Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre sept. La céramique culinaire

p. 233-296


Texte intégral

7.1. Localisation (Fig. 174)

15661 tessons de céramique culinaire commune ont été mis au jour au « Château des Armoises », répartis en treize ensembles stratigraphiques distincts1. La présente contribution est le résultat d’une étude commencée à l’occasion d’un mémoire de maîtrise puis approfondi dans un projet collectif de recherche.

2Le premier ensemble (1a) regroupe environ 60 tessons de pots globulaires, oules ou pots à cuire munis d’une anse, à pâte grossière (contenant de nombreuses inclusions sableuses et/ou calcaires) et « savonneuse »2, montés en « technique mixte », ainsi qu’une dizaine de morceaux d’une tasse polylobée glaçurée par aspersion (couleur brune) ; tous ces fragments ont été trouvés au fond de la fosse 5 (carrés C2, D2, E2, F2 et G2). Un couvre-feu de même facture y était associé. De morphologies et de facture archaïques, ces objets fragmentaires sont attribuables aux premières phases d’occupation du site, correspondant à la seconde moitié du XIVe ou au XVe siècle. Pris dans la couche d’argile du fond du fossé (couche 1200), ils correspondent sans doute aux plus anciennes phases de rejet, piégés entre le mur 1130 et le mur 1132.

3Le second ensemble (1b) se situe au même endroit (fosse 5), dans deux couches situées au-dessus de la précédente (couches 1201 et 1203) et entre lesquelles de nombreux recollages ont pu être effectués. Il rassemble la majorité des céramiques culinaires du site (2500 tessons environ). La grande variété morphologique et technologique caractérisant ces poteries couvre toute la période d’occupation du site (seconde moitié du XIVe – début du XVIIe siècle), même si les formes attribuables au XVIe et au début du XVIIe siècle sont très largement majoritaires. La datation et l’emplacement des ces nombreux tessons, qui ont permis de reconstituer beaucoup de pots complets, suggèrent que cette zone a été utilisée comme dépotoir plutôt à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle ; il n’est d’ailleurs pas impossible que cet ensemble corresponde à la phase de destruction du site, à partir de 1613.

4Le troisième ensemble distingué (2a) provient de la couche inférieure du fossé qui ceint la maison forte, au fond de celui-ci et au contact de l’argile naturelle (couche 1200, carrés A’2, B2, C2 et D1). Il compte une douzaine de fragments de pots de mêmes factures et de mêmes morphologies que ceux de l’ensemble 1a, à l’exception de quelques fragments de pichets glaçurés par aspersion, eux aussi attribués à la seconde moitié du XIVe ou au XVe siècle. Ce dépôt résulte vraisemblablement de la même phase de rejet que l’ensemble 1a, avant que les murs 1110 et 1132 ne scindent le fossé en deux parties. Datés de la seconde moitié du XIVe ou du XVe siècle, ces objets ont été épargnés par les curages du fossé extérieur effectués entre 1547 et 15493.

5Le quatrième ensemble (2b) regroupe près de 500 tessons de céramiques attribuées pour l’essentiel au XVIe et au début du XVIIe siècle, exhumés dans le même fossé (carrés A’2, A2, B2, C2, D1 et H4) que ceux de l’ensemble précédent, mais dans des couches supérieures et plus épaisses (couches 1201 et 1203), rappelant celle qui contenait les objets de l’ensemble 1b. Ces couches ont été réunies en un même ensemble en raison de nombreux recollages réalisés entre des tessons de la première et d’autres de la seconde. L’épaisseur de ces couches et l’importance du mobilier livré laissent à penser que ce dépôt est postérieur aux curages du fossé réalisés au milieu du XVIe siècle.

6Le cinquième ensemble (3a) compte huit tessons de céramique médiévale, piégés dans l’argile bleue surmontant l’argile rouge naturelle (couche 1200), dans une petite structure quadrangulaire interprétée comme une latrine (fosse 3, carré H2).

7Environ 160 tessons constituent le sixième ensemble (3b). Ils ont été mis au jour à l’intérieur de la même latrine dans deux couches épaisses (couches 1201 et 1203) entre lesquelles des recollages de tessons ont pu être effectués. La plupart sont attribuables au XVIe et au début du XVIIe siècle.

8Le septième ensemble (4) regroupe 75 fragments trouvés dans une seconde latrine, voisine de la précédente (fosse 4, carré G2), dans les mêmes couches que celles de l’ensemble 3b.

9Le huitième ensemble déterminé (5), riche d’une quarantaine de tessons, est issu des fouilles menées dans le puits (U.S. n° 1122, carré E7). Ici aussi, les objets céramiques ont principalement été datés du XVIe et du début du XVIIe siècle, ce qui s’explique aisément par les curages probables réalisés durant l’occupation du site.

10Une trentaine d’individus du XVIe et du début du XVIIe siècle, trouvés dans les couches 1201 et 1203 (des tessons provenant d’un même individu ont fréquemment été retrouvés dans les deux couches) forment le neuvième ensemble (6), découvert lors de la fouille d’un carré (C5) situé à l’intérieur de la maison forte, contre la courtine sud-est (mur 1120).

11L’ensemble 7 a été trouvé pendant le dégagement d’un carré de fouille (F5) placé à l’angle formé par deux murs (1150 et 1151) du corps de logis, dans les mêmes couches que le précédent ensemble et la même datation a été proposée pour les nombreux tessons4 découverts.

12L’ensemble 8a ne regroupe qu’un seul objet, médiéval, découvert dans la tour orientale (carré C1), au contact de la couche d’argile bleue (US 1200).

13L’ensemble 8b est composé d’une dizaine de tessons plus tardifs, attribués au XVIe ou au début du XVIIe siècle, découverts au même endroit, mais dans la couche correspondant à la destruction de la maison forte (US 1201).

14Le dernier ensemble (9) ne compte qu’un seul individu. Il s’agit d’un pichet couvert de glaçure verdâtre appliquée par aspersion (n° 54459-CA-364 et 485), découvert dans une petite structure quadrangulaire évoquant le regard d’un collecteur d’eau (U.S. n° 1171, carré E5). La texture de la glaçure et la forme caractéristique de ce pichet le datent vraisemblablement de la seconde moitié du XIVe ou du XVe siècle, même si la date de son rejet dans le regard n’a pu être déterminée.

7.2. Étude technique

7.2.1. Couleur de pâte et mode de cuisson

15Les tessons du site présentent une grande variété de couleur de pâte, avec de nombreuses nuances intermédiaires, qui ont conduit à ne distinguer que trois groupes. Les tessons à pâte orange (variant d’un orange sombre rougeâtre à des tons beaucoup plus clairs, presque beiges) sont très largement majoritaires, représentant 90,2 % du lot. Les fragments à pâte grise (oscillant également entre des tonalités sombres, noirâtres, à des nuances beaucoup plus claires) ne constituent que 8,1 % du total. Enfin, seulement 1,7 % des tessons sont faits de pâte blanche. Parmi ces derniers ont été identifiés 21,5 % de tessons de faïence (soit 0,3 % du total, très fragmentés de surcroît). Ces couleurs de pâte prouvent une large prédominance de la cuisson en atmosphère oxydante, appliquée à 91,9 % des tessons du site (à pâtes oranges ou blanches), la cuisson en atmosphère réductrice ne représentant que 8,1 % du total (tessons à pâtes grises). Indépendamment des couleurs de pâte, 0,6 % des tessons étudiés présentent une pâte très cuite, semi-vitrifiée5. Il est difficile de déterminer si l’importante cuisson qu’ils ont subie est volontaire ou résulte d’un accident ou d’une mauvaise gestion de la température du four par les artisans.

7.2.2. Inclusions et dégraissants

16La variété des inclusions observées, souvent difficiles à identifier à l’œil nu ou à l’aide d’une simple loupe binoculaire, leur hétérogénéité granulométrique et l’importante fragmentation des individus empêchent de réaliser à ce sujet des statistiques pertinentes. Il est en outre souvent délicat de différencier les inclusions contenues naturellement dans l’argile employée de celles qui résultent d’un ajout de dégraissant. Environ un tiers des individus identifiés présente des inclusions sableuses, plus ou moins grosses et en nombre variable. Il semble que leur présence soit plus souvent liée à l’emploi de dégraissant sableux qu’à la composition initiale de l’argile. Des inclusions calcaires ont été observées sur plus d’un individu sur cinq. Elles peuvent généralement être attribuées à deux catégories distinctes. La première concerne des inclusions de grande taille (jusqu’à 11mm de long), présentes dans la pâte en nombre réduit, et responsables de petits éclatements en surface lors de la cuisson ; ces inclusions de chaux sont involontaires, liées à la présence de petits nodules calcaires dans l’argile. La seconde catégorie est constituée d’inclusions beaucoup plus petites, mais observées en grand nombre sur quelques rares individus (représentant seulement 1,68 % des tessons du lot) ; elles traduisent l’utilisation de dégraissant calcaire, peut-être sous forme de coquillages (nacres ?) broyés. Le troisième type d’inclusions observé est de nature argileuse (environ 17 % des individus). De dimensions souvent réduites, peu fréquentes, elles sont sans doute naturellement contenues dans l’argile dans la plupart des cas.

