Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion. L’évolution d’une maison forte

p. 63-86


Texte intégral

1L’analyse détaillée des sources textuelles, iconographiques et archéologiques et leur confrontation nous conduisent à proposer une série de conclusions mais aussi des hypothèses sans masquer les quelques interrogations non résolues.

2La présence d’un lignage seigneurial à Richardménil dès la seconde moitié du IXe siècle, implique l’existence d’un habitat que rien ne permet de localiser ni de décrire. L’évolution démographique du lignage entraîna le partage de cette terre allodiale avant le début du XIIIe siècle mais il n’est pas possible de savoir laquelle des deux maisons fortes fut construite la première. On pourrait penser, à titre d’hypothèse, que la plus ancienne fut l’œuvre du lignage le mieux doté ou de ses héritiers momentanés, les sires de Lenoncourt, au tout début du XIVe siècle avant qu’elle ne soit acquise par les sires de Ludres au cours de la première moitié de ce siècle.

3La seconde seigneurie, de modeste importance, entra en possession, par héritage ou par achat, d’une famille de chevaliers nancéiens dans la première moitié du XIVe qui prit le nom de cette terre. Une demeure seigneuriale existait-elle avant cette date sur le site étudié ? Les seuls indices seraient les quelques monnaies XI-XIIIe siècle. Toutefois l’absence de niveaux d’occupation et de mobilier contemporains conduit à la plus grande réserve d’autant que ces monnaies, découvertes dans des unités stratigraphiques postérieures, peuvent être devenues de simples objets de collection ou de jeu sans valeur économique. Les indices de l’existence d’une résidence fortifiée s’accroissent considérablement pour la seconde moitié du XIVe siècle. L’insécurité générale gagna la région à partir 1340. Colin de Richardménil participa aux opérations militaires au service du roi de France en Champagne dont il tira des revenus substantiels. Son fils, Renaud, dont les qualités personnelles furent appréciées des princes lorrains qui lui confièrent des responsabilités et des fiefs, s’attacha à valoriser son domaine en bâtissant la tuilerie de Richardménil. Disposant d’une fortune conséquente et d’un incontestable prestige social, il fonda une chapelle dans la collégiale ducale Saint-Georges de Nancy et lui affecta une rente annuelle prélevée sur les revenus de la tuilerie avant sa mort en 1412. Son épouse, Catherine, mourut en 1435 à Richardménil. Tous ces éléments nous conduisent à conclure que le lignage y possédait une demeure fortifiée qui passa aux mains de l’unique héritière, Jacquette et de son mari Gérard d’Essey apparenté à la famille ducale. Ceux-ci, résidant de préférence dans l’une ou l’autre des deux maisons fortes d’Essey-les-Nancy, vécurent trop peu de temps pour s’intéresser véritablement Richardménil. Il en fut de même pour leurs filles, Claude et Catherine jusqu’en 1443. Cette année là, le mari de Catherine, Collard des Armoises entra en guerre contre la cité de Metz qui se vengea en attaquant et en incendiant sa maison forte de Richardménil. L’édifice se composait d’un logis-tour de 13 m × 12 m, entouré de ses dépendances agricoles dont les murs extérieurs formaient une enceinte de 26 m × 22 m. (Fig. 35-36). La présence d’un carreau d’arbalète, planté dans la partie inférieure du mur nord, témoigne de cette attaque et indique que le bâtiment ne disposait pas d’autres lignes de défense, sinon un simple fossé au fond duquel on a retrouvé des tessons de céramique de cette époque. La proximité d’un méandre de la Moselle et la maison forte des sires de Ludres n’avaient pas suffi à le protéger contre une équipe de sept hommes d’armes déterminés, ce qui traduit la faible valeur défensive de ce type de demeure rurale. Collard entreprit rapidement la restauration du logis et renforça ses défenses en le dotant de deux fossés maçonnés pour protéger les flancs sud et nord. Le côté nord, plus exposé à l’attaque, fut également flanqué de deux tours rondes aux angles. Le coût des travaux, qui peut être estimé à environ 850 francs à partager entre les deux héritières, fut trop élevé pour Claude qui fut obligée d’engager sa part. Quelques années plus tard, en 1447, Collard abandonna tous ses droits sur Richardménil à son frère en échange d’autres biens.

