Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre six. Le bas fourneau

p. 231-232


Texte intégral

6.1. Contexte stratigraphique

1Des traces d’une activité sidérurgique se remarquent dans le carré G3, au nord-ouest de la plate forme. On y observe un amas de scories, de cendres et de morceaux d’argile rubéfiée (US 1170) mélangés à la couche de terre noire (US 1203) et à l’argile bleutée (US 1200) reposant sur l’argile rouge en place (US 1001). L’espace concerné couvre environ 5 m2 situés entre le mur de courtine (US 1129) et un mur intérieur (US1154). Une amorce de muret (US 1128) semble constituer une limite vers l’ouest. Cet espace se situe dans l’axe du secteur recouvert de pavés (US 1169) qui subsiste en partie en F3 mais qui a été arraché en G3. La faible quantité des rejets, l’absence d’un véritable crassier comme d’une structure clairement attribuable à un fond de bas fourneau conduisent à envisager une activité ponctuelle et de courte durée. De plus, la proximité des lieux habités et la disparition du pavage à cet endroit laissent penser qu’elle ne fut pratiquée qu’après la destruction de l’édifice en 1613.

6.2. Le mobilier (Fig. 172-173)

2La fouille a livré un mobilier composé de scories légères et d’une grosse scorie ovoïde. Les scories légères et bulbeuses contenant de grosses empreintes de charbons de bois et d’un poids total d’environ 60 kg furent étudiées par le CRPG de Nancy. Elles contenaient près de 22 % de fer (Fig. 1, n° 833 et 834). La scorie ovoïde massive et pesant environ 6 kg provient d’un fond de four. Des fragments de terre cuite adhéraient encore à la face inférieure et son analyse montre qu’elle contenait 49 % de fer (n° 1093).

3Toutes ces scories présentent des caractères communs : un indice de basicité voisin de 1, une absence de chaux et de silice, un taux de phosphore très élevé compris entre 2,5 et 3,8 %, des teneurs en manganèse compris entre 1,8 et 2,5 %, des teneurs en béryllium autour 15-16 ppm et de vanadium supérieures à 1000 ppm. Ces caractères sont identiques à ceux des échantillons provenant du plateau voisin de Ludres et plus particulièrement de sites de réduction directe du minerai oolithique ou minette1 qui se pratiquait dans un bas fourneau. Ce minerai appartient à l’étage du Jurassique et plus précisément à l’Aalénien qui affleure au flanc de la côte de Moselle. Les travaux de Marc Leroy2 ont permis de bien connaître ces structures dont les parois étaient construites en terre mais où la température ne dépassait pas les 1300°C. Le phénomène physico-chimique qui se produisait est désormais bien connu3, mais son rendement ne dépassait pas 40 à 50 %.

Image 100000000000040E00000202599F14559406E718.jpg

Fig. 172 : Le bas fourneau : histogramme des éléments majeurs contenus dans les scories

Image 100000000000041000000204AD000DABCA36BDB1.jpg

Fig. 173 : Le bas fourneau : histogramme des éléments en trace contenus dans les scories

4On peut tenir pour acquis que cette brève tentative de production sidérurgique s’est déroulée après l’abandon de la maison forte en 1613. Cela montre que le principe du haut fourneau n’avait pas encore totalement remplacé les techniques traditionnelles. La date et le contexte précis dans lesquels cette expérience peu concluante fut menée nous reste encore énigmatiques. A titre d’hypothèse, on peut penser qu’elle est liée au besoin en métal nécessité par la reconstruction du « château » du comte de Ludres vers 1614 ou durant la guerre de Trente Ans en raison de la pénurie généralisée.

Notes de bas de page

1  Marc Leroy, La sidérurgie en Lorraine avant le haut fourneau : l’utilisation du minerai de fer oolithique en réduction directe, Paris, 1997, p. 63-87.

2  Ibidem p. 120-155.

3  Ibidem p. 163-174.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.