Version classiqueVersion mobile

Une microhistoire d’Athènes

 | 
Delphine Ackermann

Seconde partie – au cœur du dème

Chapitre 4

La vie politique

Texte intégral

  • 1 καὶ γὰρ οὐδεµία ἀνθρωπίνη ἡδονὴ τοῦ θείου ἐγγυτέρω δοκεῖ εἶναι ἢ ἡ περὶ τὰς τιµὰς εὐφροσύνη (trad. (...)

Il n’y a pas, en effet, de plaisir humain qui se rapproche plus de la divinité que la jouissance causée par les honneurs1.
Xénophon, Hiéron 7, 4

1Les sources, épigraphiques essentiellement, montrent les Aixonéens engagés dans des activités politiques, tant dans la cité que dans leur dème. La seconde moitié du ive s. est la période la mieux représentée car on dispose de plusieurs décrets du dème lui-même, mais l’étude prosopographique que j’ai menée (annexe IV) permet de suivre les Aixonéens jusqu’à l’époque romaine incluse.

2Nous commencerons par l’étude des décrets honorifiques du dème, qui témoignent de l’activité politique des Aixonéens au niveau local. Une autre section considérera cette même activité mais cette fois-ci au niveau civique. Nous terminerons par quelques études de cas, c’est-à-dire de démotes sur lesquels les sources sont suffisamment abondantes pour pouvoir suivre une partie de leur vie.

Quelques remarques sur les décrets honorifiques des dèmes

  • 2 L’ouvrage de référence reste Gauthier 1985. Voir aussi, pour les dèmes athéniens, Lasagni 2004.
  • 3 Voir supra, p. 13.

3Les honneurs octroyés par les cités à leurs bienfaiteurs, qu’ils soient étrangers ou citoyens, sont bien connus2. Mais bien d’autres communautés sont susceptibles d’octroyer des honneurs dans le monde grec. Pour Athènes, on dispose de décrets honorifiques émanant de tribus, de dèmes, de phratries, de génè, de thiases, de groupes d’orgéons, d’artistes dionysiaques, etc. Ils constituent, pour les dèmes, les deux tiers de leurs documents officiels gravés sur la pierre3.

  • 4 Par exemple, Éleusis honore plusieurs Thébains (IÉleusis 70 et 71, milieu du ive s.), dont Damasias (...)

4Le formulaire des décrets honorifiques des dèmes est si semblable à celui des décrets de la cité que l’on pense que les dèmes se sont inspirés de ce modèle, ce qui est en effet probable. Mais, pour le reste, les dèmes font comme bon leur semble : ils honorent qui ils veulent, même des étrangers4, et accordent les honneurs qui leur paraissent adéquats, en fonction de leurs moyens.

  • 5 IÉleusis 95, l. 7-10, 321/0 ou 318/7 : [ἐπει]δὴ ὁ [νό]µ[ος κ]ελεύε[ι] πρ[οσγρ]άφειν ἐν [τῶι ψ]ήφισ[ (...)
  • 6 Gauthier 1985, p. 15-16.

5Les considérants sont d’une importance capitale, car c’est par eux que l’accord des honneurs est justifié. Ils servent à rendre manifeste la qualité de bienfaiteur du personnage honoré, pour prouver qu’il remplit les conditions exigées pour l’octroi des privilèges. La mise par écrit des considérants dans tout décret honorifique a même été rendue obligatoire à Athènes, comme le révèle un décret du dème d’Éleusis et des garnisaires athéniens en poste dans le dème honorant l’épimélète des Mystères Xénoklès : dans les considérants, on apprend qu’inscrire dans tout décret honorifique ce en quoi le bénéficiaire a dispensé ses bienfaits à la cité était exigé par la loi5. Cependant, les considérants que l’on a sous les yeux, gravés sur la pierre, ne sont souvent qu’un résumé de ceux qui figuraient dans le texte conservé aux archives6. C’est pourquoi ils sont le plus souvent succincts, uniformes et assez vagues, même si, avec le temps, ils ont tendance à devenir plus détaillés. Une exception dans notre corpus, due au caractère exceptionnel du document lui-même, est le décret honorant Démétrios de Phalère (6), dont les considérants semblent davantage détaillés ; les considérants qui, comme ici, relatent une partie de la carrière du personnage honoré, sont des morceaux d’histoire. La perte d’une grande partie de ce décret est d’autant plus regrettable.

  • 7 Ibid., p. 12.

6Ph. Gauthier souligne que les bienfaiteurs des cités sont récompensés comme les vainqueurs des concours7 : leur nom et leur origine sont proclamés par le héraut et une couronne leur est accordée. Le vocabulaire montre bien que les Grecs des cités se représentent les bienfaiteurs (citoyens ou étrangers) comme des concurrents participant à une course aux honneurs ; cela apparaît nettement dans l’ajout fréquent d’une formule hortative, encourageant l’émulation parmi les bienfaiteurs potentiels. Les décrets de notre dème en fournissent plusieurs exemples. Il n’est donc pas étonnant que, dans la plupart des cités, en tout cas dès la fin du ive s., les deux honneurs traditionnellement octroyés aux bienfaiteurs furent l’éloge public et la couronne. Comme l’explique Ph. Gauthier, le premier équivalait à la proclamation du vainqueur dans le stade et avait lieu aussi lors de concours, le plus souvent aux Dionysies. La seconde était comparable à la couronne de l’athlète victorieux.

Les récompenses

  • 8 M. Blech, Studien zum Kranz bei den Griechen (1982), p. 153-161 ; Henry 1983, p. 24-28 ; Whitehead(...)
  • 9 IÉleusis 70, l. 35 : le dème d’Éleusis et les garnisaires athéniens accordent 100 dr. au Thébain Da (...)

7Dans les décrets honorifiques des dèmes, les récompenses accordées dépendent naturellement de l’importance du bienfait accompli, des capacités financières de l’autorité émettrice, mais aussi des circonstances de l’octroi, j’y reviendrai. Les récompenses standard sont l’éloge public et une couronne, conformément à l’habitude prise au niveau de la cité à partir du ive s. Ces couronnes sont soit en feuillage (généralement de l’olivier, à l’occasion du lierre, du laurier, du myrte), soit en or. Dans ce dernier cas, et quand le montant est précisé, la valeur oscille entre 500 et 3 000 dr. dans les décrets de la cité, entre 100 et 1 000 dr. dans les dèmes8. À Aixônè, la couronne d’or se monte toujours à 500 dr., la valeur la plus courante dans les dèmes, sauf une exception (4 : 100 dr.), que je tenterai d’expliquer plus loin. Parfois, une somme d’argent est donnée en sus, qui servait à financer un sacrifice : cette somme est de 10 dr. à Aixônè, mais le montant maximal connu est de 100 dr. dans la documentation athénienne9.

  • 10 On le voit bien chez Eschine, 3, 11, 13, 14 et 31. Voir Chr. Veligianni, « Belobigung und Bekränzun (...)

8Parmi les personnages honorés par les Aixonéens, il y a essentiellement des magistrats et des liturges, récompensés pour leur activité au sein du dème uniquement. Le décret pour Démétrios de Phalère (6) fait exception, puisque les actions de ce dernier ont concerné toute la cité. On trouve ainsi des personnages honorés pour avoir organisé la fête d’Hébé (16 : hiéropes, sophronistes, héraut, prêtres, archonte), des syndikoi (1), des chorèges vainqueurs du concours de comédie des Dionysies locales (2, 3, 4). Les personnages honorés dans les numéros 5 et 17 sont difficiles à qualifier. Pour les magistrats, la condition nécessaire à l’octroi des honneurs était le passage des euthynai avec succès10, ce qui est bien le cas des hiéropes d’Hébé, et sans doute celui des syndikoi.

9Il est intéressant de constater qu’ils ne sont pas tous récompensés de la même manière : les chorèges reçoivent invariablement l’éloge, la couronne d’or et 10 dr. pour un sacrifice ; il en est de même pour les personnages honorés dans les décrets 5 et 17, sauf l’argent pour le sacrifice. Les hiéropes, sophronistes, héraut, prêtres et archonte de la fête d’Hébé reçoivent l’éloge et une couronne végétale. Les syndikoi bénéficient de la proédrie et d’autres honneurs qui ne sont pas détaillés, parmi lesquels figurait sans doute une couronne. Les honneurs accordés à Démétrios de Phalère (6) ne sont hélas pas conservés.

  • 11 Sur les couronnes végétales, voir Henry 1983, p. 38-42.

10Notons que la couronne végétale n’est pas forcément le signe que le service rendu par le personnage honoré était moins important que celui rendu par le bénéficiaire d’une couronne d’or : le contexte religieux peut expliquer la préférence pour une couronne de feuillage, une récompense plus modeste qui correspond mieux à la piété manifestée par les personnages honorés11 ; il est possible aussi qu’une raison économique soit à l’origine du choix de couronnes végétales par le dème, comme nous le verrons à propos du décret 16.

Les vertus12

  • 12 A. W. H. Adkins, Merit and Responsibility: a Study in Greek Values (1960), chap. X-XII ; Whitehead(...)
  • 13 Whitehead 1993.

11Les sources épigraphiques à elles seules ne permettent pas de saisir exactement la signification des mots utilisés pour décrire les qualités récompensées. Il faut aller chercher dans les sources littéraires, tout en ayant conscience que le sens n’était pas forcément le même dans une inscription honorifique que dans un traité de philosophie. D. Whitehead remarque que quelques-unes de ces vertus font leur première apparition dans des documents de dèmes et non de la cité13 : faut-il en déduire que les dèmes pouvaient parfois donner le ton dans le formulaire des décrets, et influencer la cité ? On est pourtant habitué au contraire. Il n’en est pas moins vrai que les premières attestations de dikaiosynè, eusébéia, philotimia, sôphrosynè viennent d’un dème ou d’une tribu. Il est donc possible que les assemblées de ces subdivisions civiques aient contribué à l’émergence de ces « vertus cardinales » sur la pierre, ainsi que le pense D. Whitehead.

12Quatre vertus m’intéressent en premier lieu, car ce sont celles qui apparaissent dans les décrets honorifiques aixonéens. Passons-les en revue.

  • la philotimia14 : elle apparaît pour la première fois peu avant le milieu du ive s., au niveau des dèmes15. Signifiant littéralement « l’amour de l’honneur », la philotimia ne doit naturellement pas procéder d’une attitude égoïste, mais se révéler profitable à toute la communauté16. À partir de la fin des années 320, cette qualité est quasiment omniprésente dans les décrets honorifiques, car elle motive autant le magistrat à bien remplir son office que le particulier à agir pour le bien de sa communauté ou d’autrui ;
  • l’andragathia17 : K. J. Dover, se fondant sur Hérodote et Thucydide, définit cette vertu comme « le fait de posséder ou de montrer des qualités qui inspirent le respect et l’admiration »18. C’est, à l’origine, la qualité de l’anèr agathos, celui qui s’élève au-dessus de ses semblables non par la naissance, mais par ses vertus. Elle s’apparente à l’arétè, dont elle est parfois synonyme dans les décrets honorifiques (par exemple notre numéro 5). Cela explique que, dans les décrets honorifiques, cette qualité soit attribuée à toutes sortes de personnages. On trouve par exemple cette désignation (sous le qualificatif anèr agathos ou le substantif andragathia) pour des proxènes béotiens, un chorège de la tribu Pandionis, des citoyens morts à la guerre, un Cyrénien qui s’est montré secourable envers les prisonniers athéniens à Syracuse, le héraut de la Boulè et du peuple, les taxiarques, etc. Dans les décrets honorifiques des dèmes, sont qualifiés ainsi par exemple des soldats d’élite, ou le commandant d’une garnison19. À Aixônè, cette vertu qualifie Démétrios de Phalère (6) et des démotes dont la fonction est obscure (5) ;
  • la dikaiosynè20 : elle apparaît au début du ive s., au niveau tribal, et seulement à partir de 343/2 au niveau de la cité21. C’est une vertu moins générale que la philotimia ou l’andragathia, elle ne peut s’appliquer à n’importe quel bienfaiteur ou magistrat. Dans les sources épigraphiques, il faut traduire par « honnêteté » selon D. Whitehead, car le mot désigne le comportement de quelqu’un qui aurait pu profiter de sa position pour son propre intérêt mais qui ne l’a pas fait. Je préfère traduire par « esprit de justice », car comme l’ont rappellé J. et L. Robert, la dikaiosynè « n’est nullement dans les inscriptions honorifiques un mot passe-partout comme ἀρετή ou εὔνοια ; elle fait toujours allusion à la “justice” »22 ; elle signifie que la personne n’a pas abusé de sa position et a fait preuve d’équité, sans favoriser ni négliger qui que ce soit. C’est une qualité que l’on trouve appliquée de préférence à des magistrats, par exemple l’anagrapheus, des bouleutes, les mérarques du dème d’Athmonon, les syllogeis du peuple, mais elle peut être appliquée aussi à des évergètes23. À Aixônè, on qualifie ainsi les hiéropes d’Hébé à l’occasion de leur reddition de comptes (16), les organisateurs d’une fête (17) et les démotes du décret 5 ;
  • l’épiméléia24 : cette qualité s’applique évidemment aux épimélètes de toute sorte, c’est-à-dire à ceux qui prennent soin de quelque chose ou de quelqu’un au-delà du strict minimum. C’est un terme courant pour les organisateurs de fêtes (17), ou ceux qui ont la responsabilité d’un groupe, comme les chorèges de notre numéro 2, ou les personnes qui s’occupent des éphèbes25.
  • 26 À l’exception des numéros 16 et 17, que je réserve pour le chapitre sur la vie religieuse.

13Il est temps maintenant de passer à l’analyse des décrets honorifiques aixonéens26. Comme plusieurs d’entre eux concernent des chorèges, j’ai consacré en outre une section au théâtre et aux concours dramatiques dans les dèmes.

Décret honorifique pour des syndikoi (no 1*)

14Par ce décret, le dème récompense un collège de syndikoi, assistants juridiques du démarque, aux côtés duquel ils représentaient le dème dans les affaires judiciaires. On connaissait déjà des syndikoi au niveau de la cité, mais, pour les dèmes, le terme n’est attesté à ce jour qu’à Aixônè, par cette inscription et par le règlement juridique 8.

Le lieu de découverte de la pierre

  • 27 Voir le commentaire au numéro 3.
  • 28 Voir la discussion sur le théâtre d’Aixônè supra, p. 69-71.

15L’inscription a été publiée pour la première fois en 1879 par H. G. Lolling. Rien dans le texte ne permet d’attribuer ce décret aux Aixonéens, pourtant tous les commentateurs l’attribuent à notre dème. La chose est en effet assurée par le lieu de découverte de la pierre, donné par H. G. Lolling comme étant Pirnari27, et le fait qu’elle ait été trouvée avec un décret assurément aixonéen (3). Le théâtre du dème, où était exposé ce décret, devait donc se trouver dans cette zone28.

  • 29 Sur Karapanos, voir supra, p. 92.

16La pierre a fait partie de la collection de K. Karapanos, propriétaire du domaine d’Anô Trachônès entre la fin du xixe et le début du xxe s., collection qui a été donnée au Musée national en 190229.

Le texte30

  • 30 Je remercie K. Takeuchi de m’avoir fait part de ses notes critiques sur la lecture de l’inscription (...)

17MN Kar. 1205.

18Stèle de marbre blanc brisée en haut et à droite. On observe quelques éclats sur les bords. L’arrière est dégrossi au pic, ce qui indique que la stèle se dressait probablement contre un mur. Une couronne d’olivier est gravée sous l’inscription.

19Les lettres sont fines, profondes, régulières.

20Dimensions : 1,18 × 0,435 (au milieu)-0,49 (en bas) × 0,08 (au milieu)-0,095 (en bas). Hauteur des lettres : 0,009-0,011, 0,007-0,008 (thêta, omicron, oméga). Espacement : 0,008-0,009 (0,005-0,009 l. 9).

21Éditions : Lolling 1879, p. 195-198 no 2 (Haussoullier 1883, p. 215-216 no 4 ; U. Koehler, IG II 5, 584 d) ; J. Kirchner, IG II2 1197 + Add. p. 672 (> estampage ; Papagiannopoulos-Palaios 1952, p. 59 no 3 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 99 no 2).

22Traduction : Jones 2004, p. 103 no 3 (en anglais).

23Commentaires : Milchhöfer 1888, p. 358 no 729 a ; Eliot 1962, p. 7-8 (lieu de trouvaille) ; M. Th. Mitsos, AEph 1968, p. 117 no 3 (SEG XXV 144) (sur le nom des l. 3-4) ; Whitehead 1986, p. 375 no 6 ; Veligianni-Terzi 1997, p. 138 no D17 (l. 15-18).

24Reproductions : Lolling (fac-similé, reproduit chez Koehler) ; fig. 15 a et b.

Fig. 15a. Décret honorifique pour des syndikoi (no 1).

Fig. 15a. Décret honorifique pour des syndikoi (no 1).

Athènes, Musée national, Kar. 1205. © Ministère de la Culture et des Sports/Fonds des recettes archéologiques/Musée national/Lefteris Galanopoulos.

Fig. 15b. Décret honorifique n° 1 : détail de l’inscription.

Fig. 15b. Décret honorifique n° 1 : détail de l’inscription.
  • 31 Le stoichedon est parfait, sauf à la l. 20, qui ne comporte que 23 lettres, et peut-être à la l. 9 (...)

Stoichedon 2431

25Sauf indication contraire, les restitutions sont de Lolling.

  • 32 Le nom d’Euxénidès fils de Kallippos est restitué d’après IG II2 1927, l. 48-49 ([Εὐ]ξενί[δης] [Καλ (...)

26L. 2 : Lolling et Kirchner ont vu un alpha à la 3e file, mais je ne distingue pas de barre centrale ; il doit s’agir d’un lambda. Takeuchi (per litt.) propose, e.g., Γλα̣[υκίδην] vel Γλα̣[ύκωνα], noms de démotes bien attestés dans la 2e moitié du ive s. (voir annexe IV, s.v.) ; pour la 4e lettre, on voit encore la partie inférieure d’une haste oblique repérée déjà par Lolling ; ΣΠΑΛ err. Haussoullier ; αγα err. Giannopoulou-Konsolaki ; l. 2-3 : rest. Koehler ; pour la 5e lettre de la l. 3, on voit la haste verticale gauche que distinguait déjà Lolling ; l. 4 : Lolling voyait la haste oblique gauche et le départ de la barre centrale du alpha, mais ces traces ne sont plus visibles aujourd’hui en raison d’un éclat ; -]|ίδην Κ[- Koehler ; [Εὐξεν]ίδην Κα[λλίππου] Mitsos32 ; l. 5-6 : rest. Ackermann, sauf pour le patronyme, déjà restitué par Lolling et accepté par tous les éditeurs ; τοὺ]ς συνακο[λουθ- (?) Koehler ; -]ς συνακο[λουθ- Kirchner ; l. 6-7 : [Καλλικρά]την Lolling dans ses notes, mais si ma restitution de la l. 6 est correcte, ce nom est trop long. Il y a trop de possibilités pour pouvoir restituer, ne serait-ce que parmi les noms attestés pour des Aixonéens, par exemple Antikratès, Dèmokratès, Euthykratès, Ménékratès, etc. ; l. 7 : Anticharès et Anticharmos sont les seules possibilités. Lolling et Kirchner penchent pour le second, mais les deux sont attestés à Aixônè (voir annexe IV, s.v.) ; l. 8 : ΓΟ‒Λ Haussoullier ; Γο[ργι Koehler ; ο[ργ Giannopoulou-Konsolaki ; plusieurs noms conviendraient, par exemple Gorgias, fréquent dans l’onomastique athénienne ; l. 9 : rest. Koehler (sans δέ), suivi par Kirchner ; Lolling avait déjà songé à ce nom dans son commentaire, et il propose pour la suite [εἰσάγειν αὐτο]|ὺς ; l. 12 fin. : rest. Koehler ; τιµὰ]ς Lolling, mais cela ne respecte pas le stoichedon ; l. 13 : ὅσαι περ Lolling ; ὅσαπερ err. Giannopoulou-Konsolaki ; le dernier iota de συνδίκοις, relevé par Lolling, n’est plus visible aujourd’hui en raison d’un éclat.

…, Gla(?)… fils de …, …sthénès fils de …, …idès fils de Ka…, … fils de Philothèros, et ceux qui les accompagnent, …tès fils d’Anticha…, … fils de Kallias, Gorg… fils de …, Léôphilos fils d’Eudikos, que le démarque qui sera en fonction les invite à la proédrie et qu’ils reçoivent les mêmes récompenses que celles qui ont été accordées aussi aux syndikoi de Lachès, autant que les lois le permettent ; et afin que les autres rivalisent d’ardeur sachant qu’ils recevront en retour des témoignages de reconnaissance de la part des démotes, que le démarque Philothèros transcrive ce décret sur une stèle de pierre et la dresse dans le théâtre.

27Notes critiques

28 l. 5 : on pourrait penser aussi à Φιλοθή̣[ρου καὶ τοὺς ἐκείνοι]ς, tournure beaucoup plus rare dans les inscriptions athéniennes.

  • 33 Le Lolling Nachlass est conservé au DAI à Athènes. La transcription de notre inscription, ainsi que (...)

29 l. 6 : Lolling, dans son édition de l’inscription, cherchait un anthroponyme, mais dans ses notes on voit qu’il avait pensé à la restitution συνακο[λουθ-]33. Le verbe συνακολουθεῖν n’est, à ma connaissance, pas attesté épigraphiquement dans le contexte d’un collège de magistrats, mais il est le seul à faire sens dans la lacune (voir le commentaire infra sur les ἀκόλουθοι de certains magistrats).

30l. 9 : notons que pour la 11e file, la haste verticale est à l’extrême gauche de la file et non pas centrée : on pourrait donc restituer, e.g., Εὐδή̣[µου], bien attesté à cette époque en Attique (voir LGPN, s.v.). Mais le rapprochement avec le seul autre Athénien nommé Léôphilos (voir infra) semble pleinement justifier la restitution du patronyme Εὐδίκου dans notre inscription. Cette ligne n’est pas alignée sur la grille du stoichedon, les lettres sont plus serrées ; cela pourrait expliquer le décalage vers la gauche du iota de la 11e file. Par ailleurs, il est possible que cette ligne ait comporté quelques lettres de plus, auquel cas on pourrait restituer la particule de liaison attendue (voir infra, p. 104).

La date

  • 34 IG II2 1927 est une liste de citoyens classés par tribus et par dèmes, de la seconde moitié du ive  (...)

31J. Kirchner note que Léôphilos fils d’Eudikos (l. 8-9) apparaît comme diaitète dans une liste datée par lui des environs de 325 (voir annexe IV, s.v.) ; il était alors dans sa soixantième année, l’âge requis pour exercer cette charge. Il en déduit que notre inscription a été gravée à cette date ou environ une décennie avant, sans doute parce qu’il pense que la fonction de syndikos, lourde de responsabilités, ne pouvait être confiée à des hommes trop jeunes. Mais la liste à laquelle il fait référence ne concerne probablement pas des diaitètes34. Il vaut donc mieux suivre les éditeurs précédents, qui datent l’inscription de peu avant la fin du ive s. (U. Koehler) ou plus largement de la seconde moitié du ive s. (B. Haussoullier), probablement sur la base de la simple observation de la forme des lettres, ce qui n’entre d’ailleurs pas en contradiction avec la date proposée par J. Kirchner.

  • 35 Haste horizontale centrale du epsilon tantôt plus courte, tantôt encore de même longueur que les au (...)

32H. G. Lolling, qui renvoie déjà au Léôphilos fils d’Eudikos de la liste mentionnée ci-dessus, date cependant notre document du début du iiie s., car il pense voir dans Anticharmos (?) (l. 7) et Kallias (l. 8) le hiérope et le prêtre du numéro 16 (320/19). Ces rapprochements prosopographiques sont très incertains, car dans un cas on ne dispose que de l’onoma, dont la lecture n’est pas assurée, et dans l’autre cas du patronyme seul. De plus, une date dans la seconde moitié du ive s., plutôt dans le troisième quart de ce siècle, convient mieux à la paléographie35.

Les personnages honorés

  • 36 Une exception est le numéro 5, dont le préambule est particulièrement développé.
  • 37 On attendrait en effet la particule de liaison δέ ou la conjonction de coordination καί, cette dern (...)

33Le début du décret, où figuraient probablement le préambule et les considérants, est manquant. Les huit premières lignes du texte qui nous reste, très lacunaires, sont difficiles à restituer car elles consistaient essentiellement en anthroponymes, ceux des personnages honorés. Les autres décrets honorifiques du dème d’Aixônè commencent presque toujours par le nom du proposant (X fils de Y εἶπεν)36, précédé souvent par une invocation aux dieux (θεοί), et parfois accompagné d’une formule de résolution ou de sanction. Il devait en être de même ici. Les noms des personnages honorés sont à l’accusatif ; on en déduit qu’ils entraient dans une proposition infinitive, qui dépendait de la formule de résolution ou de sanction, et qui conférait sans doute la couronne gravée à la suite du décret, ainsi que l’éloge public. Cela implique que la proédrie ne soit pas le premier honneur concédé, mais le stoichedon empêche de restituer la particule de liaison nécessaire après καλεῖν37. Il est possible cependant que cette ligne n’ait pas respecté le stoichedon, comme je l’ai supposé dans les notes critiques, auquel cas on pourrait ajouter dans la restitution la particule attendue. Une autre solution serait de supposer que d’autres personnes honorées étaient mentionnées dans les considérants, et que la série de noms à l’accusatif était précédée d’une formule du genre τοὺς δὲ ἄλλους, sur le modèle du décret honorifique athénien IG I3 102, l. 25-30 (410/9) ; mais la rareté de cette tournure, et le fait qu’il ne doive pas manquer beaucoup de lignes au début de notre inscription d’après les dimensions de la stèle, affaiblissent cette hypothèse.

  • 38 L. Robert, « Les fêtes de Dionysos à Thèbes et l’Amphictionie », OMS VII (1990) [1977], p. 771 et (...)

34Aux lignes 2-9, il semble que huit personnes étaient nommées, réparties en deux groupes : quatre personnages « et ceux qui les accompagnent », au nombre de quatre également. Il est possible qu’il faille comprendre « ceux qui les accompagnent » au sens de « ceux qui les assistent, qui les aident ». On aurait ainsi un cas assez semblable à celui des juges étrangers secondés par leurs ἀκόλουθοι38.

35En l’absence du début du décret, on ignore a priori qui sont les personnages honorés et pourquoi ils le sont. Le fait que le dème les récompense sur le modèle des syndikoi de Lachès a fait dire aux commentateurs du décret qu’il s’agissait aussi d’un groupe de syndikoi, ce qui doit être exact.

  • 39 Sur les syndikoi dans les cités grecques, voir N. Andriolo, « Syndikoi », DHA 28/2 (2002), p. 11-18 (...)
  • 40 IG II2 1183, l. 14-16 (voir GHI 63 ; Vivliodetis 2007, E 3. Hagnonte ou Myrrhinonte). Sur l’attribu (...)

36Les syndikoi, littéralement « ceux qui prennent part à un procès », agissent dans un contexte judiciaire au nom d’une personne ou d’une communauté. Ils sont attestés dans plusieurs cités grecques. Dans l’Athènes classique, le mot peut recouvrir différentes réalités : assistants de particuliers dans les procès privés, cinq membres d’une commission élus annuellement pour examiner la constitutionnalité des nouveaux projets de lois et défendre les lois de la cité contre toute tentative d’abrogation ou de modification, avocats publics défendant les intérêts de la cité devant une instance extérieure à celle-ci, collège de magistrats institués après la chute des Trente en 403 dont la juridiction s’étendait à tous les procès concernant les confiscations de biens de particuliers par la cité39. Aixônè est à ce jour le seul dème attique où des syndikoi sont attestés ; outre notre document, on les trouve aussi dans le règlement juridique 8, où ils sont chargés d’assister le démarque en cas de litige avec les utilisateurs des pâturages communs, et représentent avec lui le dème au tribunal de la cité. En revanche, on a un exemple de synégores dans un dème, qui représentent les intérêts de ce dernier lors de la procédure des euthynai40. Ce mot désignait probablement la même fonction que syndikos, les deux termes étant largement interchangeables. Il ne faudrait donc pas conclure que la fonction remplie par les syndikoi était une particularité aixonéenne.

  • 41 Il me semble en effet qu’il s’agit de magistrats, d’après le formulaire de IG II2 1203 (324/3), où (...)
  • 42 Acharnes : SEG XLIII 26 A, l. 23 et LVII 124, l. 15-16 (expliqué par Kellogg 2013, p. 93-94 par la (...)

37Relevons que d’autres magistratures ne sont connues que dans un seul dème : le grammateus à Acharnes, les mérarques d’Athmonon41, l’antigrapheus de Myrrhinonte, le logistès d’Hagnonte ou de Myrrhinonte, les horistai du Pirée, les kôlokratai de Iônidai et Kydantidai42. Si ces hapax s’expliquent peut-être par le hasard de la conservation des documents, il semble bien que les dèmes aient procédé comme bon leur semblait pour la composition, la répartition, et le nombre de leurs magistrats, sauf pour la démarchie qui, en tant qu’intermédiaire entre les démotes et la cité, devait être uniformisée.

  • 43 L’expression οἱ περὶ + nom propre à l’accusatif est courante pour désigner un groupe de personnes. (...)
  • 44 Whitehead 1986, p. 140 n. 109.
  • 45 Par exemple les trente symbouloi spartiates de 396/5, dirigés par Lysandre (Xénophon, Helléniques I (...)
  • 46 IG I3 227 II, l. 19 (424/3), IG II2 86, l. 14-16 (début du ive s.), IG II3 324, l. 23-24 (337/6), I (...)

38L’expression οἱ περὶ Λάχητα (l. 14) désigne Lachès et les syndikoi qui ont travaillé avec lui, probablement sous sa présidence43. D. Whitehead, après avoir envisagé cette possibilité, conclut qu’il s’agit plus probablement d’une façon informelle de faire référence à un groupe particulier en citant le nom de son membre le plus connu44. Cette appréciation du « membre le plus connu » étant à mon avis difficile à établir dans le cadre d’une inscription publique pour un collège de magistrats, je penche pour la première interprétation, d’autant plus qu’elle est bien attestée45. On ignore pourquoi ces syndikoi bien précis font office de référence quant à l’octroi des honneurs. Quand les Athéniens accordent les mêmes honneurs que d’habitude pour une catégorie donnée de bienfaiteurs, ils utilisent des formules générales du genre εἶναι δὲ αὐτοῖς καὶ τὰ ἄλλα καθάπερ τοῖς ἄλλοις εὐεργέταις vel προξένοις46. Il faut croire, comme le suppose H. G. Lolling, que leur action était encore récente et fameuse.

  • 47 Whitehead 1986, p. 419 no 89. Sur Lachès I et sa famille, voir infra, p. 160-161.
  • 48 Voir annexe IV, s.v.

39H. G. Lolling, suivi par D. Whitehead et les auteurs du LGPN, identifie le syndikos Lachès avec Lachès IV, arrière-petit-fils du célèbre stratège Lachès I47. Mais la relative fréquence de ce nom (49 occurrences dans le LGPN) et l’absence de patronyme dans le décret d’Aixônè invitent à la prudence. En revanche, il est probable que le fils du démarque Philothèros figure parmi les syndikoi, vu la rareté de ce nom48.

Les récompenses

  • 49 Voir Whitehead 1986, p. 123 n. 12 et 13 pour les sources. Éleusis honore ainsi des Thébains, un str (...)

40Les Aixonéens qui, nous l’avons vu, possédaient un théâtre, font bénéficier les syndikoi de la proédrie à perpétuité. D’autres dèmes accordent le même honneur dans leurs décrets, et ordonnent pareillement au démarque ou au héraut d’inviter chaque année le personnage honoré à prendre son siège49. L’octroi de la proédrie n’est pas anodin, c’est l’un des honneurs les plus prestigieux qui puisse être décerné, que ce soit dans un dème ou dans la cité. C’est une récompense exceptionnelle, dont ne peuvent bénéficier que les plus hauts magistrats, ou des bienfaiteurs particulièrement zélés. Cela conforte l’idée que nos syndikoi, tout comme ceux de Lachès, se sont montrés particulièrement compétents, ou ont dû régler une affaire juridique très importante.

  • 50 Voir Henry 1983, p. 25-28 sur l’expression κατὰ τὸν νόµον appliquée parfois à la valeur des couronn (...)

41À part la proédrie, d’autres récompenses sont accordées, mais elles ne sont pas précisées. On peut déduire du relief gravé au bas du décret que les personnages honorés ont reçu une couronne. Il faut probablement compter aussi avec l’éloge public, une constante dans les décrets honorifiques athéniens comme nous l’avons vu. Il est dit que les récompenses seront accordées κατὰ τοὺς νόµους (l. 14-15), ce qui indique que les lois réglementaient le décernement des honneurs dans les dèmes aussi et que le rédacteur du décret a insisté sur le respect de celles-ci. On peut conjecturer que ces lois portaient sur la nature des récompenses (il y avait peut-être des honneurs que le dème ne pouvait accorder), leur valeur, leur nombre50.

Les dispositions finales

  • 51 Elle est présente dans les numéros 2, l. 22-28 et 4, l. 7-9 et 12-13, absente des numéros 5 et 16. (...)

42La formule hortative, destinée à encourager d’autres personnes à agir comme les personnages honorés l’ont fait, se retrouve dans d’autres décrets honorifiques de notre dème, mais elle n’est pas systématique51. L’expression utilisée ici, ἵνα καὶ οἱ ἄλλοι φιλοτιµῶνται εἰδότες ὅτι χάριτας ἀπολήψονται παρὰ τῶν δηµοτῶν, se retrouve ailleurs dans les dèmes attiques, par exemple dans IG II2 1182, l. 14-16 de Myrrhinonte (après 330 ?).

  • 52 C’est le cas des numéros 2, 4, 5 et probablement du numéro 3. Le numéro 16 est en revanche exposé d (...)
  • 53 Voir Whitehead 1986, p. 96 n. 50 pour des exemples.

43On prévoit d’exposer la stèle au théâtre, lieu de passage important où les Aixonéens dressaient la plupart de leurs décrets honorifiques52. C’est le démarque qui a la tâche de faire graver la stèle et de la placer à l’endroit indiqué (l. 18-21), tout comme dans les décrets honorifiques aixonéens 2 et 16, et dans de nombreux autres documents de dèmes53.

Les décrets honorant des chorèges

Chorèges et concours dramatiques dans les dèmes54

  • 54 Pickard-Cambridge 1968, p. 42-56 sur les Dionysies rurales et p. 86-91 sur les chorèges lors des Di (...)
  • 55 Voir Ath. Pol. 56, 3 : l’archonte éponyme désigne les chorèges de la tragédie ; pour la comédie, ce (...)
  • 56 Par exemple la gymnasiarchie à Rhamnonte (IRham. 120) et dans un dème indéterminé (Isée, 2, 42), l’(...)

44Plusieurs décrets du dème d’Aixônè honorent des chorèges (2-4). Il s’agit bien évidemment d’une chorégie locale, car au niveau de la cité, cette liturgie était organisée par les tribus et l’archonte éponyme55. C’est l’occasion de rappeler que les dèmes avaient leurs propres liturgies locales, dont la chorégie, mais il en existait d’autres56.

  • 57 Csapo, Slater 1994, p. 122. Il y a deux chorèges aussi dans le nouveau décret d’Halai Araphènidès S (...)
  • 58 Guarducci 1987, p. 284.

45À Aixônè, les chorèges récompensés sont toujours au nombre de deux. Un seul concours étant attesté, celui de la comédie, il doit s’agir de synchorèges et non de vainqueurs de deux disciplines différentes. La synchorégie était une pratique très répandue pour les Dionysies rurales : sur les vingt-deux charges chorégiques attestées sur les monuments dédiés par les vainqueurs des concours de cette fête, dix sont des synchorégies, impliquant deux ou trois chorèges57. Il est possible qu’il n’y ait pas toujours eu des équipes de deux chorèges à Aixônè, car, selon l’époque, le nombre de chorèges associés peut varier dans un même dème : pour la comédie, il y a deux chorèges à Éleusis à la fin du ve s. (IÉleusis 53), mais un seul au milieu du ive s. (IÉleusis 66) ; à Acharnes, pour la comédie, ils fonctionnent individuellement au cours du ive s. (IG II2 3106), par trois dans la seconde moitié du ive s. (SEG LIV 302) ; deux chorèges s’occupent de la tragédie à Ikarion dans la première moitié du ive s. (IG II2 1178) et peut-être déjà au ve s. (SEG LIV 58), un seul au début du ive s. (IG II2 3094), trois (IG II2 3095, 3098) ou à nouveau un seul (IG II2 3099) au milieu du ive s. On ne peut donc affirmer, comme le fait M. Guarducci, que le nombre canonique des chorèges associés pour les Dionysies rurales était de deux58 ; cela dépendait de divers facteurs, comme le montant du financement à apporter et les moyens des individus.

  • 59 Schol. Aristophane, Grenouilles 404 : ἐπὶ γοῦν τοῦ Καλλίου, τοῦτό φησιν Ἀριστοτέλης ὅτι σύνδυο ἔδοξ (...)
  • 60 Wilson 2000, p. 282 ; Summa 2006, qui donne des exemples de liturgies locales assumées par les memb (...)

46Dans la cité, la synchorégie est en revanche mal attestée ; on n’a en réalité qu’une source non équivoque : « Sous l’archontat de Kallias [406/5], Aristote dit que l’on décréta que deux personnes ensemble exerceraient la chorégie pour la tragédie et la comédie aux Dionysies »59. Cette synchorégie n’a duré que deux ans ; cela semble donc être une mesure d’urgence, décrétée dans des moments difficiles en cette guerre du Péloponnèse finissante. Peut-être que la synchorégie était plus fréquente dans les dèmes parce que les démotes suffisamment riches pour exercer cette liturgie n’étaient pas très nombreux, alors que la cité pouvait puiser ses chorèges dans un plus large vivier. Cependant, D. Summa, développant une idée de P. Wil son, pense que les chorèges des dèmes ne s’associaient pas pour des raisons financières : elle constate que les synchorèges sont parfois de la même famille60, et elle en déduit que la motivation pour former une synchorégie était le sentiment d’orgueil d’un oikos qui souhaitait acquérir du prestige. C’est peut-être juste dans certains cas, mais cette hypothèse n’est pas valable pour Aixônè, où les paires de chorèges ne sont jamais issues de la même famille. Une raison financière est donc bien à l’origine de l’union des chorèges aixonéens, et on peut conjecturer que ce facteur peut très bien entrer en ligne de compte même quand les chorèges associés sont issus de la même famille.

  • 61 On le déduit de SEG XXXIV 174, une dédicace érigée par les chorèges avec les noms des acteurs qui l (...)
  • 62 Voir IG I3 969 : dédicace d’un chorège énumérant quatorze choreutes mais aucun acteur.

47Ce sont les documents de la cité qui renseignent le plus sur la tâche essentielle du chorège, celle de financer et d’équiper un chœur, et de lui fournir un lieu pour son entraînement. Son rôle cependant n’était pas purement financier : il était responsable du recrutement des membres du chœur et du chorodidaskalos, et il intervenait peut-être aussi dans la sélection du poète et de l’aulète. On ignore s’il en était de même dans les dèmes. Il est possible qu’à Thorikos les chorèges devaient, en plus du chœur, financer les acteurs61 ; en revanche, à Anagyronte, cela ne semble pas avoir été le cas62. En définitive, là encore, la pratique variait d’un dème à l’autre.

  • 63 Voir P. Wilson, « Costing the Dionysia », dans M. Revermann, P. Wilson (éds), Performance, Iconogra (...)

48On ignore combien pouvait coûter l’entretien d’un chœur à Aixônè ; on ne dispose d’ailleurs d’aucun chiffre de ce genre pour les dèmes. Néanmoins, on sait qu’au niveau de la cité, la chorégie était l’une des liturgies les plus onéreuses : lors des Grandes Dionysies, un chorège pouvait dépenser environ 3 000 dr. pour la tragédie, 1 600 dr. pour la comédie, 5 000 dr. pour le dithyrambe63.

  • 64 E.g. Wilson 2010, p. 43 : « We have no single case of a man who served as liturgist in both city an (...)
  • 65 Sur Autéas (II) et Dèmokratès, voir annexe IV, s.v.

49Les chorèges sont, c’est bien compréhensible pour une liturgie aussi coûteuse, des personnages très aisés, et souvent connus par d’autres documents du dème ou même de la cité. C’est le cas par exemple d’Hagnias à Ikarion, triérarque à plusieurs reprises ; soulignons au passage qu’un Athénien pouvait donc très bien assumer des liturgies à la fois pour son dème et pour la cité, contrairement à ce que l’on peut lire parfois64. Pour Aixônè, on peut citer Autéas (II) fils d’Autoklès, locataire d’un terrain appartenant au dème, ou encore Dèmokratès fils d’Euphilètos, présent dans une liste de citoyens classés par tribus et par dèmes65.

  • 66 SEG LIV 58, 440-415 ? (voir infra, n. 70). Voir Whitehead 1986, p. 76 et p. 215-216. L’expression « (...)
  • 67 Voir D. Whitehead, The Ideology of the Athenian Metic (1977), p. 80.
  • 68 Pirée : Ath. Pol. 54, 8. Ikarion : SEG LIV 58 (voir infra, n. 70), avec possibilité d’antidosis.

50Les chorèges des dèmes sont habituellement des démotes, mais il faut citer le cas d’Ikarion où, dans la seconde moitié du ve s., les chorèges de tragédie sont pris parmi les démotes et « ceux qui habitent à Ikarion »66. Au niveau de la cité, les étrangers étaient exclus de l’activité chorégique pour les Grandes Dionysies, mais pas pour les Lénéennes67. La procédure de désignation variait, semble-t-il, d’un dème à l’autre : au Pirée, le démarque désignait les chorèges, et peut-être également à Ikarion68. On verra ci-dessous la pratique de la vente aux enchères des chorégies à Thorikos.

51Dans les concours de la cité, le chorège vainqueur du dithyrambe gagnait un trépied de bronze. On attendait de lui qu’il dédie son prix à la divinité qui patronnait la fête. Pour les chorèges vainqueurs des concours dramatiques, la chose est moins claire ; il semble qu’ils ne recevaient pas de récompense pourvue d’une grande valeur matérielle. On ignore quels étaient les prix dans les dèmes. Certains monuments chorégiques érigés dans les dèmes supportaient des trépieds, mais ces derniers avaient peut-être été remportés dans les concours de la cité. En tout cas, les chorèges des dèmes sont, comme les autres liturges, honorés publiquement de manière substantielle, souvent avec des couronnes d’or de 500 dr., dans l’évident espoir que cela suscitera des vocations.

  • 69 SEG LIV 57, l. 2 et 23. Sur les Dionysies d’Ikarion, voir Foucart 1904, p. 81-85.
  • 70 SEG LIV 58, 440-415 ? Voir A. K. Makres, « The Rediscovery of IG I3 253-4 », dans A. P. Matthaiou, (...)

52Il existait ce que l’on pourrait appeler des « dèmes du théâtre », qui investissaient beaucoup d’argent dans l’organisation de concours dramatiques. C’est le cas d’Ikarion, le dème qui a donné le jour à l’inventeur légendaire de la tragédie, Thespis, et dont le culte principal était celui de Dionysos, car c’est là que le dieu serait apparu pour la première fois en Attique. Dionysos disposait de sa propre caisse (tout comme le héros Ikarios), différente de la caisse séculière du dème, dont le contenu se montait à plusieurs milliers de drachmes dans le troisième quart du ve s.69. À la même époque, le dème a réglementé les concours dramatiques locaux, prévoyant deux chorèges annuels : ils devaient être désignés parmi les démotes et les résidents du dème (donc des non-démotes), avec possibilité d’antidosis70. Les fouilles d’Ikarion ont permis d’exhumer le théâtre, pourvu de quelques sièges de proédrie en pierre, et plusieurs beaux monuments chorégiques, qui n’ont rien à envier à leurs homologues athéniens.

  • 71 Mussche 1998, p. 29-34.
  • 72 SEG XXXIV 107 (vers 420 ? d’après A. P. Matthaiou, dans L. Mitchell, L. Rubinstein [éds], Greek His (...)
  • 73 SEG XL 128 = IG I3 ad. 258 bis (vers 420 ?) ; SEG XXXIV 174 (vers 375-325). Citons encore, dans le (...)

53Thorikos est un autre dème féru d’art dramatique. Les fouilles belges ont permis, là aussi, de retrouver le théâtre, qui remonte déjà à la fin du vie s. C’est le premier en Attique à être pourvu de gradins en pierre, dès 450 environ, bien avant celui de la cité. Il devait drainer également des spectateurs venus d’autres dèmes, vu la qualité de sa construction et sa capacité d’accueil (environ 2 000 places au ve s., 3 500 lors de son agrandissement au milieu du ive s. !)71. Le dossier épigraphique de Thorikos est particulièrement riche pour le domaine théâtral. Le document le plus intéressant est sans doute le décret réglementant la chorégie72 : malgré son état de mutilation extrême, on comprend que le dème décide d’assigner trois chorégies aux plus offrants. Ces chorégies concernaient sûrement la tragédie et la comédie, bien attestées dans le dème73.

  • 74 Outre à Thorikos et à Ikarion, des théâtres ont été fouillés à Halimonte, Euônymon, Rhamnonte, Piré (...)
  • 75 Cela semble être le cas du théâtre du Pirée à Mounychie, voir Agora XIX L 13, 324/3 (voir la nouvel (...)
  • 76 La présence de fours à chaux sur le site d’Aixônè est notée par des voyageurs du xixe s., voir supr (...)

54Aixônè avait aussi un théâtre, car plusieurs décrets mentionnent l’exposition de la stèle en cet endroit, et le décret 1 accorde la proédrie aux syndikoi. Les archéologues ont tenté en vain de retrouver le bâtiment. Pourtant, on en a exhumé plusieurs en Attique, repérables par leur rang de proédrie en marbre, ou leurs gradins en pierre74. Il est cependant probable que les théâtres de dèmes aient été majoritairement faits de bois et de terre plutôt que de pierre75. Il est donc possible qu’Aixônè n’ait jamais possédé de théâtre en pierre, mais ait disposé seulement d’un espace accueillant des équipements en bois. Cela expliquerait pourquoi aucune trace du bâtiment n’a été repérée par les archéologues. Une autre possibilité à envisager est que les rangs de proédrie aient fini dans un four à chaux76.

  • 77 Voir IÉleusis 53 et 66 ; IG II2 3092-3099 ; peut-être SEG XXXVIII 263. On a pensé que certains monu (...)

55Un autre indice de la présence de concours dramatiques dans un dème est l’érection de monuments chorégiques, dédiés par les chorèges vainqueurs pour célébrer leur victoire aux Dionysies locales77. Aucun monument de ce type n’a été trouvé à Aixônè, mais c’est certainement dû au hasard de la conservation et de la découverte des vestiges.

  • 78 Voir infra, p. 311 sur les Dionysies rurales. Des concours dramatiques sont attestés dans une douza (...)

56Dans notre décret 5, on apprend que la proclamation des honneurs se fera lors des concours de comédie des Dionysies locales. La célébration de cette fête ne nécessite pas la mise sur pied d’un concours dramatique ou lyrique ; seuls les dèmes qui ont suffisamment de moyens financiers en organisent un78. Aixônè était l’un d’entre eux.

  • 79 SEG LIV 58, 440-415 ? (voir supra, p. 110 et n. 70).
  • 80 Voir Wilson 2000, p. 386 n. 83 pour les sources, et appendice 3 p. 305-307 sur le dithyrambe dans l (...)
  • 81 Voir Pickard-Cambridge 1968, p. 44 et p. 46-47 : la fête était placée sous l’autorité du démarque, (...)

57Les concours dramatiques apparaissent à Athènes dans la seconde moitié du vie s., mais on ignore quand les dèmes ont commencé à en organiser. Dans la seconde moitié du ve s. déjà, Ikarion réglemente la chorégie, ce qui fournit un terminus ante quem79. Le nombre et le type de disciplines varie d’un dème à l’autre : à Aixônè, uniquement la comédie est attestée, tout comme à Rhamnonte ; la tragédie seule figure à Ikarion et peut-être à Paiania ; les deux genres étaient joués à Thorikos, Éleusis et Kollytos ; le dithyrambe, discipline la plus coûteuse, n’est attesté qu’au Pirée, où il a été instauré par Lycurgue et joint aux concours de comédie et de tragédie déjà existants, et peut-être à Acharnes, le plus grand dème de l’Attique80. Rappelons que les Dionysies du Pirée, de par le grand investissement de la cité dans son organisation, étaient davantage une fête civique qu’une fête de dème, et dépassaient certainement en magnificence ce que l’on pouvait voir dans les autres dèmes de l’Attique81.

  • 82 Platon, Lachès 182 d-183 b ; Démosthène, Sur la couronne (18), 180 ; Démocharès, FGrH 75 F 11 a (= (...)
  • 83 Aristophane et Sophocle : IÉleusis 53 ; Euripide : IG I3 969 ; Dikaiogénès : IG II2 3092 ; Théodôro (...)

58Les sources littéraires traitent parfois les Dionysies rurales de spectacles de seconde zone82, mais les sources épigraphiques montrent la présence occasionnelle de compétiteurs de haut vol. Sans parler des dèmes de l’asty, mentionnons Aristophane et Sophocle à Éleusis, Euripide à Anagyronte, le poète tragique Dikaiogénès à Acharnes, et peut-être Théodôros à Thorikos, l’un des acteurs les plus fameux du ive s.83.

  • 84 Sur la haute ancienneté et l’identité propre du théâtre dans les dèmes et de la célébration de Dion (...)

59Dans le domaine du théâtre, les dèmes ruraux sont clairement à l’avant-garde par rapport à la ville : Thorikos se munit d’un théâtre de pierre au milieu du ve s., soit plus d’un siècle avant Athènes ; Ikarion, considéré par les Athéniens comme le berceau de la tragédie, réglemente la chorégie déjà dans la seconde moitié du ve s. Il faut dire que les Dionysies rurales, qui servent de cadre aux représentations théâtrales, ne sont pas une banale imitation des Dionysies urbaines : la fête de Dionysos est une fête agraire par excellence, elle tire son origine de la campagne même. Ce n’est qu’a posteriori que la cité l’a adoptée84. D’où, sans doute, la très forte présence des activités théâtrales dans les dèmes, qui se manifeste pour nous par des monuments et des inscriptions chorégiques, des théâtres ou encore des décrets honorifiques récompensant des chorèges, comme ceux que nous allons examiner maintenant.

