Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

9. La maison forte en Lorraine centrale au Moyen Âge

p. 197-214


Texte intégral

Michel Bur (s.d.), La maison forte au Moyen Âge, Actes du colloque de Pont-à-Mousson, 1984, Éditions du CNRS, Paris, 1986, p. 163-173

1Les observations présentées dans cette communication sont le résultat d’une enquête menée dans 181 communes (2 100 km2) situées au cœur de la Lorraine1, entre les vallées de la Moselle et de la Seille (Fig. 1).

2Les conditions géologiques font apparaître trois zones caractéristiques. Au sud, on rencontre un large affleurement de marnes triasiques (Keuper) riches en sel gemme autour de Saint-Nicolas-de-Port et de Château-Salins, mais lourdes à travailler. Des dépôts d’alluvions siliceuses recouvrent ces marnes dans le Lunévillois et y donnent des sols répulsifs voués à la forêt. L’altitude moyenne est de 300 m. Au centre, des marnes et des calcaires du Lias tapissés de limons offrent des sols fertiles dans le Vermois et à l’est de Nancy (altitude moyenne : 240 m). À l’ouest, des lambeaux de calcaire jurassique font apparaître des plateaux et des buttes témoins appartenant à la côte de Moselle (altitude moyenne : 350 m à 380 m).

3Un réseau hydrographique, très fourni, oriente les communications nord-sud. Les sites faciles à défendre et à fortifier sont légion. Les matériaux de construction abondent et la variété des terroirs rend possible une polyculture de subsistance. Cette variété morphologique et pédologique facilite la constitution de petites unités naturelles, de petits « pays » bien individualisés comme le Vermois, le Lunévillois, le Grand Couronné, le Val des Faulx et la vallée de Seille.

4La mise en valeur, importante à l’époque gallo-romaine, fut systématisée durant le haut Moyen Âge, comme le soulignent la toponymie, les textes et le réseau des paroisses anciennes.

5Les diocèses de Toul et de Metz se partageaient la région. Dès la seconde moitié du Xe siècle, les pagi correspondants (Scarponois, Saulnois et Chaumontois) éclatèrent au profit de principautés ecclésiastiques (temporels des évêques de Metz et de Verdun) et de principautés laïques (comté de Bar duché de Lorraine).

6Cette région reflète assez bien les traits de la Lorraine au Moyen Âge. On peut penser que les observations qui y ont été faites sont susceptibles d’être étendues à l’ensemble de la province. Les recherches en cours permettront de confirmer ou non cette hypothèse2.

7Pour terminer cette introduction générale, quelques remarques concernant la méthode de travail s’imposent. L’enquête a été menée en utilisant toutes les sources documentaires disponibles : textes forts nombreux, cartes anciennes, cadastres, relevés topographiques, relevés architecturaux et photographies. Elle a progressé selon la méthode de la tache d’huile, ce qui exclut l’échantillonnage. Elle couvre un champ chronologique allant du début du XIIe siècle au début du XVIe siècle et s’efforce de recenser la totalité des habitats seigneuriaux fortifiés ayant existé.

8L’enquête fait apparaître trois formes d’habitat seigneurial : le château, la maison seigneuriale et la maison forte. Il est nécessaire d’évoquer succinctement les deux premières avant d’analyser en détail la troisième.

9Les châteaux, au nombre de treize, sont toujours appelés « castrum », « chastel », puis « chasteau ». Ce sont des constructions et des résidences princières dont la garde est assurée par un préposé appelé d’abord avoué aux XIe et XIIe siècles, puis châtelain, qui commande à des chevaliers domestiques, puis à des vassaux, enfin à des soudoyers après 1340. Il recrute aussi un portier et des guetteurs parmi les villageois. Le château étend son autorité sur un territoire de superficie variable, allant de 4 à 50 villages, qui constituent la « châtellenie » dont l’administration est confiée, à partie du XIIIe siècle, à un prévôt-receveur aidé d’un clerc-juré.

10Aux XIe et XIIe siècles, le château à motte et à basse-cour triomphe. À partir de 1250-1260, il est remplacé par le château quadrangulaire flanqué de tours circulaires. Les sites occupés sont variés : butte témoin, fond de vallée, rebord de plateau. Autour de ces châteaux surgissent des fondations religieuses nouvelles : chapelles, prieurés et commanderies. Le château donne naissance à un bourg (Nancy) ou remodèle le hameau préexistant (Amance, Mousson).

