Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre trois. Les céramiques de construction

p. 105-122


Texte intégral

1Plus de 150 fragments de céramiques de construction mis au jour à Richardménil ont été étudiés, essentiellement des tuiles ou des morceaux de tuiles, ainsi que des briques, des fragments de canalisations et quelques éléments indéterminés (aucun carreau de pavement n’a été mis au jour). La datation de ces objets n’est pas chose aisée : même dans le cas de fouilles bénéficiant d’informations stratigraphiques clairement interprétables, la durée d’utilisation de ces éléments intégrés dans le bâti est extrêmement variable. Les briques constitutives d’un mur ou d’un contre-feu de cheminée peuvent en effet rester en place durant toute la période d’occupation du site, de même qu’une canalisation enterrée, tandis que les tuiles d’une toiture peuvent être changées à plusieurs reprises, en nombre variable selon les divers travaux de réfection ou de réparation de la couverture. Toutes les céramiques de construction découvertes au « Château des Armoises » de Richardménil ont par conséquent été attribuées simplement à la période d’occupation du site : deuxième moitié du XIVe- début du XVIIe siècle, peut-être plus précisément à la période comprise entre les importants travaux de 1544-1545 et la destruction du site en 1613.

3.1. Les tuiles

290 tuiles ou fragments de tuiles ont été étudiés, qui peuvent être répartis en trois catégories distinctes : les tuiles plates à crochets, les tuiles canal et les tegulae. Toutes ont été cuites en atmosphère oxydante (leur pâte varie du rouge à l’orange sombre), et aucune n’est revêtue de glaçure, d’engobe ou d’enduit appliqué post-cuisson.

3.1.1. Les tuiles plates à crochet (Fig. 62 à 67)

3Elles représentent la moitié des tuiles du lot. Elles ont été moulées sur une surface sableuse, ce qui explique que l’une des faces soit rugueuse et comporte des inclusions siliceuses, alors que l’autre face est lissée par le tuilier dans le sens de la longueur. A l’exception de deux individus (n° 459-CA-4593 et 459-CA-4617), les tuiles plates de Richardménil sont lissées sur leur face inférieure, ce qui n’est pas logique, l’eau de pluie ruisselant moins bien sur la face supérieure lorsqu’elle est rugueuse. L’aspect de la toiture devait en outre être moins esthétique. Ces tuiles sont munies d’un crochet qui sert à les accrocher aux chevrons de la toiture1. Ce crochet est façonné sur la face inférieure, à partir d’un surplus d’argile créé par une échancrure creusée dans un des petits côtés du moule2. De forme triangulaire, il se situe à l’extrémité supérieure de la tuile, en général en position centrale (92,10 % des cas), mais peut être excentré, à droite comme à gauche. Les trous sont percés juste en dessous du crochet, parfois même dans le crochet (10,5 % des cas environ), à l’endroit où son épaisseur est la plus faible. Ils sont circulaires ou ovoïdaux (59,37 % des trous répertoriés), ou quadrangulaires (40,63 %), et sont le plus souvent au nombre de deux par tuile (dans 81,58 % des cas), certaines tuiles ne présentant qu’un seul trou. Ces trous sont utilisés pour placer les clous servant à fixer ces tuiles à la toiture, même si, parfois, ils ne percent pas la tuile dans toute son épaisseur. Quelques clous ont d’ailleurs été retrouvés en place, dans ces trous (cas pour les tuiles n° 459-CA-4605 et 459-CA-4611) ; ils sont en fer, de section carrée, et d’une longueur de 3 cm environ.

4Le dégraissant utilisé pour la fabrication de ces tuiles est de la chamotte (argile cuite concassée), seule dans deux tiers des cas, et probablement mêlée à du sable fin pour près de 30 % des tuiles étudiées ; dans les cas restant, le dégraissant utilisé n’est pas visible à l’œil nu. La tuile n° 459-CA-4596 contient une inclusion de l’ordre du centimètre, qui semble être un morceau de granit, sans doute issu d’un mauvais concassage de galets utilisés pour procurer la silice. En plus des inclusions chamottées ou siliceuses, de nombreuses et grosses inclusions calcaires sont souvent visibles (jusqu’à 1,1 cm de long), qui ont fait éclater la pâte environnante pendant la cuisson. La qualité d’ensemble est donc très médiocre. Ces tuiles plates à crochet sont de formes et de dimensions variées, mais peuvent être regroupées en deux catégories morphologiques : les tuiles plates rectangulaires et les tuiles plates trapézoïdales.

