Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Note explicative sur l’origine de cette collection

p. 61-86


Texte intégral

Figure C.. Localisation des sites dessinés par Guibal dans le département de la Meurthe (1790-1890).

Image 1000000000000099000000401C032AD012FFB24D.jpg
Image 10000000000004AC000002E8EEF36FD638DE2DC0.jpg

1Une circulaire du Ministre de l’Intérieur en date du 5 Janvier 1826 invite les Préfets à créer des commissions de recherches sur les antiquités du département. À la première réunion de la commission de la Meurthe, je déclinais l’honneur que m’avait fait Mr. le Préfet de m’en nommer membre, alléguant que jamais je ne m’étais occupé d’archéologie ni de numismatique ; que j’avais seulement, comme dessinateur, pris quelques vues, d’après nature, des châteaux de Blâmont, de Vic et de Moyen. D’après cela, on a refusé d’accepter ma démission, prétendant qu’en continuant à rechercher et à copier les vues des ruines qui couvrent notre département, je ferais une œuvre très utile à l’archéologie. J’ai dû céder ; néanmoins, après le départ de Monsieur le préfet Séguier qui mettait beaucoup de zèle à la recherche des antiquités, la commission n’a plus été convoquée ; mon ardeur s’est ralentie. Ce n’est que postérieurement, et vers 1842, que mes collègues de l’académie de Nancy m’ont excité à continuer mon travail ; que je le leur ai promis, ajoutant qu’après moi, j’en ferai hommage à la bibliothèque pour le joindre aux collections de dessins et de gravures relatifs à la Lorraine, assemblés par les soins de l’infatigable Mr. Soyer-Villemet, bibliothécaire. En 1850, j’ai porté le nombre de mes dessins à 100 pour présenter une collection un peu importante au congrès scientifique qui se réunissait à Nancy. Il me reste encore beaucoup de points à visiter ; j’ignore, si arrivé dans ma 70e année, j’aurai assez d’ardeur et de force pour continuer mon travail. Dans le cas contraire, ce sera toujours une collection assez intéressante que d’avoir réuni les vues des ruines qui couvraient notre département dans un temps donné ; d’autant plus que la plupart ont été totalement détruites depuis que j’en avais pris la vue, comme les châteaux de Moyen, de Vic, etc., ayant toujours indiqué l’année où j’ai fait chaque esquisse. D’autres personnes après moi pourront compléter mon travail.

2Nous n’avons pas le bonheur de posséder de vieilles ruines comme celles des vieux châteaux ainsi qu’on voit sur les montagnes des Vosges qui bornent l’Alsace à l’Est et dont l’ensemble forme l’intéressante et importante collection de Mr. Golbery. Excepté Prény, Moyen, Blamont, Lutzelbourg, Vic et quelques autres, il ne nous reste que des vestiges, des tours isolées, comme à Ogéviller, à Lenoncourt, etc. ; des pans de murs comme à Turquestein à Pompey ; aussi ai-je pris plusieurs vues des ruines qui présentent encore quelque intérêt. Je ne me suis pas occupé des églises gothiques de Toul, Saint- Nicolas, Pont-à-Mousson, parce qu’elles ont été presque toutes publiées par Mrs Sansonnetti, Thorelle et leurs devanciers.

3Je n’ai pas fait de texte explicatif, renvoyant au grand ouvrage de Dom Calmet, à celui que Mr. Beaulieu a publié en 1842 et à la Statistique du département de la Meurthe par Mr. Henry Lepage en 1843. C’est de celle-ci que j’ai extrait les quelques mots sur l’origine des châteaux que je joins ici à ma collection de dessins dont je puis garantir l’exactitude, sous le rapport de l’esquisse.

Avertissement

4Le lecteur ne s’étonnera pas de l’absence des figures 16 (Pierre-la-Treiche), 92 et 93 (Niederstinzel) car elles sont en déficit. Toutefois nous avons conservé la notation de l’auteur.

5Guibal a ajouté un dessin de Fléville qui ne figure pas dans son tableau. Il lui a attribué le numéro 53 bis que nous conservons.

6Nous avons également reproduit les croquis préparatoires réalisés par Guibal au dos de certains dessins. L’auteur ne les ayant pas numérotés, nous leur avons attribué le même numéro que le dessin mais accompagné de la lettre v (verso).

7Au total, l’album publié comporte 103 figures.

8Afin de faciliter la localisation des dessins, les légendes précisent l’orientation des vestiges.

Image 100000000000021600000398B462354A47337755.jpg

9Collection de 100 vues de vieux châteaux et autres édifices du département de la Meurthe. Par Mr Guibal, juge de paix.

Arrondissement de Toul

Canton de Thiaucourt

Jaulny

101. On m’avait indiqué le château de ce village comme ancien mais c’est un château moderne bâti sur l’emplacement de l’ancien, dont il ne reste que quelques vestiges et un colombier, tour carrée portée sur quatre colonnes, sans escalier ; on y arrive par une trappe placée au milieu. Il en existe un tout à fait semblable au château de Pierrefort, ce qui porte à penser que les deux châteaux sont de la même époque.

11Si j’ai été trompé en croyant trouver là un vieux château, j’ai été bien dédommagé par la beauté du site qui est extrêmement pittoresque ; Le Rupt de Math (ou Mad), descendant depuis Thiaucourt entre deux chaînes de collines fait mille détours ; il est très encaissé. J’ai pris la vue de Jaulny, assis au pied d’une roche oolithique, sur la rive opposée.