11Les textes et l’enquête sur le terrain révèlent l’existence d’une autre forme d’habitat aristocratique : les maisons seigneuriales. Les unes se trouvent dans l’enceinte de certains châteaux (Mousson) ou dans le bourg castral (Toulon) où elles servent à loger les chevaliers pendant leur période de garde qui peut durer plusieurs mois. Les autres se rencontrent dans la campagne ou dans les villages. Une dizaine a pu être identifiée et elles sont encore aujourd’hui des centres d’exploitations agricoles. Leur rôle dans la mise en valeur et le défrichement des terroirs périphériques ne fait pas de doute. Aucune ne présente d’élément de fortification ce qui conduit à les ranger dans la catégorie des « maisons plates ».

12On peut se demander dans quelle mesure la maison forte n’a pas succédé sur le même site à une maison seigneuriale ordinaire. Quelques exemples pourraient illustrer une pareille évolution.

13À Bezaumont3, une de ces « granges », connue dès 1244, reçoit, avant 13284, un logis fortifié. Même phénomène à Deuxville-Saint-Epvre5, en 13606, à Abaucourt-sur-Seille7 et à Clémery8.

14Dans les autres cas, on ne peut pas certifier qu’une maison simple ait précédé la maison forte dont nous allons à présent analyser les caractéristiques.

15Les textes médiévaux l’appellent « forte maison », « maison », « tour » et « forteresse ». Par contre, les cadastres préfèrent le toponyme de « château » précédé d’un qualificatif (le Vieux, l’Ancien, le Bas, le Haut) ou suivi du nom du maître des lieux (« Château-Brun, Château-Bazin, Château de Ludres, Château des Armoises, Maison des Lombards »). Sur 49 cas, on ne relève que trois fois le toponyme « La Cour », une fois « Le Châtelet » et une fois « La Forte-Maison ».

1. L’environnement

  • 62 % des maisons fortes se trouvent dans un vallon ou une vallée, en bordure d’un petit cours d’eau ou d’une source ; 29 % préfèrent les flancs de coteaux.

  • 72 % des sites ont une altitude inférieure à 250 m.

  • 95 % sont installés sur des sols marneux et le reste sur des alluvions récentes fertiles. La maison forte est intimement liée à la présence d’eau courante et de sols fertiles. On ne rencontre aucune fondation sur les plateaux calcaires, ni sur les dépôts siliceux. La maison forte entretient certains rapports avec l’habitat rural.

  • 68 % des maisons fortes se trouvent à moins de 200 m de l’église paroissiale ; 19 % se rencontrent entre 200 et 300 m de celle-ci.

  • 76 % sont établies en bordure de village ; 24 % forment des écarts éloignés qui étaient parfois entourés d’un hameau à présent déserté, comme à Athienville9 et Villers-les-Prud’hommes10. Il n’y a pas d’exemple de maison forte au milieu du village, même dans les villages-tas qui dominent ici.

2. Les dépendances

16La maison forte est toujours associée à une exploitation agricole appelée la « grange » et non la « basse-cour ». Elle se compose d’une étable pour les chevaux, « la maréchaussée », une écurie pour les bovins : « la bouverie », une bergerie, des entrepôts pour le foin, des greniers pour les céréales, un cellier. Les valets logent dans un « maisonnement ». Autour de ces bâtiments, des aires de dégagement sont appelées « aysances » ou « usuaire » ou « cour » ou « courette »11. Ces bâtiments agricoles sont parfois accolés au logis seigneurial, comme à Haussonville12 (Fig. 2), à Villers-les-Prud’hommes et certainement à Phlin13. Dans d’autres cas, le logis et la « grange » sont dissociés, comme à Brémoncourt14 (Fig. 3).

17Au-delà des constructions, s’ordonnent différentes pièces de terre : le potager ou « meix », le verger ou « jardin », l’un et l’autre entourés de haies d’épineux ; plus loin, une chènevière, un pré ou « breuil », un ou plusieurs étangs, un moulin, des terres labourées dispersées dans le finage ou regroupées en vastes parcelles aux toponymes révélateurs « La Corvée ». Un plan tardif de Tonnoy15 conserve le souvenir de cet environnement immédiat d’une maison forte (Fig. 4).

