Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre quatre. La céramique de poêle

p. 123-138


Texte intégral

1Connu en Lorraine dès le haut Moyen Âge, le système de chauffage par poêle s’est largement diffusé dans la région au cours du Moyen Âge1. Formé d’une structure en terre crue dans les parois de laquelle des céramiques creuses sont encastrées, le poêle offre un rendement calorifique nettement supérieur à celui d’une cheminée. Si les fouilles du « Château des Armoises » n’ont pas permis de localiser de poêle, elles ont livré un certain nombre de céramiques constitutives d’un ou plusieurs fourneaux.

4.1. Les pots de poêle

2Les pots de poêle sont les objets les plus anciennement employés au sein de ce système de chauffage spécifique, puisqu’ils sont employés en Lorraine dès l’époque mérovingienne. Prenant au départ la forme de gobelets tronconiques simplement insérés dans les parois de terre crue du fourneau, l’ouverture tournée vers l’extérieur, ils adoptent, probablement dès la fin du XIIIe siècle, d’autres morphologies simplifiant leur mise en place au sein du poêle, avec une ouverture quadrangulaire notamment, même si les pots à ouverture circulaire subsistent au moins jusqu’au début du XVIe siècle.

3Vingt pots exhumés à Richardménil ont été interprétés comme étant des pots de poêle, mais cette identification peut encore être sujette à caution. Le premier d’entre eux (n° 459- CA-278 et 279) est un pot à ouverture circulaire de 19,8 cm de diamètre (Fig. 80). La lèvre, large et horizontale, forme une nette inflexion externe avec les parois, légèrement curvilignes et marquées de nombreuses cannelures. La base est légèrement concave, d’un diamètre de 11,6 cm. La hauteur est de 8,6 cm. La cuisson est oxydante et importante. De nombreuses inclusions semblables à de la chamotte sont visibles, ainsi que des nodules calcaires. La morphologie de ce pot est celle d’une jatte, mais ses dimensions sont réduites, alors que la forme de la lèvre rend peu probable son utilisation comme un bol. Les nombreuses cannelures qui ornent la panse évoquent des cannelures d’ancrage.

4Les dix-neuf autres pots ont une ouverture quadrangulaire, mais leur morphologie et leurs dimensions sont surprenantes pour des pots de poêle (planches 80-81). Ce sont des pots de forme fermée, dont le côté de l’ouverture mesure entre 16,6 et 18,1 cm, pour les exemplaires les mieux conservés. Leur diamètre à la base varie de 14,2 à 15,6 cm, tandis que la hauteur du seul individu archéologiquement complet est de 22,1 cm. Leurs lèvres sont larges, horizontales, et formant une nette inflexion externe, au-dessus d’un col court. Les bases sont légèrement concaves. Comme leurs lèvres, leurs caractéristiques techniques sont tout à fait semblables à celles du pot à ouverture circulaire précédemment décrit : la cuisson, réalisée en atmosphère oxydante, est importante, rendant la pâte dure et sonore. Des inclusions chamottées sont discernables sur presque tous les individus. Plusieurs présentent en outre des inclusions calcaires. Tous portent des traces de doigts et de tournage, même si l’ensemble est assez bien façonné. De petites taches de glaçure sont observables sur deux d’entre eux, brune dans un cas, noire violacée dans l’autre. Les autres exemplaires sont dépourvus de tout revêtement, mais un fragment de lèvre (n° 459-CA-410) est orné d’incisions en « grains de riz ». Aucun pot de poêle de cette forme n’a encore été identifié sur d’autres sites, mais il est peu vraisemblable que ces pots à ouverture quadrangulaire aient eu une autre fonction. En l’absence d’éléments de comparaison, il est difficile de proposer une datation pour ces pots. La finesse du tournage et l’état de conservation relativement satisfaisant de ces objets laisse supposer une réalisation plutôt tardive (XVIe ou début du XVIIe siècle), d’autant qu’ils proviennent des couches 1201 et 1203.

