 290 démotes) ! Il faut donc considérer ces estimations avec la plus grande prudence, car elles restent très conjecturales, et fondées presque exclusivement sur des observations démographiques modernes.

  • 74 IG II3 4, 24 (371/0 ? ; au minimum sept Aixonéens) ; SEG XXXVII 124 (330/29 ; au minimum un Aixonée (...)

43Les listes de diaitètes sont difficilement exploitables pour Aixônè. Seules trois mentionnent des Aixonéens, dont deux sont trop fragmentaires pour être utilisées74. Avec ses deux diaitètes en 325/4, Aixônè aurait eu une population démotique minimale de 222 à 333 personnes.

  • 75 Voir Cohen 2000, p. 13 n. 14, qui se fonde sur les études de Ruschenbusch, Hansen et Raaflaub : une (...)
  • 76 Voir les tableaux I-XIII chez Traill 1975. J’ai tenu compte des modifications apportées par Traill (...)

44Dans ces conditions, il est très difficile d’avancer un chiffre pour la population démotique aixonéenne. Malgré tout, sur la base des quotas bouleutiques et de la méthode de calcul de M. H. Hansen, on peut estimer un minimum de 600 démotes environ pour le ive s., ce qui est comparable à la population civique d’une cité de taille moyenne75. Mais c’est surtout la considération relative des quotas bouleutiques qui est éloquente : pour la période des dix tribus, Aixônè figurait parmi les dèmes pourvus des plus hauts quotas, juste après Acharnes (22) et Aphidna (16), et à peu près au même niveau que Kydathènaion (11-12), Paiania inférieur (11), Éleusis (11 ?), Marathon (10), Anaphlystos (10), Alopékè (10), Euônymon (10). C’est toujours le cas pour la période des douze tribus (307/6-224/3) : Aixônè (15 ?) se trouve derrière Acharnes (25), Paiania inférieur (22) et Aphidna (16), juste devant Éleusis (14). Pour la période des treize tribus (223/2-200), J. S. Traill estime à 17 ? le quota bouleutique d’Aixônè, mais les sources sont difficiles à exploiter. Notre dème se situe probablement toujours derrière Acharnes, même si on ignore si ce dernier a vu son quota modifié à cette période, et Paiania inférieur (qui n’a pas changé de quota), mais il dépasse peut-être de peu Aphidna (qui n’a pas non plus changé de quota)76.

Une société en mouvement :
les migrations au départ et à destination d’Aixônè

  • 77 Ce à quoi s’est essayé Damsgaard-Madsen 1988, qui retient 736 inscriptions funéraires attiques pour (...)

45Athènes est, dans tout le monde grec antique, le meilleur terrain d’observation pour l’étude des mouvements migratoires internes d’une cité. En effet, les monuments funéraires inscrits, très abondants, constituent une documentation exceptionnelle, qui permet d’appréhender la mobilité des citoyens et de leurs filles d’un dème à l’autre, grâce à la mention du démotique77. Il faut cependant rappeler quelques écueils :

  • le démotique se transmet de père en fils, indépendamment du lieu de résidence. Lors de la mise sur pied du système clisthénien à la fin du vie s., les citoyens se sont vu attribuer un démotique en fonction du lieu où ils habitaient, démotique qu’ils ont transmis à leurs descendants, même si ces derniers n’habitaient plus dans le dème de leurs ancêtres. Ainsi, un Aixonéen du ive s. a très bien pu résider toute sa vie au Pirée, et depuis plusieurs générations, tout en restant un Aixôneus. Ce phénomène m’a fait renoncer à établir une carte des mouvements migratoires des Aixonéens, car elle aurait été trompeuse. Prenons le cas d’Archestratè fille d’Alexos de Sounion, enterrée à Aixônè (GL 22). Sans autre information, on la ferait provenir de Sounion, mais on sait que son père s’était établi près d’Athènes dans le dème de Xypétè, là où on a trouvé son monument funéraire. Il est probable que sa fille vivait là avec lui avant son mariage. Le mouvement migratoire, dans ce cas, a donc eu lieu au moins en deux temps, de Sounion à Xypétè, et de Xypétè à Aixônè, mais pas de Sounion à Aixônè directement ;
  • si l’on peut prendre acte d’une migration, on ne peut la dater. Cet écueil est la conséquence du précédent. Ainsi, une stèle funéraire d’un Aixonéen trouvée à Athènes par exemple ne signifie pas qu’il a quitté son dème pour la ville : sa famille peut très bien y être établie depuis longtemps. Il y a bien eu un mouvement migratoire d’Aixônè vers la ville, mais on ne peut dire quand il a eu lieu. R. Étienne a donné un exemple concret de ce problème avec une stèle de Markopoulo montrant un mariage entre un homme d’Oè et une femme d’Angélè. Or, on sait par d’autres stèles funéraires que la famille de l’homme d’Oè s’était établie à Angélè depuis plusieurs générations78 ;
  • on part généralement du principe qu’un Athénien était enterré à l’endroit où il avait vécu. Mais il faut avoir conscience de certaines situations qui, si elles sont rarement décelables dans nos sources, devaient néanmoins exister. Par exemple, un démote qui a vécu toute sa vie en dehors de son dème, mais qui souhaite y être enterré avec ses ancêtres79 ;
  • un autre écueil est l’inégale répartition de notre documentation. La grande majorité des épitaphes, qui constituent le socle sur lequel se fonde l’étude des mouvements migratoires en Attique, sont comprises entre le ive s. et la première moitié du iiie s. ;
  • enfin, il faudrait dans l’idéal tenir compte aussi des déplacements temporaires, ce qui est rarement possible. Je pense par exemple au cas des citoyens qui possédaient des terres dans plusieurs endroits de la campagne et qu’ils allaient régulièrement visiter80.

46Dans l’étude des mouvements migratoires, on ne peut donc dégager que des tendances générales ; la réalité des déplacements de population, qui devait être bien plus complexe, nous échappe en grande partie.

47Comme l’étude des mouvements migratoires en Attique est rendue possible par l’existence du démotique, il convient de rappeler quelques points importants sur l’usage de cet élément de la nomenclature du citoyen athénien.

L’usage du démotique81

  • 81 Voir Hansen 1996, p. 176-178 sur Athènes.
  • 82 Ath. Pol. 21, 4.

48D’après l’Athénaiôn Politéia, avec l’entrée en vigueur du système clisthénien, le démotique fit partie de la nomenclature du citoyen82. Mais dans les inscriptions, l’ajout du démotique ne devint habituel que plus d’un siècle plus tard, dans l’épigraphie privée d’abord, puis, une cinquantaine d’années ensuite, dans l’épigraphie publique. Les sources montrent que la mention du démotique n’est jamais obligatoire, pas même dans les documents officiels : jusqu’en 354/3, le proposant d’un décret du peuple n’est désigné que par son onoma. Après cette date, dans les inscriptions officielles athéniennes, on observe une grande diversité quant à l’usage du démotique, tantôt précisé tantôt non, diversité qui se constate également dans l’épigraphie aixonéenne.

  • 83 Hansen et al. 1990. Pace Cohen 2000, p. 119-120, on ne peut déduire en mélangeant toutes ces source (...)

49Dans les sources littéraires, on ne précise d’habitude pas le dème des personnages, sauf chez les orateurs. Les documents épigraphiques sont les meilleures sources : ils révèlent plus de 20 000 Athéniens avec démotique, toutes périodes confondues, selon une estimation publiée en 199083.

  • 84 Par exemple Meyer 1993 (voir les réserves émises supra, p. 337) ; Vestergaard et al. 1992, qui ajou (...)
  • 85 Ath. Pol. 55, 3. Voir Feyel 2009, p. 171-181.
  • 86 Fraser 1995. Voir aussi C. M. Keesling, « Name Forms on Athenian Dedications of the Fifth and Fourt (...)
  • 87 À l’inverse, il est impensable que les métèques aient été pourvus du démotique sur leurs tombes, pa (...)
  • 88 Voir supra, p. 334.

50Sur les monuments funéraires, la mention du démotique, et du patronyme, est fréquente. On pense généralement que la raison en est la volonté de montrer à tout un chacun que le défunt est bien un citoyen légitime, fils d’un père citoyen, et inscrit sur le registre de son dème84. C’est possible, car l’on sait que les droits civiques dépendaient presque exclusivement de l’ascendance : de manière significative, lors de la dokimasia des archontes, on leur demandait notamment le nom de leur père, son dème, le nom du grand-père paternel, le nom de la mère et du grand-père maternel ainsi que le dème de ce dernier, et où se trouvaient les tombeaux familiaux85. Mais, pour tirer une si importante conclusion de la présence du démotique dans les épitaphes, il faudrait que la pratique soit systématique. Or, elle ne l’est pas, ainsi que l’a démontré P. Fraser86 : la plupart des stèles funéraires athéniennes jusqu’en 480 environ ne portent que le nom du défunt, sans patronyme ni démotique, et, avant 400 environ, il n’est pas courant d’inscrire le démotique sur les tombes. P. Fraser a constaté le même flottement dans l’usage du démotique sur les dédicaces dans les sanctuaires, et sur les ostraka du Céramique du ve s. Sur les quelque 8 000 épitaphes attiques de l’époque classique et au-delà contenues dans les IG, il calcule que 2 600 seulement mentionnent le démotique. Naturellement, les cas, nombreux, où ne figure que l’onoma, avec ou sans le patronyme, sont délicats à interpréter : on les considère en principe comme des métèques ou d’autres personnes ayant des privilèges limités ou inexistants comme les femmes, les mineurs, les esclaves. Mais, comme le souligne P. Fraser, on ne connaît aucune loi à Athènes, ni de règlement, définissant la formule à adopter sur les tombes ; on ne peut donc écarter l’idée que certains soient des citoyens87. On peut aussi penser que la nomenclature complète figurait sur la base de la stèle ou du vase de pierre, rarement conservée ; ou encore, dans le cas des monuments qui se dressaient sur des périboles, que le nom complet figurait sur un autre élément de l’ensemble88.

