Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre neuf. Les céramiques liées au confort et aux loisirs

p. 309-322


Texte intégral

1Plusieurs céramiques découvertes au « Château des Armoises » ne sont ni culinaires, ni architecturales. Il s’agit essentiellement d’albarelles, de lampes et de jouets, auxquels doivent être ajoutés quelques fragments de pipes en terre et quelques nichoirs. 78 individus ont été distingués.

9.1. Le couvre-feu

2Plusieurs fragments d’un couvre-feu ont été découverts sur le site (Fig. 246). D’un diamètre à l’ouverture de 40 cm, cet objet a été cuit en atmosphère oxydante. De très nombreuses inclusions indiquent l’emploi d’un dégraissant grossier, constitué de coquillages broyés. Le contexte stratigraphique de sa découverte permet d’attribuer cet objet à la seconde moitié du XIVe ou au XVe siècle. Par ailleurs, des couvre-feu de morphologie et de facture très proches ont été trouvés à Pompey (54)1, sur plusieurs sites de Franche-Comté2, ainsi qu’à Bourges3 et Châlons-sur-Marne4. Tous sont datés du XIVe ou du XVe siècle.

9.2. Les lampes

3Vingt-trois lampes ont été identifiées (Fig. 247-248). La plupart sont dépourvues de glaçure, mais sept d’entre elles sont couvertes de glaçure interne, verte sur un individu, brune sur un autre, et noire violacée sur deux autres, les exemplaires restant étant trop calcinés pour que la couleur de glaçure soit identifiée. Toutes ces lampes ont la même forme : ce sont de petites coupelles dont le diamètre à l’ouverture varie entre 4,2 cm et 8,6 cm (avec une moyenne de 6,6 cm), pour un diamètre à la base de 2,7 à 5 cm (4 cm de moyenne), et une hauteur très réduite, comprise entre 2 et 2,7 cm (2,3 cm en moyenne). Leurs lèvres forment une légère inflexion interne, leurs bases sont droites ou légèrement concaves. Elles étaient toutes pourvues d’un petit bec pincé servant à recueillir la mèche qui baignait dans l’huile ou le suif. La cuisson est oxydante, sauf dans le cas des individus n° 459-CA-634 et 459-CA-990, cuits en atmosphère réductrice. Le dégraissant est siliceux, mêlé à l’argile sous forme de sable fin. La forme de ces lampes est très courante, puisqu’elle se retrouve notamment à Epinal (88)5, Dieulouard (54)6, Metz (57)7, Blâmont (54)8, ainsi qu’à Rougemont-le-Château (90)9 et sur plusieurs sites alsaciens10. Leur fréquence ne permet pas d’en préciser la datation au-delà de celle du site fouillé (deuxième moitié XIVe- début du XVIIe siècle).

Image 10000000000001F2000001605B1C34CA1E76ACD8.jpg

Fig. 242 : Lampe à huile (459-CA-634)

9.3. Les albarelles

4Huit albarelles au moins ont été mises au jour (Fig. 249- 250). Ce terme désigne des pots servant à conserver des crèmes ou des onguents, vraisemblablement à but pharmaceutique. Ces objets sont de dimensions réduites, leur diamètre à l’ouverture oscillant entre 4 et 8,9 cm (avec une moyenne de 6,4 cm), pour un diamètre à la base compris entre 2,6 et 6 cm (4,2 cm de moyenne), et une hauteur de 5 à 10,5 cm (7 cm de moyenne). Leur petite taille explique peut-être leur bon état de conservation. Elles sont entièrement recouvertes d’une glaçure interne-externe verte sur engobe, à l’exception de deux individus, glaçurés partiellement, de couleur brune (n° 459-CA-630) ou jaune (n° 459-CA-875). Toutes présentent néanmoins la même morphologie, globalement tronconique, avec des parois fines, rectilignes ou légèrement curvilignes. Leurs lèvres forment une nette inflexion interne-externe, qui permettait sans doute d’y fixer une ficelle destinée à retenir un morceau de tissu ou de papier huilé pour obturer ces pots. Les bases sont concaves ou concavoconvexes, formant un petit piédestal sur les deux plus petits exemplaires (n° 459-CA-627 et 459-CA-628). Toutes ont été cuites en atmosphère oxydante (leur pâte est de couleur orange), et sont façonnées avec adjonction d’un dégraissant fin, sans doute siliceux, au vu des quelques inclusions visibles. Au vu des publications consultées, ces pots à pharmacie ne présentent guère d’originalité, ressemblant à ceux découverts à Lille (59)11 ou à Paris (75)12, même si ces derniers sont réalisés avec une pâte de meilleure qualité, parfois même en grès ou en faïence. Une petite albarelle de Besançon (25)13 ressemble également fortement à celles-ci, de même qu’un individu de Metz (57)14 daté des XVIe-XVIIe siècles. Surtout, les exemplaires mis au jour au château de l’Avant-Garde à Pompey (54)15, au Saint-Mont à Saint-Amé (88)16, à Dieulouard (54)17 et à Strasbourg (67)18 sont de facture et de morphologie semblables. Tous ces éléments permettent de dater ces albarelles du XVIe siècle, même si le contexte stratigraphique de leur découverte est légèrement plus tardif.