4Thierry des Armoises fonda un nouveau lignage qui conserva les biens situés à Nancy et en acquit d’autres dans le Toulois. Richardménil resta une modeste maison rurale où on séjournait occasionnellement et que l’on se contenta d’entretenir à moindres frais mais cette pratique l’entraîna dans un lent déclin.

5En 1547-1548, François de Bassompierre, bailli des Vosges et tuteur du jeune Claude des Armoises, conscient du délabrement du bâtiment et de l’archaïsme de ses défenses, ordonna d’importants travaux. On remplaça la toiture du logis et les éléments de chauffage (cheminées et fours) et les dépendances agricoles reçurent une nouvelle couverture en tuiles canal. Des fossés larges de 10 m furent creusés sur les côtés est, sud et ouest et protégés par un mur de contrescarpe. A l’ouest, le grand verger ou parterre fut entouré d’un fossé en eau et d’une nouvelle haie sèche. Deux tours rondes vinrent flanquer les angles sud de la maison et lui donner une allure symétrique. On recreusa le fossé nord et on rebâtit son mur de contrescarpe posé sur des poutres. Une solution empirique, adoptée par les maçons qui travaillèrent sans architecte, consista à édifier contre le périmètre de l’ancien édifice un second mur de protection. En doublant la largeur de la muraille, il fut possible de réaliser une galerie de circulation protégée par un petit toit à deux pans couverts de tuiles plates à ergot et, à certains endroits, d’ardoises. Ce chemin de ronde communiquait avec celui du côté nord dont on refit le parapet muni de créneaux. On peut penser que des petites pièces d’artillerie pouvaient y prendre place puisqu’on a retrouvé des boulets en pierre dans le fossé. Ainsi restauré, l’édifice accueillit le maître des lieux pour de courts séjours. En son absence, c’était l’adjudicataire des prés et du jardin qui y logeait. Les héritières éloignées qui recueillirent le patrimoine après 1570, n’y portèrent guère d’attention sinon pour percevoir les revenus et finirent par le vendre à leur plus proche voisin en 1613, le sire de Ludres, qui la ruina. Compte tenu d’une part de la période assez courte de 65 ans qui sépare les grands travaux du milieu du XVIe siècle et la destruction du site et d’autre part de la proximité de la rivière et du parterre qui pouvaient servir de dépotoirs, on comprend que la faible quantité de déchets n’ait pas laissé de traces archéologiques dans la maison ni dans les fossés. L’édifice était nettoyé régulièrement et les rebuts jetés à hors de l’espace habité. La démolition ordonnée par le sire de Ludres fut l’œuvre de maçons qui ne cherchèrent pas à récupérer le mobilier de la vie domestique. Celui-ci se trouva mélangé aux gravats provenant du démontage des murs dont on ne conserva que les pierres de taille et les moellons. Tout naturellement, ce sont les éléments de couverture que l’on jeta en premier dans les fossés, recouverts par le mortier de chaux. Les niveaux cendreux attestent que l’on brûla du bois provenant des bâtiments et de meubles. Les murs du logis et des dépendances furent consciencieusement arrachés jusqu’aux fondations ainsi que ceux des tours sud. Au contraire, les courtines et les murs des fossés, plus profondément bâtis dans l’argile, furent épargnés car leur destruction aurait nécessité le déblaiement de la masse de gravats de chaux tombés de la partie aérienne des structures mais les maçons reculèrent devant ce travail de terrassier. Toutefois, ils nivelèrent consciencieusement la terrasse, ne laissant pas de monticule trop visible.