Image 10000000000001F40000017AEE939B897D54FE76.jpg

7.2.3. Modes de façonnage

17L’état de fragmentation de nombreux objets rend parfois difficile l’identification des modes de façonnage employés. Il apparaît toutefois nettement que presque tous les pots de Richardménil ont été façonnés au tour, sans qu’il soit possible de distinguer avec certitude ceux qui ont été réalisés avec un tour à main de ceux qui ont été tournés sur un tour à pied, ce dernier apparaissant au cours du XVe siècle6. Seules quelques oules ont été fabriquées en « technique mixte » : montées avec des colombins d’argile, elles ont ensuite été lissées sur un petit tour où leur encolure a été réalisée. Appliquée à des formes archaïques (les oules apparaissent dès le Ve siècle), cette technique est elle-même très ancienne, et semble être abandonnée en Lorraine au cours du XVe siècle, alors qu’elle tombe vraisemblablement plus tôt en désuétude dans les régions voisines7.

Image 100000000000040E000004BC76FC5325734A9743.jpg

Fig. 174 : Localisation des ensembles céramique

7.2.4. Revêtements

18Hétérogène au niveau des couleurs et des textures de pâte, la collection l’est également en ce qui concerne les revêtements appliqués. Si plus des deux tiers (68,2 %) des tessons en sont dépourvus, 30,8 % sont couverts, au moins partiellement, de glaçure plombifère, et 0,82 % sont revêtus d’engobe beige. Dans 81,2 % des cas, ce revêtement ne concerne que la face interne des objets, les deux faces étant glaçurées dans 12,3 % des cas, tandis que seulement 6,5 % des tessons glaçurés ou couverts d’engobe ne le sont qu’à l’extérieur. La couleur de la glaçure plombifère observée est variable, même si la prédominance du vert apparaît nettement, concernant 44,6 % des tessons glaçurés, contre 34,4 % pour les tons brun à marron, 9,6 % pour le noir, 6,3 % pour le noir violacé (à reflets métallescents), et 5,1 % pour la couleur jaune.

19Plus intéressant que la couleur de la glaçure, son mode d’application est aussi plus difficile à déterminer. 2,3 % des fragments, soit 7,4 % des tessons glaçurés, sont couverts d’une glaçure (verte ou brune) appliquée par aspersion, identifiable notamment grâce aux petites dépressions sombres dont elle est constellée. Ce type de glaçure semble tomber en désuétude au cours du XVe siècle, et peut constituer de fait un élément datant intéressant, d’autant qu’elle n’orne qu’un nombre de formes limité, toutes en usage au cours de la seconde moitié du XIVe et du XVe siècle. Les autres tessons glaçurés l’ont été par trempage ou à l’aide d’un pinceau, sur cru ou sur engobe, mais l’état de fragmentation des objets ne permet pas d’en déterminer les proportions avec précision.

Image 10000000000001F90000019265972A8E5C7B7773.jpg

7.2.5. Décors rapportés

20Ce type de décor est très largement minoritaire, puisque il n’a été observé que sur trois fragments. Le premier est une lèvre de jatte non glaçurée (n° 54459-CA-1146), attribuée à la seconde moitié du XIVe ou au XVe siècle, sous laquelle a été appliquée une bande présentant un décor sommairement réalisé par impression des doigts du potier. Le second objet est plus intéressant, puisque qu’il constitue le seul fragment mis au jour à Richardménil de « céramique très décorée », groupe technique caractéristique des XIIIe-XVe siècles. Il s’agit d’un morceau de lèvre d’une cruche (n° 54459- CA-2359), identifiée grâce au départ du bec pincé, couvert de glaçure brune appliquée par aspersion et orné d’une bande jaune rapportée. Cet objet est peut-être à rapprocher des productions messines8. Le dernier fragment (n° 54459- CA-5001) provient d’une cruche ou d’un pichet attribué(e), en fonction de critères techniques, au XVIe ou au début du XVIIe siècle. Partiellement couvert de glaçure brune, l’objet présente quelques pastilles rapportées, discoïdales et glaçurées jaunes.

7.3. Etude morphologique

21Les tessons étudiés ont permis d’identifier environ 1 700 individus, parmi lesquels a pu être reconstituée ou restituée une soixantaine de formes complètes ou archéologiquement complètes. L’étude de ces objets s’est faite en fonction des critères morphologiques les plus communément admis par les céramologues, établis par des chercheurs du CNRS et exposés dans un ouvrage publié en 19839, dont sont tirées les définitions morphologiques exposées ici.

7.3.1. Les formes ouvertes

22Un récipient « ouvert » est un récipient dont le diamètre maximal coïncide avec celui de l’ouverture. Cette catégorie regroupe environ un tiers des céramiques culinaires du site (hors couvercles).

7.3.1.1. Assiettes et plats creux

23Une assiette est un récipient ouvert à parois fortement évasées et dont le diamètre à l’ouverture, inférieur ou égal à 24 cm, est égal ou supérieur à cinq fois la hauteur. Les plats creux sont de morphologie et de proportions semblables, mais leur diamètre est supérieur à 24 cm. Ces poteries sont principalement destinées au service des aliments. Ce type d’objet est peu représenté à Richardménil, même si cinq plats creux au moins ont été identifiés (Fig. 181). Ils présentent une face interne recouverte de glaçure brune, verte ou jaune. L’un d’entre eux (n° 54459-CA-544) présente même un décor géométrique jaune réalisé à l’aide d’un engobe beige appliqué sous la glaçure. Les pâtes, bien cuites, en atmosphère oxydante, sont fines, et présentent peu d’inclusions visibles. Tous ont un marli bien net, même si l’inflexion est plus ou moins marquée, et si la finition de la lèvre diffère. Les bases sont droites ou légèrement concaves. Leur morphologie d’ensemble ne présente guère d’originalité par rapport aux objets du même type mis au jour sur d’autres sites lorrains, ou lors des nombreuses fouilles menées en France10, notamment en Alsace et en Franche-Comté. Ces comparaisons, mises en relation avec les caractéristiques techniques de ces objets, ont permis de les attribuer au XVIe ou au début du XVIIe siècle.

7.3.1.2. Ecuelles

24Une écuelle est un récipient ouvert à parois fortement évasées dont le diamètre à l’ouverture, compris entre 12 et 23 cm, est compris entre deux fois et demie et cinq fois la hauteur. Elle sert à la consommation des aliments et des boissons. Quatre écuelles seulement ont été identifiées (Fig. 182). Trois d’entre elles sont intérieurement glaçurées sur engobe, vertes, tandis que la quatrième porte une glaçure brune et jaune (n° 54459-CA-338). Toutes sont cuites en atmosphère oxydante et présentent une pâte assez fine, même si des inclusions siliceuses, argileuses ou calcaires, y sont visibles. Le marli est nettement moins prononcé que sur les plats creux précédemment décrits, de forme variable, et les parois sont droites ou légèrement bombées. Les bases sont droites. L’ensemble rappelle sans originalité les écuelles du XVIe ou du début du XVIIe siècle provenant de nombreux sites français11, tant au niveau des formes que des revêtements appliqués.

7.3.1.3. Tasses

25Une tasse est un récipient ouvert à parois faiblement évasées ou verticales, muni d’une anse latérale et verticale, et dont le diamètre à l’ouverture, de moins de 18 cm, est inférieur à 2,5 fois sa hauteur. Elle est surtout employée pour la consommation des boissons. Deux types de tasses ont été découverts.

26Au moins trois tasses polylobées sont présentes dans ce lot (Fig. 183). Leur ouverture est déformée, caractérisée par plusieurs lobes curvilignes. Leur face interne est partiellement revêtue de glaçure brune appliquée par aspersion (cas de deux d’entre elles) ou de glaçure noire violacée (n° 54459-CA-106 et 2331). La cuisson est oxydante, la pâte assez fine. L’individu n° 54459-CA-047 à 049, sans doute façonné avec adjonction d’un dégraissant argileux, semble toutefois de qualité un peu moindre, avec une pâte tendre (rayable à l’ongle) et « savonneuse », qui laisse sur les doigts un léger dépôt. Les lèvres sont à inflexion externe, les bases droites, et les anses épaisses circulaires (n° 54459-CA-047 à 049) ou plates (n° 54459-CA- 106 et 2331). Ce type de tasse se rencontre fréquemment en France au cours des XIIIe-XVe siècles12, datation qui correspond aux caractéristiques techniques de ces objets, particulièrement à la glaçure par aspersion.

27Les autres tasses du site (Fig. 184), au nombre de trois ou quatre, ont une ouverture circulaire, et portent une glaçure interne jaune ou verte sur engobe, ou brune. La pâte, orange, est bien cuite, sans inclusion visible. Les lèvres sont de différents types, les bases légèrement concaves, les anses plates symétriques et les parois légèrement curvilignes. Leur facture et l’étude comparative réalisée par le biais des nombreuses publications consultées13 permettent de les dater du XVIe ou du début du XVIIe siècle.

7.3.1.4. Poêlon

28Un poêlon est un récipient ouvert, de même morphologie que l’écuelle ou le plat creux, mais muni d’une queue de préhension. Il est utilisé pour cuire (frire ou rôtir) les aliments. Un seul fragment a été identifié (Fig. 185), couvert de glaçure jaune sur engobe et cuit en atmosphère oxydante, présentant une lèvre à légère inflexion externe et apex interne et un départ de queue creuse et cylindrique. La texture du revêtement le place plutôt parmi les productions du XVIe ou du début du XVIIe siècle, même si ce type d’objet existe déjà dès le début du XIVe siècle14.