Image 10000000000001FA00000228295DF59AD5121C72.jpg

Fig. 76 : Schéma de mise en place de pots de poêle tronconiques au sein d’un poêle

Image 10000000000001F80000016ECCE7697522EF9608.jpg

Fig. 77 : Pot de poêle à ouverture circulaire (459-CA-278 et 279)

4.2. Les carreaux de poêle

5Reflétant la volonté constante des fabricants de poêles d’en accroître le rendement calorifique et la solidité, de constantes innovations techniques ont conduit, sans doute à la fin du XIIIe ou au cours du XIVe siècle, à l’invention d’un type nouveau de céramiques de poêle, bien distinct des pots évoqués précédemment : les carreaux de poêle, qui ont assuré la diffusion de ce mode de chauffage dans toute la région. Un carreau de poêle est généralement formé d’une plaque quadrangulaire moulée et d’un corps d’ancrage qui assure sa fixation dans les parois du poêle et lui confère une structure creuse permettant à la chaleur de subir des mouvements de convexion qui améliorent sa diffusion dans la pièce à chauffer. Plusieurs types de carreaux se côtoient sur un même poêle, en raison de leur emplacement précis et de leur fonction : les carreaux plats et les carreaux niches (dont la plaque est évidée, s’ouvrant sur le corps d’ancrage) constituent la plus grande partie des faces du fourneau, tandis que les carreaux corniches et plinthes délimitent les rebords supérieurs et inférieurs des différents corps du poêle. S’y ajoutent d’autres éléments spécifiques, comme les carreaux de couronnement (éventuellement dépourvus de corps d’ancrage) qui forment une frise, le plus souvent végétale ou architecturale, au sommet d’un ou des corps du fourneau. A la diversité des types de carreaux s’ajoute celle des corps d’ancrage fixés à l’arrière de la plaque, pouvant prendre la forme d’un pot de poêle, d’un demi-cylindre, d’un col ovoïdal ou quadrangulaire, ou d’une simple petite plaque d’argile perpendiculaire à la plaque moulée2. En plus du progrès technologique indéniable qu’il représente, le carreau est devenu rapidement, grâce au moulage de sa plaque, le support d’une iconographie riche et variée, néanmoins tributaire des modes et des influences qui ont caractérisé l’ensemble de la production artistique médiévale et moderne. Les motifs représentés sont diversifiés, pouvant être végétaux, géométriques ou zoomorphes autant qu’inspirés par l’architecture ou la littérature religieuse et profane.

6367 fragments de carreaux de poêle ont été identifiés au « Château des Armoises », qui ont permis de distinguer au moins 105 individus, tous cuits en atmosphère oxydante. L’ensemble est hétérogène, même si quelques séries ont pu être dégagées du lot3.

7Une vingtaine de fragments de carreaux portent une glaçure posée sur cru par aspersion, et dont la couleur varie du brun au vert olive. Ce type de glaçure ne semble pas avoir été employé sur des carreaux de poêle au-delà du milieu du XVe siècle. Le faible nombre de tessons retrouvés, leur état de fragmentation avancé, et les traces d’érosion qui marquent certains d’entre eux permettent également de proposer une datation haute (deuxième moitié du XIVe ou première moitié du XVe siècle), que l’étude iconographique ne semble pas contredire, d’autant que certains de ces fragments proviennent de la couche 1200, où ont été également mis au jour des oules et des pichets médiévaux. Le n° 459- CA-4173, très érodé, est un carreau niche dont le corps d’ancrage semble être un pot tronconique (dont la morphologie évoque celle de pots trouvés à Epinal (88) et à Saint-Amé (88)4, ce qui n’a été observé sur aucun autre exemplaire lorrain (Fig. 82). La pâte, très érodée, contient quelques inclusions calcaires. Le motif est un quadrilobe en découpe dont les écoinçons sont meublés de fleurs de lys. Cette figure se retrouve, traitée différemment, sur deux carreaux trouvés à Metz (57)5 (l’un découvert sur le site de la « Lunette d’Arçon », l’autre Place de Chambre), sur plusieurs carreaux suisses du XIVe siècle6, à Leipzig (Allemagne)7, à Strasbourg (67)8, et sur certains carreaux de Pompey (54)9, attribuables à la fin du XIVe siècle ou, plus probablement, au premier quart du XVe siècle. Malgré son érosion importante et son aspect archaïque, il est peu probable que cet objet, trouvé au cœur du château10, provienne du château voisin des sires de Ludres, antérieur à 1379, ou ait été rapporté par la Moselle, dont le cours passait alors beaucoup plus près du site qu’aujourd’hui.

