Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

11. La maison forte de Niederstinzel (Moselle)

p. 255-271


Texte intégral

Lorraine et Alsace, mille ans d’histoire, Actes du Colloque tenu les 9 et 10 novembre au Conseil régional de Lorraine, Annales de l’Est, n° spécial - 2006, p. 21-41

1Au contact de l’Alsace et de la Lorraine, la vallée de la Sarre offre un champ d’observation privilégié pour y mesurer le jeu des influences politiques et culturelles dans le domaine de l’habitat seigneurial au Moyen Âge. Cette thématique aurait pu conduire à se tourner vers quelques grands châteaux du massif vosgien mais nous avons préféré porter l’attention sur une forme de résidence aristocratique appelée maison forte et plus précisément sur un site original et mal connu.

2La maison de Géroldseck1 est située sur la commune de Niederstinzel, à 900 m au nord du village et à 2 km de Fénétrange, dans la petite vallée alluviale de la Sarre, rivière qui s’est enfoncée sur une surface miocène et qui se trouve au contact d’une zone de collines marneuses du Keuper et d’affleurements calcaires du Muschelkalk2. La faible pente naturelle a engendré de nombreux méandres qui limitent les inondations dans cette étroite vallée. À l’est, le plateau lorrain se prolonge par une région qualifiée dès le XVIIe siècle d’Alsace bossue ou « krummes Elsass », c’est-à-dire bosselée (Fig. 1).

3Les enquêtes menées en Lorraine3 et dans tout le nord-est4 montrent que la petite et moyenne noblesse médiévale résidait ordinairement dans des demeures dont la fonction était multiple. Affirmer son rang par rapport à la paysannerie et aux autres lignages nobles, imiter à moindre coût les résidences princières et protéger une famille et ses biens de l’insécurité du quotidien constituaient les principales raisons d’être de ces édifices qui se généralisèrent entre 1230 et 1350. Elles se rencontraient en bordure des villages ou à l’écart de ceux-ci, toujours en terrain plat, à proximité d’un cours d’eau et s’accompagnaient d’une exploitation agricole. Architecturalement, elles se divisent en deux catégories, les maisons tours et les maisons quadrangulaires à cour centrale.

4En se penchant sur la maison de Niederstinzel, il convenait de s’interroger sur ses origines historiques, de connaître ses occupants et leur mode de vie et de souligner les particularités architecturales de l’édifice.

1. Contexte historique

5Au Moyen Âge, la région relevait au spirituel du diocèse de Metz et se trouvait sous la domination des princes évêques de Metz. Elle se caractérisait par la présence de très grandes propriétés foncières appartenant à des abbayes richement dotées où le système de l’avouerie donna naissance, dès le XIe, siècle à une puissante aristocratie et à de fortes seigneuries laïques. Les comtes de Sarrewerden constituèrent leur principauté au détriment des biens de l’abbaye de Wissembourg. Leur premier château, bâti en bordure de la Sarre, perdit son rôle central au début du XIVe siècle au profit de celui de Bockenheim5, à côté duquel se développa une petite agglomération dont l’influence s’étendit sur l’Alsace bossue6. Les sires de Fénétrange, descendants de chevaliers originaires de Malberg7 près de Trèves, forgèrent à leur tour une seigneurie au détriment des biens de l’abbaye de Remiremont et en additionnant fiefs et alleux et droits de toutes sortes8.

6Les biens de l’abbaye de Marmoutier9 se trouvèrent sous l’autorité d’un lignage connu dès 1127, les sires de Géroldseck qui édifièrent le château du Grand Géroldseck sur un sommet perché à 481 m d’altitude au sud-ouest de Saverne. Les vestiges d’une vaste enceinte polygonale protégeant des corps de logis et une tour maîtresse (donjon) attestent l’occupation continue du XIIe siècle à la fin du XVe siècle. Plus au sud, sur un piton de 469 m d’altitude, se dresse le château du petit Géroldseck construit au XIVe siècle10. Cette dualité reflète un phénomène habituel dans la région qui conduit une branche cadette à ériger un nouveau château à côté du site principal à l’occasion de partages successoraux.

