Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une microhistoire d’Athènes

 | 
Delphine Ackermann

Première partie – Cadre géographique, historique et Archéologique

Chapitre 3

D’Aixônè à Glyphada – histoire de l'occupation du site

Texte intégral

  • 1 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 14-16 donne un résumé de l’occupation du site, de la préhistoire à (...)

1La région d’Aixônè a connu une occupation remarquablement continue, de l’époque préhistorique à nos jours. Certes, la densité de la population a beaucoup varié au fil des siècles ; elle a atteint deux pics principaux, l’un dans l’Antiquité, l’autre à partir du xxe s.1. J’ai concentré mon propos sur la période d’existence du dème clisthénien, soit du ve s. à la fin de l’époque impériale romaine, sans occulter pour autant les périodes qui précèdent et qui suivent. Pour accompagner ce chapitre, le lecteur pourra se reporter à l’inventaire des vestiges archéologiques exhumés sur le territoire de l’ancien dème (annexe V), ainsi qu’à la carte de leur répartition (fig. 7).

Fig. 7. a. Carte de répartition des vestiges archéologiques de Glyphada.

Fig. 7. a. Carte de répartition des vestiges archéologiques de Glyphada.

Réalisée par l’auteur, C. Guillaume et G. Fuchs, d’après Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 200-201.

Fig. 7. b. Zoom.

Fig. 7. b. Zoom.

Avant la formation du dème

2Lors des réformes de Clisthène, certains dèmes ont été formés artificiellement, en rassemblant plusieurs hameaux, alors que d’autres constituaient déjà des villages et même des petites villes. Le territoire d’Aixônè, de par sa position privilégiée au bord de la mer et pourvu d’un port abrité, a très tôt attiré une concentration humaine importante, comme le révèle l’archéologie. On peut donc raisonnablement supposer que le dème n’a pas été créé ex nihilo. En revanche, on n’a pas décelé pour le moment de traces de village ou de petite ville avant l’époque classique.

De la préhistoire à l’époque géométrique

  • 2 Voir M. Pantelidou Gofas, Neolithic Attica (2000), et particulièrement la carte p. 11, où l’on cher (...)
  • 3 Dimitriou 2016 a mis en évidence l’implication de plusieurs sites de l’Helladique ancien de la côte (...)

3Pour l’époque préhistorique, les traces de présence humaine sont maigres, et sont concentrées sur la côte, comme c’est souvent le cas ailleurs en Attique à cette période2. C’est sur le cap Exonis qu’ont été observés les premiers indices de présence humaine, dès le Néolithique, entre le VIe et le début du IIIe millénaire. Ces indices consistent en quelques structures qui ne sont plus visibles aujourd’hui (A 14) et en objets en silex taillé et en céramique abandonnés par les hommes. Pour l’Helladique ancien (2 800-2 000), pendant longtemps, on ne connaissait qu’une tombe trouvée près de ce cap, à l’endroit de la future nécropole mycénienne-géométrique d’Haliki (B 1). À la fin des années 1990, une grande nécropole a été découverte dans la partie nord du cap Exonis, l’une des plus importantes de l’Attique pour cette époque (B 17). À cette nécropole doit être associé un établissement au nord-est du cap, dans lequel se pratiquait une activité artisanale (exploitation du minerai) ; il a été occupé entre l’Helladique ancien et l’Helladique moyen (C 6)3.

  • 4 Papagiannopoulos-Palaios 1929, p. 192, et id., Aixônè 1 (1950-1), p. 10.
  • 5 Papadimitriou 1954, p. 88.

4Une deuxième nécropole, qui atteste la présence d’une importante communauté établie dans la région, a été fouillée à Haliki, à l’est du cap Exonis (B 1). Elle a été utilisée une première fois à l’époque mycénienne, entre le xve et le xiie s., si l’on fait abstraction de la tombe isolée de l’Helladique ancien, car il est évident que cette dernière ne permet pas encore de parler de nécropole. On ne peut douter que cet important cimetière ait été associé à une agglomération mycénienne d’envergure, mais, à ce jour, les fouilles n’ont pas permis de la localiser. A. A. Papagiannopoulos-Palaios dit avoir repéré de nombreuses maisons et même un palais royal mycéniens entre les éminences surplombant l’église d’Aghios Nikolaos et la sortie de la gorge du Gyrismos4. Mais cette « Pompéi pélasgique », comme il l’appelle, n’a été retrouvée par aucun de ses successeurs, même pas par I. Papadimitriou qui, en 1954, avait spécialement exploré la région dans ce but5. Personne ne sait ce que A. A. Papagiannopoulos-Palaios a réellement vu ; peut-être s’agissait-il de ruines de tours ou de murs de terrasses.

  • 6 Privitera 2013, p. 54 se demande si le déclin des sites de la côte ouest de l’Attique au HR III C n (...)
  • 7 Pour l’époque géométrique, voir aussi les tombes B 13 et 20.

5Après une pause de trois siècles – reflet sans doute des perturbations de l’occupation humaine caractéristiques des Âges Obscurs que l’on observe ailleurs en Attique mais aussi dans le reste de la Grèce6 – la nécropole d’Haliki est réutilisée à l’époque géométrique (ixe-viiie s.), de manière sporadique. Elle est abandonnée par la suite7.

Aixônè, la douzième ville de Cécrops ?

  • 8 Ainsi A. A. Papagiannopoulos-Palaios, Polemon 5 (1952-1953), p. 183-184.

6L’importance de la nécropole d’Haliki a fait supposer qu’Aixônè était à compter au nombre des douze villes attiques fondées par le roi Cécrops, et réunies lors du synœcisme de Thésée8. C’est le géographe Strabon qui, dans son livre IX, relate l’événement, citant un passage de l’atthidographe du ive-iiie s. Philochore. Il énumère les villes dans lesquelles le premier roi d’Athènes rassembla la population de l’Attique, dans une sorte de protosynœcisme :

  • 9 Strabon, IX 1, 20 (= Philochore, FGrH 328 F 94) (trad. R. Baladié, éd. CUF, légèrement modifiée : B (...)

Κέκροπα πρῶτον εἰς δώδεκα πόλεις συνοικίσαι τὸ πλῆθος, ὧν ὀνόµατα Κεκροπία, Τετράπολις, < Τετράκωµοι >, Ἐπακρία, Δεκέλεια, Ἐλευσίς, Ἄφιδνα (λέγουσι δὲ καὶ πληθυντικῶς Ἀφίδνας), Θόρικος, Βραυρών, Κύθηρος, Σφηττός, Κηφισιά, πάλιν δ’ὕστερον εἰς µίαν πόλιν συναγαγεῖν λέγεται τὴν νῦν τὰς δώδεκα Θησεύς.
Cécrops le premier rassembla la population en douze villes qui eurent pour noms : Cécropia [= Athènes], Tétrapolis [= Marathon, Trikorynthos, Oinoè, Probalinthos], < Tétrakômoi > [= Phalère, Xypétè, Pirée, Thymaitadai], Épacria [association de Plôthéia et de dèmes voisins], Décélie, Éleusis, Aphidna (qui se nomme aussi Aphidnai au pluriel), Thorikos, Brauron, Kythèros, Sphettos, Kèphisia ; à son tour, plus tard, Thésée, dit-on, fusionna les douze villes en une seule, la ville actuelle9

  • 10 Voir Privitera 2013, qui recense une quarantaine de sites de l’Helladique récent en Attique (voir l (...)
  • 11 Restitution déjà proposée par Löper 1892, p. 335, et adoptée par R. Baladié dans l’édition de la CU (...)
  • 12 Papadimitriou 1954.
  • 13 Hérodote, I 145 ; FGrH 239 A 27 (Chronique de Paros). Voir aussi B. Helly, « Arithmétique et histoi (...)
  • 14 Ath. Pol. 21, 3 et frag. 3 (éd. CUF).

7L’archéologie a montré que ces villes étaient pour la plupart des centres mycéniens importants10, c’est pourquoi certains chercheurs ont pensé qu’Aixônè, avec sa riche nécropole, y avait sa place. Le texte de Strabon ne citant que onze villes alors qu’il en annonçait douze, les philologues ont déduit qu’il y avait une lacune dans l’énumération, qu’ils ont tenté de combler de diverses manières, notamment avec le nom d’Aixônè, mais il semble que « Tétrakômoi » soit préférable11. I. Papadimitriou par exemple, frappé par la densité des nécropoles mycéniennes tout le long du rivage entre le cap Cosmas et Varkiza au sud de Vari, pense qu’il faut chercher dans cette zone la douzième ville de Cécrops12. Mais l’énumération de Philochore ne repose pas sur une enquête archéologique, qui recenserait tout site attique occupé déjà à l’époque mycénienne, comme le rappelle F. Jacoby : le chiffre douze a une valeur symbolique dans le monde ionien, ainsi que le montre la croyance des Anciens en l’existence des douze villes primitives des Ioniens établis en Achaïe puis en Asie Mineure13, et des douze trittyes archaïques d’Athènes14. Le philologue allemand montre bien que la liste de Philochore, dont il existait sûrement des variantes, est issue d’une spéculation historique, qui a sélectionné douze localités parmi celles que l’on considérait comme les plus anciennes, pour donner l’image d’une Attique primitive déjà unifiée sous une même organisation administrative, incarnée par le roi Cécrops. Rappelons que les atthidographes ne disposaient d’aucune source documentaire sur Athènes pour ces hautes époques, ils ne raisonnaient que par des hypothèses.

8Aixônè ne semble donc pas avoir figuré dans la liste de Philochore reprise chez Strabon, mais cela ne change en rien le constat établi plus haut : dans la région du futur dème se trouvait sans conteste un centre mycénien important.

L’époque archaïque

  • 15 Sur la production du sel en Attique, voir C. Carusi, Il sale nel mondo greco (VI a.C.-III d.C.) (20 (...)
  • 16 Ath. Pol. 16, 2-6 : Pisistrate fit des prêts aux paysans pauvres afin qu’ils puissent vivre de l’ag (...)
  • 17 Voir p. 58-59, p. 78, et fig. 10.
  • 18 Voir Mersch 1996, p. 130-131, qui recense un fragment de coupe de 550-500 trouvé à Glyphada (J. D. (...)

9Après le hiatus des Âges Obscurs et les sépultures de l’époque géométrique, les traces d’occupation restent ténues pour l’époque archaïque (viie-vie s.) mais se diversifient peut-être. Quelques tombes ont été trouvées au nord-est du cap Exonis (B 9, 11, 14, 15). Il est possible qu’une activité artisanale soit attestée déjà à cette époque, celle de l’obtention du sel par évaporation de l’eau de mer (C 4, C 7, H 6, H 7)15. Les très nombreux amas de pierres repérés de longue date par les voyageurs au pied ouest de l’Hymette sont interprétés par la majorité des chercheurs comme le résultat du nettoyage des champs par les paysans afin d’étendre les surfaces cultivables (E). Cette activité est vue comme une conséquence de la politique agraire de Pisistrate qui, à la fin du vie s., encouragea l’agriculture intensive de terres jusque-là plutôt vouées à l’élevage16. Il est possible en outre que certains des murs de terrasses visibles sur les photos aériennes datent de cette époque, ce qui ne contredirait pas cette hypothèse17. Quelques rares trouvailles de céramique isolées viennent s’ajouter à ces indices d’occupation18.

  • 19 Voir Mersch 1996, p. 39-40. Des trouvailles isolées pour ces époques, elle ne conclut pas à une occ (...)

10On n’a trouvé aucune structure d’habitat pour cette période, ce qui n’est pas surprenant, vu la très grande rareté de ce type de vestiges ailleurs en Attique. Les hommes vivaient peut-être dans des fermes isolées, qui laissent peu de traces sur le terrain, et qui ont probablement disparu sous les constructions postérieures19.

Un dème de la Cécropis

  • 20 Voir Traill 1975, appendice B p. 109-112, et commentaire p. 26-31.

11Avec les réformes de Clisthène à l’extrême fin du vie s., la communauté qui vivait à l’endroit de l’actuelle Glyphada forma désormais un dème au sens institutionnel du terme, qui fut intégré par tirage au sort à la septième tribu, la Cécropis. Au cours de son histoire, Aixônè ne changea jamais de tribu, contrairement à d’autres dèmes qui, en raison de la création de nouvelles tribus ou de la suppression d’anciennes, se virent déplacés de leur tribu d’origine dans une autre20.

12On ne sait à partir de quand cette communauté porta le nom d’Aixônè. L’étymologie du toponyme même est obscure.

L’étymologie du toponyme « Aixônè »

  • 21 Sur les sources littéraires sur les dèmes, voir Whitehead 1986, p. 46-55 et chap. 11 (auteurs de co (...)
  • 22 Par exemple Philochore chez Harpocration, s.v. « Κεραµεῖς » (= FGrH 328 F 25) ; Étienne de Byzance, (...)

13Il existait dans l’Antiquité plusieurs ouvrages sur les dèmes attiques, mais ils ne sont conservés au mieux que sous forme de fragments, repris chez les lexicographes et dans les Ethnika d’Étienne de Byzance. On sait qu’une partie du troisième livre de l’Atthis de Philochore (ive-iiie s.) était consacrée à l’histoire locale des dèmes, y compris l’origine de leurs noms. D’après les fragments conservés, on peut conjecturer qu’il a tenté de donner une étymologie pour chaque dème. Polémon, à la fin du iiie s., avait établi une liste des éponymes des dèmes et des tribus. On peut citer encore Diodore le Périégète (ive s.), qui semble avoir moins mis l’accent sur l’étymologie21. Il faut préciser cependant que les étymologies antiques sont souvent de simples conjectures, que leurs auteurs n’ont généralement pas tenté de vérifier par des enquêtes linguistiques ou historiques. La plupart du temps, on ne sait si ces étymologies sont le fruit de leur imagination ou si elles reflètent une tradition authentique. Un certain flou régnait déjà dans l’Antiquité au sujet de l’étymologie des dèmes attiques, comme le montrent les cas où deux étymologies sont rapportées, l’une rattachant le dème au héros éponyme, l’autre à un nom commun22.

  • 23 Ath. Pol. 21, 5 : « Il [Clisthène] donna leur nom aux dèmes soit d’après les lieux-dits, soit d’apr (...)

14L’Athénaiôn Politéia atteste la croyance selon laquelle les dèmes clisthéniens auraient été baptisés d’après les toponymes déjà existants ou d’après les noms de leurs héros fondateurs23. On peut supposer que dans de nombreux cas, le dème reprit simplement le nom qui était donné au village déjà existant, mais pour les dèmes créés artificiellement, il fallut trouver un nom.

  • 24 Voir Kearns 1989, p. 68-69 et p. 92-93 (le héros Boutès).

15Dans les cas où les dèmes portent des noms faisant référence à des caractéristiques naturelles du lieu – par exemple à une plante typique de l’endroit comme Erchia, Phlya, Aphidna, Rhamnonte – on peut raisonnablement penser que le héros éponyme tire son nom du lieu, et non le contraire. Pour les noms de dèmes qui se terminent en –idai ou –adai (par exemple Lakiadai, Skambônidai), terminaison qui indique la filiation, il est possible qu’ils soient issus d’un culte héroïque local ; dans de rares cas, comme celui de Boutadai, il a pu être démontré que le nom du dème était tiré d’un génos, nommé lui-même d’après le héros duquel il prétendait descendre24. Mais bien souvent, on n’a pas les moyens de savoir lequel, du nom du lieu ou du héros, a été créé en premier.

  • 25 Pour un aperçu de cette question, voir Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 16-18.
  • 26 Dodwell 1819, I, p. 526.

16Plusieurs hypothèses ont été proposées pour expliquer le nom de notre dème, mais aucune n’a emporté l’adhésion générale25. L’hypothèse la plus répandue, dont E. Dodwell déjà se faisait l’écho26, voit une origine dans le nom aix, qui désigne la chèvre, mais s’y oppose une solide objection linguistique, comme le rappelle E. Giannopoulou-Konsolaki : le radical sur lequel se forment tous les dérivés est aig- et non aix-, le dème aurait donc dû s’appeler Aigônè.

  • 27 J. G. W. Pape, G. E. Benseler, Wörterbuch der griechischen Eigennamen3 (1959) [1863-1870], s.v. «  (...)
  • 28 A. Ch. Chatzis, « Αἴξων-Αἰξώνεια-Αἰξωνὴ », Aixônè 2 (1952), p. 1-2.

17J. G. W. Pape et G. E. Benseler, dans leur dictionnaire des noms propres grecs, le font dériver du héros Aixôn ou Aexôn, qui est inconnu par ailleurs27. Il est vrai que d’après l’Athénaiôn Politéia, Clisthène donna aux dèmes des noms de héros quand le nouveau dème ne correspondait plus à un lieu-dit, ce qui laisse penser que c’était le cas surtout pour les dèmes créés artificiellement. Cela amènerait à supposer qu’Aixônè ait été un tel dème, et que ce héros ait existé, ce qui relève purement de l’hypothèse. Dans la même veine, mais de manière encore plus acrobatique, A. Ch. Chatzis fait dériver Aixônè du nom du temple du dieu Aixôn, l’Aixônéia28.

  • 29 Voir annexe III, textes 3.1-2, 6, 7, 8.1, 9, 10.2-4, 11.1-4, 12.1-2, 13, 14.1, 15. D’autres dèmes a (...)
  • 30 Étienne de Byzance, s.v. « Αἰξώνεια » (annexe III, texte 9). À ma connaissance, cet ethnique n’est (...)

18On le voit, le toponyme « Aixônè » échappe pour le moment à toute exégèse. Il a donné naissance à quelques dérivés : le verbe aixôneuomai (blasphémer, médire) et le nom aixônéia (blasphème, médisance). Les Aixonéens avaient en effet la réputation d’être des gens médisants, querelleurs et orgueilleux, et c’est certainement ainsi qu’on les raillait dans la comédie attique29. Notons pour terminer qu’il existait une cité en Thessalie du nom d’Aixônéia, dont l’ethnique est identique au démotique d’Aixônè (Aixôneus)30.

Les limites du dème (fig. 2)

  • 31 H. Lauter, « Zwei Horoi-Inschriften bei Vari: zu Grenzziehung und Demenlokalisierung in Südost-Att (...)
  • 32 Voir encore la borne rupestre IG I3 1055 B, avec l’interprétation de Lalonde 2006 (borne gravée par (...)

19Il est possible que les frontières entre dèmes aient été parfois marquées au moyen d’inscriptions rupestres, mais il faut bien dire que celles-ci sont souvent difficiles à lire, à dater et à interpréter31. Quoi qu’il en soit, la rareté de ce genre de découverte laisse penser que, la plupart du temps, les frontières n’étaient pas délimitées artificiellement de cette manière, mais par des obstacles naturels, comme une gorge, une montagne, un cours d’eau, la mer. L’indication des frontières de manière artificielle n’a en tout cas rien de systématique, et semble avoir été pratiquée surtout à la suite de conflits territoriaux entre les habitants de dèmes voisins32.

Fig. 2. La région de Glyphada.

Fig. 2. La région de Glyphada.

Carte réalisée par l’auteur et G. Fuchs, d’après Eliot 1962, p. 18 fig. 1.

  • 33 La théorie des polygones de Thiessen a été appliquée aux dèmes notamment par J. Bintliff, « Territo (...)

20En l’absence de bornes ou d’obstacles naturels clairs, l’archéologue désireux de délimiter les frontières d’un dème est largement démuni, car les indices topographiques dans les sources littéraires et épigraphiques ne sont souvent d’aucun secours. Par exemple, si le lieu de trouvaille des inscriptions assurément attribuées à un dème permet de déterminer l’emplacement de ce dernier, il n’en indique pas les limites. Quant aux modèles théoriques de découpage des territoires, comme les fameux polygones de Thiessen, ils semblent inefficaces pour les dèmes attiques : la formation de ces derniers dépend en effet de multiples facteurs, géographiques, topographiques, politiques, sociaux, démographiques, etc., dont la complexité ne peut être rendue par ces modèles33.

  • 34 Voir supra, p. 32-33.

21Aucune borne-frontière n’a été trouvée à ce jour pour Aixônè. Strabon ne donne pas les limites du dème, mais seulement sa position relative sur la côte attique (annexe III, texte 4). Sa mention selon laquelle l’île d’Hydroussa se trouvait en face du dème indiquerait que ce dernier s’étendait au sud au moins jusqu’à Voula y compris, mais cette information du géographe n’est sans doute pas exacte34. Les trouvailles épigraphiques permettent surtout, nous le verrons, de définir les points névralgiques du dème, pour ce qui est des documents publics du moins. Les stèles funéraires indiquent quant à elles les axes routiers principaux qui traversaient le dème, et peuvent aider à estimer l’étendue minimale du territoire. Mais pour cela, il faut que leur lieu de trouvaille soit connu très précisément, ce qui est rarement le cas, la majorité d’entre elles provenant de fouilles anciennes.

  • 35 Précisons que l’Hymette ne constitue aucunement une frontière infranchissable, voir supra, p. 23.
  • 36 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 10. Sur les frontières d’Halimonte et d’Euônymon, voir Kaza-Papageo (...)

22Les limites est et ouest du dème sont aisées à définir, car elles sont imposées par des obstacles naturels : l’Hymette à l’est, la mer à l’ouest35. En revanche, les frontières que le dème partageait au nord avec Halimonte et Euônymon, et au sud avec Halai Aixônidès, ne peuvent être dessinées qu’approximativement : E. Giannopoulou-Konsolaki suppose, pour la frontière nord, un des torrents de l’Hymette qui partent de la gorge du Gyrismos et se jettent dans la mer tout au sud de la commune d’Elliniko, laquelle recouvrait essentiellement les dèmes d’Halimonte et d’Euônymon, sur la plus grande partie de l’ancien aéroport (fig. 2)36. Pour la frontière sud, E. Giannopoulou-Konsolaki pense au lit d’un torrent venant de l’Hymette et passant entre Voula et Anô Voula (ce dernier quartier appartenant clairement au dème d’Halai Aixônidès) ; le cap Exonis aurait donc été intégralement inclus dans le territoire d’Aixônè. Ces torrents, aujourd’hui difficiles à repérer, sont en revanche bien visibles sur les cartes de E. Curtius et J. A. Kaupert (fig. 8-9). On peut conjecturer que la limite nord de notre dème traversait à l’extrême sud l’ancienne zone aéroportuaire, à 250 m environ au nord de la frontière entre les communes actuelles d’Elliniko et de Glyphada. Quant à la frontière sud, elle se situait peut-être à quelque 400 m au sud de la limite entre les communes actuelles de Glyphada et de Voula.

