Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 9-10


Texte intégral

1Depuis la publication de l’ouvrage Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale en 1992, mes recherches se sont élargies sur les plans géographiques et thématiques pour prendre en compte l’ensemble de l’espace lorrain et la diversité des formes d’habitat seigneurial. La progression de ces travaux a été stimulée par la confrontation avec les recherches menées par d’autres historiens et archéologues médiévistes comme en témoigne leur présentation à l’occasion de divers colloques internationaux et régionaux. Constatant que ces publications restaient difficiles d’accès pour un public plus large en raison de tirages limités et d’éditions épuisées, il m’a semblé utile de les regrouper en un volume, en y ajoutant quelques compléments. Le format de la publication permet de rendre perceptible les détails des documents iconographiques et surtout de présenter les plans et les relevés d’architecture à des échelles précises et appropriées, qui en font des documents de travail utilisables par le lecteur.

2 La première partie aborde la situation de l’habitat aristocratique entre la fin du Xe siècle et le début du XIIIe siècle. Durant cette période, la Haute-Lorraine fut touchée, comme le reste de l’Empire, par le développement de l’habitat fortifié princier qui conserva un caractère public marqué. Les sites de hauteur exercèrent un très fort pouvoir d’attraction au détriment des sites de plaine. Le relief accidenté de la Lorraine offrait une gamme très variée de défenses naturelles aménageables à peu de frais. Sur ces éperons barrés et ces collines plus ou moins bien individualisés, s’imposa spontanément la formule de l’enceinte polygonale adossée à une tour maîtresse (le donjon). L’édifice assurait la protection des corps de logis publics (aula ou grande salle) et privés (camera ou appartements et la chapelle mais aussi des dépendances (granges, celliers, écuries) nécessaires à la vie quotidienne de la famille seigneuriale et de sa mesnie.

3 La deuxième partie montre comment, à partir de 1240-1250, le château quadrangulaire avec tours de flanquement talutées, archères et parement régulier fit son apparition et connut un remarquable succès dans les sites de plaine comme sur les rebords de plateaux. Au-delà des caractères architecturaux indéniablement marqués par l’influence antique, redécouverte à l’occasion des contacts avec l’Orient byzantin et arabe, il convenait de s’interroger sur l’existence de stratégies défensives et de réseaux castraux au service du pouvoir seigneurial.

4Grâce à l’exemple des puissants évêques de Metz, dont les possessions s’étirent le long du Piémont vosgien et dans le Saulnois, on discerne la continuité d’une politique défensive face aux menaces grandissantes des princes laïcs encouragées par l’effacement du pouvoir impérial. À l’échelon inférieur, les sires de Blâmont, issus de la maison comtale de Salm, offrent l’exemple d’un lignage tombé dans la vassalité des évêques de Metz qui adopta les nouvelles formules architecturales à l’occasion de la reconstruction du château familial au milieu du XIIIe siècle. En parallèle, le réseau fortifié contrôlé par les sires de Bar-Pierrefort, issus de la famille comtale de Bar, permet de mettre en lumière la place du château éponyme vite concurrencé par la construction de celui de Pompeyl’Avant-Garde et la multiplication des sites fortifiés acquis par héritage ou en fief.

5Au-delà des cas particuliers, se dessinent peu à peu les grandes lignes d’une enquête portant sur les stratégies castrales des lignages et des princes lorrains. Les intérêts souvent divergents de ces hommes aboutirent à de nombreux conflits ouverts mais surtout à des confrontations plus statiques qui se cristallisèrent le long des zones de contact entre leurs domaines territoriaux. Le confluent de la Meurthe et de la Moselle, où s’affrontèrent le duc de Lorraine, l’évêque de Metz et le comte de Bar, offre un champ d’observation privilégié de ces rivalités qui engendrèrent la construction de trois châteaux. L’étude de leurs vestiges fournit une intéressante perspective sur l’évolution des systèmes défensifs et une source d’informations exceptionnelles sur la vie matérielle en milieu castral entre le XIIIe et le début du XVIIe siècle.

6À l’aube du XVIe siècle, la principauté épiscopale de Toul, passée sous le contrôle du duc de Lorraine se trouva dans l’incapacité de développer une véritable politique militaire. Le site de Blénod montre comment l’évêque tenta de concilier résidence et défense sans inquiéter le duc. L’évêque adapta aux besoins locaux une formule connue dés le XIVe siècle sous le nom de fort moutier et la dota des derniers perfectionnements imposés par l’artillerie à poudre.

7 La troisième partie s’attache à l’habitat de la petite aristocratie. Le pouvoir princier ne pouvait s’exercer sans la présence de vassaux, de ministériaux et d’officiers qui constituèrent une nouvelle catégorie de l’aristocratie. À partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, ces nouveaux lignages manifestèrent le souci d’imiter le mode de vie et l’habitat princier. Il en résulta un foisonnement de maisons fortes qui marquèrent profondément le paysage rural et la structure des villages. Généralement épargnées par les conflits et habitées par des propriétaires fonciers même après la Révolution, ces demeures, qualifiées pompeusement de « château » dès le XVIe siècle, furent l’objet de multiples transformations dues à l’évolution des goûts artistiques et des nécessités agricoles. L’enquête, tournée vers les vestiges architecturaux, permet de souligner l’importance de l’effort accompli pour adapter ces demeures rurales aux nécessités militaires de la fin du Moyen Âge et plus particulièrement de la période 1420-1480. À cette occasion, on remarque l’essor d’une nouvelle architecture marquée par l’importance des épaisseurs des maçonneries et l’emploi d’archères-canonnières dont le château de Manderen fut l’initiateur en Lorraine sous l’influence de l’architecture de l’Europe du Nord et du Nord-Ouest.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.