3. Étude archéologique de la maison forte

18La construction d’une maison forte s’accompagne toujours de travaux de terrassement. En terrain plat, l’espace occupé par les constructions est entouré par un fossé unique, peu profond (1 m à 1,50 m) et large de 5 à 15 m. La plate-forme est presque toujours rectangulaire. Ses dimensions moyennes sont de 40 m x 60 m. Elle n’est pas plus élevée que le niveau du sol environnant16. Seuls les sites d’Athienville et de Dombasle ont une forme circulaire avec des diamètres respectifs de 90 m et 45 m (Fig. 5).

19Dans les terrains en pente, le coteau est entaillé de façon à ménager une terrasse entourée sur trois côtés par un fossé. La terre est rejetée vers l’aval et parfois retenue par un mur, ce qui accroît la surface de la terrasse, comme à Morey17 et Mailly-sur-Seille18.

20En période de troubles, on installe des haies d’épineux devant les fossés. Au XVe siècle, on élève des murs appelés « barbacanes » en bordure des fossés. Ils constituent une protection contre l’artillerie. Ainsi à Bauzemont19, à la fin du XVe siècle, on édifia un « boulevard », c’est-à-dire une levée de terre contenue par deux murs. Le même dispositif se retrouve à Château-Bréhain (Moselle). Nombre de maisons fortes possèdent encore des éléments d’architecture militaire médiévale. Les défenses placées au sommet des murs ont disparu, mais de nombreuses tours et courtines des XIVe et XVe siècles sont encore bien visibles. On y trouve des ouvertures de tir intéressantes : archères à niche à Rosière-aux-Salines20 et Lenoncourt21 ; archères canonnières à Port-sur-Seille22, Thézey-Saint-Martin23 et Damelevières24.

21Toutes les maisons fortes sont construites en pierre locale, surtout en calcaire marneux de couleur bleutée (Sinémurien). Les moellons sont assemblés à joints gras et souvent crépis à la chaux. Pour les chaînages d’angle et les encadrements de baies, on utilise un calcaire coquillier. Il faut souligner la fréquence des parements très réguliers dans les édifices de la vallée de la Seille. Les couvertures en tuiles canal dominent mais les tuiles plates à ergot couvrent les tours aux toits pentus. À l’intérieur, les étages reposent sur des poutres et planchers. Les voûtes en pierre ne se rencontrent que dans les caves, les chapelles et dans certaines tours du XVe siècle (Thézey-Saint-Martin).

22La maison forte est de plan rectangulaire. La seule exception se trouve à Port-sur-Seille, qui présente un plan polygonal, résultat de deux étapes de construction. Derrière cette apparente uniformité se dissimulent trois types d’édifices :

  • Le type le plus simple est la maison-tour de 15 m sur 9 m en moyenne. Elle se compose d’un sous-sol, d’un rez-de-chaussée où se trouve la cuisine et d’un ou deux étages surmontés d’un grenier. Bratte25 et Damelevières (Fig. 6) sont représentatives de ce modèle. Bezaumont présente la particularité d’une tour flanquée de deux tourelles circulaires (Fig. 7).

  • Le second type associe une tour rectangulaire et trois ou quatre corps de bâtiments, comme le montre l’exemple d’Abaucourt-sur-Seille26 (Fig. 8).

  • Le troisième type se compose de trois ou quatre corps de bâtiments disposés autour d’une cour intérieure et flanqués de tours d’angle circulaires. Les dimensions générales oscillent entre 35 et 45 m pour les longueurs et entre 25 et 35 m pour les largeurs. Chaque bâtiment a une largeur d’environ 10 m. Les tours ont un diamètre voisin de 8 m. Ville-au-Val, reconstruit tardivement au XVIe siècle, illustre ce modèle que l’on retrouve à Aulnois-sur-Seille27, Thézey-Saint-Martin, Phlin (Fig. 9), Raucourt28 et Guéblange29. On pourrait les qualifier de « maison-cour ».

23Ces vestiges demandent à être replacés dans le contexte historique qui leur a donné naissance.

4. La maison forte dans l’histoire régionale

24L’étude des généalogies nous a permis de connaître les fondateurs et les occupants des maisons fortes. Sur cinquante-sept cas connus, nous obtenons la répartition suivante : une fondation est l’œuvre d’un prince (duc) pour protéger une ville neuve (Buissoncourt), deux sont fondées par des abbés messins (Clémery et Raucourt), quatre par des seigneurs châtelains sur des fiefs éloignés, quatre autres par des descendants de ministériaux (avoués), dix par des cadets de seigneurs châtelains ou de princes, trente-six par des personnages d’origine modeste comme des chevaliers ou des écuyers.

