Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre huit. Le mobilier en grès

p. 297-308


Texte intégral

1Le grès est un type de céramique particulier qui fait son apparition à la fin du XIIIe siècle. Il est obtenu par la vitrification plus ou moins complète d’une argile spécifique, cuite à une température comprise entre 1200/1250° C et 1300/1400° C. La technicité et la matière première requises expliquent que les centres de production soient restés très localisés au cours du Moyen Âge et de l’Epoque Moderne. En outre, la grande homogénéité des formes retrouvées atteste de l’importante diffusion de ces objets. Il semble que les grès médiévaux retrouvés en Lorraine proviennent essentiellement, dès le XIVe siècle, des ateliers de Rhénanie. Il est toutefois possible que des productions alsaciennes, à partir du XVe siècle, se soient diffusées dans la région1.

2Le site du « Château des Armoises » de Richardménil a livré 240 tessons de grès. Plus de 84 %, de couleur grise, sont entièrement couverts de glaçure salifère. Ce type de revêtement est obtenu en jetant du sel dans le four en cours de cuisson ; sublimé par la forte température, il se dépose sur les objets, créant à leur surface une fine pellicule brillante et transparente. Près de 11 % des fragments sont recouverts d’un engobe ferrugineux, prenant à la cuisson une couleur dont la teinte varie du marron au bordeaux, présentant même parfois des reflets métallescents. Ce type de couverte semble antérieur au précédent, utilisé dès le XIVe siècle au moins. Moins de 2 % des tessons sont bicolores, revêtus d’engobe ferrugineux sur leur face externe, et de glaçure salifère à l’intérieur. Près de 3 % sont simplement couverts d’un engobe beige.

360 objets distincts ont été identifiés au sein de la collection, tous faits de pâte grise. Ce sont essentiellement des tasses (47), ainsi que des gobelets (4) et des pichets (4). Un fragment de lampe à huile a aussi été découvert.

8.1. Les tasses

447 tasses ont été identifiées. Ce sont des objets de petite taille, d’un diamètre à l’ouverture moyen de 8,6 cm (de 6,8 à 10,0 cm), pour un diamètre à la base moyen de 4,3 cm (de 3,2 à 5,0 cm) et une hauteur moyenne de 5,8 cm (de 5,2 à 7,2 cm). Trois types différents peuvent être observés.

8.1.1. Type 1

5Le premier type (Fig. 233) ne compte qu’un seul individu (n° 459-CA-3058, 3200, 3201). Il s’agit d’une tasse de 6,8 cm de diamètre à l’ouverture et 5,2 cm de diamètre à la base. Sa hauteur de 7,2 cm en fait la plus grande tasse de la collection du « Château des Armoises ». Son profil est biconique, marqué par une double carène en son milieu. La lèvre forme un léger épaississement interne ; sa base est en piédestal simple. L’anse n’a pas été retrouvée. Cette tasse est entièrement recouverte d’une glaçure salifère, et sa surface, grise, prend par endroits des teintes légèrement rosées. Des objets de forme identique, et munis d’une anse, ont été retrouvés sur plusieurs sites de la ville de Metz (57)2, où leur datation couvre les XIVe et XVe siècles. D’autres ont été exhumés en Alsace, au château du Hohenfels (67) et à Strasbourg (67) notamment3, où ils sont datés du XVe siècle. Le château de l’Avant-Garde à Pompey (54)4 en a également livré plusieurs. Par ailleurs, la production de ce type de tasse est attestée en Rhénanie pour les XIVe-XVe siècles5. Au vu de tous ces éléments de comparaison et de la chronologie du site de Richardménil, il est raisonnable d’attribuer cette tasse à la seconde moitié du XIVe ou XVe siècle.