8Trois fragments de carreaux niches (n° 459-CA-4020, 459-CA-4043 et 459-CA-4175 et 4183) portent des décors architecturés légèrement différents, peu conservés, qui ont en commun d’être criblés de petits trous réalisés avant cuisson, mais après démoulage de la plaque (Fig. 82). L’un d’entre eux (459-CA-4043) a un corps d’ancrage semi-cylindrique tourné. Sur le fragment de carreau niche n° 459-CA-4180 est encore visible une partie d’arc trilobé, dans l’écoinçon droit duquel se trouve un lion rampant (Fig. 83). Une tête orne le fragment de carreau plat n° 459-CA-4166, tandis que la partie inférieure d’une jambe apparaît sur le tesson n° 459-CA- 4181 (Fig. 83). Le décor des autres fragments n’est pas identifiable. Plusieurs sont des morceaux de corps d’ancrage de carreaux niches, semi-cylindriques tournés. Treize carreaux couverts de glaçure verte sur engobe ont pu être attribués au XVe siècle, vraisemblablement à la seconde moitié, en raison de leur morphologie, de leurs caractéristiques techniques et de leur iconographie.

Image 10000000000003F20000054A700114CCCF5E57A9.jpg

Fig. 78 : Restitution graphique (hypothèse) d’un poêle à carreaux de la fin du XVe-début du XVIe siècle, à partir de carreaux exhumés à Pompey

9Le carreau plat n° 459-CA-4000, à corps d’ancrage semi-cylindrique tourné, avait une largeur avoisinant les 19 cm (Fig. 83). La pâte contient de nombreuses inclusions siliceuses indiquant l’emploi d’un dégraissant sableux. La plaque représente, sous un grand arc trilobé, un chevalier chargeant vers la droite. Il porte une armure et un heaume à bavière proéminente, ou « heaume à bec » (ou « à tête de crapaud »), en usage essentiellement entre la fin du XIVe et le premier quart du XVIe siècle ; il est armé d’une lance de tournoi et d’un écu bandé, sans doute aux armes de Lorraine. Un paratype daté du XVe siècle a été trouvé à Toul (54)11. Le motif du chevalier chargeant se retrouve fréquemment sur des carreaux du XVe siècle en Alsace12 et en Suisse13. Il orne d’ailleurs également le fragment de carreau niche n° 459- CA-4167.

10Le carreau plat n° 459-CA-4185, à corps d’ancrage semi-cylindrique tourné, présente de très nombreuses inclusions qui laissent à supposer l’emploi d’un mélange de sable et de chamotte comme dégraissant. Le motif est un aigle aux ailes déployées, dont seule subsiste la partie inférieure (Fig. 84). Cette figure héraldique se retrouve, traitée légèrement différemment, sur plusieurs exemplaires de Dieulouard (54) et Metz (57)14. Sur le morceau de carreau plat n° 459-CA-4242 sont visibles le postérieur, la queue et les pattes arrière d’un quadrupède non identifié (Fig. 84). Le tesson de carreau plat n° 459-CA-4176 figure le torse et les bras d’un homme, sans doute un cavalier, qui semble être vêtu d’un pourpoint ajusté caractéristique de la seconde moitié du XVe et des premières années du XVIe siècle (Fig. 84). Le carreau niche n° 459-CA- 4172, à corps d’ancrage semi-cylindrique tourné, est orné d’un trilobe en découpe dont l’écoinçon gauche est enrichi d’une branche de chêne avec feuilles et glands (Fig. 84). Le fragment de carreau plat n° 459-CA-4008 figure également un arc trilobé, surmonté d’un gable fleuronné, dont un dragon meuble l’écoinçon gauche (Fig. 84). Seul un gable fleuronné est encore observable sur le tesson de carreau niche n° 459-CA-4178 (Fig. 84). Le motif végétal du morceau de niche n° 459-CA-4076 n’est pas facile à identifier avec précision (Fig. 85). Trois fragments de carreaux niches à corps d’ancrage semi-cylindrique tournés (n° 459-CA-4019, 4174 et 4243) présentent un motif d’arc en découpe sommé d’un petit gable fleuronné, entre deux pinacles élancés, avec, au moins dans l’écoinçon gauche, un écu aux armes de Lorraine aux trois alérions en bande (Fig. 85). Plusieurs autres fragments de carreaux niches ou plats, glaçurés verts ou jaunes, et dont le décor n’est pas identifiable, peuvent sans doute être rattachés au même ensemble.

