Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 89


Texte intégral

1Si la fouille a pu être menée en quelques mois répartis sur cinq ans, son exploitation scientifique se révéla beaucoup plus longue. En effet, le recrutement de fouilleurs bénévoles ne posa pas de réels problèmes et l’acquisition des méthodes se fit rapidement, montrant ainsi que cette activité pouvait être conduite de façon satisfaisante par des participants motivés, soucieux de bien faire sans pour autant être des salariés. Les études de post-fouille nécessitèrent au contraire la constitution d’une équipe disposant de conditions matérielles particulières et des savoirs faire techniques bien précis. Durant quelques années, le travail, mené avec André Janot consista à dessiner les objets remarquables afin de définir les principaux ensembles typologiques et de préciser les limites chronologiques de leur utilisation. Une impression ne tarda pas à se dégager devant la forte homogénéité des collections et leur apparente contemporanéité : n’étions nous pas devant un site relevant de la catégorie des « ensembles clos » ? Il restait à le prouver en menant à bien son étude complète.

2Heureusement, des circonstances nouvelles se présentèrent à l’Université et changèrent le cours des choses. L’Unité Associée 1008 (devenue LAMEst en 1999) fut dotée de nouveaux locaux de 130 m2 équipés de plans de travail et d’une salle de stockage obtenus par Michel Bur, tandis que la réforme Bayrou permettait d’introduire un enseignement méthodologique d’archéologie médiévale comme science auxiliaire en licence d’histoire. A raison d’une heure par semaine, les étudiants furent initiés à la céramologie, à la verrerie et à la paléo-métallurgie et les plus intéressés purent venir acquérir les bases du dessin technique en bénéficiant des conseils de Charles Kraemer, alors ingénieur d’études. Au fil des années, certains manifestèrent le souhait d’approfondir leur réflexion sur des collections entières et s’engagèrent dans la réalisation de mémoires de maîtrise puis de DEA. Ce fut l’occasion de chercher à m’éloigner des modèles habituels de corpus de mobilier. En effet, la présentation de planches avec des séries d’objets numérotés renvoyant à des pages d’inventaires séparées ne m’a jamais séduit car elle rend ardue la consultation et décourage la majorité des lecteurs au point qu’on peut se demander si, éreintés par les diktats des éditeurs, les auteurs n’ont pas fini par renoncer à toute exigence didactique. Il convenait de trouver une solution qui rapproche le dessin technique et le commentaire, individualise l’objet sans l’isoler de sa catégorie typologique, adopte une présentation aérée et plaise à l’œil sans sacrifier le contenu scientifique. La proposition faite ici consiste à établir pour chaque objet une notice associant un dessin et un texte succinct puis à réunir plusieurs notices sur une même page. C’est ainsi que se constitua peu à peu une série de travaux qui permirent l’aboutissement des contributions sur la céramique et le verre par Guillaume Huot-Marchand et sur le métal par Emmanuel Guarascio. Venue du Musée d’histoire naturelle de Nancy, Laetitia Nori accepta de se charger de l’étude des pratiques alimentaires à travers les vestiges de faune selon les méthodes habituelles de l’ostéologie. Tous furent impressionnés et attirés par la quantité et la diversité du mobilier exhumé sur une si petite surface ainsi que par l’état des objets. Cela confirmait que la vie domestique s’y était brutalement arrêtée avant d’être fossilisée par la nature et oubliée des hommes.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.