Image 10000000000004140000059492DDF867E9CAF48B.jpg

Fig. 35 : Richardménil : Evolution de la maison forte

Image 100000000000040C0000059CB4A56A64DFAC6A06.jpg

Fig. 36 : Richardménil : Plan général des structures et des carrés

(Plan réalisé par G. Giuliato & Cl. Voignier 1992)

6La stratigraphie montre que le site fut alors totalement abandonné après une vaine tentative de produire du fer dans un bas fourneau. Une partie de l’argile de la terrasse n’étant plus retenue par les murs, versa dans les fossés puis une couche de terre noire provenant de la décomposition de végétaux fossilisa peu à peu le tertre et combla les fossés, effaçant jusqu’au souvenir l’ancienne demeure seigneuriale. Le site peut être considéré sur le plan du mobilier archéologique comme un ensemble clos illustrant de façon exemplaire le mode de vie des années 1545-1613 et autorise l’établissement de typochronologies qui pourront servir de référence pour l’étude d’autres sites. De plus, il fournit un exemple original d’évolution de la maison seigneuriale la plus simple, c’est-à-dire de la tour d’habitation accolée aux bâtiments agricoles vers la maison fortifiée.

Annexes archéologiques. Sources stratigraphiques
On trouvera ici le détail des dessins stratigraphiques des carrés fouillés et les façades des murs mis au jour. Pour faciliter la lecture de ces documents, les textes ne seront pas dissociés des dessins. Cet atlas répond à plusieurs exigences qu’il convient de rappeler ici. Il montre que la fouille répond aux exigences de l’archéologie programmée qui dispose du temps nécessaire à la réalisation d’un maximun de relevés. Ceux-ci, en se complétant, illustrent les grandes séquences de l’histoire du site mais aussi les différences de faciès stratigraphique à quelques mètres de distance. Ils demandaient à être présentés comme sources archéologiques en complément des plans et des coupes générales du site.

Carré A2 (Fig. 37)
Localisation : secteur nord-est, en bordure du site
Informations : ce sondage de 2 m × 4 précise la stratigraphie de comblement du fossé et les caractères du mur de contrescarpe au contact avec couches géologiques en place en périphérie.
Le mur 1100 repose sur la couche d’argile rouge 1001 qui prend une coloration jaune en surface (1002). Il est conservé sur une hauteur de 1.20 m dont 0.50 m de fondations pour une largeur de 0.85 m.
La destruction des parties supérieures a donné naissance à un niveau de gravats de chaux, de sable et de cailloux stérile (1201) dont l’épaisseur passe de 0.70 m à 0.35 m quand on s’éloigne du mur.
La surface de destruction du mur est presque complètement recouverte par l’argile en place à l’extérieur du fossé (1002).
Un niveau de terre noire (1203) contenant du mobilier recouvre l’ensemble et son épaisseur varie de 0.20 m à 0.80 m en allant vers le fossé.

Carré B2 (Fig. 38)
Localisation : dans le fossé est
Informations : le carré ne révèle aucune structure maçonnée. L’argile rouge en place (1001) prend une coloration bleue dans sa partie supérieure (1200) qui correspond au fond du fossé et dans laquelle on trouve des vestiges de racines décomposées provenant certainement des végétaux aquatiques qui y poussaient.
Le niveau de destruction (1201) présente une épaisseur relativement homogène avec une moyenne de 0.60 m tandis que le niveau d’abandon composé de terre noire est compris entre 0.50 et 1 m. On observe une petite strate de cailloutis (1204) accumulée au pied de la plate forme et provenant de celle-ci ou d’un dépôt fluviatile récent.

Image 100000000000059F0000040E0B6C94150E15D24B.jpg

Fig. 37 : Richardménil : Carré A2

Image 100000000000059E000004118EDB5430C608543C.jpg

Fig. 38 : Richardménil : Carré B2

Carré C1 (Fig. 39)
Localisation : secteur nord-est
Informations : la fouille a exhumé les fondations de deux murs observables sur une hauteur de 0.50 m. En raison de l’importance des infiltrations, il n’a pas été possible de dégager la totalité de la surface mais suffisamment pour comprendre la stratigraphie. Les fondations reposent dans la couche d’argile rouge (1001). Le mur 1112 (9), épais de 0.60 m est surmonté d’une tranchée de récupération remplie de gravats (1201). Un espace large de 0.50 m à 0.80 m et composé d’argile bleue (1200) le sépare d’un mur (1111) parallèle, lui aussi démonté. Ces deux structures au tracé circulaire correspondent au mur de la tour d’angle et au renforcement de celle-ci.
L’ensemble est recouvert par la couche de terre noire (1203) riche en mobilier.