Décret honorifique pour Dèmokratès et Hègèsias (no 2*)

  • 85 Voir le numéro 4, où les circonstances de la victoire apparaissent clairement.

60Dans ce décret, le dème honore deux chorèges, Dèmokratès fils d’Euphilètos et Hègèsias fils de Lysistratos. Ces chorèges associés avaient sans doute remporté la victoire lors du concours de comédie des Dionysies rurales85.

  • 86 Whitehead 1986, p. 41 et p. 148 n. 166.

61La même formule pour les désigner (οἱ ἐπὶ τοῦ δεῖνος ἄρχοντος) est utilisée dans le numéro 3, ce qui fait dire à D. Whitehead que ce sont des « quasi-magistrats » puisqu’ils sont en fonction pour une année86. Ce parallèle avec des magistrats annuels est inutile car il prête à confusion : les chorèges n’étaient pas désignés pour une année complète, mais pour une fête particulière, ici les Dionysies rurales de 326/5.

Le lieu de découverte des fragments

  • 87 Je traduis. Les références de cette section se trouvent dans le lemme ci-après.
  • 88 Sur la fouille de Bludov, voir supra, p. 53.
  • 89 « In pago quem hodierni Trachones vocant » (Koehler) ; « Trouvée à Trakhonès » (Michel) ; « In vico (...)

62Selon le témoignage de A. S. Rousopoulos, les deux fragments de la stèle ont été trouvés avec le numéro 5 en février 1864 « dans une petite fouille entreprise sur un domaine situé à Trachônès entre l’Hymette et la mer, avec d’autres vestiges divers de sculpture d’une facture excellente »87. O. E. Miller, dans son édition du numéro 5 en 1865, précise que l’inscription provient de la fouille du comte A. D. Bludov, « dans une propriété rurale située non loin d’Athènes, sur la route qui conduit au cap Colonne [= le cap Sounion] »88. Comme il s’agit clairement d’un décret du dème d’Aixônè, la stèle provient probablement de la région de Pirnari, où ont été trouvés d’autres décrets des Aixonéens exposés au théâtre (1 et 3). A. S. Rousopoulos parle de manière vague du domaine de Trachônès, qui, à son époque, s’étendait jusqu’à Glyphada compris. Cela a induit en erreur la plupart des éditeurs de l’inscription, qui assimilent le domaine avec le village homonyme, lequel faisait partie en réalité du dème d’Euônymon89.

  • 90 Le registre du musée indique effectivement que la pierre a été donnée par le président de la Cour s (...)

63La stèle est signalée comme perdue par U. Koehler et Ch. Michel. Elle a été retrouvée assez rapidement, puisque J. Kirchner déjà la signale au Musée national. Elle avait sans doute été volée, car E. Giannopoulou-Konsolaki précise que c’est suite à une décision judiciaire qu’elle a été donnée au Musée épigraphique90.

Le texte

64ME 139.

65Stèle en marbre blanc composée de deux fragments recollés. Elle est brisée dans sa partie inférieure. La surface de la face antérieure est bien conservée, à part un gros éclat dans l’angle en haut à gauche, dans l’angle en haut à droite et au milieu du bord gauche, et quelques petits éclats en haut à gauche. Au niveau des l. 20-23 à droite, la pierre a été éraflée à une époque récente. La face arrière de la stèle est non travaillée, ce qui indique qu’elle était dressée contre un mur.

66Les lettres sont grandes, assez profondes, régulières. La forme du phi, avec un petit trait vertical dans l’ovale, est identique à celle du numéro 3. Il pourrait s’agir du même graveur.

67Dimensions : 0,51 × 0,314 × 0,07. Hauteur des lettres : 0,007-0,009 (0,007-0,008 thêta et omicron, 0,005-0,006 oméga). Espacement : 0,007-0,010.

68Éditions : Rousopoulos 1864, p. 131 (U. Koehler, IG II 579 ; Haussoullier 1883, p. 213-214 no 1 ; Ch. Michel, RIG 151) ; J. Kirchner, IG II2 1198 (> estampage ; Papagiannopoulos-Palaios 1952, p. 59 no 4 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 99-100 no 3) ; C. J. Schwenk, Athens in the Age of Alexander: the Dated Laws and Decrees of « the Lykourgan Era » 338-322 B.C. (1985), no 66.

69Traductions : Haussoullier, p. 171-172 (en français) ; Csapo, Slater 1994, p. 128-129 no 51 B (l. 1-9, en anglais) ; Jones 2004, p. 104 no 5 (en anglais) ; Brun 2005, p. 285-286 no 148 (en français).

70Commentaires : Miller 1865 (lieu de trouvaille) ; Lolling 1879, p. 195 ; Milchhöfer 1888, p. 358 no 728 a ; Kyparissis, Peek 1941, p. 219 et n. 1 (sur le chiffre de la l. 10) ; Eliot 1962, p. 8-9 (lieu de trouvaille) ; Whitehead 1986, p. 163 n. 98 (sur le chiffre de la l. 10) et p. 375 no 7 ; Tracy 1995, p. 110 (sur le chiffre de la l. 10) ; B. Grimes, ZPE 140 (2002), p. 80 (sur le chiffre de la l. 10) ; K. Takeuchi, Horos 22-25 (2010-2013), p. 89-90 (sur le chiffre de la l. 10).

71Reproductions : Papagiannopoulos-Palaios, p. 60 (estampage) ; Giannopoulou-Konsolaki, p. 101 fig. 81 ; fig. 16.

Fig. 16. Décret honorifique pour les chorèges Dèmokratès et Hègèsias (no 2).

Fig. 16. Décret honorifique pour les chorèges Dèmokratès et Hègèsias (no 2).

Athènes, Musée épigraphique, no 139. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.

  • 91 Le stoichedon est parfait, sauf aux lignes 1 (18 lettres) et 2 (20 lettres). C’est dû probablement (...)

Stoichedon 1991

72Sauf mention contraire, les restitutions sont de Rousopoulos.

73L. 1 in. : rest. Koehler ; l. 2-3 : χορηγ|οὶ ἐπὶ Rousopoulos, Koehler, Haussoullier ; χορηγ[οὶ]| οἱ Michel ; χορηγ|οὶ [οἱ] Kirchner. Notons que Koehler avait pensé à la restitution χορηγ[οὶ]| οἱ, mais finalement il décide de ne pas y toucher (« ultima non tango ») ; l. 10 : . . C Rousopoulos ; 𐅃ΙΙΙ/// Kirchner, d’après von Premerstein ; Koehler préfère ne rien restituer, Michel et Brun non plus ; Lolling proposait le chiffre 500, sur le modèle de notre numéro 3, qu’il a été le premier à éditer ; Haussoullier traduit par [500] mais ne restitue par le chiffre dans sa transcription ; 𐅃ΙΙΙ : Kyparissis et Peek ; 𐅃[ΙΙΙ] Schwenk ; : [Α]Υ : Tracy (les deux lettres n’occupant qu’une seule file) ; : [Η] : Grimes ; : [𐅅] : vel : [X] : Takeuchi ; l. 23 fin. : ΜΕΛΑ err. lap., corr. Koehler.

  • 92 Ἑκάτερον se rapporte aux personnages honorés et non aux couronnes, voir 17, l. 9-10, 3, l. 11 (rest (...)

[Phil]oktèmôn fils de Chrémès a fait la proposition : attendu que les chorèges de l’archontat de Chrémès, Dèmokratès fils d’Euphilètos et Hègèsias fils de Lysistratos, ont exercé la chorégie parfaitement bien et avec zèle pour les Aixonéens, qu’on leur accorde l’éloge public et qu’on les couronne d’une couronne d’or de 500 drachmes chacun92, en raison de leur zèle et de leur sollicitude envers les démotes ; et que le démarque Dôrothéos et les trésoriers leur versent 10 drachmes pour un sacrifice prises sur le revenu des démotes. Que le démarque Dôrothéos transcrive ce décret sur une stèle de pierre et la dresse dans le théâtre, afin que ceux qui à l’avenir auront à exercer la chorégie à chaque fois pour les Aixonéens sachent que le dème des Aixonéens honorera ceux qui se montrent zélés envers lui.

74Notes critiques

75l. 2 fin. : incomplète sur la pierre en l’état actuel, en raison d’un éclat. Le graveur avait la place pour le dernier omicron de χορηγοί ; il a sans doute dû serrer le iota final. Il est donc faux de penser, comme Rousopoulos et d’autres après lui, que ΟΙ au début de la ligne 3 sont les dernières lettres du mot χορηγοί ; il s’agit plutôt de l’article défini répété, comme Michel l’avait vu. La formule se retrouve à l’identique dans le numéro 3, l. 4-5. Lolling proposait déjà la bonne lecture de ce passage, sur le modèle de cette inscription qu’il a été le premier à éditer.

76 l. 10 : ce que Rousopoulos a pris pour un C est en fait un dicolon. Sur le prix de la couronne, voir la discussion infra.

La date

  • 93 Par ailleurs, le rogator est le même que celui du numéro 3. Sur cette famille, voir infra, p. 167.

77Presque tous les éditeurs et commentateurs s’accordent pour dater le décret de 326/5, grâce à la mention de l’archonte éponyme Chrémès (sans doute le père du rogator)93, sous lequel les chorèges ont officié. B. Haussoullier et Ch. Michel proposent cependant l’année 325/4, date à laquelle le décret a été promulgué selon eux. La première solution est préférable, car les Aixonéens ont dû honorer leurs chorèges peu de temps après les Dionysies, lesquelles se sont déroulées durant l’hiver 326/5.

Les honneurs

  • 94 3, l. 10, 5, l. 9, 17, l. 10-11. Le numéro 4, l. 6, avec une couronne d’or de 100 dr., est une exce (...)
  • 95 Sur les montants des couronnes d’or dans la cité et dans les dèmes, voir supra, p. 98-99.
  • 96 Voir M. N. Tod, « The Alphabetic Numeral System in Attica », ABSA 45 (1950), p. 126-139 (= id., Anc (...)
  • 97 Il a été suivi notamment par Wilson 2010, p. 46.
  • 98 Mais Takeuchi, qui ne décèle aucune trace du chiffre sur la pierre, considère que le montant de 1 0 (...)

78Les honneurs accordés aux deux chorèges sont l’éloge public – sans doute proclamé au théâtre du dème, sur le modèle du numéro 5 – et une couronne d’or pour chacun, d’une valeur de 500 dr. Ce sont les récompenses habituelles au niveau des dèmes comme dans la cité, ainsi que nous l’avons vu plus haut. Le chiffre du montant de la couronne n’est pas entièrement visible sur la pierre, où on ne distingue à la ligne 10 que le 𐅃 et les deux dicolon, mais, d’après le prix d’une couronne d’or dans l’immense majorité des décrets honorifiques du dème94, on peut restituer avec assurance le chiffre 500. Jusqu’à présent, la plupart des éditeurs et commentateurs de cette inscription lisaient des montants impossibles, ou préféraient ne rien restituer. Encore récemment, S. V. Tracy a cru lire sur l’estampage qu’il a consulté à Princeton un upsilon dans la seconde moitié de la 12e file (les files 11 et 13 sont occupées par les dicolon), et restitue le montant aberrant de 1 400 dr., sans parallèle en Attique pour une couronne d’or, et qui est démesuré par rapport aux autres chiffres que l’on connaît pour les dèmes95. Il reconnaît que « the use of an alphabetic numeral in an Attic inscription before the second century B.C. is almost unparalleled »96, et ne trouve à citer qu’une inscription du ve s., mais il ajoute « the occurrence, however, does not seem surprising, especially in a deme decree ». Or, on ne voit pas pourquoi la notation alphabétique des chiffres serait plus susceptible de se produire dans un dème que dans la cité. Plus récemment encore, B. Grimes, qui a consulté un estampage de l’inscription, pense que le chiffre « mille » en écriture acrophonique a été martelé, et remplacé par le chiffre « cent » ; il trouve ce chiffre satisfaisant, car il est dix fois supérieur à la somme donnée pour le sacrifice97. Mais, que l’on sache, le prix d’une couronne n’est jamais calculé en fonction du montant donné pour le sacrifice, ou vice-versa. H. G. Lolling, dans son édition du numéro 3, proposait déjà le bon chiffre, mettant à profit les parallèles tirés des autres décrets du dème ; il a trouvé un écho favorable chez B. Haussoullier, mais seulement dans sa traduction, pas dans sa transcription, et bien plus tard chez D. Whitehead et K. Takeuchi98.

  • 99 Pour des exemples du mot πρόσοδος (au singulier ou au pluriel) pour désigner les revenus d’un dème, (...)
  • 100 Sur les prix des victimes sacrificielles en Attique, voir Ackermann 2007, tableau 2 p. 134.

79Les chorèges honorés reçoivent aussi dix drachmes, prises sur les revenus du dème, « pour un sacrifice »99. Comme il n’est pas spécifié, contrairement à la couronne, que cette somme sera versée à chacun, on peut en déduire qu’ils devaient se la partager pour un sacrifice commun. Cette somme servait sûrement à couvrir l’achat de la victime, peut-être un ovin adulte, vu le montant100. Le destinataire du sacrifice était sans doute Dionysos, le dieu qui a présidé au concours dont les chorèges sont sortis vainqueurs.

  • 101 Pour des exemples aixonéens, voir supra, p. 107 et n. 51.

80Notons enfin aux lignes 22-28 la formule hortative, très courante dans ce type de document101. Le but était évidemment de promouvoir la philotimia parmi les démotes pour l’avenir.

Les trésoriers

  • 102 Voir Whitehead 1986, p. 143-144, avec les références.
  • 103 Voir IG I3 258, l. 12-14, où le dème de Plôthéia prend des dispositions pour la désignation par tir (...)

81À la ligne 16 sont mentionnés les trésoriers (ταµίαι). Cette magistrature est bien attestée dans les dèmes, c’est même la plus courante après celle de démarque102. Les documents de dèmes nous donnent quelque idée de leur mode de nomination et de leurs fonctions, mais il faut éviter de généraliser, car, dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, il semble bien que les dèmes agissaient de manière autonome103.

  • 104 Voir la mention, unique à ma connaissance, des « trésoriers des dieux » à Halai Araphènidès (SEG XX (...)
  • 105 L’annualité des trésoriers ressort particulièrement bien de SEG XXVIII 102, l. 15-22 (Eitéa), SEG X (...)
  • 106 Pour Aixônè, outre le décret 2, voir les numéros 4, l. 10-12, 5, l. 14 et 20, 7, l. 21 et 35. On tr (...)
  • 107 À Aixônè même, dans le numéro 5 ; Pirée (Agora XIX L 13, l. 25-27. Voir supra, p. 110 n. 75). Dans (...)
  • 108 Eitéa (SEG XXVIII 102, l. 15-22) ; Éleusis (IÉleusis 71, l. 5-8) ; Mélitè (restauré. Agora XVI 277, (...)
  • 109 Voir Whitehead 1986, p. 96 n. 50.

82Les trésoriers sont chargés d’administrer la caisse du dème, mais il leur arrive aussi de gérer l’argent des dieux104. En bons magistrats, ils sont en place pour une année, et sont soumis à la procédure de remise des comptes (euthynai)105. À Aixônè, les trésoriers constituent toujours un collège, mais il arrive que cette charge soit exercée individuellement dans d’autres dèmes106. Tantôt on voit le démarque et les trésoriers travailler ensemble, pour le financement de la gravure des stèles et l’organisation de leur installation107 ; tantôt ces tâches sont dévolues au démarque ou aux seuls trésoriers108. Ici, les trésoriers sont chargés, avec le démarque, de donner l’argent nécessaire au sacrifice que doivent accomplir les deux chorèges honorés ; il en est de même dans le numéro 4. Précisons que ces variantes ne constituent en aucun cas des critères pertinents pour dater un document109.

  • 110 Ibid., p. 144.

83En résumé, si l’on observe des pratiques semblables dans certains dèmes, il n’y a pas d’uniformité totale, et on peut conjecturer avec D. Whitehead que dans les tout petits dèmes, le démarque seul assumait toutes les tâches financières110.

Décret honorifique pour Léontios et Glaukôn (no 3*)

84Dans ce décret, les démotes louent et couronnent les chorèges Léontios fils de Diôn et Glaukôn fils de Kallikratès, vainqueurs d’un concours dramatique. Le contexte de la victoire n’est pas précisé ; rappelons que, pour l’instant, les seuls conours dramatiques attestés à Aixônè sont des concours de comédie lors des Dionysies rurales, ce qui n’exclut évidemment pas d’autres occasions.

85La clause d’exposition manque, mais la stèle était sans doute dressée au théâtre comme les autres décrets honorifiques concernant des chorèges (2 et 4). Sur la base de ces deux parallèles, on peut supposer que Léontios et Glaukôn ont aussi reçu dix drachmes pour un sacrifice, en sus de l’éloge et de la couronne.

Le lieu de découverte de la pierre

  • 111 Je traduis. L’extrait est reproduit en entier supra, p. 53.
  • 112 « E regione pagi Trachônes » (Koehler) ; « in vico Trachones (= Aixone ) » (Kirchner). Sur la posit (...)

86L’inscription a été éditée pour la première fois en 1879 par H. G. Lolling, avec les numéros 1, 8 et 13. Il précise que les pierres proviennent « des ruines de l’ancien dème d’Aixônè, à l’endroit de l’actuel Prinari [= Pirnari], à mi-chemin entre Trachônès et Vari. Les pierres ont été transportées […] dans une petite collection dans la cour du domaine Komninos (ex-Louriôtis) à Trachônès »111. Les éditeurs des IG commettent un raccourci : ils mentionnent le village de Trachônès comme lieu de découverte, et l’identifient au dème d’Aixônè112, ce qui est doublement faux : d’une part le village moderne de Trachônès appartenait au dème d’Euônymon et non à Aixônè, et d’autre part H. G. Lolling dit bien que la pierre a été trouvée « entre Trachônès et Vari » et que ce n’est que dans un second temps qu’elle a été transportée à Trachônès. Cette double erreur sur le lieu de trouvaille reflète le flou qui régnait encore à la fin du xixe et au début du xxe s. quant à la localisation des dèmes dans cette région, comme nous l’avons vu dans le chapitre 2.

Le texte

  • 113 Auparavant, la pierre se trouvait au Musée national (glypta 1200), selon Kirchner.

87ME 12667113.

88Partie supérieure d’une stèle de marbre blanc couronnée d’un fronton. Les trois acrotères sont encore visibles, mais seul celui de droite est intact. Aucune trace de décor n’est visible à l’intérieur du fronton. La pierre a été cassée en deux fragments, recollés. Cette cassure n’a pas entraîné la perte d’un grand nombre de lettres. La stèle est brisée en bas, elle est intacte sur les autres côtés. La face arrière est non travaillée, ce qui indique que la stèle se dressait contre un mur.

89Les lettres sont grandes, profondes et régulières. Sur la moulure inférieure du fronton est écrite l’invocation aux dieux (θεοί).

90Dimensions : 0,33 (avec le fronton, 0,165 sans le fronton) × 0,35-0,354 (au niveau du fût) × 0,06-0,065. Hauteur des lettres : 0,007 (0,005 lettres rondes). Espacement : 0,007-0,010.

91Éditions : Lolling 1879, p. 194 (Haussoullier 1883, p. 214 no 2 ; U. Koehler, IG II 5, 584 b) ; J. Kirchner, IG II2 1200 (> estampage ; Papagiannopoulos-Palaios 1952, p. 59 et 61 no 5 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 102 no 5) ; Z. Nemes, « Some Problems on the Publications of the Attic Deme-Inscriptions », ACD 20 (1984), p. 3-4 no 1 (l. 1-5 seulement).

92Traduction : Jones 2004, p. 105 no 8 (en anglais).

93Commentaires : Milchhöfer 1888, p. 358 no 729 b ; Papagiannopoulos-Palaios 1929 (sur la l. 1) ; Eliot 1962, p. 7-8 (lieu de trouvaille) ; Whitehead 1986, p. 375 no 10 ; SEG XLVI 156 (Nemes, sur la l. 1).

94Reproductions : Lolling (fac-similé) ; Papagiannopoulos-Palaios (1952), p. 61 (estampage) ; Nemes (estampage) ; Giannopoulou-Konsolaki, p. 103 fig. 83 ; fig. 17.

Fig. 17. Décret honorifique pour les chorèges Léontios et Glaukôn (no 3).

Fig. 17. Décret honorifique pour les chorèges Léontios et Glaukôn (no 3).

Athènes, Musée épigraphique, no 12667. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.

Stoichedon 22

95Rest. Lolling.

96L. 1 : remarquée pour la première fois par Papagiannopoulos-Palaios, puis par Nemes et Giannopoulou-Konsolaki ; contrairement à ce que laissent penser leurs transcriptions, le omicron est bien visible ; l. 11-12 : rest. Lolling, d’après notre numéro 2.

  • 114 Il a proposé aussi le décret 2, alors que son père était archonte. Sur cette famille, voir infra, p (...)

Dieux ! Philoktèmôn fils de Chrémès114 a fait la proposition : plaise aux démotes, attendu que les chorèges de l’archontat de Dèmogénès, Léontios fils de Diôn, Glaukôn fils de Kallikratès ont exercé la chorégie parfaitement bien et avec zèle pour les Aixonéens, qu’on leur accorde l’éloge public et qu’on couronne chacun d’eux d’une couronne d’or de 500 drachmes, en raison de leur zèle …

La date

97Le texte est facilement datable de l’année 317/6 en raison de la mention de l’archonte éponyme Dèmogénès aux lignes 4-5. Plus précisément, les chorèges ont officié lors des Dionysies locales entre la fin de 317 et le début de 316 ; le décret a dû être promulgué peu de temps après la fête.

Décret honorifique pour Autéas et Philoxénidès (no 4*)

98Cette magnifique stèle est l’un des fleurons du Musée épigraphique d’Athènes. Cela est dû à son excellente conservation, ainsi qu’à la qualité et à l’originalité de son décor sculpté. Les décrets à en-tête sont une rareté dans les dèmes, et sont nettement minoritaires au niveau de la cité également ; notons qu’Aixônè en compte deux, celui-ci et le numéro 5. Cette stèle est aussi ornée d’une intéressante frise de masques scéniques. L’intérêt de ce document ne réside pas uniquement dans son ornementation : nous le verrons, le décret que porte la pierre est généralement considéré comme un témoin important pour la date de l’abolition de la chorégie à Athènes dans la seconde moitié du ive s.

  • 115 Contra Guarducci (1987), selon laquelle la somme relativement faible dépensée pour les couronnes da (...)

99Dans ce décret, les démotes couronnent les chorèges Autéas fils d’Autoklès et Philoxénidès fils de Philippos, vainqueurs au concours de comédie des Dionysies rurales sous l’archonte Théophrastos. Il est précisé que les couronnes seront décernées lors des Dionysies de l’année suivante, comme on pouvait s’y attendre. Les couronnes d’or octroyées par les Aixonéens sont habituellement de 500 drachmes, mais elles ne sont ici que de 100 drachmes. On peut conjecturer que cette année était particulièrement coûteuse en récompenses, puisque le décret 5 a été promulgué la même année ; le dème aurait ainsi décidé de revoir le prix des couronnes décernées aux chorèges à la baisse115.

  • 116 Voir V. Chr. Pétrakos, Τ ρχαα τς λλάδος κατ τν πόλεµο 1940-1944 (reproduction du tome 31 de (...)

100La stèle était exposée au théâtre d’Aixônè, comme tous les décrets honorifiques concernant des chorèges. Dans leur editio princeps en 1941, N. Kyparissis et W. Peek ne donnent aucun détail sur le lieu exact de la découverte, ce qui est regrettable, car cela aurait permis de situer l’emplacement du théâtre du dème (à supposer que la pierre ait été in situ). On peut douter en réalité que les éditeurs aient trouvé la pierre eux-mêmes : ils déclarent simplement qu’elle était conservée dans la maison du gardien, sur le sentier menant à l’Acropole. En ces temps troublés de Seconde Guerre mondiale, les musées étaient fermés et les antiquités d’Athènes étaient cachées et dispersées afin d’éviter les dommages et les pillages116.

Le texte

101ME 13262.

102Stèle à fronton en marbre blanc, ornée d’une représentation en bas-relief au-dessus de l’inscription. Sur l’architrave du fronton, cinq masques de comédie sont gravés en bas-relief. Sous l’inscription figurent deux couronnes d’olivier en relief. L’arrière est simplement dégrossi au pic, ce qui indique que la stèle se dressait probablement contre un mur.

103L’acrotère sommital du fronton et celui de droite sont très mutilés, celui de gauche est abîmé sur le devant. La parastade gauche du relief est brisée en bas, les côtés de la stèle sont abîmés en plusieurs endroits et il manque la partie inférieure avec le tenon d’encastrement. La plinthe de la sima portait encore des traces de peinture selon Kyparissis et Peek, mais elles ont disparu aujourd’hui.

104L’inscription est gravée 0,01 m en dessous du bas-relief. Les lettres sont petites, assez fines, profondes et irrégulières. L’aspect est peu soigné, ce qui contraste avec la qualité du bas-relief. Quelques lettres ont été retracées à l’encre à l’époque moderne selon Kyparissis et Peek, mais cela n’est plus visible aujourd’hui.

105Dimensions : 0,96 × 0,36-0,40 × 0,05-0,06. Hauteur des lettres : 0,006-0,007 (0,005 omicron). Espacement : environ 0,005.

106Éditions : Kyparissis, Peek 1941, p. 218-219 no 1 (Papagiannopoulos-Palaios 1952, p. 61-63 no 6 ; Pickard-Cambridge 1968, p. 49 ; M. Guarducci, Epigrafia greca II [1969], p. 49-51 no 3 [= ead. 1987, p. 125-126 n °2] ; Ghiron-Bistagne 1976, p. 86-88 ; Mette 1977, p. 136 no 2 ; Whitehead 1986, p. 236 n. 54 [SEG XXXVI 186] ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 107-109 no 9).

107Traductions : Ghiron-Bistagne, p. 88 (en français) ; Whitehead, p. 235-236 (en anglais) ; Guarducci (1987) (en italien) ; Csapo, Slater 1994, p. 128 no 51A (en anglais) ; Jones 2004, p. 106 no 11 (en anglais) ; Arnaoutoglou 2014, p. 335 n. 33 (en grec) ; O. Kaklamani, dans S. Aneziri (éd.), Εορτές και αγώνες στην αρχαία Αθήνα: επιλογή επιγραφικών µαρτυριών: κατάλογος έκθεσης του Επιγραφικού Μουσείου (2014), p. 38 (en grec).

108Commentaires : Buschor 1950, p. 29 (relief) ; Webster 1951, p. 222 n. 7 ; A. Rumpf dans Webster 1953-1954, p. 193 ; T. B. L. Webster, AK 3 (1960), p. 30-36 ; id., Hesperia 29 (1960), p. 264 n. 45 ; Eliot 1962, p. 16 (lieu de trouvaille) ; Pickard-Cambridge, p. 215-216 (masques) ; Webster 1970, p. 75 (masques) ; Trendall, Webster 1971, IV 8 a (masques) ; T. B. L. Webster, Monuments Illustrating Old and Middle Comedy3 (1978), p. 118 no AS 2 (masques) ; Whitehead, p. 218-219, 235-239, 376 no 13 ; C. Gasparri, LIMC III (1986), s.v. « Dionysos », p. 495 no 854 (relief) ; Meyer M. 1989, p. 305 no A 141 et p. 115-117 (relief) ; Lawton 1995, no 154 (relief) ; Wilson 2000, p. 238 ; Makres 2014, p. 82-84.

109Reproductions : Kyparissis, Peek, Taf. 73 ; Buschor, Taf. 2.1 (relief et architrave) ; Papagiannopoulos-Palaios, p. 62 ; Pickard-Cambridge, fig. 25 ; S. I. Charitonidis, Μνηµειακή διαµόρφωση των επιγραφών (1956), pl. VI ; M. Guarducci, Epigrafia greca II (1969), p. 48 fig. 3 ; Trendall, Webster (moitié supérieure de la stèle) ; Ghiron-Bistagne, p. 87 fig. 34 ; Gasparri (relief et architrave) ; Meyer M., Taf. 44.2 ; Giannopoulou-Konsolaki, p. 108 fig. 84 ; Lawton, pl. 81 no 154 ; Wilson, p. 239 fig. 22 ; Makres, p. 82-83 fig. 3.2 et 3.3 ; Kaklamani, p. 37 ; fig. 18-19 et fig. 22.

Fig. 18a. Décret honorifique pour les chorèges Autéas et Philoxénidès (no 4).

Fig. 18a. Décret honorifique pour les chorèges Autéas et Philoxénidès (no 4).

Athènes, Musée épigraphique, no 13262. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.

Fig. 18b. Décret honorifique no 4 : détail de l’inscription.

Fig. 18b. Décret honorifique no 4 : détail de l’inscription.

Fig. 19. Décret honorifique no 4 : détail du relief.

Fig. 19. Décret honorifique no 4 : détail du relief.

Fig. 22. Décret honorifique no 4 : détail de l’architrave.

Fig. 22. Décret honorifique no 4 : détail de l’architrave.
  • 117 Les inscriptions publiques non stoichedon sont une exception dans le corpus aixonéen, et une rareté (...)

Non stoichedon, 37-42 lettres117

110L. 13 : corr. Kyparissis et Peek.

  • 118 Whitehead traduit par « with a fine love of honor ». Il me semble préférable de séparer ici deux qu (...)
  • 119 Sur la traduction de ἑκάτερον, voir le commentaire au numéro 2.

Dieux ! Glaukidès fils de Sôsippos a fait la proposition : attendu que les chorèges Autéas fils d’Autoklès et Philoxénidès fils de Philippos ont exercé la chorégie parfaitement bien et avec zèle118, plaise aux démotes de couronner chacun d’eux119 d’une couronne d’or de cent drachmes dans le théâtre lors des concours de comédie, ceux de l’année suivant l’archontat de Théophrastos, de sorte que les autres chorèges qui à l’avenir auront à exercer la chorégie rivalisent aussi d’ardeur ; que le démarque Hègèsiléôs et les trésoriers leur versent aussi dix drachmes pour un sacrifice, et que les trésoriers transcrivent ce décret sur une stèle de pierre et la dressent au théâtre, afin que les Aixonéens célèbrent toujours les Dionysies le mieux possible.

111Note critique

112– l. 6 : la valeur de la couronne est écrite en toutes lettres comme dans le document contemporain numéro 5 et dans le numéro 17. Les autres décrets du dème notent les montants en chiffres.

113Il est intéressant, comme l’ont fait les premiers éditeurs, N. Kyparissis et W. Peek, de comparer le formulaire avec les deux autres décrets honorifiques d’Aixônè pour des chorèges que l’on connaît (2 et 3). Le préambule consiste simplement en la mention du proposant, précédée d’une invocation aux dieux dans les numéros 3 et 4. La formule de sanction, qui dans le numéro 3 précède les considérants, les suit ici, et manque dans le numéro 2. Les lignes 5 et suivantes de notre décret reprennent les lignes 9 et suivantes des numéros 2 et 3, ces deux dernières inscriptions contenant en outre une causale introduite par ἕνεκα. Dans ces deux inscriptions, en plus de la couronne d’or, l’éloge public est mentionné ; le rédacteur a, semble-t-il, négligé de le préciser ici, car on peut raisonnablement supposer que l’éloge accompagnait le couronnement des chorèges.

114On a déjà relevé que la formule hortative figurait aussi dans le numéro 2, et qu’on pouvait la supposer pour le numéro 3. La seconde formule hortative du numéro 2, l. 12-13 n’a pas de parallèle, mais notons que la fin du numéro 3 n’est pas conservée.

115On prévoit dans le numéro 2, aux lignes 13 et suivantes, de donner dix drachmes pour le sacrifice, comme dans notre inscription. Là encore, on ne peut que le supposer pour le numéro 3.

La date

116Il n’a pas échappé aux divers commentateurs du décret qu’il est l’exact contemporain du numéro 5, car l’archonte, le démarque et le rogator sont identiques. Mais la datation n’est pas aisée pour autant, car il existe deux archontes éponymes nommés Théophrastos dans la seconde moitié du ive s. : l’un en 340/39, l’autre en 313/2. La plupart des auteurs se prononcent en faveur de la date basse, essentiellement sur la base d’arguments prosopographiques élaborés pour le numéro 5. Ces arguments qui, disons-le d’emblée, ne me semblent pas déterminants, seront examinés dans l’analyse de ce dernier document. Le style et l’iconographie du décor figuré de notre stèle sont souvent invoqués pour confirmer cette datation basse, c’est pourquoi il convient de l’analyser en détail.

L’ornementation de la stèle

117L’ornementation de la stèle est logiquement en rapport avec le monde du théâtre : la scène du bas-relief représente un satyre s’apprêtant à servir du vin à Dionysos, tandis que les cinq masques appartiennent au registre de la comédie.

L’en-tête du décret (fig. 19)

  • 120 Et non un thyrse comme le pensent Kyparissis, Peek, Gasparri, Giannopoulou-Konsolaki.
  • 121 Kyparissis et Peek croient voir un alabastre dans la main gauche du satyre, mais il n’en est rien. (...)
  • 122 Sur les satyres échansons dans la céramique attique des vie-ve s., voir Fr. Lissarrague, La cité de (...)

118Le bas-relief au-dessus de l’inscription s’étend entre deux parastades. Il représente Dionysos juvénile couronné de lierre, assis sur un rocher, avec un canthare dans la main droite qu’il tend vers l’avant, le bras légèrement fléchi. Il est vêtu d’un himation, qui pend sur son giron et sur son épaule gauche, laissant une grande partie du haut du corps nue. Une longue mèche de cheveux tombe sur son épaule gauche. Du bras gauche il s’appuie sur un sceptre120. À sa gauche, un jeune satyre nu se dirige vers lui, le pied droit en arrière, tenant une oenochoè dans la main droite ramenée devant la poitrine. Son bras gauche pend vers le bas, légèrement fléchi121. Il s’agit donc d’un satyre échanson, qui s’apprête à verser à boire à Dionysos, dans un geste se situant entre le service du vin et la libation, un thème iconographique bien attesté sur la céramique attique notamment122.

  • 123 Webster (1951) estime que le Dionysos du relief dérive de la même statue que le Dionysos de l’oenoc (...)
  • 124 On trouvera une image de ces deux en-têtes chez Lawton 1995, nos 38 et 36.
  • 125 Je dois le parallèle avec le relief funéraire de la fig. 21 à G. Biard, qui m’a signalé encore d’au (...)

119L’analyse stylistique du relief menée par A. Rumpf indique la date du premier archonte Théophrastos, celui de 340/39123 : selon lui, le cadre architectural et la platitude du relief correspondent à l’en-tête de la célèbre loi contre la tyrannie de 337/6 et à l’en-tête du décret de proxénie pour Phokinos, Nikandros et Dexippos, daté assurément de l’archontat de 340/39 en raison de la correspondance avec le secrétaire d’un autre décret124. C. L. Lawton, également sur la base du style, favorise cependant la date basse, mais concède que le type du cadre ressemble plus à celui des documents du troisième quart du ive s. En réalité, il existe de bons parallèles même à une époque antérieure, que ce soit pour le cadre architectural, le style du relief, l’iconographie de Dionysos et du satyre (fig. 20-21)125. On le voit, il n’y a pas d’accord entre les spécialistes ; l’en-tête ne peut donc nous aider à choisir entre les deux archontats. On remarque, au passage, que le style de ce relief est assez différent du relief du numéro 5, son exact contemporain ; ils ne sont visiblement pas de la même main. Cela incite à relativiser la pertinence du critère du style pour dater précisément ces reliefs sculptés.

Fig. 20. Alliance entre Athènes et des cités du Péloponnèse, 362/1 (détail).

Fig. 20. Alliance entre Athènes et des cités du Péloponnèse, 362/1 (détail).

Athènes, musée de l’Acropole, MN 1481 + ME 857. © Acropolis Museum/Vangelis Tsiamis.

Fig. 21. Relief funéraire attique, vers 360-340.

Fig. 21. Relief funéraire attique, vers 360-340.

Collection privée (Dr. S. Schweizer, Suisse). © Sotheby’s London. Tiré de Scholl 1996, Taf. 16.2 (no 512).

  • 126 Binnebössel 1932, p. 18-24 ; Meyer M. 1989, spécialement p. 114-119 sur les dèmes et p. 145-150 sur (...)
  • 127 La stèle qui figure chez Lawton 1995, no 176 et pl. 91 (2e moitié du ive s.), a été trouvée ancienn (...)

120Les décrets à en-tête à relief sont bien attestés à Athènes, surtout de 430 à la fin du ive s., mais ils restent assez rares par rapport à l’ensemble de la documentation126. Dans la majorité des cas, ce sont des décrets honorifiques votés par l’assemblée du peuple, mais on a aussi des traités entre cités, et, plus rarement, des comptes et inventaires, des contrats, divers documents religieux. On connaît aussi quelques exemples émanant d’assemblées de dèmes, comme celui-ci, ou encore de tribus, de phratries, de groupes d’orgéons. C’est à partir du milieu du ive s. qu’apparaissent les en-têtes à relief sur les décrets honorifiques des groupes subciviques athéniens. Pour les dèmes, C. L. Lawton recense douze décrets à en-tête, dont neuf sont des décrets honorifiques ; la plupart proviennent d’Éleusis (trois), d’Acharnes (deux), d’Aixônè (deux)127.

  • 128 Certains commentateurs ont voulu voir dans cette scène une représentation d’un drame satyrique. Mai (...)

121La fonction de ces reliefs surmontant certaines inscriptions officielles est obscure. L’explication courante est que l’organe délibérant a voulu par là conférer une dignité et une visibilité supplémentaires au texte. La dimension votive de ces reliefs est aussi essentielle : les scènes représentées impliquent très fréquemment des divinités, et les scènes de sacrifices ne sont pas rares. Le cadre architectural du relief lui-même, souvent en forme de naïskos, va dans ce sens. L’inscription serait ainsi solennisée par la présence de la vignette sculptée, la stèle devenant une sorte de monument votif. Le relief ne serait donc pas qu’une simple illustration de la décision prise ; il placerait aussi cette dernière sous la protection divine. Si on applique cette théorie à notre décret d’Aixônè, on pourrait voir dans le relief une scène cultuelle destinée à honorer le dieu qui préside au théâtre et auquel les chorèges attribuaient sans doute leur victoire128.

  • 129 Marc 1993 ; Lawton 1995, p. 22-27. Sur cette question, voir en dernier lieu M. Deene, « Who Commiss (...)

122On s’est posé la question de savoir qui, de l’autorité ayant pris la décision ou du personnage honoré, prenait l’initiative d’agrémenter le décret d’un en-tête à relief. Si, encore récemment, J.-Y. Marc a opté pour la seconde option, les arguments de C. L. Lawton en faveur de la première conservent tout leur poids129.

Les cinq masques comiques (fig. 22)

  • 130 Whitehead 1986, p. 219 n. 252.
  • 131 Sur cette frise, dont la date est controversée, à l’endroit du mois Posidéôn, le mois des Dionysies (...)
  • 132 Voir Wilson 2000, p. 238-242 ; J. R. Green, « Dedications of Masks », RA 2 (1982), p. 237-248, nota (...)

123D. Whitehead émet à leur sujet une hypothèse bien hasardeuse130 : ils indiqueraient que le concours de comédie comportait cinq pièces, et opposait donc cinq paires de chorèges. Mais la comparaison invoquée par l’auteur avec les cinq couronnes figurant sur la frise-calendrier d’Aghios Éleuthérios (ou Petite Métropole) à Athènes au mois des Dionysies rurales131 n’est pas valable, car D. Whitehead semble oublier que les démotes d’Aixônè décernent une couronne par chorège, et non une par paire : le texte de nos inscriptions est très clair sur ce point, et la chose est confirmée par la gravure de deux couronnes au bas du décret 4. D’autre part, s’il est vrai qu’à Athènes à l’époque classique, le concours des Dionysies urbaines et celui des Lénéennes comportaient cinq comédies, les cinq couronnes de la frise-calendrier d’Aghios Éleuthérios indiquent plutôt qu’il y avait cinq catégories d’épreuves pour ces Dionysies rurales, peut-être celles du Pirée, célébrées sous le contrôle de la cité. Quoi qu’il en soit, rien ne permet de dire que cinq comédies étaient en compétition à Aixônè, ou que le concours ait comporté cinq disciplines. Il est préférable de choisir l’interprétation la plus simple et directe pour les masques de notre stèle, à savoir qu’il s’agit des personnages principaux de la comédie qui apporta la victoire aux deux chorèges. Peut-être ces masques ont-ils été consacrés par les vainqueurs à Dionysos, selon une pratique bien attestée à Athènes132 ; cela conférerait encore davantage à notre stèle l’aspect d’un monument votif.

124L’interprétation de ces masques a été influencée par la date traditionnellement attribuée à ce décret, soit 313/2 : on y voit ainsi des masques de la Nouvelle Comédie, élaborée vers 330-320, et dont Ménandre est le plus illustre représentant. Mais ne pourrait-il pas s’agir de masques de la Comédie moyenne ? Dès lors, notre document pourrait très bien dater de 340/39.

125Commençons par décrire ces masques, de gauche à droite :

  • un vieillard (ou un esclave ?)133 : il a les yeux exorbités, les sourcils relevés, un nez épaté, une longue barbe en forme de pointe, des cheveux sur tout le pourtour de la tête mais avec une calvitie sur les golfes temporaux ;
  • une vieille femme134 : elle a les yeux exorbités, les sourcils relevés, un nez épaté, des rides d’expression sur le front, les cheveux décoiffés, peut-être attachés à l’arrière ;
  • une femme assez jeune, hilare, portant un sakkos, duquel sortent des mèches de cheveux135 ;
  • un jeune homme imberbe aux cheveux longs ondulés et aux sourcils haussés lui donnant l’air désespéré136. Il a une ride d’expression sur le front ;
  • une jeune femme137 : elle porte les cheveux courts, ou plutôt attachés à l’arrière. Des mèches lui encadrent le visage. Elle a les sourcils haussés, ce qui lui donne la même expression que le jeune homme.

126Ces deux derniers masques sont visiblement tirés de la tragédie, détournés ici pour donner un effet comique.

  • 138 Voir la bibliographie dans le lemme. Voir aussi A. Hugues, « The Costumes of Old and Middle Comedy  (...)
  • 139 M. Bieber, The History of the Greek and Roman Theater 2 (1961), p. 51-52 ; M. A. Micheli, « Riliev (...)
  • 140 K. Vierneisel, A. Scholl, « Reliefdenkmäler dramatischer Choregen im klassischen Athen. Das Münchn (...)

127T. B. L. Webster, qui s’est particulièrement attaché à l’analyse des cinq masques aixonéens, a étudié dans plusieurs travaux les masques de théâtre en confrontant les sources archéologiques (les vases ornés de scènes tirées de la comédie attique, fabriqués surtout en Grande Grèce, les terres cuites et quelques reliefs votifs) et les sources littéraires (Pollux essentiellement)138. Or, le savant parvient à la conclusion qu’il s’agit de masques de la Comédie moyenne, ce en quoi il a été suivi par quelques autres spécialistes de l’iconographie des masques de théâtre139, en revanche ses travaux n’ont pas été pris en compte par les historiens qui ont réédité ou commenté notre inscription, à part P. Ghiron-Bistagne. Pourtant, la plupart de nos masques se retrouve dans des statuettes d’acteurs de la première moitié du ive s. (fig. 24-26). La ressemblance est aussi frappante entre nos masques et ceux d’un relief votif conservé à la Glyptothèque de Munich, daté des environs de 360 (fig. 23)140.

Fig. 23. Relief votif pour Dionysos et Artémis, vers 360 (détail).

Fig. 23. Relief votif pour Dionysos et Artémis, vers 360 (détail).

Munich, Glyptothèque, no 552. © Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek München/Renate Kühling.

Fig. 24. Statuettes d’acteurs comiques, 1re moitié du ive s.

Fig. 24. Statuettes d’acteurs comiques, 1re moitié du ive s.

Athènes, début du ive s. New York, Metropolitan Museum of Art, 13.225.19. © Metropolitan Museum of Art/Rogers Fund, 1913/http://www.metmuseum.org/​art/​collection/​search/​248769.

Fig. 25. Statuettes d’acteurs comiques, 1re moitié du ive s.

Fig. 25. Statuettes d’acteurs comiques, 1re moitié du ive s.

Larnaka, 375-350. Paris, musée du Louvre, AM 39. © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais/Raphaël Chipault.

Fig. 26. Statuettes d’acteurs comiques, 1re moitié du ive s.

Fig. 26. Statuettes d’acteurs comiques, 1re moitié du ive s.

Figurine en terre cuite d’un acteur comique (femme se dévoilant). 18,6 cm. Thèbes, 375-350. Boston, Museum of Fine Arts, 01.7762. © Museum of Fine Arts, Boston.

  • 141 Voir en dernier lieu Trendall, Webster 1971, IV 8 a. Pollux, IV 143-154, après avoir parlé des masq (...)
  • 142 Il est difficile de reconnaître les personnages, même avec des objets plus faciles à analyser comme (...)
  • 143 Webster 1970, p. 37 rappelle que, pour la période entre la mort d’Aristophane et la première pièce (...)
  • 144 Webster 1970, p. 75.

128T. B. L. Webster est allé plus loin encore dans son analyse, et a tenté, sur la base de la description des masques comiques par Pollux141, de reconnaître les personnages de la comédie qui a donné la victoire à Autéas et Philoxénidès. Mais il me paraît vain d’essayer d’identifier nos masques avec ceux décrits par le grammairien, d’une part parce que les descriptions de ce dernier ne sont pas suffisamment précises, d’autre part parce que les détails, sans doute peints, et les couleurs ont disparu sur notre document142. De plus, il est impossible de déterminer la pièce dont ils étaient les protagonistes, car on ne connaît que trop peu d’intrigues de pièces de la comédie attique moyenne143. T. B. L. Webster s’est pourtant lancé dans l’exercice144. Il conclut qu’il s’agit d’une « pièce à intrigue » (« intrigue play »), très courante dans la Nouvelle Comédie mais aussi avant. Les intrigues amoureuses sont évidemment un sujet privilégié du genre comique au théâtre, dans l’Antiquité comme aujourd’hui. Les éléments de base de ce type de pièce sont un jeune homme et une jeune fille amoureux, un personnage qui veut les empêcher de vivre leur idylle, et un personnage qui, au contraire, les aide à atteindre leur but. Cela se termine en principe par une réconciliation générale et un mariage heureux. Pour les masques d’Aixônè, T. B. L. Webster suggère l’intrigue suivante : le jeune homme est amoureux de la jeune fille et parvient à la séduire avec l’aide de l’esclave au centre. Les vieillards sont peut-être le père du jeune homme et la mère de la jeune fille, qui essayent de s’opposer à leur amour. Il me paraît difficile d’être aussi précis, et la figure centrale semble plutôt être une hétaïre ; mais cela n’empêche pas que la pièce ait pu appartenir au genre des intrigues amoureuses, comme le suggère T. B. L. Webster.

  • 145 Voir Schwarzmaier 2011, p. 100-101, qui montre qu’à la fin du ive s. on est encore dans une phase d (...)

129Ainsi, il paraît préférable, aux yeux des spécialistes de l’iconographie des masques de théâtre, de reconnaître dans nos cinq masques aixonéens des protagonistes de la Comédie moyenne. Mais là encore, l’analyse iconographique a ses limites pour notre problème de datation, car il est a priori possible qu’à la date de 313/2 on ait encore utilisé des masques directement issus ou fortement inspirés de la Comédie moyenne145.

Décret honorifique pour Kallikratès et Aristokratès (no 5)

130Ce décret honorifique des Aixonéens récompense deux démotes, pour une raison qui n’est pas claire. Un autre point litigieux est la date du document, ainsi que nous l’avons vu à propos du décret précédent, exactement contemporain. Avant d’aborder ces questions délicates, rappelons pour commencer les circonstances de la découverte de la pierre.

Le lieu de découverte de la pierre

  • 146 Voir supra, p. 53.
  • 147 « In pago quem Trachones vocant » (Koehler) ; « Trouvée à Trakhonès » (Michel) ; « In vico Trachone (...)

131Ce document est l’une des premières inscriptions du dème à avoir été publiée, en 1864 déjà. Il a été exhumé lors d’une fouille menée par le comte A. D. Bludov, dans un endroit que H. G. Lolling déterminera quelques années plus tard comme étant Pirnari146. Le premier éditeur, A. S. Rousopoulos, parlait du « domaine de Trachônès », lequel s’étendait jusqu’à l’actuelle Glyphada, comme nous l’avons vu à plusieurs reprises. C’est donc à tort que les éditeurs postérieurs ont écrit que la pierre avait été trouvée dans le village du même nom147. E. Miller, le second éditeur de l’inscription, précise que la découverte a eu lieu lors des fouilles du « comte Bloudorff », qu’il a personnellement rencontré à Athènes en attendant le bateau pour la France. Le comte lui permit de prendre un estampage de la stèle et l’autorisa à la publier, lui assurant qu’elle ne l’avait pas encore été, ce qui était faux puisque A. S. Rousopoulos l’avait publiée l’année même de sa découverte.

  • 148 BCH 2 (1878), p. 568 n. 2.
  • 149 Mes vifs remerciements à A. A. Trofimova et O. Novoseltseva du musée de l’Ermitage pour leurs infor (...)

