Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre dix. Le verre creux

p. 323-346


Texte intégral

10.1. Localisation

1La répartition des objets en verre présente de fortes inégalités sur le site1. Les carrés du secteur nord contiennent 63 % du mobilier, avec une forte concentration en E2. A l’est, seul le carré C5 a fourni un lot substantiel avec 15 % des tessons, tandis que sur la terrasse et sur les autres côtés, le nombre de fragments est insignifiant. Cette distribution tend à confirmer que les pièces résidentielles où on prenait les repas et les fenêtres par lesquelles on jeta les verres se trouvaient sur le côté nord.

2La localisation des objets par unités stratigraphiques montre que le verre creux se trouve quasi-exclusivement (98 % des tessons) dans les couches de démolition (US 1201-1202) et dans la couche d’abandon (US 1203), où il peut être attribué au XVIe ou au début du XVIIe siècle. Seuls 2 % des fragments, mal conservés de surcroît, ont été mis au jour dans l’US 1200 en association avec des céramiques des XIVe-XVe siècles.

Localisation des tessons de verre creux par carré et par U.S.

Image 10000000000001FB000002EC35A3355A13F4A803.jpg

10.2. Caractéristiques techniques

3Il n’est pas aisé de réaliser une étude statistique des caractéristiques techniques des objets en verre compte tenu de leur fragmentation, liée à la grande finesse des parois de presque tous les verres creux du site (leur épaisseur dépasse rarement 1 mm), et, surtout, de l’importante dégradation physico-chimique qu’ils ont souvent subie. Les causes de celles-ci sont diverses et parfois difficilement identifiables2, principalement liées à la nature du milieu où les tessons se sont conservés. Le verre creux de Richardménil présente trois grands types d’altérations. Le premier type est l’altération dite ponctuelle et se trouve principalement sur les verres à pied incolores. Celle-ci se présente soit sous forme de piqûres, d’au maximum 3 mm de diamètre, disséminées sur un verre qui garde toute sa transparence et reste lisse au toucher, altération aussi dite « en étoile », soit sous forme de cratères. Les cratères ont un diamètre supérieur à 3 mm de diamètre et présentent une dépression en leur centre, qui peut traverser l’épaisseur du verre et le transpercer. La couleur du centre de ces cratères est souvent différente de celle des bords. Il est alors question d’« altération en yeux ». Le second type est dit lamellaire et va d’un léger voile irisé, le verre gardant alors toute sa transparence, à une forme plus importante, avec des pellicules irisées voire de couleur sombre, qui adhèrent mal à la paroi du verre et le rendent opaque. Les éléments de façonnage qui se trouvent à la surface du verre, les traces d’étirement de la pâte notamment, ne sont alors pas ou peu conservés. Cette forme d’altération est fréquente à Richardménil, à des degrés plus ou moins importants, touchant principalement le verre de fougère, mais aussi les verres incolores. Enfin, dans le cas de l’altération généralisée, la conservation même du verre est délicate puisque celui-ci est totalement opaque et se délite sous forme de petits grains de matière, qui peuvent être soit de couleur jaunâtre, soit de couleur grisâtre. La couleur originelle du verre ne peut alors être déterminée. Heureusement, cette altération se rencontre peu dans le cadre de cette collection.

10.2.1. Couleur et transparence

4En ne prenant en compte que ceux dont la couleur a pu être formellement identifiée, il apparaît que les objets en verre du « château des Armoises » sont majoritairement verts (54,1 % des individus3), avec des teintes généralement claires (45,8 %). La seconde couleur dominante est le blanc (verre incolore), avec 41,6 % des individus identifiés. Quatre objets (4,1 %) sont de couleur bleue plus ou moins soutenue, et un fragment de gobelet présente une teinte rose claire. Ces proportions sont d’autant plus subjectives que certains verres de couleurs (donc de compositions chimiques) spécifiques ont pu offrir une moindre résistance à l’altération.

5Dans le cas des verres verts clairs et du gobelet rose, il est vraisemblable que la teinte soit involontaire, liée aux impuretés de leurs composants chimiques. La présence naturelle d’oxyde ferreux et/ou ferriques donne une teinte verte au verre tandis que la teinte légèrement rose pourrait correspondre à une altération d’un verre initialement incolore comportant une proportion important d’oxyde de manganèse4. Seuls résultent d’une coloration volontaire de la pâte les verres bleus, par adjonction d’oxydes de cobalt ou de cuivre, ainsi que, dans certains cas, les verres de couleur vert foncé, teintés par des oxydes de cuivre ou de fer5. Liée à la couleur du verre, la transparence est un critère technique plus difficile encore à appréhender. Il semble toutefois que le verre creux de Richardménil soit presque toujours transparent, même si certains fragments, de couleur plus sombre (vert ou bleu), ne sont que translucides, et si un objet au moins (le cor n° 54459-CA-8012) est fait de verre bleu opaque (et peigné). Quant à la qualité des pâtes, elle ne pourra être réellement définie qu’à l’aide d’analyses physico-chimiques poussées. La seule information livrée par un simple examen à l’œil nu et à la loupe binoculaire est la présence systématique de petites bulles d’air dans l’épaisseur de la pâte, en nombre et en dimensions cependant très variables d’un objet à l’autre.