Carré C2 (Fig. 40) Localisation : dans l’angle nord-est de la plate forme
Informations :
(Fig. 40.1). La paroi nord fait apparaître les deux murs de la tour d’angle (1112 (9)-1111) installés dans la couche d’argile rouge (1001) et devenant bleue dans la partie supérieure (1200).
(Fig. 40.2). La paroi est ne recoupe que le mur extérieur (1111).
(Fig. 40.3). Sur la paroi sud, se découpe nettement le profil du mur 1104 qui présente un talus ou un fruit prononcé. Haut de 1.70 m, sa largeur passe de 1.25 m à la base à 0.50 m. Il s’agit d’un mur qui protège la courtine est dont il n’est séparé que par un espace large de 0.20 m rempli d’argile rouge et bleue. Le mur de courtine (1120), large de 0.85 m subsiste sur une hauteur de 1.20 m. Les gravats provenant de leur démolition recouvrent les vestiges et comblent en partie le fossé sur une épaisseur de 0.60 m.
(Fig. 40.4). La paroi ouest permet de localiser un espace large de 2.25 m qui sépare deux murs : le mur porteur de la maison (1130) large de 0.60 m et un mur parallèle à celui-ci (1132) large de 0.40 m. L’intervalle est tapissé par de l’argile rouge puis bleue recouverte partiellement par une couche dépotoir (1202) composée de cendres et de sable de chaux, fossilisé par la couche de destruction (1201). Celle-ci a été en partie récupérée et la dépression comblée par un glissement d’argile du côté nord (1200) avant d’être recouverte par la couche de terre noire (1203).

Carré C5 (Fig. 41)
Localisation : au milieu de la courtine est, sondage de 2 m × 4.
Informations :
(Fig. 41.1 et 41.3). La paroi nord et la paroi sud fournissent une illustration très explicite du système défensif de la maison. On observe nettement la tranchée qui a été pratiquée dans l’argile rouge (1001) pour réaliser le fossé en s’arrêtant au niveau de la couche 1000 constituée de galets. Le mur de courtine (1120), large de 0.90 m à 1 m, n’est conservé que sur deux à trois assises de fondation soit environ 0.30 m à 0.40 m. Un espace de 0.40 m à 0.60 m le sépare à la base du mur 1104.
(Fig. 41.5). Celui-ci a une largeur variant de 0.70 m à 0.40 m et présente une très forte inclinaison qui le conduisait à venir s’appuyer sur le précédent à 2 m de haut. Ce mur glacis offre un parement assez régulier en moellons calcaires équarris à joint beurré. Côté fossé, son pied est en contact avec le niveau d’argile bleue (1200), surmontée d’une lentille de mortier de chaux et de la couche 1202 composée de chaux et de cendres particulièrement riche en objets métalliques, en céramiques et en verrerie. Correspond-elle à un cendrier antérieur de quelques années à la destruction du site ou à un rejet contemporain de cette opération ? Le tout est recouvert par la couche de gravats (1201) épaisse de 0.80 m à 1 m puis par celle de terre noire (1203).

Carré D2 (Fig. 42-43)
Localisation : secteur nord-est
Informations :
(Fig. 43.1). La fouille permet de préciser les caractères du mur de courtine nord (1130) et de l’espace qui le précède sur une largeur de 2.20 m. La position du carré n’a pas permis de recouper le mur 1110, parallèle au précédent.
(Fig. 42.4 et 43.6). Le mur 1130 est conservé sur une hauteur variant de 1 m à 1.20 m et une largeur de 0.60 m à 0.75 m. Le parement est irrégulier, avec des assises irrégulières où alternent des moellons équarris de module très différent à joint beurré. Il repose sur l’argile rouge (1001) et les gravats provenant de la destruction des niveaux supérieurs ont assuré sa protection en le recouvrant (1201).
(Fig. 42.5). Dans la partie ouest, un niveau intermédiaire composé de sable de chaux et de cendres (1202) contenait un abondant mobilier. Très vite, l’argile composant le terre-plein n’étant plus retenue par la courtine, a soliflué du côté nord sur une épaisseur de 0.50 m (1200) avant d’être à son tour recouverte par des épanchements de chaux puis par la couche de terre noire (1203).
Par rapport au sommet de la plate-forme, le niveau du fossé se situait à une profondeur de 1.80 m.