7.3.1.5. Jattes et bassins

29Une jatte est un récipient ouvert à parois faiblement évasées dont le diamètre à l’ouverture, de 19 à 40 cm, est compris entre 1,5 et 2,5 fois sa hauteur. Un bassin est une jatte dont le diamètre à l’ouverture est supérieur à 40 cm. Jattes et bassins servent à préparer ou nettoyer les aliments. De nombreuses jattes ont été identifiées sur le site, près d’une trentaine étant archéologiquement complètes ou semi-complètes, ainsi qu’un bassin. Elles ont pu être réparties en plusieurs groupes morphologiques. L’état de fragmentation de ces objets ne permet que rarement d’être affirmatif quant à la présence ou non d’anses ou d’éléments verseurs.

30Le premier groupe n’est représenté que par le fragment n° 54459-CA-1146 (Fig. 186). Cette lèvre à inflexion externe, dépourvue de tout revêtement, présente une pâte orange clair, avec de nombreuses inclusions siliceuses et calcaires visibles. Sous le rebord a été appliquée une bande rapportée, ornée d’impressions digitées. Peu de point de comparaisons ont été repérés grâce aux publications consultées, à l’exception d’une jatte bretonne du XIe siècle15, d’un individu normand des XIIe-XIIIe siècles16 et d’une jatte du XIVe trouvée à Andenne (Belgique)17 ; l’état de fragmentation de celle de Richardménil ne permet toutefois pas d’attester de la pertinence de ces rapprochements. Mises en relation avec les caractéristiques techniques de l’objet, ces observations semblent cependant indiquer une datation assez haute, soit, ici, la seconde moitié du XIVe ou le XVe siècle.

31Le second groupe ne compte également qu’un seul individu (n° 54459-CA-437 et 439), partiellement couvert, sur sa face interne, de glaçure brune appliquée par aspersion (Fig. 186). Sa pâte, tendre, est de même texture que celle de certaines tasses polylobées précédemment décrites, et présente bon nombre d’inclusions argileuses laissant supposer l’emploi d’un dégraissant argileux. La lèvre est à épaississement et apex internes, la base droite, l’anse conservée plate symétrique. Le mode d’application de la glaçure, la proximité technique avec plusieurs tasses polylobées et les comparaisons établies avec le mobilier issu de fouilles menées à Tours (37)18 et à Bourges (18)19 permettent d’attribuer cet objet au XVe siècle.

32Cinq jattes ont été rangées dans le troisième groupe (n° 54459-CA-771, 017, 831, 2406 et 042-043, Fig. 186- 187). Trois d’entre elles présentent quelques taches ou gouttelettes de glaçure plombifère brune à marron, dont le mode d’application n’a pas été déterminé. Les pâtes, plutôt dures et de couleur orange (cuisson oxydante), sont plutôt fines, même si l’un des individus semble avoir été façonné à l’aide d’un dégraissant sableux visible à l’œil nu. Les lèvres sont à inflexion externe ou à épaississement(s), les parois légèrement bombées. Les caractéristiques techniques de ces objets n’en permettent pas une datation très précise, malgré les comparaisons effectuées avec le mobilier issu de fouilles réalisées à Metz (57)20 et Paris (75)21 ; ils ont été attribués aux XVe-XVIe siècles.

33La jatte n° 54459-CA-272 constitue un quatrième groupe (Fig. 188). Entièrement couverte, à l’intérieur, d’une glaçure verte sur engobe appliquée par trempage, elle est faite d’une pâte tendre (rayable à l’ongle) assez fine, présentant toutefois quelques inclusions calcaires, et cuite en atmosphère oxydante. La lèvre, à inflexion interne et épaississements externes, est décorée par impression des doigts du potier et, vraisemblablement, d’une molette à motifs géométriques, ce qui n’est le cas d’aucun autre pot du lot. Les parois sont presque rectilignes. Aucune comparaison judicieuse n’ayant pu être établie, la datation proposée pour cet individu, au vu de ses caractéristiques techniques, va de la fin du XVe au début du XVIIe siècle.

34Le cinquième groupe ne compte également qu’un exemplaire, le n° 54459-CA-2005 (Fig. 188), dépourvu de tout revêtement, à pâte fine et dure, cuite en atmosphère oxydante. Sa lèvre forme une inflexion interne et est ornée de nombreuses cannelures. Les publications consultées ont montré peu d’objets de morphologie proche, à l’exception de quelques jattes alsaciennes22 ou parisiennes23, qui permettent de proposer une datation tardive : XVIe-début du XVIIe siècle.

Image 10000000000001F0000001445209D57012182072.jpg

Fig. 175 : Jatte (459-CA-109)

35Toutes les autres jattes ont été classées dans le dernier groupe (Fig. 188 à 193). Leur face interne est entièrement recouverte de glaçure plombifère appliquée par trempage, le plus souvent sur un engobe clair. La couleur de ce revêtement est fréquemment verte, parfois jaune ou brune. Les pâtes sont généralement bien cuites, en atmosphère oxydante, et sont plutôt fines, même si des inclusions sableuses, argileuses ou calcaires sont parfois visibles, en nombre variable. Les lèvres sont le plus souvent à inflexion externe-interne, éventuellement avec apex interne, ou à inflexion interne. Les bases sont droites ou légèrement concaves. Lorsqu’elles existent, les anses sont plates symétriques ; les becs retrouvés sont pincés, assez larges. La facture et la morphologie de ces objets permettent de les attribuer au XVIe ou au début du XVIIe siècle, datation qui correspond à celles proposées pour des individus semblables retrouvés sur plusieurs sites français24. Technologiquement et morphologiquement, le seul bassin identifié (n° 54459-CA-125, 126, 130, 140, 151, 156, 159 à 162, Fig. 193) correspond à ce groupe, avec une glaçure interne verte sur engobe, une lèvre à inflexion externe-interne et apex interne, une base droite, deux anses plates symétriques et un bec pincé.

7.3.1.6. Terrines

36Une terrine est une sorte de jatte à parois tronconiques très faiblement évasées. Elle est destinée à la préparation (ou au nettoyage des aliments). Ce type de récipient se rencontre plus rarement que les jattes ; seuls six exemplaires archéologiquement complets ou semi-complets ont été distingués, tous cuits en atmosphère oxydante. Le premier d’entre eux (n° 54459-CA-694 à 698 et 960, Fig. 194), façonné dans une pâte dure et fine, ne présente que quelques gouttes de glaçure brune sur sa face interne. Sa lèvre est à inflexion externe et apex interne. En l’absence de comparaison pertinente et de critère technique particulier, il est daté par l’occupation du site : seconde moitié du XIVe-début du XVIIe siècle. Un second exemplaire, le n° 54459-CA-828 (Fig. 194), partiellement glaçuré vert sur engobe, est fait de pâte où sont visibles des inclusions argileuses. Sa lèvre est à inflexion interne-externe-interne, sa panse est ornée d’une cannelure et d’un godron proéminent. Le type de glaçure appliqué est plutôt attribuable au XVIe ou au début du XVIIe siècle, mais les comparaisons pertinentes manquent. Les quatre autres terrines complètes ou semi-complètes sont couvertes de glaçure interne appliquée par trempage, mais leurs morphologies sont variables. L’individu n° 54459-CA- 548 et 549 (Fig. 194), couvert de glaçure brune, présente une pâte dure où apparaissent quelques inclusions calcaires. Sa lèvre est à apex externe, sa base légèrement concave, et un petit trou circulaire est percé à la jonction panse-base. Sa glaçure et la ressemblance avec des pots exhumés à Metz (57)25, à Paris (75)26 ou en Franche-Comté27 permettent de la dater du XVIe ou du début du XVIIe siècle. La terrine n° 54459- CA-107 (Fig. 195), glaçurée verte sur engobe, à pâte dure et fine, a une lèvre à épaississements externe et interne, une base presque droite, et est munie de deux anses épaisses ovales. Cette particularité la rapproche d’un exemplaire trouvé au château d’Epinal (88)28 et daté du XVIe ou du début du XVIIe siècle. De plus grande taille que les précédentes (son diamètre à l’ouverture dépasse 36 cm), la terrine n° 54459- CA-799 à 802 (Fig. 195), à glaçure verte (mouchetée de brun) sur engobe, se distingue également par les nombreuses inclusions, essentiellement sableuses, qui caractérisent sa pâte. Sa lèvre forme une inflexion externe et un apex interne, sa base est droite. Sa glaçure permet de proposer une datation tardive : XVIe ou début du XVIIe siècle. Glaçurée brune, la terrine n° 54459-CA-2358 et 2456 (Fig. 194) présente une pâte plus tendre, rayable à l’ongle, mais sans qu’aucune inclusion n’y soit visible. Sa lèvre est à épaississement externe, et sa panse est striée de nombreuses cannelures. La datation proposée pour cet objet, en fonction de son revêtement, est la même que pour le précédent.