12Le château moderne appartient à la famille du général Curély. On parle de l’ancien dans un acte daté de 1357. En 1504, une partie de la seigneurie de Jaulny fut vendue au Duc René II.

Canton de Domèvre

Pierrefort

132. L’ancien château de Pierrefort, bâti en 1314 par Renaud de Bar, évêque de Metz, fut assiégé en 1370 par le Duc de Lorraine. Ce siège dura trois ans et les assiégeants durent se retirer. En 1472, René II l’assiégea, le prit et y mit le feu. En 1636, Louis XIII le fit détruire.

14Aujourd’hui Pierrefort n’est plus qu’une maison de ferme, placée à mi-côte vis-à-vis du village de Martincourt dont elle fait partie. Dans la cour est un colombier porté sur sept colonnes en pierres ; on y voit encore la devise de René d’Anjou, duc de Lorraine : À jamais.

15Je regrette de n’avoir pris qu’une vue de cet antique manoir et rien de l’intérieur.

Liverdun

16Ce village était autrefois une position romaine ; les monnaies qu’on y a trouvées ne laissent aucun doute à cet égard. En 352, l’empereur Julien fit martyriser St. Euchaire près de Pompey, qui porta, dit-on, lui-même sa tête à Liverdun, où une belle croix au-dessus de ce village en allant à Saizeray lui est encore dédiée. Sous Dagobert, roi d’Austrasie, le territoire de cette ville devint la propriété des évêques de Toul qui obtinrent de grands privilèges, Pierre de Brixey, l’un d’eux, fut autorisé à y battre monnaie en 1168. C’est là qu’ils se retiraient quand ils étaient en guerre avec leurs voisins ou qu’ils avaient maille à partir avec les habitants de Toul (voyez l’intéressante notice de Mr Lepage sur ce village qui reçut autrefois le nom de ville).

17Sous le rapport pittoresque, Liverdun est un des sites les plus curieux des environs de Nancy, dont les habitants y vont souvent en parties de plaisir. Situé sur un promontoire élevé entouré en grande partie par la Moselle, il offre une foule de points de vue charmants, soit d’ensemble depuis la prairie où est le moulin et du bord de la Moselle au bas de la rampe qui conduit vers Toul, soit de détail, plusieurs des maisons de Liverdun à demi-ruinées fort laides faisant un bel effet et offrant des détails intéressants en dessin. Aussi en 1832 ai-je trouvé une trentaine de vues à y prendre. Alors Mr Husson, banquier à Toul, n’était pas encore devenu propriétaire du château, on n’avait pas commis le vandalisme de le badigeonner et de relever quelques murs pour lui donner un aspect moderne, de faire des gloriettes, des tours, etc. L’ancienne ville de Liverdun n’occupait autrefois que le plateau du coteau et n’avait que deux portes à peu près opposées, l’une au midi étant aujourd’hui devenu inutile par l’addition d’un faubourg descendant jusqu’au bas de la côte, l’autre au nord subsistent encore.

18Liverdun vient d’acquérir un nouveau mérite pittoresque par la construction des travaux d’art exécutés pour le canal de la Marne au Rhin : une écluse, un pont canal de treize arches sur la Moselle, un joli pont elliptique et un terrain de 380 mètres. Le passage du chemin de fer dans la vallée étroite et sinueuse de la Moselle autour du promontoire va nécessiter deux nouveaux ponts sur cette rivière et un sur le canal. Alors ce point réunira plusieurs genres et beautés pittoresques naturelles de situation, détails d’architecture avec travaux importants modernes.

19De mon album sur Liverdun, je n’ai extrait que les dessins ci- après :

203. Porte au bas du faubourg (extérieur).

214. La même (intérieur).

225. Tour la plus basse de l’ancien château au haut du faubourg avant qu’elle n’eût été soi-disant réparée par Mr. Husson.

236. Autre sur le chemin joignant le haut du faubourg à l’ancienne porte du sud.

247. Ancienne porte du sud ou du milieu, déjà détruite en grande partie en 1850 (prise en 1832). 8. Détails d’une maison particulière, en montant vers la place.

259. Place publique. Les eaux de toutes les toitures se réunissent dans une vaste citerne dont on voit l’ouverture à droite.

2610. Vue d’une espèce de petite cour, à droite de la rue, qui, longeant l’église joint la place publique à celle qui est devant l’église.

2711. Entrée de la maison de cure sur la place devant l’église où des arabesques grecques (style Renaissance) ornent une porte d’un style plus ancien (roman).

2812. Ancienne maison du commandant de la place. Un très bel escalier en pierre, avec des paliers de repos, descend jusqu’à moitié de la montagne ; il donne entrée à quelques chambres qui prennent jour à l’ouest.

2913. Porte du nord, prise de l’intérieur. Au-delà, on voit une chapelle devant laquelle la route se bifurque ; une tourne à droite et descend pour regagner la route de Pompey et de Nancy ; l’autre suit d’abord droit, ensuite tourne à gauche en suivant une longue rampe qui descend amont long de la Moselle et forme la route de Toul.