Image 1000000000000410000005A2FD5FE1D60C165C88.jpg

Fig. 39 : Richardménil : Carré C1

Image 10000000000005A300000412E47FA52E565B6F1F.jpg

Fig. 40 : Richardménil : Carré C2

Image 10000000000005A00000040EBCEFD2F941C3ED81.jpg

Fig. 41 : Richardménil : Carré C5

Image 100000000000059E00000412F57D0BEE72D6E5DE.jpg

Fig. 42 : Richardménil : Carré D2

Image 1000000000000413000005A088CDD3D8B152CD87.jpg

Fig. 43 : Richardménil : Carré D2

Carré E2 (Fig. 44-45)
Localisation : au milieu du secteur nord
Informations : la fouille apporte de nouvelles indications sur les structures de la partie nord de la maison. (Fig. 45.1)(Fig. 44.2). La courtine (1130) large de 0.80 m est conservée sur 1 m à 1.20 m et présente un parement en moellons équarris de forme très irrégulière à joints gras. Au milieu du segment, vient se greffer en perpendiculaire un mur en saillie (1138) de 1.30 m × 0.70 m et haut de 1.65 m. En façade, son parement se compose de gros blocs de 0.70 m sur 0.15 m à 0.30 m alternés avec des éléments de calage. Ce massif évoque une pile destinée à recevoir le tablier d’un pont.
L’arrachement du mur 1130 laisse apparaître la masse d’argile rouge qui compose le terre-plein et les tranchées de fondation de deux murs (1167 et 1168), perpendiculaires à la courtine indiquant l’emplacement d’anciens bâtiments. Elles sont comblées par des gravats (1201) et recouvertes de terre noire (1203) épaisse d’environ 0.30 m.
(Fig. 44.3). La paroi est précise le mode de comblement de l’espace large de 2.70 m qui sépare le mur 1130 et le mur 1132. Ceux-ci sont fondés dans l’argile rouge (1001) avec de rares inclusions bleues (1200). Le mur 1132 est totalement entouré par de l’argile de teinte noire contenant quelques objets dont un carreau d’arbalète. Il est possible que cette argile ait été rapportée pour combler la tranchée de fondation trop large. La première couche de sable rougeâtre (1201) est surmontée d’un niveau (1202) de cendres mélangées à du sable et de la chaux contenant un important mobilier domestique usagé dont de la céramique attribuable au XVe siècle, ce qui conduit à y voir un dépotoir.
La phase de destruction (1201) est marquée par une accumulation de mortier, de tuiles, de gros moellons et de quelques pierres de taille provenant d’encadrements de fenêtre puis par une strate contenant à nouveau des cendres. L’ensemble est scellé par une poche d’argile (1200) glissée de la terrasse et par la couche de terre noire associée à de petits cailloux.
(Fig. 44.4). La paroi ouest fait apparaître deux inclusions de sable (1201) alternées avec de l’argile bleue (1220) dans le fond correspondant au dépotoir fossilisé par le niveau de démolition qui recouvre les murs. Une épaisse couche d’argile (1200) venue de la plate-forme vient masquer ces niveaux, à son tour couverte par une accumulation composite de terre noire mélangée à des gravats et à des cendres (1203) riche en mobilier dont un boulet de canon en pierre.
(Fig. 44.5). Le mur de contrescarpe (1132) est conservé sur une hauteur variant de 0.60 m à 1.70 m avec un niveau de fondations très irrégulier et un parement incertain.

Carré E1 (Fig. 46)
Localisation : secteur nord extérieur. Sondage de 1 m × 4 m Informations :
(Fig. 46.1). Le sondage révèle la présence d’un radier de mur (1103) à 2 m au nord du mur (1110). Il n’en reste que quatre assises hautes de 0.50 m et larges de 0.70 m reposant sur l’argile rouge en place. Le fait d’être recouvert d’argile bleue laisse penser qu’il avait été abandonné avant la destruction de la maison car la couche de gravats et de mortier (1201) provient du mur 1110.