7.3.1.7. Faisselles

37Une faisselle est une terrine percée de nombreux trous, servant à la fabrication du fromage. Une dizaine d’individus archéologiquement complets ou semi-complets a été identifiée. Tous sont de dimensions proches, avec un diamètre à l’ouverture d’une vingtaine de centimètres environ, et ont été cuits en atmosphère oxydante. Le n° 54459-CA-1154, non glaçuré, à lèvre à épaississement interne-externe, est fait de pâte présentant des inclusions argileuses (Fig. 196). Les comparaisons morphologiques effectuées29 ne permettent pas de le dater plus précisément que le site lui-même : seconde moitié du XIVe-début du XVIIe siècle. Les autres exemplaires (Fig. 196-197) sont revêtus, complètement ou partiellement, de glaçure interne verte ou jaune (sur engobe), ou brune, marron ou noire violacée. Les pâtes sont fines et dures, même si quelques inclusions calcaires ou argileuses sont visibles. Les lèvres sont à inflexion externe, externe-interne ou à inflexion externe et apex interne. Les bases sont droites. Leur forme est comparable à celle de nombreux exemplaires découverts en France30, et leurs revêtements permettent de les dater plutôt du XVIe ou du début du XVIIe siècle.

7.3.1.8. Lèchefrite

38Un lèchefrite est un récipient ouvert à parois fortement évasées ou verticales, et dont la hauteur est très inférieure au diamètre à l’ouverture, généralement ovale, parfois rectangulaire. Il sert principalement à recueillir le jus de cuisson des viandes ou à faire frire des aromates pour parfumer ces dernières. Un seul lèchefrite a été reconnu (n° 54459-CA- 2315b), haut de seulement 5,6 cm (Fig. 185). Couvert, à l’intérieur, de glaçure verte sur engobe appliquée par trempage, il est fait de pâte dure, présentant des inclusions sableuses laissant supposer l’emploi d’un dégraissant siliceux, et ayant subi une cuisson oxydante. Sa lèvre est à léger épaississement interne, sa base est légèrement concave. Ce type de récipient apparaît de manière précoce, déjà bien connu au XIIIe siècle, et son emploi perdure, sans que sa morphologie générale évolue particulièrement31. L’exemplaire de Richardménil, au vu de la texture et du mode d’application de sa glaçure, est sans doute plutôt tardif, attribuable au XVIe ou au début du XVIIe siècle.

7.3.2. Les formes fermées

39Un récipient « fermé » est un récipient dont le diamètre à l’ouverture est inférieur au diamètre maximal. La plupart des pots découverts à Richardménil se rattachent à cette catégorie.

7.3.2.1. Oules

40Une oule est un récipient fermé de forme globulaire, à col très court ou inexistant, dépourvu d’éléments verseurs ou de préhension. Son usage peut être varié, mais elle sert essentiellement à la cuisson ou à la conservation des aliments. Le site en a livré une dizaine (Fig. 198-199). Ces oules sont dépourvues de tout revêtement, cuites en atmosphère réductrice (pâte grise) ou oxydante (pâte orange), et dont la pâte, généralement tendre (rayable à l’ongle dans la plupart des cas) et souvent « savonneuse », présente presque toujours de nombreuses inclusions indiquant l’emploi d’un dégraissant sableux assez grossier. Seule l’une d’entre elles (n° 54459-CA- 372 et 532) a été façonnée avec adjonction d’un dégraissant calcaire nettement visible, ce qui n’est le cas que d’un infime pourcentage de tessons du lot (1,68 %). Au moins trois individus ont été montés en « technique mixte », ce qui traduit un certain archaïsme de ces objets. Les lèvres forment une inflexion externe et un léger apex interne, sauf dans le cas du n° 54459-CA-372 et 532, dépourvu de col, et dont la lèvre est à épaississement externe. Les bases sont lenticulaires (convexes). Ce type de pot apparaît dès le Ve siècle et est constamment utilisé tout au long du Moyen Age, autant en France que dans les pays germaniques32. Il semble généralement démodé au XVe siècle. Ces éléments de comparaison permettent de proposer une datation haute pour ces objets, d’autant que certains sont réalisés en « technique mixte », et qu’ils ont principalement été exhumés au fond du fossé nord, correspondant sans doute aux plus anciennes phases de rejet. Compte tenu de l’historique du site, ils ont été datés de la seconde moitié du XIVe ou du XVe siècle.

7.3.2.2. Marmite

41Une marmite est un récipient fermé, muni d’un col court et d’un ou deux élément(s) de préhension, éventuellement d’une base tripode, et dont le diamètre minimal est supérieur ou égal au tiers du diamètre maximal. Elle est employée à la cuisson des aliments. De nombreuses marmites ont été mises au jour au « Château des Armoises », représentant au moins une cinquantaine d’individus archéologiquement complets ou semi-complets. Elles ont cependant été regroupées en deux catégories distinctes, sans que le nombre exact de pots de chaque catégorie n’ait pu être évalué, en raison de l’état de fragmentation souvent avancé de ces objets.

42La première catégorie est représentée par des marmites de dimensions plutôt réduites, de morphologie globulaire, munies d’une anse latérale (généralement plate symétrique), et dont la base ne présente pas de pied (Fig. 200 à 202-207). Dépourvues de revêtement ou très partiellement glaçurées, ces marmites sont généralement cuites en atmosphère oxydante. Leurs pâtes sont de qualités inégales, certaines étant fines, d’autres présentant des inclusions sableuses ou argileuses voire, dans le cas du n° 54459-CA-523/524, cuite en atmosphère réductrice et à pâte très tendre (« savonneuse »), de nombreux fragments de coquilles employées comme dégraissant. Les lèvres forment une inflexion externe, éventuellement complétée par un apex ou un épaississement interne. La panse peut être ornée de cannelures ou de gaudrons. Ce type de pot à cuire, souvent qualifié de « coquemar » dans les publications consultées33, est très usité en France au cours des XVe-XVIe siècles, sans que ceux de Richardménil ne présentent d’originalité morphologique. Seules quelques caractéristiques techniques permettent de proposer plutôt la seconde moitié du XIVe ou le XVe siècle comme datation de certains individus, les autres étant tous attribués aux XVe-XVIe siècles.

43La seconde catégorie regroupe de nombreux individus de dimensions plus importantes, munis d’une ou deux anse(s) latérales et d’une base tripode (Fig. 200-202-206-208). Ces objets sont parfois dépourvus de revêtement, mais l’immense majorité présente une glaçure interne, parfois partielle, appliquée par aspersion sur quelques exemplaires attribués au XVe siècle (n° 54459-CA-2345, 2388, 2389, 2392, 2393 et 54459-CA-773), appliquée par trempage (éventuellement sur engobe) ou au pinceau sur les autres. Plusieurs individus attribués au XVIe ou au début du XVIIe siècle sont entièrement couverts de glaçure colorée aux oxydes de manganèse, qui leur donne un aspect métallescent peut-être destiné à imiter les marmites en fonte, plus coûteuses. Généralement cuites en atmosphère oxydante, les pâtes sont de qualités diverses, pouvant présenter des inclusions sableuses, argileuses ou calcaires en proportion variable. Les lèvres forment toujours une inflexion externe, éventuellement suivie d’une inflexion interne et, souvent, d’un apex ou d’un épaississement interne ou externe. Ce type de pots apparaît assez précocement, puisque, connu dès le XIIe siècle aux Pays-Bas34, il est largement employé en Franche-Comté au cours du XIVe siècle35. Il semble que les marmites munies d’une seule anse soient les plus nombreuses ; d’après leurs caractéristiques techniques et morphologiques, et au vu des nombreuses comparaisons effectuées36, certaines de ces marmites ont pu être attribuées au XVe siècle, d’autres aux XVe-XVIe siècles, et les dernières au XVIe ou au début du XVIIe siècle. Les marmites à deux anses, manifestement plus rares, ont été datées du XVIe ou du début du XVIIe siècle, en fonction de leur revêtement et des études comparatives réalisées.

Image 10000000000001F100000246DA955051D923F24E.jpg

Fig. 176 : Pot tripode (459-CA-2311)

Image 10000000000001F0000001DC827534A80934C158.jpg

Fig. 177 : Marmite tripode (459-CA-283)

7.3.2.3. Pichets

44Un pichet est un récipient fermé, muni d’un col long et d’une anse latérale, dépourvu d’élément verseur, et dont le diamètre minimal est supérieur ou égal au tiers du diamètre maximal. Il est principalement destiné à la consommation des boissons. Seuls huit pichets ont été formellement identifiés, mais il est probable que d’autres, trop fragmentés pour être différenciés des cruches, aient également été découverts. Trois groupes ont toutefois été distingués.

45Le premier ensemble compte cinq pichets, partiellement couverts à l’extérieur de glaçure brune à marron appliquée par aspersion (Fig. 209). Cuite en atmosphère oxydante, leur pâte est relativement fine, même si quelques inclusions argileuses ou calcaires y sont parfois visibles. Les lèvres sont peu marquées, formant une légère inflexion interne-externe. L’anse de l’individu le mieux conservé est épaisse, circulaire, sa base est droite. Fréquemment rencontré dans les publications37, ce type de pichet est en outre facilement datable par la glaçure qui le recouvre, et les exemplaires du « Château des Armoises » ont été datés de la seconde moitié du XIVe ou du XVe siècle.

46Deux pots non glaçurés forment le second groupe (Fig. 210). Leur pâte, orange (cuisson oxydante) est fine et dure, sans inclusion visible. Les lèvres sont également peu nettes, à légère inflexion interne-externe. D’après leur morphologie, ces objets sont plutôt attribuables au XVe siècle38.