Fig. 8. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1900.

Fig. 8. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1900.

Id., Die Karten von Attika (1881-1903), carte no 3.

Fig. 9. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1885.

Fig. 9. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1885.

Id., Die Karten von Attika (1881-1903), carte no VIII.

23Il est donc possible que certaines des trouvailles archéologiques faites dans la zone nord de la commune de Voula et dans la zone sud de la commune d’Elliniko aient appartenu à Aixônè, c’est pourquoi je les ai incluses dans mon inventaire (annexe V, H). Seules de nouvelles découvertes épigraphiques permettront peut-être un jour de préciser les limites nord et sud de notre dème.

Le « centre » du dème (fig. 2)

  • 37 Voir supra, p. 53-54.
  • 38 Voir Steinhauer 1994. Parmi les dèmes à noyaux multiples, citons Halai Aixônidès (Andreou 1994), Ac (...)

24On s’accorde aujourd’hui pour situer le centre d’Aixônè dans la région d’Aghios Nikolaos de Pirnari, hypothèse émise pour la première fois par H. G. Lolling en 1879 sur la base des découvertes épigraphiques37. Mais il me semble que la notion de « centre » est délicate à utiliser pour les dèmes. Par ce terme, on entend le plus souvent l’endroit où se déroulaient les activités politiques de la communauté, c’est-à-dire là où se tenaient les agorai, et où l’on conservait le lexiarchikon grammateion. Or, il faut bien admettre qu’il pouvait y avoir d’autres endroits riches en activités, comme les ports, les sanctuaires, etc., tous formant autant de « centres » et susceptibles de mêler les aspects religieux, politiques, sociaux et économiques de la vie du dème. C’est pourquoi il me paraît plus raisonnable de parler de « points névralgiques », d’autant plus que les études récentes ont révélé que les dèmes ne sont en principe pas formés d’un seul centre et d’une zone continue d’occupation, mais de plusieurs noyaux d’établissement ; parfois même, l’habitat est si disséminé qu’aucun noyau ne parvient à être identifié38. Pour Aixônè, il est bien difficile de dégager des noyaux d’établissement, car les archéologues sont dans l’impossibilité de mener une fouille extensive ou une campagne de prospection dans cet espace complètement urbanisé. Du moins peut-on définir quelques points névralgiques, notamment à l’aide des lieux d’exposition des inscriptions officielles du dème, lesquelles se dressaient dans les endroits les plus fréquentés de la communauté.

25Les stèles portant les décisions des Aixonéens étaient exposées au moins dans trois lieux distincts :

  • le théâtre, où se dressaient les décrets honorifiques pour les chorèges et autres bienfaiteurs célébrés lors des Dionysies (1-5)39 ;
  • le sanctuaire d’Hébé, où étaient érigés un décret honorifique concernant le culte d’Hébé et d’autres dieux (16) et un contrat de location d’un terrain appartenant aux démotes (7)40 ;
  • la leschè, où se trouvait l’autre exemplaire du bail 7. Comme nous le verrons dans le commentaire à cette inscription, il est possible que ce bâtiment se soit situé sur l’agora du dème.

26Ces inscriptions officielles du dème ont été trouvées il y a longtemps, et l’on ne connaît pas leur lieu de découverte exact. De plus, aucun de ces bâtiments n’a été repéré sur le terrain. On en est donc réduit aux conjectures pour les localiser.

  • 41 Matthaiou 1992-1998.
  • 42 Voir supra, p. 35.

27P. Matthaiou a abordé la question de la localisation du sanctuaire d’Hébé41. Selon lui, les fragments a et b du règlement religieux (15), ainsi que le décret 16 et le bail 7, ont été trouvés lors de la fouille de 1819 et, sinon au même endroit, en tout cas très près les uns des autres, dans la zone explorée par G. Chr. Gropius, vers l’église d’Aghios Nikolaos de Pirnari. Celle-ci marquerait donc l’emplacement du sanctuaire d’Hébé. Notons que selon E. Dodwell déjà, cette église occupait le site d’un ancien temple42. Dans les environs immédiats, gisait autrefois un grand tambour de colonne cannelée en marbre, une belle pièce d’architecture, qui pourrait avoir appartenu à un temple (fig. 11, et annexe V, B 5).

Fig. 11. Tambour de colonne près de la chapelle d’Aghios Nikolaos de Pirnari à Glyphada, 1942.

Fig. 11. Tambour de colonne près de la chapelle d’Aghios Nikolaos de Pirnari à Glyphada, 1942.

DAI Athen, Attika 438. © DAI Athen/W. Wrede. Tous droits réservés.

  • 43 AEph 1839, nos 117-118, voir infra, p. 274. Notons que Pittakis distingue bien les deux sanctuaires (...)
  • 44 Voir le commentaire, infra, à ces deux inscriptions.
  • 45 Steinhauer 2004.
  • 46 Voir le commentaire à ces deux inscriptions.

28Si l’on peut suivre A. P. Matthaiou dans sa démonstration de la localisation du sanctuaire d’Hébé, en revanche, il me semble aller trop loin en situant au même endroit le sanctuaire de Déméter, placé hypothétiquement près du sanctuaire d’Hébé par K. S. Pittakis déjà43. Parmi les nouveaux fragments d’inscriptions qu’il publie, A. P. Matthaiou pense en effet que certains, sinon tous, proviennent du sanctuaire d’Hébé, qui aurait aussi abrité le sanctuaire de Déméter. Or, c’est discutable pour le numéro 17, qui récompense très certainement des organisateurs d’une fête, mais pas forcément celle d’Hébé. Quant à l’inscription fragmentaire FR 2, on ne peut affirmer, comme le voudrait A. P. Matthaiou, qu’il s’agit d’une inscription votive à Déméter44. Certes, un lieu de culte à la déesse devait exister quelque part, puisqu’elle figure dans le règlement religieux (15, l. 16), mais il n’est pas certain qu’il faille le situer dans ou même à côté du sanctuaire d’Hébé. En effet, les premiers fragments du règlement religieux n’ont pas été trouvés par Gropius, mais par Pittakis, lequel ne donne d’ailleurs pas la même indication pour leur lieu de trouvaille (Haliki ou Halikais) que pour les numéros 7 et 16 (Vari). Mais cela n’est pas gênant selon A. P. Matthaiou : Pittakis utilise dans un cas une appellation générale, Vari, et dans l’autre cas un toponyme plus précis, Haliki, soit la bande côtière qui comportait un marais salant et qui appartenait à l’époque au domaine de Vari. On peut tout de même se demander si Pittakis a fouillé au même endroit que Gropius, et pas à quelque distance de là. Cette hypothèse pourrait être renforcée par la découverte du cinquième fragment du règlement religieux (15), édité par G. Steinhauer45 : il a été trouvé dans la rue Inoïs, à 600 m environ au nord-nord-ouest d’Aghios Nikolaos (fig. 7). A. P. Matthaiou, qui connaissait déjà cette découverte, suppose que ce grand fragment a été transporté depuis le sanctuaire d’Hébé pour être réutilisé quelque part. Mais je n’ai constaté aucune trace de remploi sur ce fragment. La stèle du règlement devait plutôt se dresser à quelque distance des numéros 7 et 16, dans un autre sanctuaire que celui d’Hébé, peut-être sur l’agora du dème, avec l’exemplaire du bail 7 qui était exposé dans la leschè46.

  • 47 Voir l’extrait reproduit supra, p. 53. C’est de manière abusive que Ed. Gerhard signale, à propos d (...)
  • 48 RE, s.v. « Euonymon ».
  • 49 Milchhöfer 1883, p. 29 et 1889, p. 18 ; id., RE, s.v. « Aixone ». Löper 1892, p. 410 n’y est pas pa (...)
  • 50 RE, s.v. « Euonymon ».
  • 51 Voir supra, p. 55.
  • 52 H. R. Goette pense que Lolling a vraiment vu les vestiges du théâtre d’Aixônè à l’entrée de la gorg (...)

29La localisation du théâtre est un autre problème épineux de la topographie aixonéenne. H. G. Lolling, dans sa publication des inscriptions 1, 3, 8 et 13 en 1879, laisse entendre que ses vestiges sont encore visibles dans la région de Pirnari47. Mais « Pirnari » désignait à l’époque une région assez vaste (fig. 2), dont la frontière nord était le débouché de la gorge homonyme selon A. P. Matthaiou, gorge appelée aussi Gyrismos. Quant à la frontière sud, elle s’étendait au moins jusqu’à Aghios Nikolaos, car l’église était située à Katô Pirnari d’après A. Milchhöfer48. A. P. Matthaiou se demande donc si les inscriptions publiées par H. G. Lolling et le théâtre se trouvaient au même endroit, ou en deux endroits différents de la région de Pirnari. A. Milchhöfer avait déjà été confronté au même problème : dans un premier temps, il dit que H. G. Lolling a trouvé les vestiges du théâtre près de l’entrée de la gorge de Pirnari, vestiges qu’il avouera ensuite ne jamais avoir réussi à localiser49. Il revient sur le sujet en 1909, plaçant cette fois le théâtre à côté d’Aghios Nikolaos à Katô Pirnari50. Lolling avait pourtant précisé « à mi-chemin entre Trachônès et Vari », ce qui ne peut correspondre à la première localisation conjecturée par A. Milchhöfer ; il était probablement impensable pour ce dernier qu’Aixônè ait pu se trouver autant au sud, là où l’on plaçait jusque-là Halai Aixônidès. C’est pourquoi il songe d’abord à la « zone 3 »51, là où il a repéré des vestiges antiques « très érodés ». Nous l’avons vu, cette zone devait être aux limites de notre dème, à la frontière avec Euônymon, un endroit marginal peu adéquat pour l’établissement du théâtre d’Aixônè52. C’est donc la seconde localisation que Lolling devait avoir en tête.

  • 53 Kleinesnotizheft einer Reise in die Megaris (30.08. bis 06.09.1878) und durch Attika (07. bis 10.09 (...)
  • 54 Voir supra, n. 47.
  • 55 « Plus tard sont apparues les inscriptions vues d’abord par Lolling et moi dans la collection de Ko (...)
  • 56 Sur ce personnage, voir infra, p. 92.

30De toute manière, que ce soit à l’un ou l’autre endroit, personne n’a plus jamais repéré les vestiges d’un théâtre. Qu’a donc vu H. G. Lolling ? Peut-être rien. Dans ses papiers conservés au DAI à Athènes, se trouve un cahier contenant des notes prises lors d’une excursion qu’il a faite en Attique du 7 au 10 septembre 187853. Il parcourt le chemin d’Athènes à Vari à l’aller et au retour, mais à aucun moment il ne mentionne les ruines d’un théâtre ; il ne parle que de tumulus et de monuments funéraires et consacre plusieurs pages au domaine de Trachônès. On notera que dans son article de 1879, il ne dit pas avoir vu les ruines du théâtre, mais simplement qu’elles sont « encore existantes aujourd’hui », colportant peut-être une fausse information tirée de quelque chronique de fouilles54. Il se pourrait bien en effet que les informations qu’il donne sur le théâtre lui aient été communiquées par quelqu’un d’autre : un témoignage d’A. Milchhöfer laisse penser que Lolling n’a pas trouvé lui-même les inscriptions anciennement exposées au théâtre qu’il publie en 1879 : « Später hinzugekommen sind die von Lolling und von mir zuerst in der Besitzung von Komninos, früher Luriotis, gesehenen und von Lolling publicirten Inschriften » 55. Il semble dire que ces inscriptions ont été vues pour la première fois par H. G. Lolling et lui-même alors qu’elles étaient déjà dans la collection de Komninos56. Notons que les inscriptions publiées par Lolling n’étaient probablement pas dressées au même endroit dans l’Antiquité : si le décret pour les syndikoi (1) et le décret pour les chorèges (3) étaient assurément exposés au théâtre, le règlement juridique sur les pâturages (8) se dressait sans doute ailleurs, par exemple sur l’agora. Quant à la borne hypothécaire (13), elle ne se trouvait certainement pas au théâtre, sans que l’on puisse être plus précis. Quand Lolling dit que nos inscriptions 1 et 3 « proviennent des environs immédiats du théâtre », tout comme les numéros 2 et 5 publiées précédemment, il le déduit tout simplement de la clause d’exposition (pour les numéros 1, 2, 5) ou du sujet sur lequel porte le décret (pour le numéro 3, dont la clause d’exposition n’est pas conservée).

  • 57 Voir infra, p. 111, où est émise l’hypothèse selon laquelle il n’a peut-être jamais existé de théât (...)
  • 58 Sur le théâtre d’Halai Aixônidès, voir supra, p. 55 n. 146 ; le théâtre d’Euônymon a été fouillé dè (...)
  • 59 Par exemple les théâtres de Rhamnonte, Halimonte, Thorikos, Ikarion, etc. Sur les théâtres des dème (...)

31Le théâtre d’Aixônè, à supposer qu’il en reste encore quelques vestiges57, est encore à découvrir, ce qui n’est pas impossible. Après tout, les théâtres des dèmes adjacents n’ont été repérés qu’assez récemment58. La construction d’un théâtre à cette époque se faisait généralement en profitant d’une pente naturelle – on en a maints exemples en Attique59 : on peut donc penser que les Aixonéens ont utilisé la déclivité naturelle offerte par le pied ouest de l’Hymette, peut-être en dessus de l’église d’Aghios Nikolaos, pour ne pas trop s’éloigner de l’un des points névralgiques assurés du dème.

Les vestiges archéologiques (fig. 7)

  • 60 Pour les trouvailles récentes, voir aussi Papadopoulou 2016. Je remercie l’auteur de m’avoir donné (...)

32Dans cette section, il sera surtout question des vestiges archéologiques datant de la période d’existence du dème clisthénien, grosso modo du ve s. à la fin de l’époque impériale. Il faut relever l’absence, pour le moment, de bâtiments publics, pourtant bien attestés dans les sources épigraphiques. Ce constat en dit long sur le caractère incomplet et provisoire de ce petit bilan archéologique60.

33C’est pour l’époque classique-hellénistique que l’on a le plus de vestiges archéologiques, surtout du ive au ier s. Leur concentration entre l’église d’Aghios Nikolaos de Pirnari et la zone portuaire vient s’ajouter aux inscriptions pour confirmer qu’il s’agissait d’un noyau d’établissement du dème ; à côté de cette église passait la route antique reliant Athènes à Sounion, ce qui constitue un argument supplémentaire. Le long de cette route et de ses embranchements vers la mer s’étendaient des cimetières assez considérables, pourvus à l’époque classique d’imposants monuments funéraires. Les structures agricoles, quant à elles, s’égrenaient en majeure partie le long du pied ouest de l’Hymette.

  • 61 Goette 1999, p. 163-164.

34La plupart des dèmes, à part bien entendu les dèmes-garnisons comme Rhamnonte, n’étaient pas fortifiés. Cela semble avoir été aussi le cas pour Aixônè. Mais alors qu’à Halai Aixônidès, les habitants pouvaient trouver refuge sur l’acropole fortifiée de Kastraki, ou ceux de Thorikos dans le complexe fortifié de la presqu’île d’Aghios Nikolaos61, on ignore où les Aixonéens se retranchaient en cas d’invasions.

35Passons en revue les vestiges archéologiques du dème en les regroupant par fonction. Le lecteur pourra se reporter à la carte de répartition (fig. 7) et à l’inventaire qui figure en annexe V pour plus de détails sur chaque structure.

L’habitat (A)

36Les vestiges de maisons exhumés sont encore assez peu nombreux. La plupart datent de l’époque classique-hellénistique, et se concentrent dans la zone qui s’étend sur environ 500 m au sud et à l’ouest de l’église d’Aghios Nikolaos. Mais il est à noter que la fouille de la ville est plus qu’incomplète, il est donc possible qu’il ait existé d’autres noyaux d’habitat, par exemple à 1,5 km de là en direction du nord-est, là où ont été trouvées des structures agricoles en grande quantité et quelques tombes.

  • 62 Par exemple à Rhamnonte et à Thorikos, voir Goette 1999.
  • 63 Ibid., avec les exemples de Rhamnonte, Thorikos, Halai Aixônidès.

37Les plans de ces maisons classiques-hellénistiques sont variés, ainsi qu’on l’a constaté pour d’autres dèmes62, mais il faut préciser que rares sont les maisons à avoir été fouillées intégralement. Il n’est sans doute pas pertinent de parler de « quartier résidentiel », car dans les dèmes attiques mieux connus archéologiquement, on observe qu’aux maisons se mêlent de petits sanctuaires et des bâtiments publics, et que dans les maisons sont parfois intégrés des ateliers63.

  • 64 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 31.

38Quelques maisons romaines et byzantines attestent la continuité de l’occupation, certes moins dense qu’auparavant. Selon E. Giannopoulou-Konsolaki, après l’époque hellénistique, le centre du dème s’est déplacé vers la zone littorale, peut-être à cause de l’attrait commercial qu’offrait le port ; mais elle ne semble considérer que les habitations romaines et byzantines (ainsi que la basilique paléochrétienne), qui étaient situées entre le petit golfe au nord du cap Exonis, où se trouvait l’ancien port d’Aixônè, et l’avenue A. Métaxa64. Outre le fait que la carte archéologique du dème est beaucoup trop incomplète pour pouvoir faire ce genre d’affirmation, les sources textuelles et les vestiges matériels vont à l’encontre de cette hypothèse : Aixônè était célèbre pour son rouget au moins dès le ve s. (annexe III, texte 1.1), donc l’attrait commercial du port était sans doute aussi fort à l’époque classique qu’aux époques postérieures ; on voit bien d’ailleurs sur la carte des vestiges que les structures classiques ne s’étendaient pas moins près du port que les structures romaines (fig. 7). Soulignons enfin la présence de bâtiments byzantins importants à l’intérieur des terres, tel le grand ensemble résidentiel de Karvelas à Anô Glyphada (A 11), ou encore l’église d’Aghios Nikolaos de Pirnari, si elle date bien de l’époque tardo-byzantine.

Les tombes (B)

39Les tombes antiques découvertes à Glyphada couvrent trente siècles, de l’Helladique ancien à l’époque protobyzantine. Plus encore que les vestiges d’habitat, elles révèlent une occupation pratiquement continue, et permettent de combler les vides temporels laissés par les restes de bâtiments, surtout pour les périodes antérieures à l’époque classique.

  • 65 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 45-46.

40De l’époque préhistorique à l’époque géométrique, nous l’avons vu, les trouvailles funéraires sont concentrées sur le rivage, dans la zone du cap Exonis (B 1, 13, 17, 20). Pour l’époque archaïque, on n’a qu’un petit échantillon de tombes au nord-est de ce cap (B 9, 11, 14, 15). E. Giannopoulou-Konsolaki pense que cela pourrait indiquer un déplacement de la population à l’intérieur des terres65, mais les indices sont bien trop maigres pour le dire.

  • 66 E.g. Démosthène, C. Calliclès (55), 14. Voir D. Marchiandi, « Les périboles funéraires familiaux à (...)

41Les tombes les plus nombreuses et les plus imposantes datent de l’époque classique (B 2, 4, 5, 6, 9, 10 ?, 15, 18, 19, 21, 22, 24, 25, H 4). Elles se développent selon l’usage le long des routes, sous le regard des passants. À Aixônè, elles bordaient la route principale menant d’Athènes à Sounion, ainsi que les embranchements de celle-ci menant au port du dème. Quelques tombes hellénistiques et romaines ont été trouvées à l’endroit des nécropoles classiques et certaines ont récupéré des stèles sculptées du ive s. en guise de dalle de couverture (B 7 et 9). Les espaces des vivants et les espaces des morts étaient ainsi imbriqués, ce qui pourrait à première vue surprendre, tant on a souligné la séparation entre ces deux mondes dans la topographie des espaces urbains. En Attique, il n’était pas rare pourtant de trouver des tombeaux familiaux sur les domaines privés, à proximité des maisons66.

42On trouve de tout au point de vue des modes d’enterrement : des inhumations en ciste ou en simple fosse, dans des larnakes en terre cuite ou dans des sarcophages de pierre, des enchytrismes ou encore des incinérations. Le défunt était enterré sous un petit tumulus, souvent recouvert d’une fine couche de plâtre, au-dessus duquel était dressé un monument de pierre, que ce soit une stèle, un vase ou une colonnette.

  • 67 Pour un catalogue récent des périboles funéraires attiques classiques, voir Breder 2013, qui recens (...)

43Au ive s., les plus riches familles du dème abritent les tombes de leurs membres derrière une immense structure maçonnée (B 5, 6, 9, 10 ?, 15, 18, 19, H 4). Les découvertes de ce type de monument se multiplient dans les dèmes ruraux au fur et à mesure des campagnes de fouilles, montrant que les périboles funéraires ne se limitent de loin pas à l’asty67.

  • 68 MP 2555, datée par le style de 380-370. Elle a été trouvée en 1971 dans le quartier de Karvelas à A (...)

44Les périboles ont été pour la plupart pillés, que ce soit dans l’Antiquité ou à l’époque moderne, car ils sont bien visibles et faciles à fouiller. C’est le cas aussi de nos périboles aixonéens. Ils révèlent cependant la présence dans le dème de familles riches et prospères, ce que ne dément pas la découverte de quelques stèles funéraires d’une qualité exceptionnelle, qui n’ont rien à envier à celles qui se dressaient au Céramique (fig. 50)68.