132La pierre a ensuite été perdue pendant de longues années. A. Dumont, en 1878, dit ignorer « ce qu’est devenu le monument autrefois dans la collection de M. le comte Bloudoff à Athènes »148. Elle est déclarée perdue par U. Koehler et Ch. Michel. R. Binnebössel, en 1932, indique que les membres du DAI n’ont pas réussi à localiser la pierre à Athènes ; elle se demande alors si elle ne se trouverait pas au Musée de Koropi. On a dû retrouver sa trace peu de temps après, car K. Schefold la signale à l’université de Leningrad, comme propriété du comte Bludov. Il semble donc que la pierre ait été emmenée en Russie par le comte lui-même, peu de temps après sa découverte. Elle est conservée actuellement au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, où elle a été transférée depuis le Musée des antiquités de l’Université en 1931. Le musée de l’Ermitage avait acquis la majeure partie de la collection Bludov en 1888 déjà149.

Le texte

133Musée de l’Ermitage, GR 15520 (A 1105).

134Le texte est gravé sur une stèle en marbre blanc, ornée d’un relief figuré au-dessus de l’inscription ; la partie supérieure des personnages est manquante. En dessous de l’inscription, deux couronnes sont incisées ; la partie inférieure manque. La stèle est brisée en haut et en bas.

135Les lettres sont assez grandes, profondes, soignées et régulières.

136Dimensions : 0,50 × 0,40 × 0,07 (Rousopoulos), 0,66 × 0,40 × 0,16 (Miller), 0,52 × 0,31 × 0,058 (Kirchner). Hauteur des lettres : 0,007 (Miller).

137Éditions : Rousopoulos 1864, p. 130 (U. Koehler, IG II 585 ; Haussoullier 1883, p. 216-217 no 6 ; J. Kirchner, IG II2 1202 ; Papagiannopoulos-Palaios 1952, p. 63 et p. 65 no 7 ; Ghiron-Bistagne 1976, p. 88-90 [> + photo] ; Mette 1977, p. 136 no 1 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 104-105 no 7) ; Miller 1865 ; Ch. Michel, RIG 152 (> Rousopoulos + Miller).

138Traductions : Ghiron-Bistagne, p. 90 (en français) ; Jones 2004, p. 105-106 no 10 (en anglais).

139Commentaires : Milchhöfer 1888, p. 358 no 728 b ; Binnebössel 1932, p. 16 et p. 77 no 71 (relief) ; H. K. Süsserott, Griechische Plastik (1938), p. 68 n. 133 et p. 218 ; K. Schefold, AA (1939), col. 547-548 ; id., dans H. Brunn, Fr. Bruckmann (et P. Arndt ensuite), Denkmäler griechischer und römischer Skulptur. Text und Register zu den Tafeln 751-800 (1947), p. 15 et p. 20-22 (le texte a été rédigé en 1939) ; Buschor 1950, p. 29 (relief) ; Eliot 1962, p. 8-9 (lieu de trouvaille) ; T. B. L. Webster, Monuments Illustrating Tragedy and Satyr Play2 (1967), p. 33-34 no AS 7 (sur le relief et la date) ; V. von Graeve, Der Alexandersarkophag und seine Werkstatt (1970), p. 168 ; Whitehead 1986, p. 90-92, p. 218-219 n. 251, p. 375-376 no 12 ; Meyer M. 1989, p. 305 no A 140 et p. 115-117 (relief) ; Tracy 1995, p. 99-100 (sur la date) ; Lawton 1995, no 155 (relief).

140Reproductions : Miller (fac-similé) ; Schefold (1947), pl. 785 b ; von Graeve, Taf. 80 ; Ghiron-Bistagne, p. 89 fig. 35 ; Meyer M., pl. 44.1 ; Lawton, pl. 82 no 155 (fig. 27 a et b).

Fig. 27a. Décret honorifique pour Kallikratès et Aristokratès (no 5).

Fig. 27a. Décret honorifique pour Kallikratès et Aristokratès (no 5).

Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage, GR 15520 (A 1105). © The State Hermitage Museum, St. Petersburg/Sergey Pokrovsky, Inna Regentova.

Fig. 27b. Décret honorifique n° 5 : détail de l’inscription.

Fig. 27b. Décret honorifique n° 5 : détail de l’inscription.
  • 150 La transcription est donnée d’après Kirchner essentiellement, et la photo donnée ici. Le stoichedon(...)

Stoichedon 38150

141L. 2 : Σωσσίπου err. Giannopoulou-Konsolaki ; l. 7 in. : ΛΥΤΟΥΣ Rousopoulos (<α>ὐτοὺς Koehler, α̣ὐτοὺς Kirchner) ; ΑΥΤΟΥΣ Miller ; l. 8 : τῶν Αἰξωνέων err. Miller, suivi par Michel ; l. 9 : Haussoullier écrit le montant en chiffres ; l. 13 : Michel a oublié le τοὺς ; l. 18 : τὰ κοινὰ τῶν Αἰξωνέων err. Giannopoulou-Konsolaki ; l. 20 : Ἡγεσίλεω err. Koehler, suivi par Michel.

  • 151 Pour τὰ κοινά dans le même sens, voir IG II2 1204, l. 6 (fin du ive s., décret de Lamptrai pour un (...)

Sous l’archontat de Théophrastos, lors de l’assemblée principale : il a plu aux Aixonéens, Glaukidès fils de Sôsippos d’Aixônè a fait la proposition : il a été voté par les Aixonéens, attendu que Kallikratès fils de Glaukôn d’Aixônè et Aristokratès fils d’Aristophanès d’Aixônè sont des hommes bons et zélés envers le dème des Aixonéens, qu’on leur accorde l’éloge public en raison de leur excellence et de leur esprit de justice envers le dème des Aixonéens, et qu’on les couronne chacun d’une couronne d’or de cinq cents drachmes ; que l’argent pour les couronnes soit pris sur le reliquat de l’exercice financier de l’archontat de Théophrastos, et que le démarque Hègèsiléôs et les trésoriers leur versent l’argent pour les couronnes ; et que l’on annonce lors des concours de comédie des Dionysies à Aixônè dans le théâtre que le dème des Aixonéens les couronne en raison de leur excellence et de leur esprit de justice envers le dème des Aixonéens et les affaires communes151 des Aixonéens. Que le démarque Hègèsiléôs et les trésoriers transcrivent ce décret sur une stèle de pierre et la dressent dans le théâtre à Aixônè.

142Notes critiques

  • 152 Threatte 1980, p. 369 et p. 377-380 ; A. S. Henry, « Epigraphica », CQ 14 (1964), p. 240-248.

143l. 1 : τεῖ : Threatte note qu’à partir de 375, l’emploi de EI à la place de HI est de plus en plus courant. Encore très rare dans la première moitié du ive s., cette orthographe se rencontre souvent à partir de 340-330 environ, et devient plus fréquente que HI à partir de 300152. L’usage varie souvent au sein d’un même texte (e.g. IG II3 306, l. 4, 5, 8, 343/2 ; 337, 333/2 ; 351, 331/0 ; IG II2 483, l. 20-21, 304/3 ; 486, l. 6-7, 304/3). À Aixônè, cet usage n’est attesté que pour l’article défini féminin singulier au datif, et on observe effectivement une certaine variété dans l’usage : EI dans les numéros 7 (345/4), 17 (vers 330-320), 6 (317/6) ; HI dans le numéro 16 (320/19). Pour les autres inscriptions, on ne peut se prononcer, car elles ne comportent pas d’article défini féminin singulier au datif. Henry constatait, dans les documents de la cité, une prépondérance de HI avant 323, mais cette remarque ne convient pas aux documents d’Aixônè, où l’on constate une prédominance de EI dans la seconde moitié du ive s., avec le premier exemple en 345/4 déjà.

  • 153 Whitehead 1986, p. 73 n. 27. Sur l’importance à accorder à la présence ou à l’absence de patronymes (...)

144l. 2 : notons l’usage inhabituel du démotique pour tous les démotes de l’inscription, alors que dans tous les autres décrets du dème le patronyme seul est utilisé. Il ne faut pas accorder trop d’importance à cela, car dans ce domaine comme dans bien d’autres, il ne semble pas y avoir eu de règle. Comme le montrent les exemples donnés par Whitehead, environ la moitié des proposants de décrets de dèmes sont accompagnés de leur démotique, et la variété s’observe parfois au sein d’un même document (par exemple IÉleusis 85 [voir SEG LIX 143])153.

145l. 6 : les derniers mots sont gravés sur rasura comme l’a observé Miller. Ce dernier pense que le lapicide, préoccupé par le nom Ἀριστοκράτης qu’il venait de graver, a écrit Ἀριστοκράτους au lieu d’Ἀριστοφάνους, et a oublié le mot Αἰξωνεύς, qui prend huit files, or il n’en restait plus que sept à cause de l’erreur précédente.

146l. 9 : le montant de la couronne d’or, 500 dr., est écrit en toutes lettres (voir le commentaire du numéro 4). Pour la traduction de ἑκάτερον, voir le commentaire du numéro 2.

  • 154 Voir Threatte 1996, p. 39 et p. 44-47.

147l. 13 et 20 : contrairement à ce que dit Rousopoulos, la forme de l’accusatif de la deuxième déclinaison attique Ἡγησίλεω est de loin la plus fréquente dans la seconde moitié du ive s.154 ; la forme ancienne, Ἡγησίλεων, est cependant présente la même année dans le décret 4, l. 10.

Les personnages honorés

  • 155 « Deux habitants du dème d’Aixônè » (Miller) ; « deux Aixonéens qui ont rendu des services au dème  (...)
  • 156 Whitehead 1986, p. 218-219, suivi encore récemment par G. Tozzi, « Formule epigrafiche e descrizion (...)
  • 157 Steinhauer 1992, soulignant la grande valeur des couronnes décernées par les Aixonéens, or il s’agi (...)

148Les démotes louent et couronnent Kallikratès fils de Glaukôn et Aristokratès fils d’Aristophanès. Il est stipulé que les honneurs accordés seront proclamés lors des Dionysies locales au théâtre d’Aixônè, où la stèle était d’ailleurs érigée par les soins du démarque et des trésoriers. Les deux bienfaiteurs sont honorés pour des raisons vagues, ce qui rend les éditeurs très prudents quant à leur désignation155. D. Whitehead, plus audacieux, pense qu’il pourrait s’agir des chorèges arrivés en seconde position lors du concours de comédie de l’archontat de Théophrastos, les vainqueurs étant honorés dans le décret 4. Le savant anglais songe à des chorèges car ils sont deux, comme le sont habituellement les chorèges récompensés à Aixônè, et parce que la proclamation des honneurs se fera au théâtre lors des Dionysies locales156. Cette interprétation est aisée à rejeter, car il serait illogique que le dème récompense les chorèges vaincus d’une couronne d’or d’une valeur cinq fois supérieure à celle des chorèges vainqueurs. G. Steinhauer, partant de faux postulats, pense à deux chorèges vainqueurs aux Grandes Dionysies, mais rien dans l’inscription ne le laisse penser157.

  • 158 Voir IG II2 1227 (131/0), décret honorifique des Athéniens de Salamine pour un gymnasiarque : la pr (...)
  • 159 Ainsi, la proclamation des couronnes pour les éphèbes et leurs instructeurs se faisait lors des pri (...)

149Le fait que la stèle soit exposée au théâtre, et que la proclamation ait lieu lors des Dionysies, ne permet pas de soutenir qu’il s’agit de chorèges, contrairement à ce que pense D. Whitehead : il n’est pas surprenant qu’un dème érige des décrets honorifiques de toutes sortes dans l’endroit le plus fréquenté de son territoire, et qu’il loue ses divers bienfaiteurs et magistrats à l’occasion du plus grand rassemblement des démotes158. C’est d’ailleurs au théâtre aussi qu’était exposé le décret honorant des syndikoi (1). Dans la cité également, les proclamations des honneurs ne se limitaient pas à ceux qui s’étaient illustrés uniquement dans le domaine du théâtre : lors de l’ouverture de la compétition des Dionysies urbaines, entre autres proclamations, le héraut public présentait et annonçait les noms des citoyens qui s’étaient distingués et des bienfaiteurs de la cité159.

  • 160 Veligianni-Terzi 1997, p. 296-298. Sur ces qualités, voir supra, p. 100-101.
  • 161 Les exemples donnés par Veligianni-Terzi 1997 pour les dèmes sont en fait peu sûrs : D 11 (SEG XXVI (...)
  • 162 Voir supra, p. 99.

150Par ailleurs, le formulaire de notre décret ne ressemble pas à celui des autres décrets honorifiques du dème pour des chorèges (2-4), y compris pour ce dernier, pourtant de la même année : nulle part ne figure la mention d’une activité chorégique, ni les dix drachmes pour le sacrifice normalement données aux chorèges (on ne peut que le supposer pour le numéro 3, car la pierre est brisée à cet endroit). Surtout, les qualités pour lesquelles le dème récompense Kallikratès et Aristokratès, l’arétè et la dikaiosynè, ne correspondent pas à ce que l’on attend de chorèges : dans les autres décrets, on remercie ces derniers pour avoir exercé leur charge καλῶς καὶ φιλοτίµως. D’après Chr. Veligianni-Terzi, l’expression ἀρετὴ καὶ δικαιοσύνη est en premier lieu appliquée à des magistrats, notamment financiers, et elle est de règle pour les prytanes entre le milieu du ive et le milieu du iiie s.160. Mais on la trouve aussi parfois appliquée à des bienfaiteurs ayant agi à titre privé161. L’octroi d’une couronne d’or n’aide pas non plus à choisir entre des magistrats ou de simples particuliers162. Quant au relief, il ne semble être d’aucun secours, comme on va le voir dans la prochaine section.

151Si l’on peut donc dire que les personnages honorés ne sont pas des chorèges, il me paraît sage pour le moment de renoncer à définir leur action précisément.

Le relief

  • 163 Webster (1967) et E. Simon, LIMC Suppl. (2009), s.v. « Silenoi », p. 1115 no 45 reconnaissent aussi (...)
  • 164 Sur ce type de scène, voir supra, p. 122-123.
  • 165 Contra Schefold (1947), p. 20, qui voit dans le relief du numéro 5 une scène d’offrandes de remerci (...)

152Deux figures se font face de part et d’autre d’un petit autel. La figure de gauche, dont la tête manque, est difficile à interpréter. Nous sommes peut-être en présence de Papposilène, d’après l’abondante pilosité bien visible sur le corps du personnage ; il porte un himation, ce qui n’est pas sans parallèle dans la sculpture athénienne de l’époque classique (fig. 28)163. Dans la main droite, il tient une oenochoè et se prépare à verser le liquide dans le canthare tenu par l’autre figure. Cette dernière n’est conservée que dans sa moitié inférieure, à partir de la taille. Il doit s’agir de Dionysos selon C. L. Lawton. Il porte un himation et, dans sa main gauche, il tient un thyrse ou un sceptre. Dans le coin gauche de l’image, se trouve un grand cratère. Ce récipient représente le prix gagné lors des concours dramatiques des Dionysies selon C. L. Lawton, interprétation qui me paraît excessive : le cratère est simplement le vase dans lequel Papposilène a puisé le vin avec son oenochoè. La scène est proche de celle qui est représentée sur le décret contemporain 4 : dans les deux cas, un personnage du cortège dionysiaque accomplit le service du vin pour Dionysos. Ces en-têtes sont de type votif, et leurs scènes dionysiaques s’expliquent simplement par l’emplacement des stèles, au théâtre, et le cadre de la proclamation des honneurs, les Dionysies164. On a vu dans l’analyse du numéro 4 qu’il serait imprudent d’en déduire que les concours dramatiques du dème comprenaient, outre la comédie, le drame satyrique ; de même serait-il hasardeux de dire, dans le cas du numéro 5, que les deux Aixonéens honorés ont agi spécialement dans le cadre du culte dionysiaque165.

Fig. 28. Papposilène et Dionysos enfant, iie s. (copie d’un original de 440-430).

Fig. 28. Papposilène et Dionysos enfant, iie s. (copie d’un original de 440-430).

Groupe statuaire en marbre provenant du théâtre de Dionysos à Athènes. Athènes, musée de l’Acropole, no 257. © Acropolis Museum/Socratis Mavrommatis.

La proclamation des honneurs

  • 166 Eschine, 3, 153-4 et 246 ; Démosthène, Sur la couronne (18), 120. Voir aussi Platon, p. VI 492, 6

153L’inscription stipule que la proclamation des honneurs aura lieu dans le théâtre du dème, lors des concours de comédie. Il était de règle à Athènes de proclamer publiquement les honneurs pour les citoyens méritants et les étrangers bienfaiteurs, et les dèmes ne font pas exception. Cette pratique avait pour but de flatter la vanité des personnages honorés, et surtout de contribuer à développer, chez les citoyens, le dévouement à la communauté166. Dans les décrets, l’encouragement à l’émulation se traduit par la formule hortative, qui est présente dans presque tous les décrets honorifiques de notre dème.

  • 167 Eschine, 3, 41-45 ; voir aussi Démosthène, Sur la couronne (18), 120 (cependant, selon Canevaro 201 (...)
  • 168 Dionysies rurales : IG II2 1178, l. 3-8 et 10-11, 1214, l. 28-29 ; IÉleusis 70, l. 19-24, 80, l. 13 (...)

154Selon Eschine, autrefois, certains citoyens ayant été couronnés par leur tribu ou leur dème voyaient leurs honneurs proclamés aussi au théâtre de la ville, sans l’accord du Conseil ou du Peuple. Une loi a alors été promulguée, interdisant cette pratique ; les proclamations de ces couronnes ne devaient se faire que dans les manifestations propres à ces subdivisions civiques167. Le plus souvent, les dèmes annonçaient les couronnes lors des Dionysies rurales, mais on connaît des proclamations similaires lors d’autres fêtes locales majeures168.

  • 169 Voir les exemples chez Whitehead 1986, p. 123 : démarque : IÉleusis 70, l. 19-24 et 80, l. 13-21 ; (...)

155Notre inscription ne précise pas quel était le magistrat chargé de la proclamation. Les documents parallèles montrent souvent le démarque dans ce rôle, parfois le héraut169.

  • 170 Ἐκ τῆς διοικήσεως ἐκ τῶν περιόντων χρηµάτων τῶν ἐπὶ Θεοφράστου ἄρχοντος, expression que l’on retrou (...)

156Les lignes 11-12 donnent pour la première fois dans notre documentation aixonéenne la précision selon laquelle le démarque et les trésoriers devront prendre l’argent pour les couronnes sur le solde de la caisse du dème de l’année en cours170. E. Miller comprend faussement que l’argent pour les couronnes sera pris « sur les fonds provenant de l’administration de l’archonte », mais c’est bien du trésor du dème dont il s’agit.

L’agora kyria

  • 171 Il est vrai que le préambule, là où la formule est le plus susceptible de figurer, n’est pas conser (...)

157On apprend que le dème tenait une agora kyria, expression jusqu’ici attestée parmi les dèmes seulement à Aixônè et uniquement dans ce décret, alors que l’on connaît environ une centaine de décrets de dèmes171. Elle mérite donc que l’on s’y arrête plus longuement.

  • 172 E.g. Démosthène, C. Léocharès (44), 36 : ἐν τῇ τῶν ἀρχόντων ἀγορᾷ (dème d’Otrynè) ; IÉleusis 85, (...)
  • 173 Ath. Pol. 43, 3-6, avec le commentaire de Hansen 1987, p. 25-28 ; plus généralement, sur le calendr (...)

158Comme les commentateurs l’ont noté, le terme ekklèsia n’est jamais utilisé pour désigner l’assemblée d’un dème ; c’est le mot agora qui est employé172. Dans l’Athénaiôn Politéia, on apprend qu’à chaque prytanie se tenaient quatre assemblées ordinaires dans la cité, dont l’une était l’ekklèsia kyria, l’assemblée principale173. Il est fort probable que le dème d’Aixônè ait suivi le modèle athénien et ait adopté une hiérarchisation de ses assemblées, mais avec une seule assemblée principale par an semble-t-il, car notre décret donne seulement l’année ; s’il y avait eu plusieurs assemblées principales, il aurait été nécessaire de préciser au moins le mois, comme cela se faisait au niveau de la cité.

  • 174 Rhodes 1995 relève des lacunes et des imprécisions dans ce chapitre, et montre que certaines indica (...)
  • 175 Voir Whitehead 1986, p. 90-92, qui donne deux exemples montrant que ces deux activités primordiales (...)

159Dans le même chapitre de l’Athénaiôn Politéia, sont énumérés les types d’affaires que l’on traitait durant les assemblées de la cité, principales et ordinaires174. On ne peut que conjecturer les divers sujets qui pouvaient être abordés lors des assemblées de dèmes, chacun ayant ses préoccupations propres. Mais on devait nécessairement y traiter d’affaires telles que l’admission des nouveaux membres et la désignation des magistrats pour le gouvernement central et le gouvernement local175.

  • 176 C’était la tendance à la fin du xixe-début du xxe s., voir Müller 1880, p. 44 ; Haussoullier 1883, (...)
  • 177 Whitehead 1986, p. 90-92. On a pu déterminer que le dème d’Hagnonte ou de Myrrhinonte établissait u (...)
  • 178 Harpocration, s.v. « δήµαρχος » ; Souda, s.v. « δήµαρχος » ; schol. Aristophane, Nuées 37.
  • 179 Sur les diapsèphiseis, voir supra, p. 8 et n. 5.

160Ainsi donc, à partir de 340 du moins, Aixônè a adopté une hiérarchisation de ses assemblées, ou plus précisément a ressenti le besoin de le préciser parfois dans ses inscriptions. Il serait imprudent de généraliser à l’ensemble des dèmes ce que l’on sait sur Aixônè ou d’appliquer tel quel le modèle donné par l’Athénaiôn Politéia pour les assemblées de la cité aux assemblées des dèmes176. Comme l’a montré D. Whitehead par quelques exemples bien choisis, il semble que là encore ait existé une grande variété parmi les dèmes177, et on peut concevoir aisément que certains se soient réunis plus souvent que d’autres, aient déterminé la date de la prochaine assemblée au coup par coup, ou laissaient le démarque réunir les démotes « à chaque fois que cela était nécessaire » comme le disent les scholiastes et les lexicographes178. Rien ne prouve donc que la cité ait établi une quelconque réglementation sur le lieu, la date et la fréquence des assemblées de dèmes, ou sur les affaires qui devaient y être traitées, à part, semble-t-il, pour les tâches intéressant la cité entière, comme la révision des listes de citoyens179 ou la désignation des magistrats civiques.

  • 180 D’après IG II3 327, première apparition de ἐκκλησία ; cette inscription date en réalité de 335/4, v (...)
  • 181 Errington 1994. Voir aussi id. 1995, sur l’Asie Mineure.
  • 182 IG I3 41, l. 37, 49, l. 10, 237, l. 13 ; 123, l. 5-6 est entièrement restauré et ne peut être pris (...)
  • 183 Rhodes 1995.
  • 184 Les spécialistes débattent pour savoir s’il s’agit d’une assemblée extraordinaire ou de l’une des a (...)
  • 185 IG II3 1334 et 1335 (169/8). Voir ibid.

161Dans un article paru en 1994, R. M. Errington remarque que la distinction entre assemblées ordinaires (ἐκκλησία) et assemblées principales (ἐκκλησία κυρία) apparaît dans le préambule des décrets de la cité en 336/5180, et il lie cela à un changement constitutionnel qu’il place en 337/6, dans le cadre d’une réforme qui aurait suivi immédiatement la défaite de Chéronée181. Le fonctionnement des assemblées expliqué dans l’Athénaiôn Politéia reflèterait donc un état des choses récent, et ne serait pas valable pour toute l’époque classique. Les mentions, rares, de κυρίαι ἐκκλησίαι (dans cet ordre) dans des textes du ve s. auraient selon lui un sens différent182. La date de 335 pour l’introduction de cette formule dans les décrets de la cité pourrait paraître gênante pour la datation haute (340/39) de notre décret d’Aixônè, mais le raisonnement de R. M. Errington repose sur des arguments peu solides, comme l’a démontré P. J. Rhodes peu de temps après183. Ce dernier explique que l’expression peut être due à une volonté d’extrême précision, volonté que l’on voit grandissante dans les décrets du ive s., que ce soit pour la date ou pour la désignation des responsables de la promulgation du décret. Il conclut qu’il ne faut pas forcément attribuer ce changement dans le formulaire des décrets à une réforme constitutionnelle : il peut s’expliquer par le souci des rédacteurs de préciser le type d’ekklèsia durant laquelle la décision a été prise. Il constate d’ailleurs un manque de rigueur certain dans les préambules des décrets : entre 336/5 et 322/1, sur les 51 décrets avec préambule conservés ou restaurés avec certitude, 37 précisent le type d’assemblée. Un autre cas éclairant est celui de l’ἐκκλησία σύγκλητος : il n’est pas aisé de comprendre le sens exact de cette expression, mais elle semble désigner une assemblée convoquée en cas d’urgence, lorsque des décisions importantes doivent être prises rapidement184. Or, deux décrets votés le même jour contiennent l’expression, pour l’un, ἐκκλησία σύγκλητος, et pour l’autre, simplement ἐκκλησία185. Cela illustre bien la souplesse du formulaire des décrets athéniens, et le peu d’importance qu’il faut accorder à ce genre de variations. Ce constat va contre l’idée d’une législation qui aurait réglementé l’usage de la formule ἐκκλησία κυρία dans la cité, et de ἀγορὰ κυρία dans les dèmes.

162Il serait donc a priori possible que l’introduction de la formule ἐκκλησία κυρία dans les décrets de la cité soit antérieure à 335, en supposant que le hasard de la conservation ou le manque de précison des rédacteurs de décrets nous ont empêché de le savoir. Notre décret 5 tendrait à confirmer cette hypothèse, si l’on accepte la date haute, problème que nous allons aborder maintenant.

La date du document et la question de l’abolition de la chorégie186

  • 186 Mes plus vifs remerciements à Cl. Sarrazanas, auteur d’une thèse soutenue en 2015, pour m’avoir fai (...)
  • 187 IG II3 4, 467 et 468, monuments chorégiques de Nikias et de Thrasyllos.
  • 188 D’après la date de IG II3 4, 518, première inscription agonothétique connue. S. D. Lambert, « The F (...)

163À Athènes, la chorégie est supprimée vers la fin du ive s. : désormais, c’est le dèmos qui finance les frais liés aux concours dramatiques et lyriques, concours dont l’organisation est confiée à un magistrat élu annuellement, l’agonothète. On le déduit du fait que, dans les inscriptions de la cité, la dernière mention de chorèges date de 320/19187 (mais nous verrons qu’un décret d’Aixônè permet d’abaisser cette date à 317/6), et que l’agonothète apparaît à partir de 307/6 au moins188. Mais à qui attribuer cette importante réforme ?

  • 189 Sauf rares exceptions, comme Latini 2003, qui ne cite pas une fois les deux décrets aixonéens, ni l (...)
  • 190 Il n’y a guère que Miller 1865, d’après « le caractère si beau, si ancien » des lettres, Lolling 18 (...)
  • 191 U. Köhler, « Dokumente zur Geschichte des athenischen Theaters », MDAI(A) 3 (1878), p. 240-241 ; F (...)
  • 192 O’Sullivan 2009 ; Csapo, Wilson 2010 (voir infra, p. 139-143 pour la critique de leurs théories). I (...)
  • 193 Pour ne citer que les plus récents, Csapo, Slater 1994, p. 122, p. 143 et p. 156-157 ; Wilson 2000, (...)
  • 194 Ainsi Steinhauer 1992, qui tente d’expliquer cette « exception aixonéenne » par l’appartenance (tou (...)
  • 195 Par exemple, O’Sullivan 2009, p. 171 rejette le témoignage des décrets aixonéens (« best assigned t (...)

164La date exacte de l’abolition de la chorégie est une question épineuse, et les récentes publications sur le sujet montrent que le problème n’est pas encore résolu. Pour le dire simplement, les chercheurs se divisent en deux camps : d’un côté, ceux, majoritaires, qui pensent que la suppression de la chorégie doit être attribuée à Démétrios de Phalère ; de l’autre, ceux qui sont d’avis que cette réforme est postérieure à la chute de Démétrios, et qu’elle émane de la démocratie fraîchement restaurée, en 307/6. Dans ce débat, nos inscriptions 4 et 5 jouent un rôle déterminant et sont d’ailleurs systématiquement invoquées189. Presque tous les chercheurs ont adopté automatiquement la date basse pour les deux décrets aixonéens190, sans la soumettre à un examen critique. Ils ont utilisé ces documents soit pour montrer que l’abolition de la chorégie est postérieure à 313/2 (et est donc à attribuer à l’archontat de Démétrios de Phalère en 309/8191 ou au gouvernement démocratique en 307/6192), soit pour montrer que cette réforme date bien de Démétrios, mais n’a pas touché les dèmes193 ou a épargné seulement Aixônè194 – à supposer qu’un dème ait pu passer outre un nomos établi par le Phalérien, ce qui semble douteux. En réalité, les documents invoqués pour montrer la survie de la chorégie dans les dèmes après l’abolition de cette institution au niveau civique ne sont pas à retenir195. Il vaut la peine d’examiner la question de plus près.

  • 196 IG II2 1955 II, l. 18.
  • 197 Voir annexe IV, s.v. « Σώσιππος ». On a trouvé à Glyphada la stèle funéraire du père de Glaukidès ((...)

165Les arguments en faveur de la date de 313/2 pour nos deux décrets aixonéens, d’ordre prosopographique, ont d’abord été émis par U. Koehler dans son édition du numéro 5 dans les IG II et par J. Kirchner dans sa Prosopographia Attica et dans sa réédition de cette même inscription dans la seconde édition des IG II. Ils sont les suivants : l’un des personnages honorés, Aristokratès fils d’Aristophanès, est manifestement le proposant du décret honorant Démétrios de Phalère (6), promulgué aux alentours de 316/5. En outre, Glaukidès fils de Sôsippos, le rogator des deux décrets, serait le frère du Smikythos fils de Sôsippos qui figure comme cavalier dans un catalogue trouvé à Salamine datant d’environ 320196. Le premier argument n’est pas très solide : Aristokratès a très bien pu être honoré par les Aixonéens en 340/39 et proposer un décret à l’assemblée de son dème vingt ans plus tard. Quant au second argument, il ne me paraît pas impossible qu’un démote propose des décrets en 340/39, alors que son frère, qui pouvait très bien être son cadet, servait dans la cavalerie encore en 320 ; le rapprochement entre Glaukidès et Smikythos est de toute manière loin d’être assuré, Sôsippos étant un anthroponyme assez courant en Attique197.

  • 198 Penchent pour le père, et donc pour la date haute du numéro 5 : Lolling 1879, p. 195, les auteurs d (...)

166Il existe encore deux rapprochements prosopographiques supplémentaires, mais qui ne permettent pas de résoudre la question : dans le décret honorifique 4, l’un des chorèges, Autéas fils d’Autoklès, a toutes chances d’être le plus jeune des locataires du bail 7, daté de 345. Enfin, le chorège Glaukôn fils de Kallikratès, honoré dans le numéro 3 (317/6), est visiblement de la même famille que le Kallikratès fils de Glaukôn honoré ici, lequel peut être considéré comme son père si l’on accepte la date haute, ou son fils, si l’on préfère la date basse198.

167On le voit, les arguments prosopographiques ne sont pas déterminants pour une période aussi courte (à peine une génération) et peuvent être utilisés en faveur de la date haute comme de la date basse.

168L’étude stylistique des reliefs ornant les deux décrets contemporains mène également à l’aporie comme nous l’avons vu, certains spécialistes ayant pu favoriser la date basse, d’autres la date haute. Relevons tout de même que rien ne s’oppose à les situer aux alentours de 340, comme tendent à le montrer l’analyse du relief du numéro 4, et l’attribution des masques sur l’architrave de cette même stèle à la Comédie moyenne.

  • 199 Tracy 1995, p. 99-100 et p. 73 n. 7.

169D’autres considérations me font pencher pour la date de 340/39. S. V. Tracy, d’après l’étude des « mains » des graveurs de décrets attiques, se prononce en faveur de la datation haute199. Certes, sa méthode n’est peut-être pas infaillible, mais son avis d’expert doit tout de même être pris en compte dans toute discussion sur le sujet.

  • 200 Voir supra, p. 74.

170Par ailleurs, si l’on adopte la date de 313/2, nos deux documents aixonéens seraient les seuls décrets à en-tête à relief datant du gouvernement de Démétrios : or on sait que ce dernier avait promulgué une loi somptuaire qui a notamment marqué l’arrêt des stèles funéraires à décor sculpté, y compris dans les dèmes200. Il serait pour le moins étonnant qu’un dème ait promulgué deux décrets à en-tête sculpté dans ce contexte. Cette constatation seule devrait inciter à la prudence.

171Certes, il n’existe pas de preuve absolue en faveur de l’une ou l’autre date, mais un faisceau d’indices tend à montrer que les deux décrets aixonéens datent de 340/39, bien avant l’abolition de la chorégie. Ils doivent donc être retirés du débat.

  • 201 Voir supra, p. 135 et n. 195.
  • 202 SEG XLIII 26, inscription éditée par Steinhauer 1992. Le décret A récompense pour sa philotimia et (...)
  • 203 On aurait attendu en effet que les chorèges, s’il y en avait eu, soient mentionnés dans le décret B (...)
  • 204 Voir Fröhlich 2004, p. 353-355, où on trouvera une traduction des l. 1-18 du décret A. On ne retien (...)
  • 205 Humphreys 2004, p. 193, pense que le trésorier du dème était soumis à la supposée loi de Lycurgue c (...)
  • 206 Steinhauer 1992 pense aussi que le trésorier d’Acharnes maniait de l’argent civique, contra Kellogg(...)

172Que peut-on dire alors sur la date de l’abolition de la chorégie ? Là encore, les décrets de dèmes peuvent peut-être nous aider, si l’on accepte bien entendu – et il faut assurément le faire – que la réforme chorégique ait été appliquée aussi dans les dèmes201. La dernière mention de chorèges se trouve dans notre décret (317/6), ce qui permet d’avancer de quelques années le terminus post quem retenu habituellement sur la base des décrets de la cité. Deux nouveaux décrets d’Acharnes pourraient indiquer que la chorégie avait déjà été supprimée dans ce dème vers 315 déjà202 : dans le décret B, ce ne sont pas des chorèges que l’on honore pour la célébration des Dionysies rurales, mais le démarque, le trésorier et « l’épimélète des Dionysies », magistrats qui se partagent désormais le rôle que l’agonothète exerce au niveau civique selon le premier éditeur, G. Steinhauer203. De plus, comme l’a bien vu ce dernier, du décret A ressort un contrôle étroit de la cité sur l’administration financière du dème : il est significatif à cet égard que le trésorier récompensé par les Acharniens notamment pour son action lors des Dionysies ait dû déposer sa comptabilité dans le dème mais aussi dans la cité204. Il est question en outre de la confection d’une phiale pesant 100 dr. d’argent par le trésorier, [κ]ατὰ [τὸν νόµον] (A.8), ce qui pourrait aller dans ce sens205. Par ailleurs, le poids important de la phiale laisse penser que le trésorier était à la tête d’un gros budget, qui comprenait peut-être, en sus de l’argent du dème, celui de la cité206, auquel cas on pourrait conjecturer que la contribution de cette dernière servait à pallier l’absence de chorèges. Quoi qu’il en soit, cette ingérence de la cité dans les affaires financières d’un dème est sans précédent dans notre documentation ; elle résulte peut-être d’une réforme de Démétrios, contraignant les trésoriers des dèmes à déposer leur comptabilité dans la cité et non plus seulement au niveau local. On verra que le Phalérien, tel un nouveau Lycurgue, avait parmi ses priorités l’accroissement des finances publiques et la limitation des dépenses jugées inutiles, d’où le contrôle sévère qu’il exerçait sur les dépenses des particuliers et, comme le décret d’Acharnes le laisse penser, sur celles des dèmes.

  • 207 Voir infra sur le décret 6. Kellogg 2013, p. 82-84 et p. 185-186, tentant de concilier les décrets (...)

173Ces documents de dèmes combinés permettraient donc de situer la réforme aux alentours de 316/5, peut-être en 316 puisque Démétrios fut nomothète en 317/6207.

  • 208 À propos du trépied remporté par les chorèges vainqueurs au dithyrambe : « loin d’être le souvenir (...)
  • 209 La critique de la chorégie est dans l’air du temps, et on la trouve tant du côté des partisans de l (...)
  • 210 Voir les exemples figurant chez H. R. Goette, « Choregic Monuments and the Athenian Democracy », da (...)
  • 211 Solon et Lycurgue, deux figures très populaires à l’époque de Démétrios, avaient légiféré de manièr (...)
  • 212 E.g. Latini 2003 : Démétrios aurait voulu préserver le capital privé, et favoriser la reprise écono (...)
  • 213 Pour éviter que les riches Athéniens ne renforcent leur influence dans la cité, notamment par le bi (...)
  • 214 E.g. Wilson 2000, p. 271 : « A desire not to exacerbate tensions between a conspicuously extravagan (...)
  • 215 E.g. Mikalson 1998, p. 60-62 ; Thrams 2001, p. 88. Gehrke 1978 a montré que les réformes de Démétri (...)
  • 216 En revanche, une explication par la disparition progressive du chœur dans l’art dramatique pour les (...)
  • 217 Contra Makres 2014, p. 86-89, qui, comme la majorité des chercheurs, qualifie de manière simpliste (...)
  • 218 Ath. Pol. 56, 4 ; Rhodes 1993, p. 627-628 suppose que le changement a eu lieu sous Lycurgue.

174Il me semble donc que plus rien ne s’oppose à l’attribution de la réforme chorégique à Démétrios. Il est vrai, et là est tout le problème, qu’aucune source ne dit explicitement que le Phalérien a aboli la chorégie. Mais l’on sait par Plutarque que Démétrios critiquait les excès de cette liturgie208, une opinion exprimée déjà par plusieurs auteurs avant lui209. Dans cet extrait, le Phalérien dénonce les dérives auxquelles mène la chorégie à son époque, en l’occurrence de dispendieux monuments commémoratifs, qui engloutissent le patrimoine des plus riches Athéniens210. Or, dans son activité législatrice, Démétrios prit plusieurs mesures pour éviter les dépenses outrancières des citoyens, comme d’autres législateurs avant lui211 : il édicta une loi somptuaire qui limitait les marqueurs funéraires à quelques monuments modestes, et il instaura les gynéconomes pour empêcher notamment des dépenses démesurées dans les banquets familiaux. L’abolition de la chorégie irait dans le même sens : éviter que les riches citoyens ne dilapident leur fortune pour leur propre gloire, sans utilité pour la cité. Les historiens débattent des motivations ayant pu pousser Démétrios à promulguer ce genre de mesures et oscillent entre des raisons économiques212, politiques213, sociales214, morales ou philosophiques 215. Sans entrer dans le débat, il me semble qu’il ne faut pas forcément trancher entre tel ou tel de ces aspects ; ils ne s’excluent aucunement216. Quoi qu’il en soit, la réforme chorégique, tout comme la loi somptuaire sur les monuments funéraires, survécut à la chute du gouverneur et fut maintenue quand la démocratie fut rétablie. Cela montre que ces réformes ne sont pas à interpréter comme des mesures oligarchiques, destinées à contenter uniquement les Athéniens de l’élite217, ou à satisfaire les préceptes philosophiques aristotéliciens de Démétrios ; elles répondaient à un réel besoin, ressenti par la majorité des citoyens. De plus, confier le financement des concours des Dionysies à la cité plutôt qu’à de riches particuliers n’a pas dû sembler révolutionnaire aux yeux des contemporains : en effet, le financement de la procession des Grandes Dionysies, autrefois assumé par dix épimélètes élus par le peuple à leurs propres frais, est confié du temps d’Aristote à dix épimélètes tirés au sort – un par tribu – et auxquels le peuple donne 100 mines pour les frais de la procession218.

175Malgré tous ces éléments, qui indiquent que Démétrios est bien l’auteur de la réforme chorégique, trois chercheurs ont récemment défendu l’attribution de cette réforme à la démocratie rétablie après la chute du gouverneur en 307/6. Examinons leurs arguments.

  • 219 O’Sullivan 2009, p. 168-185. Son hypothèse a rencontré un écho favorable auprès de D. Knoepfler, da (...)
  • 220 Sur la skepsis et l’antidosis, voir Wilson 2000, p. 57-61.

176Pour L. O’Sullivan219, ce que critique Démétrios dans l’extrait de Plutarque n’est pas la chorégie en soi, mais les monuments chorégiques dispendieux. Ses lois somptuaires y auraient mis un frein, ce qui aurait eu pour conséquence de désintéresser peu à peu les riches citoyens de cette charge, qui ne leur apportait plus de prestige social. C’est le gouvernement démocratique qui aurait donné le coup de grâce à l’institution, en abolissant la chorégie et en créant l’agonothésie. Or, il me paraît difficile de supposer que les citoyens aient eu la possibilité de refuser la chorégie du simple fait qu’ils ne pouvaient plus ériger de monuments aussi luxueux : la liturgie était un service obligatoire et on ne pouvait y échapper à moins de prouver que l’on était au bénéfice d’une exemption ou qu’un autre citoyen était plus fortuné que soi220.

177L. O’Sullivan suppose par ailleurs une impulsion antigonide dans la réforme chorégique : Antigone et Démétrios Poliorcète auraient fait nommer leur partisan Xénoklès comme premier agonothète et agent de leur propagande, responsable notamment de la nouvelle fête instaurée en leur honneur. Mais Xénoklès est surtout un ancien associé de Lycurgue, et aucun document ne vient montrer un lien entre l’agonothète et la fête instaurée pour les Antigonides.

  • 221 O’Sullivan 2009, p. 180.

178Le raisonnement de L. O’Sullivan la conduit à une impasse : selon elle, les monuments chorégiques de la seconde moitié du ive s. présentent, tout comme les monuments funéraires, une influence artistique macédonienne (qui reste à démontrer), et en les supprimant, Démétrios aurait affirmé, « in a symbolic fashion, the independence of his city from Macedonian tendencies »221. Cela serait pour le moins étrange de la part d’un homme qui doit sa position à Cassandre.

  • 222 Déjà Mikalson 1998, p. 55-56 rapprochait la réforme chorégique des mesures prises par Lycurgue pour (...)
  • 223 Sur cette loi, voir supra, p. 74.

179Un autre argument avancé par L. O’Sullivan est la conformité de cette réforme avec la politique de Lycurgue, qui était érigé en modèle par les démocrates de 307 (ils lui votèrent des honneurs posthumes)222. Peut-on, pour autant, qualifier cette réforme de « démocratique » ou « oligarchique » ? Nous l’avons vu, la critique de la chorégie était partagée par plusieurs intellectuels et hommes publics de cette seconde moitié du ive s., quels que soient leurs penchants politiques, et la longue vie de la réforme chorégique montre qu’elle a été largement acceptée par les Athéniens. L. O’Sullivan croit trouver un argument dans le fait que l’agonothésie serait la seule magistrature créée par Démétrios à être conservée après sa chute (les nomophylakes, s’ils ont bien été institués par Démétrios, et les gynéconomes sont supprimés à la libération d’Athènes), mais c’est faire peu de cas de la loi somptuaire sur les monuments funéraires, maintenue sous la démocratie restaurée223.

  • 224 Csapo, Wilson 2010, une version qui se veut selon eux « plus complète, plus claire et mieux argumen (...)

180Les arguments émis par L. O’Sullivan pour attribuer l’abolition de la chorégie à la démocratie de 307/6 ne sont donc pas recevables. Pourtant, deux autres chercheurs sont arrivés à la même conclusion, par un raisonnement différent. Dans trois articles récents, sensiblement identiques224, E. Csapo et P. Wilson avancent que la démocratie de 307/6 a aboli la chorégie, mais que les prémices sont à chercher déjà dans l’oligarchie de 322-318, qui aurait créé le modèle d’un unique administrateur des Dionysies sous la forme d’un épimélète des concours, tout en maintenant les chorèges.

  • 225 IG II3 473, où la restitution est acceptée par Lambert, lequel propose en revanche la date de 329-3 (...)

181Leur raisonnement s’appuie essentiellement sur un décret du peuple récompensant un étranger (un métèque probablement), Nikostratos. C’est un texte très lacunaire dont la datation n’est pas assurée mais que les auteurs attribuent sans hésitation à l’année 318/7, sur la base de la mention du secrétaire de la prytanie à la ligne 14, entièrement restituée225. Selon eux, Nikostratos est récompensé cette année-là, donc sous la démocratie restaurée, pour avoir assumé la fonction d’épimélète des Dionysies, une nouvelle magistrature qui aurait été mise en place par l’oligarchie de Phocion. Il est invraisemblable qu’un étranger, obscur par ailleurs, ait pu assumer une magistrature à Athènes à cette époque ; impossible également que le gouvernement démocratique de 318/7 ait récompensé un magistrat mis en place durant l’oligarchie précédente. Mais, surtout, cette magistrature n’existe pas : elle résulte d’une mauvaise compréhension du texte. Reproduisons les considérants :

  • 226 E.g. IG II2 1184, l. 5-6 (334/3. Dans le dème de Cholargos, la prêtresse reçoit des denrées et de l (...)
  • 227 Csapo, Wilson 2010 s’étonnent de l’expression ligne 6 τοῖς αἰεὶ χορηγοῦσιν appliquée à des chorèges (...)

182Il est clair que l’épiméléia ne fait pas référence ici à une charge officielle de « surveillant » des Dionysies, mais au soin dont Nikostratos a fait preuve pour le concours des Dionysies, selon une formule bien attestée226. Comme E. Csapo et P. Wilson le remarquent, ce personnage a agi en parallèle avec les chorèges, bien mentionnés dans le texte227. Ce Nikostratos n’était donc pas un étranger devenu magistrat à Athènes sous l’oligarchie de Phocion, mais simplement un homme fortuné ou un artiste, qui a contribué de manière régulière à la splendeur des Dionysies par son soutien financier ou son talent artistique.

  • 228 Plutarque, Phocion 31.
  • 229 Pickard-Cambridge 1968, p. 92 et n. 1. L’hypothèse de l’anachronisme avait déjà été émise par E. Ca (...)

183Un autre « épimélète des Dionysies » serait attesté chez Plutarque, toujours selon E. Csapo et P. Wilson. Le biographe rapporte que le Macédonien Nikanor a été agonothète sur l’invitation de Phocion peu après la mort d’Antipater en 319228. Naturellement, l’emploi du terme « agonothète » par Plutarque est ici anachronique, comme l’avait déjà vu A. W. Pickard-Cambridge : le biographe a utilisé un mot très répandu à son époque pour désigner tout organisateur de concours. Selon le savant anglais, il faut comprendre que Nikanor a contribué aux dépenses de diverses fêtes, non qu’il a été élu agonothète des Dionysies229. E. Csapo et P. Wilson conjecturent que dans la source de Plutarque figurait le terme d’épimélète, terme qu’ils supposent peu familier pour l’auteur (ce qui serait étonnant, Plutarque ayant été lui-même épimélète de l’Amphictionie de Delphes) et que ce dernier aurait assimilé anachroniquement à l’agonothète. Ils voient donc dans le nouveau rôle rempli par Nikanor une rupture avec la tradition dans l’administration de la fête, mais rien ne permet de dire que Nikanor ait porté le titre d’épimélète des Dionysies ; il aura probablement contribué financièrement à une ou plusieurs fêtes, mais sans occuper de magistrature – ce qui, comme pour Nikostratos, aurait été pour le moins surprenant pour un étranger.

  • 230 IG II3 1035 (vers 245). Voir Chr. Habicht, « Die beiden Xenokles von Sphettos », Hesperia 57 (1988) (...)
  • 231 On ne peut reconstituer ni la chronologie ni l’intégralité de la carrière d’un individu sur la base (...)

184E. Csapo et P. Wilson invoquent enfin un décret honorifique, qui, comme Chr. Habicht l’a montré, récompense Xénoklès de Sphettos « le jeune », en commençant par le rappel de la carrière de son grand-père homonyme (c’est la partie que l’on a conservée)230. Ce rappel enregistrerait toutes les étapes ayant marqué la transition de la chorégie à l’agonothésie ; mais l’épiméléia que l’on croyait voir à la ligne 4, entre la chorégie et l’agonothésie, résulte d’une mauvaise lecture, corrigée dans la troisième édition du volume II des IG. Par ailleurs, l’ordre des charges énumérées dans ce décret n’est pas chronologique : Xénoklès « l’ancien » est dit avoir exercé la triérarchie, la chorégie, l’agonothésie et l’épiméléia des Mystères, or il a été agonothète en 307/6, et épimélète des Mystères en 321/0 ou 318/7231.

  • 232 5, 13-14 : τῷ χορηγεῖν διέφερον [καὶ τῇ] φιλοτιµίᾳ : « (je dois dire que) je me suis distingué p (...)
  • 233 Dans la notice à La Samienne, éd. CUF, 2003, p. XLVIII-LXV. L’argument de La Samienne est aussi pré (...)

185Pour étayer leur hypothèse, E. Csapo et P. Wilson doivent encore prouver que la chorégie continue d’exister sous Démétrios. Ils croient trouver des preuves tant au niveau de la cité que dans les dèmes, mais une analyse plus poussée des textes invoqués permet de les rejeter. Dans La Samienne de Ménandre, Moschion dit avoir assumé la chorégie dans un passé récent232, ce qui suggère que l’institution était toujours en vigueur lors de la première représentation de cette comédie, quelque part entre 315 et 309 selon eux. Comme le reconnaissent pourtant les deux auteurs, la date de cette pièce est difficile à déterminer : les experts oscillent à l’intérieur de la décennie 320-310. Au terme d’une notice très argumentée (mais où la mention d’une chorégie ne tient étrangement aucune place), J.-M. Jacques aboutit, avec prudence, à la conclusion que la pièce est de peu antérieure au Dyscolos, lequel a été joué pour la première fois au début de l’année 316233. Mais à supposer même que la pièce date du gouvernement de Démétrios, la chorégie a très bien pu avoir été abolie depuis peu, puisque Moschion parle de son action au passé.