8.1.2. Type 2

6Il regroupe au moins 22 individus (Fig. 234 à 236-238). Ce sont des tasses de 7,0 à 10,0 cm de diamètre à l’ouverture, pour un diamètre à la base de 3,6 à 5,0 cm, et une hauteur comprise entre 4,3 et 6,3 cm. Ces tasses ont un profil marqué par une carène située à mi-hauteur ou légèrement plus haut, et au-dessus de laquelle les parois sont verticales ou faiblement rentrantes. Les lèvres sont généralement confondues ou à léger épaississement interne, même si quelques-unes forment une légère inflexion, le plus souvent externe. Les bases sont en piédestaux festonnés, et les anses sont de section rectangulaire ou ovale. Une seule de ces tasses (n° 459-CA-3099 et 3129) est entièrement couverte d’engobe ferrugineux, brun à bordeaux. Toutes les autres sont revêtues de glaçure salifère, normalement incolore, même si deux individus (n° 459-CA-3109… et 3118) présentent des sortes de mouchetures vertes en léger relief, à l’intérieur comme à l’extérieur ; il est difficile de savoir si cette coloration résulte d’une adjonction d’oxydes métalliques (cuivre), ou si elle est involontaire. Une autre tasse (n° 459-CA-3065…) présente une légère coloration brune sur sa face interne, peut-être due à un accident de cuisson, à moins que cette coloration ait été volontairement obtenue en ajoutant des oxydes ferreux, ou par enfumage du four en fin de cuisson6. Enfin, un décor d’ondulation, de couleur bleue, a été réalisé à l’aide d’oxydes de cobalt sur la paroi externe de la tasse n° 459-CA-3179, 3180, 3182. Ce type de tasse a été mis au jour au château d’Epinal (88)7, dans des couches d’occupation des XIVe-XVe siècles, ainsi qu’à Montbéliard (25)8, où elles sont datées du XVe et du début du XVIe siècle. D’autres ont été trouvées au château de l’Avant-Garde à Pompey (54)9, au monastère du Saint-Mont à Saint-Amé (88)10, et à Strasbourg (67)11. Enfin, le décor d’ondulation bleu se retrouve sur des exemplaires du Haut-Barr (67)12 et de Strasbourg (67)13 attribués à la fin du XVe siècle ou à la première moitié du XVIe siècle. Tous ces éléments datent ce type de tasse du XVe ou de la première moitié du XVIe siècle. Toutefois, l’exemplaire couvert d’engobe ferrugineux, type de revêtement qui ne semble guère être utilisé sur les tasses après la fin du XVe siècle, est probablement attribuable à la seconde moitié du XIVe ou au XVe siècle. A l’inverse, la tasse au décor bleu cobalt date vraisemblablement de la fin de la période proposée (fin du XVe - première moitié du XVIe siècle), au vu des quelques éléments de comparaison disponibles.

Image 100000000000041000000144E376010D07B29FF0.jpg

Fig. 232 : Tasses et gobelet en grès (de gauche à droite 459-CA-3212 ; 3062 ; 3002 ; 3058 ; 3174 ; 3059)

8.1.3. Type 3

7Au moins cinq individus y sont rattachés (Fig. 238-239). Leurs diamètres à l’ouverture oscillent entre 7,6 et 8,8 cm, pour des diamètres à la base de 4,0 à 4,4 cm, et une hauteur avoisinant 6 cm. Leur morphologie est très proche de celle des tasses du type 2, mais la carène qui caractérise leur profil se trouve en dessous de la mi-hauteur de ces pots, laissant plus d’importance à la partie verticale de la paroi. Les lèvres et les anses sont de même type que celles du type précédent (type 2). Seulement deux bases ont été retrouvées. Si l’une est en piédestal festonné (n° 459-CA-3059…), l’autre prend la forme d’un piédestal simple (n° 459-CA-3212). Ces tasses sont recouvertes de glaçure salifère transparente, même si deux exemplaires (n° 459-CA-3059… et 3195) présentent par endroits des teintes brunâtres, et si un autre (n° 459-CA- 3212) porte des sortes de petites mouchetures vertes en léger relief sur sa face externe. Des tasses de ce type de tasse ont été exhumées sur de nombreux sites lorrains, notamment à Metz (57), où elles sont datées, selon les sites, du XIVe ou du début du XVe siècle14, ou de la première moitié du XVIe siècle15. D’autres ont été mises au jour à Pompey (54)16, au Saint-Mont (88)17 et à Dieulouard (54)18, ainsi qu’à Strasbourg (67)19. Par conséquent, la datation proposée pour ces tasses du type 3 est la même que celle du type 2 : XVe siècle ou première moitié du XVIe siècle. Plus d’une quinzaine de bases de tasses, en piédestaux généralement festonnés, et couvertes de glaçure salifère incolore, ont également été découvertes à Richardménil, mais il n’est pas possible de les attribuer à l’un ou l’autre des types 2 et 3.