  • 89 On en connaît en tout neuf exemples à Athènes, dont une Aixonéenne (HGL 67, iie-iiie s. apr. J.-C.) (...)
  • 90 Par exemple, dans notre corpus, HGL 62 et 63. Voir Whitehead 1986, p. 77-79.

51Le rapport des femmes athéniennes au démotique reflète leur condition dans la société : elles n’étaient pas autonomes. Toute leur vie, elles étaient subordonnées à leur kyrios, c’est-à-dire l’homme qui en était responsable : leur père, leur mari, leur frère, leur oncle, etc. Cette dépendance se reflète dans la manière de les nommer sur les monuments funéraires : comme elles n’exercent aucun droit politique, elles ne portent pas de démotique, mais celui-ci apparaît au génitif dans la nomenclature de leur époux ou de leur père. Plus précisément, les femmes ne portent pas de démotique sous sa forme « classique » (adjectivale) avant l’époque impériale, et ces exemples sont rares89. Avant ces temps tardifs, il arrive que les femmes soient accompagnées d’un pseudo-démotique, sous la forme ἐκ + nom du dème, ou nom du dème + terminaison -θεν90, ce qui n’est évidemment pas l’indice du statut civique mais de leur appartenance à la communauté des démotes au sens large.

  • 91 Pour le ive s., Hansen 1996 recense, dans son appendice 2, 45 occurrences d’ethniques féminins. Not (...)

52Parmi les étrangers en revanche, les femmes portent leur ethnique comme le font les hommes ; on en recense de nombreux exemples dans les épitaphes attiques91. Comme pour le démotique féminin, l’ethnique indique l’appartenance de la femme à la communauté civique d’origine, sans qu’elle soit assimilable à un citoyen.

  • 92 IK 17, 1-I. Ephesos, no 3140. C’est sans doute un clérouque, comme le suppose Hansen 1996.
  • 93 E.g. IOropos 355-356 (335-330), où le démotique Anagyrasios a été effacé, sauf la première lettre, (...)
  • 94 Par exemple dans IG IV2 1, 42, l. 21-22 (Épidaure, vers 221/0), SEG XXV 443, l. 3-5 (décret de prox (...)
  • 95 Sur toutes ces questions, et avec de nombreux exemples, voir Fraser 2009, p. 56-57 et p. 83-86, et (...)

53L’usage d’un démotique en dehors de l’Attique indique en principe que l’endroit en question avait été intégré au territoire athénien. C’est par exemple le cas, à certaines époques, des îles de Lemnos, Imbros, Skyros, Samos, Délos et du territoire d’Oropos. La présence de démotiques dans les inscriptions de ces lieux indique donc une période de domination athénienne, comme dans le cas du démote d’Eitéa dont la tombe a été trouvée dans la Pérée de Samos92. De manière significative, les démotiques sont systématiquement effacés sur les inscriptions lorsqu’Oropos retourne dans le giron béotien, ou remplacés par l’ethnique Athènaios93. Parfois, le démotique athénien est utilisé dans des régions qui n’ont pas été dominées par Athènes, mais cela s’explique probablement par un souci de précision, car l’ethnique figure aussi94. Le démotique seul n’est attesté que dans des documents privés de l’époque impériale95.

Les Aixonéens du dehors, les non Aixonéens du dedans

54On le voit dans le corpus de l’annexe II, des monuments funéraires de non Aixonéens ont été trouvés sur le territoire du dème, et inversément, des Aixonéens ont été inhumés hors de leur dème. Combinés à d’autres sources, ils permettent de reconstituer une partie des mouvements migratoires de nos Aixonéens, et de mesurer l’attractivité du dème pour les non ressortissants.

  • 96 Kellogg 2013, p. 53, qui prend en compte les épitaphes jusqu’au ier s. seulement, sans s’en expliqu (...)
  • 97 Osborne 1991.

55Les mouvements de démotes en Attique semblent avoir été importants, comme le montre notamment une récente étude sur Acharnes, qui aboutit à près de 30 % de démotes enterrés dans leur dème, un peu moins de 44 % dans l’asty, 9 % au Pirée, et 17 % ailleurs sur le territoire athénien96. R. Osborne avait abouti à un résultat assez semblable pour Képhalè, un assez grand dème situé au sud de l’Attique, au nord de Thorikos : selon son estimation, fondée sur les épitaphes, 72 % des démotes ont migré, essentiellement en ville97. Mais son étude montre aussi que ce constat ne vaut pas pour tous les dèmes : pour le Céramique, 62 % des démotes sont enterrés dans ou près de leur dème d’origine, et ce chiffre atteint 76 % pour Rhamnonte. Les épitaphes des Aixonéens donnent l’image d’une émigration massive : parmi celles concernant assurément des démotes et datant du ive s., environ trois quarts ont été trouvées en dehors du dème – principalement à Athènes et au Pirée –, et à Aixônè même, aucune n’est postérieure au ive s., sauf une exception (GL 24). Toutes périodes confondues, environ 60 % des monuments funéraires d’Aixonéens de l’extérieur provient de la ville et ses alentours, et un quart du Pirée. Nous l’avons vu dans un précédent chapitre, certains démotes illustres ont passé l’essentiel, si ce n’est la totalité, de leur vie en dehors de leur dème d’origine : c’est le cas de Lysis II, dont le monument funéraire se trouvait dans ou près du dème de Xypétè, entre Athènes et le Pirée, ou encore celui de la famille de Kallippos II, dont toutes les stèles funéraires, sauf une, ont été exhumées au Pirée. On trouve aussi une poignée d’épitaphes d’Aixonéens dans des dèmes ruraux : à Halai Aixônidès dans le voisinage immédiat (HGL 24), mais aussi bien plus loin, à Paiania (HGL 22 et 62), Rhamnonte (HGL 35), Acharnes (HGL 11), dans la plaine thriasienne (HGL 12), et même en dehors de l’Attique, à Salamine (HGL 47). Nous verrons plus loin les implications de ce flux migratoire important des Aixonéens vers la zone urbaine.

  • 98 Voir Étienne, Muller 2007 ; Taylor 2011.
  • 99 Sur ces pôles d’attraction, voir infra, p. 349.
  • 100 Sur les démotes de Décélie, voir infra, n. 113. Les redistributions foncières peuvent émaner aussi (...)

56Les migrations peuvent avoir de multiples causes98. Les raisons matrimoniales sont celles qui sont le plus facilement repérables sur les monuments funéraires, mais il faut penser aussi à l’attractivité économique de certains dèmes, comme Acharnes et son exploitation du charbon de bois ou, bien évidemment, le Pirée avec l’activité commerciale de son port99. Le désir de s’impliquer fortement dans la vie politique de la cité peut motiver un citoyen à déménager (provisoirement en tout cas) en ville, du moins pour les ressortissants de dèmes relativement éloignés de l’asty. La conjoncture politique et militaire peut aussi expliquer certaines migrations : on sait par exemple que la guerre du Péloponnèse a entraîné une concentration des gens de la campagne en ville pour des raisons de sécurité ; certaines familles y sont sans doute restées, d’autres sont retournées sur leurs domaines, d’autres encore ont obtenu les terres de ceux qui n’avaient pas survécu à ces décennies de guerre100. En revanche, selon l’étude de R. Étienne et A. Muller, il ne semble pas que les migrants aient tenu compte de l’organisation politique de l’Attique dans leur choix de destination : par exemple, aucun échange particulier entre dèmes d’une même tribu n’a pu être constaté.

  • 101 Voir Étienne 1975, précisant qu’il arrivait au mari de déménager dans le dème de sa femme, peut-êtr (...)
  • 102 HGL 5 : un Aixonéen et une femme de Kothôkidai, au Pirée ; 16 : l’Aixonéenne Isthmonikè et un homme (...)
  • 103 Étienne, Muller 2007, contra Cox 1998, p. 41-43, qui déduit des épitaphes attiques du ive s. que le (...)
  • 104 Osborne 1985, p. 130-135, avec des exemples. Certains mariages entre dèmes étaient prohibés en vert (...)