  • 234 Csapo, Wilson 2010, p. 87 n. 14

186E. Csapo et P. Wilson ajoutent encore en faveur de leur hypothèse trois monuments supposés chorégiques et nos deux décrets aixonéens 3 (317/6) et 4 (pour lequel « l’année de 340/39 reste une possibilité, mais l’année 313/2 est beaucoup plus probable »234). Il a déjà été question de ces décrets, je n’y reviens pas. Penchons-nous sur les trois monuments :

  • IG II2 3109, de Rhamnonte, est daté selon eux de la fin du ive s. d’après des critères stylistiques et prosopographiques. Mais l’inscription a été redatée de la seconde moitié du ive s. par V. Chr. Pétrakos dans son volume sur les inscriptions du dème235 ;
  • un relief votif anépigraphe représentant notamment ce qui pourrait être les membres d’un chœur et deux personnages barbus, lesquels sont interprétés comme des chorèges par nos deux auteurs. Mais ce monument est daté, d’après des critères stylistiques, de 320-300 et l’interprétation des personnages barbus fait difficulté, puisque les spécialistes ont proposé tour à tour d’y voir le chorodidaskalos et le chorège, le chorodidaskalos et l’agonothète, ou les héros éponymes des tribus victorieuses236 ;
  • un relief de l’Éleusinion d’Athènes, sur lequel est représenté un chœur comique. Mais le monument est daté en réalité du 3e quart du ive s.237.
  • 238 S. C. Humphreys, « Notes on Attic Prosopography », ZPE 160 (2007), p. 71 ; M. J. Osborne, « The Ath (...)
  • 239 Sur les amphores panathénaïques et la mention du nom d’un magistrat, voir M. Bentz, Panathenaische (...)

187E. Csapo et P. Wilson cherchent ensuite un argument du côté des amphores panathénaïques, sur lesquelles le nom de l’archonte éponyme figure pour la dernière fois en 312/1. Ils y voient un terminus post quem pour l’instauration de l’agonothésie, puisqu’ils pensent que le nom de l’archonte sur les amphores signifie que les athlothètes sont encore en charge du concours des Panathénées. Mais cela suppose que les concours panathénaïques aient été dès le début placés sous la responsabilité de l’agonothète, or il semble que cela ne soit pas le cas avant l’apparition de plusieurs agonothètes simultanés à partir du iie s. De plus, s’il est vrai que le dernier nom d’archonte apparaît en 312/1 sur les amphores panathénaïques, il est remplacé à une date inconnue (mais en tout cas au iiie s.) par le nom du trésorier des Panathénées (une magistrature révélée par un fragment d’inscription récemment publié), et seulement plus tard, au iie s., par le nom de l’agonothète des Panathénées238. Enfin, la mention du nom d’un magistrat sur les amphores panathénaïques indique seulement qu’il était responsable de la collecte de l’huile : on ne peut rien en déduire de plus239.

188Il est vain de se perdre plus longtemps en conjectures aventureuses, alors que tout indique que l’abolition de la chorégie est à attribuer à Démétrios, très probablement aux alentours de 316. Une fois le décret aixonéen 4 (et, partant, le décret 5) retiré du débat, il ne reste plus aucun argument recevable en faveur d’une autre interprétation.

Décret honorifique pour Démétrios de Phalère (no 6*)

  • 240 Sur la base de Sphettos, voir infra, p. 151. La tablette de défixion SEG LIV 398, qui porte les nom (...)

189Nous avons affaire ici à l’un des textes les plus intéressants de l’épigraphie aixonéenne, car il nous fait toucher à l’histoire politique de la cité à la fin du ive s. Il concerne Démétrios de Phalère, dont il a été question déjà dans la section précédente. Ce personnage, attesté dans de nombreuses sources littéraires, est mentionné ici pour la première fois de manière assurée dans un document épigraphique datant de son gouvernement240. Il faut dire que pour cette période, les décrets sont très rares, ce qui rend notre texte d’autant plus précieux.

Le lieu de découverte de la stèle

  • 241 K. S. Pittakis, AEph 1842, p. 519 no 859 mentionne encore une stèle funéraire (GL 11) trouvée lors (...)
  • 242 À la suite de Pittakis, qui déclare : Εὑρέθη εἰς τὰς κατὰ τὸν Δῆµον Αἰξωνέα ἀρχαιολογικὰς ἐρεύνας ( (...)

190La trouvaille apparaît pour la première fois sous la plume de K. S. Pittakis en 1842, lequel en est sans doute aussi l’inventeur, même s’il ne le dit pas clairement241. Les différents éditeurs sont unanimes sur le lieu de découverte : à l’emplacement de l’ancien dème d’Aixônè242. La chose est évidente, puisque le décret mentionne les Aixonéens. Certains éditeurs indiquent malheureusement comme lieu de trouvaille l’endroit qu’ils supposaient être à l’époque le centre du dème, or comme nous l’avons vu dans le chapitre 2, Aixônè a été longtemps mal situé. C’est le cas par exemple de Ch. Michel, qui donne Chasani comme lieu de découverte, alors que ce village se trouvait en réalité à l’endroit des dèmes d’Halimonte et d’Euônymon.

  • 243 Notre stèle figure en effet parmi les objets de la collection Pittakis vendus par ses héritiers, d’ (...)

191La stèle est restée entreposée au domicile de K. S. Pittakis jusqu’à la mort de ce dernier en 1863 ; elle a ensuite été vendue à l’État par ses héritiers, avec le reste de la collection243. Elle était au Musée national à l’époque de J. Kirchner, d’où elle a été transférée au Musée épigraphique.

Le texte

192ME 7731.

193Stèle de marbre blanc, surmontée d’un fronton. Koehler dit que la stèle est brisée en deux morceaux, mais ce n’est pas le cas. Elle est brisée en bas et à gauche, et à droite à partir de la quatrième ligne du texte. Du fronton, seuls les acrotères central et droit sont conservés. Aucune trace de décor n’est visible à l’intérieur du fronton. Sur la moulure inférieure de ce dernier, est écrite l’invocation aux dieux. La face arrière n’est pas travaillée, ce qui indique que la stèle se dressait contre le mur d’un bâtiment.

194La surface de la stèle est très bien conservée. Les lettres sont élégantes, fines, peu profondes et régulières. En deux endroits, le phi est écrit + (l. 2, et l. 3 pour le démotique), une ancienne forme du phi selon Pittakis, mais il s’agit de l’ancienne forme du chi. à la l. 3, le phi est écrit de manière habituelle pour le patronyme. La lettre phi est l’une des plus difficiles à graver ; il est possible que le lapicide ait tenté en ces deux endroits d’inscrire un phi en forme d’arbalète, en gravant d’abord la partie en croix, et en omettant ensuite de graver la partie courbe ou en la traçant simplement avec de la peinture.

195Dimensions : 0,301 (avec le fronton) × 0,288 (au niveau du fût) × 0,062. Hauteur des lettres : 0,005 (0,004 lettres rondes). Espacement : 0,006-0,008.

196Éditions : K. S. Pittakis, AEph 1842, no 858 ; A. R. Rangabé, Antiq. Hell. (1855), p. 94-95 no 422 ; U. Koehler, IG II 584 (E. L. Hicks, A Manual of Greek Historical Inscriptions [1882], no 139 ; Haussoullier 1883, p. 216 no 5) ; W. Dittenberger, SIG 120 (> Koehler + restitutions personnelles) ; Ch. Michel, RIG 153 (> Koehler + Dittenberger) ; W. Dittenberger, SIG 2 164 (= SIG 120 + Wilhelm [1898]) ; E. Nachmanson, Hist. Att. Insch.2 (1931), no 42 (> Koehler + Dittenberger SIG 2 + Wilhelm [1903]) ; J. Kirchner, IG II2 1201 (> Koehler + Dittenberger + copie Velsen + estampage) (Fr. Hiller von Gaertringen, SIG 3 318 ; E. Bayer, Demetrios Phalereus der Athener [1942], p. 17-18 ; Papagiannopoulos-Palaios 1952, p. 66 no 9 ; H. H. Schmitt, StV III, no 421 [l. 8-13] ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 102-104 no 6 ; SOD, no 16B ; Haake 2007, p. 75 [sans le préambule] ; Banfi 2010, p. 57) ; Dow, Travis 1943 (avec restitutions de Wilhelm).

197Traductions : Rangabé (en français) ; Ph. Harding, Translated Documents (1989), no 129 (en anglais) ; J. M. Bertrand, Inscriptions historiques grecques (1992), no 78 (en français) ; K. Brodersen et al., Hist. gr. Inschriften II (1996), no 274 (en allemand) ; SOD (en anglais) ; Haake, p. 75 (sans le préambule ; en allemand) ; O’Sullivan 2009, p. 40, p. 96 et p. 242 (en anglais) ; Banfi, p. 57 n. 14 (en italien).

198Commentaires : A. Wilhelm, GGA 1898, p. 223 no 3 (l. 9-13) (= Kleine Schriften II.4, p. 235) ; A. Wilhelm, GGA 1903, p. 784 no 790 (l. 11-13) (= Kleine Schriften II.4, p. 282) ; B. KeilEirene: eine philologisch-antiquarische Untersuchung (1916), p. 71 (l. 9-10) ; Eliot 1962, p. 10 (lieu de trouvaille) ; Gauthier 1979, p. 353-355 ; Whitehead 1986, p. 375 no 11 ; O’Sullivan, p. 40, p. 46, p. 96, p. 128, p. 242, p. 298 ; Banfi, p. 57-63.

199Reproductions : Pittakis (fac-similé) ; Koehler (fac-similé) ; Dow, Travis (stèle + estampage) ; Papagiannopoulos-Palaios, p. 66 (estampage) ; fig. 29.

Fig. 29. Décret honorifique pour Démétrios de Phalère (no 6).

Fig. 29. Décret honorifique pour Démétrios de Phalère (no 6).

Athènes, Musée épigraphique, no 7731. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.

Stoichedon 33

200L. 2 : rest. Koehler, d’après notre numéro 5, l. 6. [Φιλοκ]ράτης Pittakis, [Καλλικ]ράτης Rangabé, restitutions qui ne respectent pas le stoichedon ; Ἀριστοφάνους err. Giannopoulou-Konsolaki ; l. 3-6 : rest. Koehler ; l. 6 : τῆι err. Dittenberger, Michel, Kirchner ; χωρισθέντ̣[ων] : le iota est interfilé ; l. 7 in. : rest. Koehler ; l. 7 fin.-l. 8 in. : rest. Dittenberger, d’après Diodore, XVIII 74, 2, suivi par Kirchner ; διὰ τὸν [πόλε|µον εἰς µερίδ]ας Koehler ; l. 8 fin.-l. 9 in. : rest. Koehler ; l. 9 fin.-l. 10 in. : rest. Wilhelm (1898), suivi par Dittenberger SIG 2, Kirchner ; Koehler, suivi par Dittenberger SIG et Michel, proposait σῖ[τον εἰσ|ήγαγεν τοῖς Ἀ]θηναίοις, pourtant Pittakis, Rangabé, Velsen lisent bien EI avant les crochets ; Keil, suivi par Dow et Travis, a proposé εἰ[ρήνην π|αρεσκεύασε] ; l. 10 fin. : rest. Koehler ; l. 11 in. : rest. Dow et Travis, suivis par Harding et O’Sullivan ; [ἐπιστάτης αἱρ]εθεὶς Koehler, Dittenberger, Michel ; [ἐπιµελητὴς αἱ]ρεθεὶς Rangabé, Wilhelm (1903), Kirchner ; l. 11 fin., 12, 13 : δήµ[ου - - - ἀναθήµατα | - - ἀν]έθ[η]κεν κάλ[λιστα - - - | - κα] ὶ ὕστερ[ον -] Koehler, Dittenberger SIG, Michel ; δήµ[ου - - - νόµους | - - -] ἔθ[η]κεν καλ[λίστους - - - κ]αὶ ὕστερ[ον -] Wilhelm (1898), suivi par Dittenberger SIG 2 ; δήµο[υ τοῦ Ἀθ|ηναίων νόµους] ἔθ[η]κεν καλ[οὺς καὶ συµφέρ|οντας τεῖ πόλε]ι· ὕστερον [δὲ ? -] Wilhelm (1903) (d’après Ps.-Plutarque, Vies des dix orateurs 852 b, et Lucien, Anacharsis 17), suivi par Kirchner.

  • 244 Beaucoup d’auteurs traduisent ἐστιν par un passé (Brodersen et al. ; SOD ; Haake ; Banfi). Il vaut (...)
  • 245 Les auteurs du SOD préfèrent ne pas compléter ni traduire la lacune du début de la ligne 11. Broder (...)

Dieux ! Aristokratès fils d’Aristophanès a fait la proposition : attendu que Démétrios fils de Phanostratos de Phalère est un homme bon244 envers le peuple des Athéniens et le dème des Aixonéens et que, la guerre survenue dans la chôra, alors que le Pirée et la ville étaient séparés à cause de la guerre, ayant négocié en tant qu’ambassadeur, il réconcilia les Athéniens et restaura l’unité (de la cité) et obtint la paix pour les Athéniens et la chôra ; et qu’ayant été élu nomothète (?)245 par le peuple des Athéniens, il établit des lois bonnes et profitables à la cité ; [et] qu’ensuite …

201Notes critiques

202l. 3 : Dow et Travis notent que la première lettre semble avoir une haste horizontale au sommet, comme si c’était un tau mis par erreur, mais ils concluent que la rainure est accidentelle. Cette ligne est en effet trop longue pour pouvoir être la haste horizontale d’un tau : elle mesure 8 mm, alors que la haste horizontale du tau est de 5-6 mm dans cette inscription.

203l. 6 et 10 : sur ΕΙ à la place de ΗΙ, voir le commentaire au numéro 5.

204l. 8 : - je préfère la restitution de Dittenberger, car on sait par des sources littéraires que Démétrios de Phalère a effectivement agi en tant qu’ambassadeur lors de la guerre entre Polyperchôn et Cassandre en 318/7 (voir infra sur le contexte historique de ce décret).

205- Dow et Travis remarquent que le nu euphonique est absent avant le alpha, mais présent à la l. 12 avant le kappa. Voir Threatte 1980, p. 641 : le nu euphonique, de la fin du ve s. à l’époque hellénistique, est quasiment universel devant les voyelles et normal devant les consonnes.

206 l. 9 : voir Gauthier, p. 354-355, qui donne comme parallèle à cette expression IG II 3 881, l. 30-31 (décret honorifique pour l’archonte éponyme Euthios et ses parèdres, 282/1) : il est dit qu’Euthios pourra demander d’autres honneurs encore « quand le Pirée et la ville seront réunis » (ὅταν ὁ Πειραιεὺς καὶ τὸ ἄστυ ἐν τῶι αὐτῶι γένηται). Certes, la préposition n’est pas la même, mais le sens est identique.

207 l. 9-10 : la restitution du verbe κατεργάζεσθαι paraît meilleure ici pour le sens ; l’expression « obtenir la paix pour quelqu’un » est attestée chez Andocide, 3, 8 à propos de Nicias : τὴν εἰρήνην (...) ἣν ἡµῖν Νικίας ὁ Νικηράτου κατηργάσατο.

208 l. 11-13 : la restitution de Wilhelm (1903) est cohérente, voir IG II 3 1292, l. 15-16 : décret en l’honneur de Kèphisodôros de Xypétè, orateur et diplomate de premier plan, pour avoir entre autres « établi des lois profitables à la concorde de tous les Athéniens » (τεθηκὼς δὲ καὶ νόµους συµφέροντας ἐφ’ ὁµονοίαι πάντων Ἀθηναίων). Voir aussi Démosthène, C. Timokratès (24), 211 à propos de Solon et Dracon : συµφέροντας ἔθηκαν καὶ καλῶς ἔχοντας νόµους (« ils ont établi des lois bonnes et profitables »). Lycurgue fut honoré à titre posthume notamment pour son activité de législateur, voir Ps.-Plutarque, Vies des dix orateurs 852 b : πολιτευόµενος νόµους τε πολλοὺς καὶ καλοὺς ἔθηκε τῇ πατρίδι ; voir IG II2 457.

L’enjeu du document

  • 246 Par exemple, il restaure le nom du rogator « Philokratès », ce qui est trop court.

209Le premier éditeur, K. S. Pittakis, comprend d’emblée qu’il s’agit d’un décret honorifique émanant du dème d’Aixônè en raison de la mention des démotes à la ligne 5, mais il n’a pas saisi la portée historique de ce document, en raison de sa lecture du texte, fautive à bien des égards. Pour commencer, il ne remarque pas que l’inscription est stoichedon, ce qui lui fait commettre des fautes dans ses coupes et ses restitutions246. Ensuite, il ne comprend pas que le personnage honoré est Démétrios de Phalère, car il restaure [Δηµόκρι]τος dans la lacune de la ligne 3. En revanche, il reconnaît justement en Phanostratos de Phalère le père de Démétrios de Phalère et date l’inscription, approximativement mais presque correctement, de l’époque d’Alexandre, d’après des critères phonologiques et prosopographiques.

  • 247 Cela le conduit par exemple à proposer « Kallikratès » pour le rogator, restitution trop courte.

210A. R. Rangabé est le premier à comprendre l’enjeu du document. Sa lecture du texte est incorrecte en bien des points et lui non plus ne voit pas qu’il s’agit d’un stoichedon247, mais il lit correctement -ios à la fin de l’onoma au début de la ligne 3, et restitue le nom de Démétrios, reconnaissant par là le bon destinataire du décret. Il tente en outre à la ligne 11 la restitution ἐπιµελητής, qui aura un grand avenir. Il va même jusqu’à supposer que le dème d’Aixônè a élevé une des nombreuses statues dédiées à la gloire du gouverneur, dont parlent Diogène Laërce et Dion Chrysostome. Ce rapprochement me paraît tout à fait pertinent, j’y reviendrai. Il ose en outre une datation précise, « la première année de gouvernement de Démétrius de Phalère (Ol. 115.4) », ce qui équivaut à l’année 317/6.

Contexte historique248

  • 248 Voir en dernier lieu Habicht 2006, p. 55-71.
  • 249 Sur le nombre des Athéniens privés de leurs droits politiques sous Antipater, voir E. Poddighe, Nel (...)

211Après la mort d’Alexandre, la plupart des cités grecques aspirèrent à se libérer de la tutelle macédonienne. Une coalition grecque se forma et prit les armes, mais cette entreprise se solda par un échec. Après cette guerre, dite guerre lamiaque ou guerre hellénique, remportée par les Macédoniens, Athènes fut « plus durement touchée » encore que par la défaite de Chéronée selon Chr. Habicht, car sa flotte fut anéantie, ce qui sonna la fin de sa puissance maritime. Elle perdit en outre Oropos et Samos. Antipater, le stratège pour l’Europe, exigea pour Athènes une capitulation sans condition, mais après négociations (auxquelles participa Démétrios de Phalère, comme nous le verrons), il se contenta d’imposer une garnison dans la forteresse de Mounychie au Pirée, ainsi qu’un cens fixé à 2 000 dr., faisant ainsi passer le nombre de citoyens de plein droit de 31 000 à 9 000 environ249. Beaucoup d’Athéniens, privés de leurs droits politiques, choisirent d’émigrer.

  • 250 Le mot figure dans IG II2 448, l. 61, 318 av. J.-C.

212Vers la mi-septembre 322, la garnison macédonienne s’installa à Mounychie. Haïe des démocrates, elle était le symbole de la mainmise étrangère sur la cité, et servait de garantie au nouveau régime. Ce dernier, même s’il était, aux yeux de ses partisans, un retour à la constitution ancestrale, fut rapidement considéré par les démocrates comme une oligarchie250. Les Athéniens les plus influents dans cette nouvelle configuration politique étaient Démade, rogator de nombreux décrets, et le stratège Phocion, reconduit plus d’une quarantaine de fois dans sa charge.

213Le peuple athénien, dans sa majorité, supportait de plus en plus mal la présence de la garnison macédonienne à Mounychie. Sous la pression de la population, Démade et son fils partirent en ambassade auprès d’Antipater, devenu régent suite au partage de Triparadeisos en 320, pour obtenir le retrait de la garnison. Lorsqu’ils arrivèrent à Pella, l’été 319, Antipater était mourant et c’est son fils Cassandre qui dirigea les pourparlers. Il fit exécuter les ambassadeurs, malgré leur statut.

214Antipater mourut peu de temps après. Il avait désigné comme successeur à la régence Polyperchôn, un vieux général macédonien. Cassandre, furieux, tenta alors de convaincre tous les commandants des garnisons établies en Grèce par son père de se mettre sous ses ordres ; à Athènes, il envoya Nikanor remplacer Ményllos à la tête de la garnison de Mounychie. Polyperchôn riposta en proclamant un diagramma au nom des rois Philippe Arrhidée et Alexandre IV, dans laquelle les Grecs étaient invités à se libérer de la tutelle imposée par Antipater et ses hommes et à retourner à la situation qui était la leur avant Alexandre. À Athènes, le peuple délibéra aussitôt pour savoir comment se débarrasser de Nikanor. À plusieurs reprises les Athéniens chargèrent Phocion d’intercéder auprès de ce dernier, afin que le diagramma soit appliqué, mais il préféra temporiser à chaque fois, car le commandant de la garnison était désormais quasiment son unique soutien. Il perdit ainsi la confiance du peuple. Nikanor avait entretemps réussi à mettre tout le Pirée sous son pouvoir grâce à une attaque surprise. La ville et le port étaient séparés, l’unité de la cité était brisée. La mère d’Alexandre, Olympias, intervint par un message ordonnant à Nikanor de quitter les lieux, mais il fit la sourde oreille, s’en remettant à Cassandre qui l’avait mis en place, lequel était à cette époque bien loin en Asie Mineure. Lorsqu’arriva le fils de Polyperchôn, Alexandros, avec une armée, les Athéniens virent briller l’espoir de récupérer le Pirée ; mais Phocion le convainquit de s’entendre avec Nikanor, et ce sans même accorder audience aux Athéniens. Phocion paya cher cette dernière erreur : au printemps 318, au mépris des normes légales, l’Assemblée condamna Phocion et ses partisans à mort, sur proposition d’Hagnônidès. Dans la ville d’Athènes, c’étaient désormais les démocrates radicaux, menés par ce dernier, qui avaient le pouvoir. La démocratie fut donc réinstaurée au printemps 318, et les magistrats traditionnels reprirent leur place au commencement de la nouvelle année civile début juillet. Mais, malgré le siège de Polyperchôn, Nikanor continuait à contrôler le port, et il se préparait même à remettre la place à Cassandre, qui devait arriver sous peu avec des forces armées d’Antigone ramenées d’Asie.

  • 251 Diodore, XVIII 68, 1-3 et 74, 1-3.

215Début 317, deux coalitions s’opposaient de part et d’autre de la mer Égée : d’un côté Polyperchôn avec les rois et Olympias, et ses alliés le satrape de Lydie Kléitos et Eumène, le représentant des intérêts royaux en Asie contre Antigone ; de l’autre côté le stratège pour l’Asie Antigone, Cassandre et le satrape de Thrace Lysimaque. Athènes était coupée en deux, la ville redevenue démocratique sous l’égide de Polyperchôn s’opposant au Pirée tenu par Cassandre. En février eurent lieu des combats auxquels prirent part les épilektoi, un corps d’élite de l’armée athénienne. Le camp de Polyperchôn subit plusieurs revers à partir de l’été 317 et l’homme fort s’avéra bientôt être Cassandre, auquel Antigone avait confié la guerre en Grèce. Cassandre se dirigea sans plus attendre vers Athènes, s’empara d’Égine, de Salamine et de la forteresse de Panakton. Polyperchôn subit encore une défaite à Mégalèpolis, encourageant les défections au profit de Cassandre. Sentant la fin de Polyperchôn proche, nombre d’Athéniens réclamaient désormais à l’Assemblée de traiter avec Cassandre. Des négociations furent alors entamées avec les citoyens du Pirée, notamment avec les partisans de Phocion qui s’y étaient réfugiés (parmi lesquels se trouvait Démétrios de Phalère), et avec les officiers de Cassandre qui y résidaient. Démétrios de Phalère, condamné à mort par contumace lors de la chute de Phocion, joua le premier rôle dans les négociations et obtint un accord avec Cassandre, qui fut conclu en été 317. Notons que le décret d’Aixônè constitue un témoignage primordial sur cet accord, et même le seul à côté du récit de Diodore251. La ville et le port étaient réunis à nouveau, Athènes acceptant de devenir l’alliée de Cassandre, mais la garnison du Pirée était maintenue « jusqu’à ce que cesse la guerre ». Pour le reste, Athènes gardait son autonomie dans les affaires intérieures, mais sous le contrôle d’un gouverneur mis en place par Cassandre, Démétrios de Phalère. Le régime politique restait officiellement une démocratie, mais un cens fut imposé, de 1 000 dr. cette fois-ci. Après la guerre en Asie, Cassandre restitua à Athènes son port, mais maintint une garnison dans la forteresse de Mounychie. Il partit lui-même en Macédoine où de graves conflits réclamaient sa présence.

Aixônè et Démétrios de Phalère

  • 252 Jones 2004, p. 111, renvoyant à nos documents 7 et 8.

216Il pourrait paraître surprenant, après ce petit résumé historique, qu’un dème athénien ait décidé d’honorer Démétrios, personnage imposé par le pouvoir macédonien, appuyé par une garnison à Mounychie et cautionnant un régime censitaire. Ce document est d’ailleurs un unicum, d’où la difficulté de combler les lacunes du texte. D’aucuns ont pensé qu’Aixônè avait des raisons particulières de se réjouir de la victoire de Cassandre : A. R. Rangabé avance que, vu la position géographique du dème, proche du Pirée, Aixônè était soumis à l’autorité de la garnison macédonienne qui y était implantée et que, au point de vue des Aixonéens, les ennemis étaient Polyperchôn et Alexandros : « Démétrius, ayant assumé le commandement général, et donné gain de cause aux oligarques, mit un terme à ces divisions dans un sens qui devait plaire aux Aexoniens ». A. R. Rangabé suppose en filigrane une majorité oligarchique à Aixônè, s’appuyant sur l’argument peu convaincant de la proximité géographique avec le Pirée ; mais rien dans nos sources ne vient confirmer l’existence de cette prétendue majorité oligarchique. Beaucoup plus récemment, N. F. Jones croit déceler dans notre inscription une insistance sur la chôra, sauvée par Démétrios des affres de la guerre, et pense que cela montre l’importance particulière que revêtaient pour les Aixonéens les pâturages et les champs, importance visible dans plusieurs documents du dème252. Certes, cette importance n’est pas à nier, mais elle n’est pas propre à notre dème ; si elle apparaît avec tant de clarté dans les inscriptions aixonéennes, c’est en raison de leur exceptionnelle abondance.

  • 253 Voir le commentaire sur l’andragathia ci-dessus, p. 100.
  • 254 Gauthier 1979, p. 354 n. 15, estime qu’aux l. 5-6 de notre décret il est fait allusion « à l’arrivé (...)
  • 255 Contra Gauthier 1979, p. 354-355 et n. 15, qui interprète les l. 8-10 de notre décret comme témoign (...)
  • 256 Gauthier 1979 a bien montré les graves troubles politiques, économiques, religieux et sociaux qu’en (...)
  • 257 IRham. 7, avec le commentaire de Chr. Habicht, « Divine Honours for King Antigonus Gonatas in Athen (...)
  • 258 Bull. ép. 1994, 299. I. Kralli, « The Date and Context of Divine Honours for Antigonos Gonatas – a (...)

217Pour comprendre les motivations des Aixonéens, le moyen le plus sûr est d’examiner les considérants du décret, même s’ils sont incomplets. Or, dans la partie conservée, il n’est nulle part question de victoire bienvenue des oligarques, ni même de bienfaits ne s’appliquant qu’aux Aixonéens. L’action pour laquelle Démétrios est récompensé s’est exercée, comme le texte du décret le dit clairement, à tous les Athéniens : la bonté générale de Démétrios253, son intervention en tant qu’ambassadeur qui permit de mettre fin à la guerre en Attique254, de réconcilier les Athéniens255 et de réunir la ville et le Pirée, sa bénéfique action de législateur. Les Aixonéens, en se mentionnant eux-mêmes dans leur décret à la suite des Athéniens, veulent simplement dire que, comme chaque Athénien, ils ont bénéficié des actions généreuses et salvatrices de Démétrios256 ; il ne faut pas supposer pour autant une action directe de ce dernier en faveur du dème d’Aixônè en particulier. On pourrait même penser que la décision d’honorer Démétrios émanait de la cité elle-même, et qu’ensuite certains dèmes ont pris l’initiative d’honorer eux aussi le gouverneur de la manière qui leur semblait la plus appropriée. Un parallèle intéressant est fourni par un décret de Rhamnonte, par lequel le dème décide de faire un sacrifice à Antigone Gonatas lors des Grands Némésia, car il a reçu les isotheoi timai de la cité257. Ph. Gauthier propose de dater le décret autour de 255, quand le roi retira sa garnison de la ville, restaurant ainsi d’une certaine manière la « liberté » des Athéniens258.

  • 259 Sur ce point, on trouvera toutes les informations nécessaires chez Habicht 2006, p. 71-84.

218Il n’y a pas lieu ici de revenir en détail sur l’activité de Démétrios durant sa décennie de gouvernement à Athènes259, puisque notre décret date très probablement du tout début de la période, comme nous le verrons. Relevons plutôt les actions de Démétrios pour lesquelles il est loué par les Aixonéens :

  • 260 Voir Thrams 2001, p. 49-54 et p. 72 ; P. Paschidis, Between City and King: Prosopographical Studies (...)
  • 261 Athénée, XII 542 f parle d’« amitié » entre les deux hommes.
  • 262 Diodore, XVIII 74, 1-3.
  • 263 Un parallèle partiel peut être trouvé dans le décret athénien honorant Eurykléidès de Kèphisia, qui (...)

2191) son action d’ambassadeur260 : l’ambassade évoquée dans les considérants de notre décret est naturellement celle de 317, mais il est à noter qu’en 322 déjà, Démétrios avait rempli cette fonction, notamment avec Démade, Phocion et Xénocrate, dans l’ambassade qui négocia la paix avec Antipater après la bataille de Crannon, négociations qui aboutirent à une constitution oligarchique et à l’installation d’une garnison à Mounychie ; résultat peu glorieux de prime abord, mais il s’agissait en réalité d’un moindre mal, car Antipater avait exigé au départ une reddition sans condition d’Athènes. Lors de la courte restauration de la démocratie en 318, Démétrios fut condamné à mort, mais y échappa en se réfugiant chez Nikanor, le commandant du Pirée mis en place par Cassandre. Il était donc tout désigné pour négocier la paix entre les factions opposées de la ville et du Pirée quand Cassandre, en position de force, fut approché par les Athéniens, et pour devenir l’agent de ce dernier à Athènes261. La récupération d’Athènes par Cassandre fut le fruit d’un intense débat politique et d’un compromis. Les Athéniens, ayant échoué à chasser la garnison macédonienne avec l’aide de Polyperchôn et d’Olympias, entrèrent en négociations avec Cassandre. Après un débat passionné à l’assemblée, il fut décidé d’envoyer une ambassade à ce dernier et d’« arranger les choses le mieux possible »262. Après une série de rencontres, une alliance fut conclue : Casssandre exigea le maintien de la garnison de Mounychie, et un cens de 1 000 dr. (deux fois inférieur au cens de l’oligarchie d’Antipater), mais la ville et le port furent à nouveau réunis263.

  • 264 Banfi 2010. Voir aussi M. Gagarin, « The Legislation of Demetrius of Phalerum and the Transformatio (...)
  • 265 Démétrios a écrit de nombreux ouvrages, notamment sur sa propre législation (« Περὶ τῆς Ἀθήνησι νοµ (...)

2202) son activité législative : elle a fait l’objet d’une récente monographie, à laquelle le lecteur pourra se reporter pour les détails264. Je me contenterai de rappeler quelques points. Démétrios, en bon élève de l’école péripatéticienne, était passionné par les questions politiques, constitutionnelles et législatives, à en juger par le nombre d’ouvrages qu’il leur a consacré, et il était devenu un expert en la matière265. Arrivé au pouvoir à Athènes, il n’a pas établi un nouveau code de lois, mais il a produit une série d’innovations législatives. Il n’est pas toujours évident de savoir si telle réforme est à lui attribuer ou remonte déjà à quelques années avant son arrivée à la tête de la cité. Il a en tout cas établi le régime censitaire exigé par Cassandre, des lois somptuaires qui ont notamment limité les excès des monuments funéraires et des banquets privés, le collège des gynéconomes, peut-être celui des nomophylakes, et il est probablement responsable de l’abolition de la chorégie comme nous l’avons vu précédemment. On ignore la date à laquelle ces réformes sont entrées en vigueur, et il n’est pas certain qu’elles l’aient toutes été au même moment. Il semble en tout cas que l’essentiel de ses réformes, si ce n’est l’intégralité, a été introduit au tout début de son gouvernement, j’y reviendrai dans la prochaine section.

  • 266 SEG XXV 206. Comme le note Habicht 2006, p. 420-421 n. 48, on ne peut pour le moment déterminer ave (...)
  • 267 Nos sources parlent généralement de 300 ou 360 statues ; on trouve même chez Favorinus d’Arles le c (...)
  • 268 Diogène Laërce, 5, 77. Voir von den Hoff 2003 : parmi les statues honorifiques dédiées par la Boulè(...)
  • 269 Les statues de bronze accordées publiquement en très grand nombre au gouverneur gagnent à être mise (...)

221Il n’y a donc aucune raison de penser que le dème d’Aixônè fut le seul à honorer Démétrios de Phalère. Il n’en reste pas moins que l’on ne dispose d’aucun parallèle à ce décret, à part peut-être une inscription du dème de Sphettos gravée sur une base de statue266. Comment expliquer que l’on ait si peu de témoignages ? Les sources littéraires nous apprennent que Démétrios, après sa chute en 307, a subi une damnatio memoriae, au point que, sur les quelque 360 statues dont le peuple l’avait gratifié267, on n’en laissa subsister qu’une, celle de l’Acropole268. Dans un tel contexte, il ne serait pas étonnant de ne trouver qu’un si petit nombre d’inscriptions témoignant de la reconnaissance des dèmes envers le gouverneur269.

  • 270 Voir A. Bardelli, « La rappresentazione letteraria di Demetrio Falereo nella tradizione storiografi (...)
  • 271 Ces critiques furent écrites quelque temps après la chute de Démétrios, car elles font référence au (...)

222Démétrios fut donc de ces personnages publics qui suscitèrent autant l’admiration que la haine. Les sources littéraires montrent bien l’ambivalence des sentiments à son égard270 : certains auteurs, tardifs, le taxent de tyran (Pausanias, Plutarque) ; d’autres, contemporains, dénoncent son mode de vie scandaleux et sa soumission à un maître étranger (Démocharès, Douris de Samos)271 ; d’autres soulignent au contraire les aspects positifs de son gouvernement, notamment dans les domaines économique et législatif (Diodore, Diogène Laërce). Durant la décennie démétrienne, la cité vécut une période de paix et de prospérité comme elle n’en avait plus connu depuis longtemps. Certes, elle participa à diverses entreprises de Cassandre contre ses ennemis (en 315/4 dans les Cyclades, en 314 à Lemnos, en 313 à Oréos en Eubée), mais jamais la guerre ne se porta jusque sur son territoire. Malgré tout, l’autorité de Démétrios restait insupportable aux yeux des démocrates, car c’était la domination d’un seul citoyen sur ses semblables, mis en place par un général macédonien et soutenu par une garnison étrangère stationnée sur le sol attique. Quand Démétrios Poliorcète et son père Antigone libérèrent Athènes en 307 et permirent le retour à la démocratie, ils furent considérés comme des sauveurs et récompensés par des honneurs autrefois réservés aux dieux.

La lacune de la ligne 11

223Elle compte parmi les lacunes épigraphiques qui ont fait couler le plus d’encre. Nombre de restitutions ont été proposées depuis la première édition du texte : épistatès, prostatès, épimélètès, stratègos, nomothétès. Il est inutile de revenir sur chacune d’elles, déjà discutées d’excellente manière par S. Dow et A. H. Travis dans leur important article de 1943. Arrêtons-nous cependant sur trois propositions récurrentes dans les diverses éditions de cette inscription : épimélètès, stratègos, nomothétès.

  • 272 E.g. Tracy 1995, p. 45-46 ; V. Charamis, « Δηµήτριος Φαληρεύς ο φιλόσοφος και τύραννος », Platon 55 (...)

224La restitution épimélètès est celle qui compte le plus d’adhérents. Elle étonne à première vue, car elle ne respecte pas le stoichedon. Il faut dire que le premier à l’avoir proposée, A. R. Rangabé, n’avait pas remarqué l’agencement régulier du texte. Malgré cela, les exégètes postérieurs ont maintenu cette restitution, même après avoir reconnu le stoichedon272. Cet argument épigraphique, le non respect du stoichedon, est contourné par A.Wilhelm, lequel invoque le précédent de la ligne 6, où un iota a été interfilé dans le mot χωρισθέντων. Il est toujours gênant de supposer un iota interfilé précisément là où cela nous arrange, c’est pourquoi cette proposition suscite d’emblée le doute, même si l’on ne peut la rejeter sur cette seule base.

  • 273 « […] et on nommerait épimélète de la cité un Athénien, celui qu’il plairait à Cassandre. Démétrios (...)
  • 274 On considère généralement que la source principale du livre XVIII de Diodore est Hiéronymos de Card (...)
  • 275 Lykiskos : Diodore, XIX 36, 5. Hiéronymos : Plutarque, Démétrios 39 ; voir J. Hornblower, Hieronymu (...)

225Cette restitution tire sa légitimité d’un passage de Diodore de Sicile : [...] καταστῆσαι δ’ ἐπιµελητὴν τῆς πόλεως ἕνα ἄνδρα Ἀθηναῖον ὃν ἂν δόξῃ Κασάνδρῳ· καὶ ᾑρέθη Δηµήτριος ὁ Φαληρεύς273. Les partisans de la restitution épimélètès le comprennent ainsi : Démétrios de Phalère a été choisi par Cassandre (ὃν ἂν δόξῃ Κασάνδρῳ) et élu (ᾑρέθη) par l’Assemblée des Athéniens au poste d’épimélète de la cité. Mais est-ce bien ainsi qu’il faut comprendre ce passage ? La première phrase et celles qui précèdent sont tirées de ce qui semble être le texte même du traité entre Cassandre et le peuple athénien, car le vocabulaire utilisé par le compilateur correspond tout à fait à ce que l’on attend d’un tel document ; Diodore l’aurait simplement résumé et légèrement modifié pour les besoins de la transcription littéraire274. Le traité ordonnait donc, entre autres, l’établissement d’un épimélète de la cité, choisi par Cassandre parmi les citoyens athéniens. Notons que cette façon de faire a été pratiquée en d’autres endroits du monde grec, par Cassandre lui-même ou par d’autres chefs macédoniens : en 317 ou peu après, Cassandre dépêcha en Épire le Macédonien Lykiskos comme épimélète et stratège ; vers 294, Démétrios Poliorcète désigna l’historien Hiéronymos de Cardia comme épimélète de toute la Béotie275. Mais dans le décret d’Aixônè, il est précisé que c’est le peuple des Athéniens qui a élu Démétrios de Phalère au poste que nous cherchons à connaître. Ce dernier n’est donc pas à traquer parmi les institutions macédoniennes, mais parmi les institutions athéniennes ; or, la charge d’épimélète de la cité n’est en aucun cas une magistrature athénienne.

  • 276 Heuss 1937, p. 53, et plus récemment Lehmann 1997, p. 62 (en nuançant son propos à la note 75), ont (...)

226La seconde phrase de l’extrait de Diodore, καὶ ᾑρέθη Δηµήτριος ὁ Φαληρεύς, ne faisait évidemment pas partie du traité. Il s’agit d’un complément d’information apporté par l’historien. Or, le sens du verbe αἱρεῖσθαι peut certes signifier « être élu » (c’est d’ailleurs le sens précis que l’on trouve généralement dans les inscriptions officielles athéniennes), mais chez Diodore il signifie simplement « être choisi ». Le verbe αἱρεῖσθαι n’a donc pas ici le sens technique que l’on trouve dans le décret d’Aixônè276.

  • 277 Le terme d’épimélète est un fourre-tout désignant toutes sortes de charges. Plus qu’un poste précis (...)

227Cet extrait de Diodore n’est donc pas pertinent pour compléter la lacune de l’inscription d’Aixônè et a mené nombre de chercheurs sur une fausse piste. De plus, si le mot épimélètès avait figuré dans notre décret, le rédacteur aurait précisé dans quel domaine Démétrios était épimélète, conformément à la pratique athénienne277.

228Si l’on peut admettre sans peine que Cassandre ait ordonné l’institution d’un épimélète de la cité choisi par ses soins, comme il l’a fait ailleurs, on ne peut admettre que les Athéniens affirment dans leurs inscriptions officielles avoir élu un homme à un poste non constitutionnel, et de surcroît d’inspiration macédonienne.

  • 278 Cette hypothèse est soutenue par G. de Sanctis, « Contributi alla storia ateniese della guerra lami (...)
  • 279 Polyen, IV 7, 6 ; IG II2 2971 (IÉleusis 195).
  • 280 Tracy 1994, résumé dans Tracy 1995, p. 43.
  • 281 Davies 1971, no 3455 ; Gehrke 1978 ; Cl. Mossé, « Démétrios de Phalère : un philosophe au pouvoir ? (...)
  • 282 Tracy 1994.
  • 283 Diodore, XX 45, 2.

229L’hypothèse de la restitution stratègos me paraît bien plus sérieuse278 : elle respecte le stoichedon, et surtout, elle propose une magistrature toute athénienne, et élective, ce qui correspond à l’utilisation du verbe αἱρέω. Les partisans de cette hypothèse s’appuient sur un passage de Polyen, et en particulier sur une inscription émanant d’Éleusis gravée sur une base de statue honorifique en marbre, deux documents attestant l’exercice de la stratégie par Démétrios de Phalère279. Mais, depuis quelques décennies, l’analyse paléographique de S. V. Tracy a démontré que l’inscription d’Éleusis était à dater aux environs de 250, et qu’elle honorait en réalité le petit-fils homonyme de Démétrios de Phalère280. Reste Polyen, désormais la seule source à mentionner la stratégie de Démétrios, témoignage que l’on n’a cependant aucune raison de réfuter. Cet auteur n’évoque la stratégie de Démétrios que pour l’année 308/7 ; on ne peut en déduire qu’il a exercé cette charge pendant la majeure partie de son gouvernement, comme voudraient le croire certains chercheurs281. À l’opposé, S. V. Tracy va peut-être trop loin quand il nie même que le Phalérien ait jamais été stratège282 : il invoque pour cela le fait que Démétrios n’opposa aucune résistance armée quand le Poliorcète prit la ville en 307, mais ce n’est pas ce que dit Diodore283.

  • 284 Après avoir pourtant rencontré un écho favorable auprès de J. et L. Robert (Bull. ép. 1944, 72). El (...)
  • 285 SOD, no 20 B.
  • 286 E.g. Plutarque, Aristide 27, 5 (à propos de la mère et de la tante d’un certain Lysimaque, petit-fi (...)
  • 287 Tracy 1995, p. 45 et n. 55, citant tout de même un décret de 332/1 (IG II3 348, l. 11) où Phanodèmo (...)
  • 288 Sur les nomothètes athéniens au ive s., voir U. Kahrstedt, « Die Nomotheten und die Legislative in (...)
  • 289 Pour une énumération des nomothètes fameux, parmi lesquels figurent évidemment Dracon et Solon, voi (...)
  • 290 Comme le montre bien O’Sullivan 2009 dans son chapitre 2, p. 45-103.

230La suite de notre décret, certes en grande partie restituée mais dont le contenu est assuré, a donné naissance à la troisième hypothèse de restitution évoquée plus haut, à savoir nomothétès. Il y est question en effet de l’activité législative de Démétrios, c’est pourquoi S. Dow et A. H. Travis, les premiers, ont proposé de combler la fameuse lacune du début de la ligne 11 avec la fonction de nomothète. Cette hypothèse n’a pas rencontré un grand succès dans l’immédiat284, probablement parce que, contrairement aux deux hypothèses exposées précédemment, aucune source littéraire ne parle de Démétrios en tant que nomothète, à part un chroniqueur byzantin de la seconde moitié du viiie et du début du ixe s., Georges le Syncelle, lequel fait de Démétrios le troisième nomothète d’Athènes285. Pourtant, comme l’ont bien souligné S. Dow et A. H. Travis, il existe tout un faisceau de sources littéraires évoquant Démétrios dans son activité de législateur, trop nombreuses pour être discutées ici286. S. V. Tracy rejette tout de même la restitution nomothétès car, selon lui, il n’y a aucune attestation épigraphique indubitable pour le titre de nomothète au singulier287. Il est vrai que dans les institutions athéniennes du ive s., on ne trouve qu’une commission de nomothètes, désignée ad hoc par le peuple dans le cadre d’une révision des lois288. Pour autant, la fonction assumée par Démétrios ne doit pas être confondue avec ces nomothètes-là : ces derniers sont pris parmi les héliastes, par tirage au sort probablement, et agissent de façon collégiale ; ils se prononcent sur des lois déjà existantes, qu’il faut maintenir ou abroger, et sur les propositions de nouvelles lois. Ce ne sont pas forcément eux qui proposent les nouvelles lois, contrairement au nomothète unique, qui est, littéralement, « celui qui établit les lois », à la manière d’un Dracon ou d’un Solon289. Cette charge devait avoir à Athènes un parfum d’archaïsme, ce qui ne déplaisait sans doute pas à Démétrios, dont plusieurs réformes s’inscrivaient dans la lignée de ces illustres modèles290.

  • 291 Voir O’Sullivan 2009, chap. 3 p. 105-163. Aucun changement institutionnel n’est visible dans le pré (...)
  • 292 Voir Williams 1987 ; Banfi 2010, p. 111-115. Mais Tracy 1995, p. 36-51, suggère que Démétrios a trè (...)
  • 293 Un cas comparable est le décret honorifique IRham. 8 (258/7 ?), où il est dit qu’Apollodôros d’Otry (...)

231On sait que sous le gouvernement de Démétrios, les institutions de la cité continuèrent de fonctionner à peu près normalement291, mais il est clair que des entorses aux règles démocratiques ont été commises, dont l’élection de certains magistrats au lieu du tirage au sort. C’est sans doute par ce moyen que Démétrios a pu accéder à l’archontat, magistrature par ailleurs tout à fait régulière292. Pour élaborer les lois dont il avait l’idée, il était nécessaire que Démétrios soit investi par le peuple de ce pouvoir et reçoive donc la charge de nomothète. Sous ce régime oligarchique modéré, c’est l’Assemblée qui a élu Démétrios aux fonctions qu’il avait besoin d’exercer pour agir dans tel ou tel domaine : l’archontat, la stratégie, et, dans le cas qui nous intéresse, la nomothésie. À plusieurs reprises à l’époque hellénistique, le peuple athénien a dû avaliser le choix d’un souverain étranger en nommant son champion à un poste important293.

  • 294 Contra Bayliss 2011, p. 77-84, qui n’hésite pas à qualifier le Phalérien de tyran. Son analyse du r (...)

232Par conséquent, la restitution nomothétès me semble préférable, car elle est la seule à respecter les contraintes épigraphiques, le contexte du document, les règles d’expression des décrets et les institutions athéniennes. C’est donc en vain que l’on cherche dans nos sources la mention du titre officiel de Démétrios durant ses dix années de gouvernement à Athènes, car il n’en avait tout simplement pas : son autorité s’est toujours exercée à travers des fonctions tout à fait légales (nomothésie, archontat et stratégie), fonctions qu’il a occupées à chaque fois de manière temporaire, comme il était de rigueur294. C’est seulement aux yeux du pouvoir macédonien que Démétrios était « épimélète de la cité ».

La date du décret

  • 295 Archontat de Dèmogénès, FGrH 239 B 13 : ... ὅτε Δηµήτριος νόµους ἔθηκεν Ἀθήνησιν, ἔτη ΙΙΙ, ἄρχοντος (...)
  • 296 Diodore, XIX 61, 3-4. Sur la chronologie problématique des événements, voir A. Meeus, « Diodorus an (...)
  • 297 C’est le cas de Lemnos, Imbros et probablement Skyros, voir N. Salomon, Le clerouchie di Atene (199 (...)
  • 298 Diodore, XIX 75, 77, 78.
  • 299 Diodore, XIX 78, 4.

233Afin d’affiner la datation du décret dans la fourchette chronologique déterminée par les années de gouvernement de Démétrios (317-307), on doit procéder par déduction des événements évoqués par le décret lui-même et par ce que l’on sait par ailleurs du contexte historique général de l’époque. Un terminus post quem est fourni par la date de l’activité législative de Démétrios, donnée par la Chronique de Paros en 317/6295, mais il faut relever que d’autres actions étaient encore mentionnées dans la partie perdue des considérants. Il est très probable que le décret honorifique d’Aixônè ait été promulgué au début du mandat de Démétrios, car la situation extérieure se dégrada bien rapidement, affaiblissant l’autorité de Cassandre et, conséquemment, celle de son gouverneur à Athènes. La proclamation d’Antigone à Tyr en 315 selon laquelle tous les Grecs devaient être libres, autonomes et exempts de garnison296, n’a pas eu de conséquences sur la politique officielle des Athéniens, puisque la cité participa cette année et les années suivantes aux expéditions de Cassandre contre ses ennemis. Mais, suite à cette proclamation, plusieurs possessions insulaires athéniennes quittèrent le giron athénien pour entrer dans celui d’Antigone297. En 314, Antigone déclara Délos indépendante, ce qui marqua la fin de la tutelle athénienne sur l’île. Ces événements ont dû porter un coup sévère à la crédibilité de Cassandre aux yeux des Athéniens, d’autant plus qu’Antigone ne s’arrêta pas là : il renforça sa pression sur Cassandre en envoyant en Grèce son neveu Polémaios à la tête d’une flotte de 150 vaisseaux ; en 312, il conquit l’Eubée, ainsi qu’Oropos, se rapprochant ainsi dangereusement d’Athènes298. D’après Diodore, certains Athéniens avaient déjà auparavant envoyé en secret à Antigone une délégation l’exhortant à libérer leur ville, sans doute encouragés par la proclamation de Tyr. Au moment où Polémaios se trouvait aux portes de l’Attique, les Athéniens proantigonides prirent confiance : ils contraignirent Démétrios à conclure un armistice et à envoyer des ambassadeurs pour négocier un traité avec Antigone299. Cet épisode est le premier qui nous soit connu où l’autorité de Démétrios a été sérieusement ébranlée par le peuple ; il fournit un terminus ante quem à notre décret.

