Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre onze. Le verre plat

p. 247-252


Texte intégral

1Ce matériau, qui ne doit pas être confondu avec le vitrail fréquent dans les établissements religieux, semble peu employé dans les sites castraux ruraux avant le XVe siècle, comme le montrent les châteaux de Peyrepertuse1, Essertines2, ou Rougemont3, ce que confirment les comptabilités parvenues jusqu’à nous. Par contre, plusieurs fouilles d’habitats urbains ont livré du verre plat des XIIe-XIIIe siècles4, et les sites castraux urbains comme le château du Louvre en sont mieux pourvus5. En Lorraine, des sites ruraux antiques, tels qu’Hettange-Grande (Moselle)6 et Ennery (Moselle)7 prouvent que ce matériau est utilisé très tôt, même si les quantités de vitrage retrouvé sont faibles, en raison d’une vraisemblable récupération des matières premières. Il faut attendre la seconde moitié du XVe siècle pour voir apparaître des dépenses concernant des verrières aux châteaux de Vaudémont (54)8, Custines (54)9 ou Nancy (54)10. Les découvertes archéologiques vont dans le même sens puisqu’au château de l’Aigle (Jura), seuls les niveaux postérieurs à 1495 en contiennent. A Epinal (88)11, les vitres se trouvent essentiellement dans les niveaux du XVIe et du XVIIe siècle, dans des proportions encore modestes qui semblent prouver que seules quelques pièces en étaient pourvues ou bien que les verrières alliaient l’utilisation conjointe de deux matériaux, la toile et le verre, comme cela est avéré pour au moins un site extrarégional12.

11.1. Localisation

Répartition des fragments de verre plat par carrés et par US

Image 1000000000000208000002FB7C500B44569D1575.jpg

2Le site de Richardménil a livré 1561 tessons de verre plat de différentes tailles, répartis inégalement sur le site. Les mieux dotés sont les carrés nord, avec 16 % en C2, 9,22 % en D2, 14 % en F2 et 10 % en E2, soit environ 50 % du total, ainsi que le carré E7 où 522 tessons furent retrouvés dans le puits, soit 34 % du total, dont de nombreuses éléments entiers qui attestent que les verrières furent démontées avec soin, sans doute pour en récupérer le plomb, tandis que le verre fut jeté dans le puits. Cela peut paraître surprenant, le verre pouvant lui aussi être réutilisé. Ailleurs, les proportions sont insignifiantes. Cette répartition laisse peut-être entrevoir une distribution des pièces dotées de verrières dans les ailes sud et nord. Si on se tourne vers la répartition stratigraphique des tessons, force est de constater qu’on les trouve à 71 % dans les niveaux de destruction (US 1201-1202) et dans la strate d’abandon (US 1203). Cette constatation permet de supposer que la plupart de ces vitres étaient en place au moment de la destruction de la maison en 1613, mais ne permet pas d’en proposer une datation plus précise, l’inconvénient de ce type de mobilier (à l’instar des tuiles, par exemple) étant qu’il peut rester en place tout au long de la période d’occupation d’un site s’il n’est pas endommagé. Il convient en outre d’attirer l’attention sur les quelques fragments (0,7 % du total) retrouvés dans l’US 1200, en association avec du mobilier céramique de la seconde moitié du XIVe et du XVe siècle, indiquant peut-être l’emploi de verre plat sur le site à la fin du Moyen Âge. Il reste toutefois tentant d’attribuer l’essentiel du verre plat trouvé au « Château des Armoises » au XVIe siècle.

11.2. Fabrication et installation

11.2.1. Fabrication

3L’état de fragmentation souvent important des verres à vitre et l’altération importante qu’ils ont subie empêchent de réaliser des études statistiques pertinentes. Il apparaît cependant que la quasi-totalité des individus a été réalisée en verre de couleur vert clair, ou verre de fougère. Au vu de l’irrégularité de l’épaisseur de la pâte et de l’absence de petites stries circulaires observées sur les exemplaires les mieux conservés, il semble que tous ces objets aient été fabriqués selon la technique du cylindre13 : le verrier souffle une sphère de pâte qu’il étire pour en faire un long cylindre, puis en découpe la base et le détache de la canne. Le cylindre ouvert (ou « manchon ») est ensuite fendu dans sa longueur. Les demi-cylindres obtenus sont ramollis dans un four spécial puis étalés, formant des plaques rectangulaires aux bords régularisés à l’aide d’un outil en bois, et dans lesquelles les verres à vitre sont alors découpés à l’aide d’un fer rouge ou, dès le XVIe siècle, d’un diamant. Cette découpe s’observe facilement sur certains objets, formant un bord net (Fig. 277). Dans certains cas (n° 54459-CA-8200, par exemple, voir Fig. 280), la découpe a du s’effectuer en deux fois, et le rattrapage du premier geste est encore visible.

