Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre cinq. Le mobilier métallique

p. 139-230


Texte intégral

1La fouille de la maison forte a livré 1704 objets métalliques sur une surface d’environ 1 000 m2 ce qui constitue une proportion élevée comparée à d’autres sites comme Epinal1 avec 1 045 objets, Essertines2 avec 828 ou Rougemont3 avec 1 430 éléments. Cette abondance s’explique par le fait que les démolisseurs négligèrent les objets domestiques et tout ce qui n’était pas utilisable pour la reconstruction du château du comte de Ludres. Le site ne fut jamais laissé à la convoitise des villageois qui auraient pu récupérer un certain nombre d’objets. La fossilisation du site dans une propriété privée utilisée comme pâturage jointe à l’absence de toute réutilisation des lieux fit le reste. Le présent chapitre est le résultat d’un mémoire de maîtrise réalisé par Emmanuel Guarascio et remanié.

2– Répartition topographique

Secteurs

Nombre d’objets

%

A’2

49

3

B2

197

12

C2 à H2

978

57

Plate forme

410

24

E7

70

4

3L’essentiel du mobilier se trouve sur le flanc nord du site et sur la plate forme.

4– Répartition stratigraphique

5Le matériel se répartit très inégalement selon les unités stratigraphiques. En effet, les US 1000 et 1001 en sont totalement dépourvues. Pour l’US 1200, seule la partie supérieure contient des objets. Les US 1201/1202 contiennent à elles seules prés de 45 % du mobilier. Le reste se trouve dans les couches superficielles 1203/1205.

6– Nature des métaux

Matériaux

Nombre d’objets

%

Fer

1278

75

Cuivre

304

17.8

Plomb

20

1.17

Fonte

3

0.17

Bronze

8

0.46

Laiton et Bronze

45

2.64

Cuivre et Argent

34

1.99

Cuivre et Bois

3

0.17

Cuivre et Fer

4

0.23

Fer et Verre

1

0.05

Fer et Bois

3

0.17

Cuivre-Fer-Os-Bois

1

0.05

1704

100

7L’importance des objets non ferreux et la présence d’objets en fonte sont la marque d’une occupation post-médiévale soutenue et du niveau de vie élevé des occupants.

8– Méthodologie

9L’étude de ce mobilier est menée selon les mêmes principes que les collections des autres mobiliers. Chaque objet donne lieu à une fiche d’analyse détaillée, accompagnée de son dessin normalisé à l’échelle 1/3.

Numéro d’inventaire

Numéro d’inventaire
Identification de l’objet
Matériau
Dimensions
Description
Lieu de découverte

dessin

Datation

10Réalisée en 2001, cette présentation s’est trouvée validée par la méthode proposée par Jean-Pierre Guillaumet pour l’étude du mobilier du Mont Beuvray4.

5.1. L’armement

11On ne compte que huit objets appartenant à cette catégorie et provenant essentiellement du secteur nord-est. Cette faible proportion (0.5 %) prouve que l’édifice n’avait pas eu par le passé une activité militaire bien soutenue. Malgré ce faible corpus qui ne permet pas d’établir de véritable typo chronologie, on trouve un ensemble varié de formes.

5.1.1. Les fers de trait (Fig. 93-94)

12La fouille partielle du site n’a livré que quatre carreaux d’arbalète et une pointe de flèche contrairement à d’autres sites où ces objets sont très abondants : 121 à l’Isle Bouzon5, 160 à Peyrepertuse6, 1042 à Rougemont7. Cette arme n’apparut en Occident qu’à partir du Xe siècle8 puis se répandit aux XIe et XIIe siècles en raison de son perfectionnement technique régulier. Au XIIIe siècle, elle constituait une arme de première importance qui contribua au développement d’un corps particulier de fantassins présents dans tous les sites et dans toutes les campagnes militaires. Malgré la concurrence du grand arc, elle continua à être employée massivement jusqu’à la Renaissance9. Le trait d’arbalète appelé par Froissart « carreaux empennés de fer » en 1382 et dont le véritable nom était garot10 fut l’objet de l’attention de Viollet-le-Duc11 et de travaux récents12. Les spécimens de Richardménil présentent une tête en tétraèdre courte montée sur une douille conique courte et peu large. Leur conception est plus simple que celle des carreaux à pointe losangée trouvés à Rougemont. Leur longueur moyenne est de 56 mm pour un diamètre de douille de 14 mm. Ils entrent dans la catégorie des fers légers (C2a) de la typologie proposée par Jean- Michel Lassure13.

Image 10000000000001FE000000C0A99423C37F51971C.jpg

13Il faut y ajouter un spécimen trop fragmentaire pour être dessiné (459-CA-5278) mais datable du XVe siècle. Le carreau n° 5273 était fiché dans le mur n° 1130. Peut-être faut-il y voir une trace de l’attaque des soudoyers messins en 1443.

5.1.2. Les pommeaux d’épées ou de dagues (Fig. 94)

14Seuls deux fragments de pommeaux d’épées très corrodés ont été retrouvés et peuvent être datés des XVIe-XVIIe siècle.

Image 10000000000001F00000009137C30CE6D564E1DE.jpg

5.1.3. Cotte de maille

15La cotte de maille est généralement complémentaire de l’armure dans la mesure où elle protège certaines parties du corps comme le cou ou le ventre jusqu’au XVIIe siècle. Un conglomérat, pesant près de 2 kg et composé d’une centaine d’annelets entrelacés de 3 mm de diamètre très oxydés a été retrouvé en D1 sans pouvoir être dessiné (459-CA-5104).

5.1.4. Éléments d’armes à feu

16Le maître des lieux possédait des armes à feu comme l’atteste cette dépense de 8 gros que le receveur versa en 1547/1548 à un homme qui retourna chercher à l’abbaye de l’Etanche, située dans les Vosges, une « hacquebutte » que le sire des Armoises avait oublié lors d’une visite à ses parentes14. Un fragment de chien de fusil est le rare indices archéologiques qui confirme la présence de ces armes dans la maison forte15.

5.2. Équipement du cavalier et du cheval

5.2.1. Molette d’éperon (Fig. 95)

17Un seul exemplaire à huit branches a été retrouvé mais sans son support. Typologiquement, il s’apparente à des modèles tardifs16.

Objet

Localisation

Datation

Molette d’éperon

5281

G2 US 1201

XVe

5.2.2. Les fers d’équidés (Fig. 95 à 98)

18Vingt spécimens constituent le corpus de Richardménil. Tous appartiennent à la catégorie dite « type rive linéaire » dont l’épaisseur varie entre 4 et 7 mm17. Certains ont conservé leurs clous de fixation (n° 5182, 5183, 5186, 5450) à tête pyramidale, habituels sur ce type de fer à partir du XVe siècle. Ils remplacent les clous dits à tête « en violon » de forme étroite et à sommet arrondi18.

Image 10000000000000FE000001366DDD0877E99FB9E4.jpg

Note19
Note20
Note21

19Il convient d’y ajouter sept autres fragments appartenant à la même catégorie non dessinés en raison de leur état.

