Éditions de l’Université de Lorraine https://books.openedition.org/edul CC0 editions-contact@univ-lorraine.fr Le "Château des Armoises" à Richardménil (XIV<sup>e</sup>-XVII<sup>e</sup> siècle) Depuis les années quatre vingt, la recherche historique a su distinguer les deux types d’habitat seigneurial caractéristiques du Moyen Âge mais généralement confondus dans le vocabulaire des époques postérieures, le château et la maison forte.
L’ouvrage de Gérard Giuliato et de ses collaborateurs offre une des seules monographies exhaustives de maison forte, type habituel de résidence de la petite et moyenne aristocratie à partir du XIIIe siècle. Il se signale par l’étude croisée des sources écrites et des apports de la fouille archéologique prolongés par les recherches en laboratoire. Cette approche pluridisciplinaire permet de restituer avec précision les conditions de vie d’une famille seigneuriale lorraine à la fin du Moyen Âge et au cours de la Renaissance jusqu’à la destruction de l’édifice en 1611.
Blottie dans un méandre encaissé de la Moselle à Richardménil (Meurthe-et-Moselle), cette petite résidence rurale présente une série d’adaptations liées à l’évolution des techniques militaires tandis que les unités stratigraphiques parfaitement conservées témoignent des étapes de son histoire. Le mobilier archéologique, par son abondance et sa diversité, constitue un témoignage exceptionnel de la culture matérielle de l’époque et, à ce titre, il est destiné à être présenté au public au Musée lorrain.

]]>
https://books.openedition.org/edul/1867 2024-03-12 Gérard Giuliato Éditions de l’Université de Lorraine fr Éditions de l’Université de Lorraine
Habitats princiers et seigneuriaux en Lorraine médiévale Durant le Moyen Âge, l’espace lorrain, à l’image du reste de l’Europe, connut une profonde mutation politique qui se caractérisa par le triomphe des seigneuries et des principautés. Les nouveaux détenteurs du pouvoir, liés par les liens féodo-vassaliques, se préoccupèrent avant tout de protéger et d’accroître leurs possessions. Cette politique se traduisit par la construction d’édifices originaux destinés à assurer trois fonctions : la résidence, la défense et l’expression du pouvoir public (le ban). En six siècles, l’aristocratie lorraine en édifia près de trois cents. Leur étude – la castellologie – permet aujourd’hui de comprendre la diversité des types d’édifices (le castrum, le château, la maison forte), l’évolution des styles architecturaux et décoratifs mais aussi le rôle des mutations techniques.
L’ouvrage rassemble une série d’études publiées au cours des vingt-cinq dernières années par l’auteur dans des collections aujourd’hui épuisées. La documentation écrite et l’étude archéologique se conjuguent étroitement pour découvrir les caractéristiques de ce patrimoine à travers des monographies de sites caractéristiques (Châtenois, Blâmont, Blénod-les-Toul, Niederstinzel) et à travers des enquêtes thématiques plus générales (les châteaux du Xe-XIIe siècles et ceux du XIIIe-XVIe siècles ; les maisons fortes).
Ouvrage scientifique, ce travail est aussi une invitation à découvrir un patrimoine souvent méconnu.

]]>
https://books.openedition.org/edul/2775 2024-03-12 Gérard Giuliato Éditions de l’Université de Lorraine fr Éditions de l’Université de Lorraine
Charles-François Guibal et son œuvre Charles-François Guibal (1781-1861), petit-fils de Barthélémy Guibal (†1757) célèbre sculpteur dont les statues de Neptune et d’Amphitrite ornent la place Stanislas est resté dans l’ombre de cet artiste réputé.
Polytechnicien, il exerça des fonctions judiciaires à Lunéville puis à Nancy. Esprit ouvert, il se passionna pour la poésie, les sciences, la géométrie et la géologie naissante. Il sut mettre ses talents de dessinateur et de peintre au service des monuments de la région. Entre 1815 et 1861, il leur consacra une série de dessins par goût personnel et avec les encouragements des préfets qui relayaient les directives des gouvernements soucieux de faire l’inventaire de ce patrimoine menacé.
Au fil de ses temps libres, il réalisa une collection qu’il présenta au Congrès scientifique tenu à Nancy en 1850 sous l’égide de la Société d’archéologie française puis légua cet album intitulé Collection de 100 vues des vieux châteaux et autres édifices du département de la Meurthe à la Bibliothèque Municipale de Nancy. Ces dessins présentent un réel intérêt artistique par la qualité du trait et la vie qui s’en dégage mais ils constituent aussi un témoignage irremplaçable sur des monuments qui ont aujourd’hui disparu en partie ou en totalité car l’auteur les a reproduits avec une grande fidélité jusque dans les moindres détails.
Cette publication entend rendre hommage à l’oeuvre d’un artiste méconnu qui contribua à la naissance de l’archéologie monumentale en Lorraine dans la première moitié du XIXe siècle.

]]>
https://books.openedition.org/edul/6587 2024-03-12 Gérard Giuliato Éditions de l’Université de Lorraine fr Éditions de l’Université de Lorraine