3014. La même porte vue de l’extérieur.

31En dessous est la sortie du souterrain, à une petite distance de la porte. La vue générale depuis ce point est l’une des plus belles.

Canton de Toul-Nord

Fontenoy-sur-Moselle

32Ce village est très ancien. La terre de Fontenoy acquise par un évêque de Toul en 995 fut érigée en comté en 1625 par Charles IV. Ce village se nommait Fontiniacum ou Fontenetum.

3315. Le vieux château dont j’ai dessiné les ruines en 1842 a été presque entièrement détruit en la présente année 1850 par l’établissement du chemin de fer.

Canton de Toul-Sud

La Rochotte

3416. La fontaine de la Rochotte, commune de Pierre-la-Treiche, en remontant la Moselle à 4 ou 5 kilomètres au-dessus de Toul, est surmontée d’un édifice qui faisait autrefois partie du monastère de Saint- Nicolas. La source est assez abondante pour faire rouler un moulin placé à une centaine de mètres au-dessous. (Déficit)

35Vis-à-vis Pierre était autrefois l’ermitage de Ste. Reine, bâti sur un rocher dans lequel sont creusées plusieurs grottes naturelles que l’on nomme les trous de Ste Reine. Une des plus importantes a été détruite par les carriers vers 1836.

Arrondissement de Nancy

Canton de Pont-à-Mousson

Prény

36Était autrefois un village très considérable, en vins surtout, mais une grande partie de son territoire ayant passé à celui de Pagny-sur-Moselle, c’est ce dernier qui est aujourd’hui en grande réputation pour ses vins. Prény, qu’on qualifiait autrefois du titre de ville, était chef-lieu d’une prévôté et d’un doyenné ecclésiastique. Son château, très fort à l’extrémité d’un plateau élevé, était un des boulevards de la Lorraine du côté de Metz. Il soutint deux sièges, l’un en 1286, l’autre en1440. À l’est et au midi, outre l’enceinte formée par les tours et les bâtiments, il y en avait une autre plus basse formée de gros murs joignant des tours rondes. L’ancienne grande tour carrée de l’enceinte intérieure se nomme encore mande guerre parce qu’elle renfermait, comme dans quelques autres châteaux lorrains, une grosse cloche du même nom qui appelait les guerriers et les vassaux lors des invasions des messins. Louis XIII fit démolir ce château en 1636 ; cependant ces ruines sont encore aujourd’hui des plus importantes du département. Le village placé au-dessous du château l’entoure au nord et à l’est.

3717. Vue prise du plateau entre le bois de Vandières et le vallon qui le sépare de Prény ; on voit le sommet des arbres du bois qui remonte du fond au plateau (face au midi).

3818. Vue de la face à l’est, depuis le fond de la vallée, où est le chemin de Vandières.

3919. Partie de la même prise de près, étant sur l’enceinte extérieure.

4020. Partie de la face au nord, avec la porte d’entrée et une tour de l’enceinte extérieure au-dessous le clocher de l’église, dans le lointain le village de Vittonville au-delà de la Moselle.

4121. Vue de la même porte prise de très près.

4222. Vue intérieure de la partie de la face à l’est du n° 19.

4323. Vue intérieure, en tournant le dos à la face, à l’est (vis-à-vis la précédente).

Port-sur-Seille

44En 1334, Allemand de Dommart, écuyer, reconnut tenir en fief d’Edouard comte de Bar, ce qu’il possédait à Port-sur-Seille, Morville-sur-Seille, Champey. C’est au château de Port-sur-Seille que fut signé le 29 avril 1440 un traité entre le roi de Sicile, duc de Lorraine et l’évêque Conrad Bayer. Le 14 août 1431, Philippe de Norroy, fait prisonnier, engagea le tiers de son château pour se procurer la rançon.

4524. Vue prise du pont de la Seille. De nouvelles constructions séparent les anciennes.

4625. Vue prise du côté opposé. Château moderne entre les ruines de l’ancien.

Mousson

47Le sommet de la côte était autrefois l’emplacement d’un camp romain qui fut ensuite occupé par les Frans. Il en est parlé dans les chartes de l’empereur Othon de 935 et 943. Sa forteresse fut assiégée en 1113 par Henri V. Elle fut détruite en 1636 par les ordres de Louis XIV (voir la notice de Mr Henry Lepage).

48Les dessins de Mousson sont difficiles à prendre. Du bas de la montagne, on ne distingue pas les détails ; à mi-côte où je m’étais placé, on ne peut donner l’idée de sa hauteur.

4926. Vue à l’ouest du côté de Pont-à-Mousson.

5027. Vue prise au nord-ouest.

5128. Autre au nord, où existait une des portes. Le village est renfermé dans l’enceinte extérieure. La chapelle contient un beau bénitier qui sert de baptistère.

Pont-à-Mousson

5229. Porte du trait (Trey) prise de l’extérieur en 1834 et presque entièrement détruite en 1850. Elle se trouve sur la partie de la ville située sur la rive droite de la Moselle et abrège le chemin des piétons qui arrivent à Pont-à-Mousson par la route de Metz.