7Châteaux et avouerie étaient tenus en fief de l’évêque de Metz de qui relevait l’abbaye. Le lignage, divisé en de multiples branches a fait l’objet de nombreux travaux de généalogie11 qui confirment son dynamisme. Au milieu du XIIIe siècle, deux branches se distinguent puis quatre à la fin du siècle. L’une, issue de Burkhard III, est représentée à partir de 1346 par Johan qui prit le surnom de Stentzler dès 1355. Ce sobriquet, qu’il fut le seul à porter, a suscité de nombreuses interrogations (Fig. 2). Viendrait-il du toponyme « Stenzele » qui se retrouve dans deux noms de villages, Oberstinzel et Niederstinzel ?

8Il est mentionné pour la première fois dans une charte du pape Léon IX datée de 1050 confirmant à l’abbaye de Hesse12 la possession de l’église de Stinzel13 avec la maison curiale et tous les revenus. Le nom est forgé sur le mot germanique stein (pierre) et d’un mot germanisé zelle qui dérive du latin cella14. Ce dernier terme a une signification générique et désigne soit un édifice religieux (prieuré, ermitage), soit le centre de gestion d’un domaine éloigné du monastère où quelques religieux étaient envoyés pour percevoir les revenus en argent et en nature15. Une charte de 1289 confirme le patronage de l’abbaye « aput Stenzele »16. Dans les deux cas, il s’agit de Oberstinzel situé à 16 km au sud. Ce terroir était en grande partie entre les mains des comtes de la Petite-Pierre (Lützelstein) comme l’atteste un document de 131117. Une série de textes échelonnés entre 1380 et 1485 confirme que cette terre était tenue en fief de l’évêque de Metz avec les villages de Kerprich-aux-Bois, Réding, Gondrexange, Sarraltroff, Gosselming et quatre autres non identifiés18. Ce n’est donc pas avant l’Époque moderne qu’on ajouta le préfixe ober à ce toponyme pour indiquer sa position en amont. Les comtes édifièrent une maison forte appelée Sarreck19 en bordure de la rivière, à 950 m au sud-est du village, qui fut détruite par les sarrebourgeois en 1381 puis reconstruite. Les vestiges actuels ont une chronologie qui s’échelonne entre le XVIe et le XXe siècle20.

9Niederstinzel, plus en aval, est mentionné en 1310 et les Géroldseck y étaient déjà présents21. Johann von Géroldseck dit Stentzler est cité dans une source de seconde main pour l’année 135522. Quand il mourut sans enfant en 1364, sa succession provoqua un affrontement. L’évêque de Metz, Jean de Vienne, prétendit que Stinzel était un fief épiscopal et en donna une moitié à Thiébaud de Blâmont et l’autre aux sires de Ribeaupierre avec les droits « in castro dicto Stinzel »23. Cette initiative relevait du coup de force puisque ces biens étaient de caractère allodial. Le décès de l’évêque en 1365 permit de clore le différend qui conduit à se pencher sur les origines de l’édifice. Celui-ci pourrait avoir été construit vers 1350 dans un contexte politique particulier. Brocard de Fénétrange devint un des chefs de l’armée ducale lorraine en 1351 puis administrateur du duché en 135324, ce qui le conduisit à diriger les hostilités contre l’évêque de Metz qui cherchait à s’opposer à la construction de la forteresse de Château-Salins.

10Dans ces circonstances, ne pourrait-on pas imaginer que l’évêque encouragea ou autorisa le sire de Géroldseck à construire sur un domaine privé une fortification qui, même modeste, pouvait gêner le sire de Fénétrange son voisin ?

