Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une microhistoire d’Athènes

 | 
Delphine Ackermann

Avant-propos

Texte intégral

1Le présent ouvrage est issu d’une thèse de doctorat des universités de Neuchâtel et de Lorraine, soutenue en octobre 2010. Après quelques années de lente infusion, le texte en a été passablement remanié, notamment en fonction des nouvelles études parues depuis. J’ai tâché de suivre la bibliographie jusqu’en 2015, avec parfois quelques incursions en 2016, sans prétendre évidemment à l’exhaustivité.

2Au cours de ce long processus, de la définition du sujet de thèse à la production d’une monographie, un proverbe chinois m’a accompagnée : « Ne craignez pas d’être lent, craignez seulement d’être à l’arrêt ». Je voudrais remercier ici les personnes et institutions qui m’ont permis de ne pas m’arrêter en chemin.

3Ma gratitude va en premier lieu à mes deux directeurs de thèse, D. Knoepfler et Chr. Feyel. Le premier m’a insufflé le goût de l’histoire grecque, et de l’épigraphie en particulier, au fil de cours passionnants qui me servent aujourd’hui de modèle dans mon métier d’enseignant. C’est à lui que je dois le beau sujet de ce livre. Durant mon parcours, qu’il a suivi avec une constante bienveillance, j’ai pu compter sur son dévouement et sa fidélité sans faille. Mon second directeur, que j’ai rencontré alors que j’étais en début de thèse, a fait preuve d’une généreuse disponibilité à mon égard, et c’est toujours avec grand profit que j’ai reçu ses conseils. Avec son épouse, il m’a toujours réservé le meilleur accueil à Nancy. Ce travail est aussi largement tributaire des remarques des deux autres membres de mon jury, R. Étienne et P. Sánchez, qui ont accompli l’exploit de lire ma thèse à deux reprises, conformément aux règles helvétiques. Qu’ils sachent tous les quatre combien je leur suis reconnaissante.

4J’ai eu le privilège de fréquenter pendant de nombreuses années l’université de Neuchâtel, d’abord en tant qu’étudiante puis comme assistante doctorante. J’y ai bénéficié de l’enseignement de divers professeurs que je ne peux remercier individuellement tant ils sont nombreux, mais qui tous m’ont nourrie de leurs connaissances dans les domaines de l’histoire, de l’archéologie et de l’histoire de l’art. De belles rencontres au sein de ce qui était alors l’Institut de Préhistoire et des Sciences de l’Antiquité ont donné lieu à des échanges stimulants qui m’ont été fort utiles pour l’avancement de mes travaux : je remercie en particulier J.-P. Schneider, A. Trachsel et V. Berlincourt, qui m’ont apporté leur aide lorsque je butais sur des difficultés touchant à la langue grecque ou latine. Ma reconnaissance va aussi à ceux qui étaient alors mes compagnons doctoraux et qui ont répondu avec patience et compétence à mes questions, A. Robu, P. Tryfonopoulos et Y. Kalliontzis. Ce dernier n’a cessé de me rendre de grands services, en particulier dans mes contacts avec le personnel de la XXVIe Éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques, et en me tenant informée des dernières trouvailles archéologiques faites en Attique. Enfin, je remercie chaleureusement H. Dridi, titulaire de la Chaire d’archéologie de la Méditerranée antique à l’université de Neuchâtel, pour m’avoir donné la liberté nécessaire dans ma dernière année d’assistanat afin d’achever ma thèse, et pour avoir accepté, au nom de sa Chaire, de contribuer aux frais de publication de cet ouvrage grâce au fonds Labhardt.

5Si cette recherche est née et s’est développée à Neuchâtel, Athènes l’a vue s’épanouir. Alors que j’étais en fin de thèse, j’y ai passé six mois à la faveur d’une bourse du Fonds national suisse, puis un mois grâce à une bourse de l’École française d’Athènes. Durant mon premier séjour, j’ai bénéficié d’un logement à l’École suisse d’archéologie, dirigée par K. Reber, ainsi que de l’assistance dévouée de la secrétaire administrative de cette institution, V. di Napoli, et de sa suppléante à l’époque, T. Theodoropoulou. Je leur adresse toute ma gratitude.