4Toutefois, la plupart des verres à vitre étudiés présente des bords retaillés à l’aide d’un grugeoir (Fig. 277), sorte de petite pince débitant de tout petits éclats, afin d’obtenir des pièces de dimensions régulières, moins coupantes, et plus simples à mettre en place. Dans de plus rares cas, un léger bourrelet arrondi s’observe sur l’un des bords des objets (Fig. 277 ; cas du n° 54459-CA-8200, Fig. 280). Ce bourrelet indique que la pièce concernée se trouvait au bord de la plaque rectangulaire issue de la découpe du manchon.

Image 10000000000001F2000001138D99987F9E6A794D.jpg

Fig. 277 : Traces de découpe de verre plat

11.2.2. Mise en place

5L’assemblage des vitreries est réalisé à l’aide de plombs sertissant les différents éléments géométriques qui les composent. Douze fragments de plombs d’assemblage ont été retrouvés à Richardménil (carré F2, US 1203) : ce sont des baguettes de 0,4 à 0,5 mm de largeur moyenne, de 2,2 à 12,9 cm de longueur conservée, et dont la section est généralement en H. Leur cœur n’excède pas 0,4 cm. Leur morphologie et leurs dimensions correspondent à celles observées sur d’autres sites français14.

6L’assemblage des différents éléments forme des vitreries aux motifs géométriques généralement simples.

11.3. Description morphologique

7Trois formes de verres plats distinctes ont été identifiées.

11.3.1. Les verres plats losangiques

8Ils semblent être les plus fréquents, même si leur proportion exacte au sein du lot est impossible à déterminer. Leur forme est celle d’un losange peu étiré, d’une épaisseur de pâte oscillant entre 0,1 et 0,3 cm, et deux modules ont été observés. Le plus fréquent (Fig. 280-281, dessins n° 54459- CA-8200, 8202, 8203, 8204, 8206) est d’environ 12 cm de hauteur (11,3 à 12,9 cm) pour une largeur de 9 cm environ (8,5 à 9,3 cm). Plus réduit et plus rarement identifié, le second module est de 9 cm de haut environ pour une largeur avoisinant les 8 cm (Fig. 281, n° 54459-CA-8205). Ces deux modules distincts prouvent l’existence d’au moins deux vitreries différentes, même si leur nombre exact est certainement beaucoup plus important.

Image 100000000000041200000114340F6728C41841C0.jpg

Fig. 278 : Schéma représentant le sertissage de deux verres plats

Image 10000000000001F4000001484DBC3282FC804DD5.jpg

Fig. 279 : Exemple de vitrerie géométrique obtenue par assemblage de verres plats (losangiques et triangulaires)

11.3.2. Les verres plats triangulaires

9Ils se rencontrent en nombre apparemment plus réduit que les précédents, ce qui peut s’expliquer aisément par leur utilisation, puisqu’ils n’étaient placés qu’aux bords et dans les angles des vitreries constituées de verres losangiques. Leurs dimensions sont plus variées (leur hauteur oscillant de 3 à 6 cm environ, pour une largeur à la base de 6 à 15 cm environ), et n’ont pas permis de distinguer de modules homogènes (Fig. 281-282, n° 54459-CA-8207 à 8214). Leur épaisseur moyenne varie de 0,15 à 0,3 cm.

11.3.3. Le verre plat triangulaire à côté incurvé

10Un seul verre plat du site (n° 54459-CA-7144, Fig. 282) est de forme plus originale : épais de 0,3 cm, il prend la forme d’un triangle rectangle, haut de 8 cm et large de 6,3 cm, aux bords régularisés au grugeoir, et dont l’hypoténuse est incurvée vers l’extérieur. Cet objet est en outre le seul verre plat de couleur jaune découvert sur le site. Sa surface présente une décoration de motifs végétaux obtenus soit par cémentation15, soit par l’utilisation de composés minéraux et de matières vitrifiables déposés à la surface du verre, qui ont vitrifié lors d’une réchauffe à 600C°. Cet élément de décor ajouté post-façonnage a été l’objet d’une altération tandis que la surface initiale ne semble pas avoir subi de dommages importants. Il pourrait s’agir d’un élément de décor vraisemblablement situé au centre de l’imposte (ou jour haut) des croisées, parfois seule partie des fenêtres à être vitrée avant le XVe siècle, comme peuvent le laisser penser d’autres exemples et des témoignages iconographiques.