10.2.2. Fabrication

6Les procédés de fabrication des différents objets sont souvent difficiles à établir, en raison de la fragmentation et de l’altération déjà évoquées précédemment. Si tous les verres creux du site ont été soufflés, des différences technologiques existent, liées au nombre de paraisons employées ou aux techniques de décorations adoptées. Concernant le soufflage, les traces visibles sont généralement ténues. De légères stries droites ou curvilignes peuvent ainsi témoigner de l’étirement de la pâte en fusion lorsque la surface des individus n’est pas trop altérée. La présence d’un ombilic en relief à la base de certains objets6 indique également l’utilisation du pontil, longue tige de fer servant à étirer la pâte ou à fixer par dessous (par l’intermédiaire d’une pastille de verre en fusion) l’objet en cours de finition. Quant au nombre de paraisons (boules de verre en fusion « cueillies » dans le four) utilisées, il n’est déterminable que sur les objets les mieux conservés et varie de un à trois selon les objets réalisés7.

10.2.3. Décors

7Plus diversifiées, les techniques de décors employées sont aussi plus faciles à identifier. Les plus fréquents sont les décors moulés : la pâte encore molle est pressée dans un moule en céramique ou en bois8, afin d’y imprimer des décors de côtes en relief ou en creux, d’alvéoles, de petites dépressions, etc. Une cinquantaine de verres et gobelets au moins a ainsi été fabriquée. Viennent ensuite les décors rapportés, aisément reconnaissables, parfois façonnés dans un verre de couleur ou d’opacité différente de celui de l’objet qu’ils agrémentent. Ils peuvent se présenter sous la forme de pastilles ovoïdes ou circulaires rapportées à chaud, particulièrement fréquentes sur la verrerie alsacienne médiévale et moderne9. Seule une pastille de dimensions réduites (1,4 cm de hauteur, pour une largeur de 1,1 cm et une épaisseur maximale de 0,6 cm) a été formellement identifiée dans ce lot (n° 54459-CA-7020). Les décors rapportés peuvent aussi prendre la forme de filets, obtenus par étirement à la pince d’une petite boule de pâte en fusion et appliqués à chaud après avoir été éventuellement torsadés ; ils peuvent en outre être retravaillés à la pince après application pour prendre différents aspects10 (comme dans le cas des pieds festonnés, par exemple). Quelques fragments, comme par exemple le n° 7232-CA-54459, présentent des décors d’émail blanc appliqué sous forme de filets et de tirets. Le décor peut aussi être appliqué sous forme de points, voire de ces trois éléments réunis, comme c’est le cas pour le contenant n° 7295-CA-54459. Peut-être ces fragments proviennent-ils d’ailleurs du même objet. Plus rare dans le lot de Richardménil, le décor peigné s’observe sur un petit cor bleu (n° 54459- CA-8012, Fig. 272) et un verre incolore du site (n° 54459- CA-8026, Fig. 261). Il s’obtient en travaillant au peigne du verre marbré par mélange à la pâte initiale de filets de pâte de couleur différente11, blanche et opaque dans le cas précis des deux individus évoqués. Cette technique de décoration ne semble pas antérieure à la fin du XVIe siècle. Un seul fragment présente un décor d’incisions appliquées post-façonnage (n° 7295-CA-54459). Il s’agit de la lèvre d’un individu de forme indéterminée incolore et légèrement irisée, soulignée par deux incisions horizontales. Sur le trait inférieur, un décor de croisillons vient prendre appui.

10.3. Description morphologique12

8Ne seront décrites ici que certaines formes caractéristiques et dûment déterminées. De même, les chiffres donnés ne correspondent pas à des NMI, mais à des individus identifiés morphologiquement, sans que le nombre de fragments ne soit rapporté à chaque type morphologique, l’attribution étant quelquefois trop incertaine.

10.3.1. Les formes ouvertes

10.3.1.1. Verres

9Un verre est un récipient ouvert muni d’un pied, aux parois faiblement évasées, principalement destiné à la consommation des liquides. Trois types de verres ont été distingués au « Château des Armoises ».

10.3.1.1.1. Keulenglas

10Le keulenglas est un type de verre particulier, essentiellement diffusé dans les régions germaniques au cours du XVIe siècle13. Il s’agit d’un verre à bière en forme de massue14, caractérisé par une morphologie élancée et un pied de hauteur relativement importante, façonné dans une paraison distincte de celle de la coupe. Un léger rétrécissement du diamètre au niveau de l’ouverture, parfois marqué par la présence d’un col court, peut rendre peu pertinent son classement parmi les « formes ouvertes », mais ce type d’objet est bien à ranger dans la catégorie des verres. Un seul verre de ce type a été identifié (n° 54459-CA-7182, Fig. 260), en verre blanc (incolore), de 5 cm de diamètre à l’ouverture, et attribué au XVIe siècle.