3.1.1.1. Les tuiles plates rectangulaires

5Elles représentent plus des deux tiers des tuiles plates à crochet de ce lot. On peut, au premier abord, en distinguer deux types : les grandes tuiles rectangulaires à crochet central et les petites tuiles rectangulaires à crochet excentré. Les premières ont une longueur de 26 à 27 cm environ, pour une largeur variant de 12 à 15 cm environ (Fig. 62-63). Ces dimensions sont comparables avec celles de tuiles étudiées en Côte d’Or3, mais sont bien inférieures à celles observées sur des tuiles parisiennes du XVIe siècle (30 à 34 cm de long pour 18,5 à 21 cm de large). Ces tuiles, les plus nombreuses, sont représentées par les exemplaires n° 459-CA-4590, 4609 et 4629, ainsi que par la tuile n° 459-CA-4607/4608, la seule dont l’extrémité inférieure soit semi-circulaire. Leur forme ne présente pas d’originalité. Le deuxième type est constitué de tuiles plus petites dont la largeur va de 5,5 à 9 cm environ ; aucune n’est entièrement conservée dans sa longueur (Fig. 64). Ces tuiles présentent un crochet excentré, vers la droite ou vers la gauche, et ne sont percées que d’un seul trou, central ou excentré lui aussi. Ces tuiles apparaissent comme de grandes tuiles rectangulaires à crochet central qui ont été coupées en deux avant cuisson, la coupe passant en leur milieu, à l’endroit où le crochet atteint sa hauteur maximale, ce qui explique l’aspect particulièrement lisse de la face latérale confondue avec le côté du crochet. Il semblerait donc que le tuilier ne fabriquait en série qu’un seul type de tuile plate rectangulaire à crochet, qu’il pouvait couper avant cuisson pour obtenir des tuiles plus petites, certainement destinées à parachever le couvrement d’une toiture à ses extrémités. Ces « demi-tuiles » sont représentées par les exemplaires n° 459-CA-4616, 4617 et 4622. Aucune tuile comparable n’a pour l’instant été observée dans les publications consultées.

3.1.1.2. Les tuiles trapézoïdales

6Cette catégorie regroupe près du tiers des tuiles du « Château des Armoises ». Ces tuiles diffèrent légèrement des tuiles rectangulaires par leur forme, leur largeur s’accroissant du haut vers le bas, ce qui semble indiquer que ce type de tuile est employé pour la couverture d’une toiture conique. Deux types peuvent être distingués en fonction de leurs tailles. Un premier type regroupe les plus grandes, qui sont aussi les plus nombreuses, et dont la longueur est d’environ 26 cm, pour une petite largeur de 10,5 à 12 cm, et une grande largeur de 14,4 à 15 cm (Fig. 65-66). Elles sont représentées par les n° 459-CA-4584/4585, 4588 et 4624. Le deuxième type est constitué de tuiles trapézoïdales plus petites, souvent percées d’un seul trou, et dont la petite largeur est comprise entre 8 et 9 cm environ (Fig. 68). Leur mauvais état de conservation empêche d’en évaluer la longueur et la grande largeur. Ce type est illustré par les exemplaires n° 459-CA-4602, 4603 et 4618.

3.1.1.3. Les tuiles découpées

7Cinq tuiles du lot, rectangulaires ou trapézoïdales, ont été découpées avant cuisson (Fig. 67). La découpe est sinueuse et varie selon les tuiles, comme le montrent les n° 459-CA- 4581, 4614, 4615 et 4619. Cette découpe a peut-être été effectuée pour placer la tuile dans un recoin, ou pour permettre le passage d’un conduit d’évacuation de fumée, mais aucun élément ne permet de confirmer l’une de ces hypothèses.