11Le nouvel évêque, Thierry Bayer, laissa la petite seigneurie passer naturellement aux héritiers légitimes de Johann. Aussitôt, quatre ayant-droits cédèrent leur part pour 1800 florins à Broquart de Fénérange-Schoeneck. Le texte mentionne « die burg Stensel, die do was ettewenne der herren von Geroltzecke am Wasichen… »25 . Folmar de Géroldseck, membre d’une branche collatérale hérita d’une autre part. Ainsi, s’instaura le système de coseigneurie qui entraîna la signature d’accords garantissant la bonne entente. En 1366, Broquart conclut une première paix castrale avec les frères Hugues, Simon et Frédéric de Géroldseck26. La disparition de Frédéric conduisit peu après à un nouvel accord qui apporte de précieuses informations sur le plan de l’édifice27.

12En 1381, Folmar passa un accord avec l’évêque en vertu duquel la moitié de tous ses biens ferait retour à l’évêque et l’autre moitié à sa mère et à ses sœurs s’il venait à mourir sans enfant mâle.

13En 1387, l’évêque de Metz et comte de Bar en conflit avec Folmar de Géroldseck s’emparèrent de la maison forte et y commirent des dégats28. Quand Folmar décéda, l’accord fut appliqué. C’est ainsi qu’en 1391, une partie de Niederstinzel resta à sa mère Walpurge, à sa sœur, Adélaïde, mariée à Érard de Wangen et à son autre sœur, Cunégonde, mariée à Rodolphe d’Ochsenstein dont les descendants gardèrent les droits (Fig. 2). En 1394, ces coseigneurs cédèrent la moitié de leur moitié sur divers biens dont Steinsal au comte Ruprecht du Palatinat et conclurent avec lui une autre paix castrale29 afin de bénéficier de la protection de ce prince. Son descendant, le prince Ludwig signa une autre paix avec les Ochenstein en 1412 qui lui permit d’utiliser Stinzel et les autres châteaux contre ses adversaires.

14En 1436, le nombre des coseigneurs était considérable et ils se regroupaient en deux branches. La branche de Géroldseck regroupait les Ochsenstein, les Hohengéroldseck, les Wangen, les Nassau-Sarrebruck, les Rathsamhausen tandis que la branche de Fénétrange comprenait les Fénétrange, les Eberstein, les Bayer de Boppart. Ensemble, ils élaborèrent une nouvelle paix castrale qui resta longtemps en usage30. La gestion du domaine était confiée à un prévôt Vogt comme Hans Mutzenheim cité en 143931 et quelques fragments de la comptabilité seigneuriale sont parvenus jusqu’à nous32. On trouve encore des ventes de droits en 1495 et 1497 et le site continua à être occupé au XVIIe siècle33.

2. Le vocabulaire

15Si on se penche sur le vocabulaire utilisé, on relève une fois le terme « castrum »34, une fois « Feste »35 et surtout « Burg » et « Schloss ». Cela confirme l’absence de formule équivalente à celle de maison forte comme l’avaient signalé J. Burnouf et B. Metz36 pour l’Alsace. Le texte de 1365 énumère les éléments qui composent la demeure fortifiée et son environnement. Parmi les parties communes, on trouve les terres, le chemin d’accès, le pont, la porte extérieure, la porte du milieu, la porte, la porte intérieure tandis que les parties divisées sont la maison intérieure, la salle, le cabinet, l’étable et les fossés. On peut en déduire approximativement la structure de l’ensemble.

3. Étude archéologique

16L’édifice se trouve à 800 m à l’est du village et à 50 m du cours de la Sarre. Les photographies aériennes permettent de faire apparaître la présence de défenses circulaires en périphérie, soulignées par des indices phytologiques (Fig. 3 a et b).

17Le plan topographique permet de rectifier les affirmations antérieures qui voulaient y voir une motte (Fig. 4). Il s’agit en fait de tout autre chose.