Dieulouard

53Ce village remonte à une haute antiquité. Il faisait, à ce qu’il paraît, partie de Scarponne, situé vis-à-vis, dans une grande île que forme la Moselle et qui se trouvait sur la voie Romaine partant de Trèves et passant par Metz, Toul et Naix (Nasium) sur l’Ornain. De 997 à 1020, elle appartenait aux évêques de Verdun. L’ancien château de Dieulouard fut assiégé par les messins qui le prirent et le rasèrent ; un nouveau château fut construit en 1115, il fut pris de nouveau et détruit par l’évêque de Metz en 1122 et encore en 1483. En 1788, Dieulouard était une prévôté qui comprenait plusieurs villages. Des bénédictins irlandais vinrent y établir la fabrication de la bière.

5430. Vue prise dans les champs en sortant de Dieulouard, à gauche de la route allant à Metz ; à droite est l’amidonnerie construite en 1835.

5531. Vue prise dans le village même. Une source abondante sortant de dessous le château suffit au roulement d’un moulin et de l’amidonnerie.

5632. Vue de l’angle sud-ouest au- haut de la rue qui monte au château.

5733. Id. à l’ouest ou du côté opposé à la route. La porte d’entrée paraît plus moderne que le reste du château. La vierge qui la surmonte y a été placée plus récemment encore.

Nomeny

Canton de Nomeny

58Qui, suivant Dom Calmet, existait déjà en 1005 ne fut fortifié qu’en 1334. Son château passait pour un des plus beaux de la contrée ; il est aujourd’hui entouré de jardins clos de murs ; on ne peut s’en éloigner assez pour prendre des vues convenables ; cependant je regrette de m’être borné à une seule.

5934. Vue prise sur le chemin allant à Raucourt, ou vue de la face à l’est.

Abaucourt

6035. Au N. E de Nomeny, Abaucourt offre les ruines d’un ancien château qui fut détruit dans les guerres du xviie siècle. Les tours ont été réunies par des bâtiments plus modernes. C’est aujourd’hui une ferme.

Canton de Nancy

Custines

61Le château de Custines, autrefois Condé, appartenait originairement aux évêques de Metz, ayant été construit en 1260 par l’un d’eux sur la côte qui domine le village et à ce qu’il paraît avec les pierres arrachées autour dans ce qui forme des fossés. Il fut longtemps la propriété des ducs de Guise ; Mr Noël prétend que Marie Stuart y passa une partie de sa jeunesse, quand elle vint en France près de son oncle, l’un d’eux ; mais je n’ai trouvé aucune preuve de ce fait

6236. Vue prise au sud.

6337. Vue de côté du nord. Les arbrisseaux crus dans le fossé forment aujourd’hui un véritable bois qu’on exploite comme celui qui couvre le plateau où ce château est situé.

Pompey

6438. Le château de l’Avant-Garde au-dessus de Pompey dominait la seule route qui alla autrefois à Saint-Mihiel. C’était le chef d’une baronnie d’où dépendaient Marbache et les Saizerais. Il fut bâti par un comte de Bar, et tenait en échec le château de Condé, appartenant aux évêques de Metz et le château de Frouard appartenant aux Ducs de Lorraine. Les ruines qui couvrent le sol donnent une idée de son ancienne importance ; le bois qui a percru autour le cache presqu’entièrement ; on n’en voit plus au-dessus des arbres que ce que j’en ai dessiné, du côté opposé du chemin creux qui va à Saizerais.

Frouard

Essey-les-Nancy

Nancy

65On parle déjà du village de Frouard en 1156. Son château n’a été construit qu’en 1271, par le duc Ferry III. Ses ruines peu importantes, et où l’on voit encore l’entrée d’une cave ou d’une citerne, sont en partie marquées par les arbres qui les entourent excepté du côté du village et par le lierre qui couvre le sommet des murailles.

6639. Vue de Frouard, prise en bas du pont sur la Moselle. Le château n’est ici qu’accessoire. 40. Autre prise dans l’île en aval du moulin.

6741. Vue prise de près. Partie de la face au nord.

6842. Ce village remonte à une époque assez reculée, ainsi que le prouvent quelques fenêtres en ogive tréflée, que l’on y remarque encore. Il possédait deux châteaux ; celui du haut, dont on voit encore quelques vestiges près de l’église et celui du bas, écart du village, transformé en maison de ferme, que j’ai dessiné.

6943. Mrs Thorelle et Chatelain ont donné déjà de nombreux dessins de vues prises dans cette ville. Le premier, dans sa collection des portes, ayant donné, d’après mon croquis, la vue extérieure de la porte Notre-Dame, prise de la porte de la citadelle, je le joins à mes dessins d’après nature.

7044. Porte Notre-Dame, prise de côté, d’après un dessin de Mr Chatelain.

7145. Mr. Thorelle a donné deux dessins de la porte Saint-Jean, j’ai cru devoir en donner un 3e pour faire voir l’espèce de petite cour entre les deux voûtes ; elle est prise du dehors et de près.

7246. Porte Stanislas ou de Toul, prise du dehors, omise dans la collection de Mr. Thorelle. Le petit bâtiment en saillie sur la maison de Mr. Poirel a été donné par ses héritiers et abattue pour ouvrir la rue Mazagran.

7347. Restes de l’ancienne commanderie des templiers, dite de Saint-Jean, bâtie en 1349, prise au-delà du ponceau, sur le chemin allant à Villers. C’est aujourd’hui une maison de ferme.