N° d’id

Caractères

D035

Lg : 65 mm. Fragment correspondant au crampon et à une partie de la branche

5118

Lg : 110 mm. Fragment corrodé (E2 US1 203). XVIIe

5199

Lg : 80 mm. Fragment corrodé (E5 US1 201). XVe

5119

Lg : 120 mm. lg : 26 mm. Fer à rives linéaires, extrémité recourbée assez haut formant crampon de taille moyenne (E2 US1 203). XVIIe

5121

Lg : 88 mm. lg : 16 à 28 mm. Fer à rives linéaires.
Extrémité recourbée formant un crampon de belle taille (E2 US 1203). XVIIe

5184

Lg : 104 mm. lg : 28 mm. Fer en deux parties complémentaires à rives linéaires. A’2. XVe

5198

Lg : 80 mm. Très corrodé

5.2.3. Les mors de bride (Fig. 99-100)

20Cette pièce d’harnachement est constituée du canon droit ou brisé (articulé) et des anneaux ou branches où sont fixées les rênes. Deux systèmes existent. Le mors de filet, le plus ancien, se distingue par une embouchure simple, d’une seule pièce ou brisée avec articulation centrale. Deux anneaux raccordés à l’articulation centrale assurent le passage des rênes tandis que le mors de bride se compose de branches latérales sur lesquelles sont fixées les rênes. La fouille a livré sept mors de formes variées et fort corrodés.

Image 10000000000001F4000000BCF31404D6019E8D1B.jpg

Note22
Note23

5.2.4. Les étrilles (Fig. 100)

21Cet instrument, utilisé pour nettoyer la robe des chevaux, n’est connu que par un seul exemplaire à Richardménil.

5.2.5. Conclusion

22Ces objets confirment l’existence d’une écurie pour chevaux construite dans la maison forte sur ordre du receveur comme le mentionne un document comptable de 1547- 154824. L’absence de fer d’équidé à rive ondulée et la présence des seuls fers à rive linéaire permet de dater ce matériel des XVIe-début XVIIe siècle25.

5.3. Les accessoires vestimentaires et décoratifs

23392 objets soit 23 % des objets métalliques du site appartiennent à cette catégorie, chiffre remarquable comparé aux 446 trouvés à Peyrepertuse26, les 20 de Bourges27, et les 187 d’Epinal28. Les objets en cuivre dominent largement avec 293 spécimens soit 75 % dont 35 combinent le cuivre et l’argent ou sont associés au bois. Le fer ne représente que 17 % (46 objets) après le laiton avec 12.7 % (50 objets). Cette abondance souligne le caractère aristocratique de la maison et s’explique par la soudaineté de la disparition du bâtiment qui était encore occupé quand elle fut détruite. Ce mobilier fournit de précieux renseignements sur les modes de vie et les goûts des occupants mais aussi sur les techniques de fabrication des objets29.

5.3.1. Les boucles (Fig. 101 à 107)

24On recense vingt-neuf exemplaires de boucles dont vingt-deux dessinés et quatre ardillons.

5.3.1.1. Les boucles en fer (Fig. 101 à 104)

25Celles-ci se répartissent en trois grandes catégories qui réunissent une dizaine d’objets : boucles hémisphériques avec trois spécimens, boucles quadrangulaires à angles droits ou arrondis avec six spécimens et les boucles trapézoïdales avec un exemplaire.

Image 1000000000000411000001CF862BD2F3B6F9A74D.jpg

Fig. 91 : Mobilier métallique non ferreux : boucle de ceinture (459-CA-5060), dé à coudre (459-CA-5087), petit grelot (459-CA-5044), gros grelot (459-CA-5006), fermoir de livre (459-CA-5094)

Image 1000000000000205000002EC2CA7D373A05EBC9A.jpg

Note30
Note31

5.3.1.2. Les boucles en cuivre (Fig. 105 à 107)

26Ces objets moulés, de très belle facture, se signalent par leurs contours rectangulaires ou leurs lignes courbes sobres et élégantes. Certaines ont conservé leur ardillon. Aucune ne présente de chape, quatre ont une seule fenêtre et cinq une double fenêtre. A cette diversité de formes correspond une diversité des modes et peut être des usages.

5.3.1.3. Les ardillons (Fig. 108)

27L’identification d’un ardillon isolé est toujours délicate mais trois exemplaires peuvent être recensés. Deux d’entre-eux n’ont pas été dessinés (453-CA-5331 et 5351). L’objet 459-CA-D027A correspond peut-être à un élément de fermeture d’une petite huisserie.

5.3.2. Les chapes de ceinture (Fig. 109)

28La chape est une feuille de cuivre reliée à la boucle par enroulement. Elle est souvent décorée par estampage ou moulage. Il existe des chapes pour boucle à une fenêtre où l’extrémité qui s’applique sur la traverse distale est incomplète et permet le passage et la rotation de l’ardillon. Ce type est représenté par l’objet n° 5097. On trouve aussi des chapes pour boucles à double fenêtre. Dans ce cas, l’extrémité qui s’applique sur la traverse distale est incomplète car l’ardillon se trouve sur une traverse médiane. De ce fait, l’encoche n’est plus utile. Les exemplaires 5098 et 5096 illustrent cette catégorie. Toutes peuvent être datées des XVe-XVIe siècle.

5.3.3. Les accessoires de vêtement

29Avec 299 objets, ils représentent la principale catégorie. Tous sont des éléments qui servent à la confection des vêtements ou à maintenir des parties du costume entre elles.

5.3.3.1. Les ferrets d’aiguillettes (Fig. 110)

30Les 45 ferrets ou passe-lacets retrouvés se composent d’une fine tôle de bronze et de laiton roulée sur elle-même pour former un petit tube conique et ils se répartissent en cinq catégories selon la taille.

31Tous sont en laiton-bronze sauf un qui est en cuivre. Ils servaient à consolider l’extrémité des lacets qui permettaient de serrer un vêtement à la taille et facilitait le passage dans les œillets. Apparus durant le premier tiers du XVe siècle, ils furent d’un usage courant jusqu’à la fin du XVIIe siècle32.

Type

Longueur

Diamètre

Nombre

1

36 à 44 mm

2 à 4 mm

4

2

26 à 33 mm

2 à 3 mm

7

3

22 à 25 mm

2 à 3 mm

21

4

18 à 22 mm

2

10

5

14 à 17 mm

2 à 3 mm

3

5.3.3.2. Les paillettes (Fig. 111-112)

32Les paillettes en cuivre se fixaient aux vêtements ou aux ceintures par rivets. Leurs diamètres varient entre 10 et 16 mm pour une hauteur de 2 à 5 mm. Elles présentent une forme bombée parfois décorée de motifs géométriques ou de pastilles. On peut leur adjoindre un bouton plat dentelé (n° 5099).

5.3.3.3. Les épingles (Fig. 113)

33Un lot de 247 épingles a été retrouvé dans le carré E2 mais à l’exception de quelques unes à tête carrée, toutes ont une forme sphérique. Trente-quatre ont une tête en argent. A titre de comparaison, il y en avait une centaine à Epinal33 et 90 à Peyrepertuse34. On peut distinguer quatre groupes en fonction de leur taille. Le premier comprend les épingles inférieures à 20 mm, le second celles de 25 mm à 27 mm, le troisième à celles de 28 à 30 mm et le quatrième celles de plus de 40 mm. Outre leur utilisation en couture, elles servaient aussi à tenir les guimpes et les voiles fixées sur les vêtements et les cheveux. Il faut y ajouter une épingle à nourrice.

5.3.3.4. Dé à coudre (Fig. 112)

34Un seul exemplaire en bronze moulé sans calotte sommitale a été retrouvé.