10.3.1.1.2. Les verres à pied

11Les verres à pied apparaissent dès la fin du XVe siècle. Ce type d’objet se répand surtout au cours du XVIe siècle, notamment dans les régions d’influence française15. Ils sont la plupart du temps incolores, les individus en verre de fougère16 pouvant correspondre à des productions de l’aire d’influence germanique. Plusieurs formes peuvent être déterminées, façonnées dans une seule paraison (le pied est repoussé, ce qui lui confère une double épaisseur). Elles se distinguent par la proportion des pieds et des coupes, ainsi que par des décors particuliers, moulés ou de filets rapportés. Parmi ces verres à pied, nombreux sont les verres bitronconiques. Ce type de verre est caractérisé par sa morphologie particulière, le pied et la coupe, façonnés dans la même paraison, étant tous deux de forme tronconique. Dix-sept verres bitronconiques au moins ont été découverts à Richardménil (Fig. 260-263-264), mais leur nombre exact est sans doute beaucoup plus élevé. De fait, il est impossible d’identifier formellement bon nombre de verres dont seuls l’ouverture ou le décor sont conservés. Datés du XVIe siècle, ces objets sont en verre incolore ou en verre de fougère. Leur diamètre à la base varie de 5,8 à 8,5 cm (pour une moyenne de 7,4 cm). Le mieux conservé d’entre eux (n° 54459-CA-8020-8021, Fig. 260) a un diamètre à l’ouverture de 9,8 cm, pour une hauteur d’environ 11 cm, et présente un décor alvéolé moulé. Son pied est également orné d’un décor moulé de petites stries verticales, comme le sont ceux des n° 54459-CA-7172 (Fig. 263) et 7202. Ces verres sont semblables à ceux de nombreux sites de l’Est de la France17.

Image 10000000000001F0000001B47931E01842C23EBB.jpg

Fig. 256 : Pied de verre bitronconique (459-CA-8022)

10.3.1.1.3. Verres à jambe

12Contrairement aux précédents, les verres à jambe sont réalisés avec plusieurs paraisons distinctes. Seuls deux individus ont été identifiés avec certitude, mais au moins cinq autres verres du lot sont probablement à rattacher à ce type de production. Les n° 54459-CA-7345 et 8011 (Fig. 265) appartiennent à la catégorie des verres à pied « à boule », formés de trois paraisons : la première pour la coupe, la seconde pour le pied, discoïdal, et la troisième pour la boule qui relie le pied et la coupe. Le premier verre, de 7,4 cm de diamètre à la base, présente une boule pleine, ornée de stries curvilignes, tandis que le second, de 6 cm de diamètre à la base, est muni d’une boule creuse. Tous deux sont en verre incolore de belle facture et ont été attribués au début du XVIIe siècle, même si les verres à boule se diffusent dans nos régions dès la seconde moitié du XVIe siècle18. De 7,8 cm de diamètre à l’ouverture, le verre n° 54459-CA-8104 (Fig. 265) est également fait de verre incolore. Sa coupe est facettée, et l’ouverture en a été étirée par endroits, formant de petits apex régulièrement espacés. Son pied n’a pas été retrouvé, mais cet objet évoque des verres d’Alsace et de Montbéliard (25), tous datés du XVIIe siècle19.

Image 10000000000001F20000022A5D582F5209DCC256.jpg

Fig. 257 : Verre à pied à boule (459-CA-7345)

10.3.1.1.4. Verres de type indéterminé

13Treize autres verres au moins ont été mis au jour, mais en l’absence de pied, ils n’ont pas pu être rattachés à une catégorie précise. A l’exception du n° 54459-CA-8030 (Fig. 262), de teinte vert clair, ils sont tous faits de verre incolore (Fig. 260 à 262), et leurs diamètres à l’ouverture oscillent entre 7,8 et 12,7 cm. La plupart ne présentent pas de décor particulier, à l’exception des n° 54459-CA-7108 et 54459-CA-7201 (Fig. 260), à décors alvéolés moulés, et des n° 54459-CA-7149, 8003 et 8033, ornés de filets blancs opaques rapportés (Fig. 261-262) qui rappellent de nombreux exemplaires découverts dans l’Est de la France20. Enfin, les verres n° 54459-CA-7200a et 7200b (Fig. 260), à pâte vert clair et de factures semblables, sont ornés de filets rapportés rappelant ceux d’une petite cruche normande du XVIe siècle et d’un verre à pied de Montbéliard du début du XVIIe21, ainsi que d’un verre d’Avignon du XVIe siècle22, cette dernière référence étant toutefois moins pertinente, compte tenu de son éloignement géographique. Le verre n° 54459-CA-8100 (Fig. 260), incolore, mesure 12,6 cm de diamètre à la base. Sa coupe présente un décor moulé de petites dépressions hémisphériques ou lenticulaires évoquant celui de verres bitronconiques du XVIe siècle exhumés à Lyon et Tours23 et de verres à pied champenois du XVIIe siècle24. Leurs morphologies et les contextes stratigraphiques de leur découverte amènent à les dater du XVIe ou du début du XVIIe siècle.

10.3.1.2. Gobelets

14Un gobelet est un récipient ouvert (même si certains présentent un léger rétrécissement à l’ouverture) à parois verticales ou très faiblement évasées, généralement dépourvu de pied, et dont le corps est formé d’une seule paraison. Une quarantaine d’individus au moins a été identifiée sur le site. Cinq catégories ont été distinguées.