47Le troisième groupe ne compte qu’un seul pot, dont la face interne est couverte d’engobe beige (Fig. 210). Sa pâte, qui a subi une cuisson oxydante, est assez grossière, présentant de nombreuses inclusions sableuses et argileuses. Seule sa base est conservée, droite et ornée de nombreuses impressions réalisées au doigt. Cette particularité et l’engobe qui recouvre ce pichet laissent à penser qu’il imite les pichets en grès largement diffusés au XVe et au début du XVIe siècle39.

7.3.2.4. Cruches

48Une cruche est un récipient fermé à col court ou haut, muni d’une anse et d’un élément verseur, et dont le diamètre minimal est supérieur ou égal au tiers du diamètre maximal. Il est employé au service, à la conservation ou au transport des liquides. Une trentaine de cruches au moins a été identifiée, mais beaucoup d’autres, trop fragmentés, n’ont sans doute pas été différenciés des pichets (Fig. 211-212). Trois groupes ont été distingués.

49Le premier groupe n’est composé que d’un seul fragment de cruche à bec pincé (n° 54459-CA-2359) qui constitue le seul représentant de « céramique très décorée »40 du site (Fig. 213). Sa face externe est recouverte de glaçure brune appliquée par aspersion, et est ornée d’une bande rapportée colorée en jaune par adjonction d’un engobe clair sous-jacent à la glaçure. Sa pâte a subi une cuisson oxydante et est assez fine même si elle montre quelques petites inclusions argileuses. La lèvre forme une légère inflexion interne-externe. Caractéristique des XIIIe-XVe siècles, ce groupe technique permet de dater cet objet, au vu de la période d’occupation du site, de la seconde moitié du XIVe ou du XVe siècle. Il est peut-être à rapprocher des productions messines41.

50Le second groupe compte une dizaine d’individus. Ce sont de grandes cruches à épaulement prononcé et à bec pincé (Fig. 213 à 215). Deux d’entre elles sont partiellement glaçurées, par aspersion pour l’une (n° 54459-CA-2084, 2103, 2104 et 2105), au pinceau pour la seconde (n° 54459- CA-428) les autres sont dépourvues de tout revêtement. Les pâtes sont dures, presque toujours cuites en atmosphère oxydante, et présentent fréquemment des inclusions siliceuses, argileuses ou calcaires en quantités variables. Les lèvres sont généralement à apex ou épaississement, parfois avec de légères inflexions. Les bases sont droites ou très légèrement concaves. Les anses sont plates, symétriques. La panse de ces pots est fréquemment ornée de cannelures ou de godrons, généralement au niveau de l’épaulement. Ce genre de grande cruche apparaît très tôt, et est employé tout au long du Moyen Age et de l’Epoque Moderne. Le type de glaçure observé et leur morphologie, comparée à celle de nombreux exemplaires trouvés en France42, permettent d’attribuer certaines de ces cruches au XVe siècle. Les autres n’ont été datées que par l’occupation du site : seconde moitié du XIVe-début du XVIIe siècle.

51Le troisième groupe rassemble une petite dizaine de cruches munies d’une anse « panier », diamétrale et située au-dessus du plan de l’ouverture, et d’un bec tubulaire rapporté (Fig. 216-217). Elles sont essentiellement destinées au transport et au service des liquides, mais les plus petites peuvent aussi être employées pour boire en position allongée ou pour nourrir les nourrissons ; elles peuvent alors être qualifiées de « biberon ». Toutes ces cruches à bec tubulaire sont glaçurées, partiellement (par aspersion ou au pinceau) ou complètement sur l’extérieur (trempage). Cuites en atmosphère oxydante, les pâtes sont de finesse variable. Les lèvres sont à inflexion externe, éventuellement suivie d’un bandeau ou d’un épaississement. La seule base conservée est légèrement concave. Les anses sont plates, symétriques, éventuellement ornées de décors d’impressions digitées (cas du n° 54459-CA- 275 à 277). Cette forme de cruche apparaît dès le XIVe siècle en Franche-Comté43 et a été utilisée dans toute la France du Nord-Est44. Si la mieux conservée (n° 54459-CA-275 à 277) a été datée de la seconde moitié du XIVe ou du XVe siècle, au vu de sa glaçure appliquée par aspersion, les autres ont été attribuées au XVe ou au début du XVIIe siècle.

7.3.2.5. Bouteilles

52Une bouteille est un récipient fermé, à col haut, et dont le diamètre à l’ouverture est inférieur ou égal au tiers du diamètre maximal. Elle sert au service des boissons. Quatre bouteilles ont été mises au jour au « Château des Armoises » (Fig. 218-219). A l’exception du n° 54459-CA-1002, toutes sont partiellement glaçurées, le revêtement ne se présentant que sous forme de coulures ou de gouttelettes. Les pâtes, oranges, sont assez fines. De dimensions plutôt importantes, ces pots sont munis d’un bec pincé et d’une anse latérale. Les deux lèvres conservées sont à inflexion externe et retour (inflexion ou apex) interne. La seule base (n° 54459-CA- 1006 à 1009) est droite. Des bouteilles du même type ont été exhumées sur plusieurs sites français45, où leurs datations couvrent les XVe-XVIIe siècles. Cette datation a donc été retenue pour les exemplaires de Richardménil, sauf pour le n° 54459-CA-430 et 431, glaçuré par aspersion, attribué au XVe siècle.

7.3.2.6. Gourdes

53Une gourde est un récipient fermé, généralement globulaire, munie d’un goulot étroit et d’une ou plusieurs anse(s) destinées à sa suspension à une bandoulière ou à la ceinture. Elle sert au transport et à la consommation des liquides. Deux goulots de gourde, tous deux cuits en atmosphère oxydante, ont été découverts (Fig. 220). Le premier (n° 54459- CA-241), glaçuré brun, est fait de pâte fine et dure, tandis que le second (n° 54459-CA-341), glaçuré vert sur engobe, présente une pâte tendre (rayable à l’ongle) et plus grossière, puisque y sont visibles de nombreuses inclusions sableuses. Dans les deux cas, la lèvre est à inflexion externe et apex interne. Des gourdes semblables ont été mises au jour dans toute la France46, mais leur chronologie ne permet pas de dater ces objets plus précisément que par l’occupation du site : de la seconde moitié du XIVe au début du XVIIe siècle.

7.3.2.7. Pots de stockage

54Les pots de stockage sont des récipients fermés, sans morphologie d’ensemble réellement particulière, mais dont la lèvre ou le col présentent une singularité (sillon ou inflexion externe très prononcée) destinée à retenir une cordelette enserrant un morceau de tissu ou de papier huilé servant à protéger une denrée de l’air et de la lumière. Quatre individus ont été identifiés, tous glaçurés et cuits en atmosphère oxydante (Fig. 221). Le mieux conservé est le n° 54459-CA-266, 267, 2143 et 2155, dont la face interne est recouverte de glaçure brune appliquée par trempage. Sa pâte présente d’assez nombreuses inclusions sableuses ou calcaires. Sa lèvre est à inflexion externe, sa base droite, sa panse marquée par une carène au niveau de laquelle ont été rapportées deux oreilles. Le pot de stockage n° 54459-CA-273 et 274 est revêtu à l’intérieur de glaçure verte sur engobe. Sa pâte est fine et tendre (rayable à l’ongle). Sa lèvre forme une nette inflexion externe, avec apex interne. Le troisième individu, le n° 54459-CA-202, est couvert, entièrement à l’extérieur, partiellement à l’intérieur, de glaçure verte sur engobe. La pâte est fine et dure. La lèvre forme une inflexion interne-externe, et est précédée d’un sillon bien marqué. Enfin, le dernier pot de stockage, le n° 54459- CA-197, partiellement revêtu de glaçure externe marron et à pâte fine et dure, a une lèvre à inflexion externe-interne et apex externe, également précédée d’un sillon prononcé. Peu d’éléments de comparaison pertinents ont été observés, et seules leurs caractéristiques techniques permettent d’attribuer ces quatre pots au XVIe ou au début du XVIIe siècle.

Image 10000000000001F00000025EB504858C0C58D146.jpg

Fig. 178 : Bouteille (459-CA-356)

Image 10000000000001F00000015E6B9ED67D7BF46DD0.jpg

Fig. 179 : Pot de stockage (459-CA-266)

7.3.2.8. Pots indéterminés

55Un grand nombre de pots exhumés n’ont pu être identifiés en raison de leur état de fragmentation. Toutefois, même parmi les individus les plus complets, un certain nombre n’ont pu être rattachés à une forme ou un usage précis. Il semble peu pertinent de tous les décrire par le détail, mais les mieux conservés méritent d’être signalés, d’autant qu’ils présentent souvent une morphologie particulière. L’objet n° 54459-CA-521/522, dépourvu de revêtement, est fait de pâte grise (indiquant une cuisson en atmosphère réductrice) fine et dure (Fig. 222). Sa lèvre à inflexion externe présente un léger apex interne, sa base est droite, et son anse latérale est plate asymétrique. Sa panse est ornée d’une quinzaine de cannelures profondes et régulières. Aucun élément verseur n’est rapporté ou aménagé. Les dimensions plutôt réduites et la morphologie de ce récipient ne permettent pas d’en définir la fonction exacte, puisqu’il peut être employé à la consommation des boissons comme à la cuisson des aliments, voire au transport de certaines denrées comme le beurre. Ses caractéristiques techniques et morphologiques rappellent certains objets rattachés au groupe technique de la « céramique grise cannelée », largement usitée en Alsace entre la fin du XIIe et la fin du XVIe siècle47, bien qu’il soit difficile de ranger cet objet dans ce groupe avec certitude ; sa forme évoque surtout celle d’objets attribués au XVe siècle.