5.3.3.5. Les anneaux (Fig. 114-115)

35Quatorze exemplaires en cuivre et deux en plomb constituent cette catégorie aux fonctions diverses. Trois anneaux au diamètre compris entre 22 et 28 mm et de section comprise entre 1 et 4 mm soutenaient probablement un ardillon (n° 5037, 5036, 5001). Deux annelets (n° 5039, 5038) font penser à des éléments de cote de maille. Trois rondelles de cuivre au diamètre compris entre 7 et 26 mm pour une section de 1 mm ne peuvent être identifiées avec précision. Enfin, huit boucles de fils de cuivre et de bronze torsadés, de 6 à 9 mm de section, pouvaient faire office d’anneaux de fixation. L’un d’eux est comparable à celui trouvé au château de Vuache35.

Image 10000000000001F8000001C61BB8A33CC481AD06.jpg
Image 10000000000001F8000001F9DE8AC5BD335D4594.jpg

5.3.3.6. Les éléments de décor et bijoux (Fig. 116 à 119)

36Deux fermoirs de livre (n° 5094 et 5095) moulés et limés constituent de beaux exemplaires de ferronnerie. Des deux grelots au diamètre compris entre 15 et 26 mm, le premier (n° 5006) se compose de deux calottes hémisphériques brasées tandis que le second (n° 5004) est moulé dans une seule pièce et a conservé sa bélière qui pouvait être attachée à un collier ou à un anneau. Vingt-deux maillons constitués de cuivre enroulé autour de crochets se rapportent à une parure de type collier ou bracelet (n° 5019). Une perle en plomb percée en son milieu évoque une autre forme de bijou (n° 5004). Le seul exemplaire de cuillère à parfum ou à onguent en bronze moulé se signale par sa facture géométrique et son décor en écailles (n° 5100). Parmi les éléments de décor du mobilier, on peut observer une petite coupole surmontée de son couvercle agrégée à du bois minéralisé (n° 5010) et deux punaises en cuivre. Enfin quatre crochets en cuivre pourraient être des hameçons.

Image 10000000000001FE000001DABEA88BD0CEF5B160.jpg

5.3.4. Conclusion

37Tous ces objets traduisent un souci du décor et du paraître mais, malgré la variété de ce mobilier, on s’étonne de ne pas trouver d’objets destinés aux soins du corps comme les ciseaux ou les pinces à épiler.

5.4. Le matériel lié à l’art de la table

38Trente-neuf objets se rapportent aux activités de préparation des aliments et aux repas.

5.4.1. Le luminaire (Fig. 120)

39Deux éléments provenant d’un chandelier à broches ont été identifiés par comparaison avec de fragments trouvés en Normandie36. Un seul a été dessiné (n° D031). Le second, long de 75 mm se réduit à une partie de la douille et de la broche (n° D026). L’objet était planté dans un socle en bois.

5.4.2. Les récipients

Image 1000000000000200000001354B857CA0B44DB110.jpg

5.4.2.1. Les marmites (Fig. 120)

40Deux lèvres de récipients en fonte confirment l’utilisation de ce métal dans la fabrication d’objets domestiques à partir du XVIe siècle. Leur forme évoque les pots en céramique utilisés à la même époque.

5.4.2.2. Les couvercles (Fig. 121-122)

41Les réparations observées sur ces objets traduisent le souci de conserver le plus longtemps possible les ustensiles de cuisine. Les couvercles en fer ont des diamètres respectifs de 62 et 145 mm. Le premier couvercle en cuivre (n° 5093) a un diamètre de 135 mm et se compose d’une tôle percée de 4 trous et pourvue d’une poignée rivetée tandis que le second (n° 5101) avec 200 mm de diamètre est formé d’une tôle à la périphérie de laquelle on a riveté une seconde pièce qui constitue un renfort ainsi qu’une poignée.

5.4.2.3. Les pieds de récipients (Fig. 123)

42Deux exemplaires en fer forgé (n° 5210) proviennent d’une marmite. S’y ajoute un objet (n° 5398) non dessiné en fonte à base plate semi ovoïde. (Lg : 55 mm, lg : 23 mm, diamètre : 22 mm).

5.4.2.4. Une gourde (Fig. 123)

43Unique spécimen de son genre retrouvé à Richardménil, ce récipient a été découvert contre le mur 1130 de la fosse 5.

5.4.3. La coutellerie37

44Vingt-cinq éléments appartenant à des couteaux ont été recueillis mais seulement douze permettent des observations et peuvent être répartis en 3 groupes.

5.4.3.1. Les lames (Fig. 124)

45Sur sept fragments, trois seulement sont dessinables. Ils présentent un dos rectiligne, un tranchant convexe et une longueur d’environ 80 mm pour une largeur de 18 mm.

Image 10000000000001F40000018013D4BAFA99A6F99F.jpg

5.4.3.2. Les lames avec soie (Fig. 125-126)

46Sur onze fragments, six présentent un intérêt morphologique. On identifie une catégorie de canifs bien représentés par le n° 5167 avec une soie de 16 mm et une lame de 53 mm de long. On distingue également les lames à dos rectiligne (n° 5170 bis, 5158, 5159) et celles à dos concave (n° 5157).

5.4.3.3. Les manches avec ou sans lame (Fig. 127)

47Trois manches rivetés, encore liés à des fragments de bois imprégnés d’oxydes, ont été conservés. L’un d’eux (n° 5077, non dessiné) est constitué d’os riveté sur une plaque de fer par 4 rivets circulaires en cuivre. La partie osseuse est décorée de rainures larges de 2 mm.

5.4.4. Conclusion

48Le matériel recueilli souligne l’importance des objets en métal dans le mobilier culinaire mais on peut regretter l’absence de certains ustensiles comme les cuillères, les crémaillères ou les chenets.

5.5. L’outillage artisanal

49Cette catégorie rassemble dix-neuf objets correspondant à des activités artisanales variées.

5.5.1. La taille de la pierre38 (Fig. 128 à 130)

50Neuf outils en fer se rapportent à une activité de travail de la pierre dont deux coins de petite taille, un burin, deux piques et quatre ciseaux composés d’une lame et d’une soie. Ces outils étaient certainement prêtés aux maçons lorsque ceux-ci venaient travailler dans cette maison.

Image 10000000000000FA00000086559B3764B8FEB6F3.jpg

5.5.2. Le travail du bois (Fig. 130-131)

51Cinq outils se rapportent à cette activité39.

52Le fer de hache de gros gabarit (n° 5140) pouvait servir à débiter les bûches utilisées pour le chauffage de la maison. Un modèle identique connu en Normandie est daté du XIVe siècle mais ce type d’objet n’a pas changé de forme aux siècles suivants40. La présence d’une herminette suppose que l’on réparait les tonneaux de vin, ce que confirme une mention du livre de compte de 154841. Les marteaux sont représentés par 3 spécimens. Deux d’entre eux (dont le n° 5201) sont des marteaux arrache-clous, utilisés par les couvreurs et les charpentiers. Le troisième (n° 5202), plus commun, est employé par les menuisiers.

Image 10000000000001F9000000BC5D45839D380BDB45.jpg

5.5.3. Activités diverses (Fig. 132-133)

53L’objet n° 5572 n’est pas identifié avec certitude mais pourrait correspondre à un repoussoir pour forgeron ou à un poinçon42. Deux pinces à riveter bien conservées (n° 5181- 5180) servaient pour le travail du cuir mais aussi en tôlerie comme le montrent les couvercles en métal observés précédemment (n° 5101). Deux petites forces, privées de leurs lames, ont pu servir à couper des cheveux, du tissu ou de fines tôles de cuivre ou de plomb.

5.6. L’outillage agricole

54Trente objets se rapportant à diverses activités agricoles ont été retrouvés et confirment l’importance des occupations rurales dans cette demeure de campagne43.