7448. Croix placée à l’extrémité de l’étang St. Jean, au lieu où fut trouvé le corps de Charles le Téméraire en 1477. La croix du premier monument n’avait qu’un croisillon, elle est tombée en 1610 et a été remplacée par un autre qui a été lui-même renversé en 1793. C’est à l’aide d’une souscription qu’en 1822, on a pu rebâtir le monument actuel.

Villers-les-Nancy

7549. Ce fac-similé d’un ancien château est tout à fait moderne ; il a été construit en 1826 par Mr. Lefèvre de Montjoie, officier de cavalerie en retraite ; comme objet d’agrément sur le point culminant de sa propriété. Il y a ajouté des murs en terre, espèces de glacis modernes, pour pouvoir placer dans les embrasures, de petits canons qu’il possédait, disant : On peut supposer que lors de l’invention de la poudre, le maître du château a voulu ajouter ce nouveau moyen de défense aux anciens.

76J’ai cru devoir dessiner ce prétendu château parce que dans une cinquantaine d’années, on pourrait croire que c’est un château ancien dont l’histoire a omis de parler.

7750. Le même, vis-à-vis la porte d’entrée.

Lemontet (Vandœuvre)

7851. Je ne connais pas l’origine de cette construction qui paraît avoir été jadis une maison de campagne avec une chapelle ; c’est aujourd’hui une maison de ferme

7952. Quelques détails architectoniques de la cour intérieure indiquent que le Montet remonte à une époque assez reculée. (J’ai fait le clocher de la chapelle un peu trop élevé).

Canton de Saint-Nicolas

Fléville

Dombasle

Lenoncourt

80Le village de Fléville était déjà cité en 1298. Depuis, il a été le chef-lieu d’une seigneurie, ayant titre de marquisat. En 1444, son château soutint un siège. On n’en voit plus que la grosse tour carrée que son propriétaire actuel a fait réparer, y ajoutant des espèces de créneaux qui me semblent d’une forme différente de celle que devait avoir les anciens. Le nouveau château n’a été bâti qu’en 1533, il est du même style que le château d’Haroué. La cour plantée d’arbres qui est avant du château ne m’a pas permis de me reculer assez pour avoir une perspective convenable et de montrer le pont d’entrée, la belle cour entre deux ailes et le balcon qui règne tout autour.

8153. Vue prise par derrière, ou sur le jardin.

8254. Vue du derrière de l’aile gauche, avec un bâtiment ajouté et l’ancienne tour restaurée.

8355. Ce village, dont l’histoire de Lorraine parle déjà en 1094, possédait deux châteaux : celui de Florainville dont il ne reste aucun vestige et celui de La Mothe, bâti au xiie siècle, dont nous donnons un reste, pris en 1830, hors de la porte placée sur le chemin allant à Sommerviller. En 1850, une partie était déjà abattue.

8456. Le village de Lenoncourt, dont parlent des actes de 1251 a donné son nom à une des plus illustres familles de la Lorraine. Le château ancien paraît remonter au xie siècle (Voyez la Statistique de Mr. Lepage). Il n’en reste que quelques tours, entre deux desquelles a été rebâti le château moderne. Celle que nous donnons est isolée, dans le jardin au-devant du château ; elle a été restaurée et crénelée par Mr. de Marnésia, propriétaire actuel.

Canton de Vézelise

Etreval

85Le château du village d’Etreval, à une lieue en amont de Vézelise sur le Brénon, a été construit en 1512, par François de Tavagny ; il a été érigé en haute justice.

8657. Entrée du côté de Thorey. De là une avenue d’arbres entre deux jardins, conduit à la cour devant le château.

8758. Face principale du château. Je regrette de ne l’avoir pas prise, avant que des toitures en tuiles creuses aient été substituées aux anciennes toitures en ardoise qui versaient leurs eaux dans les chimères, ou animaux en pierre qui servaient de gouttières. Ce changement a ôté tout le caractère ancien de cet édifice.

8859. Vue de la face de droite prise du jardin. (Elle est un peu trop courte, et la tour de droite trop grosse.)

Vaudémont

89Le petit village de Vaudémont, reste de l’ancienne capitale du Saintois, tire son nom de la montagne demi-circulaire, où l’on voit Saxon au centre et Sion au nord-est et d’un temple dédié à Mercure (Voden). Les comtes de Vaudémont ont fait construire le château dans l’enceinte d’anciennes fortifications romaines. La ville du Moyen-Age fut commencée en 1073 par Gérard fils de Gérard d’Alsace.

90De cette ville, autrefois assez imposante située au S.O du croissant formé par la montagne, du château considérable qui la dominait, des murailles qui l’entouraient et dont on ne retrouve çà et là que des vestiges, sortant à peine du sol, il ne reste qu’un fragment de la tour de Brunehaut, aujourd’hui séparée de l’église par le cimetière. Le château a été démoli en 1637 par les ordres de Louis XIII.