3.1.2. Les tuiles canal ou courbes (Fig. 68 à 71)

8Cette catégorie englobe plus de 40 % des tuiles étudiées. Elle regroupe trois types : les tuiles canal à crochet, les tuiles canal sans crochet et les tuiles faîtières. Ces tuiles sont moulées dans un cadre trapézoïdal, puis sont courbées sur une forme semi-cylindrique, qui peut être la cuisse (ce qui est vraisemblablement le cas de la grande majorité des tuiles canal du lot) ou le bras du tuilier4, voire, dans certains cas, une forme en bois. La largeur maximale de celles qui sont moulées sur la cuisse peut atteindre 17,2 cm, alors que celle des tuiles moulées sur le bras n’excède vraisemblablement pas 10 à 12 cm (aucune n’ayant été conservée dans toute sa longueur, ce chiffre ne peut être calculé avec précision). Le dégraissant utilisé est de la chamotte seule, dans plus des deux tiers des cas, sans doute mêlée à de la silice dans le tiers restant. Comme pour les tuiles plates, la pâte est de mauvaise qualité, montrant de grosses et nombreuses inclusions chamottées ou calcaires. La tuile n° 459-CA-4511 présente ainsi une énorme inclusion ovoïdale de chamotte dont le diamètre maximal atteint 2,2 cm. La n° 459-CA-4503 est elle aussi abîmée par des inclusions argileuses, mais surtout par une inclusion de chaux longue de 1,3 m qui a fait éclater la pâte sur une surface de plus de trois centimètres de large.

3.1.2.1. Les tuiles canal à crochet

9Ce sont les plus répandues, puisqu’elles représentent plus de la moitié des exemplaires étudiés, mais aucune n’est intégralement conservée (Fig. 68). Ces tuiles ont été moulées sur la cuisse dans 90 % des cas. Le crochet, de forme triangulaire, est façonné à part et rapporté sur la tuile. Deux types de tuiles canal à crochet se distinguent selon l’emplacement de celui-ci, au centre ou à l’extrémité. Le crochet est en position centrale (quoique plus ou moins déporté vers l’une des extrémité dans certains cas) sur 70 % de ces tuiles, comme les n° 459- CA-4504, 4567 et 4573 (cette dernière présentant en outre la particularité d’avoir son extrémité recourbée vers l’intérieur). Il sert à accrocher la tuile, alors posée sur sa face convexe, aux chevrons de la toiture5. Cette première rangée de tuiles est ensuite recouverte de tuiles canal sans crochet, posées dans l’autre sens, l’ensemble étant tout à fait étanche. Sur les 30 % de tuiles restantes, le crochet a été rapporté tout à l’extrémité de la tuile (cas de la tuile n° 459-CA-4512). Il s’agit peut-être ici de tuiles dites « d’arêtier »6, servant à couvrir les angles d’une toiture.

3.1.2.2. Les tuiles canal sans crochet

10Elles représentent environ 40 % des tuiles canal de Richardménil conservées (Fig. 69-70). Toutes ont été probablement moulées sur la cuisse. Ce sont apparemment les tuiles de plus grande dimension puisque leur longueur moyenne atteint 41 cm, pour une largeur maximale moyenne de 15,6 cm, une largeur minimale moyenne de 10,5 cm, une hauteur de 5 à 6 cm, et une épaisseur de pâte de 1,2 à 1,8 cm. Elles sont représentées par les exemplaires n° 459-CA-4500, 4501, 4503 (dont la largeur maximale atteint 17,2 cm), 4511 et 4513.

3.1.2.3. Les tuiles faîtières

11Trois individus de ce type ont été mis au jour au « Château des Armoises » : les tuiles n° 459-CA-4583, 4582 et 5000, vraisemblablement moulées sur le bras (Fig. 71). Elles sont trop partiellement conservées pour qu’il soit possible d’en évaluer les dimensions exactes, mais sont respectivement ornées d’au moins deux et trois ergots façonnés à part, pour les deux premières, tandis que la troisième présente une bande rapportée munie de sept petits ergots ; cette dernière est en outre percée d’un trou de fixation. Ce type d’objet est peu fréquent, même si quelques exemples existent en Flandres7.