8.2. Les gobelets

8Quatre gobelets ont été identifiés. Leurs dimensions sont assez proches de celles des tasses de la collection, mais leur diamètre à l’ouverture est légèrement plus petit (de 5,8 à 7,8 cm), tandis que leur hauteur est un peu plus importante (de 6,5 à 8,3 cm). Deux types ont été distingués.

8.2.1. Type 1

9Il compte trois individus (Fig. 239). Leur diamètre à l’ouverture va de 6,9 à 7,8 cm, pour un diamètre à la base de 4,4 à 4,8 cm, et une hauteur de 6,5 à 7,0 cm. Leur profil est caractérisé par une nette carène, accentuée par un léger relief et située à mi-hauteur environ, et par un godron marquant la jonction entre la base et le corps du récipient. La lèvre est confondue ou à léger épaississement interne, la base est en piédestal, festonné ou non. Deux de ces gobelets (n° 459-CA- 3002… et 3149) sont entièrement revêtus d’engobe ferrugineux. Le troisième (n° 459-CA-3067…) est couvert du même engobe à l’extérieur, mais l’intérieur est glaçuré au sel, présentant quelques mouchetures verdâtres. Ce type de gobelet est fréquent dans la région, puisque plusieurs exemplaires ont été découverts lors des fouilles menées dans la rue du Tombois à Metz (57)20, où ils sont datés du XIVe ou du début du XVe siècle, ainsi qu’au château d’Epinal (88)21, dans des couches d’occupation des XIVe-XVe siècles, et aux châteaux de Dieulouard (54)22 et Pompey (54)23. Il est également attesté parmi les productions de plusieurs ateliers de la région de Trêves24 au cours des XIVe et XVe siècles, où ont peut-être été fabriqués ceux de Richardménil. Ces objets peuvent être datés sans risque de la seconde moitié du XIVe ou du XVe siècle.

8.2.2. Type 2

10Il n’est représenté que par un seul individu, de 5,8 cm de diamètre à l’ouverture, 4,2 cm à la base et 8,3 cm de hauteur (Fig. 239). Son profil comporte également une nette carène, mais elle est située à peu près au tiers (inférieur) de sa hauteur. La jonction entre la base et le corps du gobelet est dépourvue de godron. Au-dessus de la carène, les parois sont droites, légèrement rentrantes, et se terminent par une lèvre à léger épaississement interne. Sa base est en piédestal, non festonné. L’objet est entièrement couvert d’engobe ferrugineux brun à bordeaux. Aucune comparaison n’a pu être établie avec le mobilier d’autres sites. Toutefois, sa facture, identique à celle des gobelets précédemment étudiés, permet de l’attribuer à la seconde moitié du XIVe ou au XVe siècle, avec une marge d’erreur très réduite.