  • 300 Humphreys 2004, p. 192 n. 162 pense que le texte date de 317 environ ou un peu plus tard vers 315-3 (...)

234Le décret d’Aixônè date donc très probablement du début de la décennie démétrienne, peut-être de 316/5, juste après la nomothésie de Démétrios, et avant que l’autorité de Cassandre et de son gouverneur ne soit remise en cause300.

235Nous avons vu jusqu’à maintenant essentiellement l’action collective et locale des démotes dans la vie publique, par l’étude de quelques décrets honorifiques qu’ils ont promulgués. Nous allons nous intéresser maintenant à l’activité politique des Aixonéens en dehors de leur dème, au niveau de la cité. Pour plus de précisions sur chacun des personnages, le lecteur se reportera à la prosopographie mise en annexe IV.

La présence aixonéenne dans la vie civique

  • 301 Les familles d’Herméias et de Stéphèphoros fournissent tous les bouleutes d’Aixônè de l’année 182/3 (...)

236Comme tous les citoyens, les Aixonéens étaient représentés au sein de la Boulè, participaient aux réunions de l’Assemblée, exerçaient des magistratures et des liturgies pour lesquelles ils avaient été tirés au sort ou élus, envoyaient leurs jeunes gens au service de l’éphébie. Le hasard a voulu que leurs noms soient conservés en grand nombre dans les documents qui permettent de repérer les démotes, à savoir essentiellement les listes de bouleutes, de prytanes, de diaitètes, d’éphèbes. Ainsi, la présence aixonéenne dans la vie civique est forte et ce encore à l’époque impériale, où l’on voit par exemple deux familles exercer plusieurs charges de bouleutes dans le dernier tiers du iie s. apr. J.-C.301.

  • 302 Hansen 1983 suppose que les prytanes qui n’avaient pas de logement en ville bénéficiaient de l’hosp (...)
  • 303 Hansen 1986, p. 58-60. Larsen 1966, p. 11 et Rhodes 1972, p. 4-6 avaient déjà conclu à une surrepré (...)

237Certes, il est souvent bien difficile de savoir si ces démotes actifs au niveau civique résident encore dans leur dème d’origine, ou ont du moins gardé un lien avec ce dernier. Toutefois, certaines activités civiques supposent au préalable une forte influence des individus dans leur dème, avec lequel ils devaient entretenir des rapports étroits. C’est le cas de la fonction de bouleute : en effet, le candidat était sélectionné par son dème, probablement sur une liste de démotes aptes à endosser ces responsabilités. Cette charge supposait d’avoir suffisamment de fortune pour pouvoir vivre en ville pendant toute une année, ou du moins s’y déplacer très souvent, pour participer aux fréquentes réunions du Conseil et exercer la prytanie pendant un peu plus d’un mois302. M. H. Hansen a calculé que sur les 168 bouleutes des listes du ive s., 15 sont triérarques ou appartiennent à une famille ayant fourni un ou plusieurs triérarques303. Parmi les bouleutes, il y a donc une proportion de riches supérieure à ce qu’elle devrait être si les bouleutes représentaient exactement la société athénienne. M. H. Hansen en déduit que les candidats devaient se porter volontaires, il n’y avait pas de tirage au sort dans les dèmes parmi tous les démotes.

  • 304 M. H. Hansen, « Rhetores and Strategoi in Fourth-Century Athens », GRBS 24 (1983), p. 151-180 et i (...)
  • 305 Hansen 1986, p. 5-7 a calculé qu’au ive s., l’Ekklèsia se réunit 40 fois par an, la Boulè environ 2 (...)
  • 306 E.g. Démosthène de Paiania avait une maison au Pirée et une à Athènes (Dinarque, 1, 69 ; Eschine, 3 (...)
  • 307 Voir ibid., p. 235 n. 22. Les cas qu’il cite ne semblent pas pertinents : il n’est pas sûr que l’am (...)

238Comment concilier résidence dans un dème rural et activité civique ? M. H. Hansen a étudié, dans deux articles parus la même année, la répartition de l’activité politique civique au ive s. entre les trois zones géographiques de l’Attique (Asty, Mésogée, Paralie)304. Il s’est fondé sur trois types de sources : les listes bouleutiques, les plaquettes d’héliastes et les informations prosopographiques glanées sur les orateurs (proposants à l’Assemblée et au Conseil, accusateurs, défenseurs ou synégores dans les procès publics), les ambassadeurs et les stratèges. Il obtient les chiffres suivants : 23-26 % des citoyens mentionnés sont originaires de dèmes de l’Asty, 36-42 % de la Paralie, 35-38 % de la Mésogée. L’Asty est donc moins représentée que les deux autres régions et il y a une forte participation des citoyens de la campagne. Ces chiffres ne révèlent certes rien sur le lieu de résidence des démotes, mais vu la fréquence des réunions des assemblées et des tribunaux305, M. H. Hansen en déduit que beaucoup de citoyens ont déménagé de la campagne vers la ville dans le courant de l’époque classique, et que ceux qui n’habitaient pas trop loin de la ville n’hésitaient pas à se déplacer très souvent. Il observe encore que les orateurs et les stratèges habitaient certainement en ville ou au Pirée de manière permanente ou du moins pour un long moment, car ils étaient constamment impliqués dans la vie politique. Les données prosopographiques que l’on possède sur certains d’entre eux, ainsi que l’emplacement de leur pierre tombale (dans ou près de la ville), le confirment selon lui306. Plusieurs familles aixonéennes, pour lesquelles on ne connaît aucun lien apparent avec le dème, comme celles de Lachès, Chabrias ou Léôn-Kichèsias, entrent dans ce schéma ; nous les examinerons plus en détail dans la prochaine section. M. H. Hansen ajoute que les exemples de citoyens politiquement actifs au niveau de la cité et qui ont été enterrés dans leur dème rural d’origine sont rares307 ; il faut cependant préciser que la provenance des monuments funéraires d’Athéniens politiquement actifs au niveau civique est rarement assurée, le savant danois n’en connaît lui-même qu’une douzaine d’exemples. Quoi qu’il en soit, il n’y aurait là certes pas la preuve d’une résidence permanente ni même temporaire de ces individus dans leur dème d’origine, mais au moins d’un attachement fort à la terre des ancêtres.

  • 308 Astyphilos : LGPN, s.v. no 5 ; Euboulidès : LGPN, s.v. no 15 ; Moiroklès : LGPN, s.v. no 1. Kellogg(...)
  • 309 Un autre cas possible est celui de l’Aixonéen Kallikratès fils de Glaukôn, honoré par son dème prob (...)

239M. H. Hansen constate que l’on a très peu d’exemples de démotes actifs tant dans leur dème que dans la cité comme orateurs ou stratèges : il cite les exemples d’Astyphilos fils de Philagros d’Halai, d’Euboulidès fils d’Antiphilos d’Halimonte, et de Moiroklès fils d’Euthydèmos d’Éleusis308. En ne considérant pas uniquement les orateurs et les stratèges, deux exemples aixonéens montrent peut-être que des activités civiques ne sont pas incompatibles avec un engagement important dans les affaires du dème : ainsi Léôphilos fils d’Eudikos, syndikos dans son dème dans la seconde moitié du ive s. (1), et présent dans une liste de citoyens classés par tribus et par dèmes à la même époque ; sur la même liste figure Dèmokratès fils d’Euphilètos, lequel s’est en outre distingué comme chorège à Aixônè (2, 326/5)309.

  • 310 Hansen 1983.

240On peut penser que la proximité géographique d’un dème avec l’asty facilitait l’interaction entre les deux. M. H. Hansen souligne que les Anciens ne considéraient pas les longs trajets à pied de la même manière que les personnes vivant dans les sociétés occidentales contemporaines310 : selon lui, il est tout à fait imaginable qu’un démote ait marché deux à trois heures deux fois par jour pour aller et venir en ville. C’est exactement le temps de parcours qu’un Aixonéen devait accomplir pour se rendre à Athènes, son dème se trouvant à une douzaine de kilomètres de la ville.

  • 311 Voir infra, p. 347-350. Le lieu de résidence joue certes un rôle important dans la participation de (...)

241Ainsi, une distance importante entre un dème et la ville pouvait rendre difficile une participation assidue des démotes à la vie politique civique, et inciter ceux qui étaient amenés à remplir des charges civiques chronophages à déménager à Athènes311. Aixônè était en tout cas suffisamment proche de la ville pour permettre à ses habitants de faire l’aller-retour en une journée ; cela explique peut-être en partie pourquoi la vie politique locale a été aussi active, du moins au ive s., alors que les Aixonéens étaient bien présents dans les institutions et assemblées civiques.

  • 312 La grande majorité des concessionnaires de mines appartiennent à la classe liturgique, voir Shipton(...)
  • 313 Voir p. 338-342 et la conclusion p. 359.
  • 314 Au milieu du ive s., la classe liturgique est composée de 1 200 citoyens (Isocrate, 15, 145 ; Démos (...)

242Tout comme les chorèges locaux, certains démotes ont exercé des activités supposant un niveau de vie nettement supérieur à la moyenne, mais cette fois en dehors de leur dème d’origine : c’est le cas par exemple de Télésarchos, concessionnaire d’une mine dans le Laurion en 367/6312. Ou encore Philippos, créancier de la somme vertigineuse d’un talent d’après une borne hypothécaire dressée au Dipylon à Athènes (11). Plusieurs Aixonéens apparaissent dans les listes de triérarques ou dans les listes de contributeurs dans le cadre d’une épidosis. On a pensé souvent qu’Aixônè comptait des démotes particulièrement riches, en raison du grand nombre d’inscriptions officielles qui y ont été érigées ; mais c’était surtout un dème à forte population démotique313, il est donc normal que l’on trouve dans nos sources plus d’Aixonéens parmi les liturges que de citoyens issus de dèmes moins populeux. Rien ne permet de penser que nos démotes aient été spécialement fortunés : parmi les 223 Aixonéens calatogués par J. Kirchner dans Prosopographia Attica, 11 figurent dans l’index I de l’Athenian Propertied Families de J. K. Davies. Cela ne fait guère qu’une proportion de 5 %, ce qui est conforme à la moyenne athénienne314. La nouvelle prosopographie que j’ai établie (annexe IV) confirme cette estimation.

  • 315 Il est possible que l’Aixonéen Amynandros (voir annexe IV, s.v.), vu son onoma, ait lui aussi fait (...)
  • 316 Sur ces associations, voir supra, p. 12 n. 26.

243Notons pour terminer que des Aixonéens sont aussi décelables dans certaines associations : ainsi, Kichèsias V, membre du génos des Kérykes ; ou encore Alexandros fils d’Eutychidès, membre du génos des Amynandrides, qui dessert le culte de Cécrops, héros éponyme de la septième tribu à laquelle appartient notre dème315 ; Kléippos fait partie des orgéons de la Grande Mère au Pirée, et Satyros de ceux de la Déesse Syrienne ; un Aixonéen anonyme, fils d’Aristodèmos, est membre des Asklépiastes, adorateurs du dieu médecin. Ces associations sont intéressantes car elles mêlent en leur sein des individus issus de dèmes différents, qui se réunissent régulièrement, pour des raisons cultuelles essentiellement ; à côté des dèmes, elles contribuent elles aussi pour beaucoup à la définition de l’identité de l’Athénien316.

244Passons maintenant à quelques portraits d’Aixonéens et de leur famille, que nos sources permettent de suivre sur plusieurs générations, ou qui se distinguent par leur destin hors du commun.

Quelques études de cas

Lachès (I), stratège durant la guerre du Péloponnèse317

  • 317 H. Swoboda, RE XII 1 (1924), s.v. « Laches » no 1, col. 336-338 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p.  (...)
  • 318 Il a été au moins trois fois stratège entre 427 et 418 (427/6, 426/5, 418/7), peut-être aussi en 42 (...)
  • 319 Il est fait allusion à ce procès de manière parodique dans Aristophane, Guêpes 240-244 et 891-1008.

245Lachès I fils de Mélanôpos I d’Aixônè a été, comme son co-démote Chabrias dont il sera question plus bas, un acteur de premier plan dans une période clé de l’histoire athénienne. Élu stratège à plusieurs reprises318, il apparaît dans les sources littéraires comme un militaire courageux, suivant les opinions pacifistes de Nicias et ennemi farouche des démagogues. Il dirigea notamment la première expédition de Sicile pendant deux ans, de 427 à 425, puis il fut remplacé dans sa charge de stratège. On sait qu’il a été cité en justice : Cléon l’accusait vraisemblablement de malversation lors de la campagne de Sicile, mais il fut innocenté par le tribunal319.

  • 320 Traité avec Halieis : IG I3 75, l. 4. Armistice entre Sparte et Athènes : Thucydide, IV 117, 11-14. (...)

246Lachès participa aussi activement aux affaires politiques de la cité. La même année, en 424/3, il proposa deux décrets : un traité avec Halieis, et un armistice entre Sparte et Athènes. Il figure parmi ceux qui prêtèrent serment lors de la paix de Nicias en 422/1320. Il mourut en 418, à la bataille de Mantinée.

  • 321 Platon, Lachès. Voir aussi Banquet 221 a.

247Cette figure politique et militaire majeure de la guerre du Péloponnèse nous est essentiellement connue par Thucydide. Mais un dialogue de Platon, auquel Lachès donna son nom, nous apprend qu’il était un ami de Socrate, avec lequel il avait combattu lors de la bataille de Délion en 424. Dans le dialogue philosophique, le stratège discute avec Socrate du sens de la vaillance321.

  • 322 Lachès II fut taxiarque en 394/3, voir Lysias, 3, 45. Démosthène, C. Timokratès (24), 126 mentionne (...)

248On peut suivre sa famille sur six générations, ce qui est exceptionnel. Parmi ses descendants, deux au moins poursuivirent comme lui une carrière militaire : son fils Lachès II et son petit-fils Lachès III322.

  • 323 IG II2 145, l. 12. À Athènes, les proposants des décrets probouleumatiques devaient être membres du (...)
  • 324 Sparte : Xénophon, Helléniques VI 3, 2. Égypte : Démosthène, C. Timokratès (24), 127. Carie : ibid.(...)
  • 325 Démosthène, C. Timokratès (24), 127.
  • 326 Plutarque, Démosthène 13, 3.
  • 327 Aristote, Rhét. I 14, 1374 b 25.
  • 328 Kassel-Austin, Poetae Comici Graeci II, frag. 41 = Athénée, XII 553 d.
  • 329 Démosthène, C. Lacritos (35), 6, où ils apparaissent comme amis du plaignant Androklès ; Harpocrati (...)

249Un autre de ses petits-fils, Mélanôpos II, est connu pour avoir été actif dans les assemblées civiques, tout comme son grand-père : il proposa un décret probouleumatique en 364/3 honorant les hérauts Euklès et Philoklès323. Il a servi à plusieurs reprises comme ambassadeur : en 371 à Sparte pour négocier la paix, en Égypte à une date inconnue et en 355/4 auprès du satrape Mausole de Carie324. Lors de cette dernière mission, les ambassadeurs auraient capturé un navire marchand égyptien au large de Naukratis et gardé l’argent qu’il contenait ; ils ont été cités en justice pour cela à leur retour à Athènes. Lors du procès, Démosthène énuméra la longue liste des crimes de Mélanôpos et le qualifia de malhonnête (ponèros) et voleur (kléptès). Il rappela qu’il avait déjà été condamné à Athènes pour trahison et pour détournement de fonds lors de sa mission à Sparte ; il l’accusa encore de prévarication lors de son ambassade en Égypte, et même d’avoir dépouillé ses frères325. Mélanôpos est en effet connu par d’autres sources encore pour sa vénalité, dont il a fait preuve en plusieurs occasions : selon Plutarque, il avait la réputation de retourner sa veste facilement en politique pour peu qu’on lui versât de l’argent326 ; il aurait été un jour accusé de détournement de fonds sacrés327. Son opportunisme a fait l’objet des moqueries du poète Anaxandridès vers 370328. Sa fille a épousé Diophantos de Sphettos, homme politique influent qui joua un rôle clé dans l’administration des finances de la cité. Le couple eut deux fils : Thrasymèdès II et Mélanôpos III, adultes dans les années 340329.

  • 330 Démosthène, Lettres 3, 24-26. B. D. Meritt, Hesperia 16 (1947), p. 152 no 44, suivi par Whitehead 1 (...)

250Le fils de Mélanôpos II, Lachès IV, a lui aussi eu des démêlés avec la justice athénienne. Il est connu pour avoir échappé à une condamnation du tribunal de la cité grâce à l’intervention épistolaire d’Alexandre lui-même ; on ne sait exactement ce dont il était accusé, mais il semble qu’il s’agissait d’une affaire de dettes qu’il aurait héritée d’un ancêtre330 ; ce dernier était peut-être son père Mélanôpos II, qui avait accumulé les arriérés financiers durant sa vie.

Lysis (II), disciple de Socrate331

  • 331 Davies 1971, p. 359-361 (avec stemma) ; Stroud 1984 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 187-188.
  • 332 Voir Davies 1981, p. 98-105 sur l’élevage des chevaux et les concours hippiques. Un Athénien élevan (...)
  • 333 Maxime de Tyr, Dissert. 18, 4, 14 ; Diogène Laërce, 2, 29, où il est dit que Socrate avait rendu so (...)

251Le jeune Lysis est le héros du dialogue homonyme de Platon, que l’on place à la fin du ve s. Socrate le décrit comme un jeune homme qui mérite le qualificatif de καλὸς καὶ ἀγαθός. Le dialogue se déroule à la palestre, où Socrate rencontre un groupe de jeunes gens qui se moquent d’Hippothalès, tellement séduit par Lysis qu’il ne cesse d’en faire l’éloge. Socrate, plein de curiosité, cherche à rencontrer le jeune homme. Dès qu’il apprend qu’il est le fils aîné de Dèmokratès d’Aixônè, il reconnaît tout de suite cette famille réputée et loue Hippothalès pour son choix. D’après le philosophe, toute la cité fait la louange de Dèmokratès et de Lysis I (le grand-père du garçon), de leurs ancêtres, de leur richesse, des chevaux qu’ils nourrissent et des victoires aux concours hippiques de Delphes, de l’Isthme et de Némée qu’ils ont remportées. Très peu d’Athéniens pouvaient se permettre d’élever des chevaux pour les concours, car l’activité était ruineuse332. On rapporte même que cette illustre famille est parente d’Héraclès, lequel aurait été hébergé autrefois par un de ses membres. Quand Socrate rencontre Lysis, il est lui aussi impressionné par sa beauté, sa bonne éducation et sa grande culture, et il entame avec lui un dialogue philosophique sur l’essence et le but de l’amitié. À part une brève mention chez Maxime de Tyr et chez Diogène Laërce, c’est la seule apparition de Lysis dans la littérature grecque333.

  • 334 Plutarque, Alcibiade 3. Voir Davies 1971, p. 359-361.
  • 335 Davies 1971, p. 359-361. Sur les noms athéniens « parlants », voir Himmelmann 1999, appendice 1 p.  (...)

252Dèmokratès, père de Lysis II, est né vers 470-460. Dans sa jeunesse, il fut l’amant d’Alcibiade, lui aussi membre d’une des familles les plus prestigieuses d’Athènes334. On a voulu voir dans « Dèmokratès » un « nom parlant », c’est-à-dire pourvu d’une signification qui reflète les idéaux de la famille : il témoignerait des penchants politiques de Lysis I, qui serait donc un démocrate convaincu335.

  • 336 E.g. G. P. Oikonomos, MDAI(A) 37 (1912), p. 226.
  • 337 Davies 1971, p. 359-361 no 9574. Sur Isthmonikos, voir LGPN, s.v. (no 1) et PAA 539865. Sur l’onoma(...)

253Des descendants de Lysis II, on connaît sa fille Isthmonikè, qui a épousé Euègoros fils de Philoinos de Paiania, comme le montre leur stèle funéraire, trouvée au Céramique (HGL 16). Là encore, certains savants ont vu dans cet onoma un « nom parlant », en lien avec les victoires hippiques remportées par les ancêtres de la famille aux concours de l’Isthme336. Mais au moins une autre explication est possible, comme le précise J. K. Davies : la fille de Lysis II a pu recevoir le nom du beau-père de ce dernier, Isthmonikos337.

  • 338 Voir Stroud 1984 et Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 151-153 pour les deux premières explications ; (...)
  • 339 On a exhumé récemment, à proximité de l’endroit où a été trouvée la loutrophore de Lysis, un lécyth (...)

254Lysis II avait aussi un fils, Timokleidès, dont on ignorait l’existence jusqu’à la découverte récente d’une loutrophore funéraire à Moschato dans l’ancien dème de Xypétè (HGL 7 ; fig. 51 a et b). Cette loutrophore, qui porte les noms des deux hommes, date du deuxième quart du ive s. La modestie de ce monument a étonné les savants modernes, car elle contraste avec les informations que l’on a sur la richesse de cette famille. Ils y voient trois explications : soit la fortune familiale s’est envolée avant le milieu du ive s. ; soit Lysis a choisi une manière de vivre austère, suivant ainsi sa passion pour la philosophie ; soit, en tant que membre de la vieille aristocratie athénienne, il méprisait le luxe indécent des monuments funéraires des métèques nouveaux riches338. Mais la supposée modestie du monument m’échappe : il s’agit en réalité d’un très grand vase de marbre, et il ne figurait probablement pas seul sur le péribole familial339.

Fig. 51a. Loutrophore de Lysis.

Fig. 51a. Loutrophore de Lysis.

Athènes, Musée du Pirée, nos 3280 + 3281. © Ministère de la Culture et des Sports/Éphorie de l’Attique occidentale, Pirée et îles/Archives photographiques du Musée du Pirée.

Fig. 51b. Loutrophore de Lysis (détail).

Fig. 51b. Loutrophore de Lysis (détail).

Athènes, Musée du Pirée, nos 3280 + 3281. © Ministère de la Culture et des Sports/Éphorie de l’Attique occidentale, Pirée et îles/Archives photographiques du Musée du Pirée.

  • 340 Le culte de Zeus n’est pas attesté à Aixônè, en revanche le culte d’Héraclès est fortement probable (...)
  • 341 J. Kirchner, PA, s.v. ; Davies 1971, p. 359-361 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 188.

255Selon le dialogue de Platon, la famille de Lysis prétendait descendre de Zeus et de la fille de l’archégète du dème, et avoir offert l’hospitalité à Héraclès. Il est possible que certains de ses membres aient exercé la prêtrise de l’une ou de plusieurs de ces figures à Aixônè340. En revanche, rien ne prouve leur implication dans le culte des Héraclides, contrairement à ce que pensent certains chercheurs341 ; le prêtre du décret 16, Kallias, n’est donc pas à relier à cette famille, en l’absence d’indices supplémentaires.

Chabrias, stratège sous la Seconde Confédération athénienne342

  • 342 On manque d’une étude de fond sur le personnage, depuis la parution de C. Rehdantz, Vitae Iphicrati (...)
  • 343 Il a été au moins quinze fois stratège entre 390/89 et 357/6 (390/89, 388/7, 379/8, 378/7, 377/6, 3 (...)

256Chabrias fils de Ktèsippos d’Aixônè fut l’un des stratèges qui marqua le plus l’histoire athénienne. Ses éclatantes victoires militaires figurent parmi les facteurs déterminants qui aidèrent Athènes à se relever des ruines de la guerre du Péloponnèse et à reprendre la tête d’une ligue de cités grecques. Pendant environ trente ans, il fut nommé stratège à maintes reprises343. Sa figure présida aux conflits des Athéniens avec les Lacédémoniens et les Thébains, tandis que, parallèlement, il joua le premier rôle dans les opérations militaires de Chypre et d’Égypte pour leur libération de la suzeraineté perse.

257Une seule ombre s’introduisit dans sa carrière pleine d’honneurs et de gloire. En 365, il fut accusé avec Kallistratos de la trahison qui aurait conduit à la perte d’Oropos l’année précédente (complices de Thèbes, les deux hommes auraient capitulé à Oropos). Au procès, Platon plaida en faveur de Chabrias dont il était l’ami. Les deux accusés furent blanchis, mais ils perdirent en peu de temps la place qu’ils occupaient dans la vie publique de la cité. Après cela, Chabrias, sans doute déçu de la conduite de ses compatriotes, décida pour un temps de n’offrir ses services qu’au pharaon d’Égypte Tachos, qui s’était révolté contre les Perses. Il a été élu à nouveau comme stratège par sa cité en 363/2 et 359/8, puis lors de la guerre des Alliés (357-355), durant laquelle il trouva la mort.

  • 344 On a trouvé la base inscrite de cette statue, voir C. N. Edmondson, P. Burnett, « The Chabrias Monu (...)
  • 345 Sur les premiers Athéniens honorés d’une statue, voir Gauthier 1985, p. 92-103.
  • 346 Les archéologues pensent avoir trouvé sa tombe, voir Garland 1982, D 3. Le péribole était orné d’un (...)

258Selon Démosthène, Chabrias, dans sa trépidante carrière, a pris 17 villes, saisi 70 navires ennemis, capturé 3 000 prisonniers, et fourni au trésor public un butin de 110 talents, amassé lors de ce qui fut sa plus éclatante victoire, celle de l’été 376 à Naxos contre Sparte et ses alliés. En récompense de ses services envers la patrie, on lui accorda l’atélie, privilège dont put jouir aussi son fils Ktèsippos II. Avec Timothéos, il reçut une statue sur l’Agora pour son action durant les premières années de la Seconde Confédération344. Cet honneur exceptionnel n’avait été accordé jusque-là qu’à une poignée d’Athéniens : le premier après les Tyrannoctones à avoir sa statue érigée sur l’Agora de son vivant fut le stratège Conon (393), suivi par Iphicrate (vers 389 ?), quinze ans avant Chabrias345. À cette époque, Chabrias et Timothéos passaient pour avoir rendu à Athènes le pouvoir et la prééminence qui étaient les siens à l’époque de Périclès. La tombe du stratège aixonéen se trouve à une place d’honneur dans le dèmosion sèma, entre celles de Périclès et de Phormion346.

  • 347 IG II2 1604, l. 87.
  • 348 Davies 1981, p. 122-130 et le tableau de la p. 123. 61 % des stratèges connus sont listés dans l’AP (...)
  • 349 Pour la victoire à Delphes : Ps.-Démosthène, C. Néaira (59), 33 ; mention de la grande maison dite (...)
  • 350 IG II2 1609, l. 95 et 116. Il figure parmi les théores dédicants dans une liste d’offrandes à Ammon (...)
  • 351 PAA 970820, p. 207, avec les sources. Déjà J. Kirchner dans PA II no 15086, p. 407.

259Les inscriptions livrent encore quelques informations sur sa famille et sa vie privée : son père Ktèsippos I apparaît comme unique triérarque d’un navire en 377/6347. Les citoyens athéniens ayant les moyens d’assumer une triérarchie seuls sont rares, on peut donc en déduire que la famille de Chabrias occupait un haut rang social, avant même que Chabrias ne commence sa brillante carrière. Cela ressort également de son mariage avec l’un des plus beaux partis de l’époque, la fille d’Éryximachos (II), qui descend de deux grandes familles athéniennes, celle de Polyaratos de Cholargos et celle d’Éryximachos de Kydathènaion. Cela n’est pas étonnant, car, comme l’a démontré J. K. Davies, la majorité des stratèges du ive s. appartiennent à la haute classe348. Avec la richesse dont il a hérité et celle qu’il a gagnée par son activité militaire, Chabrias a amassé une immense fortune, qui lui a permis de vivre dans l’opulence et de dépenser de grandes sommes pour des prestations publiques ostentatoires : dans les sources antiques, on apprend qu’il a gagné aux concours hippiques de Delphes avec son quadrige en 374 ; il possédait une maison luxueuse, probablement au cap Côlias dans le dème de Phalère, où il a fêté sa victoire en rentrant de Delphes ; on parle de ses distributions annuelles de vin aux Athéniens en mémoire de sa victoire à Naxos349. Il exerça encore une triérarchie en 365350 et peut-être une autre durant la campagne de Chios en 356, lors de laquelle il trouva la mort351.

  • 352 Démosthène, C. Leptine (20), 75-86. Ce procès d’illégalité contre la loi de Leptine a lieu en 354 ; (...)
  • 353 Athénée, IV 165 e-166 b, qui cite encore des extraits de Diphile et de Timoklès. Ktèsippos y appara (...)
  • 354 Plutarque, Phocion 7, 3-4.

260Son fils Ktèsippos II hérita d’une grande fortune et de l’atélie de son père352, mais sans les compétences ni les vertus paternelles. Sa mauvaise conduite entraîna les critiques caustiques de plusieurs auteurs de comédie, dont Ménandre dans la Colère, jouée en 322/1353. Phocion, qui avait appris le métier des armes auprès de Chabrias et s’était lié d’amitié avec ce dernier, essaya en vain de sermonner le fils354.

  • 355 IG II2 3040, l. 2 (Κτήσιππος Χαβρ[ίου Αἰξωνεύς]). La plupart des commentateurs y voient le fils du (...)
  • 356 Ath. Pol. 56, 3. C’est probablement pour contourner cette difficulté que J. S. Traill dans PAA 5874 (...)
  • 357 Comme le supposait déjà E. Honigmann, RE XI 2 (1922), s.v. « Ktesippos » no 4, col. 2080-2081.

261Un Ktèsippos fils de Chabrias de la tribu Cécropis a été chorège vainqueur du dithyrambe des enfants aux Dionysies urbaines vers le milieu du ive s. 355 ; faut-il y voir notre homme ? Le démotique est entièrement restitué, mais la combinaison du nom et du patronyme ainsi que la mention de la tribu Cécropis tendent à le montrer. Deux problèmes se posent cependant : premièrement, à cette date, Ktèsippos serait trop jeune pour avoir assumé la chorégie d’un chœur d’enfants (il fallait avoir plus de quarante ans pour assumer cette charge)356 ; deuxièmement, il était au bénéfice de l’atélie de son père, et vu le procès pour illégalité qu’il intente à la loi de Leptine en 354, on peut douter qu’il ait renoncé à ce privilège. Il faut peut-être rattacher cette inscription à son grand-père, Ktèsippos I357.

  • 358 IG II2 1623, l. 72-73.

262Ktèsippos II apparaît encore dans les inscriptions comme unique triérarque peu avant 334/3358, une liturgie qu’il ne pouvait refuser, même en vertu de son atélie. Après cet épisode, nous n’avons plus aucune information ni sur Ktèsippos ni sur aucun autre membre de la famille de Chabrias.

263Chabrias nous fournit un exemple type de l’Athénien qui, pourtant originaire d’un dème de la campagne, mena sa carrière exclusivement dans les magistratures et liturgies civiques. En effet, aucune de nos sources ne mentionne une quelconque activité dans son dème d’origine (il en est de même pour son père et son fils). Il est peu probable qu’il y ait résidé, et sa famille avait peut-être déménagé en ville depuis longtemps. Il possédait en tout cas une résidence dans le dème de Phalère, près du cap Côlias, mais vu sa richesse il devait sans doute avoir d’autres maisons ailleurs.

Un tyran éphémère de Syracuse : Kallippos (II)359

  • 359 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 186-187 ; L. J. Sanders, « Callippus », Mouseion s. III, 2 (2002), (...)
  • 360 D’après Marchiandi 2007, p. 492-493. Elle voit dans le grand nombre de sépultures d’Aixonéens au Pi (...)
  • 361 C’est l’opinion de Davies 1971, no 14600 et p. 275-276, suivi par Cox 1998, p. 45-46. Marchiandi 20 (...)

264Kallippos II fils de Philôn I, appelé à un destin exceptionnel, appartient à une famille aixonéenne que nous pouvons suivre sur quatre générations. Cette famille nous est surtout connue par une série de monuments funéraires du ive s., trouvés – tous sauf un – dans la région du Pirée (GL 15, HGL 6, 14, 17, 18). Cela indique que la plupart de ses membres étaient établis dans ce dème, où ils menaient peut-être des activités commerciales en lien avec le port360. Les terres de la famille à Aixônè avaient été vraisemblablement confiées à un seul des fils de Philôn I, Philokratès, dont on a trouvé la stèle funéraire à Glyphada (GL 15)361.

  • 362 Hypéride, P. Euxénippe (3), 1. Davies 1971, no 14825 et no 8065 p. 274-275 et Develin 1989, p. 268 (...)

265Le premier membre de la famille qui soit attesté sur les stèles funéraires est Philôn I fils de Kallippos I, époux de Phanagora. Il a quatre enfants, Philostratos, Philokratès, Philostratè et Kallippos II. Il figure peut-être dans un discours d’Hypéride selon les auteurs du LGPN, où un certain Philôn a fui un procès pour trahison, mais ni la date de l’événement (361/0 ?) ni la fonction de l’accusé (stratège ?) ni le démotique ne sont assurés. Il est dit Φίλων ὁ ἐξ Ἀναίων, formule qui semble être une erreur du manuscrit car on ne connaît aucun dème de ce nom362.

  • 363 Athénée, XI 508 e ; Diogène Laërce, 3, 46.
  • 364 Plutarque, Dion 17, 2 ; Platon, Lettres 7, 333 e-334 c.
  • 365 IG II2 1609, l. 96. Il n’y a pas moins de 84 occurrences du nom Kallippos dans le LGPN.
  • 366 Ps.-Démosthène, C. Polyklès (50), 46-52 ; Démosthène, P. Phormion (36), 53.
  • 367 Diodore, XVI 45, 9 ; Plutarque, Dion 58, 6 ; C. Népos, Dion 8-9 (qui parle à tort de Callicratès).

266Kallippos II est le membre le plus célèbre de la famille. La tradition tardive fait de lui un élève de Platon363. Cet Aixonéen a accueilli à Athènes le futur tyran de Syracuse Dion pendant son exil en 366 ; les deux hommes étaient amis de longue date364. Il est possible qu’il ait été triérarque du navire Eudoxia vers 370 malgré son jeune âge, mais l’absence de patronyme dans l’inscription et la fréquence du nom Kallippos invitent à la prudence365. En 361, il fut hypostratègos sous les ordres de Timomachos ; alors que les lois l’interdisaient, il emmena sur son navire le condamné à mort Kallistratos, pour le conduire sain et sauf à Thasos auprès de Timomachos, lequel était le beau-frère du condamné366. Préférant sans doute quitter le pays plutôt que d’affronter un procès, on le retrouve ensuite à Syracuse dès 357, accompagné de son frère Philostratos. Dion, parvenu entretemps au pouvoir dans la cité, se souvenait des services que Kallippos lui avait rendus naguère à Athènes ; il le fit officier et lui accorda de grands honneurs. Mais Kallippos complota contre lui et, en 354, il envoya ses soldats l’assassiner. Le peuple de Syracuse le considéra comme le libérateur de la tyrannie, ce qui eut pour effet pervers de l’aider à prendre le pouvoir. C’est ainsi qu’un Aixonéen régna sur Syracuse pendant treize mois. Ses soldats conspirèrent contre lui durant la campagne de Catane, quand le fils de Denys l’Ancien, Hipparinos, parvint à reprendre Syracuse. Il mourut vers 350 en Sicile, assassiné367.

267Son nom se trouve sur deux marqueurs funéraires au Pirée, une stèle individuelle (HGL 14) et la stèle familiale (HGL 17), sur laquelle il figure avec son frère Philostratos, et ses deux fils Philôn II et Proxénos. Après eux, on perd la trace de cette famille.

Des familles et individus engagés dans la politique locale

  • 368 Par exemple Timokèdès d’Éleusis, arrière-petit-fils d’un chorège local, fils de démarque et proposa (...)

268En analysant les décrets des dèmes, il est apparu que certaines familles se sont particulièrement engagées dans les affaires publiques locales, en soumettant à l’assemblée des démotes plusieurs initiatives ou en endossant des magistratures et des liturgies368. À Aixônè, c’est le cas des fils de Chrémès, qui lui-même exerça la charge d’archonte éponyme en 326/5. Ainsi, Philoktèmôn proposa le décret honorifique pour des chorèges 2, l’année de l’archontat de son père. Quelques années plus tard, il a proposé un autre décret honorifique, toujours pour des chorèges (3), tandis que son frère Philaios avait entretemps proposé le décret honorifique 16 pour les organisateurs de la fête d’Hébé.

  • 369 Osborne 1985, p. 66-69 et Whitehead 1986, p. 236-241 (avec p. 237-238 une liste des rogatores de dé (...)

269On a observé que les proposants, comme les bouleutes, tendent à être issus de milieux aisés369. Certes, être riche n’était pas un prérequis pour proposer des décrets à l’assemblée du dème, mais il est naturel que, comme dans la cité, les citoyens qui l’ont fait aient été plutôt des hommes d’influence, issus de familles suffisamment argentées pour leur avoir permis d’acquérir une excellente éducation.

270D’autres familles ou individus étaient particulièrement actifs dans la vie politique locale en cette seconde moitié du ive s. Ainsi, Anticharmos fils de Nausôn fut hiérope d’Hébé en 320/19, tandis que son frère occupait la charge d’archonte lors la fête de la déesse, à l’issue de laquelle les deux frères furent honorés dans le même décret (16) ; vingt-cinq ans auparavant, leur père avait fait partie d’une commission chargée de la vente des oliviers du domaine de la Phelléïs appartenant au dème (7, 345/4). On peut citer encore Aristokratès fils d’Aristophanès, honoré par son dème probablement en 340/39 (5) et proposant de l’important décret pour Démétrios de Phalère vers 316/5 (6). Ou encore Autéas fils d’Autoklès, locataire de longue durée d’un domaine du dème (7) et chorège lors des Dionysies locales (4).

Archippè, une cliente de Praxitèle

  • 370 Elle a été trouvée le 6 mars 1937 par les fouilleurs américains dans un mur byzantin de l’Agora, au (...)
  • 371 Martinez relève que nos sources parlent très peu des portraits réalisés par Praxitèle. Outre les de (...)
  • 372 Nos 48-53 du catalogue de Pasquier, Martinez 2007. Trois signatures sont des copies liées à des réf (...)

271Les fouilles américaines de l’Agora ont mis au jour il y a quatre-vingts ans une base de statue signée de la main de Praxitèle370, l’un des plus célèbres sculpteurs grecs du ive s. (fig. 30). Il s’agit d’un des rares témoignages de son activité dans l’art du portrait, un domaine dans lequel il semble pourtant avoir joué un grand rôle371. De plus, c’est l’une des six signatures de l’artiste qui soit assurément authentique372. La base porte aussi la dédicace d’une Aixonéenne, Archippè.

Fig. 30. Base de la statue d’Archippè.

Fig. 30. Base de la statue d’Archippè.

Athènes, Musée de l’Agora, I 4568. © Ministère de la Culture et des Sports/Fonds des recettes archéologiques/Ire Éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques/Musée de l’Agora/Archives photographiques de l’American School of Classical Studies at Athens : Agora Excavations.

Le texte (*)

272Musée de l’Agora, I 4568.

273Base rectangulaire en marbre blanc, assez étroite, avec des moulures supérieure (cyma recta et ovolo) et inférieure (tore) mutilées, sans doute lors du remploi. L’angle supérieur droit notamment a été abattu. La base est lissée sur trois côtés, l’arrière est grossièrement piqueté. Le lit d’attente ne porte pas d’entailles, on déduit donc qu’il supportait un bloc de couronnement qui accueillait la sculpture. La plupart des commentateurs pensent que la statue était en marbre, mais le bronze est tout aussi envisageable (c’est l’avis de Stewart, et d’Ajootian [2007]).

  • 373 Tracy pense que Praxitèle lui-même a conçu l’agencement du texte, et l’a fait réaliser par un assis (...)

274L’inscription est gravée sur la face antérieure. Elle se lit aisément malgré quelques lacunes. Les lettres sont soignées, mais peu profondément incisées. Les extrémités des lettres sont légèrement épaissies. Le texte est agencé avec beaucoup de soin373.

275Dimensions : 0,735 × 0,52 (sans les moulures) × 0,49. Hauteur des lettres : 0,018-0,019 (l. 1-2), 0,016-0,018 (l. 3-5), 0,014 (l. 6).

276Éditions : J. Marcadé, Recueil des signatures de sculpteurs grecs, II (1957), p. 115 ; B. D. Meritt, « Greek Inscriptions », Hesperia 29 (1960), p. 37-38 no 46 (M. M. Miles, Agora XXXI, p. 189 no 10) ; M. Guarducci, Epigrafia Greca, III (1974), p. 409-411 (> photo) ; A. Corso, « Silloge delle Fonti Epigrafiche Relative allo Scultore Prassitele », AIV 144 (1986), p. 134-135 no 5 (id., Prassitele: Fonti Epigrafiche e Letterarie. Vita e Opere, I [1988], p. 20 no 7) ; Chr. Löhr, Griechische Familienweihungen (2000), p. 90-91 no 106 ; M. Muller-Dufeu, La sculpture grecque. Sources littéraires et épigraphiques (2002), p. 514-515 no 1492 (> photo de Shear) ; V. Orphanou-Phlôraki, « Πραξιτέλης ἐποίησε », Horos 14-16 (2000-2003), p. 113-117 ; A. Ajootian 2007, p. 19 ; Tracy 2008 (> estampage) ; D. J. Geagan, Agora XVIII H 325.

277Traductions : Corso (1988), p. 20 (en italien) ; Muller-Dufeu, p. 515 (en français) ; Löhr, p. 90-91 no 106 (en allemand) ; Ajootian (2007), p. 19 (en anglais) ; J.-L. Martinez dans Pasquier, Martinez 2007, p. 50 (en français).

278Commentaires : Th. L. Shear, « The Campaign of 1937 », Hesperia 7 (1938), p. 329-330 ; V. J. Harward (Jr), « Two Dedicatory Portraits of Praxiteles », AJA 86 (1982), p. 268-269 ; M. B. Walbank, Hesperia 58 (1989), p. 85 ; A. F. Stewart, Greek Sculpture. An Exploration (1990), I, p. 278 no 37 ; A. Ajootian, « Praxiteles », dans O. Palagia, J. J. Pollitt (éds), Personal Styles in Greek Sculpture (1996), p. 96 ; Löhr, p. 91 et 196 ; R. Krumeich, « Praxiteles als “Menschenbildner” », dans K. Stemmer et al. (éds), Praxiteles oder die Überwindung der Klassik (2002), p. 2 (n.v.) ; A. Corso, The Art of Praxiteles (2004), p. 232 ; E. Kourinou, dans N. E. Kaltsas, G. I. Despinis (éds), Πραξιτέλης (2007), p. 81, no 11 ; Ajootian (2007), p. 19-20 ; Martinez dans Pasquier, Martinez, p. 50-51 ; A. Corso, The Art of Praxiteles. 4: The Late Phase of his Activity (2013), p. 120 no 43 ; J. M. Hurwit, Artists and Signatures in Ancient Greece (2015), p. 102-104.

279Reproductions : Shear, p. 330 fig. 12 ; Marcadé, pl. XLV ; Guarducci, p. 410 fig. 153 ; Ajootian (1996), fig. 52 ; Miles, pl. 27 ; Orphanou-Phlôraki, pl. 28 ; Kourinou, p. 81 ; Ajootian (2007), p. 19 fig. 9 ; Martinez, p. 50 fig. 2 ; Tracy, p. 31 fig. 2 (estampage, détail de l’inscription) ; Hurwit, p. 103 fig. 54 ; fig. 30.

280L. 1 : Κλ̣[ε]ο̣γένου[ς] Geagan ; l. 3 in. : comme l’a vu Tracy, de la première lettre, on distingue la partie inférieure de la haste verticale droite. Meritt ne voit aucune trace de lettre : tout en admettant qu’il y a la place nécessaire, il pense que la présence de l’article serait gênante pour la symétrie, argument qui ne me semble pas recevable ; Geagan donne pourtant raison à Meritt ; l. 6 : ἐποίησεν err. Miles, Muller-Dufeu. Sur la fréquente ommission du iota de ποιεῖν, voir Threatte 1980, p. 328-330.

  • 374 Shear hésite à faire d’Archippè (mère) l’épouse ou la fille de Kouphagoras ; Ajootian (2007), p. 19 (...)

Sa mère Archippè, fille de Kouphagoras d’Aixônè374, a consacré (la statue) d’Archippè, fille de Kléogénès d’Aixônè. Œuvre de Praxitèle.

  • 375 Walbank a proposé un rapprochement avec le graveur de Agora I 4224 et IG II2 416 b (IG II3 454), do (...)

281La base est datée du troisième quart du ive s. par les spécialistes, il s’agirait donc d’une des œuvres les plus tardives du sculpteur375.

  • 376 Löhr, p. 196.

282La statue qui se dressait sur la base représentait une Aixonéenne, Archippè, comme le révèle la dédicace. La statue a été consacrée par sa mère, qui porte le même nom qu’elle. Il s’agit de l’une des plus anciennes statues-portraits féminines dédiées par une mère à sa fille376. L’inscription ne révèle pas la raison de cette dédicace. L’utilisation du verbe ἀνέθηκεν montre qu’il s’agit d’une dédicace consacrée dans un sanctuaire. Le fait que la statue honore une femme indiquerait une prédilection pour un culte féminin selon les archéologues, et comme la base a été trouvée à proximité de l’Éleusinion, on a pensé que l’offrande provenait de ce sanctuaire.

283On possède deux autres bases de statues-portraits signées par le célèbre sculpteur, elles aussi trouvées en remploi dans la zone de l’Agora d’Athènes :

  • celle d’une prêtresse de Déméter et Coré, Chairippè, fille de Philophrôn du dème de Kèphisia, consacrée par ses frères Aristodèmos et Philophrôn377 ;
  • celle de Kléiokratéia fille de Polyeuktos du dème de Teithras, représentée avec son mari Spoudias d’Aphidna, dédiée à Déméter et Coré378. La statue de Kléiokratéia était accompagnée de celle de son mari, œuvre d’un autre sculpteur dont le nom est lacunaire.
  • 379 Voir les inscriptions rassemblées par D. J. Geagan dans Agora XVIII.

284Il est possible que notre base se soit dressée dans l’Éleusinion et que, comme la Chairippè de la base de Monastiraki, Archippè ait été prêtresse de Déméter et Coré. Mais on ne peut en être sûr, car il existait un grand nombre de dédicaces sur l’Agora, érigées pour des raisons très diverses379. Du moins peut-on dire qu’Archippè appartenait à une riche famille d’Aixônè, suffisamment aisée pour pouvoir s’offrir les services de Praxitèle.

Une famille très influente : Léôn-Kichèsias380

  • 380 Habicht 1982, p. 194-197, avec le stemma de la famille ; Habicht 2006, p. 157 et n. 56, p. 230, p.  (...)
  • 381 Habicht 1982, chap. VII (p. 178-197) étudie en détail cinq familles athéniennes dirigeantes de la f (...)

285Cette famille était l’une des plus influentes dans l’Athènes hellénistique381. Ses membres, que l’on peut suivre sur pas moins de neuf générations, ont en effet rempli les fonctions les plus prestigieuses dans la cité athénienne, et ont été également actifs sur la scène internationale.

  • 382 IG II3 882 (281/0) et 897 (275/4).

286Le premier membre de la famille à apparaître dans nos sources est Léôn I, fils de Kichèsias I. Alors que la cité vivait une période d’indépendance contrariée (le Pirée étant toujours en mains macédoniennes), il proposa deux décrets probouleumatiques honorant des taxiarques : l’un, en 281/0, en l’honneur des taxiarques invités aux Basiléia de Lébadée (notons qu’un autre Aixonéen, Euxénos fils de Kallias, est le secrétaire de la prytanie dans ce même document), et l’autre, en 275/4382.

  • 383 IG II2 1706, l. 116. J. S. Traill, PAA 570340, lui réserve une entrée séparée, tout en admettant qu (...)
  • 384 IG II3 1027, l. 56 : [Λέων] Κ̣ιχησίου. J. S. Traill, PAA 570330, isole cette entrée dans son recuei (...)

287Kichèsias II, fils de Léôn I, fut thesmothète en 214/3, à un âge déjà avancé383. À ma connaissance, c’est le seul membre de la famille à avoir été archonte. Il a eu pour fils un éphèbe de 236/5, sans doute Léôn II, d’après une restitution de J. Kirchner384. Léôn II serait donc né vers 255.

  • 385 Tite-Live, XXXV 50, 4, d’après Polybe.
  • 386 Polybe, XXI 31, 5-6 et 16 ; Tite-Live, XXXVIII 10, 4-5. Chez Polybe, XXI 31, 6, le nom de Léôn a ét (...)

288Léôn II est le personnage le plus célèbre de la famille, car il joua un rôle de premier plan dans la politique internationale du début du iie s. À l’automne 192, le roi séleucide Antiochos III avait débarqué en Grèce, ce qui équivalait à une déclaration de guerre vis-à-vis de Rome. Une faction athénienne, dirigée par un certain Apollodôros, demanda à la cité de s’unir au roi. Une émeute était sur le point d’éclater, mais les partisans de Rome l’emportèrent finalement car ils rappelèrent Flamininus d’Achaïe, lequel arriva à Athènes avec une cohorte de 500 Achéens sous prétexte de protéger le Pirée. Léôn poursuivit en justice Apollodôros ; ce dernier fut condamné à l’exil385. Athènes avait choisi le bon camp, en partie grâce à Léôn. En 189, le même Léôn participa à l’ambassade des Athéniens qui, avec les Rhodiens, accompagnèrent les négociateurs étoliens à Rome à propos de la paix provisoire romano-étolienne. Les Étoliens avaient ratifié cette paix, il restait aux Romains à le faire. Le succès de Léôn face à Apollodôros quelques années auparavant et son philoromanisme affiché expliquent certainement qu’il ait été désigné pour participer à cette ambassade. Le Sénat se montra d’abord fort mal disposé à l’égard des Étoliens. C’est alors que Léôn prononça un discours mémorable, qui persuada les sénateurs de conclure la paix386.

  • 387 Anthol. Pal. VI 271 ; A. S. F. Gow, D. L. Page, The Greek Anthology. Hellenistic Epigrams (1965), I (...)
  • 388 Selon l’hypothèse de S. B. Aleshire, S. D. Lambert, « Making the Peplos for Athena: a New Edition o (...)