10.3.1.2.1. Krautstrunk

15Les gobelets de type « krautstrunk » (littéralement : « trognon de chou »), très courants dans les régions germaniques au XVe et au début du XVIe siècle, ont une forme globalement cylindrique, avec un diamètre légèrement plus important à mi-hauteur, et dont la lèvre forme une légère inflexion externe, créant un col court, souvent délimité par un petit filet rapporté. En outre, la base de ces objets est ornée d’un petit pied festonné rapporté et leur panse de ces gobelets est décorée de grosses pastilles rapportées (une douzaine)25. Seul un fragment de gobelet incomplet a été rattaché à cette catégorie. Seule sa base ayant été conservée, une erreur d’identification reste toutefois possible. L’objet est fait de verre vert clair, et est muni d’un pied court festonné rapporté. Son diamètre à la base est de 9 cm.

10.3.1.2.2. Gobelets à côtes saillantes

16Au moins quatre gobelets à côtes saillantes ont été mis au jour (Fig. 267), mais il est vraisemblable qu’ils aient été plus nombreux. Ils se caractérisent par un décor de côtes verticales en fort relief obtenu par moulage repris par étirement de la pâte à l’aide d’une pince. Connus dès le XIVe siècle, ces gobelets sont très répandus dans le nord-est de la France aux XVe et XVIe siècles26. Les individus étudiés sont en verre blanc (n° 54459-CA-7005 et 8036), vert clair (n° 54459-CA-7124) ou rose très clair (n° 54459-CA-7135). Leurs diamètres à la base sont compris entre 4,1 et 6,8 cm, et le n° 54459-CA-7005 a un diamètre à l’ouverture de 7,9 cm. Découverts dans les US 1201 et 1203, ils ont été attribués au XVe ou au XVIe siècle.

10.3.1.2.3. Gobelets à côtes non saillantes

17Beaucoup plus fréquents que les précédents sur le site, avec au moins 27 individus (Fig. 268 à 271) et de nombreux fragments de côtes, non détaillés ici, ils présentent une morphologie assez semblable, mais les côtes verticales ou obliques qui les ornent sont beaucoup moins saillantes, simplement moulées, sans être retravaillées à la pince. Comme les précédents, ces gobelets apparaissent au XIVe siècle et connaissent un vif succès dans la France de l’Est aux XVe-XVIe siècles27. A l’exception de quelques individus et fragments de gobelets incolores (dont les n° 54459-CA-7305, 8005 et 8010) et du n° 54459-CA-7123, bleu clair, ces gobelets sont en verre de fougère de teinte vert clair, et sont moins altérés que les autres objets. Les diamètres à l’ouverture varient de 6,8 à 10 cm, pour un diamètre à la base de 4,7 à 6,1 cm. Les côtes sont obliques sur 15 individus identifiés, verticales sur les 12 autres.

10.3.1.2.4. Gobelets alvéolés

18Si les gobelets alvéolés, dont le décor de légères dépressions en forme de petits alvéoles est simplement moulé, apparaissent dès le XIVe siècle dans le Midi Méditerranéen28, ce n’est qu’au XVe siècle qu’ils se diffusent dans le Nord-Est, en Alsace29 notamment. Ce type d’objet reste toutefois relativement peu fréquent avant le XVIIe siècle, où l’on en retrouve en Lorraine, en Alsace, en Champagne et en région parisienne30. Un seul individu de ce type, en verre incolore, a été mis au jour à Richardménil (n° 54459-CA-8106, Fig. 271). De 8 cm de diamètre à l’ouverture et 5 cm de diamètre à la base, sa hauteur devait avoisiner les 8 cm. Trouvé en US 1201, il est attribuable au XVIe ou au début du XVIIe siècle.

10.3.1.2.5. Gobelets lisses

19Fréquents dans le sud dès le XIVe siècle31, les gobelets ne présentant aucune décoration semblent rares dans la France du nord-est, à l’exception de quelques individus parisiens32 et alsaciens33, ces derniers se distinguant toutefois par l’existence d’un pied court, absent sur le seul exemplaire du « Château des Armoises » (n° 54459-CA-7004, Fig. 271). Fait de verre incolore, de 5 cm de diamètre à la base, celui-ci a été attribué au XVIe ou au début du XVIIe siècle.

10.3.1.3 Verres ou gobelets

20De nombreux fragments et objets trop fragmentaires n’ont pu être rangés dans l’une des deux catégories précédemment décrites. Parmi eux se trouvent deux individus en verre vert clair (n° 54459-CA-8023 et 8028, Fig. 266), de 8,8 et 7,8 cm de diamètre à l’ouverture, décorés par moulage de côtes obliques peu saillantes mais relativement serrées. Des gobelets avec ce type de décor existent dès la fin du XVe siècle34, mais cette morphologie évoque également des verres à pied du XVIe siècle découverts en Alsace, en Champagne et en Lorraine35. Trouvés dans l’US 1201, ils sont plutôt datables du XVIe siècle. Les n° 54459-CA-7305, 8005 et 8006 (Fig. 266), en verre incolore pour les deux premiers, vert clair pour le dernier, sont décorés de stries obliques en légères dépressions. Leur diamètre à l’ouverture varie entre 6,9 et 9,6 cm. Compte tenu de leur contexte stratigraphique (US 1201 et 1205), ils ont été attribués au XVIe siècle. Plus original, le n° 54459-CA-8105 (Fig. 266), de 6,8 cm de diamètre à l’ouverture, présente une coupe facettée par moulage. En l’absence d’éléments de comparaison pertinents, il a été daté du XVIe ou du début du XVIIe siècle, du fait de sa découverte en US 1201.

