Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Une microhistoire d’Athènes

 | 
Delphine Ackermann

Première partie – Cadre géographique, historique et Archéologique

Chapitre 1

Un dème entre montagne et mer1 (fig. 1)

Full text

  • 1 A. Philippson, dans Philippson, Kirsten 1952, p. 753-765 (généralités), p. 765-778 (géologie), p.  (...)

1L’histoire commence par la géographie. Sans tomber dans le déterminisme, il paraît clair que les communautés humaines qui se sont établies dans la région du futur dème d’Aixônè à l’époque protohistorique ont d’abord choisi un milieu naturel favorable à leur mode de vie, un milieu naturel qui, sans tout expliquer, a fortement influencé les sociétés qui s’y sont développées. C’est pourquoi il est utile de débuter par un aperçu du cadre géographique dans lequel les habitants du dème d’Aixônè ont évolué. Plantons donc le décor, en commençant par quelques généralités sur le paysage de l’Attique, sa géologie et son climat, avant de nous intéresser à la région de notre dème.

Fig. 1. L’Attique et ses dèmes.

Fig. 1. L’Attique et ses dèmes.

Carte réalisée par F. Delrieux, d’après R. J. A. Talbert (éd.), Barrington Atlas of the Greek and Roman World (2000), no 59 (J. McK. Camp II).

2L’Attique occupe une surface de 2 400 km2 environ, sans les îles, ce qui fait d’Athènes l’une des plus grandes cités grecques du monde antique. Avec ses quelque 96 km de côte, elle est en grande partie tournée vers la mer, élément qui influence le climat, sculpte les rivages, et joue un rôle primordial dans la vie de ses habitants. Bien située sur la carte du trafic maritime, l’Attique est en revanche à l’écart des axes terrestres qui relient le Péloponnèse à la Grèce centrale, car elle est entourée de chaînes montagneuses. Elle offre un paysage de collines, avec pour seules montagnes l’Hymette (1 027 m) et le Pentélique (1 108 m). Ces reliefs sont séparés par des plaines, dont les plus grandes se trouvent essentiellement au bord de la mer, sauf trois, celle d’Éleusis, celle d’Athènes et celle de Marathon (appelée aussi plaine de la Mésogée), qui s’étendent loin à l’intérieur des terres.

  • 2 Comme on le lit dans Plutarque, Solon 23, 6, l’Attique était pauvre en rivières et en sources, et l (...)

3D’un point de vue géologique, l’Attique est à la fois une terre bénie et damnée. Les matières premières y abondent : les sculpteurs et architectes ont réalisé des chefs-d’œuvre avec les excellents marbres du Pentélique et de l’Hymette, le poros du Pirée et le calcaire gris-bleu d’Éleusis ; l’argile du cap Côlias près de Phalère contribua à la création d’un art de la céramique de très haute qualité ; quant aux mines d’argent du Laurion, elles firent la fortune de la cité. Mais si l’Attique ne manque pas de ressources naturelles, en revanche, la céréaliculture y est difficile : la terre est légère, sèche et parsemée de roches calcaires, ce qui la rend plus propice à la culture de la vigne et de l’olivier qu’à celle des céréales, à l’exception des plaines fertiles d’Éleusis et de la Mésogée. En maints endroits, le sol s’étend en de longues surfaces, où seule une mince couche de terre recouvre le rocher naturel. Ces conditions peu favorables à un bon rendement céréalier sont dues essentiellement au manque d’eau : aucun des cours d’eau qui parcourent l’Attique ne coule toute l’année jusqu’à la mer. Tous s’assèchent en été, par évaporation, ou sont absorbés dans un sol trop sec. L’Attique est aussi pauvre en sources d’eau potable, manque que les habitants s’efforçaient de combler par des citernes, des puits et des aqueducs2. Un avantage de cette aridité est la rareté des marais ; par conséquent, le climat de l’Attique est globalement sain.