Image 10000000000004100000018649926344A75D1C08.jpg

Fig. 243 : Ensemble d’albarelles (459-CA-627 ; 2313 ; 630 ; 2314 ; 628)

9.4. Les pipes

5Trois fragments de pipe en terre ont été identifiés (Fig. 251). Toutes sont faites de terre blanche très fine, moulée. La n° 459-CA-576, d’un type morphologique baptisé « en croche »19 est percée d’un tuyau de 2,5 mm de diamètre. Son fourneau, de 2,3 cm de diamètre environ, est décoré en sa partie supérieure d’une « dentelle » réalisée à la molette. La seconde, n° 459-CA-577, très fragmentaire, est en « demi-croche »20, et présente un tuyau de 1,9 mm de diamètre. Son talon est en outre orné de la lettre « T », inscrite dans un petit cercle en pointillés. Seule une partie de la queue de la dernière, n° 459-CA-2488, est conservée, ornée d’une longue torsade. Le tuyau mesure 2,5 mm de diamètre. D’après Maurice Raphaël21, les pipes en terre sont fabriquées en Angleterre à partir de 1575, en Hollande à partir de 1620 environ, et en France dès les années 1640. Celles du « château des Armoises » semblent donc relativement précoces, et sont vraisemblablement de fabrication étrangère. Très différentes, les nombreuses pipes découvertes à Epinal (88)22, à Montbéliard (25)23 et à Strasbourg (67)24 ne permettent pas d’établir une comparaison judicieuse. La méthode de datation proposée par M.-J.-C. Harrington en 1954 et améliorée par Loïc Langouet, Pierre Battas et Michel Raux, basée sur l’observation du diamètre des tuyaux et de la morphologie des fourneaux25, semble peu pertinente : appliquée aux exemplaires de Richardménil, elle date les individus n° 459-CA-576 et 459-CA-2488 des années 1670-1705, et la pipe n° 459-CA-577 des années 1743-1763 (en fonction du diamètre du tuyau) ou des années 1680-1710 (au vu de la forme du fourneau). Le contexte stratigraphique de découverte de ces objets indique pourtant qu’ils sont antérieurs à la destruction du site, survenue en 1613.

9.5 Les jouets

6Ils sont représentés par des billes, une tirelire, un sifflet, une statuette, de la dînette et un hochet. A en juger par la plupart des publications, il semble plutôt rare de trouver en un même site autant de céramiques à usage ludique.

9.5.1. Les billes

7Elles sont au nombre de vingt-huit, de dimensions relativement homogènes, leurs diamètres oscillant entre 1,5 et 2,5 cm, pour une moyenne de 1,8 cm (Fig. 252). Ce sont de simples boules de pâte grossièrement roulées, même si trois d’entre elles sont sommairement glaçurées. Vingt-six ont été cuites en atmosphère oxydante (pâte orange), les deux autres ont subi une cuisson réductrice (pâte grise). Le dégraissant utilisé est trop fin pour être déterminé visuellement. Des billes ont été exhumées sur d’autres sites contemporains à celui de Richardménil, notamment à Pompey (54)26, à Montbéliard (25)27, et sur plusieurs sites d’Alsace28. Si les exemplaires glaçurés semblent pouvoir être attribuables à la seconde moitié du XIVe ou au XVe siècle, au vu de la technique de revêtement employée (glaçure par aspersion), les autres ne peuvent être datés précisément.