57Pour nos démotes, il faut avouer que l’on ignore le plus souvent la raison qui les a poussés à quitter leur dème d’origine. Le mariage est certainement un facteur important et le nombre d’unions mixtes dépasse d’ailleurs largement celui des unions entre Aixonéens. Parfois, l’homme est établi dans le dème de son épouse : ainsi l’Aixonéen Aischytès, marié à Philtè du Pirée (HGL 9). Il est naturellement possible que la famille de cet Aixonéen ait été déjà installée au Pirée ou que ce dème ait attiré Aischytès pour d’autres raisons avant qu’il n’y rencontre Philtè. La situation inverse se rencontre aussi, celle où une Aixonéenne vit dans le dème de son mari (HGL 11, Acharnes). On a observé que, la plupart du temps, c’est l’épouse qui déménage101. Mais, dans la majorité des cas, le couple mixte est établi dans un troisième dème, ou même hors de la péninsule attique102 ; en l’absence d’autres sources, il est alors impossible de savoir lequel des époux a suivi l’autre. Ces observations concordent avec les résultats de l’étude de R. Étienne et A. Muller sur les dèmes de la Mésogée : les monuments funéraires témoignant de mariages intra-dèmes sont bien inférieurs en nombre à ceux montrant des mariages inter-dèmes, et ces derniers se trouvent le plus souvent dans un troisième dème, qui n’est ni celui de la femme, ni celui du mari103. R. Osborne avait déjà souligné cette tendance à l’échelle attique : il recense 131 mariages inter-dèmes contre 32 intra-dèmes104 ; comme le relèvent R. Étienne et A. Muller, même en ajoutant à ce dernier chiffre les cas sans démotique (au nombre de 80), en supposant qu’ils concernent des unions entre démotes, au minimum un mariage sur deux unissait des hommes et des femmes issus de dèmes différents.

  • 105 Osborne 1985, p. 135-137.
  • 106 Voir Cox 1988, qui donne pour exemples IG II2 5698 (Philomachos d’Araphèn et Philostratè fille de K (...)

58R. Osborne a montré que les stratégies des grandes familles (sur lesquelles nous informent les sources littéraires du ive s.) consistaient à préserver la lignée et les biens en mariant les proches parents ; selon lui, cela pourrait expliquer nombre de mariages inter-dèmes105. Dans certaines inscriptions, il est possible de déceler des cas d’endogamies, si les noms des époux et leurs patronymes partagent plusieurs éléments en commun106. Je n’ai pu identifier aucun cas de ce type dans mon corpus, mais sans doute l’échantillon est-il trop restreint.

  • 107 Cox 1988 ; ead. 1998, p. 3-28. Davies 1971 avait déjà mis en évidence ce phénomène, par exemple aux (...)
  • 108 Sur Chabrias, la fille de Mélanôpos II, Kichèsias IV et Léôn II, voir les sections sur ces personna (...)

59C. A. Cox a traité des familles qui ont contracté plusieurs mariages pour leurs femmes dans le même dème extérieur. Cela dénote selon elle une envie de consolider les possessions terriennes de la famille dans le dème extérieur, et une volonté de renforcer les liens avec des familles riches et/ou politiquement influentes107. Ces cas de mariages vus comme des alliances stratégiques sont difficiles à reconnaître dans les sources, car il faut disposer de suffisamment d’informations prosopographiques sur les familles concernées, ce qui n’est bien souvent le cas que quand elles apparaissent dans les discours des orateurs. Là encore, mes sources n’ont permis que rarement de mettre en évidence de telles stratégies : tout au plus peut-on déceler quelques beaux mariages, comme celui de l’Aixonéenne Kléô avec un descendant d’Alcibiade (HGL 34), celui de Chabrias avec la fille d’Éryximachos II, celui de la fille de Mélanôpos II avec Diophantos de Sphettos, celui de l’Aixonéenne Kallistomachè avec l’un des fils de Lycurgue, celui de Kichèsias IV avec Habryllis, et peut-être celui de Léôn II avec Thémistodikè108.

  • 109 Damsgaard-Madsen 1988 citait l’exemple de Rhamnonte, le dème rural le plus riche en inscriptions fu (...)

60Nous l’avons vu, outre le mariage, bien d’autres raisons peuvent expliquer les mouvements migratoires. Notre corpus montre un mouvement important de la campagne vers la ville (c’est-à-dire la zone Athènes-Pirée-Phalère), pôle d’attraction puissant puisque c’est là qu’étaient concentrés les magistratures civiques, les assemblées et les tribunaux populaires, ainsi que les activités commerciales. C’est conforme à ce que l’on sait des mouvements migratoires dans l’ancienne Attique. Les monuments funéraires sont très parlants à cet égard : on ne trouve que rarement un Athénien de la zone urbaine dans le reste de l’Attique, tandis que la majorité des monuments funéraires trouvés dans cette zone appartiennent à des démotes de la campagne. À l’intérieur de chaque dème rural, on constate, quand les sources le permettent, que les démotes sont majoritaires, alors que les citoyens originaires d’autres régions rurales sont peu nombreux109. À Aixônè également, sur les vingt-cinq monuments funéraires inscrits trouvés à Glyphada, seuls six mentionnent des hommes ou des femmes originaires d’un autre dème (GL 2, 5, 11, 18, 22, 25), et aucun étranger n’est attesté à ce jour, à part peut-être une exception (GL 24). Ces Athéniens venus d’ailleurs sont issus de dèmes éparpillés dans le nord et le sud de l’Attique, éloignés d’Aixônè (Oinoè, Sounion, Phègaia, Bèsa), sauf deux exceptions (Euônymon), sans que l’on y décèle une quelconque tendance. Il est difficile de savoir pourquoi ces personnes du dehors ou leurs ancêtres se sont installés à Aixônè ; la seule explication perceptible dans nos sources est le mariage : ainsi cet homme de Phègaia qui a épousé l’Aixonéenne Dèmainétè (GL 2), ou Archestratè de Sounion, qui était sans doute mariée à un Aixonéen (GL 22), tout comme Nikomachè de Phègaia, dont la borne de garantie dotale a été trouvée à Glyphada (13).

  • 110 Damsgaard-Madsen 1988. Les mêmes tendances ressortent de Étienne, Muller 2007 pour le cas précis de (...)

61Ainsi, le schéma migratoire des Aixonéens est conforme à ce que des études plus larges sur les mouvements de population en Attique ont observé : le flux migratoire principal se faisait de la campagne vers la ville, et ce déjà au ive s., avec une petite migration entre les dèmes ruraux110. Le pôle d’attraction principal était donc l’asty et son port ; A. Muller a montré, dans sa thèse de doctorat inédite, qu’il existait d’autres pôles, mais secondaires, comme Éleusis, la Tétrapole, Acharnes, Paiania, Hagnonte, Sphettos, lesquels ne semblent pas avoir attiré beaucoup d’Aixonéens.

  • 111 L’idée d’un exode rural, qui expliquerait la formidable expansion de la ville d’Athènes entre le vi(...)
  • 112 C. Euboulidès (57), 10 (on est en 346/5).
  • 113 Osborne 1985, p. 58 et p. 184-185, ainsi que Whitehead 1986, p. 352-358, ont montré que jusqu’à la (...)
  • 114 Pace Jones 1999, p. 133-150, qui voit la raison du déclin des dèmes institutionnels à l’époque hell (...)

62Cependant il ne faudrait pas penser en termes d’exode rural massif, qui supposerait un abandon des dèmes de la campagne111 : on l’a dit, une réflexion fondée uniquement sur les inscriptions funéraires a toutes les chances d’être fausse, car leur nombre et leur répartition dépend grandement du hasard des découvertes, du degré d’exploration archéologique des différents dèmes, et de l’habitude épigraphique. Preuve en est que pour bon nombre de dèmes, Aixônè y compris, la plupart des monuments funéraires ont été trouvés dans la zone urbaine dès le ive s., lequel est pourtant considéré comme le siècle d’or des dèmes athéniens, puisque c’est à cette époque que leurs activités sont les plus visibles dans les sources épigraphiques. Dans le chapitre 4, on a vu en effet que les inscriptions aixonéennes révèlent une vie politique locale très active à cette époque, les démotes assumant à tour de rôle les magistratures et les liturgies du dème, ce qui suppose qu’un bon nombre y résidait encore. Souvenons-nous du Contre Euboulidès de Démosthène, où le plaideur signale au tribunal que la majorité des Halimousiens vivaient à Halimonte112 ; à la lumière des études sur les dèmes, cette assertion apparaît comme la règle, et non l’exception113. Faut-il le répéter, les dèmes constituent pour beaucoup d’Athéniens le cadre principal de leur vie politique, religieuse, économique et sociale. Résider hors de son dème d’origine peut certes distendre le lien avec ce dernier, mais il ne le rompt pas : la présence de tombes et de domaines familiaux, l’obligation d’exercer certaines magistratures et liturgies locales, la célébration de cérémonies religieuses, incitent le démote exilé à y retourner régulièrement114. Il est intéressant de constater que même au sein d’une famille déracinée comme celle de Kallippos II, l’un des frères de ce dernier, Philokratès, était visiblement resté en possession de la propriété familiale, car sa tombe se trouvait à Aixônè (GL 15).

  • 115 En 167, Délos redevint athénienne, et en une génération déjà plusieurs Athéniens y prospérèrent, vo (...)
  • 116 D’après Hansen 1986, p. 56-57, qui cite Philoklès de Phréarrhioi, clérouque à Samos en 346/5 et bou (...)