Fig. 50. Stèle funéraire trouvée à Anô Glyphada, 380-370.

Fig. 50. Stèle funéraire trouvée à Anô Glyphada, 380-370.

1,64 × 0,84 × 0,08-0,10 m. Athènes, Musée du Pirée, no 2555. © Ministère de la Culture et des Sports/Éphorie de l’Attique occidentale, Pirée et îles/Archives photographiques du Musée du Pirée.

  • 69 Sur la difficulté de dater plus précisément cette loi, voir Engels 1998, p. 135-136 ; O’Sullivan 20 (...)
  • 70 Cicéron utilise les termes de columella (colonnette), mensa (table), labellum (bassin ?) (Lois II 6 (...)
  • 71 Pour l’époque archaïque à Athènes, on connaît la loi funéraire de Solon, et une autre encore plus s (...)

45La loi somptuaire de Démétrios de Phalère, promulguée quelque part entre 317 et 307, mit un terme à la fabrication de ces monuments très coûteux69. Désormais, ne sont autorisés que trois types de monuments, modestes, dont la colonnette est le plus fréquent70. Notons que cette réforme n’était pas la première du genre : à Athènes même, au moins deux lois similaires l’avaient précédée, et on en connaît également dans d’autres cités71. Cette réforme survit longtemps à la chute du gouverneur ; la sculpture funéraire ne reprend véritablement qu’au iie s., avec la réapparition de stèles ornées d’un relief, mais elles sont de facture nettement inférieure à leurs antécédents classiques, comme si un certain savoir-faire s’était perdu entretemps. Après la loi démétrienne, et en raison également de la cessation quasi totale des grands programmes de constructions publiques mis en branle sous Lycurgue, sans doute la plupart des sculpteurs ont-ils quitté Athènes, comme on le voit aussi dans la disparition des reliefs votifs et des décrets à en-tête. On remarque par contre une forte influence attique sur les monuments funéraires d’autres régions, comme la Thessalie ou l’est de l’Égée. On constate aussi une chute drastique dans le nombre de périboles : pour les ve-ive s., on en compte environ 260, pour les iiie-iie s., trois seulement.

  • 72 Sur les colonnettes, voir Engels 1998, p. 131.

46Même après la reprise des décors sculptés sur les stèles funéraires, les colonnettes ne disparaissent pas, bien au contraire : alors que la plupart des colonnettes hellénistiques mesurent entre 50 et 80 cm, ne dépassant donc pas les trois coudées fixées comme hauteur maximale par la loi de Démétrios, on voit apparaître à partir de l’époque romaine des exemplaires immenses, dépassant 1,5 m (HGL 59)72.

L’artisanat (C)

47On n’a que très peu d’indices d’activités artisanales dans le dème. Il faut dire qu’il est souvent difficile de les déceler, et de préciser dans quel domaine elles s’exerçaient.

  • 73 Sur l’artisanat du métal pratiqué dans certains sites de la côte ouest de l’Attique à l’Helladique (...)

48La plus ancienne à Glyphada remonte déjà à l’époque helladique (C 6). Elle est liée à l’exploitation du minerai au nord et au nord-est du cap Exonis73. Aucune autre activité de ce genre n’est attestée aux époques ultérieures.

49Une autre activité artisanale, pratiquée peut-être déjà à l’époque archaïque, est celle de l’obtention du sel par évaporation de l’eau de mer (C 4, C 7, C 8, H 6, H 7).

  • 74 Voir M. C. Monaco, Ergasteria. Impianti artigianali ceramici ad Atene ed in Attica (2000), p. 113-1 (...)

50Dans la seconde moitié du ive s., une briqueterie se trouvait à proximitié de l’église d’Aghios Nikolaos (C 5). Plusieurs centres de production d’objets en céramique (éléments architectoniques, vaisselle, etc.) ont été repérés en Attique dès l’époque géométrique, et on en connaît plusieurs exemples pour le ive s. notamment74. Il est impossible pour le moment de dire si la production répondait seulement à la demande d’un seul dème, ou si le champ de diffusion était plus large encore.

51Pour l’époque romaine, on observe une concentration des activités artisanales aux alentours de l’avenue A. Métaxa, à peu près à la hauteur de la basilique paléochrétienne fouillée par A. Orlandos. On y a trouvé un four, dont la destination exacte n’est pas connue (C 3), et surtout un grand ensemble bâti (C 4), qui abritait probablement des activités commerciales et artisanales selon les archéologues.

52Enfin, il faut noter en plusieurs endroits l’utilisation du rocher naturel comme carrière de pierre, à usage local uniquement (B 13 ?, C 5, C 9, D 20, D 22, D 28).

La zone portuaire : le kyklos (C 1)

53Le port d’Aixônè était situé certainement dans la baie qui borde au nord le cap Exonis. Aucune installation portuaire n’a été repérée par les archéologues, car toute la côte a été bétonnée à l’époque contemporaine pour faire passer la route littorale, l’actuelle avenue Posidônos.

  • 75 Annexe III, textes 1, 5, 8.2, 10.1, 11.5, 14.3. Pour un témoignage moderne, voir par exemple W. M. (...)

54La zone portuaire devait être l’un des endroits les plus vivants et animés du dème. Aixônè était en effet célèbre, même au-delà des frontières attiques, pour son rouget, une réputation qui se maintenait encore au début du xixe s., si l’on en croit les voyageurs75. Il faut donc imaginer que le port accueillait des activités de pêche, et certainement de commerce, comme tendrait à l’indiquer un curieux bâtiment circulaire, situé à quelques mètres de la côte actuelle.

  • 76 Kéramopoullos 1919.

55Cette structure a été trouvée par A. D. Kéramopoullos et publiée en 1919, accompagnée d’un plan très schématique (fig. 12)76. Elle se trouvait sur le rivage au nord du cap Exonis, à 10 m de la mer, près des vestiges de la basilique paléochrétienne. Peu après, le bâtiment a été enseveli par la nouvelle route littorale ; il n’est donc plus possible de le fouiller, chose très regrettable car on ignore sa date précise et son usage. On en est donc réduit au plan et à la description de A. D. Kéramopoullos.

Fig. 12. Le bâtiment circulaire fouillé par A. D. Kéramopoullos près du rivage.

Fig. 12. Le bâtiment circulaire fouillé par A. D. Kéramopoullos près du rivage.

Kéramopoullos 1919, p. 44 fig. 4.

  • 77 Par exemple, dans le dème d’Oè, une structure circulaire de 24 m de diamètre datant du iiie-ive s. (...)
  • 78 À sa suite, Martin 1951, p. 61 n. 2, pense à « un lieu d’assemblée de dème ou d’association privée  (...)
  • 79 Eliot 1962, p. 19 et n. 47. La fonction première et principale des théâtres de dèmes serait d’accue (...)

56Ses dimensions, 30 m de diamètre, sont exceptionnelles ; dans la campagne attique, les seules structures circulaires d’une taille approchante sont liées à la stabulation du bétail ou au battage des grains77, fonctions peu probables ici vu la forme du bâtiment avec son exèdre, et son emplacement bien loin des structures agricoles repérées à ce jour. Le cercle est composé d’une double rangée de grands blocs de pierre. Il est ouvert du côté de la mer (cela n’apparaît étrangement pas sur le dessin de A. D. Kéramopoullos, ce qui pourrait faire douter de son exactitude), et comporte une exèdre du côté de la terre ferme. Aucun vestige mobilier n’est mentionné. A. D. Kéramopoullos pense à une agora, plus précisément à un marché aux poissons, certainement en raison de la situation de ce bâtiment, tout au bord de la mer. Il suggère qu’il pouvait aussi servir à divers rassemblements des démotes78, mais comme le fait remarquer C. W. J. Eliot, les agorai des Aixonéens se tenaient probablement à l’intérieur des terres près d’Aghios Nikolaos de Pirnari, où ont été trouvées les inscriptions exposées au théâtre79.

  • 80 Eliot 1962, p. 19 et n. 47 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 28-29 et fig. 5.
  • 81 Moretti et al. 2012. Je remercie J.-Ch. Moretti de m’avoir donné un exemplaire des épreuves de cet (...)

57L’hypothèse d’un marché aux poissons a été reprise par C. W. J. Eliot et E. Giannopoulou-Konsolaki, avec des guillemets cependant80. Il me semble pourtant que la vocation commerciale de ce bâtiment ne fait aucun doute. On dispose en effet depuis très peu de temps d’un parallèle éclairant, celui du kyklos de Délos81. Ce bâtiment circulaire, aujourd’hui semi-inondé, se trouvait tout au bord de la mer, sur l’agora de Théophrastos. Il est composé de deux cercles : l’un mesure 19,29 m de diamètre (il est assez mal conservé, il en manque plusieurs segments), l’autre 10,75 m. Ils délimitent un espace intérieur d’un peu moins de 300 m2. Une couche de stuc blanc recouvrait le parement interne des cercles, et un chaperon couronnait les murs. Le mur extérieur mesurait environ 70 cm d’épaisseur, et ne devait pas mesurer plus de 2 m de hauteur. L’édifice était hypèthre. À quelque distance de là, ont été découverts deux têtes de chaperon en marbre, portant une dédicace à Apollon et à Hermès par l’agoranome Sôkratès du dème de Kèphisia (ID 1835) ; ces pierres, qui prenaient place au sommet du mur extérieur du bâtiment circulaire, ont permis de déterminer qu’il s’agissait d’un édifice commercial, datant du ier s., avant 69. L’agora de Théophrastos était la principale agora de Délos à cette époque. La ressemblance architecturale avec le bâtiment circulaire d’Aixônè, ainsi que leur situation géographique identique, en bord de mer, sont frappantes.

  • 82 Les testimonia sur les kykloi ont été rassemblés par Wycherley 1957, p. 188-190 ; les plus pertinen (...)
  • 83 Voir R. Descat, « À quoi ressemble un marché d’esclaves ? », dans V. Chankowski, P. Karvonis (éds), (...)

58Selon J.-Ch. Moretti, M. Fincker et V. Chankowski, les « cercles de Sôkratès » ne sont autres que les kykloi dont parlent certaines sources, essentiellement lexicographiques. Le terme spécifique de kyklos fait partie des mots qui désignent un marché d’après la manière dont les produits sont vendus, comme les trapezai pour les banquiers, ou les telia pour les marchands de farine : il désigne un type de vente où les acheteurs se mettent en cercle autour de l’objet vendu82. Quelques sources laissent penser que ce sont les ventes aux enchères qui prenaient place dans les kykloi, dont la forme convenait bien à ce genre de transaction : la vente dans les kykloi permettait de montrer les produits à la foule de manière adéquate, et de fournir un espace bien délimité ; on évitait ainsi la confusion qu’aurait engendrée une foule trop nombreuse et non contrôlée. L’installation d’un podium ou d’une estrade est en outre un élément essentiel de la vente aux enchères83. Les sources nous apprennent encore que les kykloi étaient utilisés pour la vente de poissons, d’esclaves et d’équipements divers.

  • 84 Le terme est attesté dans ce sens chez des orateurs attiques et dans la Nouvelle Comédie, voir Wych (...)

59La vente en kykloi est bien attestée à Athènes84, mais jusqu’à présent on n’avait jamais trouvé les bâtiments où elle se déroulait. Aixônè en fournit peut-être le premier exemple.

60Selon les auteurs de l’article qui lui est consacré, dans la structure circulaire de Délos, les vendeurs se mettaient au centre, les acheteurs entre les deux cercles (70 personnes environ pouvaient se tenir dans cet espace). Certes, le bâtiment d’Aixônè ne comporte pas deux cercles mais un seul et, contrairement au kyklos de Délos, il est pourvu d’une exèdre. Cette dernière servait peut-être à stocker les produits à montrer aux acheteurs. Quant à l’absence de cercle intérieur (si le dessin de A. D. Kéramopoullos est exact, ce qui est loin d’être sûr, comme nous l’avons vu), elle n’est pas gênante pour mon hypothèse puisqu’il n’est pas absolument nécessaire à la bonne marche de la vente aux enchères : on peut très bien imaginer un vendeur juché au centre du cercle sur une estrade en bois, séparé du public par des cordes tendues tout autour ou par des gardiens.

61Vu sa situation, tout près de la mer, le bâtiment d’Aixônè conviendrait particulièrement bien à la vente de poissons, notamment du fameux rouget qui faisait la célébrité du dème. Ainsi, le poisson était peut-être vendu à la criée au port, dans le kyklos, et ensuite au détail une fois en magasin.

  • 85 Voir O. Kakavogianni, M. Anetakis, « Les agoras commerciales des dèmes antiques de la Mésogée et de (...)
  • 86 Ibid., p. 191-194.

62Naturellement, on peut supposer que les Aixonéens vendaient bien d’autres choses, car les dèmes étaient riches de ressources diverses, de produits agricoles et artisanaux. Les espaces où avaient lieu ces échanges commerciaux pouvaient être temporaires, dans le cadre des panégyries par exemple, ou permanents, sous la forme de boutiques. Nous avons vu ci-dessus qu’un ensemble d’époque romaine situé près de la mer, non loin de notre kyklos, abritait peut-être des boutiques (C 4). Il est possible qu’Aixônè ait été pourvu d’une ou de plusieurs agoras commerciales, car cela est bien attesté dans d’autres dèmes, même plus modestes85. Il est envisageable également qu’Aixônè ait partagé une agora limitrophe avec un dème voisin, comme pour Oè et Erchia86.

Murs de soutènement et murs de clôture87 (D)

  • 87 Voir quelques remarques générales chez Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 91-94.
  • 88 Voir cependant D 9, qui canalisait un torrent. Les murs de soutènement des routes sont traités dans (...)
  • 89 Ainsi que le supposent Brunet, Rougemont, Rousset 1998, sur la base de l’observation de la campagne (...)

63Les fouilles de l’Éphorie ont mis au jour un assez grand nombre de murs isolés, érigés dans l’Antiquité, comme l’indiquent l’appareil utilisé et la céramique trouvée parfois lors de leur dégagement. On distingue généralement les murs de soutènement, destinés pour leur très grande majorité à l’aménagement de terrasses agricoles88, et les murs de séparation entre les domaines ruraux. Mais il n’est pas toujours aisé d’établir cette distinction, car l’appareil de ces deux types de murs est identique ; seul l’emplacement d’un mur à flanc de colline et une orientation perpendiculaire à la pente permettent d’affirmer qu’il s’agit du premier type. Et encore, on peut penser que dans certains cas, un même mur pouvait remplir les deux fonctions89. Dans la présentation qui suit ainsi que dans l’inventaire, je garde la séparation entre les deux catégories, tout en ayant conscience de cette remarque.

  • 90 Voir supra, p. 58-59.
  • 91 Cette pratique a été constatée ailleurs en Attique (par exemple à Atènè, où on a pu mettre les terr (...)

641) Murs de soutènement (D 1-28) : avant même les fouilles de l’Éphorie, ces murs apparaissaient de manière saisissante sur les photographies aériennes faites par l’Anglais J. Bradford durant la Seconde Guerre mondiale (fig. 10)90. On y voit que toute la région de notre dème située à l’est de la route antique Athènes-Sounion était pourvue sur deux kilomètres environ de petites terrasses artificielles, aménagées sur la pente de l’Hymette. L’aménagement de terrasses témoigne de la volonté des démotes d’exploiter le maximum de terres, y compris dans des zones escarpées91.

Fig. 10. Photo aérienne de la banlieue est de Glyphada, au pied de l’Hymette, 1944.

Fig. 10. Photo aérienne de la banlieue est de Glyphada, au pied de l’Hymette, 1944.

Bradford 1957, fig. 7.

65On distingue encore un assez grand nombre de ces murs en surface ; d’autres sont apparus lors de fouilles dans la région d’Anô Glyphada. Certains des murs visibles sur les photographies de J. Bradford ont disparu depuis, sous les constructions modernes.

66Ces murs suivent une orientation générale nord-sud, tout en s’adaptant à la topographie et à la pente du terrain. Ils sont fondés sur le rocher brut, et construits de manière peu soigneuse, en petites et grandes pierres brutes, habituellement en deux rangées parallèles, avec pour remplissage des pierres plus petites, et de la boue pour seul matériau liant. Le parement est (vers la pente) est souvent davantage consolidé et était certainement plus haut que le parement ouest (on observe une différence de niveau de la fondation), car il devait supporter une plus grande pression. Dans quelques cas, lors du nettoyage de ces murs, on a trouvé de rares fragments de vases d’époque classique, mais en général leur étude ne révèle pas de céramique caractéristique qui pourrait aider à préciser la datation. Si un mur perpendiculaire les coupe, on peut penser qu’ils faisaient aussi office de murs de séparation entre les domaines agricoles.

  • 92 À Délos, de petits murets bordaient les chemins dans ce but, voir Chandezon 2003, p. 275. Pour des (...)
  • 93 E.g. Démosthène, C. Calliclès (55), 11.

672) Murs de clôture (D 29-41) : sur les photos aériennes de J. Bradford, on voit aussi des murs de pierres sèches marquant les limites des anciens domaines agricoles. Ces murs pouvaient servir également, comme dans la Grèce moderne, à préserver les champs et vergers de l’appétit des chèvres et des moutons92. De rares sources littéraires parlent d’Athéniens propriétaires fonciers qui élèvent un mur de pierres le long de leur champ pour empêcher les passants de le traverser et les troupeaux d’y pénétrer93.

68Toujours sur les clichés de l’aviateur anglais, à l’ouest de la route antique menant à Sounion, on voit de petites parcelles (45 × 110 m environ) délimitées par des murs, et disposées de manière parfaitement parallèle (fig. 10). On a trouvé plusieurs de ces murs dans les fouilles de Glyphada. Leur construction est semblable à celle des murs de soutènement, mais leur orientation est évidemment plus variée. Comme le remarque E. Giannopoulou-Konsolaki, certains de ces murs, ceux qui sont dans des endroits relativement escarpés, servaient peut-être aussi de murs de soutènement.

Les amas de pierres (E)

  • 94 Nous avons vu plusieurs témoignages dans le chapitre 2, par exemple ceux de L. Ross et A. Milchhöfe (...)
  • 95 Voir supra, p. 63-64.

69Déjà les voyageurs de l’époque moderne avaient repéré de nombreux tumulus dans la plaine côtière à l’ouest de l’Hymette94. Si, au premier abord, ils y ont vu des structures funéraires, les fouilles ont révélé que certains d’entre eux du moins n’étaient que de simples amas de pierres et d’autres décombres, issus sans doute du nettoyage des terres dans la région afin de les mettre en culture. Cette activité est souvent mise en rapport par les chercheurs avec le tyran Pisistrate, qui encouragea une agriculture intensive de la campagne attique95. Mais E 3, 6, 7, 8 montrent que le nettoyage des terres a continué après la chute du tyran.

70Par ailleurs, certains amas de pierres ont une fonction pratique, ainsi E 5, qui servait à faciliter la traversée d’un torrent.

Les routes96 (F)

  • 96 Voir quelques remarques générales chez Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 80 et p. 87, et G. Steinhaue (...)
  • 97 Voir Goette 1999, qui prend les exemples de Rhamnonte,Thorikos, Halai Aixônidès, Sounion, le Pirée. (...)

71Les quelques segments de routes antiques mis au jour lors des fouilles de Glyphada donnent une idée du réseau routier d’Aixônè, mais ils ne sont pas suffisants pour que l’on puisse les suivre sur une grande distance. D’après ce que l’on sait des autres établissements urbains en Attique, il semble peu probable que l’on trouve à Aixônè un plan orthogonal, a priori rare dans les dèmes, dont l’urbanisme est le résultat d’une longue évolution et d’une adaptation constante aux contraintes du terrain, à part quelques exceptions comme le Pirée et Sounion97.

  • 98 À Rhamnonte par exemple, les routes sont pavées, et bordées de canaux recouverts par des plaques de (...)

72Les routes dégagées ont toutes été construites à l’époque classique, sauf une, qui a été aménagée à l’époque romaine (F 3), mais par-dessus une route plus ancienne. Bordées de murs de soutènement, leur largeur varie entre 2,5 et 5 m. Des traces d’un revêtement recouvrant le rocher naturel ont été repérées ici et là : il est composé d’une épaisse couche de galets, de cailloux ou de gravier très compacte, ou de mortier à chaux, avec parfois une mince couche de terre tassée et de sable par-dessus. Les cannelures laissées par les roues de char sont encore visibles parfois (F 5, 10, 12, 13, 14, 15, 16, 17). Dans un cas (F 5), le bord de la route était aménagé de petits canaux et de vasques, probablement pour évacuer les eaux de pluie afin que la route reste praticable, et les récupérer dans des abreuvoirs98.

73L’une des artères principales d’Aixônè était la route Athènes-Sounion, qui traversait le territoire du nord au sud (fig. 2). On en a trouvé quelques segments (F 2, F 10, F 15). Elle suivait à peu près le même itinéraire que la route moderne qui passe près du pied de l’Hymette, l’avenue Vouliagménis. Un autre axe important devait être la route côtière provenant de Phalère, dont l’actuelle avenue Posidônos suit à peu près le tracé (H 5). En plusieurs endroits, des embranchements menaient au port d’Aixônè en direction de l’ouest ou vers le pied de l’Hymette à l’est, où se trouvaient certaines parcelles agricoles des Aixonéens. On a trouvé quelques segments de ces embranchements (F 1, 3, 4, 5, 6, 7, 11, 12, 13, 14, 17).

La disparition du dème

  • 99 E.g. Jones 1999, p. 144 : « The Attic deme qua association suffered after the end of the fourth cen (...)
  • 100 Ainsi Papazarkadas 2011, p. 242 : « Demes, phratries, gene, and other associations become increasin (...)