9.5.2. La tirelire

8C’est un petit récipient dépourvu d’ouverture à l’exception d’un petit trou circulaire d’à peine trois millimètres de diamètre et d’une fente large de deux millimètres par laquelle on insérait les pièces de monnaie (Fig. 252 et 244). Sa hauteur est de 6,5 cm, pour un diamètre maximal de 7 cm. La pâte est orange (cuisson oxydante), le dégraissant utilisé est fin. L’objet ne porte aucune trace de revêtement, à l’exception d’une petite goutte de glaçure brune, sans doute accidentelle. De nombreux sites ont livré des tirelires du même type. Celles de Metz (57) sont datées des XIIIe-XVe siècles ou des XVIe-XVIIe siècles29. Un exemplaire a été découvert au château d’Epinal (88) dans une couche des XIVe-XVe siècles30. Celui mis au jour à Saint-Gilles du Gard (30) est attribué au XIIIe siècle31, ceux de Besançon (25)32 et Andenne (Belgique)33 du XIVe siècle. D’autres tirelires ont été trouvées à Paris (75)34 et à Strasbourg (67)35, où elles sont datées du XVIe siècle, ainsi que dans le Lyonnais (69)36 et à Rouen (76)37. Un individu du XVIIe siècle a également été exhumé à Châlons-sur-Marne (51)38. Tous ces éléments ne permettent cependant pas de proposer une datation très précise de l’exemplaire de Richardménil.

Image 10000000000001F200000184CBF7F49670B6AA15.jpg

Fig. 244 : Tirelire et dinette (459-CA-461 ; 280)

Image 10000000000001F100000140130811D46CEBFC04.jpg

Fig. 245 : Sifflet en forme de cheval (459-CA-452)

9.5.3. Le sifflet zoomorphe

9Ce sifflet, d’une dizaine de centimètres de longueur, se présente sous la forme d’un cheval harnaché, dont les pattes et la queue ont disparu, monté par un cavalier dont ne subsistent que les cuisses (Fig. 252 et Fig. 245). L’ensemble est traité sans grand souci de réalisme. La pâte est orange, cuite en atmosphère oxydante, et de nombreuses inclusions siliceuses montrent l’utilisation de dégraissant sableux en abondance. Le cheval porte quelques traces de glaçure verte. La structure de l’animal est creuse. La queue se prolongeait pour former l’embouchure de l’instrument. Des exemplaires très ressemblants, surtout au niveau du traitement de la tête du cheval, ont été mis au jour à Metz (57)39, où ils sont datés du XVe siècle. Quelques individus ont aussi été livrés par des sites alsaciens40, tous datés du XVIe siècle. D’autres ont été découverts à Pompey (54)41 et à Epinal (88)42, mais leur datation est plus imprécise (XVe-début XVIIe).

9.5.4. La statuette

10Elle représente un petit personnage très grossièrement façonné, peut-être par un enfant, de 7,1 cm de hauteur (Fig. 252). La pâte est orange, attestant d’une cuisson en atmosphère oxydante, le dégraissant employé est fin. Elle ne peut être datée avec précision.