63Les monuments funéraires de notre corpus ne donnent aucun exemple d’Aixonéen hors de la péninsule attique, à part Salamine (HGL 47). Là encore, le seul témoignage des épitaphes peut s’avérer trompeur, puisque nous savons par d’autres sources, littéraires mais surtout épigraphiques, que bon nombre de nos démotes ont été actifs à l’extérieur. Bien entendu, ils ne sont décelables que sur des terres athéniennes, où ils font usage du démotique, je l’ai rappelé ci-dessus. Ainsi, ils sont bien attestés dans les clérouquies et autres possessions athéniennes : à Lemnos, où Améinias et Amynandros furent hiéromnémons du Cabirion vers le milieu du ive s. ; à Samos, où plusieurs Aixonéens furent bouleutes entre 352 et 347 (Hiéroklès, Philtôn, Amphistratos, Déinostratos), et l’un symproèdre dans un décret de la clérouquie voté en 346/5 (Dèmètrios) ; à Imbros, où Aristokléidès et Kalliphôn furent bouleutes en 352/1, et Kèphisodôros stratège vers 100 ; à Délos, où Dèmètrios fut gymnasiarque et prêtre de la déesse Rome vers 100, alors que son fils était meneur de la procession pour Zeus Polieus et Athéna Polias sur l’île115. À Salamine, Smikythos fut cavalier vers 320 ; Aischrôn fit partie d’une commission pour la construction de sanctuaires vers 116/5. L’Aixonéen Klaros, clérouque à Imbros, fut épopte des mystères des Grands Dieux de Samothrace vers 160-180 apr. J.-C. Les clérouques semblent avoir peu participé à la vie politique civique, en raison de leur éloignement géographique. On connaît il est vrai quelques exemples d’Athéniens attestés au cours de leur vie comme clérouques d’une part et comme bouleutes à Athènes d’autre part, mais il est probable qu’ils soient d’abord rentrés définitivement en Attique avant d’avoir siégé au Conseil116.

  • 117 Dans un texte très lacunaire de la seconde moitié du ive s. trouvé en ville d’Athènes, un métèque r (...)
  • 118 Whitehead 1986, p. 81-85.
  • 119 Grigoropoulos 2009. Garland R. 1987, p. 66, qui n’a pris en compte que les stèles funéraires d’époq (...)

64Si les Aixonéens ont accueilli parfois des hommes et des femmes originaires d’autres dèmes, en revanche aucun métèque ou étranger n’a pu être identifié pour le moment, sauf une ou deux exceptions117. Cela ne doit pas nous faire conclure à la quasi-absence de tout étranger à Aixônè, car là comme ailleurs, l’effet de source est important. Il est cependant probable que notre dème ait moins attiré d’étrangers que les dèmes urbains et suburbains : en effet, selon un calcul de D. Whitehead, 61 % des métèques dont le dème de résidence est connu habitent l’Athènes urbaine ou suburbaine, et 19 % au Pirée ; le reste est réparti dans une trentaine de dèmes, surtout situés dans les environs d’Athènes118. Les métèques n’étaient pas autorisés à posséder une terre ou une maison en Attique, à moins de bénéficier de l’enktèsis ; ils ne pouvaient donc tirer leur subsistance de la propriété foncière contrairement aux citoyens. Ils exerçaient essentiellement des activités financières, artisanales ou commerciales, activités qui trouvaient des débouchés surtout en ville et au Pirée. Il est intéressant de constater au demeurant que les démotes du Pirée, eux, résidaient majoritairement à Athènes, et ce dès le ive s. ; avec l’essor du port à partir du ve s., le dème a attiré une majorité de métèques et d’affranchis119.

  • 120 HGL 46 (une femme d’Élis), 48 (une femme d’Ainos en Thrace), 55 (une femme de Smyrne), 66 (une femm (...)
  • 121 Ps.-Démosthène, C. Néaira (59), 16. La loi sur la citoyenneté de Périclès (451/0) avait déjà dû por (...)
  • 122 Hansen 1986, appendice 2 p. 73-76 ; Habicht 2000, p. 122-123. Voir aussi G. Oliver, « Foreign Names (...)

65Certains Aixonéens ont pourtant épousé une femme étrangère, mais nos exemples viennent tous de la zone urbaine, et ils sont très peu nombreux et d’époque tardive120. Pendant longtemps, la loi athénienne ne reconnaissait de mariage de plein droit qu’entre Athéniens121. Au plus tard à la fin du iie s., cette loi a dû tomber en désuétude, car les mariages entre Athéniens et étrangers sont monnaie courante122.

* * *

66Ce chapitre a permis, notamment grâce à l’exploitation des épitaphes d’Aixônè et des Aixonéens, des quotas bouleutiques, des listes d’éphèbes et de diaitètes, d’aborder les questions du nombre de démotes au ive s., et des mouvements migratoires. Pour des raisons évoquées plus haut, j’ai en revanche renoncé à mener une étude démographique de la population résidente du dème.

67Avec toute la prudence requise en matière de démographie antique, a été proposée une estimation à 600 démotes au minimum pour le ive s. La comparaison entre les quotas bouleutiques situe Aixônè parmi les dix dèmes les plus peuplés durant cette période, et peut-être au moins jusqu’en 200. Cette population démotique nombreuse explique sans doute en grande partie la vitalité et la prospérité du dème à cette époque, aspects qui ont été mis en évidence dans les précédents chapitres. Les données sont beaucoup plus rares pour les périodes suivantes, car les sources épigraphiques, qui fournissent l’essentiel de nos informations sur le dème, en sont réduites presque uniquement aux épitaphes. Ces dernières donnent l’impression que le territoire du dème est abandonné et que les Aixonéens se sont concentrés en ville et au Pirée. Mais, comme nous l’avons vu à plusieurs reprises, l’archéologie et quelques inscriptions d’un autre ordre montrent que le dème continue d’exister et d’être peuplé, certes à une moindre échelle semble-t-il, mais suffisamment pour que les institutions, tant locales que civiques, puissent continuer de fonctionner.

68L’étude des mouvements migratoires a montré une société aixonéenne tournée vers l’extérieur : les mariages mixtes (avec des Athéniens issus d’autres dèmes) sont nombreux, et les démotes sont très présents hors de leur dème d’origine, principalement en ville et au Pirée, mais aussi au-delà des frontières de l’Attique, dans les endroits où l’usage du démotique permet de les repérer. En revanche, le territoire du dème semble avoir abrité peu de citoyens non-démotes, et les étrangers y sont extrêmement rares. L’absence d’un port important ou d’une garnison, une économie essentiellement agricole, fondée sur la propriété terrienne et ne pouvant donc pas attirer les personnes qui étaient dépourvues du droit de propriété, expliquent probablement en grande partie la faible attractivité du dème pour les non Aixonéens. Mais l’on sous-estime sans doute la présence temporaire de non Aixonéens dans le dème : nous avons vu dans le chapitre 1 qu’Aixônè était un lieu de passage entre Athènes et Sounion d’une part, et entre Athènes et les dèmes de la Mésogée à travers l’Hymette d’autre part.

69Les stèles funéraires témoignent donc d’une société aixonéenne en mouvement, riche en mélanges. Cette grande mobilité des démotes ne constitue cependant aucunement une entrave au bon fonctionnement du dème : d’autres documents, analysés notamment dans les chapitres 4, 5 et 6, montrent que les Aixonéens avaient réussi à établir un sain équilibre entre participation politique au niveau de la cité et bonne conduite des affaires locales, qu’elles soient politiques, économiques ou religieuses.

Notes

1 Meyer 1993, p. 99.

2 S. D. Lambert, « IG II2 2345, Thiasioi of Herakles and the Salaminioi again », ZPE 125 (1999), p. 96 et n. 3. Le calcul est fondé sur la population moyenne des citoyens au ive s. (20 000-30 000) et le nombre de citoyens de la même période répertoriés dans le LGPN.

3 Voir infra, p. 345-346.

4 Selon Hansen 1986, p. 8, le nombre d’Athéniens vivant en Attique est bien inférieur à celui du nombre total d’Athéniens, avec un ratio de 4 : 5, et même de 3 : 4 à certaines époques ; il n’explique malheureusement pas comment il arrive à cette estimation.

5 IG II2 2313-2317 ; SEG XLI 115.

6 Ainsi pour Érétrie, D. Knoepfler a réussi à identifier des noms épichoriques propres à quelques dèmes voisins (D. Knoepfler, « Le territoire d’Érétrie et l’organisation politique de la cité », dans M. H. Hansen [éd.], The Polis as an Urban Center and as a Political Community [1997], p. 369-371). L’apparition de ces noms sur des stèles funéraires in situ fournit un indice sérieux et bien souvent unique sur la localisation des dèmes érétriens.

7 Cet onoma, qui signifie « qui prononce des paroles légères », est presque unique en Attique : les auteurs du LGPN ne recensent qu’un autre cas, un Kouphagoras père d’Épizèlos (ce dernier a combattu à Marathon en 490), mentionné par Hérodote, VI 117 (= PAA 583310). Son démotique est inconnu.

8 Euxithéa, Isthmonikè, Mégaristos ne sont pas de vrais hapax : le masculin Euxithéos est assez fréquent, le masculin Isthmonikos est rare, le féminin Mégaristè n’est attesté qu’une seule fois (voir PAA et LGPN, s.v.). Hagnothéos, que l’on pourrait être tenté de faire dériver de la divinité Hagnè Theos, mentionnée dans le règlement religieux (15), n’est pas un nom rare en Attique (34 occurrences dans le LGPN, et 3 pour le féminin Hagnothéa) et n’est pas limité au dème d’Aixônè ; on ne peut donc pas le considérer comme épichorique.