289Léôn était donc un habile orateur, et un homme cultivé. Il commanda d’ailleurs au poète Phaidimos de Bisanthè, l’un des plus grands spécialistes de l’époque, une épigramme votive dédiée à Artémis pour célébrer la naissance de son fils Kichèsias III, qu’il a eue de son épouse Thémistodikè387. Cette dernière appartient peut-être à l’une des plus illustres familles athéniennes du moment, celle d’Eurykléidès et Mikiôn de Kèphisia388.

  • 389 SEG XXI 435, l. 14 : Κιχησίας Λέοντος Α̣[ἰξωνεύς]. Tracy 1990, p. 160-161 attribue cette inscriptio (...)
  • 390 IG II3 1313, l. 100. Voir Chr. Habicht, The Hellenistic Monarchies: Selected Papers (2006), p. 295 (...)

290Kichèsias III a dû naître vers 220 au plus tôt, car il est rogator d’un décret des cavaliers honorant leur hipparque en 187/6389 ; il était donc très probablement cavalier lui-même. Le démotique est presque entièrement restitué, mais cette combinaison de nom et de patronyme en fait clairement un membre de la famille d’Aixônè. Il faut peut-être aussi reconnaître Kichèsias III dans le stratège des hoplites de 177/6, qui figure dans une inscription (Cécropis) trouvée sur l’Agora d’Athènes390.

  • 391 IG II3 1310, l. 39 et 123-124.
  • 392 Habicht 1982, chapitre VII (p. 178-197).
  • 393 Puisqu’il a proposé des décrets probouleumatiques, voir supra, p. 160 n. 323.

291Léôn II eut un autre fils, Kallippos, qui fut trésorier de la Boulè en 178/7391. Chr. Habicht observe que les familles dirigeantes athéniennes de cette époque rechignent à faire partie du Conseil392. Notre documentation est cependant trop incomplète pour vérifier cette impression. Dans le cas de cette famille d’Aixônè, le seul bouleute attesté est, outre Kallippos, Léôn I393.

  • 394 S. Dow, Prytaneis: a Study of the Inscriptions Honoring the Athenian Councillors (1937), p. 124 ; (...)

292À cause du nom de ce trésorier, S. Dow suppose un lien matrimonial entre la famille Léôn-Kichèsias et une autre illustre famille aixonéenne, celle de Kallippos II. C’est possible, mais comme le note J. K. Davies, l’écart chronologique entre les deux familles est considérable, et le nom Kallippos très commun ; on ne peut donc pas exclure une simple coïncidence394.

  • 395 SEG XLI 115 I, l. 16.

293Le fils de Kallippos, Léôn V, fut vainqueur de la course de bige de guerre aux Panathénées de 170/69395. Seule la tribu est précisée dans l’inscription (Cécropis), mais il s’agit très probablement d’un membre de la famille Léôn-Kichèsias. Les participants à cette épreuve fournissaient eux-mêmes le char et les chevaux, ce qui confirme que Léôn V appartenait aux couches les plus aisées de la société athénienne.

  • 396 ID 1497 bis b, l. 45.
  • 397 IG II2 960, l. 2-4 et 6. Sur les agonothètes des Thèséia, voir G. R. Bugh, « The Theseia in Late He (...)
  • 398 FD III (2) 93, l. 2.
  • 399 Habicht 2006, p. 303. Sur sa parenté avec Léôn III, voir infra à propos de Kichèsias IV.
  • 400 IG II2 2452 I, l. 27, vers 100 selon Tracy 1990, p. 214-215. J. S. Traill, PAA 570350 fait une entr (...)

294Léôn III, fils de Kichèsias III, apparaît dans nos sources en 160/59, lorsqu’il fut membre d’une commission chargée à Délos de fabriquer et ériger des statues en l’honneur du roi du Pont Pharnace Ier et de son épouse la reine Nysa, fille du prince séleucide Antiochos396. Il fut également actif à Athènes, où il est attesté comme agonothète des Thèséia vers 142/1397. Cette fonction d’administrateur des concours n’était assumée que par des citoyens très riches, car les agonothètes avaient la responsabilité d’une somme d’argent public considérable pour financer la fête, à laquelle ils ajoutaient souvent de leur poche. Vers 140, Léôn III fut honoré de la proxénie par les Delphiens, pour ses services rendus au sanctuaire et à la cité398. Il est intéressant de constater que dans la même inscription, un parent de Léôn, Mikiôn de Kèphisia, lui aussi issu d’une famille dirigeante, fut également honoré par les Delphiens, très probablement en sa qualité de théore aux Sôtèria selon Chr. Habicht399. Enfin, le nom de Léôn III est restitué par J. Kirchner dans un catalogue d’aristocrates de la fin du iie s.400.

  • 401 FD III (2) 27 II, l. 15. J. S. Traill, PAA 570355 fait une entrée séparée pour ce Kichèsias, tout e (...)
  • 402 D’après le LGPN, s.v., outre à Aixônè, il y a un Kichèsias à Skambônidai, mais dans un contexte de (...)
  • 403 Karila-Cohen 2005 ; ead., « La Pythaïde et la socialisation des élites athéniennes aux iie et ier s (...)
  • 404 A. A. Themos, « Ἡ ἀναθηµατικὴ ἐπιγραφὴ τῆς Ἁβρυλλίδος ἀπὸ τὴν Ρωµαϊκὴ Ἀγορά », Horos 17-21 (2004-20 (...)
  • 405 Voir supra, p. 171-172.

295Léôn III eut pour fils Kichèsias IV, que l’on identifie avec le cavalier de la tribu Cécropis qui participa à la Pythaïde de Delphes en 128/7401. Aixônè est en effet le seul dème de la Cécropis où le nom Kichèsias est attesté402. Depuis sa libération du joug macédonien en 229/8, Athènes manifestait la volonté de réactiver les cultes traditionnels ; cela se traduisit notamment par l’envoi, à nouveau, d’une Pythaïde à Delphes, délégation formée de représentants des meilleures familles403. Kichèsias IV apparaît aussi comme dédicant sur une base de statue en l’honneur de la prêtresse de Déméter et Coré Habryllis, fille de Mikiôn de Kèphisia, datant de la seconde moitié du iie s. Habryllis était probablement son épouse. Les autres dédicants sont Mikiôn et Eurykléidès, le premier étant sans doute le père d’Habryllis404. Se sont ainsi unies deux des principales familles dirigeantes d’Athènes de l’époque, peut-être pour la seconde fois après l’union de Léôn II et Thémistodikè405.

  • 406 Agora I 7410. Voir Habicht 1982, p. 194-197 ; Schmalz 2009, p. 272.
  • 407 FD III (2) 28 III, l. 40. Voir Habicht 1982, p. 194-197. Il y a 95 occurrences de l’onoma Léôn dans (...)

296On ne peut rien dire de sûr à propos de Léôn IV, fils de Kichèsias IV et père de Kichèsias V. Peut-être apparaît-il sur une base de statue inédite de l’Agora, qui ne doit pas être plus ancienne que la fin du ier s. selon Chr. Habicht. Mais G. C. R. Schmalz opte pour le fils supposé de Kichèsias V, Léôn VI406. Il faut attendre la publication de la pierre pour pouvoir trancher. Par ailleurs, Chr. Habicht se demande si le Léôn attesté en 106/5 à Delphes comme secrétaire des cavaliers athéniens appartient à cette famille, mais le nom figure dans l’inscription sans patronyme ni démotique ni mention de la tribu ; et l’onoma Léôn me paraît trop courant en Attique pour établir ce rapprochement407.

  • 408 Par exemple Sarapion de Mélitè, Mèdéios du Pirée, Pyrrhos et Byttakos de Lamptrai, Dioskouridès de (...)
  • 409 IÉleusis 300, l. 24. Voir Habicht 2006, p. 359.

297La famille ne semble pas active à Délos, après que l’île fut redonnée aux Athéniens en 167, contrairement à d’autres familles athéniennes qui y acquirent richesse et influence grâce au commerce ou en occupant des postes clés408. À l’époque postsyllanienne, la famille maintient son influence sur la vie publique athénienne. Kichèsias V, fils de Léôn IV, est membre du génos des Kérykes : il figure en 20/19 dans un décret du peuple honorant le dadouque Thémistoklès d’Hagnonte, parmi les personnes désignées par ce génos pour témoigner devant le peuple à propos de l’honorandus409.

  • 410 D. J. Geagan, « A Family of Marathon and Social Mobility in Athens of the First Century B.C. », Ph (...)

298Il est rare de pouvoir retracer sur une aussi longue période les carrières des membres des familles athéniennes influentes. On peut citer comme parallèle la famille de Zènôn-Pamménès de Marathon, que l’on peut suivre du iie s. à la fin du règne d’Auguste410. Ses membres ont occupé les plus hautes magistratures à Athènes (stratège des hoplites, archonte, magistrat monétaire), mais aussi à Délos (épimélète de l’île, gymnasiarque, prêtre d’Apollon), où une partie de la famille s’est établie peu après 167. On ne leur connaît en revanche aucune occupation à Marathon : comme la famille de Léôn-Kichèsias, celle de Zènôn-Pamménès a exercé son activité principalement, si ce n’est exclusivement, en dehors de son dème d’origine.

* * *

299Il est temps de clore ce chapitre sur la vie politique des Aixonéens. Nous avons vu ces derniers promulguer un grand nombre de décrets honorifiques dans la seconde moitié du ive s., surtout en faveur de leurs co-démotes, qui se sont illustrés dans la chorégie lors du concours de comédie des Dionysies locales, ou qui ont bien rempli leur devoir de magistrat. Est apparue dans ce contexte une magistrature jusque-là unique dans un dème, celle de syndikos, assistant juridique du démarque. D’autres magistrats étaient en revanche tout à fait attendus, comme le démarque ou les trésoriers. Cette image sera complétée dans les chapitres suivants lors de l’analyse des autres inscriptions aixonéennes, où l’on trouvera encore d’autres charges locales.

  • 411 Whitehead 1986, p. 236-237 et p. 115-116 n. 153 ; il suppose qu’au départ les démarques étaient élu (...)

300Le lecteur sera peut-être étonné de la discrétion dans nos sources des Aixonéens ayant rempli la magistrature de démarque, alors qu’il s’agit de la figure politique majeure d’un dème. En effet, les trois démarques aixonéens connus par leur nom, Dèmosthénès, Hègèsiléôs et Dôrothéos, n’apparaissent pas ailleurs dans un autre rôle, que ce soit dans le dème ou dans la cité. Cela semble être pourtant la situation normale, comme l’a observé D. Whitehead, qui y voit le signe d’une fonction tirée au sort411 : si les démarques avaient été élus, on les aurait certainement choisis dans les familles les plus en vue, et on aurait plus de chances d’être renseigné sur eux ou sur leurs proches.

301L’analyse de ces quelques décrets honorifiques aixonéens a conduit à des considérations dépassant largement le niveau local. Le décret 5 a révélé pour la première fois une hiérarchisation des assemblées dans un dème, par la mention d’une assemblée principale (agora kyria), ce qui, à ce jour, n’était connu qu’au niveau de la cité.

302De nouveaux arguments ont été donnés en faveur d’une datation des décrets honorifiques 4 et 5 en 340/39, au lieu de la date de 313/2 retenue par la très grande majorité des chercheurs. Cela a des conséquences importantes pour la question de la suppression de la chorégie et de la création de l’agonothésie à Athènes, particulièrement sur le rôle de Démétrios de Phalère dans cette réforme, et sur son impact dans les dèmes : le décret 4 ne peut désormais plus être invoqué pour dater l’abolition de la chorégie après 313/2, ni pour dire que cette réforme n’a pas affecté les dèmes. C’est donc bien Démétrios qui doit être l’auteur de ce changement, probablement au tout début de son gouvernement.

303Concernant l’important décret des Aixonéens en l’honneur de Démétrios de Phalère (6), la restitution de nomothétès à la ligne 11 a été favorisée, alors que la plupart des commentateurs adoptent la restitution d’épimélètès ou de stratègos. Ainsi, c’est en sa qualité d’ambassadeur et de nomothète que les Aixonéens honorent le gouverneur. Ce document, à ce jour le seul de son espèce, n’était probablement pas unique en Attique : la cité avait sans doute elle-même décrété des honneurs pour le gouverneur, initiative qui a dû être plus ou moins suivie par les dèmes. Le décret d’Aixônè, hélas incomplet, loue particulièrement en Démétrios le pacificateur qui mit fin à la stasis entre les Athéniens pro- et antimacédoniens, et qui permit à la ville d’être à nouveau unie à son port.

304Dans l’avant-dernière section, a été soulignée la présence importante des Aixonéens dans la vie politique de la cité. Si certains démotes ont déménagé à Athènes ou au Pirée, centres de la vie politique et commerciale de la cité, bon nombre d’Aixonéens sont restés dans leur dème d’origine, ce qui ne les empêchait pas de participer aux délibérations des assemblées civiques et aux tribunaux, grâce à la proximité géographique du dème par rapport à la ville. Les quelques études de cas menées dans la dernière section montrent la forte implication de certaines familles dans la vie civique (Lachès, Chabrias, Léôn-Kichèsias), ce qui suppose qu’elles se sont établies en ville ou dans ses environs. Certains démotes se sont même illustrés à l’extérieur de la cité, comme Kallippos II, qui régna sur Syracuse pendant quelques mois, ou les vainqueurs des concours de la période (la famille de Lysis II, Chabrias). D’autres ont été particulièrement actifs dans leur dème, à l’image des fils de Chrémès, de Nausôn et ses fils, d’Aristokratès fils d’Aristophanès, d’Autéas fils d’Autoklès. D’autres Aixonéens enfin, de riche extraction, ont côtoyé des artistes ou philosophes célèbres (Lachès, Lysis II, Chabrias, Archippè).

  • 412 Étienne, Muller 2007. Sur les limites de l’utilisation des stèles funéraires pour l’étude des mouve (...)

305La variété de ces portraits montre bien que les Aixonéens ont su combiner dans un savant équilibre activité politique locale et pleine participation à la vie civique. R. Étienne et A. Muller, dans leur article sur les mouvements migratoires des démotes de la Mésogée d’après les stèles funéraires, ont été frappés par le nombre de ces migrants, qui serait bien plus élevé que celui des « sédentaires », et ont conclu à une « société en mouvement »412. L’étude d’Aixônè confirme en partie ce constat, mais fait apparaître aussi la nécessaire présence d’une bonne partie des démotes sur le territoire du dème et leur implication dans la vie locale. Une migration permanente massive des démotes aurait mené à la disparition du dème.

306Si les activités politiques dans le dème et dans la cité devaient passablement occuper les démotes, elles ne leur permettaient pas de vivre, et occasionnaient plutôt des frais importants. Nous allons maintenant traiter des activités économiques des Aixonéens, desquelles ils tiraient leur subsistance et, pour certains, leur prospérité.

Notes

1 καὶ γὰρ οὐδεµία ἀνθρωπίνη ἡδονὴ τοῦ θείου ἐγγυτέρω δοκεῖ εἶναι ἢ ἡ περὶ τὰς τιµὰς εὐφροσύνη (trad. E. Talbot, éd. Hachette).

2 L’ouvrage de référence reste Gauthier 1985. Voir aussi, pour les dèmes athéniens, Lasagni 2004.

3 Voir supra, p. 13.

4 Par exemple, Éleusis honore plusieurs Thébains (IÉleusis 70 et 71, milieu du ive s.), dont Damasias, métèque résidant dans le dème, qui a entre autres formé et instruit deux chœurs dithyrambiques pour les Dionysies locales. Damasias reçoit l’éloge public, une couronne d’or de 1 000 dr., la proédrie et l’atélie. On connaît aussi un décret de deux génè (les Eumolpides et les Kérykes) pour des étrangers auxquels le peuple a antérieurement accordé une couronne d’or et la sitèsis : les génè octroient l’éloge public et une couronne (IÉleusis 221).

5 IÉleusis 95, l. 7-10, 321/0 ou 318/7 : [ἐπει]δὴ ὁ [νό]µ[ος κ]ελεύε[ι] πρ[οσγρ]άφειν ἐν [τῶι ψ]ήφισ[µατι τὸν λα]µ-[β]άνοντα δ[ω]ρεὰν ὅ[τι] ε[ὐεργέτ]ηκεν τὴν πό[λι]ν.

6 Gauthier 1985, p. 15-16.

7 Ibid., p. 12.

8 M. Blech, Studien zum Kranz bei den Griechen (1982), p. 153-161 ; Henry 1983, p. 24-28 ; Whitehead 1986, p. 162-163.

9 IÉleusis 70, l. 35 : le dème d’Éleusis et les garnisaires athéniens accordent 100 dr. au Thébain Damasias pour le sacrifice (milieu du ive s.).

10 On le voit bien chez Eschine, 3, 11, 13, 14 et 31. Voir Chr. Veligianni, « Belobigung und Bekränzung von Rat und Magistraten im Zusammenhang mit der Rechenschaftsablegung », Hellenika 40 (1989), p. 239-256.

11 Sur les couronnes végétales, voir Henry 1983, p. 38-42.

12 A. W. H. Adkins, Merit and Responsibility: a Study in Greek Values (1960), chap. X-XII ; Whitehead 1993 ; Veligianni-Terzi 1997.

13 Whitehead 1993.

14 Veligianni-Terzi 1997, p. 211-212, p. 223, p. 268-269, p. 275-276, p. 283-284, p. 291-292, p. 302-303 ; Whitehead 1983, lequel considère uniquement les décrets qui datent entre 350 et 250 environ, pour des raisons de place.

15 SEG LV 252 (Halai Araphènidès) ; IG II2 1173 (Acharnes ?) ; IÉleusis 70. Première attestation au niveau de la cité en 325/4 (IG II3 367).

16 Voir Xénophon, Hiéron 7, 3-4, où le poète Simonide explique au tyran Hiéron en quoi la philotimia est louable.

17 Whitehead 1983, p. 69-70 et, de manière plus détaillée, id. 1993, p. 55-62 ; Veligianni-Terzi 1997, p. 192-195, p. 217-218, p. 247-254, p. 265-267, p. 270-272, p. 279-280, p. 293-294, avec les remarques de D. Whitehead, « Andragathia and Arete », dans L. Mitchell, L. Rubinstein (éds), Greek History and Epigraphy. Essays in Honour of P. J. Rhodes (2009), p. 47-58.

18 K. J. Dover, Greek Popular Morality in the Time of Plato and Aristoteles (1974), p. 165 (je traduis). Il renvoie à Hérodote, I 99, 2 et 136, 1, V 39, 1 et 42, 1, VI 128, VII 166, et à Thucydide, III 57, 1 et 64, 4.

19 Proxènes béotiens : IG I3 97 ; chorège de la tribu Pandionis : IG II2 1138 et 1139 ; citoyens morts à la guerre : SEG XXVIII 46 ; Cyrénien : IG I3 125 ; héraut de la Boulè et du peuple : IG II2 145 ; taxiarques : IG II2 500 ; soldats d’élite : IG II2 1209 (dème inconnu) ; commandant d’une garnison : IRham. 15.

20 Whitehead 1993, p. 67-68 ; Veligianni-Terzi 1997, p. 209-211, p. 222, p. 280-281, p. 286-287, p. 299-300.

21 Tribu : IG II2 1140, 1142, 1145, etc. Cité : IG II3 306.

22 Bull. ép. 1958, 356 (citation p. 289).

23 Anagrapheus : IG II3 469 et IG II2 487 ; bouleutes : IG II2 1142 ; mérarques d’Athmonon : IG II2 1203 ; les syllogeis du peuple : IG II2 1257. Pour d’autres exemples, voir Whitehead 1993, p. 68 n. 112. Voir aussi la discussion sur l’expression ἀρετὴ καὶ δικαιοσύνη infra, p. 130.

24 Whitehead 1993, p. 68-69 ; Veligianni-Terzi 1997, p. 212-213, p. 276, p. 300, p. 303.

25 Par exemple IG II3 917, IG II2 1159, IÉleusis 84.

26 À l’exception des numéros 16 et 17, que je réserve pour le chapitre sur la vie religieuse.

27 Voir le commentaire au numéro 3.

28 Voir la discussion sur le théâtre d’Aixônè supra, p. 69-71.

29 Sur Karapanos, voir supra, p. 92.

30 Je remercie K. Takeuchi de m’avoir fait part de ses notes critiques sur la lecture de l’inscription, et P. Hamon dont les remarques m’ont permis d’améliorer ma restitution des l. 5-6.

31 Le stoichedon est parfait, sauf à la l. 20, qui ne comporte que 23 lettres, et peut-être à la l. 9 (voir les notes critiques).

32 Le nom d’Euxénidès fils de Kallippos est restitué d’après IG II2 1927, l. 48-49 ([Εὐ]ξενί[δης] [Καλλί]ππο[υ]), une liste de citoyens classés par tribus et par dèmes, de la seconde moitié du ive s. (sur la nature de cette inscription, voir infra, n. 34). Mitsos voit un argument dans le fait que son collègue Léôphilos fils d’Eudikos est présent dans les deux inscriptions.

33 Le Lolling Nachlass est conservé au DAI à Athènes. La transcription de notre inscription, ainsi que celle des autres documents d’Aixônè édités par le savant allemand, figurent dans son carnet sur la fouille du tumulus de Ménidi (Ausgrabung des Kuppelgrabes von Menidi, inv. no 504), avant qu’il n’aborde son sujet principal.

34 IG II2 1927 est une liste de citoyens classés par tribus et par dèmes, de la seconde moitié du ive s. La nature de cette liste est difficile à établir ; il ne s’agit en tout cas ni d’une liste de diaitètes ni d’une liste de bouleutes, ainsi que l’a démontré Humphreys 2010, p. 77-78.

35 Haste horizontale centrale du epsilon tantôt plus courte, tantôt encore de même longueur que les autres ; nu déséquilibré ; forme encore « classique » du pi ; sigma aux branches écartées ; upsilon aux hastes obliques rectilignes ; oméga déjà ouvert ; lettres rondes plus petites ; absence d’ornements.

36 Une exception est le numéro 5, dont le préambule est particulièrement développé.

37 On attendrait en effet la particule de liaison δέ ou la conjonction de coordination καί, cette dernière étant moins fréquente, voir les exemples donnés par Henry 1983, p. 156 n. 112 (à propos des décrets de proxénie), et ses réflexions p. 133 et p. 156 n. 110-112.

38 L. Robert, « Les fêtes de Dionysos à Thèbes et l’Amphictionie », OMS VII (1990) [1977], p. 771 et n. 6, avec des exemples d’ἀκόλουθοι honorés dans des décrets avec les gens qu’ils assistent (technites, mystes, stratège, cithariste, juges étrangers venus à Mylasa).

39 Sur les syndikoi dans les cités grecques, voir N. Andriolo, « Syndikoi », DHA 28/2 (2002), p. 11-18 et, pour une époque plus tardive, J. Fournier, « Les syndikoi, représentants juridiques des cités grecques sous le Haut-Empire romain », CCG 18 (2007), p. 7-36. Pour l’Athènes classique, voir L. Rubinstein, Litigation and Cooperation. Supporting Speakers in the Courts of Classical Athens (2000), spécialement p. 43-44 pour les dèmes.

40 IG II2 1183, l. 14-16 (voir GHI 63 ; Vivliodetis 2007, E 3. Hagnonte ou Myrrhinonte). Sur l’attribution de cette inscription à Hagnonte, voir Traill 1986, p. 132 ; Wilson 2011 ; Bultrighini 2015, p. 235-236. Mais Wilson s’est rétracté (Wilson 2015, p. 132 n. 138), à cause de la borne hypothécaire publiée par A. Dova, « Επιγραφή υποθήκης από τη βασιλική Ολύµπου Καλυβίων Αττικής », Πρακτικά της Επιστηµονικής συνάντησης Νοτιανατολικής Αττικής 14 (2013), p. 59-68.

41 Il me semble en effet qu’il s’agit de magistrats, d’après le formulaire de IG II2 1203 (324/3), où six mérarques sont récompensés pour s’être bien occupés des sacrifices et des affaires communes. Mais Jameson 1982, p. 72-73, dans son commentaire à un bail de Rhamnonte, où les démotes du méros d’Archippos et de Stèsias mettent en location des terres sacrées (IRham. 180. Voir Pernin 2014, no 12), suppose que les membres des mérè sont des liturges divisés en groupes et qui endossent des charges que le démarque aurait eu de la difficulté à assumer seul, comme la mise en location des terrains appartenant au dème. Lasagni 2004, p. 93-94, pense que les mérarques sont soit des assistants administratifs du démarque, soit des responsables de groupes de démotes dans un cadre rituel. Pace Ismard 2010, p. 164 n. 87, qui se fonde sur l’exemple rhamnousien, rien ne permet de dire que les mérarques d’Athmonon sont des fermiers des baux. S. D. Lambert, ZPE 125 (1999), p. 121-122 n. 27 suppose que SEG XXIV 197 (début du ive s.) est une liste d’un méros d’Athmonon, dans laquelle 36 noms sont préservés.

42 Acharnes : SEG XLIII 26 A, l. 23 et LVII 124, l. 15-16 (expliqué par Kellogg 2013, p. 93-94 par la taille exceptionnelle de ce dème, dont les affaires devaient être plus compliquées à gérer que dans un dème plus petit ; Steinhauer 1992 pense plutôt à un poste créé par Démétrios de Phalère) ; Athmonon : voir n. 41 ; Myrrhinonte : IG II2 1182, l. 21-25 (voir Vivliodetis 2007, E 1) ; Hagnonte ou Myrrhinonte : IG II2 1183, l. 13-14 (voir GHI 63 ; Vivliodetis 2007, E 3) ; Pirée : IG II2 1177, l. 21-24 ; Iônidai et Kydantidai : SEG XXXIX 148. Voir Whitehead 1986, p. 140-141. Il n’est pas facile de définir ce que sont les méritai de Kytherros (IG II2 2496), pace Ismard 2010, p. 164 n. 87 et p. 166, qui en fait un peu rapidement des fermiers des baux ; Jameson 1982, p. 72-73, les compare aux mérarques (voir n. 41).

43 L’expression οἱ περὶ + nom propre à l’accusatif est courante pour désigner un groupe de personnes. Elle est à prendre ici dans un sens inclusif, Lachès faisant partie du groupe ainsi désigné. Sur les nuances de l’expression, voir S. L. Radt, « Noch einmal Aischylos, Niobe Fr. 162 N.2 (278 M.) », ZPE 38 (1980), p. 47-56, avec de nombreux exemples pris dans les sources littéraires, notamment pour des ambassadeurs, des stratèges, etc. Voir aussi les exemples donnés par Dow 1960, p. 396-397 et id., « The Parties who Honoured Paulina in Aspendos », JHS 82 (1962), p. 142-144, pour des néocores ou les utilisateurs d’un gymnase.

44 Whitehead 1986, p. 140 n. 109.

45 Par exemple les trente symbouloi spartiates de 396/5, dirigés par Lysandre (Xénophon, Helléniques III 4, 20 : οἱ ... περὶ Λύσανδρον τριάκοντα, avec Plutarque, Agésilas 6, 5 : … τοὺς τριάκοντα Σπαρτιάτας, ὧν ὁ Λύσανδρος ἦν πρῶτος). Dans le même sens, voir Fröhlich 2004, p. 92 n. 63, à propos du « président des eklogeis » Kléonothos dans IG XII 5, 1004, l. 12 (Ios, vers 290-280 : τοὺς [ἐ]γλογεῖς τοὺς περὶ Κλεόνοθον).

46 IG I3 227 II, l. 19 (424/3), IG II2 86, l. 14-16 (début du ive s.), IG II3 324, l. 23-24 (337/6), IG II2 907, l. 8-10 (milieu du iie s.).

47 Whitehead 1986, p. 419 no 89. Sur Lachès I et sa famille, voir infra, p. 160-161.

48 Voir annexe IV, s.v.

49 Voir Whitehead 1986, p. 123 n. 12 et 13 pour les sources. Éleusis honore ainsi des Thébains, un stratège, un sophroniste, un péripolarque, le démarque ; Halai Araphènidès, un liturge ; Myrrhinonte, un magistrat financier ; le Pirée, un citoyen d’un autre dème ; Rhamnonte, le commandant de la garnison. Pour Halai Araphènidès, il faut ajouter le décret SEG XLVI 153, honorant des chorèges locaux.

50 Voir Henry 1983, p. 25-28 sur l’expression κατὰ τὸν νόµον appliquée parfois à la valeur des couronnes décernées, et p. 214-215 à propos de cette expression dans l’accord de l’enktèsis.

51 Elle est présente dans les numéros 2, l. 22-28 et 4, l. 7-9 et 12-13, absente des numéros 5 et 16. Dans les autres décrets, la fin du texte, où la formule était susceptible d’apparaître, est manquante.

52 C’est le cas des numéros 2, 4, 5 et probablement du numéro 3. Le numéro 16 est en revanche exposé dans le sanctuaire d’Hébé car il récompense des personnes ayant officié lors de la fête de la déesse.

53 Voir Whitehead 1986, p. 96 n. 50 pour des exemples.

54 Pickard-Cambridge 1968, p. 42-56 sur les Dionysies rurales et p. 86-91 sur les chorèges lors des Dionysies urbaines ; Whitehead 1986, p. 150-152 sur la chorégie et p. 212-222 sur les Dionysies rurales ; Csapo, Slater 1994, p. 103-164 sur l’organisation des concours dramatiques et p. 286-305 sur l’audience ; Wilson 2000, p. 61-103 sur les tâches des chorèges urbains et p. 244-252 sur les dèmes ; Makres 2014. Pour les aspects religieux des Dionysies rurales, voir la section sur le sujet dans le chapitre 6.

55 Voir Ath. Pol. 56, 3 : l’archonte éponyme désigne les chorèges de la tragédie ; pour la comédie, ce sont les tribus, qui remplacent l’archonte éponyme dans ce rôle, peut-être à partir de l’époque d’Euboulos.

56 Par exemple la gymnasiarchie à Rhamnonte (IRham. 120) et dans un dème indéterminé (Isée, 2, 42), l’hestiasis (Théophraste, Carac. 10, 11 [en général] et Isée, 3, 80 [dans un dème indéterminé]).

57 Csapo, Slater 1994, p. 122. Il y a deux chorèges aussi dans le nouveau décret d’Halai Araphènidès SEG XLVI 153.

58 Guarducci 1987, p. 284.

59 Schol. Aristophane, Grenouilles 404 : ἐπὶ γοῦν τοῦ Καλλίου, τοῦτό φησιν Ἀριστοτέλης ὅτι σύνδυο ἔδοξε χορηγεῖν τὰ Διονύσια τοῖς τραγῳδοῖς καὶ τοῖς κωµῳδοῖς.

60 Wilson 2000, p. 282 ; Summa 2006, qui donne des exemples de liturgies locales assumées par les membres d’une même famille, soit en même temps (IG II2 3096 d’Aigilia ; 3095 d’Ikarion) soit séparément (IG II2 3092, l. 1 et 4 + SEG XLVI 250, l. 2 d’Acharnes ; 3103, l. 4-5 et 8-9 de Xypétè). L’exemple des Aixonéens Kallikratès fils de Glaukôn, honoré dans le décret 5, et de Glaukôn fils de Kallikratès, chorège en 317/6 (3), est mal choisi, car le premier n’exerce pas la chorégie.

61 On le déduit de SEG XXXIV 174, une dédicace érigée par les chorèges avec les noms des acteurs qui leur étaient associés.

62 Voir IG I3 969 : dédicace d’un chorège énumérant quatorze choreutes mais aucun acteur.

63 Voir P. Wilson, « Costing the Dionysia », dans M. Revermann, P. Wilson (éds), Performance, Iconography, Reception: Studies in Honour of Oliver Taplin (2008), p. 88-127 (p. 111-114) : 3 000 dr. pour le concours tragique des Dionysies urbaines en 410 (Lysias, 21, 1), sans dédicace (Wilson suppose 500 dr. de plus avec la dédicace, ou du moins le financement d’une grande fête) ; 1 600 dr. pour le concours comique en 402, avec dédicace de « l’équipement » (skeuè, probablement les masques) (Lysias, 21, 4. Wilson suppose 200 dr. de moins sans la dédicace) ; 5 000 dr. pour le dithyrambe des hommes en 409, avec dédicace du trépied (Lysias, 21, 2. Wilson suppose 4 000 dr. sans la dédicace). Wilson estime, de manière très hypothétique, à 2 500 dr. le montant des dépenses pour le dithyrambe des enfants, 3 000 dr. avec la dédicace du prix.

64 E.g. Wilson 2010, p. 43 : « We have no single case of a man who served as liturgist in both city and deme ». Voir infra, p. 157-159 sur la compatibilité entre activité locale et activité civique. Sur Hagnias d’Ikarion, voir Davies 1971, p. 3-4.

65 Sur Autéas (II) et Dèmokratès, voir annexe IV, s.v.

66 SEG LIV 58, 440-415 ? (voir infra, n. 70). Voir Whitehead 1986, p. 76 et p. 215-216. L’expression « ceux qui habitent à Ikarion » englobe probablement les Athéniens non Ikariens et les métèques ; on voit mal ce petit dème renoncer à solliciter ces derniers, pace Jones 1999, p. 71. À Éleusis, le Thébain Damasias est honoré pour avoir formé et instruit deux chœurs dithyrambiques (IÉleusis 70, milieu du ive s.), mais il a agi de son propre chef, en évergète, et non en tant que chorège dans le cadre d’un concours.

67 Voir D. Whitehead, The Ideology of the Athenian Metic (1977), p. 80.

68 Pirée : Ath. Pol. 54, 8. Ikarion : SEG LIV 58 (voir infra, n. 70), avec possibilité d’antidosis.

69 SEG LIV 57, l. 2 et 23. Sur les Dionysies d’Ikarion, voir Foucart 1904, p. 81-85.

70 SEG LIV 58, 440-415 ? Voir A. K. Makres, « The Rediscovery of IG I3 253-4 », dans A. P. Matthaiou, G. E. Malouchou (éds), ττικα πιγραφαί. Πρακτικ συµποσίου ες µνήµην Adolf Wilhelm (1864-1950) (2004), p. 123-140 ; Wilson 2015 (dont les interprétations comportent « a significant degree of speculation », comme le reconnaît l’auteur lui-même, p. 140).

71 Mussche 1998, p. 29-34.

72 SEG XXXIV 107 (vers 420 ? d’après A. P. Matthaiou, dans L. Mitchell, L. Rubinstein [éds], Greek History and Epigraphy: Essays in Honour of P. J. Rhodes [2009], p. 206 no 8). Voir P. Wilson, « Choruses for Sale in Thorikos? A Speculative Note on SEG 34, 107 », ZPE 161 (2007), p. 125-132 ; id., « The Decree of Teleas from the Theatre of Thorikos, Revisited », ZPE 184 (2013), p. 159-164. Il est intéressant de comparer ce décret avec le document semblable d’Ikarion dont il vient d’être question.

73 SEG XL 128 = IG I3 ad. 258 bis (vers 420 ?) ; SEG XXXIV 174 (vers 375-325). Citons encore, dans le dossier épigraphique de Thorikos, une épigramme votive émanant d’un chorège (IG I3 1027 bis, 435-410 ?), et une liste de chorèges vainqueurs (SEG XL 167, ive s.). Sur les inscriptions de Thorikos liées au théâtre, voir D. Whitehead, « Festival Liturgies at Thorikos », ZPE 62 (1986), p. 213-220, D. Summa, « Una iscrizione coregica di Thorikos? », ZPE 136 (2001), p. 71-76 et ead. 2006.

74 Outre à Thorikos et à Ikarion, des théâtres ont été fouillés à Halimonte, Euônymon, Rhamnonte, Pirée (voir Moretti 2001, p. 127-134), et Acharnes tout récemment (AD 62 2007 [2014] Chron. B1, p. 184-186. Goette 2014, p. 84-85 doute cependant, vu la relative petite taille du bâtiment, qu’il ait accueilli les concours dramatiques du plus grand dème de l’Attique ; mais la dimension totale du koilon est encore inconnue). La proédrie est attestée à Myrrhinonte (IG II2 1182, l. 2 ; voir Vivliodetis 2007, E 1) et peut-être à Sphettos (SEG XXXVI 187). Sur le possible théâtre d’Halai Aixônidès, voir supra, p. 55 n. 146. Il est tout à fait envisageable que des théâtres de dèmes aient été utilisés par des dèmes voisins dépourvus d’une telle infrastructure, ainsi que le pense Goette 2014.

75 Cela semble être le cas du théâtre du Pirée à Mounychie, voir Agora XIX L 13, 324/3 (voir la nouvelle édition et le commentaire de C. Carusi, « The Lease of the Piraeus Theater and the Lease Terminology in Classical Athens », ZPE 188 [2014], p. 111-135, ainsi que Slater 2011).

76 La présence de fours à chaux sur le site d’Aixônè est notée par des voyageurs du xixe s., voir supra, p. 51.

77 Voir IÉleusis 53 et 66 ; IG II2 3092-3099 ; peut-être SEG XXXVIII 263. On a pensé que certains monuments chorégiques des dèmes ruraux célébraient les victoires de démotes chorèges lors des Dionysies urbaines (IG  I3 969, IG II2 3091 et 3101), mais voir Makres 2014, p. 80.

78 Voir infra, p. 311 sur les Dionysies rurales. Des concours dramatiques sont attestés dans une douzaine de dèmes : Aixônè, Éleusis, Ikarion, Aigilia, Rhamnonte, Pirée, Thorikos, Acharnes, Anagyronte, Halai Araphènidès, Kollytos, peut-être Paiania (voir IG II2 3097) et Euônymon (voir SEG LVII 125) ; des théâtres sont attestés archéologiquement dans six d’entre eux, ainsi qu’à Halimonte, et peut-être Halai Aixônidès (voir supra, n. 74). Notons que d’autres fêtes locales incluaient aussi des concours, sur lesquels nous sommes mal renseignés : la fête d’Artémis Amarysia à Athmonon (Pausanias, I 31, 4-5 ; IG II2 1203, l. 17 ; peut-être SEG LI 193, mais G. N. Pallis, Horos 14-16 [2000-03], p. 95-97, la met en rapport avec les Dionysies locales), la fête des Tétrakômoi dans leur Hèrakleion (Pollux, IV 105 ; Étienne de Byzance, s.v. « Ἐχελίδαι » ; IG II2 3103-4).

79 SEG LIV 58, 440-415 ? (voir supra, p. 110 et n. 70).

80 Voir Wilson 2000, p. 386 n. 83 pour les sources, et appendice 3 p. 305-307 sur le dithyrambe dans les dèmes. Le Thébain Damasias a instauré deux chœurs dithyrambiques lors des Dionysies d’Éleusis, mais il n’y a pas eu de concours, et il n’est pas sûr que cette expérience ait été renouvelée. Sur ce cas particulier, voir supra, n. 66.

81 Voir Pickard-Cambridge 1968, p. 44 et p. 46-47 : la fête était placée sous l’autorité du démarque, le seul à être tiré au sort non par le dème mais par la cité ; la cité contribuait aux sacrifices, ainsi que les épistates d’Éleusis ; les éphèbes participaient à la procession, en tout cas à l’époque hellénistique ; la fête avait tant d’éclat que les concours dramatiques qui l’agrémentaient attiraient des auteurs prestigieux, comme Euripide, qui y aurait, dit-on, fait jouer une de ses tragédies (Élien, Hist. Var. II 13).

82 Platon, Lachès 182 d-183 b ; Démosthène, Sur la couronne (18), 180 ; Démocharès, FGrH 75 F 11 a (= Vie d’Eschine 2, 7).

83 Aristophane et Sophocle : IÉleusis 53 ; Euripide : IG I3 969 ; Dikaiogénès : IG II2 3092 ; Théodôros : SEG XXXIV 174. Voir B. Millis, « Out of Athens: Greek Comedy at the Rural Dionysia and Elsewhere », dans S. Chronopoulos, Chr. Orth (éds), Fragmente einer Geschichte der griechischen Komödie (2015), p. 228-249 (spécialement p. 229-236, où est évoquée l’hypothèse selon laquelle le Sophocle mentionné dans l’inscription d’Éleusis serait le petit-fils homonyme du célèbre poète tragique).

84 Sur la haute ancienneté et l’identité propre du théâtre dans les dèmes et de la célébration de Dionysos, voir Wilson 2000, p. 251-252, et Summa 2006.

85 Voir le numéro 4, où les circonstances de la victoire apparaissent clairement.

86 Whitehead 1986, p. 41 et p. 148 n. 166.

87 Je traduis. Les références de cette section se trouvent dans le lemme ci-après.

88 Sur la fouille de Bludov, voir supra, p. 53.

89 « In pago quem hodierni Trachones vocant » (Koehler) ; « Trouvée à Trakhonès » (Michel) ; « In vico Trachones (= Aixone) » (Kirchner) ; et encore récemment Brun : « dans le village de Trachones ». Sur le domaine de Trachônès, voir supra, p. 56-57 et p. 90-91. Milchhöfer comprend correctement : il place notre inscription tout naturellement sous la rubrique « Trachones (Pirnari) », et précise qu’elle a été trouvée à Pirnari avec nos numéros 1, 3, 5, 7, 8. Mais, à cette époque, il situe le théâtre trop au nord de cette zone, voir supra, p. 55 et p. 70.

90 Le registre du musée indique effectivement que la pierre a été donnée par le président de la Cour suprême, M. Simantiras.

91 Le stoichedon est parfait, sauf aux lignes 1 (18 lettres) et 2 (20 lettres). C’est dû probablement à la mise en évidence du nom du proposant et à la volonté de ne pas le couper.

92 Ἑκάτερον se rapporte aux personnages honorés et non aux couronnes, voir 17, l. 9-10, 3, l. 11 (rest.) et surtout 16, l. 7, où la formule est plus explicite.

93 Par ailleurs, le rogator est le même que celui du numéro 3. Sur cette famille, voir infra, p. 167.

94 3, l. 10, 5, l. 9, 17, l. 10-11. Le numéro 4, l. 6, avec une couronne d’or de 100 dr., est une exception, voir le commentaire ad loc.

95 Sur les montants des couronnes d’or dans la cité et dans les dèmes, voir supra, p. 98-99.

96 Voir M. N. Tod, « The Alphabetic Numeral System in Attica », ABSA 45 (1950), p. 126-139 (= id., Ancient Greek Numeral Systems: Six Studies [1979], p. 84-97).

97 Il a été suivi notamment par Wilson 2010, p. 46.

98 Mais Takeuchi, qui ne décèle aucune trace du chiffre sur la pierre, considère que le montant de 1 000 dr. n’est pas à exclure. Relevons par ailleurs que dans les addenda et corrigenda p. 672, Kirchner émet tout de même un doute quant au chiffre qu’il lit à la ligne 10, car il remarque qu’il ne correspond pas au prix d’une couronne d’or.

99 Pour des exemples du mot πρόσοδος (au singulier ou au pluriel) pour désigner les revenus d’un dème, voir Whitehead 1986, p. 149 n. 1. Pour d’autres exemples dans les décrets de dèmes où les personnes honorées reçoivent des sommes d’argent pour offrir un sacrifice, voir ibid., p. 162-163 n. 89 (les sommes sont de 10, 20, 50 ou 100 dr.).

100 Sur les prix des victimes sacrificielles en Attique, voir Ackermann 2007, tableau 2 p. 134.

101 Pour des exemples aixonéens, voir supra, p. 107 et n. 51.

102 Voir Whitehead 1986, p. 143-144, avec les références.

103 Voir IG I3 258, l. 12-14, où le dème de Plôthéia prend des dispositions pour la désignation par tirage au sort de magistrats financiers. Ce document montre qu’un dème prenait des mesures de sa propre initiative concernant la nomination de certains de ses magistrats.

104 Voir la mention, unique à ma connaissance, des « trésoriers des dieux » à Halai Araphènidès (SEG XXXIV 103, l. 31-32). Certains dèmes ont bien différencié dans leurs comptes l’argent des dieux et l’argent du dème, par exemple Ikarion (SEG LIV 57).

105 L’annualité des trésoriers ressort particulièrement bien de SEG XXVIII 102, l. 15-22 (Eitéa), SEG XLIII 26 et LVII 124, l. 5 et 10 (Acharnes), IG II2 1174 (Halai Aixônidès), et notre numéro 7. Pour les euthynai, voir SEG XLIII 26 A (Acharnes), IG II2 1174 (Halai Aixônidès). Je reviendrai sur cette procédure à propos du numéro 16.

106 Pour Aixônè, outre le décret 2, voir les numéros 4, l. 10-12, 5, l. 14 et 20, 7, l. 21 et 35. On trouve un trésorier seul à Acharnes par exemple, voir SEG XLIII 26 et LVII 124.

107 À Aixônè même, dans le numéro 5 ; Pirée (Agora XIX L 13, l. 25-27. Voir supra, p. 110 n. 75). Dans IRham. 17, l. 36-43, les responsabilités sont bien séparées entre le démarque (qui fait inscrire et ériger les stèles, avec les épimélètes) et le trésorier (qui fournit l’argent pour la confection des stèles). Dans le numéro 7, le démarque, les trésoriers, le locataire et une commission de démotes agissent ensemble pour la vente aux enchères du bois des oliviers.

108 Eitéa (SEG XXVIII 102, l. 15-22) ; Éleusis (IÉleusis 71, l. 5-8) ; Mélitè (restauré. Agora XVI 277, l. 13-15 [= XXXI 35]). À Acharnes (SEG LVII 124), le démarque et le trésorier donnent l’argent pour le sacrifice, mais le démarque fournit l’argent pour la gravure de la stèle. Le démarque agit seul dans tous les documents aixonéens, sauf dans les numéros 4 (trésoriers), 5 (démarque et trésoriers), 7 (trésoriers).

109 Voir Whitehead 1986, p. 96 n. 50.

110 Ibid., p. 144.

111 Je traduis. L’extrait est reproduit en entier supra, p. 53.

112 « E regione pagi Trachônes » (Koehler) ; « in vico Trachones (= Aixone ) » (Kirchner). Sur la position de Milchhöfer, voir supra, n. 89.

113 Auparavant, la pierre se trouvait au Musée national (glypta 1200), selon Kirchner.

114 Il a proposé aussi le décret 2, alors que son père était archonte. Sur cette famille, voir infra, p. 167.

115 Contra Guarducci (1987), selon laquelle la somme relativement faible dépensée pour les couronnes dans notre décret est due au fait que l’on se trouve dans un dème de la campagne, et non dans la cité, où les couronnes de 500 dr. sont la norme : « nell’ambiente campagnolo di un demo le cose si fanno più modestamente ». Mais dans les dèmes aussi la somme de 500 dr. est la plus courante ; les couronnes d’or de 100 dr. sont rares, on ne peut guère citer que IÉleusis 85, l. 10-14 (honore le démote Philokômos pour avoir proposé de mettre en location la carrière de pierre d’Héraclès. Voir SEG LIX 143). Sur la valeur des couronnes d’or, voir supra, p. 98-99.

116 Voir V. Chr. Pétrakos, Τ ρχαα τς λλάδος κατ τν πόλεµο 1940-1944 (reproduction du tome 31 de la revue Mentôr) (1994), p. 81-102 et p. 137-142 ; id. 2011, p. 24.

117 Les inscriptions publiques non stoichedon sont une exception dans le corpus aixonéen, et une rareté également dans l’épigraphie publique attique du ive s. en général, voir R. P. Austin, The Stoichedon Style in Greek Inscriptions (1938), p. 122 et p. 124.

118 Whitehead traduit par « with a fine love of honor ». Il me semble préférable de séparer ici deux qualités reconnues aux chorèges : la bonne conduite de la chorégie et le zèle.

119 Sur la traduction de ἑκάτερον, voir le commentaire au numéro 2.

120 Et non un thyrse comme le pensent Kyparissis, Peek, Gasparri, Giannopoulou-Konsolaki.

121 Kyparissis et Peek croient voir un alabastre dans la main gauche du satyre, mais il n’en est rien. E. Simon, LIMC Suppl. (2009), s.v. « Silenoi », p. 1111 no 9 ne donne pas beaucoup de détails car le relief avait déjà été décrit par Gasparri.

122 Sur les satyres échansons dans la céramique attique des vie-ve s., voir Fr. Lissarrague, La cité des satyres : une anthropologie ludique, Athènes, vie-v  e siècle av. J.-C. (2013), p. 139-141 et annexe 14.

123 Webster (1951) estime que le Dionysos du relief dérive de la même statue que le Dionysos de l’oenochoè de la Pompè à New York (Metropolitan Museum of Art), vase daté de 350 environ (G. M. A. Richter, Attic Red-Figured Vases: a Survey [1946], fig. 123) ; la position des figures n’est pourtant pas la même, le Dionysos du vase regardant vers l’arrière.

124 On trouvera une image de ces deux en-têtes chez Lawton 1995, nos 38 et 36.

125 Je dois le parallèle avec le relief funéraire de la fig. 21 à G. Biard, qui m’a signalé encore d’autres parallèles dans les reliefs funéraires (e.g. Scholl 1996, no 270, vers 360-340 [pour le style] ; CAT 2.286, vers 380 et CAT 3.821, 2e quart du ive s. [pour la position de Dionysos assis sur le rocher et celle du jeune satyre]). Qu’il en soit ici chaleureusement remercié.

126 Binnebössel 1932, p. 18-24 ; Meyer M. 1989, spécialement p. 114-119 sur les dèmes et p. 145-150 sur le type « relief votif » ; Lawton 1995, p. 1-77, spécialement p. 7 et p. 33-34 sur les décrets honorifiques des dèmes ; Marc 1993 sur un nouveau document émanant peut-être d’un dème.

127 La stèle qui figure chez Lawton 1995, no 176 et pl. 91 (2e moitié du ive s.), a été trouvée anciennement à Trachônès, elle est donc susceptible de provenir d’Euônymon ou d’Aixônè. C’est un décret honorifique dont le relief représente Dèmos (ΔΗ[- -] inscrit en dessus du personnage), peut-être le dème personnifié, couronnant un petit personnage masculin. Le texte du décret n’est pas conservé. Voir K. Glowacki, « A Personification of Demos on a New Attic Document Relief », Hesperia 72 (2003), p. 447-466, spécialement p. 453 ; A. C. Smith, Polis and Personification in Classical Athenian Art (2011), p. 101 et p. 139 DR 37.

