Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface

p. 7-8


Texte intégral

1On dit Nancy née de la Renaissance, lorsqu’après la ville de René II, Charles III y fit bâtir une ville neuve. On la connaît aussi pour les spectaculaires aménagements de Stanislas au xviiie siècle, qui conjuguent architecture, sculpture et ferronnerie d’art pour composer la plus belle place du monde ; puis pour le jaillissement de son École éponyme, parangon de l’art nouveau, qui en fit un berceau des arts décoratifs pour toute l’Europe au début du xxe siècle.

2Mais ce territoire nancéien et plus largement l’historique département de la Meurthe qui l’entoure sont beaucoup plus anciens, comme leur peuplement, et les ouvrages qui les ornent remontent au Moyen Âge.

3Nous devons à deux hommes d’érudition, à plus d’un siècle de distance, le plaisir de visiter les vestiges de ces monuments médiévaux, au fil des pages que vous avez la chance de tenir entre vos mains.

4Charles-François Guibal d’abord, savant magistrat, qui choisit les châteaux de la Meurthe pour en faire le portrait fidèle. Guibal était issu d’une famille d’artistes, depuis son grand-père le fameux sculpteur de la place de la Carrière et de Lunéville, jusqu’à sa cousine Lisinska Poirel, aquarelliste délicate et généreuse donatrice à la ville de Nancy. Il était entouré d’autres amateurs d’art et d’histoire auxquels on doit l’Université et notre cher Musée Lorrain, qui vit aujourd’hui une formidable renaissance, notamment Guerrier de Dumast, Morey, Soyer-Willemet… C’est à ce dernier qu’il confia ses travaux, parce qu’il dirigeait notre bibliothèque municipale et qu’il s’assurait ainsi qu’ils soient toujours accessibles au public : ils y sont encore.

5Son œuvre est plus diverse, qui comprend d’autres dessins et paysages dans nos bibliothèques. Mais ce recueil de cent dessins est particulièrement évocateur, car il est créé au croisement de trois mouvements : l’esprit encyclopédiste qui poussa les savants à recenser les trésors de leurs territoires ; l’émergence de la science historiographique qui les inclina à respecter rigoureusement les sources et les observations ; et, tout de même, le goût du jour pour l’esprit troubadour et les ruines romantiques, qui guida la main de Guibal pour ajouter des personnages et user des tons sépias.

6Gérard Giuliato ensuite, qui a l’heureuse idée en cette année 2020 de publier ce recueil pour le faire connaître du grand public. Il y a ajouté une étude de l’auteur et de son contexte historique et scientifique qui ne pouvait être mieux assurée que par ce professeur spécialiste de l’archéologie des châteaux lorrains. Juste après avoir fait paraître une savante édition des Annales historiques du Barrois de 1411 à 1431, à partir d’un manuscrit lui aussi conservé dans les Bibliothèques de Nancy, le professeur Giuliato nous fait donc encore le plaisir de mettre en lumière une pièce de nos collections. Il précise même les lacunes de trois planches dans la centaine promise, ce qui ouvre aux chercheurs et aux bibliothécaires de délicieuses perspectives d’enquêtes et de redécouvertes.

7C’est donc avec beaucoup de plaisir que je vous recommande la lecture de ce nouvel ouvrage. Pour quiconque aime l’archéologie, le Moyen-âge, Nancy et notre terre de Meurthe, il montrera toute la richesse du patrimoine graphique pour éclairer notre connaissance des monuments d’architecture, dans un état où bien souvent ils ne sont plus, et dans une représentation si gracieuse.

8Nancy, juillet 2019

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.