25En édifiant une maison forte, on donne une expression architecturale à l’existence d’un lignage seigneurial appelé lui aussi « maison ». En suivant le devenir de ces lignages sur une longue période, on parvient à mieux connaître l’histoire des maisons fortes elles-mêmes.

26Très vite, la maison forte devient partie intégrante du patrimoine lignager. En cas d’extinction du lignage, le prince reprend le bien et le confie à un autre (sept cas). Le vassal peut vendre sa maison forte ou une fraction de celle-ci avec l’accord du prince à un autre vassal de celui-ci, sinon il risque de voir ses biens confisqués (cinq cas). Citons un cas exceptionnel de confiscation à vie pour trahison30.

27Dans les successions ordinaires, l’aîné hérite de la maison forte et en fait reprise. En cas d’absence d’héritier mâle, le bien échoit à l’héritière. D’habiles mariages permettent de réunir plusieurs maisons fortes au XVe siècle entre les mains d’une même famille : c’est le cas des Toulon, des Haraucourt, des Lenoncourt, des Haussonville et des Serrières. Quand il y a plusieurs héritières, la maison forte est partagée en autant de parts. Les cas de partage au cordeau sont fréquents31. Le fractionnement peut s’aggraver à la génération suivante. Certains chevaliers tiennent des quarts de maisons32. Le morcellement peut au contraire se résorber par achat ou par échange33.

28Les textes permettent également de proposer une chronologie pour l’apparition des maisons fortes. Pour le XIIe siècle, on ne relève que trois fondations, une seule durant la première moitié du XIIIe siècle, trente-quatre entre 1240 et 1340, sept au XVe siècle.

29On est frappé par la lenteur du mouvement avant 1240, puis par sa véritable explosion durant le siècle suivant et il faut s’interroger sur les causes de ce phénomène. Elles sont diverses.

30À partir de 1230, le réseau de châteaux quadrillant la région continue à s’étoffer. Pour en faire assurer la garde, les princes doivent recruter un nombre grandissant d’hommes d’armes résidant à proximité des châteaux. Une nouvelle catégorie de nobles se forme alors et cherche à manifester son rang et ses nouveaux pouvoirs sur les paysans en imitant le modèle de vie des princes et, en particulier, leurs résidences. Or, le modèle qui commence à se répandre à cette époque est le château quadrangulaire venu d’Île-de-France. Il n’est pas surprenant que les maisons fortes adoptent ce plan. Les princes autorisent alors les cadets des grands lignages, puis les modestes vassaux à construire des maisons fortes. L’autorisation ne suffit pas toujours. Les princes doivent financer certaines constructions en accordant des accroissements de fiefs ou en versant de l’argent. Ainsi, le comte de Bar verse 50 livres tournois par an pendant six ans à son vassal Huard de Serrières, à partir de 133434. Fréquemment le prince verse de l’argent, mais oblige le chevalier à reprendre ses alleux en fief35. Les princes contrôlent d’autant mieux le phénomène que, dans les actes d’hommage, il est précisé que les maisons fortes sont « jurables, rendables et ouvrable à lui (le prince) ou à ses hommes […] autant de fois qu’il leur plaira ».

31En adoptant cette politique, les princes ne font nullement preuve de faiblesse mais plutôt de dynamisme. Ils renforcent la fidélité de leurs vassaux et attirent à eux certains chevaliers vassaux d’un prince rival. Ils protègent leurs domaines enclavés et les limites de leurs principautés. Il n’est pas surprenant que les maisons fortes soient précoces et nombreuses dans les zones de contact entre principautés rivales. La vallée de la Seille, où se heurtent les ambitions barroises, lorraines et messines, en est un exemple éloquent.

32Mais cette vague de construction ne saurait être isolée de son contexte économique. Les campagnes connaissent jusqu’en 1340 une conjoncture favorable. L’accroissement de la population provoque la mise en valeur de parties de finage jusqu’alors peu exploitées : les zones humides et marécageuses. La petite noblesse joue un rôle important dans ce mouvement qui nécessite des capitaux. Elle y fait aménager étangs, canaux, moulins, chènevières et pâturages et y installe son habitat résidentiel et les bâtiments d’exploitation.