128 Certains commentateurs ont voulu voir dans cette scène une représentation d’un drame satyrique. Mais outre le fait que ce genre n’est pas attesté dans les concours dramatiques d’Aixônè, rien n’indique sur le relief qu’on se trouve dans une pièce : il n’y a pas de décor, pas d’indication de la scène, pas de costume ni de masque.

129 Marc 1993 ; Lawton 1995, p. 22-27. Sur cette question, voir en dernier lieu M. Deene, « Who Commissioned and Paid for the Reliefs on Honorary Stelai in Classical Athens? Some New Thoughts », ZPE 198 (2016), p. 75-87.

130 Whitehead 1986, p. 219 n. 252.

131 Sur cette frise, dont la date est controversée, à l’endroit du mois Posidéôn, le mois des Dionysies rurales, on voit trois juges assis derrière une table sur laquelle sont placées cinq couronnes ; devant, il y a une branche de palmier et deux coqs s’affrontant. Voir Deubner 1932, p. 138, p.  248-254 et pl. 37 ; O. Palagia, « The Date and Iconography of the Calendar Frieze on the Little Metropolis, Athens », JdI 123 (2008), p. 215-238 (où la frise est datée de 138 apr. J.-C.) ; E. Simon, « Die Phainomena des Arat und der Kalenderfries in Athen », Thetis 19 (2012), p. 37-46 (où la frise est datée du ier s.).

132 Voir Wilson 2000, p. 238-242 ; J. R. Green, « Dedications of Masks », RA 2 (1982), p. 237-248, notamment p. 244-245 sur une dédicace chorégique trouvée à Ikarion (MN 4531) où l’on voit au moins quatre masques sculptés en relief. Pour d’autres exemples athéniens, voir E. Csapo, « The Context of Choregic Dedications », dans O. Taplin, R. Wyles (éds), The Pronomos Vase and its Context (2010), spécialement p. 84-96.

133 Type M « vieil homme » chez Trendall, Webster 1971, p. 13. Je le trouve plus proche du type N (fig. 24), qualifié d’esclave, ou du type A, qualifié de vieil homme (l’homme du couple de la fig. 25).

134 Type R « vieille femme » chez ibid., p. 13. Je la trouve plus proche du type T, qualifiée de « femme d’âge moyen », qui est celui de la femme du couple de la fig. 25.

135 Type N « esclave » selon T. B. L. Webster dans la deuxième édition de Monuments Illustrating Old and Middle Comedy (1969), p. 46 no AS 2. Il y voit un esclave aux cheveux crépus avec une barbe triangulaire se terminant en petite pointe, mais J. R. Green attribue le masque au type SS « jeune femme » dans la troisième édition de cet ouvrage (1978), p. 118 no AS 2. Je la trouve plus proche du type XC, qualifié d’« hétaïre » (fig. 26).

136 Type O « jeune homme » chez Trendall, Webster 1971, p. 13.

137 Type S « jeune femme » chez ibid., p. 13.

138 Voir la bibliographie dans le lemme. Voir aussi A. Hugues, « The Costumes of Old and Middle Comedy », BICS 49 (2006), p. 39-68. Ensemble, vases et terres cuites fournissent environ 650 images d’acteurs comiques, qui ont permis d’identifier plus de 250 personnages de la Comédie ancienne et moyenne.

139 M. Bieber, The History of the Greek and Roman Theater 2 (1961), p. 51-52 ; M. A. Micheli, « Rilievi con maschere, attori, poeti. Temi di genere e/o ispirazione poetica? », BA 103 (1998), p. 1-32 (spécialement p. 5-6) ; Schwarzmaier 2011, p. 100 et n. 689 (laquelle accepte pourtant la date de 313/2 pour notre inscription, et pense par conséquent que ces masques, « die der Mittleren Komödie näher stünden als der Neuen, zeigten, dass die neuen Maskentypen nicht schnell standardisiert wurden »).

140 K. Vierneisel, A. Scholl, « Reliefdenkmäler dramatischer Choregen im klassischen Athen. Das Münchner Maskenrelief für Artemis und Dionysos », MüJb 53 (2002), p. 7-55, où les auteurs supposent que le relief provient du sanctuaire d’Artémis à Brauron ; mais selon G. I. Despinis, « Die Kultstatuen der Artemis in Brauron », MDAI(A) 119 (2004), p. 310-312, le relief se trouvait plutôt dans le sanctuaire de Dionysos à Halai Araphènidès (act. Loutsa).

141 Voir en dernier lieu Trendall, Webster 1971, IV 8 a. Pollux, IV 143-154, après avoir parlé des masques tragiques, établit une longue liste de 44 masques comiques. Sa source semble être le Sur les masques d’Aristophane de Byzance, œuvre de la fin du ive-début du iiie s., mais Csapo, Slater 1994, p. 393 mentionnent comme autres sources possibles le dictionnaire encyclopédique de Pamphilos, une compilation des œuvres de Didymos et Tryphon (fin du Ier s.), et les 17 volumes de l’Histoire du Théâtre par le roi Juba de Maurétanie (25 av. J.-C.-23 apr. J.-C.).

142 Il est difficile de reconnaître les personnages, même avec des objets plus faciles à analyser comme les statuettes de terre cuite (car on a les vêtements et les attitudes en plus), et les identifications proposées par les spécialistes font rarement l’unanimité : par exemple, M. Bieber, Die Denkmäler zum Theaterwesen im Altertum (1920), n’est souvent pas d’accord avec les identifications de C. Robert, Die Masken der neueren attischen Komödie (1911), notamment p. 156-157 à propos du relief de Ménandre au Vatican.

143 Webster 1970, p. 37 rappelle que, pour la période entre la mort d’Aristophane et la première pièce de Ménandre (soit entre 370 et 321), on n’a aucune pièce complète, sauf trois adaptations latines de Plaute : Le Perse, Les Ménechmes, Amphitryon. À cela s’ajoutent quelques fragments. Voir aussi I. M. Konstantakos, « Tendencies and Variety in Middle Comedy », dans S. Chronopoulos, Chr. Orth (éds), Fragmente einer Geschichte der griechischen Komödie (2015), p. 159-198.

144 Webster 1970, p. 75.

145 Voir Schwarzmaier 2011, p. 100-101, qui montre qu’à la fin du ive s. on est encore dans une phase de transition entre Comédie moyenne et Comédie nouvelle, et que les nouveaux masques apparaissent petit à petit, sans remplacer complètement les anciens. La continuité entre certains masques de la Comédie nouvelle et ceux de la Comédie moyenne et même ancienne est déjà soulignée par T. B. L. Webster, « The Masks of Greek Comedy », BRL 32 (1949), p. 97-133.

146 Voir supra, p. 53.

147 « In pago quem Trachones vocant » (Koehler) ; « Trouvée à Trakhonès » (Michel) ; « In vico Trachones ( = Aixone) » (Kirchner) ; sur la position de Milchhöfer, voir supra, p. 113 n. 89. Sur la confusion entre le domaine de Trachônès et le village, voir le commentaire au numéro 2.

148 BCH 2 (1878), p. 568 n. 2.

149 Mes vifs remerciements à A. A. Trofimova et O. Novoseltseva du musée de l’Ermitage pour leurs informations sur la provenance de la stèle. Sur la collection Bludov, voir en dernier lieu M. Piotrovsky (éd.), The Hermitage Museum of St. Petersburg. The Greek Treasures (2004), p. 87.

150 La transcription est donnée d’après Kirchner essentiellement, et la photo donnée ici. Le stoichedon est parfait, sauf à la l. 6, qui a 46 lettres en raison de l’ajout gravé sur rasura.

151 Pour τὰ κοινά dans le même sens, voir IG II2 1204, l. 6 (fin du ive s., décret de Lamptrai pour un Acharnien), SEG LVII 131 D1a, l. 7 (milieu du ive s., décret de Teithras peut-être en faveur d’un ancien démarque [voir Papazarkadas 2007, p. 160 n. 25 ; Pernin 2014, no 13]), Agora XVI 44, l. 9 (376/5, décret de la tribu Cécropis pour deux de ses membres). Le mot peut désigner plus précisément les ressources communes, voir IG II2 1271, l. 7 (298/7, décret de thiasotes pour un trésorier), 1343, l. 18 (vers 37/6, décret des Sôtériastes pour un trésorier), IG I3 244 B, l. 4-5 (vers 460, règlement religieux du dème de Skambônidai). Pour notre texte, Jones traduit par « the communal properties of the Aixonians ».

152 Threatte 1980, p. 369 et p. 377-380 ; A. S. Henry, « Epigraphica », CQ 14 (1964), p. 240-248.

153 Whitehead 1986, p. 73 n. 27. Sur l’importance à accorder à la présence ou à l’absence de patronymes ou de démotiques dans les documents de la cité (listes de prytanes et de bouleutes, inscriptions éphébiques), voir Dow 1960, p. 385-390. Selon l’auteur, cela est rarement significatif, et s’explique le plus souvent par un manque de place ou par une négligence du rédacteur.

154 Voir Threatte 1996, p. 39 et p. 44-47.

155 « Deux habitants du dème d’Aixônè » (Miller) ; « deux Aixonéens qui ont rendu des services au dème » (Haussoullier) ; « deux démotes » (Michel et Kirchner). Giannopoulou-Konsolaki se montre évasive sur la question et se garde bien de les appeler chorèges. Notons que Kyparissis, Peek 1941 ne mettent pas ce document parmi les inscriptions du dème honorant des chorèges, avec lesquelles ils comparent le numéro 4 qu’ils publient. Jones pense que les deux hommes étaient actifs dans un autre domaine que la chorégie, mais il ne propose pas d’alternative.

156 Whitehead 1986, p. 218-219, suivi encore récemment par G. Tozzi, « Formule epigrafiche e descrizione dello spazio. Il caso di iscrizioni pertinenti al teatro di Atene e ad altri teatri dell’Attica », dans A. Inglese (éd.), Epigrammata 2. Definire, descrivere, proteggere lo spazio: in ricordo di André Laronde (2013), p. 317 n. 57. Une hypothèse tout aussi improbable a été émise par Wilson 2010, p. 47 n. 37 : « Was the second set of honorands […] being thanked for an advance offer to serve in the following year ? ».

157 Steinhauer 1992, soulignant la grande valeur des couronnes décernées par les Aixonéens, or il s’agit d’un montant tout à fait courant dans notre dème et ailleurs, voir supra, p. 98-99. En outre, contrairement à ce que pense le savant grec, la synchorégie est une rareté au niveau civique, et IG II 2 3091 et 3092 ne sont pas à verser à ce dossier, voir supra, p. 111 et n. 77. On trouve encore l’idée qu’il s’agit de chorèges chez Kellogg 2013, p. 84 n. 40.

158 Voir IG II2 1227 (131/0), décret honorifique des Athéniens de Salamine pour un gymnasiarque : la proclamation de la couronne aura lieu lors du concours de tragédie des Dionysies locales. Un décret des Athéniens et des mercenaires en garnison à Éleusis, Panakton et Phylè pour leur stratège Aristophanès accorde des honneurs exceptionnels : éloge, couronne d’or, statue à Éleusis, proclamation des honneurs à Éleusis lors des Halôa, à Panakton lors des Apatouries, à Phylè lors du sacrifice pour Artémis, à Athènes lors des Dionysies (IÉleusis 196, l. 28-32, 234 av. J.-C.).

159 Ainsi, la proclamation des couronnes pour les éphèbes et leurs instructeurs se faisait lors des principales fêtes du calendrier, notamment les Dionysies urbaines, voir e.g. SEG XV 104, l. 37-38 (127/6), IG II2 1008, l. 35-36 (118/7), 1011, l. 48-49 (106/5).

160 Veligianni-Terzi 1997, p. 296-298. Sur ces qualités, voir supra, p. 100-101.

161 Les exemples donnés par Veligianni-Terzi 1997 pour les dèmes sont en fait peu sûrs : D 11 (SEG XXVIII 102, Eitéa) est restitué, et on ne sait pas ce que le personnage honoré a fait pour être récompensé ; D 21 (Agora XIX L 13, Pirée. Voir supra, p. 110 n. 75) récompense un démote qui a augmenté les revenus communs issus de la location du théâtre, mais on ne sait s’il a agi en tant que magistrat ou en simple particulier. En revanche, dans le décret honorifique du Pirée pour Kallidamas de Cholleidai (IG II2 1214, l. 8-9, 1re moitié du iiie s.), il est peu probable que le personnage honoré ait endossé une magistrature, puisqu’il est originaire d’un autre dème.

162 Voir supra, p. 99.

163 Webster (1967) et E. Simon, LIMC Suppl. (2009), s.v. « Silenoi », p. 1115 no 45 reconnaissent aussi Papposilène dans notre personnage, mais pensent qu’il s’agit plus exactement d’un acteur déguisé. Or, la fig. 28 montre que la figure mythologique de Papposilène peut très bien avoir été représentée ainsi vêtue. Je remercie vivement B. Holtzmann pour la discussion que nous avons eue à ce sujet.

164 Sur ce type de scène, voir supra, p. 122-123.

165 Contra Schefold (1947), p. 20, qui voit dans le relief du numéro 5 une scène d’offrandes de remerciement par le chorodidaskalos (à droite ; il tiendrait sur sa gauche un volumen déroulé et un pupitre dont on ne verrait que la partie inférieure du pied) et un acteur déguisé en Papposilène (à gauche), suite à leur victoire ; il s’agirait même, selon lui, des deux Aixonéens honorés, qui auraient été à la fois chorèges, acteur (dans le rôle de Papposilène) et chef de chœur. Le « pupitre » est en fait la partie inférieure du thyrse ou du sceptre tenu par le dieu, et ce que Schefold prend pour un volumen semble plutôt être un élément du manteau du dieu rejeté sur l’épaule (voir Lawton 1995, p. 149).

166 Eschine, 3, 153-4 et 246 ; Démosthène, Sur la couronne (18), 120. Voir aussi Platon, p. VI 492, 6.

167 Eschine, 3, 41-45 ; voir aussi Démosthène, Sur la couronne (18), 120 (cependant, selon Canevaro 2013, p. 295, le document cité n’est pas une loi athénienne authentique, mais un « later forgery based on a misreading of Dem. 18 and Aeschin. 3 »). Cohen 2000, p. 114 voit à tort une explication à la proclamation aux Grandes Dionysies de certaines couronnes décernées par les dèmes dans la séparation géographique entre nombre de démotes et leur dème d’origine.

168 Dionysies rurales : IG II2 1178, l. 3-8 et 10-11, 1214, l. 28-29 ; IÉleusis 70, l. 19-24, 80, l. 13-21, 84, l. 10-11, 99, l. 9-16 ; IRham. 15, l. 6-7 ; SEG XXII 117, l. 8-9 (voir S. Alipheri, Horos 22-25 [2010-2013], p. 145-153). Amarysia d’Athmonon : IG II2 1203, l. 17. Tauropolia d’Halai Araphènidès : SEG XXXIV 103, l. 13-20.

169 Voir les exemples chez Whitehead 1986, p. 123 : démarque : IÉleusis 70, l. 19-24 et 80, l. 13-21 ; héraut : SEG XXXIV 103, l. 14-24 (Halai Araphènidès), IG II2 1178, l. 3-8 (Ikarion), IG II2 1214, l. 28-29 (Pirée), IRham. 15, l. 6-7.

170 Ἐκ τῆς διοικήσεως ἐκ τῶν περιόντων χρηµάτων τῶν ἐπὶ Θεοφράστου ἄρχοντος, expression que l’on retrouve, légèrement différente, par exemple chez Ps.-Démosthène, C. Néaira (59), 4, et dans un décret honorifique du dème d’Acharnes de 315/4 (SEG XLIII 26 A, l. 12-14).

171 Il est vrai que le préambule, là où la formule est le plus susceptible de figurer, n’est pas conservé dans tous les cas, et que bien souvent on ne possède qu’un ou deux décrets par dème. Mais il est frappant qu’au sein même du corpus épigraphique d’Aixônè, pourtant riche, la formule ne figure que dans ce document. On connaît en revanche un cas d’agora kyria dans un thiase (IG II2 1298, l. 7, 232/1) et dans un groupe d’éranistes (IG II2 1335, l. 3, 102/1). La restitution ταῖς ἀγοραῖ[ς κυρίαις] qui figure dans IG II2 2493, l. 14-15 est fausse, voir IRham. 180 (voir Pernin 2014, no 12).

172 E.g. Démosthène, C. Léocharès (44), 36 : ἐν τῇ τῶν ἀρχόντων ἀγορᾷ (dème d’Otrynè) ; IÉleusis 85, l. 23 : ἐν τῆι ἀ̣γορᾶ̣ι τ̣ῶν̣ δη̣µοτῶν̣ (332/1. Voir SEG LIX 143).

173 Ath. Pol. 43, 3-6, avec le commentaire de Hansen 1987, p. 25-28 ; plus généralement, sur le calendrier prytanique et les ekklèsiai, voir W. K. Pritchett, Athenian Calendars and Ekklesias (2001), chap. VI p. 184-235. Errington 1995 pense que dans les documents d’Asie Mineure des ive-iiie s., kyria traduit le fait que l’assemblée avait atteint le quorum nécessaire et était par là apte à délibérer. Ph. Gauthier, Bull. ép. 1996, 121, à propos de cet article, donne à kyria un sens plus général, à savoir que « l’assemblée était “habilitée” à délibérer sur le sujet en question, soit parce que le quorum avait été vérifié, soit parce que des “délais légaux” avaient été respectés (ainsi à propos de l’octroi de la politéia), soit plus simplement parce qu’il s’agissait de l’assemblée régulière et “souveraine” du mois, par opposition avec les assemblées “convoquées” pour traiter d’un sujet particulier » (p. 319).

174 Rhodes 1995 relève des lacunes et des imprécisions dans ce chapitre, et montre que certaines indications sont valables pour des époques nettement antérieures, « comme pourraient l’être aussi celles qui se rapportent aux assemblées » ajoute Ph. Gauthier, Bull. ép. 1996, 157.

175 Voir Whitehead 1986, p. 90-92, qui donne deux exemples montrant que ces deux activités primordiales pouvaient avoir lieu lors d’une seule et même assemblée (Démosthène, C. Léocharès [44], 39 pour Otrynè, Isée, 7, 27-28 pour un dème indéterminé).

176 C’était la tendance à la fin du xixe-début du xxe s., voir Müller 1880, p. 44 ; Haussoullier 1883, p. 6 ; V. von Schoeffer, RE V 1 (1903), s.v. « δῆµοι », col. 13.

177 Whitehead 1986, p. 90-92. On a pu déterminer que le dème d’Hagnonte ou de Myrrhinonte établissait un agenda pour les réunions : dans IG II2 1183, l. 36-38 (voir GHI 63 ; Vivliodetis 2007, E 3. 3e quart du ive s.), il est spécifié ce dont il sera traité lors d’une prochaine assemblée fixée au 19 Posidéôn, lorsque certains sujets, et apparemment pas d’autres, devront être traités. Whitehead ajoute qu’on ignore si une assemblée aurait été tenue le 19 Posidéôn de toute façon ou si c’est la date autant que l’agenda qui ont été fixés ici ; une assemblée autour de cette date devait sûrement être habituelle, pour discuter des récentes Dionysies rurales (voir A. Wilhelm, Urkunden dramatischer Aufführungen in Athen [1906], p. 238-239 ; Deubner 1932, p. 134-135). Dans IG II2 1174, l. 10-12, les euthynai des magistrats du dème d’Halai Aixônidès seront entendues en Hékatombaiôn, on peut donc supposer une assemblée ordinaire ce mois-là.

178 Harpocration, s.v. « δήµαρχος » ; Souda, s.v. « δήµαρχος » ; schol. Aristophane, Nuées 37.

179 Sur les diapsèphiseis, voir supra, p. 8 et n. 5.

180 D’après IG II3 327, première apparition de ἐκκλησία ; cette inscription date en réalité de 335/4, voir Ph. Gauthier, Bull. ép. 1995, 212. Ἐκκλησία κυρία apparaît en 334/3 (IG II3 333 a). Voir Hansen 1987, p. 25.

181 Errington 1994. Voir aussi id. 1995, sur l’Asie Mineure.

182 IG I3 41, l. 37, 49, l. 10, 237, l. 13 ; 123, l. 5-6 est entièrement restauré et ne peut être pris en compte. Selon Errington 1994, l’adjectif signifie à cette époque « souverain » ou « compétent ». Rhodes 1995 pense qu’à l’origine ἐκκλησία κυρία désignait l’assemblée ordinaire, que les prytanes devaient convoquer une fois par prytanie ; à un moment indéterminé entre 462/1 et la fin du ve s., le nombre des assemblées ordinaires par prytanie aurait été augmenté, et les Athéniens auraient décidé de donner un sens nouveau à ἐκκλησία κυρία, qui aurait désormais désigné l’assemblée principale de chaque prytanie. À propos d’Aristophane, Acharniens 19-24, où des ambassadeurs sont reçus à la κυρία ἐκκλησία sur la Pnyx, Errington dit que cela ne peut être la même κυρία ἐκκλησία que celle d’après 337/6, car celle décrite dans l’Athénaiôn Politéia ne mentionne pas la réception d’ambassadeurs ; mais Hansen 1987, p. 28 juge probable que ce genre d’affaire puisse être aussi porté devant l’assemblée principale, si la Boulè l’inscrit sur l’agenda au préalable.

183 Rhodes 1995.

184 Les spécialistes débattent pour savoir s’il s’agit d’une assemblée extraordinaire ou de l’une des assemblées ordinaires de la prytanie mais convoquée de manière inhabituelle. Voir en dernier lieu Hansen 2007, lequel adopte une position fédératrice, après avoir longtemps favorisé la seconde interprétation : « An ekklesia became synkletos if it was summoned otherwise, viz. at short notice and/or scheduled for a festival day, and/or prescribed by a decree of the boule or the demos passed in a previous meeting, and/or as an extra meeting » (p. 304).

185 IG II3 1334 et 1335 (169/8). Voir ibid.

186 Mes plus vifs remerciements à Cl. Sarrazanas, auteur d’une thèse soutenue en 2015, pour m’avoir fait lire une partie de ses travaux inédits et pour les nombreux échanges enrichissants que nous avons eus sur la question de l’abolition de la chorégie à Athènes. Cl. Sarrazanas, « Agonothésie, athlothésie et chorégie à Athènes. Organisation et organisateurs des concours civiques aux époques hellénistique et impériale », thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Chr. Chandezon, Montpellier, université de Montpellier, 2015.

187 IG II3 4, 467 et 468, monuments chorégiques de Nikias et de Thrasyllos.

188 D’après la date de IG II3 4, 518, première inscription agonothétique connue. S. D. Lambert, « The First Athenian Agonothetai », Horos 14-16 (2000-2003), p. 99-105 pense que le nom de l’agonothète à restituer est Androklès et non son frère Xénoklès, mais il n’exclut pas que les deux frères aient exercé l’agonothésie la même année (si IG II3 4, 519 date aussi de 307/6).

189 Sauf rares exceptions, comme Latini 2003, qui ne cite pas une fois les deux décrets aixonéens, ni les décrets d’Acharnes SEG XLIII 26 A et B, pourtant primordiaux pour son sujet.

190 Il n’y a guère que Miller 1865, d’après « le caractère si beau, si ancien » des lettres, Lolling 1879, p. 195, Webster dans ses divers travaux (voir les lemmes des numéros 4 et 5), suivi par Ghiron-Bistagne 1976, p. 88-90, et Tracy 1995, p. 99-100, à s’être prononcés pour la date haute. Il faut ajouter encore les auteurs du LGPN et J. S. Traill dans le PAA (voir annexe IV sous les noms des personnages figurant dans ces deux décrets). Rousopoulos 1864 mentionne prudemment les deux possibilités.

191 U. Köhler, « Dokumente zur Geschichte des athenischen Theaters », MDAI(A) 3 (1878), p. 240-241 ; Ferguson 1911 b ; Pickard-Cambridge 1968, p. 49, tout en acceptant p. 92 que Démétrios ait aboli la chorégie « while nomothetes in 316-315 B.C. » ; Williams 1985, p. 191-194, id. 1987 et id., « Ideology and the Constitution of Demetrius of Phalerum », dans C. D. Hamilton, P. Krentz (éds), Polis and Polemos: Essays on Politics, War, and History in Ancient Greece, in Honor of Donald Kagan (1997), p. 327-346 ; Latini 2003 ; Banfi 2010, p. 177-180.

192 O’Sullivan 2009 ; Csapo, Wilson 2010 (voir infra, p. 139-143 pour la critique de leurs théories). Il est difficile de comprendre ce que pense Summa 2003 : « Nel 307/6 a.C., sotto il regime di Demetrio Falereo [sic ], […] tutte queste coregie vennero rimpiazzate da un agonoteta » (p. 524-525).

193 Pour ne citer que les plus récents, Csapo, Slater 1994, p. 122, p. 143 et p. 156-157 ; Wilson 2000, appendice 4, p. 307-308 ; Kellogg 2013, p. 82-84 et p. 185-186 ; Arnaoutoglou 2014, p. 334-338.

194 Ainsi Steinhauer 1992, qui tente d’expliquer cette « exception aixonéenne » par l’appartenance (toute hypothétique) du proposant et des personnages honorés des deux décrets aixonéens à un groupe régional d’amis oligarchiques du Phalérien, qui utilisent la chorégie comme moyen de publicité personnelle et de propagande partisane. Sur sa fausse interprétation des personnages honorés dans notre décret 5, voir supra, p. 129.

195 Par exemple, O’Sullivan 2009, p. 171 rejette le témoignage des décrets aixonéens (« best assigned to 313/2 ») pour la question, car les Dionysies rurales gardent selon elle leurs chorèges jusque tard dans le iiie s., invoquant SEG XL 181, Agora XVI 136 et IG II2 3109. Mais dans la première inscription, Pétrakos restitue désormais [- - - στρατη]γήσα[ς - - -] et non plus [ - - - χορη]γήσα[ς - - -] (IRham. 141, 2e moitié du iiie s.) ; la deuxième n’a rien à voir avec les dèmes mais avec une tribu, de plus ni la date (entre la fin du ive et le iiie s. d’après la forme des lettres) ni le texte (la mention de χορηγός à la l. 3 est entièrement restituée) ne sont assurés ; quant à la troisième, voir infra, p. 142.

196 IG II2 1955 II, l. 18.

197 Voir annexe IV, s.v. « Σώσιππος ». On a trouvé à Glyphada la stèle funéraire du père de Glaukidès (GL 14).

198 Penchent pour le père, et donc pour la date haute du numéro 5 : Lolling 1879, p. 195, les auteurs du LGPN, s.v. ; optent pour le fils, et donc pour la date basse du numéro 5 : Whitehead 1986, p. 418 no 81 ; J. S. Traill mentionne les deux possibilités (PAA 276960, 276955, 556595, 556605). Webster 1951, p. 222 n. 7 et 1953-1954, p. 193, qui se prononce pour la date haute, estime que vingt-trois ans est un meilleur intervalle que quatre ans entre la chorégie du père et du fils ; par ailleurs, il estime plus probable qu’Autéas ait été chorège à l’âge de vingt ans et plus qu’à cinquante ans et plus, car « we have some evidence for the youth of choregoi ». Mais cette dernière affirmation suscite le doute. Sur le rapprochement entre Kallikratès fils de Glaukôn et le proposant d’un décret honorifique de la cité pour les éphèbes de la tribu Cécropis enrôlés en 334/3, voir les réserves émises dans l’annexe IV, s.v.

199 Tracy 1995, p. 99-100 et p. 73 n. 7.

200 Voir supra, p. 74.

201 Voir supra, p. 135 et n. 195.

202 SEG XLIII 26, inscription éditée par Steinhauer 1992. Le décret A récompense pour sa philotimia et sa dikaiosynè un trésorier qui a rendu ses comptes, organisé les Dionysies locales, et accompli les sacrifices qui lui étaient demandés. Dans le décret B (antérieur au A), on apprend qu’il a organisé les Dionysies avec le démarque et l’épimélète des Dionysies.

203 On aurait attendu en effet que les chorèges, s’il y en avait eu, soient mentionnés dans le décret B, voté à l’issue des Dionysies ; voir IG II2 1178 (1re moitié du ive s.), où les démotes d’Ikarion honorent le démarque et les chorèges pour s’être occupés de la fête et du concours des Dionysies.

204 Voir Fröhlich 2004, p. 353-355, où on trouvera une traduction des l. 1-18 du décret A. On ne retiendra pas l’interprétation de Wilson 2010, dans l’appendice p. 78-82 (suivi par Kellogg 2013, p. 82-84 et p. 185-186), dont les faiblesses ont été mises en évidence par Chr. Feyel, Bull. ép. 2011, 222 et par D. Knoepfler, Annuaire du Collège de France 2010-2011. Résumés des cours et travaux 111 (2012), p. 438-440.

205 Humphreys 2004, p. 193, pense que le trésorier du dème était soumis à la supposée loi de Lycurgue contraignant les liturges à dédier une phiale l’année de leur activité (voir IG II3 550, 333/2 ou 332/1 ?, avec les commentaires de D. M. Lewis, « Dedications of Phialai at Athens », Hesperia 37 [1968], p. 374-380 no 51 ; S. D. Lambert, « Ten Notes on Attic Inscriptions », ZPE 135 [2001], p. 52-59 no 4). Outre le fait qu’il me paraît imprudent d’assimiler la fonction de trésorier à une liturgie, l’inscription IG II3 550 ne mentionne que des phiales de 50 dr. environ. Steinhauer 1992 pense que cette loi aurait été étendue aux magistrats des dèmes, ce dont on n’a aucune preuve.

206 Steinhauer 1992 pense aussi que le trésorier d’Acharnes maniait de l’argent civique, contra Kellogg 2013, p. 91-92, qui estime que le budget du dème devait suffire.

207 Voir infra sur le décret 6. Kellogg 2013, p. 82-84 et p. 185-186, tentant de concilier les décrets d’Acharnes avec la date de 313/2 qu’elle retient pour le décret aixonéen 4, considère que l’abolition de la chorégie à Acharnes n’a duré qu’une année, et que le dème l’a rétablie dès 313 ; cette hypothèse est difficile à accepter.

208 À propos du trépied remporté par les chorèges vainqueurs au dithyrambe : « loin d’être le souvenir de leur victoire, selon le mot de Démétrios, [il] n’était que l’ultime profusion de leurs biens gaspillés, le cénotaphe de leur patrimoine disparu » (Plutarque, Sur la gloire des Athéniens 6 [Moralia 349 b, trad. Fr. Frazier, Chr. Froidefond, éd. CUF]). Déjà U. Koehler avait utilisé ce passage pour appuyer son hypothèse selon laquelle Démétrios avait aboli la chorégie (« Ein Fragment des Demetrios von Phaleron », RhM 53 [1898], p. 491-493).

209 La critique de la chorégie est dans l’air du temps, et on la trouve tant du côté des partisans de l’oligarchie que des démocrates : ainsi Aristote (Pol. V 8, 20, 1309 a), Lycurgue (1, 139-140), Démosthène (C. Leptine [20], 26). Pour d’autres exemples, voir Wilson 2000, p. 184-187 ; S. Scullion, « Talking of Festivals. The Status of Choruses and Choregia », dans J. Rasmus Brandt, J. W. Iddeng (éds), Greek and Roman Festivals. Content, Meaning, and Practice (2012), p. 217-245 (spécialement p. 231-238).

210 Voir les exemples figurant chez H. R. Goette, « Choregic Monuments and the Athenian Democracy », dans P. Wilson (éd.), The Greek Theater and Festivals. Documentary Studies (2007), p. 122-149.

211 Solon et Lycurgue, deux figures très populaires à l’époque de Démétrios, avaient légiféré de manière analogue en matière de luxe ostentatoire, voir Engels 1998, p. 141 et p. 145-146. Sur les anciennes lois d’Athènes ou d’autres cités comme sources d’inspiration majeures des réformes de Démétrios, voir Gehrke 1978, suivi par O’Sullivan 2009, chap. 5 p. 197-240 (laquelle reconnaît cependant plus volontiers que ce dernier les influences philosophiques sur l’œuvre législative du Phalérien).

212 E.g. Latini 2003 : Démétrios aurait voulu préserver le capital privé, et favoriser la reprise économique sur fond agraire, à la manière de Phocion (Plutarque, Phocion 29, 4-5), dont Démétrios était très proche. Mais le passage de Plutarque ne peut être interprété dans ce sens, voir H.-J. Gehrke, Phokion: Studien zur Erfassung seiner historischen Gestalt (1976), p. 104.

213 Pour éviter que les riches Athéniens ne renforcent leur influence dans la cité, notamment par le biais du clientélisme et de l’autocélébration, ce qui aurait été une menace pour Démétrios (e.g. Gehrke 1978, p. 173 ; L. Gallo, « Demetrio Falereo e il nomos arghias », AION[archeol] n.s. 3 [1996], p. 107-114). Dans la même veine, Steinhauer 1992 pense que le but principal de la réforme chorégique était de limiter les possibilités d’influence politique que fournissait la chorégie à leurs détenteurs, ainsi que les velléités de critiques antigouvernementales qui pouvaient s’exprimer par la voie du théâtre. Cela me paraît peu probable.

214 E.g. Wilson 2000, p. 271 : « A desire not to exacerbate tensions between a conspicuously extravagant élite and the poor is also to be detected too ». Banfi 2010, p. 174-180 prête aussi ce genre d’intention à Démétrios, tout en soulignant sa conformité avec les préceptes péripatéticiens.

215 E.g. Mikalson 1998, p. 60-62 ; Thrams 2001, p. 88. Gehrke 1978 a montré que les réformes de Démétrios n’étaient pas une application à la lettre des préceptes péripatéticiens ou platoniciens (voir aussi id., « Theorie und politische Praxis der Philosophen im Hellenismus », dans W. Schuller [éd.], Politische Theorie und Praxis im Altertum [1998], p. 101 n. 3), mais Haake 2007, p. 72-82 pousse son raisonnement à l’extrême, et tente de prouver, en faisant notamment un mauvais usage des sources épigraphiques, que l’action politique et législative de Démétrios n’est en rien empreinte de préceptes philosophiques.

216 En revanche, une explication par la disparition progressive du chœur dans l’art dramatique pour les nouvelles pièces et par la professionnalisation des artistes de théâtre à la fin du ive s. (voir B. Le Guen, « Théâtre et cités à l’époque hellénistique. Mort de la cité – mort du théâtre ? », REG 108 [1995], p. 84 n. 108 ; déjà Ferguson 1911 a, p. 56) ne me semble pas valable pour Athènes, où les chœurs continuent d’exister à l’époque hellénistique, en tout cas pour le dithyrambe, et pour les anciennes pièces que l’on jouait lors des Grandes Dionysies.

217 Contra Makres 2014, p. 86-89, qui, comme la majorité des chercheurs, qualifie de manière simpliste la réforme chorégique d’« oligarchique », puisqu’elle aurait aboli une liturgie censée être intimement liée au régime démocratique, et ruineuse pour les riches. On a vu supra, n. 209 que les critiques de la chorégie émanaient de personnes issues de divers courants politiques.

218 Ath. Pol. 56, 4 ; Rhodes 1993, p. 627-628 suppose que le changement a eu lieu sous Lycurgue.

219 O’Sullivan 2009, p. 168-185. Son hypothèse a rencontré un écho favorable auprès de D. Knoepfler, dans Annuaire du Collège de France 2009-2010. Résumés des cours et travaux 110 (2011), p. 554-555.

220 Sur la skepsis et l’antidosis, voir Wilson 2000, p. 57-61.

221 O’Sullivan 2009, p. 180.

222 Déjà Mikalson 1998, p. 55-56 rapprochait la réforme chorégique des mesures prises par Lycurgue pour réorganiser le financement des cultes civiques.

223 Sur cette loi, voir supra, p. 74.

224 Csapo, Wilson 2010, une version qui se veut selon eux « plus complète, plus claire et mieux argumentée » que id., « The End of the Khoregia in Athens: A Forgotten Document », dans M. C. Martinelli (éd.), La Musa dimenticata: aspetti dell’esperienza musicale greca in eta ellenistica (2009), p. 47-74. Leur article de 2010 a été repris quasiment à l’identique deux ans plus tard, en anglais : id., « From Choregia to Agonothesia: Evidence for the Administration and Finance of the Athenian Theatre in the Late Fourth Century B.C. », dans D. Rosenbloom, J. Davidson (éds), Greek Drama IV: Texts, Contexts, Performance (2012), p. 300-321.

225 IG II3 473, où la restitution est acceptée par Lambert, lequel propose en revanche la date de 329-322 ? (la mention du secrétaire de la prytanie, si elle est correcte, exclut en effet la période oligarchique de 322-318). Sur ce point, comme sur d’autres faiblesses de Csapo, Wilson 2010, voir les importantes critiques émises par Chr. Feyel dans Bull. ép. 2011, 240, et par D. Knoepfler dans Annuaire du Collège de France 2010-2011. Résumés des cours et travaux 111 (2012), p. 438-440.

226 E.g. IG II2 1184, l. 5-6 (334/3. Dans le dème de Cholargos, la prêtresse reçoit des denrées et de l’argent pour « la fête et l’épiméléia des Thesmophories ») ; le décret d’Aixônè 2, l. 11-12 (326/5) pour les chorèges et leur épiméléia envers les démotes ; IÉleusis 84, l. 5-6 et 9 (333/2) pour les éphèbes de la tribu Hippothontis pour leur épiméléia pour toutes les tâches qu’on leur a imposées à Éleusis ; IG II3 920, l. 16 (266/5 ? Un archonte éponyme récompensé entre autres pour l’épiméléia dont il a fait preuve dans l’accomplissement de tout ce qui dépendait de sa charge) ; IG II2 1043, l. 32 (38/7. Un cosmète récompensé pour son épiméléia générale pour toutes les tâches qui lui avaient été confiées).

227 Csapo, Wilson 2010 s’étonnent de l’expression ligne 6 τοῖς αἰεὶ χορηγοῦσιν appliquée à des chorèges, et passent beaucoup de temps à essayer d’expliquer cette pseudo-exception, qui montrerait que les chorèges sont assimilés ici aux agonothètes et aux prytanes. Il n’y a pas à chercher très loin pour trouver un parallèle, voir 2, l. 23-24.

228 Plutarque, Phocion 31.

229 Pickard-Cambridge 1968, p. 92 et n. 1. L’hypothèse de l’anachronisme avait déjà été émise par E. Capps, « The Dating of Some Didascalic Inscriptions », AJA 4 (1900), p. 85 n. 1.

230 IG II3 1035 (vers 245). Voir Chr. Habicht, « Die beiden Xenokles von Sphettos », Hesperia 57 (1988), p. 323-327.

231 On ne peut reconstituer ni la chronologie ni l’intégralité de la carrière d’un individu sur la base des considérants dans un décret honorifique de ce type, voir les remarques de Gauthier 1979, p. 385-387, à propos du décret pour Phaidros de Sphettos (IG II3 985) ; l’auteur insiste notamment sur la recomposition des considérants par le rédacteur de la proposition.

232 5, 13-14 : τῷ χορηγεῖν διέφερον [καὶ τῇ] φιλοτιµίᾳ : « (je dois dire que) je me suis distingué par ma chorégie et ma munificience » (éd. et trad. J.-M. Jacques, éd. CUF).

233 Dans la notice à La Samienne, éd. CUF, 2003, p. XLVIII-LXV. L’argument de La Samienne est aussi présent chez Latini 2003, qui date la pièce de 310-309.

234 Csapo, Wilson 2010, p. 87 n. 14

235 IRham. 120.

236 Louvre, Ma 756. Voir la discussion chez Agelidis 2009, p. 68-69 et cat. no 172.

237 Musée de l’Agora, S 2098. Voir ibid., p. 51 et cat. no 95. Csapo, Wilson 2010 donnent le numéro d’inventaire MN S 2098, ce qui doit être une erreur.

238 S. C. Humphreys, « Notes on Attic Prosopography », ZPE 160 (2007), p. 71 ; M. J. Osborne, « The Athenian Decree for Kallias of Sphettos and the Panathenaia », dans A. P. Matthaiou, N. Papazarkadas (éds), Αξων: Studies in Honor of Ronald S. Stroud (2015), I, p. 59-76 ; Cl. Sarrazanas, dans sa thèse à paraître (voir supra, n. 186).

239 Sur les amphores panathénaïques et la mention du nom d’un magistrat, voir M. Bentz, Panathenaische Preisamphoren (1998), p. 24-26 ; J. M. Barringer, « Panathenaic Games and Panathenaic Amphorae under Macedonian Rule », dans O. Palagia, S. V. Tracy (éds), The Macedonians in Athens, 322-229 B.C. (2003), p. 243-256.

240 Sur la base de Sphettos, voir infra, p. 151. La tablette de défixion SEG LIV 398, qui porte les noms de Macédoniens et de pro-Macédoniens, dont Démétrios de Phalère et Cassandre, est de datation incertaine ; elle remonte peut-être à la « guerre de quatre ans » (307-303), pendant laquelle Cassandre tenta de récupérer Athènes (voir Chr. Habicht, Pausanias’ Guide to Ancient Greece [1985], p. 81-82, qui propose la date de 304 ; voir encore Habicht 2006, p. 92 et p. 426 n. 24).

241 K. S. Pittakis, AEph 1842, p. 519 no 859 mentionne encore une stèle funéraire (GL 11) trouvée lors de cette petite fouille.

242 À la suite de Pittakis, qui déclare : Εὑρέθη εἰς τὰς κατὰ τὸν Δῆµον Αἰξωνέα ἀρχαιολογικὰς ἐρεύνας (« Elle a été trouvée dans les fouilles archéologiques dans les environs du dème d’Aixônè »). La stèle ne figure pas dans l’inventaire de Milchhöfer 1888, tout comme notre numéro 16, peut-être car elles se trouvaient au musée de la Société archéologique (voir infra, p. 293).

243 Notre stèle figure en effet parmi les objets de la collection Pittakis vendus par ses héritiers, d’après une liste conservée dans les archives de la Société archéologique (reproduite dans V. Chr. Pétrakos, « Ἀρχαιολόγοι καὶ ἀρχαιότητες », Mentôr 80 [2006], p. 98-99).

244 Beaucoup d’auteurs traduisent ἐστιν par un passé (Brodersen et al. ; SOD ; Haake ; Banfi). Il vaut mieux garder le présent, qui souligne que Démétrios se montre continuellement bon envers les Athéniens, et non pas seulement en une seule occasion.

245 Les auteurs du SOD préfèrent ne pas compléter ni traduire la lacune du début de la ligne 11. Brodersen et al. proposent trois solutions : épimélète, nomothète, stratège. Haake accepte la restitution « épimélète », tout comme Bertrand et Banfi, lesquels traduisent respectivement par « commissaire » et « curatore ». Voir le commentaire sur cette lacune infra, p. 152-155.

246 Par exemple, il restaure le nom du rogator « Philokratès », ce qui est trop court.

247 Cela le conduit par exemple à proposer « Kallikratès » pour le rogator, restitution trop courte.

248 Voir en dernier lieu Habicht 2006, p. 55-71.

249 Sur le nombre des Athéniens privés de leurs droits politiques sous Antipater, voir E. Poddighe, Nel segno di Antipatro (2002), p. 59-73, où sont confrontés les témoignages de Diodore et de Plutarque, en faveur du premier.

250 Le mot figure dans IG II2 448, l. 61, 318 av. J.-C.

251 Diodore, XVIII 68, 1-3 et 74, 1-3.

252 Jones 2004, p. 111, renvoyant à nos documents 7 et 8.

253 Voir le commentaire sur l’andragathia ci-dessus, p. 100.

254 Gauthier 1979, p. 354 n. 15, estime qu’aux l. 5-6 de notre décret il est fait allusion « à l’arrivée d’Alexandros, fils de Polyperchôn, qui établit son camp en Attique [en 318] ». Mais il semble que l’affaire déboucha sur un arrangement entre Alexandros et Nikanor, plutôt que sur un affrontement. Il doit plutôt s’agir d’événements plus récents, à savoir les affrontements de 317 entre Polyperchôn et Cassandre, durant lesquels le dernier s’empara de Panakton (voir supra, p. 147-148 pour le contexte historique).

255 Contra Gauthier 1979, p. 354-355 et n. 15, qui interprète les l. 8-10 de notre décret comme témoignage de la séparation physique d’Athènes et du Pirée, et non d’une stasis. Selon lui, le verbe διέλυσε à la l. 8 « doit s’entendre “il a mis fin (à l’état de guerre)” et doit se rapporter à ce qui précède », mais que faire alors de la mention des Athéniens qui suit immédiatement ? Sur les partisans athéniens de l’oligarchie, qui s’étaient réfugiés au Pirée après la chute de Phocion, voir supra, p. 148.

256 Gauthier 1979 a bien montré les graves troubles politiques, économiques, religieux et sociaux qu’engendrait pour les Athéniens une séparation de la ville et du Pirée. Rappelons par ailleurs que la stasis était le pire des maux pour les Athéniens et que ceux qui parvenaient à la résorber étaient honorés quasiment comme des héros : songeons par exemple à Thrasybule, le chef des démocrates du Pirée qui mit fin à la tyrannie des Trente, et qui fut enterré au dèmosion sèma (Pausanias, I 29, 3).

257 IRham. 7, avec le commentaire de Chr. Habicht, « Divine Honours for King Antigonus Gonatas in Athens », SCI 15 (1996), p. 131-134 (repris dans id., The Hellenistic Monarchies: Selected Papers [2006], p. 285-288). Voir aussi M. Haake, « Antigonos II. Gonatas und der Nemesistempel in Rhamnous. Zur Semantik göttlicher Ehren für einen hellenistischen König an einem athenischen “lieu de mémoire” », dans M. Haake, M. Jung (éds), Griechische Heiligtümer als Erinnerungsorte: von der Archaik bis in den Hellenismus (2011), p. 109-127.

258 Bull. ép. 1994, 299. I. Kralli, « The Date and Context of Divine Honours for Antigonos Gonatas – a Suggestion », dans O. Palagia, S. V. Tracy (éds), The Macedonians in Athens, 322-229 B.C. (2003), p. 61-66, propose (de manière peu convaincante) de dater le décret de Rhamnonte aux alentours de 245.

259 Sur ce point, on trouvera toutes les informations nécessaires chez Habicht 2006, p. 71-84.

260 Voir Thrams 2001, p. 49-54 et p. 72 ; P. Paschidis, Between City and King: Prosopographical Studies on the Intermediaries between the Cities of the Greek Mainland and the Aegean and the Royal Courts in the Hellenistic Period (320-190 B.C.) (2008), p. 58-65 (mais qui affirme étrangement que les ambassadeurs de 317 sont inconnus) ; O’Sullivan 2009, p. 24-26 sur l’ambassade de 322, p. 39-41 sur celle de 317.

261 Athénée, XII 542 f parle d’« amitié » entre les deux hommes.

262 Diodore, XVIII 74, 1-3.

263 Un parallèle partiel peut être trouvé dans le décret athénien honorant Eurykléidès de Kèphisia, qui a rendu possible la réunification d’Athènes et de son port en 229 (IG II3 1160, vers 215) : avec son frère et d’autres, Eurykléidès a rendu la liberté aux Athéniens en récupérant le Pirée, vendu par le commandant macédonien Diogénès.

264 Banfi 2010. Voir aussi M. Gagarin, « The Legislation of Demetrius of Phalerum and the Transformation of Athenian Law », dans W. W. Fortenbaugh et al. (éds), Demetrius of Phalerum: Text, Translation and Discussion (2000), p. 347-365, et O’Sullivan 2009, chap. 2 (p. 45-103).

265 Démétrios a écrit de nombreux ouvrages, notamment sur sa propre législation (« Περὶ τῆς Ἀθήνησι νοµοθεσίας »), sa décennie de gouvernement (« Περὶ τῆς δεκαετίας »), la constitution d’Athènes (« Περὶ τῶν Ἀθήνησι πολιτειῶν » ; « Ὑπέρ τῆς πολιτείας »). Il ne subsiste que quelques fragments de son œuvre colossale. Réfugié à Alexandrie chez Ptolémée, il devint son conseiller et continua ce qu’il avait fait à Athènes, car on sait qu’entre autres activités il conseilla le roi sur le code de lois d’Alexandrie (Diogène Laërce, 5, 37 ; Élien, Hist. Var. III 17).

266 SEG XXV 206. Comme le note Habicht 2006, p. 420-421 n. 48, on ne peut pour le moment déterminer avec certitude si cette base concerne Démétrios ou son petit-fils homonyme, car le sculpteur Antignôtos est inconnu par ailleurs (pace A. Latini, « Demetrio Falereo e le arti figurative nel decennio di governo ateniese (317-307 a.C.) », RIASA 57 [2002], p. 77 et n. 142, qui l’identifie avec le sculpteur mentionné chez Pline, XXXIV 86). S. V. Tracy, « Demetrius of Phalerum: Who Was He and who Was He Not? », dans W. W. Fortenbaugh et al. (éds), Demetrius of Phalerum: Text, Translation and Discussion (2000), p. 336 avoue ne pas pouvoir dater les lettres avec certitude, penche finalement pour le iiie s., tout en reconnaissant que l’inscription pourrait dater du dernier quart du ive s. Mais le fait que la base ait été retournée et réutilisée peu de temps après pour un groupe statuaire en marbre pourrait indiquer qu’elle était à l’origine destinée à Démétrios (voir C. M. Keesling, « Early Hellenistic Portrait Statues on the Athenian Acropolis. Survival, Reuse, Transformation », dans P. Schultz, R. von den Hoff [éds], Early Hellenistic Portraiture [2007], p. 150-152). La base d’Éleusis IG II2 2971 (IÉleusis 195) n’est plus à verser à ce dossier comme l’a montré Tracy, voir infra, p. 153 ; Jones 2004, p. 110-111, la cite pourtant encore parmi les parallèles au décret d’Aixônè. M. Munn est tenté de restituer le nom de Démétrios de Phalère dans la rasura à la l. 1 d’une base portant une liste de dédicants (des hypaithroi ?) de la garnison de Panakton (Boeotia Antiqua VI [1996], p. 53-55 [SEG XLVI 249], fin du ive s.).