9.5.5. La dinette

11Trois marmites miniatures, à usage ludique, ont été exhumées au « château des Armoises » (Fig. 253). Leurs diamètres à l’ouverture sont compris entre 5 et 7 cm, pour un diamètre à la base de 5,2 à 7 cm, et une hauteur n’excédant pas 8,7 cm. Leurs lèvres sont à inflexion externe, leur base est tripode. Relativement bien tournées, elles sont partiellement glaçurées (brune ou marron), de façon plutôt sommaire. Leur morphologie et leurs caractéristiques techniques permettent de les dater du XVIe siècle. Une petite cruche (n° 459-CA- 5000) a également été mise au jour, de 5,8 cm de diamètre à l’ouverture pour 4,6 cm de diamètre à la base et une hauteur de 9,7 cm (Fig. 253). Sa lèvre forme une inflexion interne, sa base est légèrement concave. Elle est partiellement couverte d’une glaçure externe brune verdâtre, appliquée sur cru par aspersion, ce qui laisse à penser que cet objet est plus ancien que les précédents, sans doute attribuable au XVe siècle. Une autre petite cruche (n° 459-CA-770), moins complète, mesure seulement 3,7 cm de diamètre à la base (légèrement concave). Elle est partiellement revêtue sur sa face externe d’une glaçure appliquée sur cru et de couleur marron. Sa forme et son revêtement l’attribuent au XVe ou au XVIe siècle (Fig. 253). Ce type d’objet a été découvert au château de l’Avant-Garde de Pompey (54)43, où il est attribué au XVIe ou au début du XVIIe siècle, ainsi qu’à Strasbourg (67)44, daté du XVIe siècle. De la dînette des XIIIe-XIVe siècles a également été mise au jour à Metz (57)45, mais la morphologie et les caractéristiques techniques des exemplaires de Richardménil, comparées à celles de la céramique culinaire, permettent de les dater des XVe et XVIe siècles.

9.5.6. Le hochet

12Il est rare de trouver en fouille ce type d’objet (Fig. 252). Ce hochet (n° 459-CA-453) se présente sous la forme d’une sphère très irrégulière, peut-être réalisée par des mains d’enfant, de pâte orange (cuisson oxydante) et dont le diamètre varie de 5,2 à 5,6 cm. La texture de la pâte donne l’impression qu’aucun dégraissant n’a été ajouté à l’argile. Sa structure interne est creuse et renferme un élément de nature indéterminée, responsable du bruit obtenu lorsqu’on agite l’ensemble. Le nombre très réduit d’éléments de comparaison (les seuls hochets observés dans les publications consultées, datés du XIe au XIVe siècle et trouvés à Andenne (Belgique)46, sont de morphologie différente, munis d’une queue, et glaçurés de surcroît) et les critères techniques de l’objet ne permettent pas d’en proposer une datation précise. Le contexte stratigraphique de sa découverte correspond au XVIe ou au début du XVIIe siècle, même s’il peut s’agir d’un élément résiduel de la seconde moitié du XIVe ou du XVe siècle.

9.6. Les nichoirs

13Huit individus au moins ont été identifiés comme des nichoirs destinés à accueillir de petits oiseaux, au vu de leurs dimensions (Fig. 254). Ils se présentent sous la forme de pots aux parois très bombées, d’une hauteur avoisinant sans doute une douzaine de centimètres, dont la partie sommitale présente une pointe, ou « apex », formée par étirement de la pâte. Une ouverture, d’un diamètre maximal de 2,8 à 4,1 cm, est pratiquée au niveau de l’extremum de panse, prolongée par un goulot rapporté qui servait d’entrée au nichoir. La base, d’un diamètre de 9,8 cm sur l’exemplaire le mieux conservé du lot (n° 459-CA-762 à 765), est également découpée avant cuisson, sur presque toute sa surface, à l’exception, d’après les traces observées sur les fragments étudiés, d’un petit ressaut triangulaire, qui permettait sans doute d’accrocher le nichoir à deux clous fixés dans le mur.

14Les nichoirs ne sont pas glaçurés, même si un fragment porte une tache de glaçure verte, sans doute accidentelle. Tous ont été cuits en atmosphère oxydante, et façonnés avec adjonction d’un dégraissant sableux, trahi par de nombreuses inclusions siliceuses. En l’absence d’éléments de comparaison judicieux, même si quelques fragments de nichoirs ont été mis au jour au château de l’Avant-Garde à Pompey (54)47, la datation proposée pour ces objets est celle du site : deuxième moitié du XIVe-début du XVIIe siècle.