6Après avoir reçu l’éloge public et la couronne, j’ai eu l’honneur d’être accueillie comme membre étrangère de l’École française d’Athènes, là encore avec le soutien financier du Fonds national suisse. J’ai pu y travailler dans des conditions optimales à divers travaux et notamment au remaniement du manuscrit de thèse en vue de la publication. Je tiens à exprimer ma reconnaissance aux directeurs successifs de l’institution, D. Mulliez et A. Farnoux ; aux directeurs des études pour la section antique et byzantine, A. Müller et son successeur J. Fournier ; au personnel de la bibliothèque, d’une aide inestimable dans le dédale bibliographique ; au personnel administratif et particulièrement à L. Trouki, qui n’a pas ménagé ses efforts alors que je la pressais d’obtenir diverses autorisations auprès des musées d’Athènes ; au service des publications pour le grand professionnalisme manifesté à chaque étape de la réalisation de ce livre.

7Durant ces séjours plus ou moins longs à Athènes, j’ai pu étudier les inscriptions qui forment l’ossature de ma recherche dans les meilleures conditions possibles. Pour cela, je remercie grandement les directions et les personnels du Musée épigraphique, du Musée du Pirée, du Musée national, du Musée de l’Agora, du Musée du Céramique, de l’apothèque de la Bibliothèque d’Hadrien, ainsi que les éphories desquelles ils dépendent. Je souhaite exprimer ma reconnaissance tout particulièrement à K. Kaza-Papageorgiou, ancienne directrice adjointe de la XXVIe Éphorie des Antiquités, à V. Antonopoulou, archéologue, et à E. Giannopoulou-Konsolaki, auteur d’une monographie sur l’histoire de Glyphada à laquelle il sera souvent fait référence dans ces pages.

8Tout au long de mes recherches, j’ai bénéficié des ressources de nombreuses bibliothèques : à Athènes, les bibliothèques de l’École française, de l’École américaine, de la Gennadios et de l’École britannique ; en Suisse, la bibliothèque universitaire et celle de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel, les bibliothèques universitaires de Lausanne, Fribourg, Genève, Berne et Zürich ; en France, la bibliothèque Gernet-Glotz, les bibliothèques de l’École normale supérieure et de la Sorbonne, la Bibliothèque nationale de France, et la bibliothèque Robert Étienne à Bordeaux. Que les directeurs et les personnels de ces institutions soient vivement remerciés pour leur accueil et leur efficacité.

9Je remercie également les divers musées, bibliothèques et fonds d’archives qui m’ont autorisée à reproduire un bon nombre d’images illustrant cet ouvrage. Je dois à F. Delrieux la belle carte de l’Attique et de ses dèmes, pour laquelle je lui suis très reconnaissante.

10J’ai eu la chance de croiser durant mon parcours divers professeurs, savants et jeunes collègues qui m’ont éclairée sur tel ou tel point de mon étude ; tous sont remerciés en temps voulu dans les notes de cet ouvrage. Une place particulière doit être faite à A.-Fr. Jaccottet, D. Jaillard, S. Georgoudi et P. Brulé, dont la bienveillance et les encouragements ont accompagné mes premiers pas de chercheur.

11Après quelques années de douce errance, j’ai trouvé un port d’attache à l’université de Poitiers, au sein de l’équipe d’accueil Herma, dont les membres sont aujourd’hui plus que de simples collègues. Je remercie mon université et mon laboratoire pour avoir participé au financement de cet ouvrage.

12Ma reconnaissance va aussi aux deux relecteurs anonymes de mon manuscrit pour le service des publications de l’École française, dont les remarques m’ont été précieuses, à C. Pernet, qui a assumé avec un grand soin la mise aux normes éditoriales, à P. Ducrey, dont l’investissement et l’énergie ont permis à ce livre de paraître dans des délais raisonnables, et à P. Fröhlich, relecteur aussi infatigable que compétent.

13Enfin, et ce n’est pas le moins important, je remercie du fond du cœur mes proches, famille et amis, qui m’ont soutenue tout au long du chemin, avec compréhension et amour.

* * *

14L’abréviation FR se rapporte aux inscriptions fragmentaires réunies dans l’annexe I. Les abréviations GL, HGL et DU renvoient au corpus des monuments funéraires de l’annexe II, respectivement à ceux trouvés à Glyphada, hors de Glyphada ou de provenance inconnue, et à ceux dont l’attribution à Aixônè, ou dont l’authenticité, est douteuse. Les lettres de A à H suivies d’un chiffre font référence aux structures archéologiques de l’annexe V. Sauf mention contraire, les traductions des sources antiques sont de l’auteur, et les dates sont comprises avant Jésus-Christ.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540