10.3.1.4. Coupes et coupelles

10.3.1.4.1. Coupe

21Un fragment de coupe à pied (n° 54459-CA-7344, Fig. 272) faite de deux paraisons distinctes a été exhumé. En verre incolore, il mesure 7,7 cm de diamètre à la base. Sa mise au jour au sein de l’US 1202 et sa ressemblance avec des exemplaires parisiens36 permettent de le dater du XVIe ou du début du XVIIe siècle.

10.3.1.4.2. Coupelle

22Une petite coupe ornée d’un pied court festonné rapporté a été trouvée dans le carré E2 (n° 54459-CA-7193, Fig. 272). Faite de verre d’un beau bleu soutenu, elle présente un diamètre de 5,1 cm à la base, où la marque du pontillage est bien visible. Sa morphologie évoque surtout les coupes du XIVe siècle37, mais sa découverte dans l’US 1203 oblige à la dater plutôt du XVIe ou du début du XVIIe siècle, sans plus de précision.

10.3.1.4.3. Couvercle

23Un seul couvercle a été trouvé sur le site (n° 54459-CA- 8024 (Fig. 272). Mesurant 5,4 cm de diamètre à l’ouverture, il est en verre vert clair. Sa ressemblance avec des couvercles alsaciens38 et sa présence en US 1201 amènent à le dater du XVIe ou du début du XVIIe siècle.

10.3.1.5. Autres formes

24Deux objets de morphologies moins courantes ont également été mis au jour à Richardménil.

10.3.1.5.1. Cornet

25Le n° 54459-CA-8012 (Figs 258-272), en verre bleu peigné de blanc, et de 5,8 cm de diamètre à l’ouverture, se présente sous la forme d’un petit cor de chasse. Produits en Lorraine dès le XVe siècle, ces objets nommés « cornets » étaient utilisés pour boire ou, au XVIIe siècle notamment, à pétuner le tabac ; certains leur attribuaient même la propriété de conjurer les orages ou de guérir de la folie39.

10.3.1.5.2. Chandelier (?)

26L’objet n° 54459-CA-7101 (Fig. 272), en verre trop oxydé (noirâtre) pour que sa couleur d’origine ait été déterminée, a été identifié comme un chandelier, mais l’absence d’élément de comparaison dans les publications consultées ne permet pas d’être affirmatif. Le fragment conservé se compose d’un réceptacle cylindrique, d’environ 1cm de diamètre interne, sous lequel est nettement visible la trace du pontillage. Trois petits pieds ont été rapportés sur sa partie basse, ainsi qu’un filet décoratif ondulé, à environ 6 cm de hauteur.

10.3.2. Les formes fermées

10.3.2.1. Bouteilles

27Une bouteille est un récipient fermé dont l’ouverture a un diamètre inférieur au tiers de son diamètre maximal et surmonte un long col à parois verticales ou faiblement convergentes (goulot). Elle est destinée au service ou à la conservation de liquides. Trois types ont été différenciés.

10.3.2.1.1. Bouteilles

28Neuf bouteilles au moins ont été identifiées (Fig. 273- 274), mais de nombreux fragments ont été mis au jour dans les couches de destruction du site (US 1201, 1202 et 1203), et ont été datées du XVIe ou du début du XVIIe siècle. Toutes sont de couleur verte, sombre (quatre individus) ou clair (cinq individus). Leurs diamètres à l’ouverture varient de 2,4 à 4,3 cm, pour un diamètre à la base compris entre 8 et 12,1 cm. Aucune n’est entièrement conservée dans sa hauteur. Au niveau de l’ouverture, la plupart de ces bouteilles présentent un épaississement de la pâte, plus important à l’intérieur qu’à l’extérieur, sans doute obtenu en pressant le goulot encore mou contre une plaque de bois ou de métal. Ce type de bouteille est largement répandu en France du nord-est et en région parisienne au XVIe siècle. Deux individus sont toutefois de morphologie légèrement différente. La bouteille n° 54459-CA-7350-7355 (Fig. 273) se différencie des précédentes par une panse légèrement écrasée, formant une « bouteille plate » de forme semblable à celle d’un exemplaire des XVIe-XVIIe siècles exhumé à Châlons-enChampagne40. Le n° 54459-CA-8001 (Fig. 273), très légèrement torsadée au niveau du goulot, ne présente pas de renflement dans sa partie supérieure, mais un bandeau plat rapporté à environ 1 cm de l’ouverture. Cet élément semble plutôt caractéristique du XVIIe siècle41.

Image 10000000000001F00000014994E755994EC1B759.jpg

Fig. 258 : Cornet, verre bleu peigné avec filet blanc (459-CA-8012)

Image 10000000000001F00000011E6E643A5C6FB82601.jpg

Fig. 259 : Kuttrolf (459-CA-7142 ; 7143)

10.3.2.1.2. Kuttrolf

29Le kuttrolf est une forme de bouteille particulière très utilisée dans le monde germanique. Elle se compose d’une panse globulaire à fond ombiliqué et d’un goulot subdivisé en deux ou quatre sections tubulaires (ou « ailes ») étroites s’enroulant autour d’un axe vertical42. Vraisemblablement destinées à conserver et à servir du vin ou des eaux-de-vie, éventuellement utilisées comme aspersoir à eau parfumée43, les bouteilles à col torsadé sont fabriquées dès le XIVe siècle dans le sud de la France, mais le kuttrolf ne se diffuse réellement qu’au cours du XVe siècle et est employé tout au long du XVIe siècle dans le nord-est de la France et dans l’aire germanique44. Un seul kuttrolf a été identifié au « Château des Armoises » (n° 54459-CA-7142-7143, Fig. 274). En verre bleu à vert clair, seul son goulot est conservé, de 3,1 cm de diamètre à l’ouverture, et se scindant en deux tubes entrelacés. Trouvé en US 1201, il est sans doute attribuable au XVIe siècle.