8.3. Les pichets

11Quatre pichets en grès ont été découverts au « Château des Armoises » de Richardménil (Fig. 240). Ce type d’objet est couramment produit dès le XIVe siècle dans les ateliers rhénans25, et jusqu’au milieu du XVIe siècle au moins. Le n° 459-CA-3102 est un pichet de 6 cm de diamètre à l’ouverture, couvert d’engobe ferrugineux. Sa lèvre est en bandeau, son anse est de section épaisse ovale. Sa similitude avec des exemplaires des XIVe et XVe siècles mis au jour au château d’Epinal (88)26 et lors des fouilles de la rue du Tombois à Metz (57)27 permet de proposer la seconde moitié du XIVe ou le XVe siècle comme datation. La même remarque vaut pour le pichet n° 459-CA-3108, de 5,4 cm de diamètre à l’ouverture, également revêtu d’engobe ferrugineux, et dont la lèvre est aussi en bandeau. Un pichet de morphologie et de dimensions proches de celles des deux exemplaires précédemment décrits a par ailleurs été trouvé au château de Manderen (57)28. Le pichet n° 459-CA-3036, 3056, 3088, 3101 semble être de grande taille. Son diamètre à l’ouverture est de 8 cm, pour un diamètre à la base de 10 cm. Il est entièrement recouvert d’engobe beige. Sa lèvre est confondue, sa base est en piédestal festonné. Le nombre réduit d’éléments de comparaison pertinents ne permet pas une datation particulièrement précise, mais ce type d’objet ne semble pas avoir été produit après le début du XVIe siècle. Le n° 459-CA-3073 semble être un pichet, mais sa morphologie est plus inhabituelle. De 9,8 cm de diamètre à l’ouverture, il est revêtu de glaçure salifère. Sa lèvre forme une inflexion externe, avec épaississement externe. Au vu de sa facture, il est possible qu’il soit légèrement plus tardif que les précédents, mais aucun élément ne permet de l’affirmer avec certitude.

8.4. La lampe

12Une seule lampe à huile en grès a été identifiée (n° 459- CA-3116), très fragmentaire, et entièrement couverte de glaçure salifère (Fig. 241). Sa lèvre est confondue. Des lampes à huile en grès ont déjà été retrouvées en Alsace29, mais ce type d’objet semble peu fréquent. Sa facture permet de l’attribuer probablement au XVe ou à la première moitié du XVIe siècle, sans pouvoir être plus précis.

8.5. Les formes indéterminées

13Deux objets, entièrement recouverts de glaçure salifère, n’ont pas été clairement identifiés (Fig. 241). Le n° 459-CA- 3006 présente une base en piédestal festonné de 4,6 cm de diamètre. Au vu du départ de panse observé, il peut s’agir non seulement d’une tasse ou d’un gobelet, mais également d’un petit pichet, du type de ceux retrouvés sur de nombreux sites de production ou de consommation, notamment à Metz (57)30 et dans les ateliers rhénans31. Le second objet, le n° 459-CA-3063, est une base droite, de 4,2 cm de diamètre. Ce type de base n’a pas été identifié, mais il pourrait s’agir d’un fragment de tasse ou de gobelet. Le peu d’éléments de comparaison ne permet pas de dater ces objets avec précision, mais leur facture semble être antérieure au milieu du XVIe siècle.

14Cet ensemble de céramiques en grès découvert à Richardménil est particulièrement intéressant. La plupart des formes et des techniques de fabrication reconnues ne présentent certes pas d’originalité, mais c’est précisément ce qui a permis de les identifier et de les dater, attestant de la place du site dans une zone d’importation d’objets produits en Rhénanie ou, peut-être, dans des ateliers alsaciens. Le bon état de conservation de ces poteries permet en outre de faire de ce lot une référence morpho-chronologique pour la région lorraine. Par ailleurs, leur moindre fragmentation indique peut-être que ces pièces d’importation, plus chères que les céramiques communes, faisaient l’objet de plus de soin, ce qui expliquerait que ces pots datés de la seconde moitié du XIVe à la première moitié du XVIe siècle aient été retrouvés en si bon état dans un château détruit seulement au début du XVIIe siècle.