3.1. La plate-forme

18Au centre du site nous trouvons une plate-forme de 30 m sur 40 m dont l’altitude varie entre 227,50 m et 227,75 m alors que la plaine alluviale se situe à 227 m. Cet espace de 1200 m2 est entouré par un fossé large de 20 m pour une altitude de 226,50 m. Une levée de terre de 10 m de largeur domine le fossé de 1,50 m. Lui succède un second fossé large de 4 à 5 m puis une nouvelle levée de terre. L’ensemble de ces éléments en terre sont encore bien visibles à l’est et au sud mais ont été nivelés ailleurs. Ce type de vestiges appartient à la catégorie des simples tertres fossoyés habituels dans l’habitat seigneurial rural.

3.2. L’enceinte

19Une enceinte quadrangulaire de 27 m de côté occupe une grande partie de la plate-forme. Les murs épais de 2 m ont encore une hauteur variant de 9,25 m à 13,50 m selon les endroits. Les fenêtres du rez-de-chaussée ont été saccagées et n’offrent plus que des ouvertures béantes (Fig. 5 a et b). Les ébrasements sont mieux conservés avec leurs voûtes en anse de panier composées de pierres plates mises de chant et bloquées au mortier (Fig. 6a) ainsi que les rares ouvertures du premier étage. La construction présente quatre angles arrondis. Elle est construite en moellons calcaires liés au mortier de chaux et primitivement recouverts d’un crépi.

20La courtine sud-est prend appui sur une tour demi-circulaire de 9 m de diamètre hors oeuvre faisant saillie de 6 m (Fig. 6b). Accessible seulement par le premier étage, elle protège l’entrée dont les piédroits et l’arc brisé sont encore visibles.

3.3. L’entrée

21Une barbacane défend l’accès de cette porte et se compose de plusieurs parties (Fig. 4). Devant la porte se trouve un sas rectangulaire de 6 m sur 2 m qui communique avec un espace de 8 sur 8 m où apparaissent les logements des poutres du pont. La pièce communique avec une autre pièce de plan trapézoïdal, située à l’est, devant la tour et qui peut correspondre au logement du portier. Ces défenses mises au jour par les fouilles de 1985 se prolongeaient peut-être par d’autres constructions adossées à l’enceinte.

3.4. L’intérieur

22L’intérieur de l’édifice n’a fait l’objet d’aucune fouille organisée mais n’a pas échappé aux actions prédatrices qui ont fait apparaître les murs d’un édifice de 8 m de côté dans l’angle nord-est. Faut-il y voir l’emplacement de la maison citée dans le texte de 1365 ? Il n’est pas possible de localiser les autres éléments comme la salle, le cabinet et l’étable. On doit également s’interroger sur l’existence d’une toiture unique ou de toitures distinctes pour chaque élément.

23Le plan de l’édifice est peu courant et n’existe pas en Champagne, en Lorraine37 ou en Bourgogne38. Il faut se tourner vers les Pays-Bas pour trouver des éléments comparables comme Warmond, Stein, Vianen, Haamstede ou Steenhuizen39 mais on peut y voir aussi plus vraisemblablement l’influence de constructions alsaciennes comme le petit château du Schrankenfels construit au XIIIe siècle40 ou le Hohlandsberg41.

4. La vie matérielle

24Les fouilles menées en 1984 et 1985 par une association de bénévoles dirigés par M. Manfred Schmitt se sont limitées à la barbacane et à des sondages extérieurs. L’abondant mobilier mis au jour donna lieu à un inventaire sommaire déposé dans un local municipal avant d’être partagé entre le Musée de Sarre-Union et le représentant de l’association résidant à Fénétrange tandis que les comptes rendus de fouille sont conservés par le département de la Moselle. C’est à partir de ces documents, souvent lacunaires, que nous pouvons tenter d’évoquer les caractères de la vie quotidienne des habitants de cette maison seigneuriale.