3.1.3. Les tuiles de type tegula

12Elles représentent moins de 8 % des tuiles du lot. Ces tessons semblent être, pour la plupart, des fragments de tegulae gallo-romaines, de par leur morphologie et leur qualité de pâte, bien plus fine que celle des autres tuiles du lot étudié. L’érosion prononcée qui les marque va dans le sens de cette hypothèse. En outre, à la différence des autres tuiles, le dégraissant utilisé principalement est de la silice. Toutefois, la tuile n° 459-CA-4577, de forme similaire, ne porte pas de trace d’érosion, et sa pâte est de qualité médiocre, identique à celle des pâtes des autres tuiles du « Château des Armoises », avec utilisation cette fois d’un dégraissant argileux (chamotte seule). L’utilisation exacte de ce type d’objet n’a pu être déterminée (Fig. 71). Il est vraisemblable qu’elles proviennent de matériels roulés par la Moselle et venant de sites antiques nombreux le long de la vallée.

3.2. Les briques (Fig. 72)

13Toutes les briques8 exhumées au « Château des Armoises » sont de même morphologie, sans être toujours de mêmes dimensions. Leur longueur varie en effet de 18,8 à 26,1 cm, pour une largeur de 9,4 à 12,4 cm, et une hauteur de 2,6 à 5,0 cm. Le module employé (longueur = largeur x 2) est toutefois constant, et semble être le plus couramment utilisé au cours du Moyen Age9. Compte tenu des problèmes de datation inhérents à ce genre d’objet, il n’est pas possible de préciser si les différentes tailles de briques correspondent à des périodes de fabrication différentes. Leurs emplacements sur le site n’ont pas non plus permis de les mettre en relation avec des utilisations spécifiques. Elles étaient regroupées en un tas au centre du bâtiment démonté et n’ont pas été emportées par les récupérateurs de matériaux. Ne présentant aucune trace de fumée, elles ont probablement été employées à bâtir des murs et non des contre-feux de cheminées. Probablement moulées dans des cadres en bois, ces briques sont façonnées sur une surface sableuse, ce qui se traduit par la présence de nombreux grains de sable sur leur face inférieure, particulièrement rugueuse. A l’inverse, leur face supérieure est lissée dans le sens de la longueur, cette opération ayant laissé des traces nettement visibles. La surface en est néanmoins très irrégulière, marquée par diverses bulles ou fissures. Les quatre petits côtés sont bien lisses, même si certains semblent avoir été lissés avec un instrument peu régulier, laissant comme des traces de peignage (cas de la brique n° 459-CA- 4630, par exemple). Tous ces objets ont été cuits en atmosphère oxydante (leur pâte est de couleur orange à rouge sombre). Les nombreuses inclusions visibles évoquent l’emploi d’un dégraissant de type chamotte, sans doute mêlé à du sable fin dans certains cas. Il est également intéressant de signaler que plus du tiers des individus portent des traces de calcination plus ou moins prononcées. Ces briques ne présentent pas d’originalité, ni par leur morphologie, ni par leurs dimensions, ni par leur facture. Dans l’ensemble, elles semblent toutefois de taille relativement modeste, comparées avec des briques des XIIe, XVe et XVIIe siècles trouvées à Strasbourg (67)10 et dans d’autres villes d’Alsace11.

3.3. Les canalisations

14Le château des Armoises a livré 47 fragments de canalisations. Celles-ci se présentent sous la forme de conduites en terre cuite, à peu près cylindriques, susceptibles de s’emboîter les unes dans les autres pour assurer l’écoulement de l’eau. Toutes ont été cuites en atmosphère oxydante, et leur pâte contient de nombreuses petites inclusions siliceuses indiquant l’emploi d’un dégraissant sableux. Près de 15 % des tessons portent des traces de calcination plus ou moins marquées. Ces objets n’ont pas été montés au tour mais en technique mixte, ce qui explique l’irrégularité et l’asymétrie de leurs parois, globalement verticales. Celles-ci ont été façonnées manuellement, tandis que les rebords inférieurs et supérieurs ont été achevés par tournassage, prenant un aspect plus régulier et d’avantage symétrique.