74Dans l’historiographie moderne, on a souvent écrit que les dèmes disparaissaient avec la conquête romaine de l’Attique, ou même déjà aux alentours de 200, après une longue phase de déclin à partir du iiie s.99. Cette hypothèse, trop souvent présentée comme une affirmation, s’appuie sur la raréfaction des sources épigraphiques issues des dèmes à partir du iiie s., sur la diminution du nombre de sites archéologiques pour ces époques dans la campagne attique et sur quelques témoignages d’auteurs antiques sur la Grèce romaine. Le raisonnement est simple : en raison des guerres incessantes et des nombreuses invasions de l’Attique dans la première moitié du iiie s., la population athénienne diminue, la campagne se dépeuple au profit de l’asty et de quelques lieux fortifiés comme Rhamnonte ou Éleusis, ce qui empêche le bon fonctionnement du système des dèmes et mène progressivement à son extinction, un déclin dont témoigne la disparition des décrets gravés émanant des dèmes100. La démonstration est en revanche plus complexe, ce qui explique peut-être qu’elle n’ait jamais été tentée. Reprenons un à un les éléments du raisonnement.

  • 101 C’est la date qu’il faut retenir, malgré une récente tentative de dater l’opuscule de 280-270 par A (...)
  • 102 Ἐντεῦθεν εἰς τὸ Ἀθηναίων . . . ἄστυ. Hèrakleidès doit venir d’Éleusis selon Pfister 1951, p. 25 et (...)

75Premièrement, l’impact des conflits du iiie s. sur la campagne attique. Peut-on parler d’une chute démographique irréversible, d’une campagne définitivement dévastée et dépeuplée ? Ce n’est pas ce qui ressort de nos sources. Prenons par exemple Hèrakleidès le Crétois, auteur d’un récit de voyage rédigé probablement dans le dernier quart du iiie s.101. Il y brosse le portrait d’une Athènes festive et accueillante, et consacre quelques passages à la campagne : « De là, (on atteint) la ville d’Athènes102. La route est agréable, la campagne autour, entièrement cultivée et, semble-t-il au regard, hospitalière » (1.1). « Les produits de la terre sont tous d’une valeur inestimable et d’une saveur incomparable… bien qu’ils soient un peu trop rares ! (1.2) ». Sur la route entre Athènes et Oropos par Aphidna, « le grand nombre d’auberges, qui offrent en abondance ce qu’il faut pour vivre, et les lieux de repos, empêchent la fatigue d’envahir les voyageurs » (1.6). Même s’il s’agit là d’impressions personnelles d’un voyageur, on ne peut nier que la campagne ait été cultivée et peuplée, du moins là où Hèrakleidès est passé.

  • 103 IG II2 1011, l. 15-16 (106/5) (trad. E. Perrin-Saminadayar 2007, T 31, p. 230).

76C’est toujours le cas environ un siècle plus tard. Dans un décret d’Athènes honorant les éphèbes de l’année 107/6, parmi les considérants, il est dit que les éphèbes « ont effectué plusieurs sorties en armes dans la chôra avec discipline afin de prendre conscience des frontières de l’Attique, ne causant le moindre dommage à aucun propriétaire de champ »103.

  • 104 Sur l’impact des guerres à la haute époque hellénistique sur la campagne attique, voir Oliver 2007, (...)
  • 105 Par exemple le décret d’Athènes pour Phaidros de Sphettos (IG II3 985, l. 35-36, à propos de l’acti (...)
  • 106 IG II3 1011.

77On trouve donc ici et là dans nos documents des indices qui ne corroborent pas l’image d’une campagne attique à l’abandon, image qui me paraît de toute façon aller à l’encontre de la politique des Athéniens vis-à-vis de leur chôra. Les guerres contre les Macédoniens ont évidemment laissé des traces dans la campagne attique104. Mais celle-ci n’est de loin pas abandonnée pour autant, même au cœur du conflit, bien au contraire : sa défense et particulièrement le succès des moissons sont au cœur des préoccupations de la cité, comme le montre l’épigraphie. En effet, dans plusieurs décrets honorifiques du iiie s. est mentionnée la capacité du personnage honoré à avoir assuré la sécurité des paysans pour que les moissons se déroulent au mieux ou à avoir relancé les travaux agricoles après une période de guerre105. En 248/7, la cité lance une épidosis pour permettre que les récoltes soient rentrées en toute sécurité106. L’exploitation agricole de son territoire est une condition de survie pour toute polis : un abandon total et durable de la campagne aurait signifié la fin de la cité.

  • 107 Oliver 2007, p. 82. Il estime qu’un Conseil de 600 membres suppose une population de 22 900 citoyen (...)
  • 108 Pace Hansen 2006, p. 25, qui les explique par le passage à un Conseil de 600 membres à partir de 30 (...)
  • 109 Rosivach 1993 et Oliver 2007, p. 103-105, d’après les chiffres de Traill 1975. Dans le cas de Rhamn (...)
  • 110 Lohmann 1993, I, p. 251-253 ; contra W. Ameling, « Ein südattischer Demos », Laverna 6 (1995), p. 9 (...)
  • 111 Mussche 1998, p. 64-65 parle d’une occupation uniquement par des squatters à partir du iiie s., une (...)

78Par ailleurs, l’idée d’une baisse drastique de la population civique à cette période paraît difficile à défendre. Il faut rappeler qu’à l’époque hellénistique, il y avait suffisamment de citoyens pour faire fonctionner un Conseil de 600 membres (dès 307), et même de 650 (dès 224/3). Et comme le rappelle G. J. Oliver, « no deme is ever known to have had difficulty in fulfilling its annual membership quota for the Council »107. On observe il est vrai à partir du iiie s. quelques cas de citoyens bouleutes pour la troisième fois, mais ils sont si rares qu’ils ne peuvent être vus comme palliatifs à une démographie civique en constante baisse108. Certains dèmes voient même leur quota bouleutique augmenter lors du passage à douze puis treize tribus (en 307 et 224/3 respectivement), un indice peut-être d’une augmentation de leur population démotique, mais en tout cas pas d’une baisse démographique ; évidemment, un démote ne réside pas obligatoirement dans son dème d’origine, mais on peut tout de même relever que ces augmentations ont surtout concerné des dèmes ruraux, parmi lesquels Aixônè109. Certes, tous les dèmes ne sont pas forcément florissants à l’époque hellénistique : H. Lohmann, par exemple, sur la base de prospections intensives sur le territoire, observe un dépeuplement du dème d’Atènè déjà à partir de la fin du ive ou du début du iiie s. Il peine à expliquer ce constat, mais il voit en tout cas un lien avec l’exploitation des mines du Laurion, laquelle cesse – ou du moins baisse drastiquement – à partir de la fin du ive s. ; mais d’autres savants ont prétendu que l’activité minière du Laurion ne jouait aucun rôle dans l’économie d’Atènè110. Pour certains sites, on a dû modifier l’interprétation qui prévalait jusqu’alors, comme pour Thorikos, que l’on croyait plus ou moins abandonné à partir du iiie s.111.

79On ne peut donc raisonnablement parler de chute démographique inexorable, ni d’abandon de la campagne à l’époque hellénistique. Les ravages causés sur le sol attique par les Macédoniens au iiie s. ne sont certes pas négligeables, et ils ont pu perturber pour un temps le peuplement du territoire, mais pour un temps seulement : pas plus que les invasions, destructions et occupations spartiates subies par les Athéniens durant la guerre du Péloponnèse, ils n’ont mené au déclin définitif des dèmes institutionnels.

80L’image d’une campagne attique dépeuplée est pourtant tenace. Elle est nourrie par l’opinion très répandue selon laquelle la Grèce romaine connaîtrait une baisse drastique du nombre de sites ruraux, et par le témoignage de quelques auteurs contemporains allant dans ce sens.

  • 112 Alcock 1993, p. 33-49, d’après des prospections archéologiques menées essentiellement dans le Pélop (...)
  • 113 Voir Rousset 2008, qui met en évidence bien des faiblesses de l’étude d’Alcock, et souligne notamme (...)
  • 114 Pour un aperçu des vestiges archéologiques d’époque hellénistique et romaine dans la campagne attiq (...)

81S. E. Alcock, dans un ouvrage fondamental sur l’occupation du territoire des cités dans la Grèce romaine, observe, sur la base d’une quinzaine de prospections, que le nombre de sites ruraux diminue notablement à partir de 200 environ, et reste bas jusqu’aux alentours de 300 apr. J.-C.112. Mais on aurait sans doute tort de généraliser ce schéma à l’ensemble de la Grèce, puisque d’autres prospections montrent des évolutions différentes113. Il faut être d’autant plus prudent pour l’Attique, où les prospections sont encore rares et en bien des endroits impossibles à mener en raison de la forte urbanisation de la campagne. C’est pourquoi l’impression, dominante dans l’historiographie, d’une raréfaction des sites ruraux attiques à l’époque hellénistique et romaine est probablement faussée114. Cette impression semble déjà de moins en moins résister au fur et à mesure de la multiplication des fouilles en Attique, comme on vient de le voir avec l’exemple de Thorikos.

  • 115 Alcock 1993, p. 53-92 et p. 96-117 ; elle déclare : « The effects of imperial taxation thus join th (...)
  • 116 Ibid.
  • 117 Oliver 2006 échafaude l’hypothèse d’une évolution entre une Attique « polynucléique » (les dèmes), (...)

82S. E. Alcock, dans son étude de la Grèce romaine, fait encore une autre observation : elle relève une tendance au regroupement de la population rurale des cités dans des établissements plus grands et plus peuplés, qui peuvent être l’asty bien évidemment, mais aussi des villages ou d’autres établissements ruraux plus grands. Elle voit dans ce phénomène de « nucléation » l’impact de la présence romaine en Grèce115. Mais on ne peut tirer des conclusions sur l’histoire sociale et économique des cités de la Grèce romaine sur la base de quelques prospections uniquement, ainsi que l’a récemment rappelé D. Rousset116. Quoi qu’il en soit, et quelle que puisse être la validité du phénomène de nucléation ou de polarisation dans certaines régions de la Grèce, il me paraît bien imprudent de l’appliquer à l’Attique, contrairement à ce que prétend G. J. Oliver, puisqu’une prospection systématique est impossible sur la péninsule117.

  • 118 E.g. Plutarque, Sur la disparition des oracles 8 (Moralia 413 f-414 a) ; Polybe, XXXVI 17, 5-12, pa (...)
  • 119 Strabon, IX 1, 15 déclare que depuis les destructions de Sylla, le Pirée n’est plus qu’une « petite (...)

83Par ailleurs, quelques auteurs vivant dans la Grèce romaine déplorent la disparition de villes célèbres naguère prospères et dénoncent un phénomène d’oliganthropie. Des travaux récents ont cependant montré qu’il ne fallait pas prendre ces témoignages au pied de la lettre, car ils utilisent les topoi de la dépopulation et du déclin politique et moral de la Grèce dominée par Rome, une vision des choses qui a été largement contredite, à commencer par l’archéologie118. Certes, la Grèce n’est pas sortie indemne de la conquête romaine, et on ne peut nier que les guerres qui l’ont ravagée ont eu un impact sur le peuplement : les descriptions de Strabon de villes ou cités autrefois brillantes et qui de son temps sont désertées ou réduites à de petites agglomérations doivent être prises en compte, mais il s’agit là d’un constat ponctuel de la part de l’auteur, qu’il ne faudrait pas généraliser119. Il faut également faire la part de l’exagération, puisque l’archéologie contredit parfois l’état de dégradation de cités ou régions décrit par les auteurs antiques. Sans nier donc l’existence des agri deserti dans la Grèce romaine, il convient de ne pas ériger ce phénomène en situation générale.

  • 120 SEG XLII 116 (Mélitè, vers 180) ; IÉleusis 229 (165/4 ?). Cette dernière inscription se compose plu (...)
  • 121 Ainsi Jones 1999, p. 143-144, qui parvient même à voir ce déclin dans les décrets de dèmes eux-même (...)
  • 122 Pace Ismard 2010, p. 331-334, lequel a pourtant dressé en note 12 p. 331 le tableau de la répartiti (...)
  • 123 Voir M.-F. Baslez, « Citoyens et non-citoyens dans l’Athènes impériale au ier et au iie siècles de (...)
  • 124 Hansen et al. 1990, p. 30-32.

84La campagne attique reste donc exploitée et habitée aux époques hellénistique et romaine, mais cela ne suffit pas à montrer que les dèmes continuent d’exister en tant qu’entités politiques et ne sont pas retournés à leur état originel de simple village, quand ils ne sont pas purement et simplement désertés. Il est vrai que les décrets de dèmes se font très rares à partir du iiie s., sauf dans les dèmes « atypiques » que sont le Pirée, Éleusis et Rhamnonte. Les deux derniers décrets de dèmes que l’on ait datent de la première moitié du iie s.120. Ce constat est interprété par nombre de chercheurs comme un signe du déclin du système des dèmes121, conséquence logique au fond pour les partisans de la vieille – mais encore tenace – théorie du déclin des cités grecques à partir de l’époque hellénistique. Pourtant, l’absence de décrets gravés dans la pierre par les dèmes n’est pas un indice fiable de la non-existence ou de l’apathie de ces communautés : sinon, que dire des dizaines de dèmes pour lesquels nous n’avons aucun décret ? Et du ve s., période pour laquelle les documents officiels des dèmes parvenus jusqu’à nous sont très rares122 ? En revanche, le démotique continue d’être mentionné dans les sources, jusqu’à la fin du iiie s. apr. J.-C. : est-ce un indice de la survie du système des dèmes, ou le démotique n’est-il plus qu’une coquille vide en ces époques tardives ? Cela montre en tout cas que les Athéniens restent attachés à la mention de leur dème d’origine, et que les étrangers honorés de la citoyenneté doivent comme auparavant être enrôlés dans un dème123. Il faut souligner en outre qu’aucun des 139 dèmes attestés à l’époque classique (ainsi que les trois qui leur furent ajoutés) ne disparaît de la documentation, même à l’époque impériale, ce qui témoigne d’une remarquable continuité124.

  • 125 Hansen et al. 1990, d’après les inscriptions éphébiques, bouleutiques et funéraires.
  • 126 Ibid., p. 32-35. Les auteurs expliquent cette forte augmentation par la « naturalisation » des étra (...)
  • 127 Dans l’ordre décroissant : Marathon, Paiania, Pallène, Gargettos, Phlya, Sphettos, Mélitè, Pirée, A (...)

85Certes, les dèmes ne sont pas des entités figées, et leur population démotique – la moins difficile à appréhender pour nous – a connu des variations parfois importantes entre le ive s. et l’époque romaine : certains dèmes voient le nombre de leurs démotes diminuer considérablement, alors que d’autres expérimentent le phénomène inverse. Il est intéressant de noter que parmi les premiers, on trouve des dèmes pourtant situés dans la zone urbaine (Xypétè, Alopékè), et parmi les seconds, des dèmes éloignés de l’asty (Phylè, Myrrhinonte)125. La population civique des dèmes urbains atteint il est vrai des sommets inégalés à l’époque romaine126, mais sur les dix dèmes les plus riches en démotes, deux seulement appartiennent à la zone urbaine (Mélitè, Pirée)127. Nombre de dèmes, y compris ceux de la campagne, semblent donc suffisamment pourvus en démotes pour faire fonctionner leurs institutions locales, et celles de la cité.

  • 128 Voir cependant la colonnette funéraire GL 24.
  • 129 Voir supra, p. 71-80, annexe V et fig. 7, et Karvonis 2016, p. 203-204 (pour la période 146 av. J.- (...)
  • 130 Ἰού[νι]ο[ς] Ὀν[η]σᾶς [- - - -] καινῶν Αἰξων[ῆσι] (IG II2 2776 B II, l. 191-192, 120-138 apr. J.-C.) (...)
  • 131 Voir A. D. Rizakis, « L’emphytéose sous l’Empire en pays grec », dans S. Follet (éd.), L’hellénisme (...)

86Qu’en est-il pour nos Aixonéens ? Aucun document officiel du dème n’est postérieur au ive s., mais les démotes sont attestés sur les épitaphes et les listes de prytanes jusqu’au début du iiie s. apr. J.-C. Résident-ils dans leur dème ? Non, si l’on considère les monuments funéraires inscrits d’Aixonéens, tous trouvés en dehors du dème à partir du iiie s., et majoritairement dans la zone urbaine Athènes-Pirée. Certes, il faut tenir compte du hasard des découvertes, mais la tendance générale semble bien être celle-ci. En ne considérant que les inscriptions funéraires, on serait donc tenté de conclure que le dème était alors déserté128. Mais les fouilles archéologiques prouvent, quant à elles, la continuité de l’occupation : à Glyphada, on a trouvé des vestiges d’habitations, des tombes, des indices d’activités artisanale et commerciale datant des époques hellénistique et impériale129. Une inscription de l’époque d’Hadrien donne une liste de propriétés en Attique ; on y lit qu’un certain Iounios Onésas possède des biens fonciers de nature indéterminée mais qui sont dits « nouveaux » à Aixônè130. Certes, c’est peut-être un indice de la volonté de l’empereur de mettre en culture un maximum de terres publiques à l’abandon131. Mais c’est aussi la preuve que le territoire du dème restait attractif encore au iie s. apr. J.-C. et qu’il n’était pas question de le déserter.

  • 132 MP 5891*. Ed. pr. M. I. Pologiorgi, AD 46 1991 (1996) Chron. B1, p. 58 (SEG XLIV 166), avec photo ( (...)

87De la même époque date une dédicace à Hadrien, trouvée assez récemment lors de la construction de gradins pour le stade municipal de Glyphada (fig. 45)132 :

Σωτῆρι καὶ
Κτίστῃ Αὐ-
τοκράτορι
Ἁδριανῶι
Ὀλυµπίωι.

À l’empereur Hadrien Olympien, Sauveur et Fondateur.

Fig. 45. Dédicace à Hadrien trouvée à Glyphada.

Fig. 45. Dédicace à Hadrien trouvée à Glyphada.

Athènes, Musée du Pirée, no 5891. © Ministère de la Culture et des Sports/Musée du Pirée. Photo de l’auteur, avec l’aimable autorisation du Musée du Pirée.

  • 133 Voir A. S. Benjamin, « The Altars of Hadrian in Athens and Hadrian’s Panhellenic Program », Hesperi (...)
  • 134 On notera que, loin de se limiter à l’asty, le culte impérial se pratique aussi dans la chôra, comm (...)

88Il s’agit d’un cippe intact en marbre blanc, avec la représentation d’un autel sculptée sur la face antérieure. L’inscription est gravée sur cet autel en relief. M. I. Pologiorgi, l’éditrice de la pierre, signale qu’elle ne se trouvait pas in situ : comme il n’y avait aucune autre antiquité à cet endroit, et que la pierre a été trouvée dans un remblai, elle a probablement été transportée là avec des gravats, depuis un autre lieu. Elle ne doit cependant pas provenir de très loin, et peut être attribuée à Aixônè sans trop de risques. D’après la formule de la dédicace, elle doit dater de 131/2, date de la dédicace de l’Olympiéion et de la fondation du Panhellénion. Ce double événement a en effet donné lieu à la création de nombreux autels à Athènes, qui portent presque tous cette formule133. Certes, on ne peut voir dans ce monument la preuve d’un culte impérial à Aixônè, mais à tout le moins un témoignage de la ferveur d’un résident du dème pour Hadrien, exprimée à l’occasion de l’un des séjours de l’empereur à Athènes134.

89Ces documents rassemblés permettent de nuancer la vision des choses que donnent les épitaphes d’Aixonéens seules : le dème n’est de loin pas déserté à l’époque impériale. Certes, on n’y grave plus la pierre comme dans la seconde moitié du ive s. Mais on continue d’y vivre, d’y posséder des terres, de pratiquer le commerce et l’artisanat, d’y célébrer des cultes. Toutefois, le témoignage des vestiges archéologiques tend à montrer que la région d’Aixônè est moins peuplée qu’avant (fig. 7) ; peut-être s’agit-il avant tout d’un déplacement graduel d’une partie de la population démotique vers l’asty, comme semblent le montrer les stèles funéraires d’Aixonéens, et non d’une crise démographique.

  • 135 Grigoropoulos 2009 fait le même constat pour le Pirée : sur la base des épitaphes, il constate que (...)

90Cette émigration progressive d’une partie des Aixonéens vers la ville, à supposer qu’elle ne soit pas simplement un effet de sources, aurait-elle pu empêcher le fonctionnement du dème institutionnel ? Dans le cas d’un dème aussi proche de la ville, on peut répondre assurément par la négative. Il faut rappeler que, de tout temps, des Aixonéens ont vécu en dehors de leur dème, sans que cela ait empêché la bonne marche des institutions locales135. Reprenons à cet égard le témoignage des stèles funéraires : parmi celles qui datent du ive s. et qui concernent à coup sûr des Aixonéens, environ trois quarts ont été trouvées en dehors du dème, la plupart à Athènes ou au Pirée. Pourtant, personne ne nierait que le dème était actif à cette époque. La distance entre l’asty et Aixônè était suffisamment faible pour que les démotes motivés aient fait les déplacements nécessaires pour participer aux assemblées du dème (l’aller-retour est possible à pied en une journée), et les magistratures les plus chronophages, peu nombreuses, ont certainement pu être assurées par ceux restés sur place.

  • 136 « The development of relations based on private property and of particularism of the most varied na (...)
  • 137 Papazarkadas 2011, p. 242 voit dans les rationes centesimarum une privatisation massive des terres (...)

91On le voit, la théorie du déclin du système des dèmes à partir du iiie s. ne repose pas sur des bases solides. Pourtant, bon nombre de savants, obnubilés par cette théorie, ont cru en déceler des signes partout. Ainsi, V. N. Andreyev y trouve une explication au déclin de la propriété foncière publique qu’il croit constater entre le ve et le iiie s.136. À l’inverse, N. Papazarkadas voit dans ce déclin supposé de la propriété foncière publique une cause du déclin des dèmes137.

  • 138 L. Baumer, Mémoires de la religion grecque (2010), p. 76-78 (citations respectivement p. 78 et p.  (...)
  • 139 Voir Ackermann 2016.