11Difficile à dater avec précision, fragmentaire, altéré et peu original dans sa morphologie (à l’exception du verre n° 54459-CA-7144), ce mobilier présente cependant l’intérêt d’aider à mieux cerner le quotidien des occupants du site. Il permet de mettre en lumière un élément indispensable à leur éclairage, indiquant une fois encore que, si le « château des Armoises » est bien une maison forte équipée d’éléments défensifs, elle est également, voire d’abord, un lieu de résidence.

Image 1000000000000410000005A26DC4871E9EDBCF93.jpg

Fig. 280 : Le verre : verre plat

Image 100000000000040B000005A0930ADBEB370759F5.jpg

Fig. 281 : Le verre : verre plat

Image 10000000000004100000059F060B5B436B836F00.jpg

Fig. 282 : Le verre : verre plat

Notes de bas de page

1  Lucien Bayrou (dir.), Peyrepertuse forteresse royale, dans Archéologie du Midi Médiéval, 2000, p. 235-236.

2  Françoise Piponnier (dir.), Le château d’Essertines (Loire), Lyon, 1993, p. 129-138.

3  Pierre Walter (dir.), Le vieux château de Rougemont, Belfort, 1993, p. 176.

4  Yves Esquieu, Jean-Marie Pesez (dir.), Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle) : un corpus et une esquisse, Paris, 1998 ; Pierre Garrigou Grandchamp, Michael Jones, Gwyn Meiron-Jones, Jean-Denis Salvèque, La ville de Cluny et ses maisons, XIe-XVe siècles, Paris, 1997 ; La maison médiévale en Normandie et en Angleterre, Actes des tables rondes de Rouen et de Norwich (1998-1999), Rouen, 2002.

5  Jorge Barrera, La verrerie dans l’ Evacuation des déchets en milieu urbain au Bas Moyen Âge. L’ exemple des fosses à fond perdu de la Cour Napoléon du Louvre à Paris (XIIIe-XVe siècles) et mesures diverses pour assainir les villes, Louvain-La-Neuve, 1992. La fosse 3 contenait 2 tessons, la 5 en avait 3, la 8 était la plus riche avec 21 éléments dessinés.

6  Hubert Cabart, Les vitres romaines dans le quart nord-est de la France et la découverte d’Hettange-Grande en Moselle », dans Danièle Foy (dir.), De transparentes spéculations, Vitres de l’Antiquité et du Haut Moyen Age (Occident – Orient), Bavay, 2005, p. 47-48.

7  Hubert Cabart, Une vitre de l’Antiquité tardive à Ennery (Moselle), dans Danièle Foy (dir.), De transparentes spéculations, Vitres de l’Antiquité et du Haut Moyen Age (Occident – Orient), Bavay, p. 65-66.
Amaury Masquilier (dir.), Musée Historique Lorrain, DFS, Metz (SRA Lorraine), 2001.

8  A.D.M.M. B 9720 f° 38 v° (1466), B 9726 f° 89 v° (1469-1470), B 9742 (1488-1489), B 9743 (1489-1490), B 9751 (1494-1495).

9  A.D.M.M. B 4828 f° 46.

10  Martine Berthier, Le verre dans Michel Bur, Le château d’Epinal XIIIe-XVIIe siècle, Paris, 2002, p. 257-273.

11  Jordi Mach, De verre et de toiles : les cloisons de fenêtre au château royal de Perpignan (XIVe-XVe siècles), dans Danièle Foy (dir.), De transparentes spéculations, Vitres de l’Antiquité et du Haut Moyen Âge (Occident – Orient), Bavay, 2005, p. 164-168.

12  Jacqueline Bellanger (1988), Verre d’usage et de prestige, France 1500-1800, Paris, 1988 ; Sylvie Cantrelle et alii, Histoire d’un quartier de Montbéliard (Doubs) : le bourg Saint-Martin (XIIIe-XXe siècles), Paris, 2000 ; Jorge Barrera, op. cit., p. 65-97 ; Michel Philippe, Naissance de la verrerie moderne, XIIe-XVIe siècles, Turnhout, 1998.

13  Agnès Gelé, Le verre plat, dans Gérard Giuliato (dir.), Pompey, le site de l’Avant-Garde (à paraître) et dans Sylvie Cantrelle et alii, Histoire d’un quartier de Montbéliard (Doubs) : le bourg Saint-Martin (XIIIe-XXe-siècles), Paris, 2000.

14  La cémentation est une réaction du verre avec un sel métallique à une température de 600C°, par un échange ionique de surface qui va permettre la coloration.

15  Exemple du rondel au monogramme de Laurens Girard, conservé au musée d’Ecouen, d’après Sophie Lagabrielle, Vitrail : rondel au monogramme de Laurens Girard dans François Avril (dir.), Jean Fouquet, Paris, 2003, p. 27.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.