9 Voir PAA, s.v. ; LGPN, s.v.

10 Pronapès : Erchia, Prasiai, Prospalta. Télésarchos : Cholargos, Acherdonte, Aphidna, et peut-être Halai. Voir PAA, s.v. et LGPN, s.v. Voir aussi annexe IV, s.v. « Τυννίας ».

11 Hansen et al. 1990 estiment que les inscriptions funéraires que l’on a (entre 400 av. J.-C. et 250 apr. J.-C. environ) révèlent les noms (avec démotique) de seulement 1,3 % des citoyens athéniens, mais elles donnent des informations sur environ 2 % d’entre eux, si l’on prend en compte les patronymes et les noms des époux accompagnant ceux des femmes. Cet échantillon est, selon ces auteurs, suffisant pour en tirer des remarques prosopographiques et démographiques pertinentes. Le pourcentage de citoyens connus augmente considérablement si l’on ne prend en compte que le ive s. et tous les types de sources, voir supra, p. 329.

12 A. Muller, « Les déplacements de populations en Attique, du vie siècle avant au iiie siècle après J.-C. », thèse de doctorat en archéologie, sous la direction de R. Étienne, Paris, Paris I Panthéon-Sorbonne, 2010. Je remercie vivement l’auteur de m’avoir donné une copie de cette étude encore inédite.

13 Tombe du prêtre égyptien Pétosiris, ive s. (trad. G. Lefebvre, Le tombeau de Pétosiris [1924], I, p. 136 no 81).

14 Voir chapitre 2.

15 E.g. le lécythe de la rue Anthéôn (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 131 no 29), le lécythe MN 3587 (Proukakis-Christodoupoulos 1971, no 186 et pl. 28 ; CAT 3.278). Voir aussi infra, p. 477 n. 12.

16 On dispose de corpus pour les monuments funéraires d’époque classique, voir C. W. Clairmont, Classical Attic Tombstones (1993-1995) ; J. Bergemann (éd.), Datenbank der attischen Grabreliefs: Projekt DYABOLA (2005) (1 dvd-rom, paru déjà en 1998 sous la forme de 3 cd-rom). Pour un exposé détaillé de l’histoire de la recherche sur les monuments funéraires attiques, voir Hildebrandt 2006, p. 9-20 ; CAT vol. I (introduction), p. 191-267. Sur l’évolution stylistique des monuments funéraires attiques, voir, pour le ve s., K. Stears, « The Times They Are A’Changing: Developments in Fifth-Century Funerary Sculpture », dans G. J. Oliver (éd.), The Epigraphy of Death: Studies in the History of Society in Greece and Rome (2000), p. 25-58 ; pour les ve-ive s., Hildebrandt 2006, p. 74-148 et CAT vol. I (introduction), p. 12-18 et p. 38-46 ; pour les ive-iiie s., K. Stears, « Losing the Picture: Change and Continuity in Athenian Grave Monuments in the Fourth and Third Centuries B.C. », dans N. K. Rutter, B. A. Sparkes (éds), Word and Image in Ancient Greece (2000), p. 206-227 ; pour l’époque romaine, A. Mühsam, Die attischen Grabreliefs in römischer Zeit (1936) et « Attic Grave Reliefs of the Roman Period », Berytus 10 (1952), p. 53-114, von Moock 1998.

17 Le motif a été analysé par de nombreux chercheurs, e.g. G. Davies, « The Significance of the Handshake Motif in Classical Funerary Art », AJA 89 (1985), p. 627-640, qui pense que selon le contexte, la poignée de mains signifie que le mort prend congé des vivants, ou rejoint dans l’au-delà les membres de sa famille qui sont déjà morts.

18 E.g. IG II2 6971 (= CEG 481), début du ive s. ?

19 Sur le problème de l’identification du défunt sur un relief funéraire, voir Himmelmann 1999, appendice 2 p. 97-128.

20 IG II2 6971 (= CEG 481), début du ive s. ?

21 Par exemple IG II2 5235, 6218 (trois générations). Plusieurs pierres commémorent deux individus, le plus souvent un homme et une femme (père et fille ou mari et épouse). Parfois, trois personnes sont mentionnées, et très peu de pierres portent plus de quatre noms. Le record est onze noms (voir infra, p. 334). Les stèles multiples couvrent souvent deux générations, parfois trois ; celle à onze noms est exceptionnelle, elle couvre cinq générations au moins ! Sur les stèles multiples et la difficulté de leur interprétation, voir Hildebrandt 2006, p. 187-191.

22 Voir IG II2 6008, une stèle à rosettes du ive s. appartenant à l’origine à Koroibos de Mélitè et à ses descendants, qui semble avoir été acquise au iiie s. par une nouvelle famille venant du dème d’Eitéa selon Garland 1982, A 18 a.

23 Voir Himmelmann 1999, p. 98-100.

24 Par exemple CAT 1.277, 1.284, 2.177, 2.441, 3.075, 3.207, 3.213, 3.352 a, 3.420, 3.470 a.

25 Pour d’autres exemples, voir G. M. A. Richter, « Family Groups on Attic Grave Monuments », dans R. Lullies (éd.), Neue Beiträge zur klassischen Altertumswissenschaft. Festschrift zum 60. Geburtstag von Bernhard Schweitzer (1954), p. 256-259 (qui mentionne nos lécythes GL 8 et 9 p. 256 no 2).

26 Humphreys 1980.

27 SEG XXIII 161 ; Vivliodetis 2007, E 24 ; voir Humphreys 1980. Le seul autre groupe de taille comparable figure dans une source littéraire, Démosthène, C. Macartatos (43), 79 : l’interlocuteur se présente comme membre d’un oikos qui se flatte d’une piété irréprochable envers les morts, et dit que depuis son arrière-arrière-grand-père tous sont enterrés dans le même péribole, ce qui signifie environ vingt-deux personnes sur quatre générations.

28 Voir la stèle Garland 1982, A 9, et le vase ibid., A 12 c. Dans notre corpus, la loutrophore de Lysis (HGL 7) nous en fournit un bel exemple.

29 On connaît quelques autres vieillards commémorés dans les épitaphes : CEG 477 (un homme mort à 100 ans), 554 (un homme de 70 ans), 592 (Hèdution de Marathon, morte à 90 ans), 757 (la prêtresse d’Athéna Polias Lysimachè, morte à plus de 80 ans), IRham. 260 (Euphranôr fils d’Euphrôn de Rhamnonte, mort à 105 ans). Voir le commentaire à HGL 8.

30 Cette vertu, civique et masculine sur les stèles de la seconde moitié du vie s., s’étend aux femmes et aux enfants dès la fin du ve s., voir H. North, Sophrosyne: Self-Knowledge and Self-Restraint in Greek Literature (1966), p. 252-253, qui traduit par « modestie » quand l’adjectif s’applique à une femme, et « modération » quand il s’applique à un homme. Voir le commentaire à HGL 25. On prend la mesure de la polysémie du mot dans ses divers contextes en lisant A. Rademaker, Sophrosyne and the Rhetoric of Self-Restraint. Polysemy and Persuasive Use of an Ancient Greek Value Term (2005), p. 252-269.

31 À l’exception possible de DU 1 (voir annexe II, s.v.).

32 Démosthène, C. Macartatos (43), 58. Voir aussi Isée, 4, 19 et 26 ; 6, 40 ; 8, 21-7 et 38-9.

33 Lysias, 31, 12 : 300 dr. ; Démosthène, C. Boiôtos II (40), 52 : 1 000 dr. ; Lysias, 32, 21 : 2 500 ou 5 000 dr. ; Démosthène, C. Stéphanos I (45), 79 : 2 talents ; Platon, Lois 959 d : 100-500 dr. pour un enterrement d’un coût modéré. Voir aussi Lysias, 19, 59, qui mentionne de l’argent prêté pour payer les dépenses d’un enterrement.

34 Sur le coût des monuments funéraires athéniens et des enterrements, voir Oliver 2000.

35 Nielsen et al. 1989. Voir aussi Bergemann 1997, p. 136-142, qui observe que certains périboles de membres de la classe liturgique contiennent des monuments simples.

36 Garland 1982. Voir supra, p. 163, à propos de la loutrophore de Lysis.

37 Ps.-Plutarque, Vies des dix orateurs 842 e ; SEG XXXVII 161-163, avec le commentaire d’A. P. Matthaiou, Horos 5 (1987), p. 31-44.

38 Nielsen et al. 1989 ; contra Oliver 2000.

39 Pétrakos 1999, I, p. 335-413. On peut citer encore les nécropoles d’Acharnes (Platonos-Giota 2004, p. 110-159 et p. 172-181), de Myrrhinonte (Vivliodetis 2007, p. 165-192), de Vari (A. Alexandridou, « The North Necropolis of Vari Revisited », AEph 151 [2012], p. 1-73).

40 166 inscriptions funéraires trouvées dans la nécropole de Rhamnonte figurent dans le corpus de Pétrakos 1999, vol. II, alors que 66 sont recensées dans l’étude de Platonos-Giota 2004 pour Acharnes, le plus gros dème de l’Attique. 29 sont incluses dans le corpus de Vivliodetis 2007 pour Myrrhinonte, ce qui est quasiment le même chiffre que pour Aixônè. Or, le dème de Myrrhinonte comptait deux fois moins de démotes que le nôtre (d’après les quotas bouleutiques) ; il faut dire que les fouilles ont pu être menées dans une zone bien moins urbanisée que Glyphada.