33C’est à la même époque que s’impose dans la région l’assolement triennal. Celui-ci engendre un paysage nouveau de champs ouverts et de pratiques communautaires de culture et d’élevage qui entraîne un regroupement de l’habitat rural. Ce serait donc en bordure des villages en cours de formation qu’apparaîtraient les maisons fortes dont les terres assez regroupées échappaient aux pratiques collectives. Juxtaposition de deux classes sociales, de deux formes d’habitat, de deux types d’exploitation du sol.

34Entre ces deux réalités, la religion joue le rôle de trait d’union. Si on laisse de côté les anciennes églises-mères autour desquelles un peuplement déjà ancien existait, on observe ailleurs l’apparition de nombreuses chapelles et églises annexes. Elles sont souvent proches des maisons fortes. Dans bien des cas, la chapelle seigneuriale est aussi église paroissiale (Essey-les-Nancy, Phlin, Villers-les-Prud’hommes). Très souvent, le lignage dispose d’une chapelle privée dans l’église et ses représentants s’y font inhumer, comme en témoignent les nombreuses pierres tombales et inscriptions funéraires (Essey-les-Nancy, Lenoncourt, Magnières, Port-sur-Seille).

35Ainsi, entre 1200 et 1340, pour retenir une chronologie large, les campagnes lorraines semblent avoir connu une transformation complète de leurs formes d’habitat rural et seigneurial, de leurs modes d’exploitation du sol, de leurs structures sociales et de leur géographie religieuse. Ce sont là les conséquences d’une adaptation aux besoins grandissants d’une population sans cesse croissante.

36Après 1340, les principautés lorraines se trouvent affaiblies par une longue série de régences, par les retombées de l’interminable confit franco-anglais, puis par l’expansionnisme bourguignon. La crise démographique et économique brise la prospérité des campagnes. La noblesse ne s’ouvre plus à des hommes nouveaux, mais consolide ses droits et ses biens face à des princes affaiblis et souvent absents, tels les Angevins au XVe siècle. Les nobles adaptent leurs constructions aux nouveaux impératifs militaires. Les chroniques montrent que la maison forte joue un certain rôle dans les incessantes escarmouches qui désolent la région entre le milieu du XIVe et le milieu du XVe siècle36. Quelques seigneurs, enrichis par les guerres et le service du prince, réussissent à construire des maisons fortes adaptées à l’artillerie à partir de 1410-1420. On peut encore en retrouver les vestiges à Port-sur-Seille, Thézey-Saint-Martin (Fig. 10) ou Damelevières, malheureusement très mutilés par les deux derniers conflits mondiaux. Quelques cartes postales du début du XXe siècle conservent le souvenir de certaines de ces constructions. Rares sont les maisons fortes qui disparaissent au cours des guerres du Moyen Âge, comme à Athienville37. Aucune ne fut en mesure de tenir tête aux armées bourguignonnes en 1473-1477. La seule qui s’y risqua fut détruite et brûlée38 puis reconstruite au début du XVIe siècle. Il faut attendre les années 1480-1490 et le retour de la stabilité politique associée à la reprise économique pour voir la noblesse aménager ses logis-forteresses en résidences plus riantes. Haussonville illustre cette évolution de style qui trouvera son aboutissement à Fléville en 1530.

Image 100000000000040C0000059B2A2F1AE3884746BA.jpg

Fig. 1 : Carte des maisons fortes en Lorraine centrale

Image 10000000000005990000041429283B4C73AACA21.jpg

Fig. 2 : Cadastre d’Haussonville, 1834

Image 10000000000004070000059C02A11CAB9EDD363F.jpg

Fig. 3 : Cadastre de Brémoncourt, 1834

Image 10000000000004140000059CA8891E029DDB41CB.jpg

Fig. 4 : Tonnoy, Meurthe-et-Moselle, plan de 1795, AD Meurthe-et-Moselle, Q 491 (2), 1984

Image 100000000000040E0000059DA0F8556E4FB99D6B.jpg

Fig. 5 : Château de Dombasle, plan d’après Henri Lepage, 1862

(Dessin réalisé par G. Giuliato, 1992)

Image 10000000000004120000059C0BA86A3567FE6199.jpg

Fig. 6 : Damelevières, maison-tour, Meurthe-et-Moselle

Image 1000000000000416000005A22EA79D34CF59D0FE.jpg

Fig. 7 : Bezaumont, château de Marivaux, Meurthe-et-Moselle, plan de 1834

(D’après E. Grille de Beuzelin)