  • 3 Mais il peut parfois geler au début du printemps (Plutarque, Démétrios 12, 5). Pour d’autres témoig (...)
  • 4 Platon, Critias 110 e ; Xénophon, Revenus 1, 3, avec le commentaire de Ph. Gauthier, Un commentaire (...)

4Les palynologues estiment que le climat de la Grèce actuelle n’a pas changé par rapport à l’Antiquité. L’Attique était donc, hier comme aujourd’hui, l’une des zones les plus arides de Grèce, avec les îles du golfe Saronique, les Cyclades du Sud et de l’Ouest, et le sud-est de la Crète. Le climat, de type méditerranéen, se caractérise par des hivers doux et pluvieux et des étés chauds et secs. Les précipitations, en principe inférieures à 600 mm par an, ne sont pas distribuées également sur l’année : les torrents gonflent en hiver et s’assèchent complètement en été. Durant la saison estivale, la chaleur peut être écrasante, mais souvent, en seconde partie de journée, un vent maritime frais se lève. En hiver, il ne neige que rarement et la température n’est qu’exceptionnellement négative3. Le climat attique n’autorise donc pas une production agricole massive, mais la douceur de l’hiver et les précipitations, même peu abondantes, permettent d’obtenir des fruits variés et de qualité4.

  • 5 Bursian 1977, I, p. 360 (je traduis).
  • 6 On ignore quel était le nom de ce cap dans l’Antiquité. Anciennement, le cap avait été baptisé Poun (...)

5L’occupation humaine de la région du futur dème d’Aixônè s’est développée dans un territoire relativement étroit, bordé par le mont Hymette à l’est et la mer à l’ouest, qui fait partie d’une longue plaine côtière s’étendant entre la baie de Phalère et le cap Zôster sur 14 km. Cette plaine est qualifiée de « monotone, très pierreuse et maigre » par C. Bursian au xixe s. ; le géographe ajoute qu’elle est parcourue de nombreux ruisseaux, asséchés la plupart du temps5. La portion de côte après Phalère est pourvue de petites péninsules (cap Cosmas, cap Exonis), avec quelques écueils dans la mer qui rendent l’approche du rivage délicate. Comme nous le verrons dans un prochain chapitre, c’est sur et aux alentours du cap Exonis qu’ont été repérées les premières traces d’occupation durables dans la région du futur dème6. La baie au nord du cap (fig. 2), où se trouve aujourd’hui la plage de sable de Glyphada, fournissait un point d’ancrage protégé. À l’est du cap se trouvait dans l’Antiquité un marais salant, qui se prolongeait au sud jusqu’à l’actuelle station balnéaire de Voula ; il a donné son nom au dème voisin, Halai Aixônidès, et plus tard à la zone d’Haliki (fig. 8-9).

Fig. 2. La région de Glyphada.

Fig. 2. La région de Glyphada.

Carte réalisée par l’auteur et G. Fuchs, d’après Eliot 1962, p. 18 fig. 1.

Fig. 8. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1900.

Fig. 8. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1900.

Id., Die Karten von Attika (1881-1903), carte no 3.

Fig. 9. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1885.

Fig. 9. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1885.

Id., Die Karten von Attika (1881-1903), carte no VIII.

  • 7 La zone est constellée de rouge sur la carte no 3 des Karten von Attika de E. Curtius et J. A. Kaup (...)

6Cette bande de terre côtière entre la baie de Phalère et le cap Zôster était densément peuplée dans l’Antiquité, comme le montrent les nombreux vestiges observés de longue date par les voyageurs des siècles passés. En particulier, la route antique d’Athènes à Sounion, qui longeait le pied ouest de l’Hymette (fig. 2), et dont l’actuelle avenue Vouliagménis suit à peu près le tracé, était bordée de très nombreux monuments funéraires, pour la plupart disparus au fil des pillages et des constructions modernes7.