41 Voir Osborne 1991 : sur les 50 stèles retenues pour son étude, 76 % viennent de Rhamnonte, 10 % d’Athènes, 14 % d’ailleurs. Osborne juge cependant ce dème atypique : parce qu’il était très fréquenté (en raison du sanctuaire de Némésis et de la garnison), on aurait éprouvé plus qu’ailleurs le besoin de s’afficher par son monument funéraire.

42 Garland R. 1987, p. 59 et p. 66 ; Grigoropoulos 2009.

43 Voir le graphique de Meyer 1993, fig. 1. Pour la période 430-330, on a huit fois plus d’épitaphes que pour les autres périodes.

44 Meyer 1993. Voir aussi infra, p. 344-345.

45 Voir supra, p. 80-89 ; sur la concentration des stèles funéraires dans l’asty, voir supra, p. 336.

46 Voir Hedrick 1999 ; Pébarthe 2006, p. 243-289 ; A. Bresson, « Les cités grecques et leurs inscriptions », dans A. Bresson et al. (éds), L’écriture publique du pouvoir (2005), p. 153-168.

47 Dans les rares cas où on a pu mettre en relation les monuments funéraires et les dépouilles (par exemple, au Céramique, les tombeaux du ve s. d’Eukolinè, Euphèros et Lissos, fouillés dans les années 1960 par les Allemands), on a observé une parfaite correspondance entre épitaphe, iconographie du relief et vestiges archéologiques. Voir Vestergaard et al. 1992.

48 Dans sa thèse, Grossman 1995 en recense environ 165. Voir le catalogue de D. W. Bradeen, dans Agora XVII.

49 Ainsi que l’ont déterminé Hansen et al. 1990, en sus des inscriptions funéraires, mais nous avons vu la difficulté de tirer des conclusions de ces dernières pour la démographie des dèmes.

50 On ne dispose de listes bouleutiques qu’à partir du ive s. Parfois, on avance deux documents du ve s. : une dédicace des prytanes de l’Érechthéis en 408/7 (Agora XV 1), mais elle ne recense que 37 noms, donc seulement une partie des prytanes ; peut-être une liste des 500 bouleutes (IG I3 1040, vers 420), mais elle est très fragmentaire, tout comme la précédente. Voir Hansen 1983.

51 Voir Hansen 1986, p. 60-64 sur le rapport entre quota bouleutique et population démotique. Lors de l’instauration de ces quotas, la population démotique devait correspondre plus ou moins au nombre des démotes résidant effectivement dans leur dème, mais rapidement, en raison des migrations des Athéniens, cela n’a plus été le cas. On estime cependant que, jusqu’à la fin du ive s. au moins, la majorité des démotes résidaient encore dans leur dème d’origine, voir infra, p. 349 n. 113.

52 Démosthène, C. Euboulidès (57), 9-15. Une soixantaine sont traités le même jour, et il en reste encore une vingtaine pour la prochaine séance.

53 E.g. Traill 1975, p. 65 n. 23 et le tableau p. 68.

54 Hansen 1986, p. 60-64, qui tient compte du fait que tous les Halimousiens n’étaient pas aptes à être bouleutes (pour des raisons de santé par exemple ou de moyens financiers) et que tous n’habitaient pas en Attique. Le nombre de citoyens athéniens au ive s. est source de débats incessants, et les estimations oscillent entre 20 000 et 30 000 citoyens ou plus (pour des références, voir Hansen 2006, p. 20 et n. 8-14). L’estimation haute (autour de 30 000, 35 000 avec les Athéniens de l’étranger), soutenue notamment par Hansen 1986 et 2006, p. 19-60, me semble préférable, car elle tient compte du nombre nécessaire de citoyens pour faire fonctionner les institutions démocratiques (Conseil et Assemblée, Héliée, magistratures civiques) et des citoyens vivant hors de l’Attique (métèques, clérouques, mercenaires, etc.). B. Akrigg, « Demography and Classical Athens », dans C. Holleran, A. Pudsey (éds), Demography and the Graeco-Roman World (2011), p. 37-59, critique la méthode de calcul de Hansen, mais conclut finalement que les résultats auxquels il parvient sont crédibles.

55 Démosthène, C. Euboulidès (57), 8.

56 Les quotas bouleutiques semblent fermement établis au moins à partir du milieu du ve s., voir Engels 1992, p. 433-435. Certains savants ont supposé des adaptations des quotas bouleutiques pendant la période des dix tribus : ainsi Larsen 1966, p. 8, vers 350, et Hansen 1983, p. 227-238, vers 403/2. Mais aucune source ne vient étayer ces hypothèses, comme le rappelle Engels.

57 En 307/6, le Conseil passe de 500 membres à 600, en raison de la création de deux nouvelles tribus. Aucun quota bouleutique n’est abaissé, mais plusieurs dèmes voient leur quota augmenter, de un à quatre bouleutes (Paiania inférieur voit même son quota passer de 11 à 22, mais c’est exceptionnel). Cela signifie que certains dèmes avaient potentiellement plus de bouleutes à fournir que le quota préalablement fixé.

58 Notons que des facteurs autres que démographiques ont pu faire varier la taille de la population civique athénienne : par exemple, lors des révisions des listes civiques (ainsi en 346/5) ou lorsqu’un cens est imposé (en 322/1, Antipater a introduit un cens de 2 000 dr. pour bénéficier des pleins droits de citoyen ; quelques années plus tard, Démétrios de Phalère fixa un cens de 1 000 dr.). On ignore si ces mesures se sont répercutées sur les quotas bouleutiques et, dans l’affirmative, de quelle manière.

59 Gomme 1933, p. 49-66, suivi par Traill 1975, p. 65-70.

60 Voir Traill 1975, p. 61-64, qui suppose qu’à partir de cette période, les bouleutes sont directement tirés au sort parmi tous les membres de chaque tribu. Il ne faut pas forcément y voir un signe de déclin du système des dèmes, voir supra, p. 88.

61 C’est-à-dire de la réforme d’Épikratès à la fin de la guerre lamiaque (335/4-322/1) selon Chankowski A. S. 2010, p. 125-127. Mais L. A. Burckhardt, « Die attische Ephebie in hellenistischer Zeit », dans D. Kah, P. Scholz (éds), Das hellenistische Gymnasion (2004), p. 194 parle d’un arrêt du financement des éphèbes par la cité seulement vers 300.

62 Voir Hansen 1988, p. 3-6, qui constate une augmentation flagrante du nombre d’éphèbes dans les listes aux alentours de 330. Selon lui, environ 500 éphèbes de seconde année étaient fournis chaque année avant la réforme d’Épikratès, et 600 dix ans plus tard.

63 Voir Hansen 1986, appendice 3 p. 77-79, et p. 47-50 et p. 61 sur les inscriptions éphébiques utilisées pour l’étude de la démographie athénienne. O. Palagia, D. Lewis, « The Ephebes of Erechtheis, 333/2 B.C. and their Dedication », ABSA 84 (1989), p. 333-344, ajoutent encore pour la tribu Érechthéis IG II2 2401 (une liste d’éphèbes de la tribu inscrits en 334/3), ce qui ferait passer le nombre d’éphèbes de cette tribu et de cette « promotion » de 48 à 50 ; cela n’a pas grande incidence sur les estimations démographiques de Hansen.

64 Hansen 1986, p. 50 et tableau p. 12, d’après A. J. Coale, P. Demeny, Regional Modern Life Tables and Stable Populations (1966). Voir encore Hansen 1988, p. 3-6. Pour les 20 ou 40 % de jeunes Athéniens aptes au service mais qui ne l’accomplissent pas, il se montre peu clair : il suppose en tout cas une participation moins forte des thètes que des autres classes sociales, et tient compte des fils de clérouques empêchés de faire le voyage jusqu’à Athènes. Tout cela me semble bien hypothétique. Burckhardt 1996, p. 42, ajoute les cas des orphelins de père qui doivent s’occuper de leur famille, ou de ceux qui servent dans la cavalerie (mais on n’a aucune raison de penser que ces derniers n’accomplissaient pas l’éphébie, voir G. R. Bugh, The Horsemen of Athens [1988], p. 169).

65 Voir Ath. Pol. 53, 4.

66 D’après les données de la démographie européenne du xixe s., 0,6-0,9 % des hommes de plus de 18 ans étaient dans leur soixantième année ; voir P. J. Rhodes, « Ephebi, Bouleutae and the Population of Athens », ZPE 38 (1980), p. 191-192, reprenant les estimations d’E. Ruschenbusch.

67 Dans Ath. Pol. 53, 5 sont mentionnés deux cas de dispense : pour ceux qui se trouvent hors de la cité et pour ceux qui exercent déjà une autre magistrature. On peut sans doute ajouter ceux qui étaient inaptes pour des raisons de santé.

68 Osborne 1985, p. 44. Voir aussi le tableau dans P. J. Rhodes, R. Osborne, GHI, p. 454-455, qui compare pour une cinquantaine de dèmes les quotas bouleutiques de la période des dix tribus avec le nombre d’éphèbes fournis entre 334 et 324 ; je ne vois pas ce qui fait dire aux auteurs « the general picture offered supports the suggestion that bouleutic quotas remained reasonably close to population distribution even in the late fourth century » (p. 455-456), car c’est justement l’impression inverse qui ressort de leur tableau.