Carré F2 (Fig. 47) Localisation : fouille de 5.50 m × 4 m. Secteur nord
Informations :
(Fig. 47.1). La fouille révèle le mur de courtine 1130, l’espace de 2.50 m que nous qualifierons de « fosse n° 5 », le mur de contrescarpe 1132 auquel est accolé le mur 1110 large de 0.70 m.
(Fig. 47.2). Le mur 1130 est conservé sur 1.50 m de hauteur. Son tracé et sa largeur voisine de 1 m manquent de régularité. Le premier niveau de fondation se compose de grandes pierres de 0.40 m × 0.15 m surmontées d’assises de moellons grossièrement équarris à joints gras. On observe une brèche du côté ouest qui pourrait correspondre à un drain assurant l’écoulement d’eau provenant du tertre. Ce mur retenait la masse d’argile rouge (1001) qui a été excavée du côté ouest et colmatée par de la terre noire (1203). Cette dépression correspond à une structure installée sur la terrasse.
(Fig. 47.3). La paroi ouest confirme le manque de régularité du mur 1132. Les deux murs qui entourent la fosse 5 reposent dans l’argile en place et sa partie supérieure de teinte bleue au profil très irrégulier (1001 et 1200). La couche de gravats a protégé les murs avant qu’une loupe de terre argileuse épaisse de 0.70 m (1200) provenant de la plate forme ne glisse dans la fosse sans toutefois recouvrir le mur 1132 ce qui tend à prouver qu’il était plus haut à ce moment là et qu’il a été l’objet de récupération postérieure. La couche hétéroclite de couleur noire recouvre ici encore toute la surface.
(Fig. 47.4). Le mur 1132 présente la particularité d’être fondé sur une poutre longue de 3. 50 m et haute de 0.10 m qu’il n’a pas été possible de prélever par manque de moyens techniques. Son analyse permettrait de préciser la date de construction du mur avec plus de certitude. Le parement se signale par son extrême irrégularité où alternent de gros blocs de 0.50 m × 1.20 m et de petits moellons équarris.