15Ces canalisations sont de deux types distincts.

  • Le premier n’est représenté que par un seul individu (n° 459-CA-4540, Fig. 73). Sa partie conservée montre un brusque accroissement de diamètre, puisque le diamètre interne passe de 6,4 à 8,2 cm en moins de 2 cm de longueur, ce changement étant d’ailleurs matérialisé par un petit renflement saillant (apex) ornant la face interne. Les grandes dimensions de cette conduite, dont le diamètre maximal atteint 9,6 cm, la rendent très différente des autres exemplaires exhumés à Richardménil.

  • Le second type concerne une douzaine d’individus (Fig. 73-74). Ces canalisations présentent un diamètre externe de 5 à 6 cm environ, atteignant 9 cm au niveau du rebord inférieur, avec un diamètre interne avoisinant les 3 cm. Quatre bords ont été conservés. Les bords supérieurs n° 459-CA-4514 et 459-CA-4541, sont de type plutôt continu, mais sont individualisés des parois par un renflement très marqué et, dans le cas du premier, par une nette inflexion interne. Ils ont un diamètre à l’ouverture réduit, de 2,4 cm pour le premier et 3,6 cm pour le second ; ces dimensions sont bien inférieures au diamètre maximal de la canalisation, de 5,6 cm dans les deux cas. A l’inverse, les deux bords inférieurs n° 459-CA-4524 et 459-CA-4528, présentant une inflexion et un renflement externes, sont beaucoup plus larges que le reste des canalisations dont ils font partie, avec des diamètres à l’ouverture respectifs de 6,4 et 6,6 cm. Ils sont sans doute destinés à accueillir des bords du type des deux premiers pour permettre l’emboîtement des conduites. Aucune de ces canalisations n’a été retrouvée complète ou archéologiquement complète. L’une d’entre elles a toutefois été conservée sur 21,1 cm de hauteur.

3.4. Les éléments indéterminés

16Plusieurs objets dont la fonction n’a pu être déterminée ont été mis au jour. En raison de la qualité de leur pâte, identique à celle des tuiles et des briques du lot, ainsi que de leur morphologie, ces éléments ont toutefois été rapprochés des céramiques de construction. Tous ont été cuits en atmosphère oxydante, façonnés avec adjonction de dégraissant probablement chamotté. Les individus n° 459-CA- 4555 et 4556, hauts de 6 cm environ, et larges d’autant, ressemblent à des briques (Fig. 75). Mais ils présentent une structure creuse dont l’utilité n’est pas connue avec certitude ; il s’agit peut-être de briques creuses utilisées pour construire un contre-feu de cheminée et destinées à mieux emmagasiner la chaleur. Enfin, le n° 459-CA-4510 présente, sur sa seule face en partie conservée, des cercles imprimés, d’un diamètre maximal de 1,7 cm (Fig. 75). L’objet est trop fragmentaire pour permettre une quelconque identification.

17Dans l’ensemble, même si elles présentent souvent l’avantage d’être dans un état de conservation satisfaisant, ces céramiques ne montrent guère d’originalités morphologiques ou technologiques. La variété typologique des tuiles, fabriquées dans la tuilerie voisine du site, est toutefois fort intéressante, et permet de mieux appréhender le type de couverture employé à la fin du Moyen Âge ou au début de l’époque moderne.