9160. Vue d’une partie du village et de la tour. Prise au bord du chemin à mi-côte.

9261. Restes de la tour de Brunehaut.

Canton d’Haroué

Haroué

9362. L’ancien château d’Haroué ou de Craon, appartenant aujourd’hui au Prince de Beauvau, existait déjà au xiie siècle ; on en voit encore des restes dans les bâtiments convertis en écuries et en dépendances du château moderne. Celui-ci, construit par Boffrand est l’un des plus complets et des mieux entretenus du département. Il y a beaucoup de rapport avec celui de Fléville, par ses tours aux quatre angles, sa belle cour intérieure, son balcon régnant tout autour mais supporté ici par une colonnade. Un pont sur lequel sont deux groupes d’enfants sculptés sépare le château de l’avant-cour où sont toutes les dépendances du château, dans l’intérieur duquel on retrouve encore des bahuts, des lits carrés à quatre personnes, etc. En 1840, enlevant le plâtre dont on avait recouvert le fronton placé au fond de la cour, on a retrouvé les armoiries de la maison, supportées par deux génies et le nom de Guibal, mon aïeul, sculpteur du roi de Pologne, auteur de la statue de Louis XV et des deux fontaines en plomb qui ornent la place royale de Nancy.

Bainville-aux-Miroirs

94Le château de Bainville existait déjà en 1291 car il figure dans un acte de partage de cette année entre Henry et Jacques de Vaudémont.

9563. De la route de Nancy à Charmes, on ne voit que les vestiges représentés n° 63.

9664. En montant au sommet de la côte, on distingue les détails beaucoup mieux.

Arrondissement de Château-Salins

Canton de Delme

Viviers

97Le village de ce nom était le chef-lieu d’une baronnie qui appartint à la maison de Salm jusqu’en 1597, où elle entra dans la maison de Lorraine par le mariage de François, comte de Vaudémont avec Christine de Salm.

98Près du village était le château entouré de fossés pleins d’eau et aujourd’hui de marais. Il était défendu, dit-on, par 7 bastions, 6 autres défendaient les cours ; le duc François III (ou plutôt François II) l’habita ; Charles IV le reprit en 1635 sur les français qui s’en étaient emparés, ils le reprirent et le rasèrent en 1642.

9965. Vue d’une des tours à laquelle on a adossé la maison de ferme actuelle ; les deux ouvertures faites pour pénétrer dans la cour (qu’on voit à gauche dans le n° 66) sont modernes.

100Il paraît, d’après les chapiteaux de colonnes que l’on remarque dans les décombres hors de l’enceinte formée par les fossés, qu’il y avait là un vaste bâtiment peu ancien.

10166. Vue des trois tours qui restent en partie. Celle à droite était comme dans les châteaux de Prény et de Port-sur-Seille, celle où une cloche rappelait les vassaux dans l’intérieur.

Aulnois-sur-Seille

10267. Dès le xie siècle, l’ordre de Malte possédait à Aulnois des terres qui passèrent à l’abbaye de Longeville près de Metz en1393 ; elles revinrent en1726 à l’abbaye St. Léopold de Nancy et furent érigées en marquisat. L’ancien château construit partie en 1500, partie en 1596, a été en grande partie démoli. En 1726, Georges Des Armoises, marquis d’Aulnois, fit construire le nouveau château, qu’il adossa aux ruines de l’ancien en établissant une communication avec la grosse tour, haute de 20 mètres avec des murs d’une épaisseur extraordinaire. (Déficit)

Canton de Vic

Vic

103Remonte à la plus haute antiquité ; il a été occupé ainsi que Marsal, par les Romains ; mais le château n’a été construit qu’en 1212, par Bertrand le Saxon évêque de Metz.

10468. Vue de la porte d’entrée prise de la promenade, dont j’ai supprimé les arbres.

10569. Même vue, prise d’un autre point de la promenade en 1822. Il ne reste aujourd’hui que la porte d’entrée, le bâtiment à droite et la tour intérieure à gauche ayant été démolis.

10670. La vue de la tour prise de l’intérieur de la cour du château.

Moyenvic

10771. Vue du portail de l’église.

Arrondissement de Lunéville

Canton de Lunéville

Lunéville

108Qui a soutenu plusieurs sièges et dont les fortifications ont été rasées par ordre de Louis XIII, offre à la place de son ancien château, un palais magnifique commencé en 1702 par Boffrand sous le duc Léopold.

10972. Vue prise de la place de la cour. Les deux corps de logis en avant sont des casernes de cavalerie. La cour qui les renferme était séparée de la seconde qu’on nommait cour d’honneur, par une grille en fer, qui a été détruite en 1792, ainsi que le balcon qui régnait le long de l’arrière corps, pour en faire soi-disant des armes. L’aile gauche de la cour d’honneur a été incendiée le 1er janvier 1814, jour où les alliés ont passé le Rhin à Bâle pour entrer en France. Elle a été rétablie.

11073. Porte d’entrée à l’extrémité de l’aile gauche dont on vient de parler.

11174. Vue prise du côté du bosquet (promenade). L’aile à gauche et le bâtiment faisant retour jusques la salle de spectacle, ont été incendiés en février 1849.

11275. Vue prise au-delà du canal. Au bas de la terrasse est le rocher artificiel, où, le jour de la Pentecôte, une centaine de figures mécaniques, hautes d’un mètre, se mouvaient à l’aide de l’eau qu’une machine hydraulique élevait dans les combles du château où se trouvait un immense réservoir en plomb.

Canton de Bayon

Bayon

11376. Quoique Bayon ait possédé jadis un château, je crois que la tour que j’ai représentée n’en faisait pas partie ; elle dépendait des anciennes fortifications construites au xve siècle. Les ouvertures dont elle est percée sont modernes ; celles du haut éclairent un atelier.