5.6.1. Les faucilles à tranchant lisse (Fig. 134-135)

55Les six exemplaires conservés présentent des lames étroites de section triangulaire décrivant d’abord un arc de cercle avant de se redresser progressivement. On peut évaluer la longueur maximale à 220/225 mm et la largeur entre 20 et 40 mm. La lame se prolonge par une soie rectiligne qui peut atteindre 46 mm et se termine par un angle rabattu.

5.6.2. Les faucilles à blé (Fig. 136)

56De nombreux documents iconographiques attestent que les moissonneurs d’autrefois sciaient les épis par poignée. L’objet n° 5211 confirme que les faucilles étaient pourvues de dents à cet effet. Les spécimens n° 5213 et 5212 appartiennent à cette catégorie que l’on retrouve sur de nombreux sites44.

5.6.3. Les lames de serpettes (Fig. 137)

57Cet instrument servait à tailler la vigne et à greffer. Quatre exemplaires de serpettes montrent que cet objet ne dépassait pas 100 mm et qu’il pouvait tenir dans une poche. La documentation écrite confirme qu’une pièce de vigne appartenant à la maison se trouvait sur la côte toute proche45.

5.6.4. Fragments de soie (Fig. 138)

58On ne recense que trois fragments de soie de serpettes ou de faucilles.

5.6.5. Fragments de lames.

59Cinq fragments (n° 5135, 5176, 5194, 5432, 5395) n’ont pas donné lieu à des dessins.

Image 10000000000000FA0000021F1133842D68F9B33E.jpg

5.6.6. Douilles d’outils

60Cinq douilles servant à emmancher des outils présentent des diamètres variant entre 21 et 35 mm.

5.6.7. Fers de bêche (Fig. 139)

61Par souci et par nécessité d’économiser le métal, les bêches anciennes étaient taillées dans une pièce de bois, souvent en frêne, dont l’âme venait s’insérer dans une pièce métallique composée de deux tôles séparée par une gorge. Des rivets assuraient la bonne cohésion de ces éléments. Les exemplaires retrouvés permettent de distinguer deux catégories de bêche. Le premier type se caractérise par sa forme rectangulaire (Lg : 147 à 171 mm ; lg : 90 à 100 mm) tandis que le second présente une forme en U. Ce dernier est comparable à celui trouvé à Epinal46.

5.6.8. Fer de houe

62L’objet se compose d’une âme ovalaire très usée et d’une soie creuse, recourbée à 90° et longue de 80 mm. Il est rare d’en retrouver en fouille.

Conclusion

63Tout l’outillage du paysan se trouvait dans la maison forte et devait servir pour entretenir et cultiver le jardin voisin et la pièce de vigne.

5.7. Les éléments de fermeture

64Soixante trois objets composent le corpus très diversifié des éléments de fermeture qui appartiennent soit à des meubles soit à des huisseries. Ils se répartissent en trois grandes catégories. La première regroupe les éléments de fermeture comme les clefs, les palâtres, les gâches et les mentonnets. La seconde correspond aux éléments d’assemblage articulés comme les charnières, les paumelles, les gonds et les pentures. La troisième rassemble les éléments de préhension comme les poignées, les crochets, les anses et les chaînes.

5.7.1. Les organes de fermeture47

5.7.1.1. Les clefs48

65Une clef se compose de trois parties : l’anneau ou poignée, la tige et le panneton. L’anneau est toujours rond ou réniforme. Si la tige est pleine, la clef est dite « bénarde », si elle est creuse, la clef est dite « forée ». Le panneton toujours de forme rectangulaire est doté de découpages et de repérages appelés garnitures. Celles-ci se répartissent en cinq catégories :

  • les bouterolles avec ouvertures le long de la tige ;

  • les rouets avec ouvertures sur les côtés du panneton ;

  • la planche avec ouvertures à l’intérieur du panneton ;

  • les râteaux avec ouvertures dans le panneton ;

  • les pertuis avec ouvertures à l’intérieur du panneton.

5.7.1.1.1. Les clefs bénardes (Fig. 140 à 144-146)

66Seize exemplaires appartiennent à cette catégorie. Leur longueur est comprise entre 51 et 130 mm mais les pannetons sont très corrodés. Les anneaux présentent des formes variées : neuf sont en forme de rein, cinq ovoïdes et deux losangées.

5.7.1.1.2. Les clefs à tige forée (Fig. 145-146)

67Il n’existe que deux exemples de ce type de clef dont la longueur varie entre 47 et 59 mm. Toutes ces clefs proviennent de serrures à fonctionnement par rotation.

5.7.1.2. Les palâtres de serrure49 (Fig. 147)

68Le palâtre est le parallélépipède rectangle qui dissimule et protège les éléments intérieurs de la serrure. Les deux exemplaires conservés ont une forme qui s’apparente à celle des « serrures à bosse » qui doivent leur nom à la proéminence de leur palâtre obtenue par emboutissement d’une plaque de fer forgé. Elles sont appliquées en surépaisseur sur un vantail à peine ou pas entaillé50. Ces objets sont rarement conservés en raison de la minceur de la tôle qui disparaît avec la corrosion. L’exemplaire le mieux conservé (n° 5367) mesure 140 × 115 mm pour une profondeur de 21 mm.

5.7.1.3. Les gâches (Fig. 148)

69La gâche est un objet fixé sur un dormant et dans lequel vient glisser le pêne. Les exemplaires 5355 et 5364 présentent une particularité puisque la gâche est fixée sur une plaque de métal qui était appliquée sur un dormant de bois.

5.7.1.4. Les mentonnets (Fig. 148)

70Le mentonnet est une pièce qui reçoit et maintient en position close la clenche actionnée par un levier. Les exemplaires n° 5379 et D022 se composent d’une partie triangulaire prolongée par une tige qui pénétrait dans le dormant. Leur longueur est comprise entre 70 et 114 mm et la hauteur de la partie qui reçoit la clenche varie entre 15 et 25 mm. La taille du premier permet de l’attribuer à une porte de grand gabarit.

5.7.1.5. Conclusion

71L’étude morphologique de ces objets conduit à retenir quelques repères chronologiques. La forme des anneaux n’évolue pas au cours des siècles et ne peut constituer un élément de datation. Par contre, la présence de clefs forées est un indice de datation tardive car ce type correspond à des serrures à rotation sophistiquée mais leur faible nombre par rapport aux clefs bénardes montre que nous sommes dans une période de transition. La datation XVIe-début XVIIe siècle se trouve ainsi confirmée.

5.7.2. Les éléments d’assemblage articulés

72Trente-huit pièces se rapportent à cette catégorie d’objets complémentaires des éléments de serrurerie. Grâce à eux, l’ouvrant est tenu en place et peut effectuer les mouvements de rotation demandés.

Image 1000000000000410000001C070906BC5BC5ADA94.jpg

Fig. 92 : Clés forées et clés bénardes

5.7.2.1. Les charnières (Fig. 149-150)

73Elles se composent de deux ferrures ou pentures clouées sur le dormant et l’ouvrant et munies de charnons intercalés, maintenus ensemble par un axe de rotation51. Quatre exemplaires ont été exhumés. Les trois premiers étaient fixés sur des portes. L’exemplaire n° 5354 long de 337 mm est dans un parfait état. Par contre le n° 5365 appartenait à un coffre ou à une petite huisserie.