10.3.2.1.3. Fioles

30Une fiole est une petite bouteille à goulot étroit, généralement destinée à contenir des parfums ou des liquides à usage pharmaceutique45. Au moins cinq fioles, à panse globulaire, ont été exhumées (Fig. 275). De 2,1 à 2,3 cm de diamètre à l’ouverture et 6,9 à 7,6 cm de diamètre à la base, elles sont en verre vert clair ou incolore. Trouvées en US 1202 (quatre d’entre elles, découvertes dans le carré C5) et 1203, elles ont été datées du XVIe ou du début du XVIIe siècle. Leur forme ne présente pas d’originalité par rapport aux individus contemporains provenant d’autres sites46.

10.3.2.2. Pots

31Les pots, appelés aussi « piluliers » ou « drageoirs », sont des récipients fermés à col court et à lèvre à inflexion externe, servant à conserver des pilules ou des onguents pharmaceutiques47. Six pots ont été identifiés (Fig. 276), en verre incolore pour quatre d’entre eux, vert clair pour les deux autres. Leur diamètre à l’ouverture oscille entre 6,3 et 8,2 cm. Trois d’entre eux ont été livrés par les fouilles du carré C5, mais tous étaient présents dans des US permettant une attribution au XVIe ou au début du XVIIe siècle48. Les pots de la même époque observés sur d’autres sites sont de forme et de dimensions semblables49.

10.3.2.3. Urinal

32Un urinal est un récipient fermé ovoïde à large ouverture et dont la lèvre forme une inflexion externe. Il est largement employé en médecine depuis le XIIIe siècle au moins pour mirer les urines des patients, ce qui explique la finesse des parois, destinée à en assurer la transparence50. Les urinaux sont particulièrement fréquents aux XVe-XVIe siècles. Un seul urinal (n° 54459-CA-7321, Fig. 276), fragmentaire, a été trouvé (carré C, US 1202). En verre incolore, il mesure 7,8 cm de diamètre à l’ouverture, et a été attribué par son contexte stratigraphique au XVIe ou au début du XVIIe siècle.

10.3.2.4. Forme indéterminée

33Un récipient fermé en verre incolore (n° 54459-CA- 8004, Fig. 275) et de 5 cm de diamètre à l’ouverture n’a pas pu être rattaché à l’une des catégories précédemment évoquées. Ses dimensions, son col large mais relativement court et sa panse globulaire le font tenir à la fois de la fiole et du pot. Trouvé en US 1205, il a été daté du XVIe ou du début du XVIIe siècle.

Conclusion

34Diversifiés dans leurs formes et leurs usages, les objets en verre du « Château des Armoises » permettent de dresser un intéressant panorama du verre creux en usage au XVIe et au début du XVIIe siècle. L’absence de verre plus ancien s’explique peut-être par une utilisation assez longue de ces objets, plus coûteux que d’autres (en céramique, par exemple), d’autant que de nombreuses formes en usage au XVe perdurent tout au long du XVIe siècle, mais la fragilité de ces récipients rend cette hypothèse peu crédible. L’autre possibilité est celle du réemploi du verre. Si leur répartition spatiale sur le site peut traduire la fonction des différents corps de bâtiments, il semble opportun de signaler la découverte en un même carré (C5) et dans une même US (1202) de la plupart des verres à destination médicale ou pharmaceutique (urinal, pots, fioles), indiquant peut-être l’existence d’une sorte d’apothicairerie privée.

35Seules des analyses physico-chimiques pourraient éventuellement permettre de déterminer la provenance exacte de ces objets, mais il est déjà évident que certains d’entre eux sont à rattacher à la tradition germanique, alsacienne notamment, tandis que d’autres sont plus caractéristiques des domaines directement soumis à l’influence française.

