Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre treize. La perle en jais

p. 357


Texte intégral

1Le jais est une variété de lignite (charbon fossilisé), matière d’origine organique noire et luisante, relativement facile à tailler et à polir. Matériau coûteux au Moyen Âge et au début de l’Époque Moderne, il était surtout extrait des mines espagnoles (royaumes du Léon et d’Aragon, Asturies). Peu d’éléments en jais ont été découverts en fouilles. Parmi les plus remarquables se trouve une enseigne de pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle (coquille Saint-Jacques) trouvée à Saint-Denis et datée du XVe siècle1. A Richardménil, seule une perle en jais a été trouvée (n° 54459-CA-7303), dans le carré E2 et dans l’U S 1203. Longue de 1,6 cm et large de 1,3 cm, elle est de forme ovoïde, percée dans sa longueur d’un trou de section circulaire large de 0,3 cm. Sa surface est ornée de facettes spiralées à la meule (sans doute actionnée par un archet) et polies (Fig. 284). En l’absence d’éléments de comparaison, seul le contexte stratigraphique permet de l’attribuer au XVIe ou au début du XVIIe siècle.

Notes de bas de page

1 Nicole Meyer-Rodrigués, Enseignes de pèlerinage, dans Saint-Denis, de Sainte Geneviève à Suger, les découvertes archéologiques et les témoignages historiques, Dossiers d’Archéologie n° 297, Dijon, 2004, p. 111-113.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.