Image 10000000000001FE000000A1AEF60EF7E6189A00.jpg

5.7.2.2. Les pentures ou frettes (Fig. 150)

74Neuf fragments de pentures ont été identifiés mais trois seulement sont dessinables. On note la présence de trous pour les clous ou les rivets pour fixer ces bandes de fer sur le vantail. On distingue les modèles à enroulement (n° 5383) et les modèles simples sans décor.

Image 10000000000001FA000000BDC1D40447C4AF5B23.jpg

5.7.2.3. Les paumelles (Fig. 151)

75Les paumelles sont des pièces fixées dans la maçonnerie ou dans une menuiserie par deux branches tandis que la tête arrondie ou collet reçoit le gond. Trois d’entre elles se caractérisent par des collets plus larges que les branches et les deux plus petites (D027 B), longs respectivement de 42 et 35 mm correspondent à des ouvrants de petite taille appartenant certainement à des meubles. La quatrième présente un collet de même largeur que les branches.

Image 10000000000001FA0000007C08C26EBAA356F0E4.jpg

5.7.2.4. Les gonds-goupilles rivetés

76On a retrouvé un gond-goupille (D016) constitué d’une plaque de métal carrée percée de quatre rivets aux angles qui se fixait sur un dormant. A droite, la tôle est recourbée pour former une paumelle.

5.7.2.5. Les gonds (Fig. 151 à 153)

77Le gond associé à la paumelle rend possible la rotation d’un vantail. Sur les seize gonds découverts, quatorze sont observables et peuvent être répartis en quatre catégories52. Le gond n° 5361 était fixé sur l’ouvrant par quatre clous et son logement cylindrique est parfaitement conservé. On observe quatre gonds avec patte-fiche rectangulaire et tête circulaire. La longueur est comprise entre 50 et 107 mm et la hauteur entre 21 et 33 mm. La tête venait s’insérer dans une paumelle ou une charnière. La section de la patte varie entre 3 et 10 mm, celle de la tête entre 5 et 10 mm ce qui implique qu’ils recevaient des paumelles, des charnières et des ouvrants de moyenne et petite taille appartenant à des meubles, volets, fenêtres.

78On compte également huit gonds avec patte-fiche trapézoïdale et tête circulaire (Fig. 152) dont la longueur varie de 62 à 94 mm pour une hauteur de tête de 15 à 39 mm. Le diamètre de la tête est compris entre 10 et 17 mm ce qui indique qu’ils recevaient des paumelles de moyenne et grosse taille correspondant à des portes. On trouve aussi un gond (n° 5498) avec patte-fiche pyramidale et tête circulaire (Fig. 152) dont la partie inférieure, fragmentaire et ancrée dans le mur ressemble à un parallélépipède rectangle long de 55 mm. Elle se prolonge par un ergot perpendiculaire en partie cassé. On constate l’absence de crapaudines dans le matériel recueilli.

Image 1000000000000200000001C0347BD63686DE9D40.jpg

5.7.3. Les éléments de préhension fixés sur ouvrant (Fig. 154)

Image 10000000000001FF000000A01AA6340D18B866D3.jpg

79Quatre exemplaires sur les cinq retrouvés permettent une étude et se répartissent en quatre ensembles distincts : une poignée rivetée sur l’ouvrant (n° 5371), une poignée de meuble de forme rectangulaire (n° 5344) et une pendeloque de coffre. Il faut y ajouter un exemplaire en cuivre moulé, formé d’un arc outrepassé reposant sur deux pattes galbées dont les extrémités sont pourvues d’ergots de fixation perpendiculaires et qui appartient également à un meuble (n° 5017).

5.8. Les éléments de suspension

80Cette catégorie est représentée par vingt-cinq objets qui illustrent la diversité des formes et suggèrent une variété d’usages. Tous sont en fer sauf deux en cuivre et un en bronze.

5.8.1. Les anneaux (Fig. 155)

Image 100000000000020400000255AA6FF89E0EECC72D.jpg

5.8.2. Les anneaux isolés

81Les huit exemplaires recensés se répartissent en deux catégories :

  • les anneaux fermés au nombre de trois dont les diamètres varient entre 22 et 63 mm. Le n° 5305 semble être un anneau scellé tandis que les autres appartiennent à des chaînes ou à des chaînettes.

  • Les anneaux ouverts peuvent avoir cet aspect après l’action de la corrosion.

5.8.3. Les chaînettes

82On peut les diviser en deux types mais la forme ne permet pas d’en connaître l’usage précis. Un fragment aux maillons en ∞ longs de 48 mm chacun (n° 5339) est assez bien conservé. Le second fragment long de 185 mm se compose d’anneaux séparés par une petite section droite (n° 5309). Ajoutons deux anneaux (n° 5317) simples et fermés de 30 mm de diamètre et 9 mm de section.

5.8.4. Les crochets

83Le crochet n° 5341 en forme de S a une longueur de 14.5 mm et devait servir à supporter un récipient. Les deux crochets en alliage de cuivre (n° 5027-5028) se composent d’un petit anneau surmontant un disque bombé muni d’un petit crochet.

5.8.5. Les anses (Fig. 156)

84Les six anses retrouvées se divisent en deux catégories. L’objet n° 5422, long de 80 mm est une anse rivetée. Tous les autres sont des anses à crochets servant à porter des seaux et le n° 5360 se signale par sa poignée formée d’une tôle rabattue.

5.9. Les éléments de fixation

85Avec 837 pièces, ce mobilier est de loin le plus abondant mais aussi très diversifié puisqu’il inclut les clous, les cavaliers, les chevilles, les plaques rivetées, les renforts de pieux, les résilles de plomb de vitrail et une garniture de cuivre.

5.9.1. Les clous (Fig. 157-158)

86Les 779 exemplaires inventoriés se répartissent en huit catégories en fonction de la forme de la tête53.

Image 10000000000001FE00000128769762092C087882.jpg

87La collection de Richardménil permet d’apporter de nouvelles précisions sur l’utilisation de ces clous grâce à un meilleur état de conservation du mobilier.

Groupe

Lg

Catégories

1

≤ 30 mm

Petit clou

2

30 à 40 mm

Clou moyen

3

env. 70 mm

Grand clou

4

≥ 70 mm

Très grand clou

88Toutefois, il n’est guère possible de proposer un comptage de chacun de ces groupes car beaucoup de clous ont perdu leur extrémité ou sont tordus ce qui prouve qu’ils ont été arrachés au marteau à dents lors de la démolition de la maison. Il faut aussi souligner la différence entre les clous à section carrée avec tête plate, très largement majoritaires et les clous à section plate et tête verticale qui ne représentent que 3 % du total (Fig. 157).

5.9.2. Les cavaliers et les crampons de menuisier (Fig. 159 à 161)

89Parmi les dix-huit exemplaires, onze sont analysables.

Image 10000000000000F800000089FC2988F198FB0593.jpg

90Les cavaliers servaient à solidariser par le champ des planchettes placées côte à côte. Le crampon avait le même usage.

5.9.3. Les chevilles (Fig. 162)

91On trouve deux types de chevilles. La première est enfoncée dans le bois à coups de marteau. C’est à ce type qu’appartient le n° 5494 avec sa tête plate.

92Le second type est la cheville à goupille, servant à relier des montants en bois ou des poutres comme l’objet n° 5493.

5.9.4. Les frettes (Fig. 163)

93La frette prend la forme d’un cercle métallique servant à renforcer une pièce de bois cylindrique ou arrondie. Un seul exemplaire a été identifié (n° 5409).