267 Nos sources parlent généralement de 300 ou 360 statues ; on trouve même chez Favorinus d’Arles le chiffre de 1 500, ce qui est sûrement exagéré (pour les références, voir SOD, p. 60-65). Qu’importe le nombre exact, cela veut dire qu’il y en avait beaucoup, et il faut probablement compter avec celles érigées dans les dèmes. Tracy 1995 et Parker 1996, p. 258 n. 8 pensent que les sources littéraires qui s’expriment sur ces statues ont confondu avec Démétrios Poliorcète, mais von den Hoff 2003 estime qu’il n’y a aucune raison de douter de leur témoignage ; même opinion chez Azoulay 2009.

268 Diogène Laërce, 5, 77. Voir von den Hoff 2003 : parmi les statues honorifiques dédiées par la Boulè ou le Dèmos, celles de Démétrios de Phalère et d’Olympiodore sont les seules à avoir été érigées sur l’Acropole au début de l’époque hellénistique. Azoulay 2009 pense que cette statue du Phalérien sur l’Acropole était une « statue horrifique », laissée là pour « conserver une trace monumentale de l’infamie du tyran […]. Sa présence incitait par contraste le peuple athénien à rester dans le droit chemin, en lui proposant un contre-modèle à exécrer » (p. 333). Mais la statue a peut-être été laissée en place tout simplement en raison de l’empreinte sacrée dont elle était marquée.

269 Les statues de bronze accordées publiquement en très grand nombre au gouverneur gagnent à être mises en relation avec le décret honorifique des Aixonéens, pace Azoulay 2009, qui les interprète d’étrange manière : « C’est que les résidents des dèmes avaient toutes les raisons d’exprimer leur gratitude au gourvenant d’Athènes qui avait très probablement pris des mesures économiques [sic] en leur faveur. Fruits d’un compromis avec les élites régionales, les statues de Démétrios refléteraient donc le triomphe d’une Athènes décentrée et la relative marginalisation des institutions civiques traditionnelles au profit des dèmes » (p. 313).

270 Voir A. Bardelli, « La rappresentazione letteraria di Demetrio Falereo nella tradizione storiografica antica. Aspetti propagandistici e motivi denigratori », Acme 52 (1999), p. 3-25. On trouvera les sources dans le SOD, avec une traduction en anglais.

271 Ces critiques furent écrites quelque temps après la chute de Démétrios, car elles font référence au plaidoyer politique « Περὶ τῆς δεκαετίας » (Sur la décennie) par lequel Démétrios répondit à ses détracteurs.

272 E.g. Tracy 1995, p. 45-46 ; V. Charamis, « Δηµήτριος Φαληρεύς ο φιλόσοφος και τύραννος », Platon 55 (2006-7), p. 309-310 (tout en pensant que le titre officiel de Démétrios était stratège, en raison de la base d’Éleusis, en réalité faussement attribuée au gouverneur [voir infra, p. 153]) ; Haake 2007, p. 65 n. 227 et p. 75 ; Csapo, Wilson 2010, p. 50-51 n. 61.

273 « […] et on nommerait épimélète de la cité un Athénien, celui qu’il plairait à Cassandre. Démétrios de Phalère fut choisi » (Diodore, XVIII 74, 3, trad. P. Goukowsky, éd. CUF). Voir aussi Diodore, XX 45, 2.

274 On considère généralement que la source principale du livre XVIII de Diodore est Hiéronymos de Cardia, contemporain des événements, qui avait accès aux archives macédoniennes et qui a probablement séjourné à Athènes (voir K. Rosen, « Political Documents in Hieronymus of Cardia (323-302 B.C.) », AClass 10 [1967], p. 41-94 [p. 75 no 46 pour notre traité]). Il est donc possible qu’il ait vu le texte original du traité (c’est l’avis de Banfi 2010, p. 57-63).

275 Lykiskos : Diodore, XIX 36, 5. Hiéronymos : Plutarque, Démétrios 39 ; voir J. Hornblower, Hieronymus of Cardia (1981), p. 13-14. Voir encore G. Sinatti, « Epimeletes ed Epimeleia in Diodoro Siculo XVIII-XX », Studi Ellenistici VIII (1996), p. 97-122 (lequel accepte pourtant la restitution épimélètès dans notre décret aixonéen).

276 Heuss 1937, p. 53, et plus récemment Lehmann 1997, p. 62 (en nuançant son propos à la note 75), ont commis cette erreur d’interprétation, pensant qu’il s’agissait d’une élection, alors que c’est seulement une désignation comme l’explique Habicht 2006, p. 420 n. 43.

277 Le terme d’épimélète est un fourre-tout désignant toutes sortes de charges. Plus qu’un poste précis, il désigne une fonction, que l’on pourrait comparer avec notre français « responsable ». C’est pour cela que l’on précise systématiquement dans les inscriptions le domaine auquel s’applique l’épimélésie (routes, fontaines, fêtes religieuses, etc.). Je remercie D. Knoepfler d’avoir attiré mon attention sur ce point.

278 Cette hypothèse est soutenue par G. de Sanctis, « Contributi alla storia ateniese della guerra lamiaca alla guerra cremonidea », dans J. Beloch (éd.), Studi di storia antica, II (1893), p. 3-62, Ferguson 1911 a, Heuss 1937, Gehrke 1978, Habicht 2006, p. 418-419 n. 48 (avec prudence).

279 Polyen, IV 7, 6 ; IG II2 2971 (IÉleusis 195).

280 Tracy 1994, résumé dans Tracy 1995, p. 43.

281 Davies 1971, no 3455 ; Gehrke 1978 ; Cl. Mossé, « Démétrios de Phalère : un philosophe au pouvoir ? », dans Chr. Jacob, Fr. de Polignac (éds), Alexandrie. iiie siècle av. J.-C. (1992), p. 85 (Démétrios aurait été élu quatre ou cinq fois stratège).

282 Tracy 1994.

283 Diodore, XX 45, 2.

284 Après avoir pourtant rencontré un écho favorable auprès de J. et L. Robert (Bull. ép. 1944, 72). Elle semble connaître un regain d’intérêt depuis une trentaine d’années, sans parvenir pour autant à s’imposer ; elle a été adoptée notamment par Williams 1985, p. 198-199 n. 518, Harding 1989, no 129, Steinhauer 1992, p. 190, Rhodes, Lewis 1997, p. 41, O’Sullivan 2009, p. 96-98, p. 236 et p. 298, D. Knoepfler, dans Annuaire du Collège de France 2009-2010. Résumés des cours et travaux 110 (2011), p. 553-554, Bayliss 2011, p. 78-79 et Canevaro 2011. Lehmann 1997, p. 62-65 et B. Dreyer, Untersuchungen zur Geschichte des spätklassischen Athen (1999), p. 161 n. 205 et 181 n. 277 hésitent entre nomothète et thesmothète, mais cette dernière proposition ne respecte pas le stoichedon.

285 SOD, no 20 B.

286 E.g. Plutarque, Aristide 27, 5 (à propos de la mère et de la tante d’un certain Lysimaque, petit-fils d’Aristide) : αὐτὸς µέντοι φησὶν ὁ Δηµήτριος νοµοθετῶν <ἂν> ἀντὶ τριωβόλου δραχµὴν ἑκατέρᾳ τάξαι τῶν γυναικῶν (« Démétrios affirme que toutefois, quant à lui, légiférant, il aurait, au lieu d’un triobole, attribué une drachme à chacune des deux femmes » [passage modifié, traduit et commenté par J. Labarbe, « Une allocation pour les filles d’Aristide », AC 64 (1995), p. 1-14]). Sur la Chronique de Paros, voir infra, p. 156.

287 Tracy 1995, p. 45 et n. 55, citant tout de même un décret de 332/1 (IG II3 348, l. 11) où Phanodèmos est honoré par le peuple athénien pour avoir élaboré un projet de loi (νενοµοθέτηκεν) qui a permis aux Grands Amphiaraia d’Oropos de se dérouler le mieux possible, et pour avoir fourni de l’argent pour payer le culte et les réparations dans le sanctuaire. Mais contrairement à ce que pense Tracy, Phanodèmos n’est pas l’un des nomothètes, il est le proposant de la loi. Sur ce personnage, voir P. Brun, « Faire de l’histoire avec les inscriptions : la carrière politique de l’Athénien Phanodèmos », Ktema 38 (2013), p. 205-214.

288 Sur les nomothètes athéniens au ive s., voir U. Kahrstedt, « Die Nomotheten und die Legislative in Athen », Klio 31 (1938), p. 1-25 ; D. M. Mac Dowell, « Law-making at Athens in the Fourth Century B.C. », JHS 95 (1975), p. 62-74 ; M. H. Hansen, « Athenian Nomothesia », GRBS 26 (1985), p. 345-371 ; P. J. Rhodes, « Nomothesia in Fourth-Century Athens », CQ 35 (1985), p. 55-60 ; M. Piérart, « Qui étaient les nomothètes à Athènes à l’époque de Démosthène ? », dans Éd. Lévy (éd.), La codification des lois dans l’Antiquité (2000), p. 229-256 ; M. Canevaro, « Nomothesia in Classical Athens: What Sources Should We Believe? », CQ 63 (2013), p. 139-160. Canevaro 2011 pense que les nomothètes n’existaient plus sous Démétrios de Phalère.

289 Pour une énumération des nomothètes fameux, parmi lesquels figurent évidemment Dracon et Solon, voir Aristote, Pol. II 12, 1273 b-1274 b.

290 Comme le montre bien O’Sullivan 2009 dans son chapitre 2, p. 45-103.

291 Voir O’Sullivan 2009, chap. 3 p. 105-163. Aucun changement institutionnel n’est visible dans le préambule des deux décrets de la cité datant assurément du gouvernement de Démétrios, IG II2 450 (314/3) et 453 (313/2). Sur l’épigraphie attique sous Démétrios, voir Tracy 1994 et 1995, p. 36-51, pour qui le faible nombre de décrets civiques ne signifie pas forcément que le gouverneur a limité drastiquement la fréquence des réunions de l’Assemblée (pace Banfi 2010, p. 89-95), mais plutôt la gravure des décrets, par mesure d’économie.

292 Voir Williams 1987 ; Banfi 2010, p. 111-115. Mais Tracy 1995, p. 36-51, suggère que Démétrios a très bien pu influencer le tirage au sort en sa faveur, en faisant se retirer les autres candidats potentiels ou en les obligeant à ne pas se présenter pour le tirage au sort à la première place. Voir encore S. V. Tracy, « To me dis archein », CPh 86 (1991), p. 203, où il donne un exemple de cette pratique à la fin de l’époque hellénistique. Quoi qu’il en soit, dans les deux cas, il y a atteinte aux institutions démocratiques traditionnelles.

293 Un cas comparable est le décret honorifique IRham. 8 (258/7 ?), où il est dit qu’Apollodôros d’Otrynè a été désigné ([κ]ατασταθείς, l. 7) stratège de la paralie par Antigone Gonatas et élu (χειροτονηθείς, l. 8) par le peuple. Le petit-fils homonyme de Démétrios de Phalère a été placé au poste de thesmothète par Gonatas (Hègèsandros chez Athénée, IV 167 e-f), mais son choix a sûrement dû être ratifié par le peuple, même de manière artificielle, voir R. Oetjen, « War Demetrius von Phaleron der Jüngere Kommissar des Königs Antigonos II Gonatas in Athen? », ZPE 131 (2000), p. 111-117 (contra Habicht 2006, p. 172-173, mais il s’est rétracté depuis, voir ibid. p. 448 n. 4).

294 Contra Bayliss 2011, p. 77-84, qui n’hésite pas à qualifier le Phalérien de tyran. Son analyse du régime politique de ce dernier manque singulièrement de nuance : il souligne à l’excès ce qu’il a en commun avec les régimes des Quatre-Cents, des Trente, de Phocion, alors que les différences sont tout aussi significatives.

295 Archontat de Dèmogénès, FGrH 239 B 13 : ... ὅτε Δηµήτριος νόµους ἔθηκεν Ἀθήνησιν, ἔτη ΙΙΙ, ἄρχοντος Ἀθήνησι Δηµογένους. Plusieurs commentateurs datent notre décret de la première année du gouvernement de Démétrios (Rangabé : 317/6 ; Hiller von Gaertringen : 318/7 ; Koehler et Kirchner : pas avant janvier 317 ; Giannopoulou-Konsolaki : 317). Nachmanson donnait la date de 314/3, mais il la déduisait de Ferguson 1911 b, lequel situait la législation de Démétrios en 316/5 d’après une mauvaise interprétation des bornes hypothécaires (voir infra, p. 239). Les auteurs du SOD disent seulement que la date est incertaine et ajoutent que le rogator est lui-même honoré dans un décret de 313/2 (= 5, que je préfère dater de 340/39, voir le commentaire ad loc.).

296 Diodore, XIX 61, 3-4. Sur la chronologie problématique des événements, voir A. Meeus, « Diodorus and the Chronology of the Third Diadoch War », Phoenix 66 (2012), p. 74-96.

297 C’est le cas de Lemnos, Imbros et probablement Skyros, voir N. Salomon, Le clerouchie di Atene (1997), p. 91-92.

298 Diodore, XIX 75, 77, 78.

299 Diodore, XIX 78, 4.

300 Humphreys 2004, p. 192 n. 162 pense que le texte date de 317 environ ou un peu plus tard vers 315-312, « when some Athenians seem to have hoped that Demetrios would attach himself to the Antigonids », ce qui n’est guère possible : jusqu’à ce que Polémaios soit à la frontière de l’Attique en 312, l’attitude officielle des Athéniens est celle d’un soutien indéfectible à Cassandre (voir Habicht 2006, p. 80-82) ; on ne voit pas comment un dème aurait pu agir à l’encontre de cette attitude officielle.

301 Les familles d’Herméias et de Stéphèphoros fournissent tous les bouleutes d’Aixônè de l’année 182/3, et l’un d’entre eux avait probablement déjà été bouleute vers 180 apr. J.-C. Voir annexe IV, s.v.

302 Hansen 1983 suppose que les prytanes qui n’avaient pas de logement en ville bénéficiaient de l’hospitalité d’un parent ou d’un co-démote.

303 Hansen 1986, p. 58-60. Larsen 1966, p. 11 et Rhodes 1972, p. 4-6 avaient déjà conclu à une surreprésentation des démotes aisés au sein de la Boulè.

304 M. H. Hansen, « Rhetores and Strategoi in Fourth-Century Athens », GRBS 24 (1983), p. 151-180 et id. 1983. Voir aussi Cl. Taylor, « A New Political World », dans R. Osborne (éd.), Debating the Athenian Cultural Revolution. Art, Literature, Philosophy, and Politics 430-380 BC (2007), p. 72-90.

305 Hansen 1986, p. 5-7 a calculé qu’au ive s., l’Ekklèsia se réunit 40 fois par an, la Boulè environ 250 fois et les tribunaux entre 150 et 200 fois. À part les bouleutes et les héliastes, il y avait encore environ 700 magistratures civiques, électives ou tirées au sort, à exercer.

306 E.g. Démosthène de Paiania avait une maison au Pirée et une à Athènes (Dinarque, 1, 69 ; Eschine, 3, 209) ; Phocion de Potamos (?) avait une maison à Mélitè (Plutarque, Phocion 18, 8) ; Timothéos d’Anaphlystos avait une maison au Pirée (Ps.-Démosthène, C. Timothéos [49], 22) ; Timarchos de Sphettos avait une maison derrière l’Acropole (Eschine, 1, 97). On ne connaît qu’une douzaine de pierres tombales d’orateurs et de stratèges dont la provenance soit assurée ; elles montrent que la plupart de ceux qui étaient originaires de la Paralie ou de la Mésogée étaient enterrés dans ou près de la ville (Hansen 1983, p. 235 n. 21 donne six exemples).

307 Voir ibid., p. 235 n. 22. Les cas qu’il cite ne semblent pas pertinents : il n’est pas sûr que l’ambassadeur Alkimachos d’Angélè soit à identifier avec celui de l’épitaphe IG II2 5228 (LGPN, s.v. nos 12 et 13) ; quant à l’oncle d’Eschine Kléoboulos fils de Glaukos d’Acharnes, il était certes un devin et soldat distingué (LGPN, s.v. no 3), mais on ne peut le qualifier de « political leader ».

308 Astyphilos : LGPN, s.v. no 5 ; Euboulidès : LGPN, s.v. no 15 ; Moiroklès : LGPN, s.v. no 1. Kellogg 2013, p. 65-66, ne trouve pas d’exemple d’Acharnien actif à la fois au niveau du dème et de la cité, et en déduit que les Athéniens choisissaient d’être actifs soit dans la sphère politique du dème, soit dans la sphère politique de la cité. Un examen plus approfondi de la prosopographie des autres dèmes lui aurait permis de modifier son point de vue. Voir encore supra, p. 109, à propos des chorèges.

309 Un autre cas possible est celui de l’Aixonéen Kallikratès fils de Glaukôn, honoré par son dème probablement en 340/39 (5), mais il n’est pas sûr qu’il soit le même que le proposant d’un décret de la cité honorant les éphèbes de la tribu Cécropis enrôlés en 334/3 (voir annexe IV, s.v.).

310 Hansen 1983.

311 Voir infra, p. 347-350. Le lieu de résidence joue certes un rôle important dans la participation des citoyens aux affaires publiques, mais il est, dans la plupart des cas, impossible à établir. Il faut penser également à d’autres facteurs, comme la situation financière du citoyen, sa volonté de participer, son état de santé, etc., autant de paramètres qui nous échappent, là encore, le plus souvent.

312 La grande majorité des concessionnaires de mines appartiennent à la classe liturgique, voir Shipton 2000, p. 45-49 et appendice I p. 97-109.

313 Voir p. 338-342 et la conclusion p. 359.

314 Au milieu du ive s., la classe liturgique est composée de 1 200 citoyens (Isocrate, 15, 145 ; Démosthène, Sur les symmories [14], 16). Que l’on accepte 21 000 ou 30 000 citoyens au total à cette époque, cela fait 4 à 6 % de la population civique (voir infra, p. 339 n. 54 sur le débat sur le nombre de citoyens à Athènes au ive s.). Le seuil au-delà duquel un homme était susceptible de liturgie était probablement variable, la moyenne dans nos sources se situant entre 3 et 4 talents, voir Gabrielsen 1994, p. 52-53. Le « wealth index » qui figure chez Osborne 1985, Table 2 a p. 198 est fondé sur un quota bouleutique obsolète pour Aixônè, ce qui fausse un calcul déjà hypothétique.

315 Il est possible que l’Aixonéen Amynandros (voir annexe IV, s.v.), vu son onoma, ait lui aussi fait partie de ce génos.

316 Sur ces associations, voir supra, p. 12 n. 26.

317 H. Swoboda, RE XII 1 (1924), s.v. « Laches » no 1, col. 336-338 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 185-186 ; D. Neils, The People of Plato: a Prosopography of Plato and Other Socratics (2002), p. 180-181. Pour le stemma de la famille, voir aussi PA 9019.

318 Il a été au moins trois fois stratège entre 427 et 418 (427/6, 426/5, 418/7), peut-être aussi en 424/3 (Cicéron, De Div. 1, 54, 123 le mentionne comme praetor à la bataille de Délion).

319 Il est fait allusion à ce procès de manière parodique dans Aristophane, Guêpes 240-244 et 891-1008.

320 Traité avec Halieis : IG I3 75, l. 4. Armistice entre Sparte et Athènes : Thucydide, IV 117, 11-14. Serment lors de la paix de Nicias : Thucydide, V 19, 2 et 24, 1.

321 Platon, Lachès. Voir aussi Banquet 221 a.

322 Lachès II fut taxiarque en 394/3, voir Lysias, 3, 45. Démosthène, C. Timokratès (24), 126 mentionne des vols qu’il aurait commis, mais ce n’est qu’une « insinuation perfide » selon P. Orsini dans l’édition CUF. Lachès III fut stratège en 364/3, voir Diodore, XV 79, 1. Il n’est en revanche pas du tout certain que Mélanôpos II ait été stratège en 355/4, voir IG II2 150, l. 5, où son nom est presque entièrement restitué ([Μελάνω]πον).

323 IG II2 145, l. 12. À Athènes, les proposants des décrets probouleumatiques devaient être membres du Conseil, voir Hansen 1983, p. 230 n. 9 ; Rhodes, Lewis 1997, p. 28, p. 491, p. 495 n. 73.

324 Sparte : Xénophon, Helléniques VI 3, 2. Égypte : Démosthène, C. Timokratès (24), 127. Carie : ibid., 12-13.

325 Démosthène, C. Timokratès (24), 127.

326 Plutarque, Démosthène 13, 3.

327 Aristote, Rhét. I 14, 1374 b 25.

328 Kassel-Austin, Poetae Comici Graeci II, frag. 41 = Athénée, XII 553 d.

329 Démosthène, C. Lacritos (35), 6, où ils apparaissent comme amis du plaignant Androklès ; Harpocration, s.v. « Μελάνωπος ». Davies 1981, p. 119-120 classe ce mariage parmi les mariages politiques.

330 Démosthène, Lettres 3, 24-26. B. D. Meritt, Hesperia 16 (1947), p. 152 no 44, suivi par Whitehead 1986, p. 419 no 89, voit dans une dédicace trouvée sur l’Agora et qu’il date des alentours de 330 un signe de remerciement de Lachès pour son sauveur Alexandre (l. 2 : Λάχ[ης]), mais voir Agora XVIII V 644, où la l. 2 est lue λαχυ̣[- - -] et l’inscription datée du milieu ive-iiie s. Sur la difficulté à identifier Lachès IV avec le syndikos du décret 1, voir le commentaire ad loc.

331 Davies 1971, p. 359-361 (avec stemma) ; Stroud 1984 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 187-188.

332 Voir Davies 1981, p. 98-105 sur l’élevage des chevaux et les concours hippiques. Un Athénien élevant des chevaux pour participer à des concours avait une propriété bien au-dessus de la moyenne de la classe liturgique : un quadrige en 416 coûtait cinq ou huit talents à son propriétaire (Isocrate, 16, 46 ; Diodore, XIII 74, 3). Voir encore Pindare, Pyth. 1, 90-91 ; Xénophon, Hipparch. 1, 11-12 ; Isocrate, 16, 33 ; Aristote, Pol. VI 7, 1, 1321 a. Les familles pouvant se le permettre sont très peu nombreuses (voir ibid., appendice III) : les 44 victoires certaines d’Athéniens dans les courses de quadriges et de biges des concours panhelléniques entre 600 et 300 sont le fait de 14 familles seulement, et 25 ont été remportées par trois d’entre elles. On verra que Chabrias aussi faisait ce genre de dépenses.

333 Maxime de Tyr, Dissert. 18, 4, 14 ; Diogène Laërce, 2, 29, où il est dit que Socrate avait rendu son caractère plus vertueux encore.

334 Plutarque, Alcibiade 3. Voir Davies 1971, p. 359-361.

335 Davies 1971, p. 359-361. Sur les noms athéniens « parlants », voir Himmelmann 1999, appendice 1 p. 95-96 : les noms en hippos reflèteraient un idéal aristocratique, tandis que les noms contenant agora, archè, dèmos, kratos, machè, stratos, polis, etc. seraient d’inspiration démocratique.

336 E.g. G. P. Oikonomos, MDAI(A) 37 (1912), p. 226.

337 Davies 1971, p. 359-361 no 9574. Sur Isthmonikos, voir LGPN, s.v. (no 1) et PAA 539865. Sur l’onoma Isthmonikè, attesté seulement une fois en Attique, voir infra, p. 330 n. 8 et annexe IV, s.v.

338 Voir Stroud 1984 et Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 151-153 pour les deux premières explications ; Steinhauer 2001, p. 309 pour la dernière.

339 On a exhumé récemment, à proximité de l’endroit où a été trouvée la loutrophore de Lysis, un lécythe funéraire dont la base mentionne des victoires hippiques aux concours de Némée, de l’Isthme, de Delphes et des Panathénées (SEG LVII 270). Il est tentant d’attribuer les deux vases au même péribole, voir M. Petritaki, dans Vasilopoulou, Katsarou-Tzeveleki 2009, p. 465-467 ; D. Marchiandi, « Reader-reception of Funerary Inscriptions in Classical Athens: a Case Study », dans W. Eck, P. Funke (éds), Öffentlichkeit – Monument – Text (Actes du XIV e congrès international d’épigraphie grecque et latine) (2014), p. 661-663. Sur les mauvaises interprétations pouvant découler de trouvailles funéraires isolées, voir infra, p. 335-336.

340 Le culte de Zeus n’est pas attesté à Aixônè, en revanche le culte d’Héraclès est fortement probable. Celui de l’Archégète est confirmé par le règlement religieux 15, où apparaît aussi l’Héroïne, qui pourrait être sa fille (voir infra, p. 309-310 et p.  316 sur le panthéon du dème). Sur les hôtes de dieux ou de héros qui deviennent les fondateurs de leur culte et leur premier prêtre, voir Kearns 1989, p. 97-98 et p. 121-122.

341 J. Kirchner, PA, s.v. ; Davies 1971, p. 359-361 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 188.

342 On manque d’une étude de fond sur le personnage, depuis la parution de C. Rehdantz, Vitae Iphicratis Chabriae Timothei Atheniensium (1845). On se reportera en attendant à E. Bianco, « Chabrias Atheniensis », RSA 30 (2000), p. 47-72. Les meilleures sources antiques sont la biographie de Cornélius Népos, Vies XII ; Xénophon, Helléniques V-VII ; Diodore, XIV-XVI. Voir aussi Eschine, 3, 243 ; Aristote, Rhét. III 10, 1411 b 6-7 ; Démosthène, C. Leptine (20), 75-86. Pour le contexte historique, voir S. Accame, La lega ateniese del sec. IV A.C. (1941) ; J. L. Cargill, The Second Athenian League. Empire or Free Alliance? (1981) ; M. Dreher, Hegemon und Symmachoi. Untersuchungen zum Zweiten Athenischen Seebund (1995).

343 Il a été au moins quinze fois stratège entre 390/89 et 357/6 (390/89, 388/7, 379/8, 378/7, 377/6, 376/5, 373/2, 372/1, 371/0, 369/8, 368/7, 366/5, 363/2, 359/8, 357/6).

344 On a trouvé la base inscrite de cette statue, voir C. N. Edmondson, P. Burnett, « The Chabrias Monument in the Athenian Agora », Hesperia 30 (1961), p. 74-91 ; Agora XVIII C 148. Un hermès acéphale du musée du Vatican est probablement à rapprocher de notre personnage, voir IG XIV 1222 : Χαβρ[ίας] Κτησ[ίππου] Αἰξω[νεύς], mais l’origine et la date en sont inconnues.

345 Sur les premiers Athéniens honorés d’une statue, voir Gauthier 1985, p. 92-103.

346 Les archéologues pensent avoir trouvé sa tombe, voir Garland 1982, D 3. Le péribole était orné d’une immense loutrophore de plus de 2 m de haut et de deux chiens colossaux aux angles de l’enclos.

347 IG II2 1604, l. 87.

348 Davies 1981, p. 122-130 et le tableau de la p. 123. 61 % des stratèges connus sont listés dans l’APF. Ps.- Xénophon, Ath. Pol. 1, 3 et Aristote, Pol. III 11, 16, 1282 a le disent bien : on recrute volontiers les stratèges parmi les chrèstoi et les euporoi.

349 Pour la victoire à Delphes : Ps.-Démosthène, C. Néaira (59), 33 ; mention de la grande maison dite de Chabrias : Hypéride, frag. B 44 (éd. Loeb) ; sur les distributions de vin : Plutarque, Phocion 6, 7.

350 IG II2 1609, l. 95 et 116. Il figure parmi les théores dédicants dans une liste d’offrandes à Ammon et à quelques autres divinités (IG II2 1642, l. 37, avant 360) d’après A. M. Woodward, ABSA 57 (1962), p. 13, mais sa restitution (Χαβρίας Κ̣[τησίππο Αἰξωνεύς]) me paraît trop audacieuse.

351 PAA 970820, p. 207, avec les sources. Déjà J. Kirchner dans PA II no 15086, p. 407.

352 Démosthène, C. Leptine (20), 75-86. Ce procès d’illégalité contre la loi de Leptine a lieu en 354 ; l’orateur y fait office de synégore de Ktèsippos. Cette loi, votée en 356, supprimait l’exemption des liturgies ordinaires accordée aux bienfaiteurs de la cité et à leurs descendants. Elle semble avoir été abrogée grâce aux arguments de Démosthène (voir P. Carlier, Démosthène [1990], p. 76-78, citant Dion Chrysostome, 31, 128).

353 Athénée, IV 165 e-166 b, qui cite encore des extraits de Diphile et de Timoklès. Ktèsippos y apparaît comme un coquet présomptueux, qui dilapide le patrimoine paternel, et va même jusqu’à vendre les pierres du monument que les Athéniens avaient érigé pour son père. Voir encore Élien, NA 3, 42.

354 Plutarque, Phocion 7, 3-4.

355 IG II2 3040, l. 2 (Κτήσιππος Χαβρ[ίου Αἰξωνεύς]). La plupart des commentateurs y voient le fils du stratège Chabrias, sans réaliser les problèmes que cela pose, par exemple G. Ieranò, Il Ditirambo di Dioniso. Le testimonianze antiche (1997), p. 338 no 18.

356 Ath. Pol. 56, 3. C’est probablement pour contourner cette difficulté que J. S. Traill dans PAA 587475 abaisse la date du document à 330-320 (avec une marque de doute).

357 Comme le supposait déjà E. Honigmann, RE XI 2 (1922), s.v. « Ktesippos » no 4, col. 2080-2081.

358 IG II2 1623, l. 72-73.

359 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 186-187 ; L. J. Sanders, « Callippus », Mouseion s. III, 2 (2002), p. 17-20 ; Marchiandi 2007. Pour le stemma de la famille, voir aussi Davies 1971, p. 276, Humphreys 1980, tableau 3, et Marchiandi 2011, p. 582.

360 D’après Marchiandi 2007, p. 492-493. Elle voit dans le grand nombre de sépultures d’Aixonéens au Pirée le signe d’un lien privilégié entre les deux dèmes, lien qui expliquerait le fait que les Aixonéens aient promulgué un décret honorant Démétrios de Phalère, célébré notamment pour avoir permis la réunification d’Athènes et de son port (6). Or, d’une part les Aixonéens ne sont pas plus nombreux que les autres démotes ruraux parmi les citoyens ensevelis au Pirée et, d’autre part, nous avons vu plus haut que les Aixonéens n’étaient sans doute pas les seuls Athéniens à avoir décrété des honneurs pour le gouverneur.

361 C’est l’opinion de Davies 1971, no 14600 et p. 275-276, suivi par Cox 1998, p. 45-46. Marchiandi 2011, p. 42 suppose que Philokratès a voulu ainsi se séparer de sa famille pour ne pas souffrir des répercussions à Athènes qu’auraient engendrées les agissements de son frère Kallippos (II) en Sicile ; mais le fait que tous les autres membres de la famille (ou du moins une grande partie d’entre eux) soient enterrés au Pirée va à l’encontre de cette hypothèse.

362 Hypéride, P. Euxénippe (3), 1. Davies 1971, no 14825 et no 8065 p. 274-275 et Develin 1989, p. 268 refusent de restituer le démotique Αἰξωνεύς. Le premier invoque des raisons paléographiques, le second le fait qu’il serait le seul personnage de la liste d’Hypéride à être pourvu d’un démotique, mais il ajoute que cela pourrait s’expliquer par la banalité de l’onoma Philôn. G. Colin, dans l’édition CUF p. 151, refuse de l’identifier. En revanche, M. H. Hansen, Eisangelia. The Sovereignty of the People’s Court in Athens in the Fourth Century B.C. and the Impeachment of Generals and Politicians (1975), no 89, accepte l’identification avec l’Aixonéen.

363 Athénée, XI 508 e ; Diogène Laërce, 3, 46.

364 Plutarque, Dion 17, 2 ; Platon, Lettres 7, 333 e-334 c.

365 IG II2 1609, l. 96. Il n’y a pas moins de 84 occurrences du nom Kallippos dans le LGPN.

366 Ps.-Démosthène, C. Polyklès (50), 46-52 ; Démosthène, P. Phormion (36), 53.

367 Diodore, XVI 45, 9 ; Plutarque, Dion 58, 6 ; C. Népos, Dion 8-9 (qui parle à tort de Callicratès).

368 Par exemple Timokèdès d’Éleusis, arrière-petit-fils d’un chorège local, fils de démarque et proposant d’un décret du dème à la fin du ive s. (voir Whitehead 1986, no 169).

369 Osborne 1985, p. 66-69 et Whitehead 1986, p. 236-241 (avec p. 237-238 une liste des rogatores de décrets de dèmes, qui comporte 59 entrées).

370 Elle a été trouvée le 6 mars 1937 par les fouilleurs américains dans un mur byzantin de l’Agora, au sud de l’Éleusinion, à l’est du mur post-hérulien (U 22).

371 Martinez relève que nos sources parlent très peu des portraits réalisés par Praxitèle. Outre les deux bases de statue de l’Agora mentionnées ci-après, il cite les portraits de Phrynè à Delphes et à Thespies et quelques effigies incertaines. Sur le rôle majeur joué par Praxitèle dans la création de portraits votifs de citoyens au ive s., voir Ajootian 2007.

372 Nos 48-53 du catalogue de Pasquier, Martinez 2007. Trois signatures sont des copies liées à des réfections (nos 1, 19 et 25) et huit autres sont fausses (nos 67-74).

373 Tracy pense que Praxitèle lui-même a conçu l’agencement du texte, et l’a fait réaliser par un assistant de confiance.

374 Shear hésite à faire d’Archippè (mère) l’épouse ou la fille de Kouphagoras ; Ajootian (2007), p. 19 traduit par « daughter ? » (elle rend aussi faussement les noms masculins : Kleogenos et Kouphagoros). Dans le premier cas, Kouphagoras serait son second époux. Mais comme sur les épitaphes, le génitif seul indique le plus souvent la filiation.

375 Walbank a proposé un rapprochement avec le graveur de Agora I 4224 et IG II2 416 b (IG II3 454), dont la carrière est datée par Tracy 1995, p. 120-128 entre 334/3 et 314/3 (où il n’est pas fait mention de notre base) ; mais en 2008, Tracy déclare qu’il n’y a pas assez de lettres pour identifier le graveur. Geagan date la base de 333-300, suivant l’avis de Marcadé selon lequel le monument est postérieur au retour d’Asie de Praxitèle, mais on considère généralement que ce dernier a cessé de travailler aux alentours de 334. Corso (2013) envisage la possibilité que l’œuvre soit antérieure à 344/3, date à laquelle Praxitèle commencerait à confier les œuvres mineures à son fils Céphisodote le Jeune. Löhr propose le second tiers du ive s., tout simplement parce qu’il s’agit d’une œuvre de Praxitèle.

376 Löhr, p. 196.

377 Elle a été trouvée en remploi à Monastiraki durant les fouilles du métro ; elle est datée de 360 environ. Voir Orphanou-Phloraki ; Ajootian (2007), p. 25-27 ; A. Corso, The Art of Praxiteles 2 (2007), p. 202-203 no 26. Cl. Ruggeri et al. 2007, p. 86 no E 19 précisent qu’on ne peut savoir si le monument provient de l’Éleusinion ou du temple de Déméter, Coré et Iacchos dans les environs du Pompéion.

378 Agora XVIII H 320 (avant 361). Voir Corso (2004), p. 229-232 no 14 (vers 365) ; Pasquier, Martinez 2007, no 1 ; Ajootian (2007), p. 20-25 (360-350 ?). Elle a été trouvée en remploi près de la stoa de Zeus Éleuthéros. Ruggeri et al. 2007, p. 90 no E 26 envisagent à nouveau les deux provenances, avec une préférence pour le temple des environs du Pompéion, suivis par D. J. Geagan, Agora XVIII, p. 305.

379 Voir les inscriptions rassemblées par D. J. Geagan dans Agora XVIII.

380 Habicht 1982, p. 194-197, avec le stemma de la famille ; Habicht 2006, p. 157 et n. 56, p. 230, p. 232, p. 303, p. 317, p. 355, p. 359 ; Perrin-Saminadayar 2007, p. 194 ; Schmalz 2009, p. 272 (Kichèsias V).

381 Habicht 1982, chap. VII (p. 178-197) étudie en détail cinq familles athéniennes dirigeantes de la fin du iiie au début du iie s. Outre celle de Léôn-Kichèsias, il traite d’Eurykléidès et Mikiôn de Kèphisia, Droméas d’Erchia, Alexiôn et Speusippos d’Azènia, Echédèmos de Kydathènaion. Les critères retenus par l’auteur pour les classer parmi les familles dirigeantes sont : exercer des activités politiques et diplomatiques (par exemple, proposer des décrets du peuple politiquement cruciaux, représenter Athènes à l’étranger comme ambassadeur, médiateur ou autre), des magistratures majeures (par exemple magistrat monétaire, agonothète, prêtre de cultes importants, stratège, hipparque), participer à des épidoseis de la cité, faire des dédicaces ou des fondations, recevoir des honneurs de la cité et surtout d’États étrangers, appartenir à l’éphébie (qui, à cette époque, n’est plus obligatoire) ou au corps des cavaliers.

382 IG II3 882 (281/0) et 897 (275/4).

383 IG II2 1706, l. 116. J. S. Traill, PAA 570340, lui réserve une entrée séparée, tout en admettant qu’il soit peut-être le même que le père de Léôn II (PAA 570342).

384 IG II3 1027, l. 56 : [Λέων] Κ̣ιχησίου. J. S. Traill, PAA 570330, isole cette entrée dans son recueil, comme s’il s’agissait d’un autre Kichèsias encore.

385 Tite-Live, XXXV 50, 4, d’après Polybe.

386 Polybe, XXI 31, 5-6 et 16 ; Tite-Live, XXXVIII 10, 4-5. Chez Polybe, XXI 31, 6, le nom de Léôn a été corrompu en Damis : Th. Buettner-Wobst dans l’édition Teubner corrige en Damôn, qui serait une erreur de Polybe pour Léôn (Damôn était un envoyé rhodien dans la même ambassade, voir Polybe, XXI 31, 5). Sur le rôle diplomatique des grandes familles athéniennes de cette époque, voir E. Perrin-Saminadayar, « Les succès de la diplomatie athénienne, de 299 à 168 av. J.-C. », REG 112 (1999), p. 444-462 (p. 459-461 sur Léôn).

387 Anthol. Pal. VI 271 ; A. S. F. Gow, D. L. Page, The Greek Anthology. Hellenistic Epigrams (1965), I, v. 2901-2906, et le commentaire dans ibid., II, p. 453-4. Sur les commandes d’Athéniens issus des grandes familles auprès des artistes et des écrivains, qui suivent ainsi l’exemple de la cité dans sa politique culturelle, voir Perrin-Saminadayar 2007, p. 193-194.

388 Selon l’hypothèse de S. B. Aleshire, S. D. Lambert, « Making the Peplos for Athena: a New Edition of IG II2 1060 + IG II2 1036 », ZPE 142 (2003), p. 80, acceptée par Chr. Habicht, « Eurykleides III of Kephisia, Victor at the Anakaia », ZPE 158 (2006), p. 159-163. Sur la famille d’Eurykléidès et Mikiôn de Kèphisia, voir encore Habicht 1982, p. 179-182 (avec le stemma de la famille, repris et complété par Perrin-Saminadayar 2007, p. 95).

389 SEG XXI 435, l. 14 : Κιχησίας Λέοντος Α̣[ἰξωνεύς]. Tracy 1990, p. 160-161 attribue cette inscription à un graveur dont la carrière s’est écoulée entre 169/8 et 135/4 ; il suppose donc que ce texte faisait partie d’un monument honorant un personnage important au sommet de sa carrière, monument sur lequel auraient été recopiés les décrets antérieurs votés en son honneur. Parmi les personnages possibles, il mentionne Léôn II, le père du proposant.

390 IG II3 1313, l. 100. Voir Chr. Habicht, The Hellenistic Monarchies: Selected Papers (2006), p. 295 (addendum à la n. 49 de la p. 164). J. S. Traill, PAA 570345 identifie sans hésitation le rogator du décret des cavaliers avec le stratège des hoplites. D’autres informations sur cette famille sont à attendre d’inscriptions encore inédites, notamment le décret Agora I 7485, voir Habicht 2006, p. 463 n. 47.

391 IG II3 1310, l. 39 et 123-124.

392 Habicht 1982, chapitre VII (p. 178-197).

393 Puisqu’il a proposé des décrets probouleumatiques, voir supra, p. 160 n. 323.

394 S. Dow, Prytaneis: a Study of the Inscriptions Honoring the Athenian Councillors (1937), p. 124 ; Davies 1971, p. 276.

395 SEG XLI 115 I, l. 16.

396 ID 1497 bis b, l. 45.

397 IG II2 960, l. 2-4 et 6. Sur les agonothètes des Thèséia, voir G. R. Bugh, « The Theseia in Late Hellenistic Athens », ZPE 83 (1990), p. 22.

398 FD III (2) 93, l. 2.

399 Habicht 2006, p. 303. Sur sa parenté avec Léôn III, voir infra à propos de Kichèsias IV.

400 IG II2 2452 I, l. 27, vers 100 selon Tracy 1990, p. 214-215. J. S. Traill, PAA 570350 fait une entrée séparée pour le patronyme, Kichèsias, tout en admettant la possibilité qu’il soit le même que Kichèsias III ou Kichèsias IV.

401 FD III (2) 27 II, l. 15. J. S. Traill, PAA 570355 fait une entrée séparée pour ce Kichèsias, tout en admettant la possibilité qu’il soit le même que le dédicant à Habryllis.

402 D’après le LGPN, s.v., outre à Aixônè, il y a un Kichèsias à Skambônidai, mais dans un contexte de fiction (une pièce de Ménandre), et deux à Sounion.

403 Karila-Cohen 2005 ; ead., « La Pythaïde et la socialisation des élites athéniennes aux iie et ier siècles avant notre ère », dans J.-Chr. Couvenhes, S. Milanezi (éds), Individus, groupes et politique à Athènes de Solon à Mithridate (2007), p. 365-383.

404 A. A. Themos, « Ἡ ἀναθηµατικὴ ἐπιγραφὴ τῆς Ἁβρυλλίδος ἀπὸ τὴν Ρωµαϊκὴ Ἀγορά », Horos 17-21 (2004-2009), p. 147-152 (SEG LVI 235). Le lien de parenté d’Eurykléidès avec Habryllis n’est pas clair, il s’agit peut-être de son oncle, voir ibid., p. 149.

405 Voir supra, p. 171-172.

406 Agora I 7410. Voir Habicht 1982, p. 194-197 ; Schmalz 2009, p. 272.

407 FD III (2) 28 III, l. 40. Voir Habicht 1982, p. 194-197. Il y a 95 occurrences de l’onoma Léôn dans le LGPN.

408 Par exemple Sarapion de Mélitè, Mèdéios du Pirée, Pyrrhos et Byttakos de Lamptrai, Dioskouridès de Myrrhinonte. Sur la composition sociale de la population athénienne à Délos à cette époque, voir P. Roussel, Délos colonie athénienne2 (1987), p. 33-41 ; E. Rolando, « Prosopografia e onomastica : alcune riflessioni sullo status dei cleruchi ateniesi a Delo », dans E. Culasso Gastaldi (éd.), La prassi della democrazia ad Atene (2004), p. 129-187 ; M.-F. Baslez, « Les dévots de l’Apollon de Délos : au-delà du panhellénisme officiel », dans ead. (éd.), Prosopographie et histoire religieuse (2005), p. 35-49 (p. 43-44) ; Habicht 2006, p. 317.

409 IÉleusis 300, l. 24. Voir Habicht 2006, p. 359.

410 D. J. Geagan, « A Family of Marathon and Social Mobility in Athens of the First Century B.C. », Phoenix 46 (1992), p. 29-44 ; S. Follet, « Les deux archontes Pamménès du ier s. a.C. à Athènes », REG 113 (2000), p. 188-192.

411 Whitehead 1986, p. 236-237 et p. 115-116 n. 153 ; il suppose qu’au départ les démarques étaient élus et qu’ils sont tirés au sort à partir de la seconde moitié du ve s. Sur les 50 démarques connus (dont 40 par leur nom), on n’a pu établir des liens prosopographiques que pour un quart à un tiers d’entre eux, voir ibid. dans l’annexe prosopographique p. 408-415. Voir encore A. Damsgaard-Madsen, « Le mode de désignation des démarques attiques au quatrième siècle av. J.-C. », dans O. S. Due et al. (éds), Classica et mediaevalia: Francisco Blatt septuagenario dedicata (1973), p. 92-118, qui se prononce aussi en faveur du tirage au sort.

412 Étienne, Muller 2007. Sur les limites de l’utilisation des stèles funéraires pour l’étude des mouvements migratoires en Attique, voir infra, p. 342-343.

Table des illustrations

Titre Fig. 15a. Décret honorifique pour des syndikoi (no 1).
Crédits Athènes, Musée national, Kar. 1205. © Ministère de la Culture et des Sports/Fonds des recettes archéologiques/Musée national/Lefteris Galanopoulos.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-1.png
Fichier image/png, 839k
Titre Fig. 15b. Décret honorifique n° 1 : détail de l’inscription.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-2.png
Fichier image/png, 1,7M
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-3.png
Fichier image/png, 26k
Titre Fig. 16. Décret honorifique pour les chorèges Dèmokratès et Hègèsias (no 2).
Crédits Athènes, Musée épigraphique, no 139. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-5.png
Fichier image/png, 31k
Titre Fig. 17. Décret honorifique pour les chorèges Léontios et Glaukôn (no 3).
Crédits Athènes, Musée épigraphique, no 12667. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-6.png
Fichier image/png, 602k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-7.png
Fichier image/png, 15k
Titre Fig. 18a. Décret honorifique pour les chorèges Autéas et Philoxénidès (no 4).
Crédits Athènes, Musée épigraphique, no 13262. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-8.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Fig. 18b. Décret honorifique no 4 : détail de l’inscription.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-9.png
Fichier image/png, 600k
Titre Fig. 19. Décret honorifique no 4 : détail du relief.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-10.png
Fichier image/png, 583k
Titre Fig. 22. Décret honorifique no 4 : détail de l’architrave.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-11.png
Fichier image/png, 355k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-12.png
Fichier image/png, 23k
Titre Fig. 20. Alliance entre Athènes et des cités du Péloponnèse, 362/1 (détail).
Crédits Athènes, musée de l’Acropole, MN 1481 + ME 857. © Acropolis Museum/Vangelis Tsiamis.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-13.png
Fichier image/png, 705k
Titre Fig. 21. Relief funéraire attique, vers 360-340.
Crédits Collection privée (Dr. S. Schweizer, Suisse). © Sotheby’s London. Tiré de Scholl 1996, Taf. 16.2 (no 512).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-14.png
Fichier image/png, 803k
Titre Fig. 23. Relief votif pour Dionysos et Artémis, vers 360 (détail).
Crédits Munich, Glyptothèque, no 552. © Staatliche Antikensammlungen und Glyptothek München/Renate Kühling.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-15.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Fig. 24. Statuettes d’acteurs comiques, 1re moitié du ive s.
Crédits Athènes, début du ive s. New York, Metropolitan Museum of Art, 13.225.19. © Metropolitan Museum of Art/Rogers Fund, 1913/http://www.metmuseum.org/​art/​collection/​search/​248769.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-16.png
Fichier image/png, 159k
Titre Fig. 25. Statuettes d’acteurs comiques, 1re moitié du ive s.
Crédits Larnaka, 375-350. Paris, musée du Louvre, AM 39. © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais/Raphaël Chipault.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-17.png
Fichier image/png, 283k
Titre Fig. 26. Statuettes d’acteurs comiques, 1re moitié du ive s.
Crédits Figurine en terre cuite d’un acteur comique (femme se dévoilant). 18,6 cm. Thèbes, 375-350. Boston, Museum of Fine Arts, 01.7762. © Museum of Fine Arts, Boston.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-18.png
Fichier image/png, 240k
Titre Fig. 27a. Décret honorifique pour Kallikratès et Aristokratès (no 5).
Crédits Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage, GR 15520 (A 1105). © The State Hermitage Museum, St. Petersburg/Sergey Pokrovsky, Inna Regentova.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-19.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 27b. Décret honorifique n° 5 : détail de l’inscription.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-20.png
Fichier image/png, 1,6M
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-21.png
Fichier image/png, 159k
Titre Fig. 28. Papposilène et Dionysos enfant, iie s. (copie d’un original de 440-430).
Crédits Groupe statuaire en marbre provenant du théâtre de Dionysos à Athènes. Athènes, musée de l’Acropole, no 257. © Acropolis Museum/Socratis Mavrommatis.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-22.png
Fichier image/png, 1,8M
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-23.png
Fichier image/png, 44k
Titre Fig. 29. Décret honorifique pour Démétrios de Phalère (no 6).
Crédits Athènes, Musée épigraphique, no 7731. © Ministère de la Culture et des Sports/Archives photographiques du Musée épigraphique.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-24.png
Fichier image/png, 631k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-25.png
Fichier image/png, 93k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-26.png
Fichier image/png, 31k
Titre a. 
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-27.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 51a. Loutrophore de Lysis.
Crédits Athènes, Musée du Pirée, nos 3280 + 3281. © Ministère de la Culture et des Sports/Éphorie de l’Attique occidentale, Pirée et îles/Archives photographiques du Musée du Pirée.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-28.png
Fichier image/png, 534k
Titre Fig. 51b. Loutrophore de Lysis (détail).
Crédits Athènes, Musée du Pirée, nos 3280 + 3281. © Ministère de la Culture et des Sports/Éphorie de l’Attique occidentale, Pirée et îles/Archives photographiques du Musée du Pirée.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-29.png
Fichier image/png, 1,0M
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-30.png
Fichier image/png, 38k
Titre Fig. 30. Base de la statue d’Archippè.
Crédits Athènes, Musée de l’Agora, I 4568. © Ministère de la Culture et des Sports/Fonds des recettes archéologiques/Ire Éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques/Musée de l’Agora/Archives photographiques de l’American School of Classical Studies at Athens : Agora Excavations.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-31.png
Fichier image/png, 1,1M
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-32.png
Fichier image/png, 36k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1018/img-33.png
Fichier image/png, 42k

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search