56L’objet n° 54459-CA-1226, 2395, 2445 et 2463 est un pot globulaire dont les deux faces présentent quelques gouttes de glaçure plombifère marron (Fig. 223). Cuite en atmosphère oxydante, sa pâte est très dure, sonore, semi-vitrifiée, ce qui indique une cuisson à haute température. La lèvre forme une inflexion externe suivie d’une légère inflexion interne. La base est lenticulaire (légèrement convexe). L’anse latérale est trop incomplète pour être décrite. Sa forme et ses caractéristiques techniques, bien qu’observées sur d’autres pots découverts en France48, n’ont pas permis une datation plus précise que celle du site : seconde moitié du XIVe- début du XVIIe siècle. Cet objet était sans doute employé à la conservation des aliments. L’individu n° 54459-CA-821 et 1041 est un pot de grande taille (haut d’une trentaine de centimètres au moins), dont la lèvre est couverte de glaçure interne noire violacée (Fig. 224). La pâte est orange et présente de nombreuses inclusions siliceuses traduisant l’emploi de dégraissant sableux. La lèvre est à inflexion externe-interne, la base est droite, l’anse plate symétrique. Des pots de même type ont été découverts en Franche-Comté49 et dans le Centre-Ouest de la France50, qui permettent de dater ce récipient du XVIe ou du début du XVIIe siècle et d’émettre l’hypothèse qu’il est destiné à la conservation des aliments. L’objet n° 54459-CA-803 et 804 est plus embarrassant (Fig. 220). Partiellement couvert de glaçure interne brune appliquée au pinceau au niveau de la lèvre, il a subi une cuisson oxydante, et présente une pâte plutôt fine, mais dans laquelle apparaissent toutefois des inclusions sableuses, argileuses et calcaires. La lèvre est à inflexion externe et épaississement interne, la base est droite, mais munie de trois pieds courts et percée en son centre d’un petit trou circulaire. Ce pot plus haut que large est en outre muni d’une anse latérale, l’ensemble évoquant plutôt la morphologie d’un pichet. Aucun élément de comparaison n’a pu être établi, et la fonction exacte de cet objet n’a pu être déterminée ; il servait probablement à cuire des denrées solides, puisque sa base percée ne permet pas d’y verser le moindre liquide, et que les importante traces de calcination observées sur la face externe de ce récipient indiquent qu’il a servi à cuire ou à réchauffer un aliment, ce qui justifie la présence des pieds. La datation de cet objet est essentiellement proposée en fonction de sa glaçure : XVIe-début du XVIIe siècle. Deux autres pots semblent être de même morphologie que celui-ci (n° 54459-CA-112/113 et 54459-CA-834), mais leur état de fragmentation est trop important pour être affirmatif.

Image 10000000000001F1000001BCEF818B4C781BA65C.jpg

Fig. 180 : Pot cannelé (459-CA-521)

7.3.3. Les couvercles

57Un couvercle est un objet généralement discoïdal ou conique, sommé d’un élément de préhension (bouton ou anse). Emboîté ou emboîtant, il se pose sur l’ouverture d’un récipient pour l’obturer. Il est généralement employé sur des pots à cuire ou à conserver. Une quinzaine de couvercles a été mis au jour au « Château des Armoises ». Trois groupes morphologiques ont été distingués.

58Le premier rassemble la grande majorité des individus du site (près de 90 %, Fig. 226 à 228). Ces objets ne sont pas glaçurés, à l’exception du n° 54459-CA-003 sur lequel est visible une goutte de glaçure verte, peut-être accidentelle. Leur cuisson est généralement oxydante, même si deux d’entre eux (n° 54459-CA-1229 à 1231 et 54459-CA-291) ont été cuits en atmosphère réductrice. La pâte, tendre (rayable à l’ongle) dans la moitié des cas, est plutôt grossière puisque tous les exemplaires présentent des inclusions, le plus souvent sableuses. Les dimensions de ces objets sont assez homogènes, leur diamètre maximal oscillant entre 10,2 et 13,2 cm, sauf pour les couvercles n° 54459-CA-1136 et 54459-CA-1137, de diamètres maximaux respectifs de 7,8 et 6,4 cm. Les bords sont confondus ou à épaississement interne ou externe. Le bouton de préhension est tronconique, assez grossièrement réalisé, sauf dans le cas du n° 54459-CA-003, où un godron y est même façonné. De très nombreux sites ont livré des couvercles similaires51, et la datation ne peut en être affinée, correspondant donc à celle du site : seconde moitié du XIVe- début du XVIIe siècle.

59Le second groupe morphologique ne compte qu’un seul individu, le n° 54459-CA-1139 (Fig. 228). Non glaçuré, il est fait d’une pâte orange (cuisson oxydante) où sont visibles de très nombreuses inclusions siliceuses et argileuses, indiquant l’utilisation d’un dégraissant à base de sable et d’argile mélangés. L’ensemble évoque une pâte à tuiles, assez grossièrement façonnée ; l’objet n’a d’ailleurs pas été tourné, mais monté au doigt, découpé et lissé à l’aide d’un outil de type couteau. De plus grande taille que les précédents, avec un diamètre maximal de 16,2 cm, ce couvercle est en outre de forme différente, constitué d’une calotte sphérique surmontée d’une anse épaisse bi-coudée. Aucun couvercle similaire n’a été observé dans les publications consultées, mais de nombreux couvercles discoïdaux surmontés d’une anse ont été découverts52, sans que leurs chronologies n’aident à dater celui de Richardménil, attribué par conséquent à la période d’occupation de la maison forte : seconde moitié du XIVe-début du XVIIe siècle.

60Le dernier groupe ne compte également qu’un seul couvercle (Fig. 228), non glaçuré, cuit en atmosphère oxydante et fait de pâte dure présentant quelques inclusions calcaires. De dimensions plutôt réduites, il est de forme bi-tronconique, avec rebord à apex interne, et est percé en son centre d’un orifice. Les seuls exemples de couvercles ouverts repérés ont été mis au jour dans la zone de production potière du Pontiffroy, à Metz (57), où ils sont datés des XIIIe-XVe siècles, mais leur morphologie est sensiblement différente, puisqu’ils sont munis d’une anse. Comme les précédents, ce couvercle est daté en fonction de la période d’occupation du site : seconde moitié du XIVe-début du XVIIe siècle.

7.4. Conclusion (Fig. 229 à 231)

61La céramique culinaire du « Château des Armoises » présente une variété technique et morphologique extrêmement intéressante, même si, par rapport aux lots contemporains observés, peu d’originalités se dégagent. Malgré l’apparente simplicité de la stratigraphie qui semble indiquer que l’essentiel du mobilier exhumé est contemporain des phases de destruction du site, cette collection couvre en outre une période assez vaste, comprise entre le milieu du XIVe et le début du XVIIe siècle. L’examen attentif des pâtes, des modes de fabrication et des revêtements éventuellement appliqués, ainsi que l’étude comparative des formes identifiées avec celles observées dans les nombreuses publications consultées, a en effet permis d’attester la coexistence de pots de la deuxième moitié du XIVe, du XVe siècle et d’objets du XVIe ou du début du XVIIe siècle, ces derniers étant de loin les plus nombreux. Bon nombre de pièces n’ont toutefois pu être précisément datées, ce qui prouve que la période concernée est bien une phase de transition, marquée par le développement de formes nouvelles autant que par la persistance de certains types de récipients. Assez réduit aux XIVe-XVe siècles, surtout composé de formes fermées déjà employées aux siècles précédents comme les pichets, les cruches, les oules, les marmites ou les tasses polylobées, le vaisselier céramique s’étoffe dès la première moitié du XVIe siècle, avec l’essor des formes ouvertes, écuelles, plats, jattes et terrines notamment, et par le développement de nouvelles formes de pots à cuire ou à conserver. Cette diversification des formes est sans doute à mettre en relation avec certaines évolutions des comportements alimentaires des occupants de la maison forte.