5.9.5. Les goupilles (Fig. 163)

94L’objet n° 5282 semble être une goupille plutôt qu’une clef bénarde ayant perdu son panneton.

5.9.6. Les renforts de pieux (Fig. 164 à 166)

95Les huit exemplaires de Richardménil sont comparables à ceux trouvés à Epinal54. Leur longueur varie de 55 à 155 mm et leur épaisseur de 4 à 6 mm. Trouvés dans le fossé nord de la maison, dans l’US 1201, ils peuvent peut-être être mis en relation avec des éléments de la clôture.

5.9.7. Les résilles de vitrail (Fig. 166)

96Douze résilles en plomb (n° 5012) et une garniture de cuivre (n° 5005) servant à sertir des verres de vitres ont été recueillies.

5.10. Divers

97Environ 262 objets n’ont pu être identifiés avec certitude en raison de leur état trop fragmentaire ou de l’importance de la corrosion ou de la gangue d’oxyde. D’autres peuvent avoir plusieurs utilisations possibles.

5.10.1. Une calotte en cuivre (Fig. 167)

98Cet objet bombé de 41 mm de diamètre était fixé par trois petites pointes sur un support en bois.

5.10.2. Des éléments de fermeture

99L’objet D024 composé d’une tige et d’un anneau pourrait s’apparenter à une goupille. Le n° 5388 semble provenir du système de fermeture d’une porte tandis que le 5545 A est un fer en U qui devait maintenir une lourde tige verticale comme un axe de porte.

5.10.3. Les plaques rivetées (Fig. 170)

100Les 92 pièces très fragmentaires pourvues de rivets de cuivre appartenaient à un récipient ou à une pièce cintrée.

5.10.4. Les tiges et tubes (Fig. 170-171)

101On compte près de 59 objets entrant dans cette catégorie. Outre une lamelle de cuivre provenant d’un vêtement (n° 5082), ainsi qu’un fil de bronze (n° 5079) la baguette de plomb (n° 5073) servait peut-être pour la soudure des résilles de vitres. Mais les plus intéressants sont sans nul doute les petits tuyaux de cuivre qui pourraient provenir d’un système de canalisation d’eau à usage domestique.

5.10.5. Une tôle en plomb

102Cette pièce a échappé par miracle aux démolisseurs malgré la valeur qu’elle représentait. Elle correspond à une plaque rectangulaire (Lg : 100 mm, lg : 160 mm, ép. : 3 mm) pesant 5 kg. A l’une des extrémités, on remarque des perforations (diamètre : 20 mm) provoquées par des coups de pics. Cette pièce était clouée sur un support ou une sur une planche en bois par des clous dont on voit encore les orifices. Un dessin ou une marque placée sur un bord pourrait correspondre au symbole d’identification de la fonderie qui l’a moulée. Nous attribuons cette plaque à un élément de couverture de toiture, plus particulièrement une protection de planche de rive.

5.11. Conclusion

103La répartition stratigraphique des objets correspond aux unités stratigraphiques de destruction et confirme que l’essentiel de ceux-ci étaient en usage en 1613. L’importance des vestiges métalliques prouve que les objets ferreux et non ferreux occupaient une place importante dans l’ameublement et dans le bâtiment au début de l’Epoque moderne, même dans les petites demeures aristocratiques de campagne. La variété de ce mobilier permet de constituer un catalogue de formes utiles pour l’identification de nouveaux objets issus des fouilles à venir.

Image 100000000000040B0000059E303A7993EF3BBF19.jpg

Fig. 93 : Le mobilier métallique : l’armement

Image 1000000000000412000005A5B0F6A2936FB9A1FF.jpg

Fig. 94 : Le mobilier métallique : l’armement

Image 100000000000040E000005A2F7C101BEF7D40E09.jpg

Fig. 95 : Le mobilier métallique : équipement du cavalier et du cheval

Image 1000000000000412000005A175C6AC315418E9B7.jpg

Fig. 96 : Le mobilier métallique : équipement du cavalier et du cheval

Image 1000000000000410000005A0F583CDD0DD99AEA5.jpg

Fig. 97 : Le mobilier métallique : équipement du cavalier et du cheval

Image 1000000000000412000005A059C81C60FD20D4E2.jpg

Fig. 98 : Le mobilier métallique : équipement du cavalier et du cheval

Image 1000000000000415000005A06783FAD97BBCE78B.jpg

Fig. 99 : Le mobilier métallique : équipement du cavalier et du cheval

Image 100000000000040E0000059F6327A754E11AD123.jpg

Fig. 100 : Le mobilier métallique : équipement du cavalier et du cheval

Image 100000000000040A0000059CECF53373A13B6676.jpg

Fig. 101 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Image 1000000000000412000005A238A66C8889A81E8E.jpg

Fig. 102 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Fig. 103 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Image 10000000000004120000059C68B6B607BF3D12F0.jpg
Image 100000000000040A000005A0F2E8E183174596D2.jpg

Fig. 104 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Image 100000000000040C0000059D117518664655208E.jpg

Fig. 105 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Image 100000000000040F000005A2D0DE8BAEB4EC2DB5.jpg

Fig. 106 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Image 100000000000040D000005A20E8DD58BBAA26DDE.jpg

Fig. 107 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Image 10000000000004110000059BB722048284BFE83F.jpg

Fig. 108 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Image 100000000000056800000764D4FA8113E36F46A9.jpg

Fig. 109 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Image 10000000000004120000059EA41D78E0727A324E.jpg

Fig. 110 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Image 100000000000040A000005A2CDCD809918495DF1.jpg

Fig. 111 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Image 1000000000000410000005A093F40A96F6940ED2.jpg

Fig. 112 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Image 1000000000000410000005A6E5D32AD3BF3F8BEF.jpg

Fig. 113 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Image 10000000000005630000077A4F34E0F9ACC0F891.jpg

Fig. 114 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Image 1000000000000410000005A30518FF7BEA0AEAA6.jpg

Fig. 115 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires

Image 1000000000000411000005A28A968AE987260836.jpg

Fig. 116 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires et décoratifs

Image 10000000000004120000059D053AA4539D37C58B.jpg

Fig. 117 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires et décoratifs

Image 100000000000040E0000059F946BD0725B95737F.jpg

Fig. 118 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires et décoratifs

Image 1000000000000410000005A0A32FD6A0149D1246.jpg

Fig. 119 : Le mobilier métallique : accessoires vestimentaires et décoratifs

Image 100000000000040B000005A1F2DAEAE201D032BC.jpg

Fig. 120 : Le mobilier métallique : arts de la table

Image 100000000000040B0000059D49D50B2AEA3A8CF1.jpg

Fig. 121 : Le mobilier métallique : arts de la table

Image 10000000000005660000077E7C7E6D4242A727D4.jpg

Fig. 122 : Le mobilier métallique : arts de la table

Fig. 123 : Le mobilier métallique : arts de la table

Image 10000000000004100000059FF929B680647FED93.jpg

Fig. 124 : Le mobilier métallique : arts de la table

Image 1000000000000412000005A3D9303CE03E9C29DB.jpg

Fig. 125 : Le mobilier métallique : arts de la table

Image 1000000000000410000005A1919A966F1168A0CE.jpg

Fig. 126 : Le mobilier métallique : arts de la table

Image 1000000000000410000005A028D011B86380F7E8.jpg

Fig. 127 : Le mobilier métallique : arts de la table

Image 100000000000040E0000059B8ABC1A58A433B10F.jpg

Fig. 128 : Le mobilier métallique : outillage artisanal

Image 10000000000004090000059E4E36BB918D4596B2.jpg
Image 100000000000054100000773017B2D9A0013B350.jpg