Image 1000000000000410000005A059CB13505F3FD916.jpg

Fig. 62 : Céramique de construction : tuiles

Image 100000000000040B000005A27245F0BC57277484.jpg

Fig. 63 : Céramique de construction : tuiles

Image 1000000000000410000005A416B3F4BC45F23333.jpg

Fig. 64 : Céramique de construction : tuiles

Image 100000000000040C000005A013D881B92867EAB1.jpg

Fig. 65 : Céramique de construction : tuiles

Image 10000000000004120000059CF1AA194E5574A5D9.jpg

Fig. 66 : Céramique de construction : tuiles

Image 100000000000040E0000059A047AA0E270C64419.jpg

Fig. 67 : Céramique de construction : tuiles

Image 10000000000004140000059F6C91F37BC3C5D603.jpg

Fig. 68 : Céramique de construction : tuiles

Image 100000000000040E0000059C80950898673D3330.jpg

Fig. 69 : Céramique de construction : tuiles

Image 10000000000004080000059E09BE3BAFEFE0A34D.jpg

Fig. 70 : Céramique de construction : tuiles

Image 1000000000000411000005A2187B33B4EBD577B4.jpg

Fig. 71 : Céramique de construction : tuiles

Image 10000000000004130000059EA48B3F839BD6FEBF.jpg

Fig. 72 : Céramique de construction : briques

Image 10000000000004110000059ED5C59C91231A2CEC.jpg

Fig. 73 : Céramique de construction : canalisations

Image 1000000000000412000005A2EBAA6657EB5D5F41.jpg

Fig. 74 : Céramique de construction : canalisations

Image 1000000000000410000003370361C3324097CA10.jpg

Fig. 75 : Céramique de construction : éléments indéterminés

Notes de bas de page

1  En ce qui concerne le mode de pose de ces tuiles plates, voir Joëlle Burnouf, Jean Maire, Jean-Pierre Rieb, René Schellmanns et Maurice Seiler, Les matériaux de construction en terre cuite en Alsace au Moyen Âge : tuiles, briques, carreaux, poterie de poêle, Terres cuites architecturales au Moyen Âge, colloque des 7-9 juin 1985 au musée de Saint-Omer, Arras, 1986, p. 95-97 et Hans Janssen, Bricks, Tiles and Roofing-tiles in ‘s-Hertogenbosch during the Middle Ages, Terres cuites architecturales au Moyen Âge, colloque des 7-9 juin 1985 au musée de Saint-Omer, Arras, 1986, p. 83.

2  Fabrice Charlier, Soirans-Fouffrans, La Tuilerie (Côte d’Or) : un atelier de terre cuite, XVe-XVIIe siècle, Archéologie Médiévale, XXIV, p. 301-366.

3  Fabrice Charlier, op. cit.

4  Fabrice Charlier, op. cit.

5  Charles-Laurent Salch, Tegulae et tuiles canales du XIIe au XVIIIe siècle dans la région d’Obernai, Annuaire de la société d’histoire et d’archéologie de Dambach-la-Ville, Barr, Obernai, Obernai, 1985, p. 117-122. Le terme de tuile courbe est utilisé dans la comptabilité du receveur de Richardménil. A. D. M. M. B 8321 f°52 r.

6  Fabrice Charlier, op. cit.

7  Franz Verhaeghe, Quelques épis de faîtage produits par les potiers flamands (XIIIe-XVe siècles), Terres cuites architecturales au Moyen Âge, Colloque des 7-9 juin 1985 au musée de Saint-Omer, Arras, 1986.

8  Seules une douzaine de briques ont été conservées après la fouille du site, l’homogénéité de forme et de facture ne justifiant pas de récupérer l’ensemble des fragments, trouvés en très grand nombre.

9  Voir notamment Tadeusz Poklewski-Koziell, La brique comme facteur de progrès dans le secteur du bâtiment aux XIIIe-XIVe siècles dans la grande plaine nord-européenne, l’Innovation technique au Moyen Âge, Actes du VIe Congrès International d’archéologie médiévale, Paris, 1998, p. 230-232.

10  Vivre au Moyen Âge : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, 1990, p. 343, et JoëlleBurnouf, Jean Maire, Jean-Pierre Rieb, René Schellmanns et Maurice Seiler, Les matériaux de construction en terre cuite en Alsace au Moyen Âge : tuiles, briques, carreaux, poteries de poêle, Terres cuites architecturales au Moyen Âge, colloque des 7-9 juin 1985 au musée de Saint-Omer, Arras, 1986, p. 99.

11  Joëlle Burnouf, et alii, op. cit.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.