  • 8 Le nom antique, Hymettos, a été traduit faussement en italien par les Vénitiens qui occupaient Athè (...)
  • 9 Platon, Critias 111 c.
  • 10 Sur les passages permettant de traverser l’Hymette, dont au moins trois sont utilisés dans l’Antiqu (...)

7L’Hymette8, la montagne qui borde le dème d’Aixônè à l’est, n’est actuellement pourvu que de maigres broussailles et arbustes. Dans les temps géologiques anciens, le mont était boisé ; mais, déjà à l’époque de Platon, les forêts avaient quasiment disparu9. Au nord-est d’Aixônè (fig. 8), l’Hymette est partagé en deux par la vallée ou gorge de Pirnari (appelée aussi Gyrismos), laquelle mène vers l’est à un col peu élevé (454 m) puis à une autre gorge (la gorge de Douka) et conduit au-dessous de l’éminence de Prophitis Ilias, reliant ainsi les dèmes d’Aixônè et de Sphettos10. La partie nord est appelée le Grand Hymette, la partie sud le Petit Hymette ou Anydros, la « montagne sans eau », car elle n’est pourvue d’aucune source. Plusieurs éminences parsèment le Petit Hymette au niveau de la commune actuelle de Glyphada : le Dasôméni Koriphi (641 m) et le Stavraétos (628 m).

  • 11 M. K. Langdon, « Hymettiana II: an Ancient Quarry on Mt. Hymettos », AJA 92 (1988), p. 75-83. Pour (...)
  • 12 Voir infra, p. 178 et p. 288-289. Sur le miel hymettien, voir par exemple Horace, Carmen 2, 6, 14 ; (...)

8Fournisseur de pâturages en été, l’Hymette produit aussi un marbre gris bleuâtre qui a été abondamment exploité dans l’Antiquité, notamment par les Aixonéens. Sur les pentes moyennes et inférieures du versant ouest du Grand Hymette, on voit encore des carrières antiques. La carrière principale se trouvait au nord-est du village de Trachônès, au-dessus du monastère de Karéa, dans une petite gorge11. L’Hymette est aussi fameux, et ce de l’Antiquité à nos jours, pour le miel de ses abeilles, qui doit semble-t-il son goût exceptionnel aux herbes fortement aromatisées qui parsèment la montagne12.

* * *

9Cet aperçu géographique permet de dégager d’importants facteurs qui ont fortement influencé la vie des habitants du dème, tels que la proximité de la mer, la difficulté de l’agriculture céréalière mais la floraison des cultures arboricoles, les pâturages, le marbre et le miel de l’Hymette, l’emplacement d’Aixônè en un double lieu de passage (Athènes-Sounion par la côte ouest, Athènes-dèmes de la Mésogée à travers l’Hymette). Ce chapitre sera donc à garder en mémoire pour la suite, et particulièrement pour le chapitre 5, consacré aux activités économiques des Aixonéens.

10Cette petite portion de l’Attique décrite ici a été parcourue à l’époque moderne par des générations de voyageurs, lesquels ont permis de localiser et de découvrir peu à peu notre dème. C’est à leurs témoignages que nous allons nous intéresser dans le prochain chapitre.

Notes

1 A. Philippson, dans Philippson, Kirsten 1952, p. 753-765 (généralités), p. 765-778 (géologie), p. 778-783 (climat), p. 802-814 (l’Hymette), p. 901-904 (la plaine à l’ouest de l’Hymette) ; Bursian 1977, I, p. 251-366 ; J. E. Skydsgaard, dans Isager, Skydsgaard 1992, partie I chap. 1.

2 Comme on le lit dans Plutarque, Solon 23, 6, l’Attique était pauvre en rivières et en sources, et la plupart des gens buvaient de l’eau de puits. Sur l’aqueduc d’Acharnes, construit au ive s., voir Kellogg 2013, p. 105-110. Hadrien et Antonin le Pieux ont aménagé de longs aqueducs souterrains, qui partaient de la Mésogée et alimentaient Athènes en eau ; ils ont été remis en fonction encore au xixe s. Voir J. McK. Camp, The Water Supply of Ancient Athens: from 3000 to 86 B.C. (1980).