Fig. 129 : Le mobilier métallique : outillage artisanal

Image 1000000000000412000005A2638BD5CBB984C725.jpg

Fig. 130 : Le mobilier métallique : outillage artisanal

Image 10000000000004100000059EBDC4AF004608AC5B.jpg

Fig. 131 : Le mobilier métallique : outillage artisanal

Image 1000000000000410000005A04415590CF4CF90F0.jpg

Fig. 132 : Le mobilier métallique : outillage artisanal

Image 100000000000040D0000059EBA1639111ACB66DB.jpg

Fig. 133 : Le mobilier métallique : outillage artisanal

Image 1000000000000410000005A09C5A1CDC88FB0E69.jpg

Fig. 134 : Le mobilier métallique : outillage agricole

Image 100000000000040C0000059F5FC2A7B9D53BBF2D.jpg

Fig. 135 : Le mobilier métallique : outillage agricole

Image 1000000000000412000005A2076EA2DFC569B341.jpg

Fig. 136 : Le mobilier métallique : outillage agricole

Image 10000000000004120000059FEAEC62160EE788E2.jpg

Fig. 137 : Le mobilier métallique : outillage agricole

Image 100000000000040F000005A2E7DBA655495CC527.jpg

Fig. 138 : Le mobilier métallique : outillage agricole

Image 10000000000004160000059E64B4310DD09CAFB4.jpg

Fig. 139 : Le mobilier métallique : outillage agricole

Image 1000000000000410000005A36E68846F68BA3732.jpg

Fig. 140 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture

Image 1000000000000410000005A0EFD40F10F2CDA818.jpg

Fig. 141 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture

Image 100000000000040F0000059EF367B3AF42C91785.jpg

Fig. 142 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture

Image 1000000000000410000005A037D457FE740B7D06.jpg

Fig. 143 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture

Image 10000000000004120000059E89FDD8F1A23E505A.jpg

Fig. 144 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture

Image 1000000000000410000005A1FE481A6405E73F75.jpg

Fig. 145 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture

Image 100000000000040C000005A0948FC1E4AAFC9172.jpg

Fig. 146 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture : les clés

Image 100000000000040A000005A0ED353AE79E15359D.jpg

Fig. 147 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture : les clés

Image 100000000000040E0000059FD52A7ADA2120E520.jpg

Fig. 148 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture

Image 100000000000040E0000059EAE48C9D5BEF31AC6.jpg

Fig. 149 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture

Image 100000000000040A000005A2E46001D69C7EB2F8.jpg

Fig. 150 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture

Image 100000000000040D0000059C80FBB1D2964FEFD5.jpg

Fig. 151 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture

Image 10000000000004100000059E7F3ACF4884DCEEFC.jpg

Fig. 152 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture

Image 100000000000040C0000059F66EF5AE0FBC012D1.jpg

Fig. 153 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture

Image 100000000000040E000005A01D4A2CF29E7EA582.jpg

Fig. 154 : Le mobilier métallique : éléments de fermeture

Image 100000000000040C000005A1857B3F30567E728F.jpg

Fig. 155 : Le mobilier métallique : éléments de suspension

Image 100000000000040D0000059C0ECE23E47828555B.jpg

Fig. 156 : Le mobilier métallique : éléments de suspension

Image 100000000000040E0000059EF86934A6543E5D8B.jpg

Fig. 157 : Le mobilier métallique : clous

Image 1000000000000411000005A2F25D9BE1E6026A60.jpg

Fig. 158 : Le mobilier métallique : clous

Image 100000000000040E0000059F8758CFAA8DB1EFA3.jpg

Fig. 159 : Le mobilier métallique : éléments de fixation

Image 10000000000005550000077EE517EF654B64DE1C.jpg

Fig. 160 : Le mobilier métallique : éléments de fixation

Image 100000000000040E000005A09C700B0A8E6E36EA.jpg

Fig. 161 : Le mobilier métallique : éléments de fixation

Image 1000000000000410000005A0BAB6B86855FF5004.jpg

Fig. 162 : Le mobilier métallique : éléments de fixation

Image 1000000000000410000005A16E223EC97255E364.jpg

Fig. 163 : Le mobilier métallique : éléments de fixation

Image 100000000000040E000005A0B50C7C63AE4E0CD6.jpg

Fig. 164 : Le mobilier métallique : éléments de fixation

Image 1000000000000412000005A0510391768C97DB71.jpg

Fig. 165 : Le mobilier métallique : éléments de fixation

Image 100000000000040D000005A46B38FA895BF7C98C.jpg

Fig. 166 : Le mobilier métallique : éléments de fixation

Image 1000000000000410000005A1135884086A12C5B0.jpg

Fig. 167 : Le mobilier métallique : divers

Image 10000000000004120000059FD72A52D0F304F482.jpg

Fig. 168 : Le mobilier métallique : divers

Image 100000000000040E0000059C3A14FDC9467C5373.jpg

Fig. 169 : Le mobilier métallique : divers

Image 10000000000004100000059F222E35355E5E9E63.jpg

Fig. 170 : Le mobilier métallique : divers

Image 100000000000040E0000059F5A282149BA8507C5.jpg

Fig. 171 : Le mobilier métallique : tubes de cuivre

Notes de bas de page

1  Charles Kraemer, Le métal, dans Michel Bur, Le château d’Epinal, Paris, 2002, p. 223.

2  Bruna Maccari-Poisson, Les objets et leurs fonctions : métaux, os et pierre, dans Françoise Piponnier, Le château d’Essertines (Loire), p. 139-160.

3  Pierre Walter, Le vieux château de Rougemont, Belfort, 1993, p. 120-167.

4  Jean-Paul Guillaumet, Paléomanufacture métallique, méthode d’étude, Dijon, 2003.

5  Jean-Michel Lassure, La civilisation matérielle de la Gascogne aux XIIe et XIIIe siècles, le mobilier du site archéologique de Corné à l’Isle Bouzon (Gers), Toulouse, 1998.

6  Lucien Bayrou, Peyrepertuse, Forteresse royale, Archéologie du Midi Méditerranéen, supplément n° 3, p. 201-203.

7  Pierre Walter, Le vieux château de Rougemont, p. 128-137.

8  Michel Colardelle, Eric Verdel, Les habitats du lac de Paladru (Isère) dans leur environnement, Paris, 1993, p. 215-216.

9  Claude Gaier, Quand l’arbalète était une nouveauté. Réflexions sur son rôle militaire du Xe au XIIIe siècle, dans Armes et combats dans l’Univers médiéval, Bruxelles, 1995, p. 159-182. Claude Fagnen, Armement médiéval, Paris, 2005.

10  Victor Gay, Henri Stein, Dictionnaire archéologique du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, I, 1928, p. 282.

11  Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné du mobilier français de l’époque carolingienne à la Renaissance, Paris, 1874-1875, V, 8e partie, p. 251-253.

12  Valérie Serdon, Armes du diable. Arcs et arbalètes au Moyen Âge, Rennes, 2005. Michel Bur, Le château d’Epinal XIIIe-XVIe siècle, Paris, 2002, p. 135-147.