92Selon L. E. Baumer, la disparition progressive des sanctuaires ruraux attiques à partir du iiie s. serait en lien avec « la disparition des dèmes, qui avait commencé dès l’époque hellénistique et que ne justifiait plus la nécessité de maintenir les anciens systèmes cultuels locaux » ; « L’étroite association des sanctuaires ruraux au système politique classique a en même temps été la raison de leur abandon ultérieur »138. Mais outre le fait qu’il s’agit d’une diminution temporaire et non d’une disparition progressive des sanctuaires ruraux, il faut préciser que ces derniers n’étaient de loin pas tous gérés par les dèmes, on ne peut donc pas établir un parallèle total entre les deux139. Par ailleurs, à lire le livre I de Pausanias, on a l’impression que la campagne attique du iie s. apr. J.-C. regorge de sanctuaires, et les dèmes y sont encore bien nommés en tant que tels.

  • 140 Ismard 2010, p. 339-341 (citation p. 341). Ismard ignore le compte rendu critique de l’étude de M.  (...)
  • 141 Voir Feyel 2009, p. 221-236 ; Osborne M. J. 1983, p. 155-173.
  • 142 E.g. Ismard 2010, p. 341-343. Il suppose en outre la perte du rôle fiscal des dèmes dans la percept (...)
  • 143 C’est l’hypothèse de Traill 1975, p. 61-64, qui s’empresse d’ajouter : « Whatever the method employ (...)
  • 144 Ath. Pol. 62, 1. Rhodes 1993, p. 690-691 place un terminus ante quem pour ce changement vers 370, d (...)
  • 145 Voir l’introduction supra, p. 7-9.

93Récemment encore, P. Ismard déduit le déclin des dèmes (et des phratries) de certains changements observés par M. J. Osborne dans le formulaire des décrets d’octroi de la citoyenneté après 229 : la disparition de la référence aux descendants et la mention de la procédure de la dokimasie avant celle de l’intégration dans les subdivisions civiques seraient des « conséquences de l’évolution par laquelle dèmes et phratries ont vu leur rôle décliner dans les procédures d’octroi de la citoyenneté »140. Mais n’est-ce pas là faire un faux procès à ces subdivisions civiques, lesquelles n’ont jamais joué aucun rôle dans l’examen des étrangers honorés du droit de cité, ce rôle étant réservé aux instances civiques ? Par ailleurs, les étrangers bénéficiant de la citoyenneté athénienne pouvaient choisir eux-mêmes les subdivisions dans lesquelles ils seront inscrits, les dèmes se contentant probablement de les consigner sur les lexiarchika grammateia141. Ainsi, contrairement à ce que pense P. Ismard, l’intégration des étrangers au sein des dèmes et des phratries ne supposait pas « une procédure active de la part des communautés », qui serait devenue « strictement formelle ». Un autre phénomène fréquemment invoqué par les adeptes de la théorie du déclin est celui de la grande variation des quotas bouleutiques peu après 200142 : à partir de cette date, les quotas bouleutiques ne reposent plus sur des valeurs fixes tant ils varient, ce qui pourrait indiquer que les bouleutes sont désormais tirés au sort directement au sein des tribus, sans passer par les dèmes143. Mais ce phénomène n’est pas nécessairement à interpréter comme un signe du déclin ou de la disparition du système des dèmes : dans l’Athénaiôn Politéia, on apprend que les dèmes avaient autrefois bien plus de responsabilités dans la désignation des magistratures tirées au sort, mais que ces responsabilités leur ont été enlevées au profit des tribus car ils s’étaient mis à vendre les charges ; du temps d’Aristote, il ne leur restait plus qu’à désigner les bouleutes et les gardiens des arsenaux144. C’est peut-être pour la même raison que vers 200, la cité a pris la décision de ne plus confier aux dèmes la désignation des bouleutes. Quoi qu’il en soit, il faut souligner que la raison d’être des dèmes ne se limitait pas à cette tâche145.

  • 146 Voir B. Dreyer, « Wann endet die klassische Demokratie Athens? », AncSoc 31 (2001), p. 27-66, qui p (...)
  • 147 Ismard 2010 postule, à partir de la basse époque hellénistique, « le déclin de l’activité des dèmes (...)

94Tout comme à la théorie tenace du déclin des cités grecques à l’époque hellénistique, il faut renoncer à celle du déclin des dèmes athéniens. Cela ne signifie pas pour autant nier certains changements institutionnels : on sait qu’à Athènes, la démocratie « classique » cède peu à peu la place à un régime d’élites, à partir de la fin du iie s., et on observe une oligarchisation progressive de la constitution athénienne, avec une prédominance des magistrats élus et du Conseil de l’Aréopage146. Mais les institutions traditionnelles ne disparaissent pas pour autant : le Conseil, les prytanes, les tribus sont encore bien attestés à l’époque impériale et les dèmes continuent d’être mentionnés dans les inscriptions, qu’elles soient publiques ou privées. Jouissant de l’autonomie municipale, l’Athènes romaine devait probablement continuer de s’appuyer sur ses subdivisions civiques pour la gestion de ses affaires intérieures147. Il est donc surprenant que certains auteurs nient aux dèmes toute existence politique : les Athéniens auraient-ils choisi d’honorer l’empereur Hadrien en créant une nouvelle tribu portant son nom et un nouveau dème portant celui de son amant Antinoüs, si ces subdivisions n’avaient plus aucun sens ? Et quelques années auparavant, Hadrien fait citoyen athénien n’avait-il pas été enrôlé dans le dème de Bèsa ? Par-delà les vicissitudes de l’histoire politique de la cité, l’appartenance à un dème reste le marqueur essentiel de la citoyenneté athénienne.

Après la disparition du dème

  • 148 Le démotique figure encore dans IG II2 13279, l. 4 (inscription honorifique, ive s. apr. J.-C. ?), (...)
  • 149 Contra Antoniou 1990, p. 89-91, qui voit dans l’absence de tout démote de Philaidai dans les inscri (...)
  • 150 Après le sac des Hérules, la Tholos est réparée, et reste en usage jusqu’à la fin du ive s. apr. J. (...)

95On ignore quand exactement les dèmes institutionnels cessèrent de fonctionner. Dans les sources épigraphiques, le démotique disparaît à la fin du iiie s. apr. J.-C., sauf rares exceptions148, mais il ne faudrait pas conclure que les dèmes n’existaient plus149 : le démotique figure rarement dans les inscriptions avant 400, or personne n’en déduirait que les dèmes ne fonctionnaient pas au ve s. De plus, le sac d’Athènes par les Hérules en 267 apr. J.-C. constitue le terminus ante quem pour presque toutes les inscriptions athéniennes, mais on sait que les institutions de la cité continuèrent de fonctionner pendant quelque temps encore150.

L’époque byzantine (ive-xve s.)

  • 151 G. Fowden, « City and Mountain in Late Roman Attica », JHS 108 (1988), p. 48-59 ; Alcock 1993, p.  (...)

96Avec l’entrée d’Athènes dans l’empire byzantin, le système des dèmes cessa à coup sûr de fonctionner, tout comme les institutions civiques dont il était l’une des composantes. Mais la campagne attique ne se dépeuple pas pour autant et connaît même un renouveau durant les ive-vie s. : les traces d’occupation augmentent en effet de manière très visible et nombre d’anciens sites abandonnés sont réoccupés, un constat qui a été fait dans d’autres régions de Grèce également151.

  • 152 Voir supra, p. 27. Parmi les exceptions figure Michel Choniatès, métropolite d’Athènes à la fin du (...)

97Après la fermeture des écoles de philosophie en 529, rares sont les mentions de l’Athènes byzantine dans les écrits de l’époque, sans parler de la campagne attique152. Pour Aixônè, seules les trouvailles archéologiques permettent d’éclairer quelque peu cette longue période.

  • 153 Voir Orlandos 1930 ; id., υρετήριον τν Μνηµείων τς λλάδος, A 1 γ (1933), p. 153-154 ; J. Koder, (...)
  • 154 E. Gini-Tsofopoulou, AD 41 1986 (1990) Chron. B1, p. 27. Elles sont impossibles à dater plus préci (...)
  • 155 Chronique du BCH, 1931, p. 455 et 1933, p. 238.
  • 156 Voir A. K. Orlandos, υρετήριον τν Μνηµείων τς λλάδος, A 1 γ (1933), p. 154 ; Giannopoulou-Konso (...)

98À Glyphada, les vestiges d’occupation de l’époque byzantine ne sont pas nombreux mais suffisent à montrer que la population continue de fréquenter cette portion de la plaine côtière. En témoignent les vestiges d’habitation (A 1), les quelque 42 tombes des ive-vie s. trouvées au nord-est du cap Exonis (B 16), ainsi que la basilique paléochrétienne construite au bord de la mer vers 500, détruite vers les vie-viie s., reconstruite à la période méso-byzantine avec des dimensions réduites, à nouveau démolie par la suite et rebâtie à la période ottomane sous la forme d’une petite chapelle153. Quelques tombes chrétiennes ont été exhumées juste au sud de la basilique154 et au nord-est de celle-ci (B 26). Le bâtiment profane le plus important est sans conteste le palais méso-byzantin de Karvelas (A 11), qui devait appartenir au maître de la région. On a trouvé aussi à Glyphada un trésor de monnaies du xie s.155. À l’endroit de l’un des points névralgiques de l’ancien dème, dans la zone probable du sanctuaire d’Hébé, les habitants construisent la petite église d’Aghios Nikolaos, semble-t-il à la fin de l’époque byzantine156.

L’époque ottomane (xve-début du xixe s.)

  • 157 Slot 1982, I, p. 254-256.

99On est très peu renseigné sur l’occupation de la région de l’ancien dème durant la période ottomane. Le toponyme « Aixônè » n’existe plus, car il n’est attesté sur aucune carte ni dans une autre source. Dans l’Égée, et particulièrement au xviie s., la piraterie est virulente et meurtrière ; les habitants de nombreux bourgs maritimes doivent abandonner le littoral pour bâtir un nouveau village à l’intérieur des terres157. C’est le cas semble-t-il à Aixônè, où l’habitat consiste au mieux en hameaux, établis à l’intérieur des terres près des pâturages des flancs de l’Hymette, hameaux qui ont pris des noms turcs ou albanais, tels « Prinari » et « Stimonari » notés sur la carte de W. M. Leake parue dans le volume II de The Topography of Athens (fig. 6). La région conserve un caractère agricole, et fait partie du grand domaine de Trachônès.

Fig. 6. Carte de l’Attique par W. M. Leake, 1841 (détail).

Fig. 6. Carte de l’Attique par W. M. Leake, 1841 (détail).

Leake (1841), en fin de volume.

  • 158 Drikos 1994, chap. V p. 47-67 sur les domaines d’Anô et Katô Trachônès. L’auteur se fonde sur des a (...)

100Le toponyme Trachônès, qui a survécu aujourd’hui sur la commune d’Alimos où il qualifie un quartier, désignait au xixe s. à la fois un village et un grand domaine agricole, lequel s’étendait de Brachami (act. Aghios Dimitrios) au cap Exonis, et englobait donc la quasi-totalité de la commune actuelle de Glyphada. Au début du xixe s., il était partagé entre deux propriétaires : au nord, le domaine de Katô Trachônès, qui appartenait au mufti d’Athènes Hamza ; au sud, Anô Trachônès, propriété de l’agha Hussein, lequel sera appelé plus tard Moustapha Bey. Anô Trachônès nous intéresse en priorité, car c’est cette portion du domaine qui englobait l’ancien dème d’Aixônè, ainsi que l’a démontré Th. Drikos à partir de quelques documents d’archives158.

  • 159 Une paire désigne une aire qui peut être labourée par une paire de bœufs en une journée. Une paire, (...)
  • 160 Accord du 4 avril 1824 entre le chef du monastère, Dionysios, et le propriétaire turc du domaine d’ (...)

101Il y avait deux zones d’habitat distinctes : d’une part quatre fermes et une tour et d’autre part quatre autres fermes à Pournar (= Pirnari), avec un rucher et seize aires de battage. Le domaine était également pourvu d’un grand terrain arable, le terrain « des huit paires » (soit environ deux hectares)159, et de pâturages d’hiver et d’été. Le propriétaire d’Anô Trachônès possédait aussi un tiers de la saline qui bordait le cap Exonis à l’est, dont les deux autres tiers faisaient partie du domaine de Vari, géré par le monastère de Pétrakos. Un document important, analysé par Th. Drikos et A. P. Matthaiou à sa suite, permet de délimiter la frontière entre le domaine d’Anô Trachônès et celui de Vari : elle se trouvait à peu près à l’endroit de la limite actuelle entre les communes de Glyphada et de Voula160.

102Th. Drikos estime qu’il ne devait pas y avoir plus de 50 personnes qui vivaient à Anô Trachônès avant la Révolution (il compte une famille de six personnes environ pour chacune des huit fermes du domaine). On ignore d’où venaient exactement les quelques familles qui y habitaient ; Th. Drikos suppose qu’il s’agissait d’Arvanites, comme dans presque toute la campagne attique à cette époque. Il n’est donc pas étonnant que les voyageurs du xixe s. passant par le domaine de Trachônès aient noté la désolation qui y régnait, comme on l’a relevé dans le chapitre 2. La situation devait être encore pire après la Révolution, car les rares fermes qui s’y trouvaient ont été détruites.

De l’Indépendance à nos jours

  • 161 Drikos 1994 relève que dans le registre de l’Elleniki Epitropi de 1831, le premier acheteur d’Anô T (...)

103Après la Révolution eut lieu en Grèce une grande vente des domaines turcs. Les deux domaines de Trachônès ont été vendus par les héritiers de Hamza et Moustapha Bey, morts pendant la guerre. Le premier acheteur de ces deux domaines fut un Grec, L. Pyrrhos161. Il acheta le domaine d’Anô Trachônès pour 19 000 piastres et Katô Trachônès pour 7 200 piastres, selon le registre des ventes des propriétés ottomanes consulté par Th. Drikos. Il procéda à l’achat vers fin décembre 1830-début janvier 1831.

  • 162 Konstantinos Zôgraphos (1796-1856) fut un combattant de la Révolution de 1821. Il mena ensuite une (...)

104Le 26 janvier 1831 déjà, L. Pyrrhos vendit les deux domaines à K. Zôgraphos, lequel agissait au nom de A. Louriôtis, pour la somme de 29 520 piastres162. Il n’était pas certain que le nouvel État grec reconnaîtrait les achats des domaines turcs effectués, mais acheter des terres en Attique était attractif car Athènes était pressentie pour être la capitale et de plus le climat était réputé agréable.

105Il est intéressant de constater que les pâturages du domaine d’Anô Trachônès étaient attrayants et pouvaient rapporter de belles sommes d’argent au propriétaire, comme le montrent plusieurs contrats par lesquels A. Louriôtis les a loués à des bergers nomades pour l’hiver ; c’était déjà le cas dans l’Antiquité, comme le montre le règlement juridique 8.

  • 163 Voir supra, p. 34-35. On trouvera une photo de la plaque commémorative chez Kaza-Papageorgiou 2016, (...)

106À la mort de A. Louriôtis en 1850, le domaine échut à son fils Théodôros, puis à la mère de ce dernier, Loutsika. En 1868, elle le vendit à son frère Th. Komninos. Ce dernier apparaît sur une plaque commémorative fixée à l’intérieur de la chapelle d’Aghios Nikolaos de Pirnari, sur laquelle on peut lire qu’il releva l’église de ses ruines en 1877. L’édifice avait dû être détruit durant la Révolution, car il était encore debout au tout début du xixe s., lors du passage de E. Dodwell163.

  • 164 Konstantinos Karapanos (1840-1914) était un célèbre homme politique, banquier et archéologue, décou (...)

107Entre 1894 et 1899, le domaine d’Anô Trachônès est vendu par les héritiers de Th. Komninos à K. Karapanos164. Le domaine connaissait des problèmes d’irrigation, comme le montre le contrat de 1899 où il est stipulé que l’acheteur du domaine, K. Karapanos, garde le droit d’utiliser la source de l’Église Rouge du domaine de Katô Trachônès pour abreuver son bétail. Ces problèmes d’irrigation sont une constante en Attique, comme nous l’avons vu dans le chapitre 1. K. Karapanos développa le potentiel agricole du domaine, en y installant huit cultivateurs et leurs familles ; le développement de la ville d’Athènes à partir des années 1880 et l’accroissement de sa population ont en effet stimulé les productions agricoles des domaines alentour. C’est ainsi que le domaine se couvrit à nouveau de champs et de vignes, comme dans l’Antiquité. Outre la maison du propriétaire, le domaine comportait les maisons des cultivateurs et leurs dépendances, ainsi qu’une auberge et une taverne pour les chasseurs, les pêcheurs de passage, les promeneurs du dimanche.

  • 165 I. Sarris, « Τὰ τοπωνύµια τῆς Ἀττικῆς », Athina 40 (1928), p. 141 ; P. A. Phourikis, « Συµβολὴ εἰς (...)

108L’un des fils de K. Karapanos, Pyrrhos, hérita du domaine à la mort de son père. En avril 1920, il vendit le domaine aux entrepreneurs I. Zépos, K. Vaos, D. Zamanos et N. Yarmenitis, qui le transformèrent en terrain à bâtir. Une fièvre bâtisseuse s’empara alors de la région, à partir des années 1920, phénomène auquel n’est pas étrangère la grande migration de Micrasiates suite à la catastrophe de 1922. Peu de temps après, commença l’exploitation touristique du rivage, pourvu de belles plages de sable. La nouvelle localité fut baptisée Glyphada (« saumâtre »), reprenant un toponyme qui désignait la partie côtière du domaine d’Anô Trachônès (sous la forme Βλυχάδα) en raison de ses eaux salées165. Glyphada devint donc une station balnéaire et un lieu de villégiature très couru.

  • 166 I. Sarris, MEE, s.v. « Γλυφάδα » ; coll., Αττική. Δήµοι και Κοινότητες (2005), p. 82-85.

109En 1926, la région de Glyphada, qui faisait partie jusqu’à cette date de la commune de Brachami, devint une commune autonome. En 1943, les communes de Glyphada et d’Elliniko furent supprimées et remplacées par la commune d’Euryali, avec pour siège la ville de Glyphada. En 1945, la commune fut rebaptisée Glyphada, et redevint autonome, ainsi qu’Elliniko166.

110Le visage de la plaine côtière entre la baie de Phalère et le cap Zôster a connu une transformation très rapide (fig. 13-14), ainsi qu’en témoigne A. Philippson vers 1950. Cette plaine :

  • 167 A. Philippson, dans Philippson, Kirsten 1952, p. 902.

[…] war vor 60 Jahren meist öde Phrygana-Steppe, Winterweide, im südlichen Teil von Kiefernbeständen unterbrochen. Nur einige Gutshöfe lagen im nördlichen Teil: ausser Karás (an Vorhügeln des Hymettos), Brachámi, Tráchones, Chasáni (jetzt amtl. Komniná, 608 Einw.). Die Küste war völlig einsam. Heute bietet das Land ein ganz anderes Bild. Der Anbau hat sich ausgedehnt […]. Die niedrige Steilküste […] ist heute die Riviera und der Badestrand von Athen geworden […]. Das Binnenland ist leider weniger anziehend. Die Besiedelung ist, wie überall am Rande Athens, ungeordnet ; jeder baut sich an, wo und wie er will ; zahllose kleine Häuser, Häuschen und Baracken liegen zerstreut, dazwischen nackte Flächen mit Schutt und Abfällen, wo Hühner und einige Hausziegen ihre Nahrung suchen167.

  • 168 I. Sarris (n. 166).

111Devenue un quartier suburbain très chic de la banlieue athénienne, la Glyphada moderne ne cesse de voir son taux de résidents augmenter : en 1920, il n’y avait que 173 habitants ; en 1928, déjà 1 691 habitants, la population estivale atteignant 10 000 personnes ; en 1940, 3 148 habitants ; en 1951, 8 256 habitants ; en 1961, 12 361 habitants168. Actuellement, la ville compte environ 100 000 résidents, répartis sur une surface de 25 km2.

Fig. 13. Glyphada en 1933 (vue de la côte en direction de l’Hymette).

Fig. 13. Glyphada en 1933 (vue de la côte en direction de l’Hymette).

DAI Athen, Attika 335. © DAI Athen/W. Wrede. Tous droits réservés.

Fig. 14. Glyphada aujourd’hui (vue depuis l’Hymette en direction de la mer).

Fig. 14. Glyphada aujourd’hui (vue depuis l’Hymette en direction de la mer).

Photo de l’auteur.

* * *

112Ce tableau, nécessairement impressionniste, de l’histoire de l’occupation du site de notre dème a permis de montrer que le territoire sur lequel s’est développé Aixônè était déjà peuplé depuis longtemps, et que les occupations humaines s’y sont succédé avec une remarquable continuité. Si les vestiges d’habitat sont quasiment inexistants avant l’époque classique, les tombes montrent que la région a attiré très tôt une concentration humaine importante, déjà à l’époque mycénienne, ainsi qu’en témoigne la riche nécropole d’Haliki. Lors de la réforme clisthénienne, le dème n’a donc certainement pas été créé ex nihilo, même si pour le moment aucun village préclisthénien n’a pu être identifié.