Image 100000000000040C000005A0B6BC1B2B5BBBF748.jpg

Fig. 181 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 100000000000040E0000059E03A0A09962746511.jpg

Fig. 182 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 100000000000040E000005A03EAB1CDC4E240471.jpg

Fig. 183 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 10000000000004120000059EDFA6ADEE2BCB1741.jpg

Fig. 184 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 100000000000040E000005A07272395847B691C2.jpg

Fig. 185 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 1000000000000411000005A4D580E8CE77F67C43.jpg

Fig. 186 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 100000000000040B000005A0EC63F93C39842F36.jpg

Fig. 187 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 100000000000040A0000059E2497F11CDC5DA1F4.jpg

Fig. 188 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 100000000000040F000005A20B4EB712082D6FDA.jpg

Fig. 189 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 10000000000004100000059F61D00F0C26A3459D.jpg

Fig. 190 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 100000000000040E000005A239D897AE9CE52467.jpg

Fig. 191 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 100000000000040C000005A218989BBBB539D8CD.jpg

Fig. 192 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 1000000000000410000005A0E7CD515C15C55EA2.jpg

Fig. 193 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 1000000000000410000005A01CEB02B5C5FDA1B8.jpg

Fig. 194 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 100000000000040D0000059F602CFF7286D8291C.jpg

Fig. 195 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 100000000000040F0000059EB5D9FB2F2624B849.jpg

Fig. 196 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 100000000000040F000005A283C3A5D394832243.jpg

Fig. 197 : Céramique culinaire : formes ouvertes

Image 100000000000040C0000059E543AD840D91E106A.jpg

Fig. 198 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040C0000059F25B54B573A3E92D7.jpg

Fig. 199 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 1000000000000410000005A0EB714932CBA6897A.jpg

Fig. 200 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040E0000059F26628EE77047F35D.jpg

Fig. 201 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040E0000059FFA389B384827D940.jpg

Fig. 202 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040C0000059FB500B49C5D5FE34E.jpg

Fig. 203 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040F000005A26C09FF7C5E2AF604.jpg

Fig. 204 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 1000000000000410000005A0397C40F19CE8D838.jpg

Fig. 205 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 10000000000004100000059FC97D21CFD88D0127.jpg

Fig. 206 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040E000005A42A611E2BEB677227.jpg

Fig. 207 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040D000005A1CBAEAEE71EB736E0.jpg

Fig. 208 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040C000005A09A9667CF1CF9764B.jpg

Fig. 209 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040E0000059E47ADCFACFF853260.jpg

Fig. 210 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040C0000059F498B2F9A2CA4FEB1.jpg

Fig. 211 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 1000000000000410000005A0D1AAF1C1E9B5A8B9.jpg

Fig. 212 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040D000005A23A1527DDC3768F18.jpg

Fig. 213 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 1000000000000410000005A241F8175D9CB5FF16.jpg

Fig. 214 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 10000000000004100000059EE15EA70D2DDD39CE.jpg

Fig. 215 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 10000000000004100000059F7F86377A897F2543.jpg

Fig. 216 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040C000005A2469EEDAE36D735C3.jpg

Fig. 217 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040D0000059C8CD950F919BBCC4D.jpg

Fig. 218 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040E000005A3D4D7A75236FC4085.jpg

Fig. 219 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040F0000059EA3261C0DCF8BC9A5.jpg

Fig. 220 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 1000000000000411000005A20AFCAED6947195E6.jpg

Fig. 221 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040F000005A23C3D2EDE5C943047.jpg

Fig. 222 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040E000005A4C654EFF2FFC46118.jpg

Fig. 223 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 1000000000000411000005A0C5513E0111D27482.jpg

Fig. 224 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040F000005A08C3041C31C75EB6E.jpg

Fig. 225 : Céramique culinaire : formes fermées

Image 100000000000040F000005A0C1DBDEFA44DAE06F.jpg

Fig. 226 : Céramique culinaire : couvercles

Image 10000000000004100000059E6CF3411F934871D2.jpg

Fig. 227 : Céramique culinaire : couvercles

Image 1000000000000414000005A03175BDFFAC53A04A.jpg

Fig. 228 : Céramique culinaire : couvercles

Image 100000000000059D0000040AB163D27FAF2C5BBB.jpg

Fig. 229 : Céramique culinaire : typochronologie des formes ouvertes et des couvercles

Image 10000000000005A20000040C630E089CD167A157.jpg

Fig. 230 : Céramique culinaire : typochronologie des formes fermées destinées à la cuisson et à la consommation des aliments

Image 10000000000005A10000040B14D37D5ECDD89812.jpg

Fig. 231 : Céramique culinaire : typochronologie des formes fermées destinées au service ; à la consommation et au transport des liquides

Notes de bas de page

1  Voir plan de localisation.

2  Type de pâte assez tendre, laissant sur les doigts un léger dépôt poussiéreux.

3  A. D. M. M. B 8321 f° 50 à 52 et B 8323 f° 47 à 53.

4  Les rapports de fouilles ne précisent pas le nombre exact de fragments exhumés, et le mélange de certains sacs de mobilier empêche de le déterminer.

5  Le terme de « protogrès » y est parfois appliqué. Il semble toutefois préférable d’écarter cette désignation, qui ne devrait être appliquée qu’à certaines productions réalisées avant l’apparition du grès ou résultant de tentatives infructueuses d’obtenir ce type de pâte spécifique.

6  André D’Anna, Armand Desbat, Dominique Garcia, Annie Schmitt, Frans Verhaeghe, La céramique : la poterie du Néolithique aux Temps Modernes, Paris, 2003.

7  A Strasbourg, elle semble abandonnée dès la fin du XIIIe siècle, voir Yves Henigfel, La céramique à Strasbourg de la fin du Xe au début du XVIIe siècle, Turnhout, 2005.

8  Nathalie Dautremont et alii, La production potière des XIIIe-XVe siècles du quartier du Pontiffroy à Metz (Moselle). Les fouilles de 1987-1988, Revue Archéologique de l’Est, t. 51, 2001/2002, Dijon, 2003, p. 361-414 ; La céramique très décorée dans l’Europe du Nord-Ouest (Xe-XVe siècles), Actes du colloque de Douai (7-8 avril 1995), Nord-Ouest Archéologie, n° 7, 1996, et Metz médiéval, mises au jour, mise à jour, Catalogue de l’exposition, Metz, 1996.

9  Hélène Balfet, Marie-France Fauvet-Berthelot, Susana Monzon, Pour la normalisation de la description des poteries, Paris, 1983.

10  Isabelle Bourger, Hubert Cabart, La céramique et le verre de deux ensembles clos des XIVe et XVIe siècles à Metz (Moselle), Revue archéologique de l’Est et du Centre-Est, t. 41, p. 105-140 ; Ex pots..., céramiques médiévales et modernes en Franche-Comté, Montbéliard, 1995 ; Yves Henigfeld,Op. cit. ; Philippe Husi (sous la direction de), La céramique médiévale et moderne du Centre-Ouest de la France (XIe-XVIIe siècle), Tours, 2003 ; Catherine Monnet (sous la direction de), La vie quotidienne dans une forteresse royale : la Grosse Tour de Bourges (fin XIIe-milieu XVIIe siècle), Bourges, 1999 ; Pascale Touzet, Un lot de céramiques provenant d’une fosse-dépotoir datée du XVIe siècle à Amiens (Somme), Cahiers archéologiques de Picardie, n° 5, p. 263-278 ; Paul Van Ossel (sous la direction de), Les Jardins du Carrousel (Paris), de la campagne à la ville : la formation d’un espace urbain, Paris, 1998 ; Vivre au Moyen Age : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, 1990 ; Pierre Walter, Le vieux château de Rougemont, site médiéval, Belfort, 1993.

11  Ex pots… ; Philippe Husi, Op. cit. ; Metz médiéval, mises au jour, mise à jour… ; Se nourrir à Besançon au Moyen Age : à la table d’un vigneron de Battant, catalogue de l’exposition du Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon (10 mars-10 juin 1990), 1990.

12  V. Bernard, Marc Talon, Un ensemble stratifié du XIVe au XVIe siècle sur l’îlot des Deux Bornes à Noyon (Oise), Actes du colloque de Lille (26-27 mars 1988), Nord-Ouest Archéologie, n° hors-série, p. 191-198 ; Isabelle Bourger, Hubert Cabart, Op. cit. ; Nathalie Dautremont et alii, La production potière des XIIIe-XVe siècles du quartier du Pontiffroy à Metz (Moselle). Les fouilles de 1987-1988, Revue Archéologique de l’Est, t. 51, 2001/2002, Dijon, 2003, p. 361-414 ; Xavier Delestre, Anne-Marie Flambard-Héricher (sous la direction de), La céramique du XIe au XVIe siècle en Normandie, Beauvaisis, Ile-de-France, Rouen, 1995 ; Philippe Husi, Op. cit. ; Metz médiéval, mises au jour, mise à jour… ; Paul Van Ossel, Op. cit.

13  Yves Henigfeld, Op. cit. ; Philippe Husi, Op. cit. ; Metz médiéval, mises au jour, mise à jour… ; Fabienne Ravoire, Op. cit.

14  Ex pots... ; Catherine Monnet, Op. cit.

15  André D’Anna et alii, Op. cit.

16  Marie Leenhardt, Contribution à l’étude de l’habitat en Basse-Normandie : recherches sur la typologie et la chronologie des céramiques utilisées du XIe au XVe siècle, dans Jean Chapelot, Henri Galinié, Jacqueline Pilet-Lemière, La céramique (Ve-XIXe siècle) : fabrication, commercialisation, utilisation, actes du premier congrès international d’archéologie médiévale (Paris, 4-6 octobre 1985), Caen, 1987, p. 59-70.