13  Jean-Michel Lassure, La civilisation matérielle de la Gascogne…, p. 355.

14  A. D. M. M. B 8321 fol. 52 r.

15  Le chien de fusil se trouvait en F2 US 1200/1201.

16  Patrice Halbout, Corpus des objets, p. 233. Lucien Bayrou, Peyrepertuse, p. 205-206.

17  John Seymour, Métiers oubliés, Paris, le Chêne, 1999, p. 76.

18  Patrice Halbout, Corpus des objets, p. 236-237.

19  Gabrielle Démians d’Archimbaud, Les fouilles de Rougiers, 1980, p. 452 fig. 432/1-6.

20  Patrice Halbout, Corpus des objets…, p. 237.

21  Gabrielle Démians d’Archimbaud, Les fouilles de Rougiers, 1980, p. 453, dessin 433 : fer à cheval du début du XVe siècle.

22  Cf. n° 459 CA 5488 A.

23  Jean-Michel Lassure, La civilisation matérielle… ., p. 489 fig. 426 n° 5 et 6. Danièle Alexandre-Bidon et Marie-Thérèse Lorcin, Le quotidien au temps des fabliaux, Paris, Picard, 2002.

24  A. D. M. M. B 8321 f° LV « … rassoir et remestre deux huisses de pierre en lestable que ledit receveur a faict dedans le chasteau dudit sire des Armoises audit Richardménil… ».

25  Cécile Auliard, Les maréchaux à l’époque médiévale : forgerons ou vétérinaires ?, Médiévales, 1997, n° 33, p. 161-173. Germain Carnat, Le fer à cheval à travers l’histoire et l’archéologie, Paris-Lausanne, 1951. Marcel Dugue Mac Carthy, La cavalerie française et son harnachement, Paris, 1985. Richard Lefebvre des Noettes, L’attelage. Le cheval de selle à travers les âges, Paris, 1931.

26  Lucien Bayrou, Peyrepertuse, p. 213-235.

27  Catherine Monnet, La vie quotidienne dans une forteresse royale, La grosse tour de Bourges (fin XIIIe-milieu XVIIIe siècle), Bourges, 1999, p. 255-284.

28  Charles Kraemer, Le métal dans Michel Bur, Le château d’Epinal…, p. 238-239 et p. 242-249.

29  Henri-René d’Allemagne, Les accessoires du costume et du mobilier depuis le XIIIe jusqu’au milieu du XIXe siècle, Paris, 1928. James Lover, Histoire de la mode et du costume, Paris, 1990. Maurice Leloir, Dictionnaire du costume et de ses accessoires, des armes et des étoffes des origines à nos jours, Paris, 1951. Françoise Piponnier, Perrine Mane, Se vêtir au Moyen Âge, Paris, 1995. Le Vêtement. Histoire, archéologie et symbolique vestimentaire au Moyen Âge, Paris, 1989.

30  Patrice Halbout, Corpus des objets……, 1986, p. 183. Gabrielle Démians d’Archimbaud, Les fouilles de Rougiers, 1980, p. 48 fig. 458, 484, 461.

31  Pierre Walter, Le vieux château de Rougemont, p. 151, n° 97.

32  Frédéric Raynaud, Le château et la seigneurie de Vuache, Lyon, 1992, p. 97. Victor Gay et Henri Stein, Dictionnaire archéologique du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, I, 1928, p. 16 et 705.

33  Charles Kraemer, dans Michel Bur, Epinal…, p. 238-239.

34  Lucien Bayrou, Peyrepertuse, p. 225 et 228, fig. 4-9.

35  Frédéric Raynaud, Le château et la seigneurie de Vuache, Lyon, 1992, p. 98, p. 98, fig. 107 B.

36  Patrice Halbout, Corpus des objets……, 1986, p. 215.

37  Camille Page, La coutellerie ancienne. La coutellerie depuis l’origine jusqu’à nos jours, Châtellerault, 1904.

38  Jean-Claude Bessac, L’outillage traditionnel de la taille de la pierre de l’Antiquité à nos jours, Revue Archéologique de Narbonnaise, 1987.

39  Edith Mannoni, Outils des métiers du bois, Paris, 1986.

40  Patrice Halbout, Corpus des objets……, 1986, p. 205, n° 810.

41  A. D. M. M. B 8323 f° LXII r. « ... pour avoir relier les bouges et tonneaulx dudit lieu… ».

42  John Seymour, Les métiers oubliés, 1987, p. 69.

43  Georges Comet, Le paysan et son outil. Essai d’histoire technique des céréales (France, VIIIe-XVe siècle), Rome, Ecole française de Rome, 1992. Léo Barbé, Sur un outil agricole bimillénaire disparu : la serpette à tailler la vigne, Flaran 3, Auch, 1983. Jocelyne Barthel, Vignerons, vignes et vin en Pays messin, Metz, 1990. Fernand Benoit, Histoire de l’outillage rural et artisanal, Paris, 1947. Johan David, L’outillage manuel de la ferme : documentation technique parue avant 1860, Louvain, 1980. André Guillou, Les outils dans les Balkans du Moyen Âge à nos jours, Paris, 1986. Auguste Jourdier, Le matériel agricole, description et examen des instruments, des machines, des appareils et des outils, Paris, 1856. Perrine Manne, L’outil agricole dans l’iconographie de l’Occident médiéval, dans L’outillage.
agricole dans l’Europe médiévale et moderne, 23e journées internationales de Flaran, Toulouse, 2003. Jean-Noël Marchandiau, Outillage agricole de la Provence d’autrefois, Aix-en-Provence, 1984. Françoise Piponnier, L’outillage agricole en Bourgogne à la fin du Moyen Âge, 109e Congrès National des Sociétés Savantes, Dijon, 1987, p. 131-145. Pascal Reigniez, L’outil agricole en France au Moyen Âge, Paris, 2002. Jean-Loup Trassard, Inventaire des outils à main dans une ferme, Cognac, 1995. André Velter et Marie-José Lamothe, Le livre de l’outil, I, La terre et le bois, Paris, 1976.

44  Jean-Michel Lassure, La civilisation matérielle de la Gascogne…, p. 313.

45  A. D. M. M. B 8319 f° 16. Compte de 1546 « Mondit sr. a une vigne audit Richardménil que contient vingt jours troys quarts de vigne en lieu quon dit entrecoste… ».

46  Charles Kraemer, Le métal, dans Michel Bur, Le château d’Epinal…, p. 234-235.

47  Henri-René d’Allemagne, Les anciens maîtres serruriers et leurs travaux, Paris, 1943. Johann Heinrich von Hefner-Alteneck, Serrurerie ou les ouvrages en fer forgé du Moyen Âge et de la Renaissance, réed., Paris, 1990. Raymond Le Cocq, Serrurerie ancienne, techniques et œuvres, Paris, 1973.

48  Gabrièle Mandel, Clefs, Paris, 1992. Catherine Vaudour, Clefs et serrures des origines au commencement de la Renaissance, Catalogue du Musée Le Secq des Tournelles, II, Rouen, 1975. Charles Courtill-Boyer, L’histoire de la clef, de l’époque romaine au XVIIIe siècle, Paris, 1975.

49  Ministère de la Culture, Direction du Patrimoine, Centre de Recherche sur les Monuments historiques, Serrures diverses du XVe au XVIIIe siècle, Paris, 1982.

50  Patrice Halbout, Corpus des objets……, 1986, p. 191.

51  Ibidem. p. 199.

52  Frédéric Reynaud, Le château de Vuache…, p. 85.

53  Charles Kraemer, Le métal, dans Michel Bur, Le château d’Epinal, p. 230-232.

54  Charles Kraemer, Le métal, dans Michel Bur, Le château d’Epinal, p. 229.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.