25La céramique culinaire se caractérise par une pâte grise obtenue par cuisson réductrice comme cela est fréquent dans le domaine alsacien42. Les récipients à formes ouvertes sont des jattes, des pots à conserve et de stockage ainsi que des pichets et des gobelets (Fig. 7). Les formes fermées correspondent à des cruches, à des pots à cuire et des marmites avec couvercles et à des bouteilles (Fig. 8). Notons aussi la présence de tasses et gobelets en grès fabriqués en Rhénanie43.

26Les céramiques liées au confort sont représentées par un bougeoir et une lampe à huile auxquels on peut ajouter un carreau de pavement décoré d’un lion rampant, emblème héraldique de la famille de Géroldseck (Fig. 8). Le chauffage était assuré par un poêle dont on a retrouvé de nombreux éléments : trois tessons de pots-gobelets tronconiques à ouverture cylindrique, une centaine de fragments de pots à ouverture quadrangulaire, des carreaux plats et des pots obturés avec base ouverte. Ce matériel illustre les transformations intervenues sur ce type de fourneau entre le XIVe et le XVe siècle44 et correspond à celui trouvé dans de nombreux sites alsaciens.

27Le mobilier métallique, représenté par près de 200 objets, se rapporte à des activités diverses. Les activités militaires sont particulièrement bien représentées avec 70 fers de trait provenant de pointes de flèches à tête foliacée et de douilles coniques longues de 40 à 70 mm pour un poids moyen de 20 g., qu’il ne faut pas confondre avec les carreaux d’arbalètes de forme tétraédrique longues de 60 à 70 mm (Fig. 9). La petite artillerie est représentée par un fragment de couleuvrine et deux boulets en fonte de 18 mm de diamètre. Un élément de haubert, sept fers à cheval, des fragments de mors, de boucles d’harnachement et un éperon à molette soulignent la présence de chevaliers.

28De nombreuses lames de couteau et une grande fourchette pour piquer les viandes rôties (Fig. 9) renseignent sur les activités culinaires tandis que des agrafes, des boucles de ceinture et des aiguilles apportent des informations sur le vêtement.

29La maison disposait d’un outillage lié aux activités agricoles comme le grand crochet (Fig. 9) ou les hameçons mais aussi aux activités artisanales comme l’herminette (Fig. 10). À cela s’ajoute des objets liés à la construction comme les clous et les gonds ou des objets provenant de meubles comme les crochets, les anneaux et des bougeoirs.

Conclusion

30Notre connaissance de la maison forte repose sur une documentation écrite limitée, sur un mobilier restreint et sur des observations archéologiques qui concourent à proposer une datation et une occupation comprises entre le milieu du XIVe siècle et la fin du XVe siècle. Sur le plan politique, elle échappait à toute vassalité et constituait un bien privé (un alleu) possédé par plusieurs coseigneurs selon une pratique habituelle au domaine germanique. Au niveau de la culture matérielle, elle se rattache totalement à ce domaine et plus particulièrement à l’Alsace comme toute la région de la Sarre moyenne.

31L’enquête mériterait d’être prolongée par une fouille archéologique qui permettrait de connaître la disposition des corps de logis à l’intérieur de l’enceinte et de préciser les structures défensives extérieures. Par ailleurs, des stratigraphies précises éclaireraient les étapes de l’occupation et compléteraient le corpus des objets de la vie quotidienne dans cette région de contact entre la Lorraine et l’Alsace.

Image 10000000000004120000059EC26CB88C7CB6C944.jpg

Fig. 1 : Carte de situation de Niederstinzel

Image 100000000000040B0000059ECF19D812BB675D35.jpg

Fig. 2 : Généalogie simplifiée des sires de Géroldseck

Image 100000000000041E000005AA589738325CE9C3CC.jpg

Fig. 3 : Niederstinzel, vues aériennes (1985)

Image 10000000000004070000059C7CA399FDB42FFFBF.jpg

Fig. 4. : Niederstinzel, maison forte de Géroldseck, XVe siècle

(Plan réalisé en 1997, par G. Giuliato et Cl. Voignier)

Image 1000000000000424000005A70FDB75D67DC719E4.jpg

Fig. 5 : Niederstinzel, maison forte vue de l’ouest et vue du nord (1996)