3 Mais il peut parfois geler au début du printemps (Plutarque, Démétrios 12, 5). Pour d’autres témoignages antiques sur le climat en Attique, voir Thucydide, I 2, 5 (aridité du sol), Xénophon, Écon. 17, 12 (pluies abondantes en hiver), Plutarque, Solon 23, 4 (l’Attique se prête mieux à la pâture qu’à la culture), Dion Chrysostome, 6, 2 (sol mince et faibles précipitations).

4 Platon, Critias 110 e ; Xénophon, Revenus 1, 3, avec le commentaire de Ph. Gauthier, Un commentaire historique des Poroi de Xénophon (1976), p. 45-46. Sur le témoignage d’Hèrakleidès le Crétois, voir infra, p. 81.

5 Bursian 1977, I, p. 360 (je traduis).

6 On ignore quel était le nom de ce cap dans l’Antiquité. Anciennement, le cap avait été baptisé Pounta par les marins. Dans les récits des voyageurs, on le trouve aussi sous les noms Aghia ou Pavlo, mais moins fréquemment.

7 La zone est constellée de rouge sur la carte no 3 des Karten von Attika de E. Curtius et J. A. Kaupert (fig. 8, où les points apparaissent en noir), couleur avec laquelle les topographes allemands ont indiqué les vestiges antiques qu’ils ont observés. Voir aussi les témoignages des voyageurs cités infra dans le chap. 2.

8 Le nom antique, Hymettos, a été traduit faussement en italien par les Vénitiens qui occupaient Athènes aux alentours de 1400 en « il matto », le fou, et de là, la montagne a tiré son nom grec populaire, « Trelovouni ».

9 Platon, Critias 111 c.

10 Sur les passages permettant de traverser l’Hymette, dont au moins trois sont utilisés dans l’Antiquité, voir M. K. Langdon, « Hymettiana IV: Ancient Routes through Hymettos », dans H. R. Goette (éd.), Ancient Roads in Greece (2002), p. 61-71.

11 M. K. Langdon, « Hymettiana II: an Ancient Quarry on Mt. Hymettos », AJA 92 (1988), p. 75-83. Pour les autres carrières, voir Kokkorou-Alevra et al. 2014, p. 250-253.

12 Voir infra, p. 178 et p. 288-289. Sur le miel hymettien, voir par exemple Horace, Carmen 2, 6, 14 ; Dioscoride, 2, 10 ; Pausanias, I 32, 1. Pour d’autres références, voir R. Bortolin, Archeologia del miele (2008), p. 42-43. Sur les plantes aromatiques, voir par exemple Théophraste, HP VI 7, 2 ; Stace, Théb. 12, 622 ; Pollux, VI 67 ; Athénée, I 28 d. Les abeilles de l’Hymette se retrouvent jusque dans un poème de V. Hugo, « Le manteau impérial », dans le recueil Les Châtiments (1853).

List of illustrations

Title Fig. 1. L’Attique et ses dèmes.
Credits Carte réalisée par F. Delrieux, d’après R. J. A. Talbert (éd.), Barrington Atlas of the Greek and Roman World (2000), no 59 (J. McK. Camp II).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1010/img-1.png
File image/png, 2,4M
Title Fig. 2. La région de Glyphada.
Credits Carte réalisée par l’auteur et G. Fuchs, d’après Eliot 1962, p. 18 fig. 1.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1010/img-2.png
File image/png, 87k
Title Fig. 8. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1900.
Credits Id., Die Karten von Attika (1881-1903), carte no 3.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1010/img-3.png
File image/png, 8,8M
Title Fig. 9. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1885.
Credits Id., Die Karten von Attika (1881-1903), carte no VIII.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1010/img-4.png
File image/png, 8,4M

© École française d’Athènes, 2018

Terms of use: http://www.openedition.org/6540