17  R. Borremans et R. Warginaire, La céramique d’Andenne, recherches de 1956-1965, Rotterdam, 1966.

18  Philippe Husi, Op. cit.

19  Catherine Monnet, Op. cit.

20  Isabelle Bourger, Hubert Cabart, Op. cit.

21  Paul Van Ossel, Op. cit.

22  Vivre au Moyen Age : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, 1990.

23  Paul Van Ossel, Op. cit.

24  Isabelle Bouger, Hubert Cabart, Op. cit. ; Yves Henigfeld, La Céramique de Strasbourg de la fin du Xe au début du XVIIe siècle, Turnhout, 2005 ; Philippe Husi, Op. cit. ; Catherine Monnet, Op. cit. ; Fabienne Ravoire, Un ensemble céramique du XVIe siècle : la fosse L1 des Thermes de Cluny à Paris, Archéologie Médiévale, t. 21, 1991, p. 209-270 ; Pascale Touzet, Un lot de céramiques provenant d’une fosse-dépotoir datée du XVIe siècle à Amiens (Somme), Cahiers archéologiques de Picardie, n° 5, p. 263-278 ; Vivre au Moyen Âge : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, 1990.

25  Metz médiéval, mises au jour, mise à jour

26  Paul Van Ossel, Op. cit.

27  Ex pots

28  Charles Kraemer, La céramique culinaire, in Michel Bur, Le château d’Epinal, Paris, 2002.

29  Ex pots... ; Yves Henigfeld, Op. cit. ; Philippe Husi, Op. cit. ; Charles Kraemer, Op. Cit. ; Se nourrir à Besançon au Moyen Age…

30  Ibidem.

31  R. Borremans et R. Warginaire, Op. cit. ; Hubert Cabart, Fouille de quatre fosses (XVe-XVIIe siècle) situées dans le quartier Saint-Dominique à Châlons-sur-Marne (Marne), Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, n° 4, 1985 ; Nathalie Dautremont et alii, Op. cit. ; Xavier Delestre, Anne-Marie Flambard-Hericher, Op. cit. ; Ex pots... ; Philippe Husi, Op. cit. ; Charles Kraemer, Op. cit ; La céramique très décorée dans l’Europe du Nord-Ouest (Xe-XVe siècles)… ; Bruna Maccari-Poisson, Un dépotoir du Bas Moyen Age dans le quartier Saint-Jean à Lyon, Archéologie Médiévale, XVIII, 1988, p. 215-237 ; Catherine Monnet, Op. cit.

32  R. Borremans et R. Warginaire, Op. cit. ; Isabelle Bourger, Hubert Cabart, Op. cit. ; André D’Anna, et alii, Op. cit. ; Nathalie Dautremont et alii, Op. cit. ; Xavier Delestre, Anne-Marie Flambard-Hericher, Op. cit. ; Ex pots... ; David Gaimster, Mark Redknap, Hans Helmut, Wegner, Zur Keramik des Mittelalters und der beginnenden Neuzeit im Rheinland, 1988 ; Philippe Husi, Op. cit. ; La céramique très décorée dans l’Europe du Nord-Ouest (Xe-XVe siècle)… ; Metz médiéval, mises au jour, mise à jour, ... ; Catherine Monnet, Op. cit. ; Jacques Nicourt, Céramiques médiévales parisiennes : classification et typologie, 1986 ; Périodisation et régionalisation de la céramique médiévale en Alsace, Encyclopédie de l’Alsace, Strasbourg, 1983, p. 1429-1440 ; Se nourrir à Besançon au Moyen Âge… ; Jacques Thiriot, Les ateliers médiévaux de poterie grise en Uzège et dans le Bas-Rhône : premières recherches de terrain, Paris, 1986 ; Pierre Walter, Op. cit.

33  Danièle Alexandre-Bidon, Mobilier céramique et alimentation aux XVIe et XVIIe siècles, le village d’Essertines-Basses, Cahiers archéologiques de la Loire, 1984-1985, 4-5, p. 89-108 ; V. Bernard, Marc Talon, Op. cit. ; Hubert Cabart, Op. cit. ; Xavier Delestre, Anne-Marie Flambard-Héricher, La céramique du XIe au XVIe siècle en Normandie, Beauvaisis, Ile-de-France, Rouen, 1995 ; Ex pots... ; Philippe Husi, Op. cit. ; La céramique très décorée dans l’Europe du Nord-Ouest (Xe-XVe siècle), ... ; Catherine Monnet, Op. cit. ; Jacques Nicourt, Op. cit. ; Fabienne Ravoire, Op. cit. ; Anne-Véronique Sautai-Dossin, La céramique de la fin du Moyen Age à Vauclair, Archéologie Médiévale, V, 1975, p. 317- 418 ; Pascale Touzet, Op. cit. ; Paul Van Ossel, Op. cit.

34  Franz Verhaeghe, La céramique en Flandre (XIIIe-XVe siècle) : quelques aspects de l’évolution et de la concurrence, dans Jean Chapelot et alii, Op. cit.

35  Ex pots...

36  V. Bernard, Marc Talon, Op. cit. ; R. Borremans et R. Warginaire, Op. cit. ; Isabelle Bourger, Hubert Cabart, Op. cit. ; Gérald Collot, Le tripode en terre vernissée, permanence d’une forme d’art populaire du Moyen Âge à l’époque Moderne, Art populaire de la France de l’Est, Strasbourg, 1969, p. 173-188 ; Ex pots... ; David Gaimster, Mark Redknap, Hans Hemut Wegner, Op. cit. ; Yves Henigfeld, Op. cit. ; Charles Kraemer, Op. cit. ; La céramique très décorée dans l’Europe du Nord-Ouest (Xe-XVe siècle), … ; Metz médiéval, mises au jour, mise à jour, … ; Vivre au Moyen Âge… ; Pierre Walter, Op. cit.

37  V. Bernard, Marc Talon, Op. cit. ; R. Borremans et R. Warginaire, Op. cit. ; Isabelle Bourger, Hubert Cabart, Op. cit. ; Hubert Cabart, Op. cit. ; Nathalie Dautremont et alii, Op. cit. ; Xavier Delestre, Anne-Marie Flambard-Héricher, Op. cit. ; Ex pots... ; Philippe Husi, Op. cit. ; La céramique très décorée dans l’Europe du Nord-Ouest (Xe-XVe siècle)... ; Catherine Monnet, Op. cit. ; Jacques Nicourt, Op. cit. ; Anne-Véronique Sautai-Dosin, Op. cit. ; Paul Van Ossel, Op. cit.

38  Ibidem.

39  Peter Davey, Richard Hodges, Ceramics and Trade, the production and distribution of later medieval pottery in north-west Europe, Sheffield, 1983 ; Peter Seewaldt, Rheinisches Steinzeug : Bestandskatalog des Rheinischen Landesmuseums Trier, Trêves, 1990 ; Charles Kraemer, Op. cit. ; Denis Henrotay, DFS de la fouille de sauvetage urgent menée au Conservatoire de musique, rue du Tombois à Metz, 1995.

40  Voir plus haut.

41  Nathalie Dautremont et alii, Op. cit. ; La céramique très décorée dans l’Europe du Nord-Ouest (Xe-XVe siècle)… ; Metz médiéval, mises au jour, mise à jour...

42  Isabelle Bourger Hubert Cabart, Op. cit. ; Xavier Delestre, Anne-Marie Flambard-Hericher, Op. cit. ; Ex pots... ; Philippe Husi, Op. cit. ; Pierre Walter, Op. cit.

43  Ex pots

44  Charles Kreamer, Op. cit. ; Vivre au Moyen Age… ; Pierre Walter, Op. cit.

45  Isabelle Bourger, Hubert Cabart, Op. cit. ; Hubert Cabart, Op. cit. ; Nathalie Dautremont et alii, Op. cit. ; Philippe Husi, Op. cit. ; Metz médiéval, mises au jour, mise à jour, ...

46  R. Borremans et R. Warginaire, Op. cit. ; Isabelle Bourger, Hubert Cabart, Op. cit. ; Hubert Cabart, Op. cit. ; Nathalie Dautremont et alii, Op. cit. ; Xavier Delestre, Anne-Marie Flambard-Hericher, Op. cit. ; Philippe Husi, Op. cit. ; Fabienne Ravoire, Op. cit. ; Paul Van Ossel, Op. cit. ; Pierre Walter, Op. cit.

47  Yves Henigfeld, La céramique grise cannelée de la Rue des Juifs à Strasbourg (fin XIIe - fin XVIe siècle), Saverne, 1998.

48  Isabelle Bourger, Hubert Cabart, Op. cit. ; Philippe Husi, Op. cit.

49  Ex pots, …

50  Philippe Husi, Op. cit.

51  R. Borremans et R. Warginaire, Op. cit. ; Ex pots... ; Yves Henigfeld, La Céramique à Strasbourg de la fin du Xe au début du XVIIe siècle, le vaisselier d’après les fouilles archéologiques récentes, thèse de doctorat, Tours, 2000 ; Philippe Husi, Op. cit. ; Metz médiéval, mises au jour, mise à jour, ... ; Catherine Monnet, Op. cit. ; Périodisation et régionalisation de la céramique médiévale en Alsace, Encyclopédie de l’Alsace, Strasbourg, 1983, p. 1429-1440 ; Paul Van Ossel, Op. cit. ; Vivre au Moyen Age… ; Pierre Walter, Op. cit.

52  Ex pots... ; Yves Henigfeld, Op. cit. ; Philippe Husi, Op. cit. ; La céramique très décorée dans l’Europe du Nord-Ouest (Xe-XVe siècle)… ; Vivre au Moyen Age… ; Pierre Walter, Op. cit.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.