Canton de Gerbéviller

Moyen

114Il est parlé du village de Moyen dans un diplôme de l’empereur Henry V de 1111. Il devint peu après la propriété des évêques de Metz ; ce n’est qu’en 1444 que Conrad Bayer de Boppart, l’un d’eux, commença la construction du château ; les bourgeois d’Epinal, qui dépendaient alors de l’évêché de Metz, et qu’on forçait à y venir travailler à la corvée, murmurant beaucoup, ainsi que les seigneurs des environs, Boppart nomma ce château Qui qu’en grogne pour dire je méprise ces clameurs et je l’achèverai quoiqu’on en grogne. En 1634, il fut assiégé par le Maréchal de la Force et se rendit au bout de six jours, faute d’eau. Les soldats lorrains, mal payés, mal nourris, désertèrent en grand nombre et s’emparèrent de ce château en 1636, de là ils exercèrent leurs déprédations dans tous les environs jusqu’en 1639, où ils furent assiégés par Du Hallier gouverneur de Nancy ; cent hommes seulement y étaient enfermés et se défendirent longtemps, quoiqu’on fit contre usage du canon alors inventé et dont on dit que l’on tira 4000 coups.

115Un ancien dessin de Cochin, reproduit par Mr. Beaulieu, donne une idée de l’importance de ce château, l’un des plus considérables de la Lorraine. Les ruines en étaient encore considérables quand j’en ai pris un 1er croquis en 1807.

11677. Vue prise en 1807 de la hauteur de la route, en venant de Gerbéviller au nord-ouest. 78. En 1818, d’un chemin aboutissant à la route de Rambervillers. S.

11779. Les trois autres sont de 1830. Vue prise du bas du village, au-delà du canal du moulin.

11880. Vue prise de l’angle NE et des deux faces N et E.

11981. Vue de partie de la face E avec la porte d’entrée de la première cour. Au fond l’on voit l’espèce de tribune d’où le gouverneur parlait à ses troupes, ou le seigneur à ses serfs. Cette cour donne entrée par une autre porte plus forte à une petite cour intérieure où se trouvaient les principaux bâtiments, et une citerne très profonde.

120Tous ces beaux restes ont été à peu près détruits de 1840 à1844.

Canton de Blâmont

Blâmont (Albus Mons)

121Dès 661 on parle de l’existence de Blâmont qui devint la capitale d’un comté assez important. On ignore en quelle année son château fut bâti ; il fut assiégé en 1587 par l’armée des Reîtres ou protestants d’Allemagne commandés par le duc de Bouillon, qui fut obligé de lever le siège. En 1636, un Klopstein défendit vaillamment ce château, contre le Duc de Saxe-Weimar qui finit par s’en emparer, fit pendre le gouverneur à la porte et passer la garnison au fil de l’épée. En 1638, Mr. de Feuquières le fit brûler.

12282. Vue prise de la basse-cour, derrière la maison moderne qui remplace le château.

12383. Vue prise du jardin du nouveau château. On voit la double enceinte de l’ancien.

12484. Vue prise dans un verger, dépendance de la propriété.

12585. Vue du côté NE est prise de l’extérieur de l’enceinte actuelle. La portion cultivée était l’ancien fossé. Le toit dont on a couvert la tour ronde est moderne.

12686. Ce village autrefois chef d’une baronnie existait déjà au xiie siècle ; en 1159, il appartenait à l’abbaye de Senones. C’est là que le duc René II, marchant au secours de sa capitale, rejoignit les Suisses, ses alliés. Il ne reste de son château, bâti en plaine, comme ceux de Viviers, de Niederstinzel et de Xouaxange, que deux tours.

Ogéviller

Canton de Baccarat

Baccarat et Deneuvre

127Ces deux communes n’en formaient qu’une autrefois et rien encore aujourd’hui n’indique bien leurs limites ; Deneuvre est sur la hauteur, Baccarat au bas. Il est réuni aujourd’hui par un pont à la verrerie qui forme une troisième commune située sur la rive droite de la Meurthe. À la fin du xive siècle Baccarat était fortifié ; il appartenait aux évêques de Metz qui en firent le chef-lieu de châtellenie d’où dépendaient 16 autres villages. Il eut à souffrir plusieurs guerres ; les Bourguignons et après eux les Calvinistes y portèrent le pillage et l’incendie. En 1665, Mr. de Bassompierre assiégea, prit et ruina le château que Louis XII fit raser entièrement, l’enceinte fut détruite. Il ne reste des anciens moyens de défenses qu’une tour construite par les comtes de Blamont.

12887. Vue générale, prise de la rive droite de la Meurthe, au-dessous de Baccarat.

12988. Vue de la tour prise de près, dans Baccarat.

13089. Vue de la porte St. Pierre, en sortant de Deneuvre pour aller à la chapelle. On y voit le buste de St. Pierre grossièrement sculpté. À peu de distance de cette porte est la Rochotte, maisonnette qui a été habitée par Valentin-Jamerey Duval, ce pâtre devenu bibliothécaire de François II dernier duc de Lorraine et l’accompagna en Toscane, dont il est devenu souverain sous le nom de François II et en Autriche, empereur, sous le nom de François Ier, après avoir épousé Marie-Thérèse.