113Durant la période d’existence du dème, plusieurs points névralgiques se dégagent, d’après la concentration de vestiges et les lieux d’exposition mentionnés dans les inscriptions officielles : le sanctuaire d’Hébé, que l’on situe dans la zone de l’église d’Aghios Nikolaos ; le théâtre, qui se trouvait peut-être à proximité de là, sur la pente naissante de l’Hymette ; peut-être une agora, comprenant la leschè et des sanctuaires, à 600 m au nord-ouest d’Aghios Nikolaos. La zone portuaire constituait un autre centre d’activité, ainsi qu’en témoignent quelques bâtiments liés à l’artisanat, au commerce et peut-être à la vente aux enchères. La pêche y était évidemment pratiquée, notamment celle du fameux rouget, dont la réputation dépassait les frontières de l’Attique. D’autre part, les terrasses agricoles, les murs de clôture, les amas de pierres issus du nettoyage des champs, témoignent des efforts des Aixonéens pour cultiver la moindre parcelle de terre. La plupart des habitations se concentrent dans la zone qui s’étend sur environ 500 m au sud et à l’ouest de l’église d’Aghios Nikolaos, mais il faut probablement compter avec d’autres noyaux d’établissement, par exemple à 1,5 km de là en direction du nord-est, où ont été trouvées des structures agricoles en grande quantité et quelques tombes. Les fouilles archéologiques ont aussi permis de dégager un réseau de routes, dont les axes principaux étaient la route d’Athènes à Sounion, qui longeait le flanc ouest de l’Hymette, et la route côtière provenant de Phalère. De ces axes partaient plusieurs embranchements, qui menaient au port d’une part, et aux champs et pâturages situés à flanc de montagne d’autre part. Le long de ces routes se dressaient des monuments funéraires, dont certains témoignent de la richesse de quelques habitants.

114Si la grande majorité des vestiges datent de l’époque classique, la région n’était de loin pas abandonnée à l’époque hellénistique et romaine. Des routes, des maisons, des tombes, quelques inscriptions prouvent que le dème continuait d’être occupé, certes d’une manière moins dense. Nous avons vu que, contrairement à la théorie du déclin des dèmes à partir de l’époque hellénistique, théorie dont j’ai montré les faiblesses, le système des dèmes, loin de péricliter ou de disparaître à l’époque hellénistique, s’est maintenu jusqu’à la fin de l’Antiquité.

115Après la disparition du dème, un regain d’occupation s’observe pour les ive-vie s. Ensuite, les sources se font rares, mais il semble que le territoire ait abrité essentiellement des agriculteurs et des éleveurs, en très petit nombre, dispersés dans des hameaux. Sous la domination turque, de riches propriétaires se partageaient les terrains ; après la Révolution, ces terrains furent vendus et morcelés entre divers propriétaires. À partir des années 1920, la région de Glyphada s’urbanisa à vive allure, et la densité de la population augmenta sans cesse, jusqu’à aujourd’hui.

116Maintenant que le cadre géographique, historique et archéologique est posé, pénétrons au cœur du dème et suivons les Aixonéens dans leur vie quotidienne.

Notes

1 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 14-16 donne un résumé de l’occupation du site, de la préhistoire à nos jours.

2 Voir M. Pantelidou Gofas, Neolithic Attica (2000), et particulièrement la carte p. 11, où l’on cherche en vain la zone qui nous intéresse, pourtant il semble que le cap Exonis ait abrité un établissement néolithique (A 14). À part ce dernier endroit, les sites néolithiques les plus proches de Glyphada sont à Trachônès, Kavouri et Varkiza.

3 Dimitriou 2016 a mis en évidence l’implication de plusieurs sites de l’Helladique ancien de la côte ouest de l’Attique (dont le cap Exonis) dans des échanges commerciaux avec les îles du golfe Saronique et les Cyclades.

4 Papagiannopoulos-Palaios 1929, p. 192, et id., Aixônè 1 (1950-1), p. 10.

5 Papadimitriou 1954, p. 88.

6 Privitera 2013, p. 54 se demande si le déclin des sites de la côte ouest de l’Attique au HR III C ne serait pas la conséquence de la disparition d’importants partenaires commerciaux, à savoir les royaumes de Mycènes et de Tirynthe. Mersch 1996 ne commence son étude de l’occupation humaine de l’Attique qu’à partir du Protogéométrique récent, car ce n’est qu’à ce moment que réapparaissent les données archéologiques après l’abandon des sites mycéniens ; elle constate par ailleurs un déficit des données archéologiques du Protogéométrique récent au Géométrique moyen y compris, ainsi que pour l’époque archaïque (p. 7).

7 Pour l’époque géométrique, voir aussi les tombes B 13 et 20.

8 Ainsi A. A. Papagiannopoulos-Palaios, Polemon 5 (1952-1953), p. 183-184.

9 Strabon, IX 1, 20 (= Philochore, FGrH 328 F 94) (trad. R. Baladié, éd. CUF, légèrement modifiée : Baladié traduit polis par « cité », mais le sens de « ville » m’a paru préférable dans ce contexte).

10 Voir Privitera 2013, qui recense une quarantaine de sites de l’Helladique récent en Attique (voir la carte p. 20 fig. 4).

11 Restitution déjà proposée par Löper 1892, p. 335, et adoptée par R. Baladié dans l’édition de la CUF. Voir F. Jacoby, FGrH III b vol. 1, p. 392-396 et vol. 2, p. 287-294 (notes) pour un commentaire à ce passage et une présentation critique des restitutions proposées. Voir encore Ph. Harding, The Story of Athens: the Fragments of the Local Chronicles of Attika (2008), p. 22-23 et p. 191-192.

12 Papadimitriou 1954.

13 Hérodote, I 145 ; FGrH 239 A 27 (Chronique de Paros). Voir aussi B. Helly, « Arithmétique et histoire. L’organisation militaire et politique des Ioniens en Achaïe à l’époque archaïque », Topoi 7 (1997), p. 207-262 sur les douze villes ioniennes, et spécialement p. 250-252 sur la symbolique du chiffre 12.

14 Ath. Pol. 21, 3 et frag. 3 (éd. CUF).

15 Sur la production du sel en Attique, voir C. Carusi, Il sale nel mondo greco (VI a.C.-III d.C.) (2008), p. 49-56 ; M. K. Langdon, « Attic Salt. A Survey of Ancient Salt Production in Attica », dans H. Lohmann, T. Mattern (éds), Attika. Archäologie einer « zentralen » Kulturlandschaft (2010), p. 161-166.

16 Ath. Pol. 16, 2-6 : Pisistrate fit des prêts aux paysans pauvres afin qu’ils puissent vivre de l’agriculture ; Dion Chrysostome, 25, 3 : c’est sous Pisistrate que les Athéniens plantèrent l’Attique d’oliviers, alors qu’elle était auparavant sans arbres. Sur les motivations politiques et économiques du tyran, voir Rhodes 1993, p. 213-216 ; Sancisi-Weerdenburg 1993 (p. 25-30 surtout).

17 Voir p. 58-59, p. 78, et fig. 10.

18 Voir Mersch 1996, p. 130-131, qui recense un fragment de coupe de 550-500 trouvé à Glyphada (J. D. Beazley, Attic Red-Figure Vase-Painters2, I [1984], p. 400), ainsi qu’une coupe de Siana (type « overlap ») de 560-550 trouvée à Haliki (J. D. Beazley, Attic Black-Figure Vase-Painters [1956], p. 72 no 11).

19 Voir Mersch 1996, p. 39-40. Des trouvailles isolées pour ces époques, elle ne conclut pas à une occupation humaine faible : elle rappelle à juste titre que pour le Géométrique récent, les tombes sont relativement nombreuses, alors que les traces d’habitat sont rares. Il faut souligner aussi la floraison des sanctuaires en Attique entre la fin du viiie et le début du viie s., voir Fr. de Polignac, « Sanctuaires et société en Attique géométrique et archaïque : réflexion sur les critères d’analyse », dans A. Verbanck-Piérard, D. Viviers (éds), Culture et cité : l’avènement d’Athènes à l’époque archaïque (1995), p. 75-101, avec les critiques d’A. M. D’Onofrio, « Santuari “rurali” e dinamiche insediative in Attica tra il protogeometrico e l’orientalizzante (1050-600 A.C.) », AION(archeol) n.s. 2 (1995), p. 57-88. Selon cette dernière, l’apparente chute du nombre d’établissements attiques au viie s. dépend notamment du manque de visibilité archéologique des sépultures, et de la difficulté à reconnaître la céramique de cette période (le style protoattique mis à part).

20 Voir Traill 1975, appendice B p. 109-112, et commentaire p. 26-31.

21 Sur les sources littéraires sur les dèmes, voir Whitehead 1986, p. 46-55 et chap. 11 (auteurs de comédies).

22 Par exemple Philochore chez Harpocration, s.v. « Κεραµεῖς » (= FGrH 328 F 25) ; Étienne de Byzance, s.v. « Πίθος ».

23 Ath. Pol. 21, 5 : « Il [Clisthène] donna leur nom aux dèmes soit d’après les lieux-dits, soit d’après leurs fondateurs ; car tous ne se trouvaient plus dans des lieux-dits » (προσηγόρευσε δὲ τῶν δήµων τοὺς µὲν ἀπὸ τῶν τόπων, τοὺς δὲ ἀπὸ τῶν κτισάντων· οὐ γὰρ ἅπαντες ὑπῆρχον ἔτι vel ἐν τοῖς τόποις) (trad. G. Mathieu, B. Haussoullier, éd. CUF). Sur ce passage difficile, voir les commentaires de J. Ducat, « Aristote et la réforme de Clisthène », BCH 116 (1992), p. 45-47 ; Rhodes 1993, p. 258. Sur les héros dans les dèmes, notamment les héros éponymes, voir Kearns 1989, p. 92-102. Aux p. 101-102, l’auteur établit la liste des héros éponymes des dèmes (43 en tout), et renvoie à l’appendice 1 pour plus de détails. Sur les héroïnes éponymes plus particulièrement, voir Larson 1995, p. 35-37.

24 Voir Kearns 1989, p. 68-69 et p. 92-93 (le héros Boutès).

25 Pour un aperçu de cette question, voir Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 16-18.

26 Dodwell 1819, I, p. 526.

27 J. G. W. Pape, G. E. Benseler, Wörterbuch der griechischen Eigennamen3 (1959) [1863-1870], s.v. « Αἴξων », renvoyant à Eustathe mais je ne vois pas à quel passage ils font allusion. Ils voient l’origine du nom de ce héros dans le verbe ἀέξω, qui signifie « augmenter, accroître, faire prospérer », et qualifient le héros Aexôn de « secourable » (« helferich »). Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 16-18 réfute avec raison cette étymologie, car on n’a aucun autre exemple de la transformation de aex- en aix-.

28 A. Ch. Chatzis, « Αἴξων-Αἰξώνεια-Αἰξωνὴ », Aixônè 2 (1952), p. 1-2.

29 Voir annexe III, textes 3.1-2, 6, 7, 8.1, 9, 10.2-4, 11.1-4, 12.1-2, 13, 14.1, 15. D’autres dèmes avaient aussi une réputation peu flatteuse, par exemple les Sphettiens, qui sont dits caustiques comme leur vinaigre (Athénée, II 67 d ; Hésychius, s.v. « ὄξος Σφήττιον »). Sur les dèmes dans la comédie attique, voir Whitehead 1986, chap. 11, p. 327-345. Pour Acharnes, voir Kellogg 2013, chap. IV.

30 Étienne de Byzance, s.v. « Αἰξώνεια » (annexe III, texte 9). À ma connaissance, cet ethnique n’est pas attesté pour le moment dans les sources épigraphiques.

31 H. Lauter, « Zwei Horoi-Inschriften bei Vari: zu Grenzziehung und Demenlokalisierung in Südost-Attika », AA 15 (1982), p. 299-315, Traill 1986, p. 116-122, H. R. Goette, « Neue attische Felsinschriften », Klio 76 (1994), p. 120-134 (spécialement p. 120-128), Jones 1999, p. 59-64, Lalonde 2006, I. Bultrighini, « Gli horoi rupestri dell’Attica », Center for Hellenic Studies Online Publications (2013) (http://chs.harvard.edu/CHS/article/display/4956). Les bornes rupestres situées sur les crêtes, dans les zones marginales des dèmes réservées à la pâture, pourraient très bien émaner de particuliers, qui visaient à protéger leurs terrains des troupeaux des habitants du dème voisin (voir G. R. Stanton, « Some Inscriptions in Attic Demes », ABSA 91 [1996], p. 353-364). D’autres fonctions sont possibles : indiquer la séparation entre terres productives de type phelleis ou eschatiai appartenant à des particuliers ou aux dèmes (Krasilnikoff 2010), marquer les domaines privés exploitant les herbes aromatiques et le bois des collines pour éviter le maraudage (Langdon 1999 pour les bornes de la colline de l’Alepovouni). L’interprétation de Traill, selon laquelle ces bornes marquent les frontières des dèmes touchés par la réorganisation du territoire attique de 307/6 suite à la création de deux tribus supplémentaires, n’est pas à retenir, comme l’a montré Stanton. J. Ober, « Greek Horoi: Artifactual Texts and the Contingency of Meaning », dans D. B. Small (éd.), Methods in the Mediterranean (1995), p. 114-123 (repris dans id., Athenian Legacies: Essays on the Politics of Going on Together [2005], p. 203-211), plaide pour la multiplicité des fonctions des bornes rupestres de l’Attique, ce que l’on accepte volontiers.

32 Voir encore la borne rupestre IG I3 1055 B, avec l’interprétation de Lalonde 2006 (borne gravée par les démotes de Mélitè pour marquer leur autorité sur les sanctuaires voisins de la frontière avec Kollytos), mais celle-ci est loin d’être sûre (voir le scepticisme de Humphreys 2008, p. 17 et n. 26).

33 La théorie des polygones de Thiessen a été appliquée aux dèmes notamment par J. Bintliff, « Territorial Behaviour and the Natural History of the Greek Polis », dans E. Olshausen, H. Sonnabend (éds), Stuttgarter Kolloquium zur historischen Geographie des Altertums 4 (1994), p. 207-249 (surtout p. 231-240). Pour une critique argumentée de ce modèle, principalement sur la base des données d’Acharnes, voir Kellogg 2013, p. 31-33. Une autre méthode de calcul informatique, qui aboutit à un « cost-allocation model », a été appliquée récemment par S. Fachard aux limites des dèmes attiques, avec un résultat qui suscite le doute tant les paramètres inconnus sont nombreux (« Modelling the Territories of Attic Demes: a Computational Approach », dans J. Bintliff, K. Rutter [éds], The Archaeology of Greece and Rome: Studies in Honour of Anthony Snodgrass [2016], p. 192-222). Les facteurs sociaux qui ont, parmi d’autres, joué un rôle dans la délimitation des dèmes clisthéniens, ne sont pas pris en compte dans ces modèles (sur ces facteurs sociaux, voir Humphreys 2008, p. 19-20 surtout).

34 Voir supra, p. 32-33.

35 Précisons que l’Hymette ne constitue aucunement une frontière infranchissable, voir supra, p. 23.

36 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 10. Sur les frontières d’Halimonte et d’Euônymon, voir Kaza-Papageorgiou, Kladia 2006, p. 62 et p. 132 : le secteur est de l’ancien aéroport serait à attribuer à Euônymon, le secteur ouest à Halimonte.

37 Voir supra, p. 53-54.

38 Voir Steinhauer 1994. Parmi les dèmes à noyaux multiples, citons Halai Aixônidès (Andreou 1994), Acharnes (Kellogg 2013, p. 13-26), et plusieurs dèmes de la Mésogée (G. Steinhauer, dans Aikaterinidis 2001, p. 81-139). On trouvera d’autres exemples chez Kellogg 2013, p. 28. Pour le dème d’Atènè, Lohmann 1993, I, p. 126-129 ne distingue aucun noyau, mais seulement des fermes dispersées.

39 Pour des exemples de décrets de dèmes exposés au théâtre, voir Whitehead 1986, p. 96-97 n. 51 ; il ajoute que les lieux d’exposition les plus courants des décrets de dèmes sont les sanctuaires, et en donne de nombreux exemples. Pace Moreno 2007, p. 72, je ne vois pas pourquoi certains décrets d’Aixônè auraient été exposés au théâtre d’Euônymon ; le décret 5 précise bien que le théâtre où il doit être exposé est celui d’Aixônè (l. 20-21).

40 Matthaiou 1992-1998 inclut sous cette rubrique le décret honorifique pour Démétrios de Phalère (6), un règlement juridique sur les pâturages (8), le règlement religieux (15), le décret honorifique 17 et une inscription honorifique fragmentaire (annexe I, FR 2), mais on peut en douter (voir infra, p. 69 et les commentaires à chacune de ces inscriptions).

41 Matthaiou 1992-1998.

42 Voir supra, p. 35.

43 AEph 1839, nos 117-118, voir infra, p. 274. Notons que Pittakis distingue bien les deux sanctuaires, qu’il estime voisins.

44 Voir le commentaire, infra, à ces deux inscriptions.

45 Steinhauer 2004.

46 Voir le commentaire à ces deux inscriptions.

47 Voir l’extrait reproduit supra, p. 53. C’est de manière abusive que Ed. Gerhard signale, à propos de la publication par Rousopoulos des inscriptions de la fouille de Bludov en 1864, « In der Umgegend Athens hat […] der Demos Aexone die Trümmer eines dortigen Theaters und darauf bezügliche Psephismen […] geliefert » (« Archäologischer Anzeiger no 193 », AZ 23 [1865], col. 4 n. 6 b). Rousopoulos n’a jamais prétendu que les ruines du théâtre avaient été exhumées ; il suppose seulement que les deux inscriptions qu’il publie y étaient exposées.

48 RE, s.v. « Euonymon ».

49 Milchhöfer 1883, p. 29 et 1889, p. 18 ; id., RE, s.v. « Aixone ». Löper 1892, p. 410 n’y est pas parvenu non plus, tout comme les topographes allemands des Karten von Attika. Même aveu d’échec de la part de H. Möbius, dans H. Bulle, Untersuchungen an griechischen Theatern (1928), p. 7-8, qui mentionne également les tentatives infructueuses de Kéramopoullos et Wrede. A. A. Papagiannopoulos-Palaios, accompagné de A. S. Arvanitopoulos, n’a vu près de l’entrée de la gorge de Pirnari que quelques blocs de pierre, provenant probablement de tertres, et un bloc de pierre avec un trou quadrangulaire au milieu, sans doute pour y fixer une stèle funéraire (Papagiannopoulos-Palaios 1929, p. 170-171 n. 121).

50 RE, s.v. « Euonymon ».

51 Voir supra, p. 55.

52 H. R. Goette pense que Lolling a vraiment vu les vestiges du théâtre d’Aixônè à l’entrée de la gorge du Gyrismos, aujourd’hui non accessible car située dans une zone militaire (Goette 2014, p. 92-93. Je lui suis reconnaissante de m’avoir donné une copie de son article avant sa parution). Mais il serait étonnant que le théâtre soit si éloigné des points névralgiques du dème repérés jusqu’à maintenant, situés à environ 4 km de là. Goette a tendance à attribuer à Aixônè des vestiges et inscriptions qui appartiennent en fait à Halai Aixônidès (ainsi le sanctuaire d’Aphrodite, les inscriptions chorégiques IG II2 3091, SEG XXXVIII 263, les décrets du dème SEG XLIX 141-142, LIX 142. Voir son catalogue p. 100-101, no 3), et c’est à tort qu’il prétend que beaucoup d’inscriptions en lien avec Aixônè proviennent de l’entrée de la gorge du Gyrismos.

53 Kleinesnotizheft einer Reise in die Megaris (30.08. bis 06.09.1878) und durch Attika (07. bis 10.09.1878) (sans numéro d’inventaire). Je remercie le responsable des archives du DAI à Athènes, J. Heiden, pour m’avoir donné toute facilité dans la consulation du « Lolling Nachlass ».

54 Voir supra, n. 47.

55 « Plus tard sont apparues les inscriptions vues d’abord par Lolling et moi dans la collection de Komninos, ex-Louriôtis, et publiées par Lolling » (Milchhöfer 1883, p. 29).

56 Sur ce personnage, voir infra, p. 92.

57 Voir infra, p. 111, où est émise l’hypothèse selon laquelle il n’a peut-être jamais existé de théâtre en pierre à Aixônè, ou que ses vestiges en pierre ont disparu.

58 Sur le théâtre d’Halai Aixônidès, voir supra, p. 55 n. 146 ; le théâtre d’Euônymon a été fouillé dès 1973 à Trachônès (Kaza-Papageorgiou, Kladia 2006, p. 115-117) ; le théâtre d’Halimonte a été exhumé en 1986-1987 sur le flanc sud de la colline d’Aghia Anna (eaed., p. 81-85). H. P. Isler, dans P. C. Rossetto, G. P. Sartorio (éds), Teatri Greci e Romani (1994), II, p. 219, pense que le théâtre d’Aixônè est celui trouvé à Trachônès, ce qui est impossible : le théâtre de Trachônès se situe assurément sur le territoire du dème d’Euônymon, comme sont venus le confirmer une inscription de 325 environ trouvée dans l’orchestra (voir Kaza-Papageorgiou, Kladia, loc. cit. ; SEG XXXII 267), ainsi que le décret honorifique SEG LVII 125.

59 Par exemple les théâtres de Rhamnonte, Halimonte, Thorikos, Ikarion, etc. Sur les théâtres des dèmes, voir Whitehead 1986, p. 219-220 ; Moretti 2001, p. 127-134 ; Paga 2010, mais sa théorie selon laquelle les théâtres de dèmes seraient avant tout des théâtres de trittyes (elle croit en effet déceler l’existence d’un théâtre par trittye) a fait l’objet de justes critiques de la part de Goette 2014.

60 Pour les trouvailles récentes, voir aussi Papadopoulou 2016. Je remercie l’auteur de m’avoir donné une première version de son article avant sa publication.

61 Goette 1999, p. 163-164.

62 Par exemple à Rhamnonte et à Thorikos, voir Goette 1999.

63 Ibid., avec les exemples de Rhamnonte, Thorikos, Halai Aixônidès.

64 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 31.

65 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 45-46.

66 E.g. Démosthène, C. Calliclès (55), 14. Voir D. Marchiandi, « Les périboles funéraires familiaux à l’époque de Lycurgue : entre aspirations “bourgeoises” et tendances nouvelles », dans V. Azoulay, P. Ismard (éds), Clisthène et Lycurgue d’Athènes. Autour du politique dans la cité classique (2011), p. 138-139.