69 Voir Hedrick 1999, particulièrement les graphiques éloquents des p. 392 et 394, et supra, p. 337. Ainsi, c’est bien imprudemment qu’Antoniou 1990, p. 135-140, utilise le nombre des démotes de Philaidai et de Kydantidai dans les inscriptions pour en déduire la santé économique et la vigueur démographique de leur dème respectif. C’est faire bien peu de cas du hasard de la conservation des documents, et des variations de l’habitude épigraphique.

70 Voir infra, p. 350. On a pu déterminer tout de même que certains clérouques avaient envoyé leurs fils à Athènes pour accomplir le service éphébique, comme le clérouque de Samos Néoklès, qui envoya son fils Épicure (le futur philosophe) à Athènes en 323/2 (Strabon, XIV 1, 18 ; Diogène Laërce, 10, 1).

71 Traill 1986, p. 22-25. En fin de volume, sur la carte des dèmes avec leurs quotas de la période des dix tribus, il note 11 ? pour Aixônè, ce qui représente le chiffre maximal selon son estimation.

72 Pour les quotas bouleutiques d’Aixônè, voir Traill 1986, p. 13 et p. 22-25, et infra, p. 342.

73 Reinmuth no 2 (voir GHI 89) ; IÉleusis 86. L’interprétation de Traill de SEG XXXVI 155 comme une dédicace d’éphèbes de la Cécropis en 332/1 (Traill 1986, p. 1-16) a été remise en cause récemment par Humphreys 2010, p. 78-81. Il s’agirait en fait d’une dédicace d’épiléktoi de la tribu Cécropis, en 318/7 (elle émet l’hypothèse que SEG XXXVI 155 appartienne à la même inscription que Agora XVI 105).

74 IG II3 4, 24 (371/0 ? ; au minimum sept Aixonéens) ; SEG XXXVII 124 (330/29 ; au minimum un Aixonéen) ; IG II2 1926 (325/4 ; deux Aixonéens en tout). Voir encore Agora XV 493 (343/2 ou 336/5), qui doit être une liste de diaitètes selon Humphreys 2010, p. 81-82 ; un Aixonéen dont le nom n’est pas conservé figurait à la l. 45.

75 Voir Cohen 2000, p. 13 n. 14, qui se fonde sur les études de Ruschenbusch, Hansen et Raaflaub : une cité « normale » occupe en moyenne un territoire de 25 à 100 km2, et possède une population civique de 133 (sic !) à 800 personnes.

76 Voir les tableaux I-XIII chez Traill 1975. J’ai tenu compte des modifications apportées par Traill 1986, p. 125-140 (reproduites sur la carte en fin de volume) pour la période des dix tribus, p. 17 pour Éleusis pour la période des douze tribus, p. 13 et p. 24-25 pour Aixônè pour les périodes des douze et des treize tribus.

77 Ce à quoi s’est essayé Damsgaard-Madsen 1988, qui retient 736 inscriptions funéraires attiques pour son étude des mouvements migratoires. Il s’en tient à celles datant d’avant 200, car c’est la « période classique des dèmes attiques » (je traduis), expression en soi discutable, et ne prend pas en compte les épitaphes de femmes car elles n’ont pas de démotique. Ce n’est pas exact, car dans leur nomenclature figure souvent le démotique de leur père, ce qui peut donner un indice de leur lieu d’origine. Outre l’article de Damsgaard-Madsen, d’autres études ont traité des mouvements migratoires en Attique : voir Osborne 1985, chap. 7 p. 127-153, et id. 1991, p. 239-248 ; Engels 1992 ; Étienne, Muller 2007, et la thèse inédite de ce dernier (citée supra, p. 331 n. 12) ; Taylor 2011.

78 Étienne 1975, p. 379-384. Cet exemple a été repris par Osborne 1985, p. 131-132.

79 Voir Eschine, 1, 99, où la mère de Timarchos de Sphettos supplie ce dernier de ne pas vendre le domaine sis dans le dème d’Alopékè, ou du moins de lui laisser un endroit sur cette parcelle où elle puisse se faire enterrer. Voir aussi supra, p. 158.

80 Voir supra, p. 179.

81 Voir Hansen 1996, p. 176-178 sur Athènes.

82 Ath. Pol. 21, 4.

83 Hansen et al. 1990. Pace Cohen 2000, p. 119-120, on ne peut déduire en mélangeant toutes ces sources de nature et de date différentes « the infrequent use of deme attribution for personal identification ».

84 Par exemple Meyer 1993 (voir les réserves émises supra, p. 337) ; Vestergaard et al. 1992, qui ajoutent encore une autre explication pour la mention du démotique : permettre d’identifier précisément le défunt. Mais le patronyme devait suffire dans la majorité des cas.

85 Ath. Pol. 55, 3. Voir Feyel 2009, p. 171-181.

86 Fraser 1995. Voir aussi C. M. Keesling, « Name Forms on Athenian Dedications of the Fifth and Fourth Centuries B.C. », dans A. Martínez Fernández (éd.), Estudios de Epigrafía Griega (2009), p. 349-356.

87 À l’inverse, il est impensable que les métèques aient été pourvus du démotique sur leurs tombes, pace Cohen 2000, p. 120 n. 92 : « Use of the short adjectival deme form on metics’ gravestones would have conformed with the general brevity of funerary epitaphs ».

88 Voir supra, p. 334.

89 On en connaît en tout neuf exemples à Athènes, dont une Aixonéenne (HGL 67, iie-iiie s. apr. J.-C.). Il s’agit de IG II2 6780, 6781, 6810, 7175 (Marathonia, ép. imp.), 5276 (Hagnousia, fin iie s. apr. J.-C.), 6002 (Itéaia, ier s. apr. J.-C.), 6255 (Thriasia, date non précisée), 7764 (Phylasia, iie-iiie s. apr. J.-C.). Hansen 1996 y voit l’indice que la citoyenneté avait perdu son sens originel, mais Vestergaard et al. 1992 perçoivent plutôt l’influence d’étrangers « naturalisés » : les femmes étrangères étant souvent pourvues d’un ethnique, sous la même forme que celui des hommes, la pratique aurait été reproduite pour le démotique. Je pencherais pour la seconde proposition, car la rareté des démotiques féminins montre qu’il ne faut pas attribuer au phénomène une aussi lourde cause que celle d’une altération de la citoyenneté.

90 Par exemple, dans notre corpus, HGL 62 et 63. Voir Whitehead 1986, p. 77-79.

91 Pour le ive s., Hansen 1996 recense, dans son appendice 2, 45 occurrences d’ethniques féminins. Notons que notre Euèméris d’Ainos (HGL 48) n’y figure pas, car sa stèle funéraire se trouve sous IG II2 5423, or Hansen commence son inventaire à partir du numéro 7882. Les étrangères sont décelables facilement quand elles apparaissent soit avec l’ethnique au féminin ou avec le nom de la cité précédé de la préposition ἐκ, soit avec le nom et l’ethnique de leur père (voir Fraser 1995, avec les références).

92 IK 17, 1-I. Ephesos, no 3140. C’est sans doute un clérouque, comme le suppose Hansen 1996.

93 E.g. IOropos 355-356 (335-330), où le démotique Anagyrasios a été effacé, sauf la première lettre, sans doute parce qu’elle pouvait passer pour une abréviation d’Athènaios selon Hansen 1996, mais peut-être que le reste des lettres avait été peint après érasure. Voir encore IOropos 341 (329/8 ou peu après), où le démotique du sculpteur a été remplacé par l’ethnique Athènaios. Sur la date du don d’Oropos aux Athéniens, voir Knoepfler 2001, p. 367-389, où l’auteur argumente en faveur de 335.

94 Par exemple dans IG IV2 1, 42, l. 21-22 (Épidaure, vers 221/0), SEG XXV 443, l. 3-5 (décret de proxénie de 265/4 passé par les Orchoméniens d’Arcadie).

95 Sur toutes ces questions, et avec de nombreux exemples, voir Fraser 2009, p. 56-57 et p. 83-86, et Knoepfler 2001, p. 199-201.

96 Kellogg 2013, p. 53, qui prend en compte les épitaphes jusqu’au ier s. seulement, sans s’en expliquer. Elle exclut de ses calculs les monuments funéraires provenant du Céramique, car selon elle « many people who were not necessarily resident in the vicinity of the Kerameikos chose for other reasons to have their memorials erected or their remains interred in this large, public cemetery » (p. 53). Étienne, Muller 2007, sans ces restrictions, avaient calculé pour Acharnes que sur les 121 démotes connus à ce jour, seuls 21 furent inhumés dans leur dème d’origine, ce qui fait un peu plus de 17 % seulement.

97 Osborne 1991.

98 Voir Étienne, Muller 2007 ; Taylor 2011.

99 Sur ces pôles d’attraction, voir infra, p. 349.

100 Sur les démotes de Décélie, voir infra, n. 113. Les redistributions foncières peuvent émaner aussi des confiscations publiques, comme les propriétés des Hermocopides, ou de mises en vente de terres jusqu’ici sous-exploitées ou à l’abandon (voir les rationes centesimarum édités par Lambert 1997).

101 Voir Étienne 1975, précisant qu’il arrivait au mari de déménager dans le dème de sa femme, peut-être quand la dot était constituée de terrains qui s’y trouvaient. Dans mon corpus aixonéen, les deux cas de figure sont attestés : voir GL 22 et numéro 13 pour le premier, GL 2 pour le second.