131Vis-à-vis la Rochotte, sous deux grottes, dans le grès vosgien, l’une naturelle, l’autre où le travail de l’homme a ajouté à celui de la nature.

Pierre-Percée

132Se nommait autrefois Langstein (longue pierre). Il n’a changé de nom, qu’après qu’on eut percé le rocher à une grande profondeur pour faire un puits et obtenir de l’eau qui manquait aux habitants de l’enceinte du château construit sur toute la longueur de la roche en grés vosgien représenté n° 30. Le château bâti par les comtes de Salm a été assiégé en 1163 par Étienne de Bar, évêque de Metz, qui le prit après plus d’une année en construisant autour trois forts pour le battre en brèche.

13390. De cet important château, il ne reste que deux fragments de tour aux extrémités du rocher. Sous celle à gauche au pied du rocher on voit l’ouverture du puits.

13491. Vue de la même tour depuis la pointe du rocher, sur la route de Badonviller.

Arrondissements de Sarrebourg

Canton de Fénétrange

Niederstinzel

135Ce village à deux kilomètres au-dessous de Fénétrange sur la rive droite de la Sarre offre les ruines d’un château construit dans un pré et entouré d’un simple fossé, et aujourd’hui à peu près comblé. Ce château fut en 1365 au seigneur de Fénétrange ; il fut pris en 1387 par Folmar de Guérolzeck, qui lui donna son nom. Il ne faut pas confondre ce château avec celui de Gérolsec, plus important, qui se trouve dans le département du Bas-Rhin.

13692. Ce château ne paraissait pas avoir de portes au niveau du sol car les ouvertures qui descendent jusque-là, semblent plutôt des fenêtres dégradées que des portes. (Déficit)

13793. Vue prise du côté opposé. (Déficit)

Xouaxange

13894. Quand j’ai été prendre les ruines de ce château, il était temps, on le démolissait 15 jours après et n’en restait plus de vestiges. La chronique ne dit rien de cet ancien château, qui d’après l’étendue qu’occupaient ses ruines restées sur le terrain rendu successivement à l’agriculture, paraissait avoir dû être autrefois important. On m’a dit qu’autrefois il était entouré de fossés larges et profonds que l’on a comblés, et que ses murs étaient percés dans le haut de plusieurs petits créneaux circulaires.

139Je n’ai rien pu recueillir que l’histoire de ce château.

Canton de Lorquin

Turquestein

140On parle du village de Turquestein dans un acte passé en 1147 mais on ignore l’origine de son château placé au sommet d’une pente rapide. En 1568, il appartenait à Affrican d’Haussonville ; il a été brûlé par les Suédois en 1636. On ne voit plus aujourd’hui qu’un pan de mur mais dans le bois, à gauche, on retrouve des débris de tours et d’autres constructions qui prouvent que ce château et ses dépendances avaient une certaine étendue.

14195. Vue prise du bas, avec la nouvelle maison du garde forestier adossée au rocher.

14296. Vue prise au sommet près de la maison du garde.

Canton de Phalsbourg

Lutzelbourg

143On ignore l’origine de son château, placé au sommet de la petite montagne qui domine le village. Déjà en 1594, il était qualifié de château ruiné. Il en est fait mention dans la vie d’Etienne de Bar évêque de Metz mort en 1162. Mathieu duc de Lorraine le lui enleva ; après sa mort l’évêque se le fit rendre par l’intermédiaire de Frédéric Barberousse (Voyez la Statistique de Mr. Lepage). En 1850, le plateau où existent les ruines appartenait aux héritiers de Mr. Germain banquier à Nancy, auxquels il ne rapportait que 12 à 15 fr. par an pour loger de l’herbe ; ils viennent de le vendre, dit-on, moyennant 300 fr.

14497. Vue prise du pied d’une montagne du côté opposé de la vallée de la Zorn ; en 1844. En 1850, l’entrée du souterrain du chemin de fer qui passe sous le château se trouve à droite au bas du dessin.

14598. Vue prise du rocher qu’on voit à droite dans le dessin précédent. Le village est au bas à gauche.

Dabo

14699. Sortie du souterrain du côté de Saverne. L’axe (?) qui est en avant supporte une file de corps qui descendant au fond de la vallée, remonte à Phalsbourg pour alimenter ses fontaines.

147100. Dachsbourg (en allemand) est un village isolé au milieu des montagnes et des forêts ; le rocher sur lequel il est bâti sert de pavé à la place. À un kilomètre environ est la fameuse roche de Dabo, qui a été surmontée successivement par deux châteaux dont il ne reste absolument rien. C’est l’évêque de Nancy, Forbin Janson, qui a fait construire la petite chapelle qu’on y voit aujourd’hui. Voyez dans la Statistique de Mr Lepage l’intéressante notice de Dabo, qu’on peut appeler la Sibérie de la Lorraine, et sur l’histoire de ses châteaux, qui à différentes époques ont appelé les études des archéologues.

148Il me resterait encore bien des points à explorer pour achever mon travail : Lesse, Albestroff, Frolois, Germiny, Thésey-St. Martin, Mailly, Brin, Bioncourt et autres lieux où Mr. Lepage indique des ruines. Peut-être en ajouterai-je encore quelques-uns à ma collection, laissant aux dessinateurs qui me succèderont le soin de la compléter.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.