Image 10000000000007FC00000B0E4994780FE3B78D55.jpg

Fig. 6 : Niederstinzel, maison forte vue du coté sud et fenêtre du rez-de-chaussée, côté nord (1996)

Image 100000000000040F000005A0385428DD230D1D7A.jpg

Fig. 7 : Céramique culinaire, formes ouvertes

(Dessins Xavier Simer)

Image 10000000000004080000059CB7F3CD78BDCB22CB.jpg

Fig. 8 : Céramique culinaire et utilitaire

(Dessins Xavier Simer)

Image 100000000000040C00000595819F53D6272DCBF6.jpg

Fig. 9 : Mobilier métallique

(Dessins Xavier Simer)

Image 1000000000000410000005A168B763DBF15D6D35.jpg

Fig. 10 : Mobilier métallique

(Xavier Simer)

Notes de bas de page

1  Carte IGN 1/25 000, Albestroff 3614 ouest, coordonnées Lambert I : 945,10 x 1140,300.

2  René Frécaut (s.d.), Géographie de la Lorraine, Nancy, 1983, p. 551-552 ; Jacques Hilli et Bernard Haguenauer, Guides géologique régionaux : Lorraine, Champagne, Paris, 1979 ; Annette Lexa-Chomard et Christian Pautrot, Géologie et Géographie de la Lorraine, Metz, 2006, p. 92-95.

3  Gérard Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, 1992 ; Gérard Giuliato, « Les maisons fortes de Lorraine à la fin du Moyen Âge », La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Ecole Française de Rome, Rome, 2000, p. 231-259.

4  Michel Bur (s.d.), La maison forte au Moyen Âge, Paris, 1986 ; Hervé Mouillebouche, Les maisons fortes en Bourgogne du nord du XIIIe au XVIe siècle, Dijon, 2002.

5  Bouquenom devenu Sarre-Union (Bas-Rhin).

6  Walter Hermann, Geschichte der Grafschaft Saarwerden bis zum Jahre 1527, II, Sarrebruck, 1957.

7  Michel Parisse, Noblesse et chevalerie en Lorraine médiévale, Nancy, 1982, p. 155-158.

8  Victor Chatelain, « Ein Vassallenverzeichnis der Herren von Finstingen aus der Mitte des XIII. Jahrhunderts », Jahrbuch der Gesellschaft für lothringische Geschichte und Altertumskunde, VII-2, 1895, p. 1-68.
Victor Châtelain, « Histoire du comté de Créhange »,
Jahrbuch der Gesellschaft für lothringische Geschichte und Altertumskunde, III, 1891, p. 175-231.

9  Bas-Rhin, Saverne.

10  Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux de l’Alsace médiévale, Strasbourg, 1978.

11  Ernest Lehr, Les dynastes de Géroldseck-ès-Vosges, Strasbourg, 1870 ; D. Schwennicke, Europäische Stammtafeln Neue Folge, 11, 1986, pl. 76 ; Bernhard Metz, Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, fasc. 13, 1989, p. 1168-1169.

12  Moselle, et c. de Sarrebourg. Abbaye bénédictine de femmes fondée au début du XIe siècle.

13  Dom Augustin Calmet, Histoire de Lorraine, 2e édit, 1748, II, Preuves, CCLXXXVIII. « Ecclesia tota de Stein-silide, cum conductu et omni integritate ».

14  Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, I, Genève, 1990, n° 11665, p. 692.