9.7. Les bacs à oiseaux

15Deux objets cuits en atmosphère oxydante et façonnés avec adjonction de dégraissant probablement chamotté ont été identifiés comme des bacs à oiseaux, en raison de la similitude morphologique et technologique observée avec un individu mis au jour à Paris48 et daté du XVIe ou du début du XVIIe siècle. Le n° 459-CA-4509 se présente sous la forme d’un parallélépipède (cassé) haut de 5 cm environ, creux, et dont les deux petits côtés conservés sont ornés de fines stries (Fig. 255). Il semble que des cloisons scindaient l’ensemble en quatre compartiments quadrangulaires identiques. L’objet n° 459-CA-4606 est vraisemblablement du même type.

Conclusion

16La collection de céramiques domestiques non culinaires découverte à Richardménil ne vient certes pas bouleverser la connaissance de la céramique médiévale et moderne, mais elle permet de mieux appréhender certains aspects de la vie quotidienne au Moyen Âge et du début de l’Époque Moderne, d’autant que certains objets (jouets, nichoirs et bacs à oiseaux, notamment) n’ont fait l’objet que d’un nombre restreint de publications. Elle atteste en outre la présence d’enfants dans une maison forte, prouvant encore que la vocation de ce type de site n’est pas seulement défensive.

Image 10000000000004110000041FD320AFAB60AA5283.jpg

Fig. 246 : Couvre-feu

Image 100000000000040C000005A13F54DAB78EAF9478.jpg

Fig. 247 : Lampes

Image 1000000000000412000005A06AB5CF543C12A94D.jpg

Fig. 248 : Lampes

Image 10000000000004120000059DA9D72BDEC988D685.jpg

Fig. 249 : Albarelles

Image 100000000000040E000005A08B687CF8180A4874.jpg

Fig. 250 : Albarelles

Image 100000000000040E0000059FE4A675E98FB426E1.jpg

Fig. 251 : Pipes

Image 100000000000040C000005A343A9BA623496B1B6.jpg

Fig. 252 : Jouets

Image 1000000000000411000005A0EA5E02E1E0F9A3A1.jpg

Fig. 253 : Jouets (dinette)

Image 100000000000040E0000059D4357A6BE70578DB5.jpg

Fig. 254 : Nichoirs

Image 100000000000041000000381848442BBD3AFB1B9.jpg

Fig. 255 : Bac à oiseaux

Notes de bas de page

1  Agnieska Koziol, La céramique culinaire du XVe siècle dans le quart Nord-Est de la France Lorraine, mémoire de D.E.A., Nancy 2, 2003.

2  Ex pots…

3  Catherine Monnet, La vie quotidienne dans une forteresse royale : la Grosse Tour de Bourges (fin XIIe-milieu XVIIe siècle), Bourges, 1999.

4  Hubert Cabart, Fouille de quatre fosses (XVe-XVIIe siècles) dans le quartier Saint-Dominique à Châlons-sur-Marne, Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 4, Reims, 1985, p. 31-66.

5  Charles Kraemer, La céramique domestique non culinaire, dans Michel Bur, Le château d’Epinal, XIIIe-XVIIe siècle, Paris, 2002, p. 219-222.

6  Alexandra Bayautet, Op. cit.

7  Isabelle Bourger, Hubert Cabart, La céramique et le verre de deux ensembles clos des XIVe et XVIe siècles à Metz (Moselle), Revue Archéologique de l’Est et du Centre-Est, t. 41, fasc. 1, Dijon, 1990, p. 105-140 ; Nathalie Dautremont et alii, La production potière des XIIIe-XVe siècles du quartier du Pontiffroy à Metz (Moselle). Les fouilles de 1987- 1988, Revue Archéologique de l’Est, t. 51-2001/2002, Dijon, 2003, p. 361-414.

8  Frédéric Steinbach, La poterie de la Porte d’en Bas de Blâmont (XVIe-XVIIe siècles), mémoire de maîtrise, Nancy 2, 2003.

9  Ex pots…

10  Vivre au Moyen Âge

11  Gilles Blieck, Vaisselle et nourriture du XVIe siècle à Lille (Nord), Revue archéologique de Picardie, n° 1-2, 1986, p. 109-129.