Image 10000000000005A200000412280E282C3966DE0C.jpg

Fig. 44 : Richardménil : Carré E2

Image 1000000000000416000002ADF03DFA778ECE2BE3.jpg

Fig. 45 : Richardménil : Carré E2

Image 1000000000000415000002AC21E0D705A0F8F970.jpg

Fig. 46 : Richardménil : Carré E1

Image 100000000000059E0000041413E56C28BE14DF2D.jpg

Fig. 47 : Richardménil : Carré F2

Carré G2 (Fig. 48-49)
Localisation : secteur nord-est. Fouille de 4 m × 5.5 m Informations :
La fouille permet de connaître l’extrémité ouest de la fosse 5 et la structure de la fosse 4 qui seront étudiées séparément.
La fosse 5
(Fig. 48.1). Elle est encadrée par le mur de courtine 1130, le mur de refend 1133 et le mur de contrescarpe 1132 contre lequel s’appuie le mur extérieur 1110 large de 0.60 m.
(Fig. 48.2). La façade du mur 1130 est caractérisée par l’alternance de moellons de module différent sur une hauteur de 1.30 m. Au dessus, apparaît un empilement de couches d’argile (1001-1200) provenant de la plate-forme puis curieusement un niveau de démolition résultant de la récupération des murs construits à l’intérieur de la maison (1201), avant d’être recouvert par la terre noire.
(Fig. 48.3). La paroi est montre que le fond irrégulier de la fosse correspond au niveau d’argile en place sur laquelle s’est déposée la couche de gravats (1201) de démolition. Profitant de la disparition du mur 1130, une coulée d’argile a glissé de la terrasse (1200-1202) avant d’être recouverte de gravats puis de terre noire.
(Fig. 48.4). La paroi ouest correspond à la façade est du mur 1133 qui marque la limite de la fosse 5. Le parement se compose de moellons de taille très différente disposés en assises assez régulières. Le niveau de fondation se signale par son irrégularité. Dans l’angle nord-ouest, on a ménagé un conduit large de 0.40 m sur 1 m qui communique avec la fosse 4.
(Fig. 48.5). La paroi nord du sondage montre que le mur 1132 a le même parement irrégulier que le précédent sur sa hauteur conservée de 1.20 m et que l’arase n’est pas recouverte de mortier de chaux.
La fosse 4
Le sondage ne recoupe que la moitié ouest de la fosse.
(Fig. 49.1). La paroi sud montre que le mur de courtine 1129 correspondant au prolongement du mur 1130, n’est conservé que sur 1.30 m de haut au plus.
(Fig. 49.2). La paroi est confirme que le parement du mur de refend 1133 est aussi médiocre que sur son autre face et sans la moindre régularité. On retrouve dans l’angle nord-est, le conduit qui communique avec la fosse 5. Le remplissage de la fosse se compose de l’argile rouge en place sur laquelle repose une couche argileuse mélangée à du mortier, des cendres, des tuiles et un abondant mobilier (1200-1202) faisant place à un horizon de mortier et de gravats avec des intercalations cendreuses (1201-1202). La couche de terre noire recouvre l’ensemble.
Cette fosse de 2.50 m × 2 m pourrait-elle correspondre à une latrine ? L’épaisse couche argileuse qui la tapisse correspondrait alors à son remplissage partiel.
(Fig. 49.3). La paroi du mur 1134 est caractérisée par un appareil irrégulier fait de gros blocs en partie basse et de petits moellons au-dessus.

Carré H2 (Fig. 50)
Localisation : secteur nord-est
Informations : La fouille a permis de dégager une fosse n° 3, l’angle de l’édifice et l’amorce des murs de la tour nord-ouest.
La fosse n° 3
Cette structure est fermée par quatre murs aux parements irréguliers.
(Fig. 50.1). Le mur sud (1127) est le prolongement des murs de courtines 1129 et 1130 avec ses assises composées de longues pierres (0.50 m × 0.10 m) et une hauteur conservée de 1.50 m.
(Fig. 50.2). Le mur est (1135) juxtapose des moellons équarris à de gros blocs pouvant atteindre 0.60 m sur 0.20 m.
(Fig. 50.3). Le mur ouest (1126) qui appartient à la courtine ouest de la maison, présente un parement en petits moellons.
(Fig. 50.4). La paroi nord correspond à la façade du mur 1136 où domine le petit appareil.
Les strates qui remplissaient la fosse correspondaient à celles découvertes dans la fosse 4. Sur le fond d’argile bleue, se trouvait une couche hétéroclite composée d’argile mélangée à des gravats et riches en cendres, charbons de bois et mobilier (1202) faisant place à une couche de mortier et cendres (1201) recouverte par la terre noire.
La tour
La tour présente deux murs accolés. Le mur extérieur (1109) est le prolongement du mur 1100 qui doublait le mur de contrescarpe mais son épaisseur ne dépasse pas 0.35 m. Le mur intérieur (1137) se situe dans la continuité du mur de contrescarpe 1134 et son épaisseur atteint 0.85 m. Au centre de la tour, la couche inférieure correspond au niveau d’argile bleue recouverte par un remplissage de gravats de chaux et de moellons (1201) et la couche de terre noire.