Image 100000000000040F0000048B147E1A6AB7082299.jpg

Fig. 233 : Mobilier en grès : tasses

Image 100000000000040E000005A00E710E5F120D151E.jpg

Fig. 234 : Mobilier en grès : tasses

Image 100000000000040C0000059E2F5681E4B58D12C1.jpg

Fig. 235 : Mobilier en grès : tasses

Image 100000000000040C0000059E04B0E8B087116117.jpg

Fig. 236 : Mobilier en grès : tasses

Image 10000000000004100000059EC606A79AD071CDCB.jpg

Fig. 237 : Mobilier en grès : tasses

Image 100000000000040A000005A1D2240D6AFFCF21BE.jpg

Fig. 238 : Mobilier en grès : tasses

Image 100000000000040D000005A01C6DD6A3EB9B91C6.jpg

Fig. 239 : Mobilier en grès : gobelets

Image 100000000000040E000005A0F2A068B96CB13F89.jpg

Fig. 240 : Mobilier en grès : pichets

Image 10000000000004100000059ED827F7A5369F45B8.jpg

Fig. 241 : Mobilier en grès : divers

Notes de bas de page

1  Toutes ces éléments sont évoqués dans : Franz Verhaeghe, La poterie médiévale et moderne en Europe de l’Ouest, dans André d’Anna et alii, La céramique : la poterie du Néolithique aux Temps Modernes, Paris, 2003, p. 183-272.

2  Alexandra Bayautet Etude de la céramique en grès en Lorraine à la fin du Moyen Âge, mémoire de D.E.A., Nancy 2, 2001. Isabelle Bourger, Hubert Cabart, La céramique et le verre de deux ensembles clos des XIVe et XVIe siècles à Metz (Moselle), Revue Archéologique de l’Est et du Centre-Est, t. 41, fasc. 1, Dijon, 1990, p. 105-140. Denis Henrotay, D. F. S. de la fouille de sauvetage urgent menée au conservatoire de musique, rue du Tombois à Metz, 1995 ; Metz médiéval, mises au jour, mise à jour, catalogue de l’exposition, Metz, 1996.

3  Vivre au Moyen Âge : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, 1990.

4  Collection en cours d’étude.

5  Peter Seewaldt, Rheinisches Steinzeug : Bestandskatalog des Rheinischen Landesmuseums Trier, Trèves, 1990.

6  Méthode décrite dans Alexandre Brongniart, Traité des arts céramiques ou des poteries, considérées dans leur histoire, leur pratique et leur théorie, fac-similé de l’édition de 1877, Paris, 1977.

7  Charles Kraemer, La céramique culinaire, dans Michel Bur, Le château d’Epinal, XIIIe-XVIIe siècle, Paris, 2002, p. 199-217.

8  Ex pots..., céramiques médiévales et modernes en Franche-Comté, Montbéliard, 1995.

9  Mobilier en cours d’étude.

10  Ibidem.

11  Vivre au Moyen Âge : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, 1990.

12  Ibidem.

13  Ibidem.

14  Alexandra Bayautet, Op. cit., et Denis Henrotay, Op. cit.

15  Isabelle Bourger, Hubert Cabart, Op. cit., et Metz médiéval, mises au jour, mise à jour, Catalogue de l’exposition, Metz, 1996.

16  Mobilier en cours d’étude.

17  Ibidem.

18  Ibidem.

19  Vivre au Moyen Âge : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, 1990.

20  Alexandra Bayautet, Op. cit., et Denis Henrotay, Op. cit.

21  Charles Kraemer, Op. cit.

22  Mobilier en cours d’étude.

23  Ibidem

24  Peter Seewaldt, Op. cit.

25  Peter Davey, Richard Hodges, Ceramics and Trade, the production and distribution of later medieval pottery in north-west Europe, Sheffield, 1983.

26  Charles Kraemer, Op. cit

27  Alexandra Bayautet, Op. cit., et Denis Henrotay, Op. cit.

28  Mobilier en cours d’étude.

29  Périodisation et régionalisation de la céramique médiévale en Alsace, Encyclopédie de l’Alsace, p. 1429-1440, Strasbourg, 1983.

30  Alexandra Bayautet, Op. cit., et Denis Henrotay, Op. cit.

31  Peter Davey, Richard Hodges, Ceramics and Trade, the production and distribution of later medieval pottery in north-west Europe, Sheffield, 1983.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.