Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion générale

p. 359


Texte intégral

1L’aboutissement de cette enquête montre combien la compréhension du passé nécessite la mobilisation de tout un faisceau de moyens et de conditions. A l’origine, il y a une interrogation qui s’inscrit dans un programme scientifique national et européen tourné vers la connaissance des formes d’habitat de la petite aristocratie médiévale et de son cadre de vie. Dans un premier temps, elle prit la forme d’un recensement de ces résidences nobles dans la région proche de Nancy, au centre de la Lorraine qui permit d’en identifier une soixantaine en précisant leurs caractères généraux au plan archéologique et historique.

2À ce stade, un site s’imposa par son caractère exemplaire résultant d’une convergence de critères qui autorisaient un nouveau questionnement. Sa localisation permettait de s’intéresser aux relations avec une grande ville (Nancy à 15 km), avec un village (Richardménil à 300 m), avec un prieuré (Flavigny à 2 km) et avec la vallée inondable de la Moselle.

3L’existence d’une documentation écrite lacunaire mais riche de plusieurs livres de compte seigneuriaux permettait de disposer d’un cadre chronologique précis et d’informations précieuses sur ses occupants et sur les circonstances de disparition de l’édifice. Mais ce fut l’état du vestige qui joua le rôle déterminant dans la poursuite de l’enquête. Le relevé topographique montra qu’aucune perturbation majeure n’avait bouleversé le petit tertre fossoyé oublié de tous au milieu d’un pâturage. On pouvait raisonnablement espérer que toutes les unités stratigraphiques étaient en place et qu’elles renseigneraient précisément sur la structure du bâtiment et sur la culture matérielle de ses occupants.

4La fouille apporta son lot de surprises et de révélations inattendues au terme d’une longue étude documentaire qui nécessita la constitution d’une équipe pluridisciplinaire de jeunes chercheurs.

5Centre d’une microseigneurie allodiale, la demeure peut être considérée comme la maison de campagne d’un lignage nancéien puis d’une famille originaire du Barrois héritière de divers biens fonciers à travers la Lorraine. Appartenant à la catégorie des maisons tours, elle montra son incapacité à résister même à une petite troupe de quelques hommes d’armes en 1443. Ce constat ne modifia guère le comportement de ses possesseurs qui se contentèrent de réparer les dégâts, montrant ainsi que les fonctions résidentielles symboliques d’un état social l’emportaient sur les considérations militaires.

6Une rupture se produisit en 1547-1548, liée à un contexte particulier. La seigneurie dont les héritiers étaient mineurs passa momentanément sous l’autorité de François de Bassompierre, conseiller et premier maître d’hôtel du duc mais aussi bailli des Vosges. Ce puissant personnage se signala par son opposition à Chrétienne de Danemark, veuve du duc François Ier et fut le porte-parole de la chevalerie lorraine soucieuse de conserver son rôle dans les institutions du duché lors des Etats Généraux réunis à Neufchâteau du 5 au 9 novembre 1545. En toile de fond, la guerre entre Charles Quint et la France se traduisait par l’occupation de Luxembourg, Commercy et Ligny-en-Barrois et par le siège de Saint-Dizier par les troupes impériales. La paix de Crépy signée en septembre 1544 fut suivie du licenciement de nombreux soldats qui multiplièrent les pillages. La ville de Saint-Nicolas ne dut son salut qu’à l’intervention de troupes ducales. Les mouvements de troupes souvent germaniques favorisaient l’extension du luthérianisme à quoi s’ajoutèrent de très mauvaises récoltes et le retour en force de la peste. Dans ces circonstances troublées, François de Bassompierre, soucieux de son rôle de tuteur, prit les mesures qu’il estimait nécessaires pour assurer la protection du patrimoine de ses pupilles. Il fit restaurer la tour-résidence devenue vétuste et améliorer les fortifications en les adaptant à l’artillerie. Ces travaux entraînèrent l’effacement d’une grande partie des niveaux d’occupation médiévale. Le sire des Armoises ne résida jamais de façon permanente à Richardménil, préférant sa maison de Barizey-au-Plain proche de Toul où il exerçait la fonction de bailli de l’évêché. À sa mort sans enfant après 1570, la demeure resta inoccupée. La dernière héritière finit par accepter l’offre d’achat de son voisin, le sire de Ludres en 1613, qui s’élevait à près de 7500 francs barrois. Peu soucieux d’entretenir un édifice sans intérêt, celui-ci le fit démolir afin de récupérer les matériaux de construction pour les mettre en œuvre dans sa propre maison forte distante de quelques centaines de mètres.

7Conformément aux espoirs formulés au départ de l’enquête, la fouille permit de retrouver les étapes de la transformation de l’édifice et de ses défenses qui aboutirent à une maison-tour adossée à ses dépendances rurales et enveloppées par une double courtine flanquée de quatre tours d’angle circulaire et de fossés dédoublés. A l’inverse, les témoignages de la vie quotidienne et de l’équipement domestique appartiennent essentiellement à la période comprise entre 1547 et 1613. Ils constituent une collection homogène caractéristique de la Renaissance et soulignent l’étroite symbiose qui existait entre les fonctions résidentielles ostentatoires, les fonctions agricoles et les fonctions défensives d’une maison forte bien après le Moyen Âge.

8Au terme de cette monographie, il serait souhaitable de poursuivre l’enquête par un édifice occupé seulement aux XIVe et au XVe siècles. Il en existe en Lorraine.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.