15  André Vauchez (s.d.), Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, Paris, 1997, p. 286.

16  AD Meurthe-et-Moselle, B 742 n° 68, 1, rotule 38.

17  BnF Coll. Lorraine 90 bis n° 23. Le comte constitue le douaire de son épouse avec la terre de Sarraltroff, Air-ledinga (Hellering) et « cum tribus creveis que iacent in banno et finagio de Stenzille »

18  Reprise en fief de 1380 (Paul Marichal, Cartulaire de l’évêché de Metz, II, 1908, p. 153), 1391 (Ibid., p. 155), 1416 (Ibid., p. 164), 1432 (Ibid., p. 170), 1456 (Ibid., p. 173), 1481 (informations fournies par Bernhard Metz citant RUB V 355 n° 507), 1485 (Ibid., n° 772). Je remercie vivement Bernhard Metz pour les précieuses informations fournies à propos des archives alsaciennes et allemandes.

19  Carte IGN 1/25 000, Sarre-Union /Phalsbourg 3614 ET.

20  Jacques Choux (s.d.), Dictionnaire des châteaux de France, Lorraine, Paris, 1979, p. 180.

21  Hessisches Staatsarchiv Darmstadt 21A 11/IV/2. Un sire de Géroldseck engage un bien à Steinsel à un charron de Fénétrange.

22  Ernest Lehr, « Les dynastes de Géroldseck-ès-Vosges », Bulletin de la société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace, 7, 1870, p. 50-51.

23  Rappoltsteinisches Urkundenbuch (759-1500), II, 8-9 n° 1, AD Haut-Rhin, E 814.

24  Georges Poull, La Maison ducale de Lorraine, Nancy, 1991, p. 113-114.

25  BnF Coll. Lorraine, 80 f°17-18. AD Meurthe-et-Moselle, B 689 n° 52.

26  AD Meurthe-et-Moselle, B 689 n° 53.

27  Hessisches Staatsarchiv Darmstadt 21A 8/4 f° 24 r°.

28  AD Meurthe-et-Moselle, B522 n° 240.

29  AD Bas-Rhin, 36 J 3/446.

30  Louis Benoît, « Elisabeth de Lorraine et le burgfried de Niederstinzel », Mémoires de la société d’archéologie lorraine, 1867, p. 137-167.

31  Walter Hermann, Geschichte der Grafschaft Saarwerden bis zum Jahre 1527, 1957, p. 995.

32  AD Bas-Rhin, E 2835 : Comptabilité relative à la part des Ochsenstein en 1457-1458 ; AD Bas-Rhin, 23 J 25 f° 25 r° n° 134 : comptes des Wangen pour 1482-1487.

33  Heinrich Schlosser, Johann-Michael Moscherosch, « Die Burg Géroldseck im Wasgau », Bulletin de la société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace, 16, 1893, p. 10-83.

34  AD Haut-Rhin, E 814, « … in castro dicto Stensel… ».

35  Hessisches Staatsarchiv Darmstadt, 21A 8/4 f° 24 r°.

36  Joëlle Burnouf et Bernhard Metz, Sic et non. « Archéologie et histoire de la maison forte alsacienne : points de vue contradictoires à partir de l’exemple de Mittelhausen », Michel Bur (s.d.), La maison forte au Moyen Âge, Paris, 1986, p. 153-162.

37  Gérard Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, 1992.

38  Hervé Mouillebouche, Les maisons fortes en Bourgogne du nord du XIIIe au XVIe siècle, Dijon, 2002.

39  Catharinus Hoek, « La maison forte aux Pays-Bas », dans Michel Bur (s.d.), La maison forte au Moyen Âge, Paris, 1986, p. 113-136.

40  Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux de l’Alsace médiévale, Strasbourg, 1975, p. 290. Le site se trouve sur la commune de Soultzbach-les-Bains, canton de Munster, Haut-Rhin.

41  Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux de l’Alsace médiévale, Strasbourg, 1975, p. 187.

42  Yves Henigfeld, La céramique à Strasbourg de la fin du Xe au début du XVIIe siècle, Caen, 2005.

43  Peter Seewaldt, Rheinisches Steinzeug, Bestandskatalog des Rheinischen Landesmuseums Trier, Trèves, 1990.

44  Guillaume Huot-Marchand, La céramique de poêle en Lorraine au Moyen Âge et au début de l’Époque moderne, Haroué, 2006.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.