Image 100000000000040C0000059E00C129F248346E8B.jpg

Fig. 260 : Le verre : verres à boire

Image 1000000000000410000005A2BE0E26096B7B776C.jpg

Fig. 261 : Le verre : verres à boire

Image 100000000000040D000005A0326E5E241E929170.jpg

Fig. 262 : Le verre : verres à boire

Image 100000000000040E000005A0D2C965CF5A6C725A.jpg

Fig. 263 : Le verre : verres à boire

Image 10000000000004100000059EA1084BA726196A87.jpg

Fig. 264 : Le verre : verres à boire

Image 1000000000000412000005A1549947A93B496FE5.jpg

Fig. 265 : Le verre : verres à boire

Image 100000000000040C000005A04C0A280EB900B703.jpg

Fig. 266 : Le verre : gobelets ou verres à boire

Image 100000000000040E000005A08F7ADECAA9F8123D.jpg

Fig. 267 : Le verre : gobelets

Image 100000000000040F000005A1B0E8CC8F6B1E15C5.jpg

Fig. 268 : Le verre : gobelets

Image 100000000000040E0000059E841B573727B57C90.jpg

Fig. 269 : Le verre : gobelets

Image 100000000000040C0000059E3C415AC0A61C6D59.jpg

Fig. 270 : Le verre : gobelets

Image 10000000000004100000059DB76253B7DED17089.jpg

Fig. 271 : Le verre : gobelets

Image 1000000000000411000005A2D8445774234B86ED.jpg

Fig. 272 : Le verre : divers

Image 1000000000000411000005A4C3868D476ABC90A9.jpg

Fig. 273 : Le verre : bouteilles

Image 10000000000004100000059E8E9DC8003E9A05AF.jpg

Fig. 274 : Le verre : bouteilles

Image 100000000000040E000005A2A334399AB1846C1D.jpg

Fig. 275 : Le verre : fioles

Image 100000000000040E0000059A7B6CDE3D47A7636B.jpg

Fig. 276 : Le verre : pots et urinal

Notes de bas de page

1  Les chiffres donnés dans le cadre de ce chapitre correspondent à ceux extraits du carnet de fouille. Toutefois, les chiffres concernant l’étude qui suit peuvent sembler ne pas correspondre. En effet, le stockage dans l’attente d’une étude post-fouille a entraîné un morcellement du mobilier, plus ou moins important en fonction de l’altération du verre.

2  Verrerie de l’Est de la France, XIIIe-XVIIIe siècles, Fabrication – Consommation, Revue Archéologique de l’Est et du Centre-Est, 9e supplément, Dijon, 1990.

3  Le nombre d’individus est habituellement comptabilisé grâce au nombre minimum d’individus, ou NMI. Celui-ci correspond au nombre de fragments présentant un élément de façonnage caractéristique, à savoir soit une pastille d’empontillage, soit la trace de la canne de pontillage, seul élément qui permet de ne pas tenir en compte les conditions d’altération du verre lors du comptage. Toutefois, lors de cette étude, certains objets caractéristiques auxquels ne correspond aucun élément de pontillage seront aussi nommés individus et certains objets caractéristiques, même s’ils ne présentent pas d’élément de pontillage, seront comptabilisés comme tels.

4  Jacqueline Bellanger, Verre d’usage et de prestige, France 1500-1800, Paris, 1988.

5  Ibid., et Danièle Foy (dir.), A travers le verre, du Moyen Âge à la Renaissance, Nancy, 1989.

6  Traces particulièrement visible sur les objets n° 54459-CA-7175 (Fig. 264), 7193 et 7101 (Fig. 272), 7350-7355 (Fig. 273).

7  Se reporter à la description morphologique des objets.

8  Jacqueline Bellanger, op. cit., Danièle Foy (dir.), op. cit., Danièle Foy, Geneviève Sennequier (dir.), Ateliers de verriers de l’Antiquité à la période pré-industrielle, Rouen, 1991 ; Michel Philippe, Naissance de la verrerie moderne, XIIe-XVIe siècles, Turnhout, 1998.

9  Voir notamment Jacqueline Bellanger, op. cit., Danièle Foy (dir.), op. cit., Jean-Pierre Rieb, Un ensemble médiéval urbain exceptionnel, rue des Juifs à Strasbourg, dans Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse, 806, Mulhouse, 1987, p. 149-169, Jean-Pierre Rieb, Vie matérielle : la verrerie, dans Encyclopédie de l’Alsace, Strasbourg, 1983, p. 7586-7596 ; Verrerie de l’Est de la France, … ; Vivre au Moyen Âge : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, 1909.

10  Jacqueline Bellanger, op. cit., Danièle Foy (dir.), op. cit.

11  Jacqueline Bellanger, op. cit..

12  Tous les dessins ont été réalisés par André Janot.

13  Danièle Foy, op. cit., Jean-Pierre Rieb, op. cit., Verrerie de l’Est de la France, ...

14  Verrerie de l’Est de la France, ...

15  Hubert Cabart et Isabelle Bourger, Céramique et le verre de deux ensembles clos des XIVe et XVIe siècles à Metz (Moselle), dans Revue archéologique de l’est et du centre est, 1990, n° 157 tome 41, p. 105-140, Danièle Foy, op. cit., Metz médiéval, mises au jour, mise à jour, catalogue de l’exposition, Metz, 1996 ; Marie-Thérèse Penna, Laurence de Finance, Trois ensembles de verrerie médiévale et moderne, dans Le Collège de France (Paris) : du quartier gallo-romain au Quartier latin, Paris, 2003, p. 213-228 et 265-267, Jean-Pierre Rieb, op. cit, et Verrerie de l’Est de la France, ...

16  On appelle verre de fougère le verre potassique utilisé au Bas Moyen Âge et au début de l’époque moderne, la potasse étant issue de cendres de végétaux forestiers utilisées comme fondant lors la fabrication du verre. « Les artisans lorrains sont aussi assurés d’un approvisionnement en fougère grâce à la charte de 1469 signée par Jean de Calabre, gouverneur des duchés de Lorraine : Pourront aussy les dicts verriers prendre cueillir par les bois de Monseigneur et emporter feulchières et aultres herbes propres et convenables pour le faict de leur mestier… », Danièle Foy, Geneviève Sennequier (dir.), op. cit., p. 35.