11Quelques individus ont été attribués à la seconde moitié du XVe ou au début du XVIe siècle, en raison de leur forme et des motifs représentés, mais leur état de fragmentation avancée ne permet pas d’être catégorique. Le carreau plat n° 459-CA-4006, glaçuré vert, présente un décor constitué d’une branche munie de boutons floraux, surmontée d’une inscription dont seul le mot « vir » (« l’homme ») est encore lisible (Fig. 85). Sur le fragment de carreau plat n° 459-CA- 4186, couvert de glaçure verte, apparaît un évêque, coiffé d’une sorte de mitre surmontée d’une croix, et qui semble tenir une crosse épiscopale (Fig. 85). Deux tessons de carreaux niches (n° 459-CA-4184 et 4239) et un de carreau plat (459-CA-4009), glaçurés verts, présentent des stries évoquant les plis tombant de vêtements longs (Fig. 86). Deux carreaux de couronnement à motifs végétaux ont été identifiés (Fig. 86). Le n° 459-CA-4309, glaçuré jaune, représente des fleurs ou des fruits en rinceaux, tandis que le n° 459-CA- 4303, dont la glaçure est trop érodée pour que sa couleur originelle soit déterminée avec certitude, figure une fleur de lys.

12Neuf carreaux plats au moins présentent le même motif géométrique de grande « pointe de diamant », décor très répandu que l’on retrouve aussi bien à Châtel-sur-Moselle (88), Custines (54), Dieulouard (54), Metz (57), Pierre-Percée (54), Pompey (54), Saint-Amé (88) et Sarrebourg (57)15, qu’à Berne (Suisse)16, Wroclaw (Pologne)17, et Stockholm (Suède)18. Il est généralement attribué à la fin du XVe ou au début du XVIe siècle (Fig. 86-87). Sept de ces carreaux sont recouverts de glaçure verte, les deux autres portent une glaçure brune. Les deux exemplaires entièrement conservés (n° 459-CA-4001 et 4002) ont une hauteur variant de 22,5 à 23,1 cm, pour une largeur comprise entre 16,2 et 16,5 cm. Trois exemplaires (dont ces deux derniers) sont munis de corps d’ancrage semi-cylindriques tournés, à fenêtre ovoïdale et à trou de fixation, de 6,5 à 6,7 cm de profondeur. Trois autres ont un corps d’ancrage en col quadrangulaire, dont la profondeur avoisine 7,5 cm. Plusieurs présentent des inclusions chamottées. Deux carreaux d’angle bicolores, à corps d’ancrage en cols quadrangulaires de 7,0 cm de profondeur, présentent le même motif de « pointe de diamant ». Ils étaient sans doute associés aux précédents sur le même poêle. Le n° 459-CA-4233 présente un côté glaçuré vert, l’autre glaçuré brun, tandis que le n° 459-CA-4235 porte une glaçure verte sur une face, jaune sur l’autre. Le n° 459-CA-4032 est également un carreau d’angle bicolore, glaçuré vert sur une face, brun sur l’autre (Fig. 87). Il semble se rattacher à la même série que les précédents. Il présente un motif d’appareil de pierres à bossage en « pointes de diamant », couramment observé, notamment à Beaufremont (88), Châtel-sur-Moselle (88), Châtel-Saint-Germain (57), Dieulouard (54), Manderen (57), Nancy (54)19, Pompey (54)20, Héricourt (70)21 et Berne (Suisse)22. Tous sont datés de la deuxième moitié du XVe ou du début du XVIe siècle. Ce motif est d’ailleurs associé aux grandes « pointes de diamant » à Châtel-sur-Moselle (88), Dieulouard (54) et Pompey (54)23. Le fragment de carreau plat à glaçure bicolore verte et brune fait peut-être partie de la même série que les douze précédents. Il est orné d’un motif végétal stylisé.