102 HGL 5 : un Aixonéen et une femme de Kothôkidai, au Pirée ; 16 : l’Aixonéenne Isthmonikè et un homme de Paiania, à Athènes ; 22 : une Aixonéenne et un Anaphlystien, à Paiania ; 38 : Chairippè d’Aixônè et Méixônidès de Sphettos, à Athènes ; 39 : Dionysios d’Aixônè et Hèrakleia de Boutadai, à Athènes ; 43 : Bacchis d’Aixônè et Strombyliôn de Philaidai, à Athènes ; 47 : Hélikô de Leukonoion et l’Aixonéen Athènodôros, à Salamine ; 58 : Phainarétè de Trikorynthos et Kallimachos d’Aixônè, à Athènes ; 62 : Eirènè d’Aixônè et Bacchos d’Aigilia, à Paiania.

103 Étienne, Muller 2007, contra Cox 1998, p. 41-43, qui déduit des épitaphes attiques du ive s. que les mariages intra-dèmes ou entre dèmes voisins sont bien plus fréquents en milieu rural qu’en milieu urbain.

104 Osborne 1985, p. 130-135, avec des exemples. Certains mariages entre dèmes étaient prohibés en vertu d’une vieille haine tenace, comme nous l’apprend Plutarque, Thésée 13 : les Palléniens ne se mariaient pas avec les Hagnousiens, car ces derniers les avaient trahis à la bataille de Gargettos à l’époque de Thésée. Mais ces cas devaient être rares, et l’interdiction n’était peut-être pas appliquée à la lettre.

105 Osborne 1985, p. 135-137.

106 Voir Cox 1988, qui donne pour exemples IG II2 5698 (Philomachos d’Araphèn et Philostratè fille de Kallimachos d’Araphèn), 6028 (Aristokléia fille de Timokratès d’Éleusis et Autokléidès fils d’Autokratès d’Éleusis), ainsi que plusieurs cas tirés des discours des orateurs. L’exceptionnelle stèle funéraire de la famille de Méidôn de Myrrhinonte (SEG XXIII 161 ; Vivliodetis 2007, E 24) montre plusieurs cas de mariages endogames, voir Humphreys 1980, p. 115. Sur les mariages endogames à Athènes, voir W. E. Thompson, « The Marriage of First Cousins in Athenian Society », Phoenix 21 (1967), p. 273-282.

107 Cox 1988 ; ead. 1998, p. 3-28. Davies 1971 avait déjà mis en évidence ce phénomène, par exemple aux p. 145-149 (Dikaiogénès de Kydathènaion) et 461-464 (Polyaratos de Cholargos). Sur les mariages stratégiques, que ce soit pour des raisons politiques ou d’héritage, voir Davies 1971, p. 235, p. 268, p. 305, et de nombreux exemples chez C. A. Cox, The Social and Political Ramifications of Athenian Marriages ca. 600-400 B.C. (1983) et ead. 1998 ; Osborne 1985, p. 246 n. 17 donne quelques exemples d’unions entre des familles de dèmes ruraux et des familles de dèmes urbains ou suburbains.

108 Sur Chabrias, la fille de Mélanôpos II, Kichèsias IV et Léôn II, voir les sections sur ces personnages dans le chapitre 4 ; sur Kallistomachè, voir le commentaire au numéro 11.

109 Damsgaard-Madsen 1988 citait l’exemple de Rhamnonte, le dème rural le plus riche en inscriptions funéraires, où 57 défunts sur 67 étaient des locaux d’après les sources dont on disposait à l’époque. Depuis la publication du corpus des inscriptions de Rhamnonte (Pétrakos 1999, II, p. 159-214 sur les épitaphes), la statistique est très différente : sur les quelque 110 monuments qui comportent la mention de l’ethnique ou du démotique, la moitié seulement concerne des Rhamnousiens. Quoi qu’il en soit, ce dème ne peut être pris comme référence, malgré la riche quantité de matériel funéraire exhumé : dans ce dème-garnison, pourvu d’un sanctuaire d’importance panattique, le brassage de population devait être plus grand que dans un dème rural « normal » comme Aixônè.

110 Damsgaard-Madsen 1988. Les mêmes tendances ressortent de Étienne, Muller 2007 pour le cas précis des dèmes de la Mésogée.

111 L’idée d’un exode rural, qui expliquerait la formidable expansion de la ville d’Athènes entre le vie et le ive s., est exprimée notamment par Gomme 1933, p. 37-48, et encore récemment par Damsgaard-Madsen 1988. Osborne 1985, p. 41-42 et p. 47-63, Whitehead 1986, p. 352-360 et Rosivach 1993 ont remis en cause cette idée : un exode massif aurait en effet brisé le système des dèmes. Il ressort de l’étude de Taylor 2011 que les migrations des citoyens au ive s. sont surtout temporaires, et qu’elles n’affaiblissent pas les dèmes, bien au contraire : il ne faut pas oublier que ces derniers attirent aussi les migrants, ainsi les pèlerins à Éleusis, les soldats à Rhamnonte, les exploitants de mines à Sounion et Thorikos (voir aussi supra, p. 86-87).

112 C. Euboulidès (57), 10 (on est en 346/5).

113 Osborne 1985, p. 58 et p. 184-185, ainsi que Whitehead 1986, p. 352-358, ont montré que jusqu’à la fin du ive s. au moins, la majorité des citoyens continuent de vivre dans le dème de leurs ancêtres. La thèse encore inédite de A. Muller sur les mouvements migratoires en Attique (voir supra, p. 331 n. 12) le confirme également : l’auteur estime que deux tiers des Athéniens résidaient encore dans leur dème d’origine au ive s. Ajoutons le témoignage des inscriptions d’Acharnes du ive s. concernant la construction d’un aqueduc, inscriptions qui consignent des accords obtenus par les responsables des travaux avec les propriétaires des terrains sur lesquels passera l’ouvrage ; ces derniers proviennent en majorité d’Acharnes ou du dème voisin de Sypalettos (Kellogg 2013, p. 110). On invoque souvent en guise de contre-exemple les démotes de Décélie (une bonne partie a dû fuir le dème devenu le site d’une base militaire spartiate durant la dernière décennie de la guerre du Péloponnèse, et serait restée dans l’asty même après la fin de la guerre, voir Jones 1999, p. 83-86), mais ce cas particulier ne suffit pas à remettre en cause la tendance générale observée.

114 Pace Jones 1999, p. 133-150, qui voit la raison du déclin des dèmes institutionnels à l’époque hellénistique dans la diminution de leur population démotique résidente et l’augmentation de leur population de résidents non-démotes, lesquels finiraient par prendre le pouvoir dans les dèmes ; mais cette hypothèse découle d’une mauvaise interprétation des décrets des dèmes-garnisons d’Éleusis et de Rhamnonte émis par ou associant des résidents non-démotes (citoyens d’autres dèmes, éphèbes, soldats), voir Oetjen 2014, p. 127-171. Pour une critique de la théorie du déclin des dèmes à l’époque hellénistique, voir supra, p. 80-89.

115 En 167, Délos redevint athénienne, et en une génération déjà plusieurs Athéniens y prospérèrent, voir supra, p. 173-174.

116 D’après Hansen 1986, p. 56-57, qui cite Philoklès de Phréarrhioi, clérouque à Samos en 346/5 et bouleute en 336/5 et Archébios de Pallène, clérouque à Samos en 346/5 et bouleute en 334/3.

117 Dans un texte très lacunaire de la seconde moitié du ive s. trouvé en ville d’Athènes, un métèque résidant à Aixônè est payé pour avoir transporté ou fourni des pierres (N. Papazarkadas, dans A. P. Matthaiou, N. Papazarkadas [éds], Αξων: Studies in Honor of Ronald S. Stroud [2015], I, p. 175 l. 6). Pour une autre exception possible, voir GL 24. Par ailleurs, il est envisageable que des métèques ou étrangers se cachent sur nos monuments funéraires derrière un onoma seul.

118 Whitehead 1986, p. 81-85.

119 Grigoropoulos 2009. Garland R. 1987, p. 66, qui n’a pris en compte que les stèles funéraires d’époque impériale, pensait que la forte présence des Piréens à Athènes était récente et découlait du sac du port par Sylla.

120 HGL 46 (une femme d’Élis), 48 (une femme d’Ainos en Thrace), 55 (une femme de Smyrne), 66 (une femme de Carystos).

121 Ps.-Démosthène, C. Néaira (59), 16. La loi sur la citoyenneté de Périclès (451/0) avait déjà dû porter un coup sérieux aux mariages entre Athéniens et étrangers, sans pour autant les interdire, voir J. H. Blok, « Perikles’ Citizenship Law: a New Perspective », Historia 58 (2009), p. 141-170, et plus particulièrement p. 149-150.

122 Hansen 1986, appendice 2 p. 73-76 ; Habicht 2000, p. 122-123. Voir aussi G. Oliver, « Foreign Names, Inter-Marriage and Citizenship in Hellenistic Athens », dans R. W. V. Catling, F. Marchand (éds), Onomatologos: Studies in Greek Personal Names Presented to Elaine Matthews (2010), p. 158-167, qui constate une forte augmentation des couples mixtes (Athéniens et étrangers) sur les monuments funéraires à partir du iie s.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search