17  Jacqueline Bellanger, op. cit., Hubert Cabart, Isabelle Bourger, op. cit., Danièle Foy, op. cit., Metz médiéval, mises au jour, mise à jour, catalogue de l’exposition, Metz, Verrerie de l’Est de la France, ..., et Vivre au Moyen Âge…

18  Voir notamment Jacqueline Bellanger, op. cit., Martine Berthier, Le verre, dans Michel Bur, Le château d’Épinal XIIIe-XVIIe siècle, Paris, 2002, p. 257-273, Sylvie Cantrelle et alii, Histoire d’un quartier de Montbéliard (Doubs) : le bourg Saint-Martin (XIIIe-XXesiècle), Paris, 2000, Danièle Foy (dir.), op. cit., Marie-Thérèse. Penna, Laurence de Finance, op. cit., Pierre-Jean Trombetta, Le verre, dans Geneviève Bresc-Bautier (dir.), Archéologie du Grand Louvre : le quartier du Louvre au XVIIe siècle, p. 167-177, et Verrerie de l’Est de la France, ...

19  Verrerie de l’Est de la France, …

20  Martine Berthier, op. cit., et Verrerie de l’Est de la France, …

21  Ibid.

22  Danièle Foy, op. cit.

23  Danièle Foy, op. cit.

24  Verrerie de l’Est de la France, …

25  Jacqueline Bellanger, op. cit., Olga Drahatova, L’art du verre en Europe, Paris, 1983, Danièle Foy, (dir.), op. cit., Danièle Foy, Geneviève Sennequier, (dir.) : Op. cit., Michel Philippe, op. cit., Jean-Pierre Rieb, op. cit., Verrerie de l’Est de la France, …, et Vivre au Moyen Âge…

26  Hubert Cabart, Isabelle Bourger op. cit., Sophie Cantrelle et alii, op. cit. ; Olga Drahatova, op. cit., Danièle Foy (dir.), op. cit. ; Danièle Foy, Geneviève Sennequier (dir.), op. cit., Metz médiéval, mises au jour, mise à jour, catalogue de l’exposition, Metz, Verrerie de l’Est de la France, …

27  Martine Berthier, op. cit., Hubert Cabart, Isabelle Bourger, op. cit., Danièle Foy (dir.), op. cit., Verrerie de l’Est de la France, …, et Vivre au Moyen Âge…

28  Danièle Foy, op. cit.

29  Danièle Foy (dir.), op. cit ; Verrerie de l’Est de la France, …

30  Jean-Pierre Rieb, op. cit., Pierre-Jean Trombetta, op. cit., et Verrerie de l’Est de la France, ...

31  Danièle Foy, op. cit.

32  Pierre-Jean Trombetta op. cit..

33  Ibid.

34  Hubert Cabart, Isabelle Bourger, op. cit., Danièle Foy (dir.), op. cit., Verrerie de l’Est de la France, …, Vivre au Moyen Âge, …

35  Hubert Cabart, Isabelle Bourger, op. cit., Danièle Foy (dir.), op. cit., Verrerie de l’Est de la France, …, Vivre au Moyen Âge, …

36  Pierre-Jean Trombetta, op. cit.

37  Danièle Foy (dir.), op. cit., Verrerie de l’Est de la France, …

38  Danièle Foy (dir.), op. cit.

39  Jacqueline Bellanger, op. cit., Pierre Degousée, Bruce Velde, Stéphane Palaude, Analyse d’échantillons de Follemprise (nord de la Thiérache française, fin XVIe siècle), dans Bulletin de l’Association Française pour l’archéologie du verre, 2004, Paris, p. 34-37, Germaine Rose-Villequey, Verre et verriers de Lorraine au début des Temps Modernes (de la fin du XVe au début du XVIIe siècle), Nancy, 1970.

40  Jacqueline. Bellanger, op. cit., Pierre-Jean Trombetta, op. cit.

41  Ibid.

42  Danièle Foy, op. cit., Jean-Pierre Rieb, op. cit..

43  Ibid.

44  Jacqueline Bellanger, op. cit., Martine Berthier, op. cit. ; Hubert Cabart, Isabelle Bourger, op. cit. ; Olga Drahatova, op. cit., Danièle Foy (dir.), op. cit ; Jean-Pierre Rieb, op. cit., Verrerie de l’Est de la France…, et Vivre au Moyen Âge…

45  Jacqueline Bellanger, op. cit.

46  Sylvie Cantrelle et alii, op. cit., Danièle Foy (dir.), op. cit.., Pierre-Jean Trombetta, op. cit., et Verrerie de l’Est de la France

47  Jacqueline Bellanger, op. cit., Danièle Foy (dir.), op. cit.

48  U.S. 1201, 1202 et 1203.

49  Hubert Cabart, Isabelle Bourger, op. cit., Sylvie Cantrelle et alii, op. cit., Danièle Foy (dir.), op. cit. ; Metz médiéval…, Marie-Thérèse Penna, Laurence de Finance, op. cit., Verrerie de l’Est de la France…, et Vivre au Moyen Âge…

50  Jacqueline Bellanger, op. cit., Danièle Foy (dir.), op. cit..

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.