Image 10000000000004060000059A670A6E34E1C50CC8.jpg

Fig. 8 : Abaucourt-sur-Seille, Meurthe-et-Moselle

(Sépia de Guibal, 1842, BM Nancy)

Image 100000000000059A0000040EB84EC9CC9190E3A2.jpg

Fig. 9 : Cadastre de Phlin, 1829

Image 100000000000040E0000059A9CD6A6724D20A9D0.jpg

Fig. 10 : Thézey-Saint-Martin, Meurthe-et-Moselle (1983)

Notes de bas de page

1  Gérard Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, 1992.

2  Recherches menées par les membres de l’Unité Associée 1008 CNRS dans le département de la Meuse, (Charles Kraemer) ainsi que dans les Vosges (Pascal Zacharie).

3  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Pont-à-Mousson, commune de Bezaumont, lieu-dit Marivaux.

4  AD Meurthe-et-Moselle, H 67.

5  Meurthe-et-Moselle, Lunéville, c. Lunéville-Nord.

6  AD Meurthe-et-Moselle, B 574 n° 71.

7  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Nomeny ; AD Meurthe-et-Moselle, B 972 B 973 et B 387 fol.28.

8  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Nomeny ; Henri Lepage, Les communes de la Meurthe, I, p. 242.

9  Meurthe-et-Moselle, Lunéville, c. Arracourt.

10  Meurthe-et-Moselle, Pont-à-Mousson, c. commune de Ville-au-Val.

11  AD Meurthe-et-Moselle, B 880 n° 73, acte du 10 juin 1321 : « … la greinge de Bremoncourt sceant devant la maison forte […] on leu con dit en la crouvee du Reverceil et tou l’usuaire de la dite greinge […] sans rien arretenir axceptey suerf la buverie que est appartenans ai la dite greinge… ».

12  Meurthe-et-Moselle, Lunéville, c. Bayon.

13  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Nomeny.

14  Meurthe-et-Moselle, Lunéville, c. Bayon.

15  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Saint-Nicolas-de-Port. Plan du 26 floréal an III (15 mai 1795).

16  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Saint-Nicolas-de-Port.

17  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Nomeny, commune rattachée à Belleau.

18  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Nomeny.

19  Meurthe-et-Moselle, Lunéville-Nord.

20  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Saint-Nicolas-de-Port.

21  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Saint-Nicolas-de-Port.

22  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Pont-à-Mousson.

23  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Nomeny.

24  Meurthe-et-Moselle, Lunéville, c. Bayon.

25  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Nomeny.

26  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Nomeny.

27  Moselle, Château-Salins, c. Delme.

28  Meurthe-et-Moselle, Nancy, c. Nomeny.

29  Moselle, Sarreguemines, c. Sarralbe.

30  La victime fut Jean de Toulon, avoué de Nomeny, à qui le duc René II confisqua tous ses biens dont les maisons fortes de Thézey-Saint-Martin, Morey et Nomeny, pour le punir d’avoir pris le parti de Charles le Téméraire. AD Meurthe-et-Moselle, B 387 f° 82 et B 386 f° 132.

31  AD Meurthe-et-Moselle, B 387 f° 98 v°, acte du 3 mars 1497 : « Je Jean de Wisse… jay reprins… le quart de la forte maison de Letricourt… ».

32  AD Meurthe-et-Moselle, B 382 n° 37 : nombreux actes de partages et d’échange du « Haut et du Bas château » d’Essey-les -Nancy et de celui de Richardménil.

33  AD Meurthe-et-Moselle, B 864 n° 18.

34  AD Meurthe-et-Moselle, B 387 f° 280 v°.

35  AD Meurthe-et-Moselle, B 872 n° 18.

36  Victor Servais, Annales historiques du Barrois de 1352 à 1411, Bar-le-Duc, 1865-1867, 2 vol.
Henri Lefebvre, « Les sires de Pierrefort de la Maison de Bar », Mémoires de la société d’archéologie lorraine, 1902, p. 209-487.

37  « Chronica episcoporum Metensium », Jahrbuch der Gesellschaft für lothringische Geschichte und Altertumskunde, XI, 1898, p. 326.

38  AD Meurthe-et-Moselle, B 611 n° 9.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.