67 Pour un catalogue récent des périboles funéraires attiques classiques, voir Breder 2013, qui recense 22 périboles à Rhamnonte, 7 à Vari-Anagyronte, 7 à Voula et Anô Voula (Halai Aixônidès, mais voir H 4), 6 à Mérenda-Myrrhinonte, 4 à Acharnes, 3 à Paiania, 3 à Métochi (Lamptrai inférieur et Prospalta), 2 à Thorikos, 2 à Sounion, 2 à Dionyso-Ikarion, 1 à Vrana-Marathon, 1 à Elliniko (H 1). Mais il ne retient que 2 périboles pour Glyphada-Aixônè (B 6 et 9), ce qui est largement sous-estimé ; à l’inverse, Marchiandi 2011 intègre à son catalogue un péribole sur la base d’éléments bien minces (p. 416-417 Aix. 9). Pour une étude des périboles classiques au point de vue de l’histoire sociale, on consultera Bergemann 1997, Hildebrandt 2006, Marchiandi 2011.

68 MP 2555, datée par le style de 380-370. Elle a été trouvée en 1971 dans le quartier de Karvelas à Anô Glyphada, en position secondaire dans une nécropole hellénistico-romaine (B 7). Voir A. G. Liangkouras, AD 27 1972 (1976) Chron. B1, p. 162 ; A. G. Kalogeropoulou, « Drei attische Grabreliefs », dans H. Kyrieleis (éd.), Archaische und klassische griechische Plastik (1986), II, p. 126-130 et pl. 125-126 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 125-127 no 23 et p. 126 fig. 91 ; CAT 1.761 (Clairmont identifie le sculpteur avec celui de la stèle 1.772, trouvée près d’Athènes à Koropi) ; A. G. Kalogeropoulou, « Τέσσερα επιτύµβια κλασικά ανάγλυφα από την Αττική », dans V. Chr. Pétrakos (éd.), παινος ωάννου Κ. Παπαδηµητρίου (1997), p. 232-252 ; Steinhauer 2001, p. 298 et fig. 428 p. 319. Voir aussi une autre stèle anépigraphe de belle facture, trouvée dans les mêmes circonstances (MP 2556/3695. Voir A. G. Liangkouras, AD 27 1972 [1976] Chron. B1, p. 162 et pl. 110 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 127-128 no 24 et p. 127 fig. 92 ; CAT 3.379 a = 3.383 b).

69 Sur la difficulté de dater plus précisément cette loi, voir Engels 1998, p. 135-136 ; O’Sullivan 2009, p. 47-66. Sur Démétrios, voir infra, p. 146-152.

70 Cicéron utilise les termes de columella (colonnette), mensa (table), labellum (bassin ?) (Lois II 66). L’interprétation de ce dernier mot et du type de monument qu’il désigne ne fait pas l’unanimité, voir Engels 1998, p. 132-134.

71 Pour l’époque archaïque à Athènes, on connaît la loi funéraire de Solon, et une autre encore plus stricte élaborée entre la toute fin du vie s. et le début du ve s. (Plutarque, Solon 21, 5 ; Démosthène, C. Macartatos [43], 62 ; Cicéron, Lois II 59-66). Des règlements funéraires allant dans le même sens ont été promulgués par la cité de Ioulis à Kéos à la fin du ve s., sans doute sous l’influence de l’Attique (IG XII 5, 593), par Delphes (plutôt que par les Labyades seuls) dans la première moitié du ive s. (Choix Delphes no 30 C [voir CID I 9]), par Gambréion en Mysie au iiie s. (SIG 3 1219). Voir Engels 1998 ; Hildebrandt 2006, p. 77-84 ; R. Bernhardt, Luxuskritik und Aufwandsbeschränkungen in der griechischen Welt (2003), p. 72-91, avec d’autres exemples encore.

72 Sur les colonnettes, voir Engels 1998, p. 131.

73 Sur l’artisanat du métal pratiqué dans certains sites de la côte ouest de l’Attique à l’Helladique ancien, voir Dimitriou 2016 (p. 42-44 sur le cap Exonis).

74 Voir M. C. Monaco, Ergasteria. Impianti artigianali ceramici ad Atene ed in Attica (2000), p. 113-154.

75 Annexe III, textes 1, 5, 8.2, 10.1, 11.5, 14.3. Pour un témoignage moderne, voir par exemple W. M. Leake : « The sea opposite to Aexone was celebrated for red mullet [now called τρίγλα, τριγλὶ or µπαρµπούνι,] a fish, not less esteemed by the modern, than it was by the ancient Greeks ; although at present it is seldom caught in the Saronic gulf, as Athens is now too poor to give encouragement to fishermen » (1829, p. 145-146). Id. 1841, note 1 p. 55, à propos du cap Zôster : « The fish with which Athens was supplied, was chiefly procured on this part of the coast. The sea opposite Aexone was noted for its red mullet (τρίγλη), which is still caught there and known by the ancient name, though µπαρµπούνι is more commonly used, answering exactly to the γενειᾶτις of antiquity ». D’autres dèmes étaient célèbres pour leurs poissons : les anchois de Phalère (Aristophane, Acharniens 901 ; Oiseaux 76), les thons d’Halai Aixônidès (Photius, s.v. « Κύννειος » = Kratès, FGrH 362 F 2 ; Athénée, VII 297 e = Antigone de Carystos, frag. 56 A éd. CUF).

76 Kéramopoullos 1919.

77 Par exemple, dans le dème d’Oè, une structure circulaire de 24 m de diamètre datant du iiie-ive s. apr. J.-C., interprétée par les archéologues comme un bâtiment pour la stabulation du petit bétail (M. Platonos-Giota, « Κυκλικός περίβολος στη θέση “Σπηλιές”-Καλιστήρι του δήµου Φυλής », dans Steinhauer 2005, p. 22-23).

78 À sa suite, Martin 1951, p. 61 n. 2, pense à « un lieu d’assemblée de dème ou d’association privée ».

79 Eliot 1962, p. 19 et n. 47. La fonction première et principale des théâtres de dèmes serait d’accueillir les assemblées des démotes, voir Martin 1951, p. 248-252 ; F. Kolb, Agora und Theater (1981), p. 62-75 ; Paga 2010, p. 366-371.

80 Eliot 1962, p. 19 et n. 47 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 28-29 et fig. 5.

81 Moretti et al. 2012. Je remercie J.-Ch. Moretti de m’avoir donné un exemplaire des épreuves de cet article, et de m’avoir fait part de ses impressions sur le bâtiment circulaire d’Aixônè.

82 Les testimonia sur les kykloi ont été rassemblés par Wycherley 1957, p. 188-190 ; les plus pertinents pour mon propos ont été exploités et traduits par Moretti et al. 2012, p. 237-239.

83 Voir R. Descat, « À quoi ressemble un marché d’esclaves ? », dans V. Chankowski, P. Karvonis (éds), Tout vendre tout acheter. Structures et équipements des marchés antiques (2012), p. 203-211, où il est notamment question des kykloi.

84 Le terme est attesté dans ce sens chez des orateurs attiques et dans la Nouvelle Comédie, voir Wycherley 1957, loc. cit. (n. 82). En revanche, dans l’inscription des tarifs de triperie du Pirée du ier s. (SEG XLVII 196 b 7), le mot kyklos n’est pas à prendre dans ce sens, voir A. Bresson, « L’inscription agoranomique du Pirée et le contrôle des prix de détail en Grèce ancienne », dans id., La cité marchande (2000), p. 170-171. Une inscription du milieu du iiie s. était dressée ἐν τῶι Ἡρακλέωι ἐν κύκλωι ἐν Χολαργέων (IG II2 1248) : le kyklos pourrait-il désigner l’agora du dème de Cholargos ? Voir une inscription d’Érythrées (IEryth. 2 B 5-10, avant 454) exposée ἐς [τ]ὸγ κύκλον τ Ζηνὸς τὠγοραίο, où selon A. Wilhelm, JÖAI 12 (1909), p. 135 (= Kleine Schriften II.1, p. 357) le kyklos « ist offenbar ein besonderer runder Platz », située sur l’agora. Voir encore le kyklos de Gè dans IG XII 4, 1, 293, l. 14 (Cos, fin iie s.), expression qui se rapporterait peut-être à un secteur de l’agora consacré à la déesse (voir Paul 2013, p. 307 n. 228, renvoyant à W. A. L. Vreeken, De lege quadam sacra Coorum [1953], p. 76-79). Solders 1931, p. 78 no 14 qualifie abusivement le kyklos de Cholargos et la structure circulaire d’Aixônè de hiéros kyklos d’après une formule homérique (Il. XVIII 497-504, où les Anciens formant un tribunal sont assis dans un « cercle sacré » sur l’agora).

85 Voir O. Kakavogianni, M. Anetakis, « Les agoras commerciales des dèmes antiques de la Mésogée et de la région du Laurion », dans V. Chankowski, P. Karvonis (éds), Tout vendre tout acheter. Structures et équipements des marchés antiques (2012), p. 185-199, qui se sont concentrés sur les dèmes de Myrrhinonte, Oè, Erchia, Steiria, Sounion, Bèsa, Thorikos. Sounion possédait au moins deux agoras commerciales, en revanche, les deux agoras de Myrrhinonte semblent successives, et non pas contemporaines. Notons encore la découverte assez récente de ce qui serait selon certains l’agora du dème d’Halai Aixônidès (e.g. J. A. Lobell, « Attention, Shoppers », Archaeology 60 [nov.-déc. 2007], p. 50-52), mais cette interprétation est en réalité problématique (voir AD 62 2007 [2014] Chron. B1, p. 258-260). Ces découvertes donnent tort à Osborne 1987, p. 130, selon lequel l’agriculture dans la campagne attique se confine à des stratégies de subsistance seulement, les dèmes n’ayant pas de marché, et leurs agoras servant rarement à autre chose qu’à des réunions politiques.

86 Ibid., p. 191-194.

87 Voir quelques remarques générales chez Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 91-94.

88 Voir cependant D 9, qui canalisait un torrent. Les murs de soutènement des routes sont traités dans la section consacrée à ces dernières.

89 Ainsi que le supposent Brunet, Rougemont, Rousset 1998, sur la base de l’observation de la campagne grecque actuelle.

90 Voir supra, p. 58-59.

91 Cette pratique a été constatée ailleurs en Attique (par exemple à Atènè, où on a pu mettre les terrasses en lien avec des maisons de campagne qui ont été fouillées, voir Lohmann 1993, I, p. 196-219, lequel les pense faites pour la culture des oliviers), ainsi qu’en d’autres endroits du monde grec, comme Délos (voir M. Brunet, « Le paysage agraire de Délos dans l’Antiquité », JS 1999, p. 9-27, laquelle pense qu’elles servaient pour les céréales), Rhodes (Bradford en a repérées par photo aérienne), Chios, etc. Voir J. E. Skydsgaard dans Isager, Skydsgaard 1992, chap. I.4 ; O. Rackham, J. A. Moody, « Terraces », dans B. Wells (éd.), Agriculture in Ancient Greece (1992), p. 123-130. L. Foxhall, « Feeling the Earth Move: Cultivation Techniques on Steep Slopes in Classical Antiquity », dans G. Shipley, J. Salmon (éds), Human Landscapes in Classical Antiquity. Environment and Culture (1996), p. 44-67, estime pour sa part que la plupart des terrasses visibles aujourd’hui sont modernes, mais voir S. Price, L. Nixon, « Ancient Greek Agricultural Terraces: Evidence from Texts and Archaeological Survey », AJA 109 (2005), p. 665-694.

92 À Délos, de petits murets bordaient les chemins dans ce but, voir Chandezon 2003, p. 275. Pour des parallèles en Attique et particulièrement dans le dème d’Atènè, voir H. Lohmann, « Flur- und Demengrenzen im klassischen Attika », dans E. Olshausen, H. Sonnabend (éds), Stuttgarter Kolloquium zur historischen Geographie des Altertums 4 (1994), p. 251-290 (surtout p. 253-279).

93 E.g. Démosthène, C. Calliclès (55), 11.

94 Nous avons vu plusieurs témoignages dans le chapitre 2, par exemple ceux de L. Ross et A. Milchhöfer.

95 Voir supra, p. 63-64.

96 Voir quelques remarques générales chez Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 80 et p. 87, et G. Steinhauer, « Οδικό δίκτυο της Αττικής », dans M. Korres (éd.), Αττικής οδοί. Αρχαίοι δρόµοι της Αττικής (2009), p. 64-69. Sur la route principale Athènes-Sounion, voir K. Kaza-Papageorgiou, « Η “αστική οδός” (οδός Αθηνών – Σουνίου). Α. Αστική και λοιπές οδοί δυτικά του Υµηττού », ibid., p. 198-204 et ead., 2016. Les segments de routes indiqués sur la fig. 7 montrent l’orientation de ces dernières, mais n’impliquent pas qu’elles soient rectilignes (voir infra, sur l’improbabilité d’un plan orthogonal à Aixônè).

97 Voir Goette 1999, qui prend les exemples de Rhamnonte,Thorikos, Halai Aixônidès, Sounion, le Pirée. Les cas de Sounion et du Pirée s’expliquent par une construction nouvelle et assez rapide de la ville suite aux destructions des guerres médiques (Sounion) ou à un nouvel aménagement (Pirée au tout début du ve s.).

98 À Rhamnonte par exemple, les routes sont pavées, et bordées de canaux recouverts par des plaques de pierre (voir Goette 1999, p. 161-162).

99 E.g. Jones 1999, p. 144 : « The Attic deme qua association suffered after the end of the fourth century an increasing loss of function, until it disappeared altogether on the eve of Greece’s absorption by Rome », et, p. 149 : « But the fact remains that the Kleisthenic deme association did go into a decline – indeed, by about 200 B.C., it may fairly be said to be no longer in existence ». Ce point de vue a été justement critiqué par Grieb 2008, p. 38-39. Ismard 2010, p. 331-343 parle d’un déclin des dèmes et des phratries à partir de la fin du iiie s., menant à la dislocation du système clisthénien : « […] dans la première moitié du iie s., l’ensemble de la complexe mécanique administrative et institutionnelle athénienne de l’époque classique, qui reposait avant tout sur l’encadrement de la population civique dans le cadre des dèmes et des phratries, avait pris fin » (p. 343).

100 Ainsi Papazarkadas 2011, p. 242 : « Demes, phratries, gene, and other associations become increasingly invisible as self-governed units after c. 300. The political turmoil of the time […], enhanced by a shift of power from traditional centres in mainland Greece to newly Hellenized parts of the world (Northern Greece, Egypt, Asia Minor), could hardly have left Athens unaffected. The desolation of the Attic countryside as is emerging in recent land surveys is the best material proof of this » (voir aussi p. 160-161, où l’auteur relève en outre la presque totale disparition des documents de dèmes à la fin du iiie s.).

101 C’est la date qu’il faut retenir, malgré une récente tentative de dater l’opuscule de 280-270 par A. Arenz, Herakleides Kritikos «Über die Städte in Hellas»: eine Periegese Griechenlands am Vorabend des Chremonideischen Krieges (2006) (voir les critiques de D. Knoepfler, dans Annuaire du Collège de France 2011-2012. Résumés des cours et travaux 112 [2013], p. 426-427). On dispose d’une bonne édition, avec traduction et commentaire, chez Pfister 1951. Pour le passage sur Athènes (mais étrangement sans le paragraphe 1.6), voir E. Perrin-Saminadayar, « Héracleidès le Crétois à Athènes : les plaisirs du tourisme culturel », REG 107 (1994), p. 192-202 (auquel j’emprunte les traductions françaises, fondées sur le texte de Pfister).

102 Ἐντεῦθεν εἰς τὸ Ἀθηναίων . . . ἄστυ. Hèrakleidès doit venir d’Éleusis selon Pfister 1951, p. 25 et p. 100-101.

103 IG II2 1011, l. 15-16 (106/5) (trad. E. Perrin-Saminadayar 2007, T 31, p. 230).

104 Sur l’impact des guerres à la haute époque hellénistique sur la campagne attique, voir Oliver 2007, p. 113-137.

105 Par exemple le décret d’Athènes pour Phaidros de Sphettos (IG II3 985, l. 35-36, à propos de l’action de ce dernier en 288/7) ; le décret d’Athènes pour Kallias de Sphettos (IG II3 911, l. 23-27, 270/69) ; un décret du dème de Rhamnonte pour le stratège de la paralie Épicharès (IRham. 3, l. 8-12, 268/7 ; des corrections ont été proposées par G. Steinhauer [SEG LIX 146]) ; un décret d’Athènes pour Eurykléidès de Kèphisia (IG II 3 1160, l. 7-10, vers 215) ; un décret des paroikoi de Rhamnonte pour le stratège de la paralie (IRham. 43, l. 5-7, 215/4). Pour d’autres exemples, voir Oliver 2007, p. 134-135 et p. 149-150.

106 IG II3 1011.

107 Oliver 2007, p. 82. Il estime qu’un Conseil de 600 membres suppose une population de 22 900 citoyens au minimum.

108 Pace Hansen 2006, p. 25, qui les explique par le passage à un Conseil de 600 membres à partir de 307/6 et par un déclin démographique général dans le monde grec aux iiie-iie s. Voir S. V. Tracy, Athens and Macedon. Attic Letter-cutters of 300 to 229 B.C. (2003), p. 23-24, qui, sans exclure une baisse démographique, interprète les quelques cas de bouleutes ter au iiie s. comme une conséquence de la domination macédonienne entre 262 et 229. S. G. Byrne, « Agora XV 112 and Iteration of Council Service in Hellenistic Athens », dans A. A. Themos, N. Papazarkadas (éds), Αττικά επιγραφικά: µελέτες προς τιµήν του Christian Habicht (2009), p. 215-223 y voit un phénomène beaucoup plus étendu, qui commencerait déjà vers 286 ou peu après, alors qu’Athènes était encore indépendante, et n’aurait pas cessé ensuite, mais les preuves manquent encore.

109 Rosivach 1993 et Oliver 2007, p. 103-105, d’après les chiffres de Traill 1975. Dans le cas de Rhamnonte, il est possible de voir une corrélation entre l’augmentation de son quota bouleutique en 224/3 (quatre bouleutes supplémentaires) et l’abondance des vestiges archéologiques et épigraphiques de ce dème au iiie s. Sur les variations des quotas bouleutiques des dèmes, et d’Aixônè en particulier, voir infra, p. 339-342.

110 Lohmann 1993, I, p. 251-253 ; contra W. Ameling, « Ein südattischer Demos », Laverna 6 (1995), p. 93-146 (p. 97-98).

111 Mussche 1998, p. 64-65 parle d’une occupation uniquement par des squatters à partir du iiie s., une hypothèse remise en cause par les résultats obtenus lors des dernières fouilles et prospections parus dans R. F. Docter (éd.), Thorikos 10. Reports and Studies (2011) (voir en particulier R. Docter, P. Monsieur, W. van de Put, « Late Archaic to Late Antique Finds from Cistern No. 1 at Thorikos (2010 Campaign) », p. 75-128 ; S. Mortier, « Late Classical and Early Hellenistic Finds from Cistern No. 1 at Thorikos », p. 129-140).

112 Alcock 1993, p. 33-49, d’après des prospections archéologiques menées essentiellement dans le Péloponnèse, en Grèce centrale et dans les îles égéennes.

113 Voir Rousset 2008, qui met en évidence bien des faiblesses de l’étude d’Alcock, et souligne notamment les difficultés de datation qui peuvent surgir pour la céramique recueillie dans les prospections.

114 Pour un aperçu des vestiges archéologiques d’époque hellénistique et romaine dans la campagne attique, voir M. Petropoulakou, E. Pentazos, Αττική. Οικιστικά στοιχεία – πρώτη έκθεση (1973), fig. 25 et 26 (période 338-146), avec le complément d’Oliver 2007, p. 107-108 n. 189, et Karvonis 2016, plans 2-5 (période 146 av. J.-C.-529 apr. J.-C.). Sur les fermes d’époque romaine, voir D’Aco 2013.

115 Alcock 1993, p. 53-92 et p. 96-117 ; elle déclare : « The effects of imperial taxation thus join the various other explanations advanced to account for the “empty” early imperial landscape : a changing agricultural regime, a preference for nucleated residence, extensive farming of large estates, an increase in pastoral activity, and lower population levels. In one way or another, all are linked to the direct or indirect impact of the Roman presence » (p. 91-92). Ces facteurs sont pour la plupart de pures hypothèses, qui souvent surinterprètent les données d’un relativement faible nombre de prospections, voir Rousset 2008, p. 313-315.

116 Ibid.

117 Oliver 2006 échafaude l’hypothèse d’une évolution entre une Attique « polynucléique » (les dèmes), caractéristique de l’époque classique, et une Attique composée de micro-régions (par exemple la Mésogée, le Laurion, mais aussi des dèmes comme Rhamnonte et Éleusis), évolution qui serait causée par les guerres incessantes et les nombreuses invasions de l’Attique dans la première moitié du iiie s. : « From the third century onwards, that polynucleic pattern disappears. It is replaced by regionalised patterns centred around particular nodes or groups of nodes » (p. 225-226) ; il est suivi par Ismard 2010, p. 334-337.

118 E.g. Plutarque, Sur la disparition des oracles 8 (Moralia 413 f-414 a) ; Polybe, XXXVI 17, 5-12, passage qui contient un « moral tone addressed broadly at the social elite » comme le relève Oliver 2007, p. 78. Voir Alcock 1993, p. 24-32, qui adopte une attitude critique et nuancée vis-à-vis des sources littéraires antiques sur la Grèce romaine.

119 Strabon, IX 1, 15 déclare que depuis les destructions de Sylla, le Pirée n’est plus qu’une « petite agglomération ramassée autour des ports et du sanctuaire de Zeus Sauveur » (trad. R. Baladié, éd. CUF). Voir aussi Cicéron, Ad Familiares 4, 5, 4 (mi-mars 45), où le Pirée est une ville « écroulée et ruinée » (trad. J. Beaujeu, éd. CUF). Le Pirée a effectivement beaucoup souffert durant ces attaques, mais il faut se garder de penser qu’il en était de même dans toute l’Attique.