Image 10000000000005A00000040E3939CC0BCD96B02B.jpg

Fig. 48 : Richardménil : Carré G2, partie est, fosse 5

Image 100000000000059C000004129581A47DD559F6DE.jpg

Fig. 49 : Richardménil : Carré G2, partie ouest, fosse 4

Image 10000000000005A40000040FEA901B0C45575E09.jpg

Fig. 50 : Richardménil : Carré H2

Carré H4 (Fig. 51-52)
Localisation : secteur ouest La fouille s’est limitée à une surface de 5 m × 2 m.
Informations :
(Fig. 52.1). Le plan montre la juxtaposition de quatre secteurs : la plate-forme, les murs 1125 et 1108 au centre et le fossé.
(Fig. 51.2). Paroi nord. Le mur 1125 correspond à la courtine. Sa largeur varie de 0.80 m à 0.90 m pour une hauteur conservée de 1.20 m à 1.50 m et un parement de moellons irréguliers de petite taille (Fig. 52.6). Il soutient l’argile rouge et bleue (1001-1200) qui constitue le socle naturel de la plate-forme mais sa base repose sur le niveau de cailloutis sous-jacent (1000).
Le mur 1108 s’appuie contre le précédent sur le côté ouest et lui est chronologiquement postérieur. Large de 1.30 m, il repose sur le niveau de cailloutis mais sa tranchée de fondation recoupe le niveau d’argile (1200). Son parement se caractérise par des assises de moellons de moyen appareil (0.50 × 0.20 m) (Fig. 52.6).
L’arase des deux murs est recouverte par les gravats de démolition (1201).
(Fig. 51.3). Paroi est. La stratigraphie fort simple présente la couche d’argile épaisse de 2.10 m recouverte par la terre noire réduite à 0.30 m.
(Fig. 51.4). Paroi sud. Elle n’apporte pas d’autres indications que la paroi nord.
(Fig. 51.5). Paroi ouest. La stratigraphie du fossé montre que la couche de cailloutis est recouverte par un niveau d’argile bleue naturelle (1200) masquée par les gravats de démolition (1201) eux-mêmes couverts par la terre noire (1203-1205).

Carré E7 (Fig. 53)
Localisation : secteur sud. La fouille correspond à une surface de 5 m × 2 m.
Informations :
(Fig. 53.1). Le plan fait apparaître la juxtaposition de différentes structures en allant du nord au sud : le mur 1123, le puits 1122, le mur 1121 et la tranchée 1107.
(Fig. 53.2). Paroi nord. Le mur de courtine 1123, conservé sur 1 m de haut, présente un parement irrégulier mélangeant les petits moellons (0.08 m × 0.04) et les plus gros (0.40 m × 0.06 m).
(Fig. 53.3). Paroi est. Le mur de courtine 1123 est doté d’un léger empattement à la base. Il repose sur un niveau de cailloutis (1000) et sa tranchée de fondation coupe la couche d’argile 1200. Il retient le niveau d’argile qui constitue la plate forme.
Le mur 1107 large de 0.70 m se trouve à 1.70 m devant le précédent, côté sud. Il n’en subsiste que l’assise inférieure haute de 0.15 m mais la tranchée de fondation reste bien apparente dans l’argile en place (1200).
Ce mur est précédé par une tranchée de fondation distante de seulement 0.30 m et large de 0.40 m dans laquelle ne subsiste aucun élément maçonné.
Le niveau de gravats de démolition (1201) a pratiquement disparu et ne subsiste que dans la partie sud, ce qui indique une phase de récupération de ces matériaux. L’excavation est comblée par de la terre noire (1203) fortement mélangée à de l’argile.
(Fig. 53.4). Cette paroi sud illustre le comblement du fossé avec les strates 1000 à 1205.
(Fig. 53.5). La paroi ouest représente la courtine 1123, haute de 1.10 m, soutenant l’agile de la plate-forme. Un espace de 0.30 m sépare ce mur de la cuve d’un puits.
Le mur circulaire (1122) de ce puits mesure 0.25 m et le diamètre intérieur 0.98 m. Il vient prendre appui, au sud, sur un autre mur (1121), large de 0.70 m, dont il ne reste que la première assise haute de 0.15 m.
Devant ce dernier, on observe la tranchée de fondation du mur 1107, totalement récupéré. A l’exception de la tranchée correspondant au mur 1121, toutes les autres sont comblées avec les gravats de démolition (1201) et recouvertes par la couche de terre noire.

Image 10000000000005A00000040C438977F491CFF032.jpg

Fig. 51 : Richardménil : Carré H4

Image 10000000000004100000059E276F55D22F75EA56.jpg

Fig. 52 : Richardménil : Carré H4

Image 100000000000059D0000040CDF5F0719A5F50C03.jpg

Fig. 53 : Richardménil : Carré E7

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.