12  Fabienne Ravoire, Un ensemble céramique du XVIe siècle : la fosse L1 des Thermes de Cluny à Paris, Archéologie Médiévale, t. XXI, 1991, pp. 209-270.

13  Ex pots..., céramiques médiévales et modernes en Franche-Comté, Montbéliard, 1995.

14  Metz médiéval...

15  Agnieska Koziol, Etude du mobilier céramique glaçuré du château de l’Avant-Garde à Pompey (XIVe-début XVIIe siècle), mémoire de maîtrise, Nancy 2, 2002.

16  Martine Aubry-Voirin, La céramique culinaire du Saint-Mont (Ve-XVIIIe siècles), essai de typo-chronologie, mémoire de maîtrise, Nancy 2, 1999.

17  Alexandra Bayautet, Etude du mobilier céramique du château de Dieulouard, XVIe-XVIIIe siècles, mémoire de maîtrise, Nancy 2, 2000.

18  Vivre au Moyen Âge : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, 1990 ;
Jean-Pierre Rieb et alii, Un ensemble médiéval urbain exceptionnel, rue des Juifs à Strasbourg, Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse, 806, Mulhouse, 1987, pp. 149-169.

19  Maurice Raphaël, La pipe en terre : son périple à travers la France, Vitrolles, 1991.

20  Ibidem.

21  Ibidem.

22  Michel Bur, Les pipes, dans Michel Bur, Le château d’Epinal, XIIIe-XVIIe siècle, Paris, 2002, p. 149-153.

23  Ex pots...

24  Vivre au Moyen Âge…

25  Ibidem.

26  Agnieska Koziol, Etude du mobilier céramique glaçuré du château de l’Avant-Garde à Pompey (XIVe-début XVIIe siècle), mémoire de maîtrise, Nancy 2, 2002.

27  Ex pots...

28  Jean-Pierre Rieb et alii, Op. cit. ; Vivre au Moyen Âge…

29  Nathalie Dautremont et alii, Op. cit. ; Metz médiéval...

30  Charles Kraemer, Op. cit.

31  Jacques Thiriot, Les ateliers médiévaux de poterie grise en Uzège et dans le Bas-Rhône : premières recherches de terrain, Paris, 1986.

32  Ex pots...

33  R. Borremans et R. Warginaire, La céramique d’Andenne, recherches de 1956-1965, Rotterdam, 1966.

34  Fabienne Ravoire, Op. cit., p. 263.

35  Jean-Pierre Rieb et alii, Op. cit. ; Vivre au Moyen Âge…

36  Elisabeth Faure-Boucharlat, Tommi Vicard, Bruna Maccari-Poisson, Sophie Savay-Guerraz, Pots et potiers en Rhône-Alpes, époque médiévale, époque moderne, Lyon, 1996.

37  Xavier Delestre, Anne-Marie Flambard-Héricher, La céramique du XIe au XVIe siècle en Normandie, Beauvaisis, Ile-de-France, Rouen, 1995.

38  Hubert Cabart, Op. cit., p. 211.

39  Metz médiéval…

40  Vivre au Moyen Âge...

41  Agnieska Koziol, Etude du mobilier céramique glaçuré du château de l’Avant-Garde à Pompey (XIVe-début XVIIe siècle), mémoire de maîtrise, Nancy 2, 2002.

42  Charles Kraemer, Op. cit.

43  Agnieska Koziol, Etude du mobilier céramique glaçuré du château de l’Avant-Garde à Pompey (XIVe-début XVIIe siècle), mémoire de maîtrise, Nancy 2, 2002.

44  Vivre au Moyen Âge...

45  Nathalie Dautremont et alii, Op. cit. ; Metz médiéval

46  R. Borremans et R. Warginaire, La céramique d’Andenne, recherches de 1956 - 1965, Rotterdam, 1966.

47  Mobilier en cours d’étude au LAMEst.

48  Paul Van Ossel, Les Jardins du Carrousel (Paris), de la campagne à la ville : la formation d’un espace urbain, Paris, 1998, p. 183.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.