120 SEG XLII 116 (Mélitè, vers 180) ; IÉleusis 229 (165/4 ?). Cette dernière inscription se compose plus exactement d’un décret honorifique de la cité pour le démarque d’Éleusis, suivi d’un décret du dème lui-même honorant le même personnage, ce qui a échappé à plusieurs savants : selon Ismard 2010, ce décret civique « ne prouve pas explicitement que le dème en tant que communauté existe encore » (p. 332 n. 15), et il suit l’hypothèse d’Oliver 2006, selon laquelle « le démarque d’Éleusis est devenu comme un magistrat de la cité dans une Attique de plus en plus régionalisée ».

121 Ainsi Jones 1999, p. 143-144, qui parvient même à voir ce déclin dans les décrets de dèmes eux-mêmes, ainsi p. 79-81 (à propos de IRham. 17 [235/4]). Oliver 2006, p. 234 déclare : « The degree of difference between epigraphical survivals in the fourth century and the hellenistic era suggests a real change in the intensity of occupation of Attica and differences in the conduct of civic life and rural politics in the hellenistic countryside around Athens ». Il est suivi par Ismard 2010, p. 331-343. Il est significatif par ailleurs que Whitehead 1986 interrompe son enquête aux environs de 250.

122 Pace Ismard 2010, p. 331-334, lequel a pourtant dressé en note 12 p. 331 le tableau de la répartition chronologique des inscriptions officielles des dèmes, sans en tirer toutes les conséquences : 12 documents pour le ve s., 106 pour le ive s. (dont au moins 71 pour la seconde moitié de ce siècle), 36 pour le iiie s. Si, comme le pense l’auteur, la quantité d’inscriptions officielles des dèmes est un indice de leur « vitalité associative », celle-ci serait ainsi plus grande au iiie qu’au ve s. !

123 Voir M.-F. Baslez, « Citoyens et non-citoyens dans l’Athènes impériale au ier et au iie siècles de notre ère », dans S. Walker, A. Cameron (éds), The Greek Renaissance in the Roman Empire, BICS Suppl. 55 (1989), p. 17-36. Je ne sais pourquoi Kellogg 2013, appendice III, arrête brutalement sa prosopographie des Acharniens en 86, date du sac d’Athènes par Sylla. L’auteur n’explique pas ce choix incompréhensible, qui donne l’impression que les Acharniens disparaissent complètement de nos sources à partir de cette date.

124 Hansen et al. 1990, p. 30-32.

125 Hansen et al. 1990, d’après les inscriptions éphébiques, bouleutiques et funéraires.

126 Ibid., p. 32-35. Les auteurs expliquent cette forte augmentation par la « naturalisation » des étrangers, plus fréquente à partir de 140 environ (voir Osborne M. J. 1983, p. 144) : les étrangers résidant de préférence en ville, une fois faits citoyens, ils portent le démotique d’un dème urbain.

127 Dans l’ordre décroissant : Marathon, Paiania, Pallène, Gargettos, Phlya, Sphettos, Mélitè, Pirée, Acharnes, Lamptrai (Hansen et al. 1990).

128 Voir cependant la colonnette funéraire GL 24.

129 Voir supra, p. 71-80, annexe V et fig. 7, et Karvonis 2016, p. 203-204 (pour la période 146 av. J.-C.-529 apr. J.- C.) (liste de laquelle il faut enlever les deux trouvailles de la rue Meropis, qui ne se situent pas à Glyphada mais à Athènes).

130 Ἰού[νι]ο[ς] Ὀν[η]σᾶς [- - - -] καινῶν Αἰξων[ῆσι] (IG II2 2776 B II, l. 191-192, 120-138 apr. J.-C.). Voir Follet 1976, p. 123 pour la date, et S. G. Miller, Hesperia 41 (1972), p. 67-95 pour le commentaire. Selon ce dernier, la liste établirait une taxe à payer par ces propriétaires sur leur bien, dans un but inconnu.

131 Voir A. D. Rizakis, « L’emphytéose sous l’Empire en pays grec », dans S. Follet (éd.), L’hellénisme d’époque romaine (2004), p. 55-76, qui estime « possible que la liste d’Athènes préserve les noms de locataires perpétuels de terres communales, qui ont l’obligation de payer une rente annuelle de 8 % » (p. 64).

132 MP 5891*. Ed. pr. M. I. Pologiorgi, AD 46 1991 (1996) Chron. B1, p. 58 (SEG XLIV 166), avec photo (pl. 33 a). Dimensions : 0,765 × 0,29 × 0,385 m ; hauteur des lettres : 0,022 (l. 1), 0,024 (l. 2), 0,022-0,027 (l. 3), 0,024-0,026 m (l. 4-5).

133 Voir A. S. Benjamin, « The Altars of Hadrian in Athens and Hadrian’s Panhellenic Program », Hesperia 32 (1963), p. 57-86 ; Camia 2011, p. 36-39 (qui ne connaît pas l’autel de Glyphada). Il existe un parallèle à Éleusis (IÉleusis 446).

134 On notera que, loin de se limiter à l’asty, le culte impérial se pratique aussi dans la chôra, comme on le voit bien à Éleusis ou à Rhamnonte, ce qui dément l’affirmation de S. E. Alcock : « The imperial cult held no place in the countryside […] the orientation of the imperial cult demanded that it dominate the most populous and prominent space, the arena for civic political activity » (Alcock 1993, p. 199. Cette opinion avait déjà été mise en doute par Rousset 2008, p. 320). Voir F. Lozano, La religión del poder. El culto emperial en Atenas en época de Augusto y los emperadores Julio-Claudios (2002), p. 51-53 et p. 79-80, avec les appendices 1 (bâtiments) et 2 (autels) ; id., Un dios entre los hombres (2010), p. 214-215 ; Camia 2011, p. 201-203. Pour Éleusis, voir encore K. Clinton, « Eleusis and the Romans: Late Republic to Marcus Aurelius », dans M. C. Hoff, S. I. Rotroff (éds), The Romanization of Athens (1997), p. 161-181; id., « Eleusis from Augustus to the Antonines: Progress and Problems », dans S. Evangelisti, L. Galli (éds), XI Congresso Internazionale di Epigrafia Greca e Latina (1999), II, p. 93-102.

135 Grigoropoulos 2009 fait le même constat pour le Pirée : sur la base des épitaphes, il constate que de l’époque classique à l’époque romaine incluse, la majorité des Piréens résident hors de leur dème, la plupart en ville d’Athènes.

136 « The development of relations based on private property and of particularism of the most varied nature, the disruption of old collective ties, the growing financial difficulties of the state, and, in the Hellenistic period, the gradual decline of the local government and of the activity of local associations as well as of the cults of local deities, all acted in the same direction and undermined those foundations from which public ownership of land could grow and flourish » (Andreyev 1974, p. 45).

137 Papazarkadas 2011, p. 242 voit dans les rationes centesimarum une privatisation massive des terres attiques, notamment celles possédées par les dèmes, ce qui aurait été un « long-term disaster », puisque les dèmes auraient perdu par là même une importante source de revenus ; cette vision catastrophiste est nettement exagérée, si l’on se rappelle que seuls douze dèmes vendent des terrains d’après ces documents (et peut-être un quart à un tiers des dèmes en tout si l’on tient compte des parties manquantes, voir Lambert 1997, p. 219-220, p. 243 et p. 254). Par ailleurs, selon Lambert, ces terrains étaient essentiellement non générateurs de revenus, impropres à la mise en location (ibid., p. 234-243).

138 L. Baumer, Mémoires de la religion grecque (2010), p. 76-78 (citations respectivement p. 78 et p. 76). SEG XXVI 121 (voir infra, p. 319) donne à la fois une idée des ravages causés par Sylla sur les sanctuaires de la ville et de la campagne attiques, mais elle témoigne aussi de la volonté de la cité de maintenir ces sanctuaires en état de fonctionner. On ne peut déduire de cette inscription que « depuis plusieurs siècles déjà, les dèmes qui autrefois auraient dû s’en occuper [des sanctuaires ruraux] n’existaient plus » (L. Baumer, op. cit., p. 78) : confrontés à des dégâts si considérables, certains dèmes n’avaient simplement pas les moyens d’assumer ces dépenses.

139 Voir Ackermann 2016.

140 Ismard 2010, p. 339-341 (citation p. 341). Ismard ignore le compte rendu critique de l’étude de M. J. Osborne par Ph. Gauthier, « L’octroi du droit de cité à Athènes », REG 99 (1986), p. 119-133 (repris dans Études d’histoire et d’institutions grecques. Choix d’écrits [éd. D. Rousset] [2011], p. 35-54) : or comme le montre Gauthier, il n’est pas de bonne méthode d’interpréter les variations de forme ou de procédure dans les décrets octroyant le droit de cité à l’aune de la supposée décadence politique d’Athènes ; l’explication se trouve plutôt dans une mise à jour du formulaire des décrets de politéia après une période d’occupation étrangère, durant laquelle la production de tels décrets avait été plus ou moins interrompue (voir spécialement p. 131-133).

141 Voir Feyel 2009, p. 221-236 ; Osborne M. J. 1983, p. 155-173.

142 E.g. Ismard 2010, p. 341-343. Il suppose en outre la perte du rôle fiscal des dèmes dans la perception de l’eisphora et du métoikion, mais rien ne prouve que les dèmes étaient responsables de la collecte de ce dernier (pace J. Miller, « Epigraphical Evidence for Citizenship in Third-Century B.C. Athens », ZPE 191 [2014], p. 141-150, qui suit Ismard et voit en outre dans le déclin des dèmes l’une des raisons de la disparition supposée du statut de métèque au iiie s.). Pour l’eisphora, voir supra, p. 8 et infra, p. 207-208.

143 C’est l’hypothèse de Traill 1975, p. 61-64, qui s’empresse d’ajouter : « Whatever the method employed in selecting the prytaneis, the elaborate system of demes and phylai continued uninterrupted through these later periods, although membership in the Council itself was reduced and a number of semi-official demes made their appearance after the creation of Hadrianis » (p. 64).

144 Ath. Pol. 62, 1. Rhodes 1993, p. 690-691 place un terminus ante quem pour ce changement vers 370, date à laquelle il suppose un usage généralisé des klèrôtèria pour la désignation des magistratures tirées au sort. On apprend dans Ath. Pol. 22, 5 qu’en 487/6, on tira au sort les archontes par tribu parmi 500 candidats sélectionnés par les dèmes, mais Rhodes 1993, p. 273-274 pense qu’il s’agit d’une confusion avec la désignation des bouleutes ; voir cependant l’interprétation de K. von Fritz, E. Kapp, Aristotle’s Constitution of Athens and Related Texts (1950), p. 166-167.

145 Voir l’introduction supra, p. 7-9.

146 Voir B. Dreyer, « Wann endet die klassische Demokratie Athens? », AncSoc 31 (2001), p. 27-66, qui place « le début de la fin » de la démocratie classique à partir de 260 (après la guerre de Chrémonidès), avec une autre césure encore en 86 (après la prise d’Athènes par Sylla). Grieb 2008, plus optimiste, souligne la continuité des institutions politiques traditionnelles de la cité à l’époque hellénistique, en tout cas jusqu’à la fin du iie s. (p. 36-50 ; pour les dèmes, voir p. 36-40). Sur l’Athènes syllanienne et postsyllanienne, voir D. J. Geagan, The Athenian Constitution after Sulla (1967) et id., « Roman Athens 86 B.C.-267 A.D. », ANRW II 7, 1 (1979), p. 371-437 ; Habicht 2006, p. 347-359.

147 Ismard 2010 postule, à partir de la basse époque hellénistique, « le déclin de l’activité des dèmes et des phratries, à la fois comme structures de participation civique et cadres d’organisation des pratiques de sociabilité » (p. 406) ; ils auraient été remplacés dans ces rôles notamment par les génè, « qui deviennent progressivement une marque distinctive de l’élite athénienne, jusqu’à peut-être constituer un véritable ordo dans l’Athènes impériale » (p. 407). Le maintien des dèmes institutionnels ne me semble pas incompatible avec la montée en puissance des génè, selon le principe de l’« hybridation institutionnelle » mis en évidence par A. Heller, « La cité grecque d’époque impériale : vers une société d’ordres ? », Annales (HSS), mars-avril 2009, no 2, p. 353-354. Ainsi que le reconnaît Ismard, même en supposant que les bouleutes étaient pris parmi les gennètes à partir du début de l’époque impériale, la procédure « aurait respecté deux des éléments traditionnels de la politéia athénienne, le principe du tirage au sort et la répartition des bouleutes en fonction de leurs tribus » (p. 403). L’oligarchisation des institutions civiques n’est donc pas incompatible avec le maintien de certaines règles démocratiques traditionnelles.

148 Le démotique figure encore dans IG II2 13279, l. 4 (inscription honorifique, ive s. apr. J.-C. ?), et 13627, l. 2 (signature du commanditaire sur un cadran solaire, fin ive-début ve s. apr. J.-C.).

149 Contra Antoniou 1990, p. 89-91, qui voit dans l’absence de tout démote de Philaidai dans les inscriptions à partir de 230-235 apr. J.-C. un signe du déclin définitif de ce dème (et des autres) en tant qu’entité politique, le coup de grâce ayant été donné par l’invasion des Hérules.

150 Après le sac des Hérules, la Tholos est réparée, et reste en usage jusqu’à la fin du ive s. apr. J.-C., tout comme le portique de Zeus, le portique royal, le théâtre de Dionysos (lequel accueillait l’Assemblée) (Rhodes 1972, p. 32 et p. 222-223 ; A. Frantz, The Athenian Agora XXIV: Late Antiquity: A.D. 267-700 [1988], p. 4, 25, 48-49, 53-56, 61). Naturellement, cela ne signifie pas que ces bâtiments gardent leur fonction originelle à ces époques tardives, mais on peut souligner que le peuple des Athéniens, le conseil de l’Aréopage et la Boulè sont attestés épigraphiquement au moins jusqu’à la fin du ive s. apr. J.-C. (IG II2 13274, après 372 apr. J.- C.). Synésios de Cyrène, de passage à Athènes en août 399 apr. J.-C., a visité plusieurs dèmes (Anagyronte, Sphettos, Thria, Kèphisia, Phalère) mais il ne les mentionne pas en tant que tels ; ils ne semblent être pour lui que des localités (Correspondance, lettre 136.4-8 à son frère Euoptios, éd. CUF).

151 G. Fowden, « City and Mountain in Late Roman Attica », JHS 108 (1988), p. 48-59 ; Alcock 1993, p. 33-49 ; Lohmann 1993, I, p. 260-261 ; T. Mattern, « Eine ‘skythische Wüste’? Attika in spätantiker und frühbyzantinischer Zeit », dans H. Lohmann, T. Mattern (éds), Attika. Archäologie einer « zentralen » Kulturlandschaft (2010), p. 201-230.

152 Voir supra, p. 27. Parmi les exceptions figure Michel Choniatès, métropolite d’Athènes à la fin du xiie s., qui brosse un tableau plutôt déprimant de la ville, mais dont le témoignage doit être nuancé (voir K. M. Setton, « Athens in the Later Twelfth Century », dans id., Athens in the Middle Ages [1975], p. 179-208).

153 Voir Orlandos 1930 ; id., υρετήριον τν Μνηµείων τς λλάδος, A 1 γ (1933), p. 153-154 ; J. Koder, F. Hild, Hellas und Thessalia, Tabula imperii byzantini 1 (1976), p. 165 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 155-160 ; Pallis 2009, p. 422 no Z.1.7 ; Kaza-Papageorgiou 2016, p. 44 fig. 74.

154 E. Gini-Tsofopoulou, AD 41 1986 (1990) Chron. B1, p. 27. Elles sont impossibles à dater plus précisément en raison de leur mauvais état de conservation.

155 Chronique du BCH, 1931, p. 455 et 1933, p. 238.

156 Voir A. K. Orlandos, υρετήριον τν Μνηµείων τς λλάδος, A 1 γ (1933), p. 154 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 155-160 ; Pallis 2009, p. 422 no Z.1.8.

157 Slot 1982, I, p. 254-256.

158 Drikos 1994, chap. V p. 47-67 sur les domaines d’Anô et Katô Trachônès. L’auteur se fonde sur des archives du xixe s., notamment le chotzeti d’Ismaïl Bey sur la base duquel il a vendu le domaine d’Anô Trachônès à L. Pyrrhos, la déclaration des témoins de la vente à A. Louriôtis devant l’Elliniki Epitropi le 27 juillet 1831, les contrats du notaire K. Kokidis concernant la location du pâturage de Pirnari, d’autres accords entre A. Louriôtis et des bergers de Pirnari et de Trachônès, et la description des limites des domaines d’Anô et de Katô Trachônès par A. Louriôtis. Il donne les textes dans son annexe p. 119-190.

159 Une paire désigne une aire qui peut être labourée par une paire de bœufs en une journée. Une paire, ou jugère, équivaut environ à un quart d’hectare.

160 Accord du 4 avril 1824 entre le chef du monastère, Dionysios, et le propriétaire turc du domaine d’Anô Trachônès. Voir Drikos 1994, p. 103-104 n. 213, et Matthaiou 1992-1998.

161 Drikos 1994 relève que dans le registre de l’Elleniki Epitropi de 1831, le premier acheteur d’Anô Trachônès est G. Môraïtis ou G. Apostolopoulos. Mais on n’a pas de chotzeti sous ces noms ; soit le chotzeti avec l’un ou l’autre nom n’a jamais été consigné, et a été remplacé par le nom de l’acheteur suivant (L. Pyrrhos), soit G. Apostolopoulos ou G. Môraïtis a vendu le domaine très rapidement à L. Pyrrhos.

162 Konstantinos Zôgraphos (1796-1856) fut un combattant de la Révolution de 1821. Il mena ensuite une brillante carrière politique : il fut ministre de la Guerre en 1833, le premier ambassadeur grec à Constantinople en 1834, et ministre des Affaires étrangères vers 1838. Andréas Louriôtis (1789-1850) était un politicien fameux, qui a joué un rôle déterminant dans la Révolution.

163 Voir supra, p. 34-35. On trouvera une photo de la plaque commémorative chez Kaza-Papageorgiou 2016, p. 48 fig. 80.

164 Konstantinos Karapanos (1840-1914) était un célèbre homme politique, banquier et archéologue, découvreur du sanctuaire oraculaire de Dodone en Épire. Sa collection d’antiquités a été donnée au Musée national en 1902.

165 I. Sarris, « Τὰ τοπωνύµια τῆς Ἀττικῆς », Athina 40 (1928), p. 141 ; P. A. Phourikis, « Συµβολὴ εἰς τὸ τοπωνυµικὸν τῆς Ἀττικῆς », Athina 41 (1929), p. 83. Voir http://7gym-glyfad.att.sch.gr/ist/neot.htm sur le développement de Glyphada à partir des années 1920.

166 I. Sarris, MEE, s.v. « Γλυφάδα » ; coll., Αττική. Δήµοι και Κοινότητες (2005), p. 82-85.

167 A. Philippson, dans Philippson, Kirsten 1952, p. 902.

168 I. Sarris (n. 166).

Table des illustrations

Titre Fig. 7. a. Carte de répartition des vestiges archéologiques de Glyphada.
Crédits Réalisée par l’auteur, C. Guillaume et G. Fuchs, d’après Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 200-201.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1014/img-1.png
Fichier image/png, 295k
Titre Fig. 7. b. Zoom.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1014/img-2.png
Fichier image/png, 4,0M
Titre Fig. 2. La région de Glyphada.
Crédits Carte réalisée par l’auteur et G. Fuchs, d’après Eliot 1962, p. 18 fig. 1.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1014/img-3.png
Fichier image/png, 87k
Titre Fig. 8. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1900.
Crédits Id., Die Karten von Attika (1881-1903), carte no 3.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1014/img-4.png
Fichier image/png, 8,8M
Titre Fig. 9. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1885.
Crédits Id., Die Karten von Attika (1881-1903), carte no VIII.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1014/img-5.png
Fichier image/png, 8,4M
Titre Fig. 11. Tambour de colonne près de la chapelle d’Aghios Nikolaos de Pirnari à Glyphada, 1942.
Crédits DAI Athen, Attika 438. © DAI Athen/W. Wrede. Tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1014/img-6.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 50. Stèle funéraire trouvée à Anô Glyphada, 380-370.
Crédits 1,64 × 0,84 × 0,08-0,10 m. Athènes, Musée du Pirée, no 2555. © Ministère de la Culture et des Sports/Éphorie de l’Attique occidentale, Pirée et îles/Archives photographiques du Musée du Pirée.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1014/img-7.png
Fichier image/png, 729k
Titre Fig. 12. Le bâtiment circulaire fouillé par A. D. Kéramopoullos près du rivage.
Crédits Kéramopoullos 1919, p. 44 fig. 4.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1014/img-8.png
Fichier image/png, 131k
Titre Fig. 10. Photo aérienne de la banlieue est de Glyphada, au pied de l’Hymette, 1944.
Crédits Bradford 1957, fig. 7.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1014/img-9.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 45. Dédicace à Hadrien trouvée à Glyphada.
Crédits Athènes, Musée du Pirée, no 5891. © Ministère de la Culture et des Sports/Musée du Pirée. Photo de l’auteur, avec l’aimable autorisation du Musée du Pirée.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1014/img-10.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 6. Carte de l’Attique par W. M. Leake, 1841 (détail).
Crédits Leake (1841), en fin de volume.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1014/img-11.png
Fichier image/png, 7,7M
Titre Fig. 13. Glyphada en 1933 (vue de la côte en direction de l’Hymette).
Crédits DAI Athen, Attika 335. © DAI Athen/W. Wrede. Tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1014/img-12.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 14. Glyphada aujourd’hui (vue depuis l’Hymette en direction de la mer).
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1014/img-13.png
Fichier image/png, 1,6M

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540