13Une belle série de 17 carreaux plats et 3 carreaux d’angle a été mise au jour au « Château des Armoises » (Fig. 88-89). Ces objets sont couverts de glaçure verte, souvent érodée, mais plusieurs portent des traces de deux enduits successifs, le premier blanchâtre, le second rougeâtre, ce qui semble correspondre à une pratique assez courante, surtout au cours du XVIe siècle, où les poêles étaient « blanchis » ou « rougis » pour leur redonner un nouvel aspect, sans avoir recours à de coûteuses rénovations ou réparations. La hauteur de ces carreaux avoisine les 17,5 cm, pour une largeur quasiment identique ; la largeur du petit côté des pièces d’angle est de 7,5 cm environ. Leurs corps d’ancrage sont en cols quadrangulaires, de profil parallèle droit, et de 5,5 à 6,5 cm de profondeur. La face arrière des plaques porte une nette empreinte de tissu, parfois d’outils, mais les traces de calcination sont plutôt légères. La pâte présente de nombreuses inclusions qui évoquent l’emploi d’un dégraissant sableux et chamotté, ainsi que des inclusions calcaires involontaires, responsables d’éclatements de la pâte en surface. Sur la face arrière de l’un de ces carreaux (n° 459-CA-4005) est visible une croix tracée avec les doigts de l’artisan. Le motif de ces carreaux est architecturé, formé de remplages gothiques flamboyants disposés en deux registres verticaux différents. En raison de leur iconographie et de leur morphologie, notamment au niveau du corps d’ancrage, ces carreaux peuvent être attribués à la fin du XVe ou au début du XVIe siècle, même s’ils proviennent des couches 1201 et 1203, qui contenaient beaucoup de tessons de céramiques culinaires modernes. Trois plinthes présentent les mêmes caractéristiques techniques et la même largeur que les carreaux de la série précédente. La plus complète (n° 459-CA- 4015 et 4018) est haute de 12,3 cm, pour une largeur de 17,5 cm (Fig. 89). Toutes trois présentent, dans la moitié inférieure de la plaque, un décor de fleurs de lys inscrites dans un réseau de losanges, tandis que la moitié supérieure forme une moulure concave. Ce motif peut être daté de la deuxième moitié du XVe ou du premier quart du XVIe siècle. Il est plus que probable que ces plinthes étaient montées sur le même poêle que les carreaux précédents.

14Les autres fragments de carreaux du site n’ont pas pu être regroupés en séries distinctes ou cohérentes, et sont relativement difficiles à dater. Leurs motifs sont, de surcroît, rarement identifiables. Quelques-uns méritent toutefois d’être décrits. Le n° 459-CA-4241 est un morceau de carreau plat couvert de glaçure brune jaunâtre (Fig. 90). Seule une coquille Saint Jacques y est encore visible, entre la lame d’une épée et ce qui semble être un fragment d’auréole. Ce carreau représentait vraisemblablement l’apôtre Jacques le Majeur, avec ses attributs. La scène était entourée d’un petit listel qui évoque en outre celui de la « série des Saints », connue à Châtel-Saint-Germain (57), Metz (57), Nomeny (54), Pompey (54) et Pont-à-Mousson (54)24, et datable du second quart du XVIe siècle. Trois corniches glaçurées vertes (n° 459-CA- 4013, 4236 et 4260) présentent un décor de volutes végétales symétriques, attribuables au XVIe siècle, peut-être plutôt à la première moitié qu’à la seconde (Fig. 90). Le carreau n° 459- CA-4017 est une plinthe ou une corniche, couverte de glaçure verte, et à corps d’ancrage en col (Fig. 90). Seul un motif torsadé y subsiste. Il est probablement datable du XVIe siècle. Le n° 459-CA-4096 et 4097 est un carreau plat glaçuré vert, à corps d’ancrage en col quadrangulaire de profil convergent, et de 5,7 cm de profondeur (Fig. 90). Le décor semble géométrique, mais n’est pas reconnaissable.

Image 10000000000001F1000001BC08FB8C6FC1AF0856.jpg

Fig. 79 : Carreau plat à remplage gothique flamboyant (459-CA-4247)

15La collection de céramiques du « Château des Armoises » est particulièrement intéressante en ce qui concerne les carreaux de poêle, qui offrent une diversité morphologique et technique permettant de mieux appréhender l’évolution du mode de chauffage par poêle en Lorraine. A ce titre, le carreau à corps d’ancrage en pot cylindrique, unique en son genre, et les deux séries de carreaux à grandes « pointes de diamant » et à remplages gothiques, particulièrement bien conservées, sont sans doute les éléments les plus intéressants de la collection. Le lot de carreaux présentent de surcroît une iconographie variée, même si les motifs architecturés et géométriques sont largement prédominants. Bien que le site ait été occupé jusqu’au début du XVIIe siècle, le très faible nombre de carreaux postérieurs aux années 1520-1530 peut s’expliquer aisément. En effet, le château n’est plus guère occupé par le seigneurs des Armoises au cours de la seconde moitié du XVIe et au début du XVIIe siècle, et l’on a pu se contenter de maintenir en état des poêles anciens (ce qui explique la découverte fréquente de carreaux médiévaux dans les couches 1201 et 1203, qui ont livré beaucoup de céramiques culinaires modernes), vu le prix élevé de ces éléments, ce que semblent confirmer les traces de deux enduits successifs retrouvées sur les carreaux à décor de remplage gothique, attribués à la fin du XVe ou au début du XVIe siècle. En outre, lorsque la maison forte est revendue, en 1613, au comte de Ludres Henri Ier, celui-ci la fait détruire pour en récupérer les matériaux, et il est possible que les poêles existants aient été démontés pour être réutilisés dans son château tout proche.

Image 100000000000041200000494796C289DBA448086.jpg

Fig. 80 : Céramique de poêle : pots

Image 100000000000040E000005A2ADF17ACA12785362.jpg

Fig. 81 : Céramique de poêle : pots

Image 100000000000040A0000059E963FEC51E9D069A4.jpg

Fig. 82 : Céramique de poêle : carreaux

Image 100000000000040D000005A40B02D8F500145EB0.jpg

Fig. 83 : Céramique de poêle : carreaux

Image 100000000000040F000005A2F82CFD9A7C918281.jpg

Fig. 84 : Céramique de poêle : carreaux

Image 100000000000040B000005A10F33447C683949FC.jpg

Fig. 85 : Céramique de poêle : carreaux

Image 100000000000040E000005A0AB2F27770C1455AA.jpg

Fig. 86 : Céramique de poêle : carreaux

Image 1000000000000410000005A1E173089ED66C6709.jpg

Fig. 87 : Céramique de poêle : carreaux

Image 100000000000040E000005A2EC621CE4B83B997A.jpg

Fig. 88 : Céramique de poêle : carreaux

Image 100000000000040B000005A2110CB9733DC70DD8.jpg

Fig. 89 : Céramique de poêle : carreaux

Image 100000000000040E000005A012F6A32FE24875EC.jpg

Fig. 90 : Céramique de poêle : carreaux

Notes de bas de page

1  Guillaume Huot-Marchand, La céramique de poêle en Lorraine au Moyen Âge et au début de l’Epoque Moderne, Haroué, 2006.

2  Pour plus de détails sur les différents types de carreaux et de corps d’ancrage : Guillaume Huot-Marchand, Op. cit.

3  Tous les dessins de carreaux de poêle de Richardménil ont été réalisés par André Janot.

4  Guillaume Huot-Marchand, Op. cit.

5  Ibidem.

6  Jürg Tauber, Herd und Ofen im Mittelalter, Olten (Suisse), 1980.

7  Sun Ambrosiani, Zur Typologie der älteren Kacheln, Stockholm, 1910.

8  Jean-Paul Minne, La céramique de poêle de l’Alsace médiévale, Strasbourg, 1977.

9  Guillaume Huot-Marchand, Op. cit.

10  Carré G3.

11  Guillaume Huot-Marchand, Op. cit.

12  Jean-Paul Minne, Op. cit.

13  Eva Roth-Kaufmann, René Buschor, Daniel Gutscher, Spätmittelalterliche reliefierte Ofenkeramik in Bern, Hertstellung und Motive, Berne, 1994, et Dominique Quadroni, Rémy Scheurer, Maurice de Tribolet, Alain Zosso, Le comté de Neufchâtel et la seigneurie de Valangin au Moyen Âge, Histoire du Pays de Neuchâtel, 1, de la Préhistoire au Moyen Âge, Hauterive, 1989.

14  Guillaume Huot-Marchand, Op. cit.

15  Ibidem.

16  Eva Roth-Kaufmann et alii, Op. cit.

17  Sun Ambrosiani, Zur Typologie der älteren Kacheln, Stockholm, 1910.

18  Ibidem.

19  Céramique de poêle mis au jour lors des fouilles du Bastion d’Haussonville, informations et dessins fournis par Rémi Jude (I.N.R.A.P.).

20  Guillaume Huot-Marchand, Op. cit.

21  Christophe Cousin, La Céramique de poêle du Château, XVIe siècle, Ex pots..., céramiques médiévales et modernes en Franche-Comté, Montbéliard, 1995, p. 181.

22  Eva Roth-Kaufmann et alii, Op. cit.

23  Guillaume Huot-Marchand, Op. cit.

24  Ibidem.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.