Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre quatre. Archéologie et architecture de la maison forte

p. 49-62


Texte intégral

1Seule la fouille du site permet d’apporter les informations précises sur la disposition des bâtiments, leur architecture et leurs dimensions. L’absence de toute réoccuopation postérieure à la destruction de l’édifice pouvait laisser espérer un maximum d’informations stratigraphiques et architecturales.

4.1. Nomenclature des unités stratigraphiques

2La méthode préconisée par Mortimer Wheeler a été adoptée pour la fouille des abords de la plate-forme mais le système en aire ouverte a prévalu pour celle de la surface du tertre. (Fig.16 et 17). Le système de numérotation des unités stratigraphiques qui englobe les couches, les murs et les tranchées de fondation a été calqué sur celui qui s’est imposé à la suite des fouilles du Palais du Louvre dans les années 80 avant d’être adopté en archéologie urbaine et en fouille préventive. Le lecteur trouvera le détail de ces unités en Annexes archéologiques.

4.1.1. Les couches naturelles en place

Secteurs

Nature

1000

c5, E7, H4, H2, i2, J2

Cailloux roulés ou petits galets

1001

A’2, A2, B2 à K2, E1 à E7

Argile rouge parfois noirâtre en surface

1002

A’2, A2

Argile jaune

1200

Dans le fossé

Argile bleue

4.1.2. Les murs de la contrescarpe et de l’escarpe (Fig. 17-18)

Secteurs

Observations

1100

A1 à A4, A’4 à A’10

Mur de contrescarpe est

1101

A’10 à K9

Mur de contrescarpe sud

1102

K9 à K1

Mur de contrescarpe ouest

1103

E1

Radier de muret

1104

B2 à B6

Mur d’escarpe

1105

B6-B7

Mur de la tour sud-est

1106

c7

Mur de la tour sud-est

1107

D7 à F7

Tranchée de contrescarpe sud

1108

H7 à H2

Mur d’escarpe ouest

1109

H1, H2, i1, i2

Mur de la tour nord-ouest

1110

G2, F1à D1

Mur d’escarpe nord

1111

c1, c2, B1

Mur de la tour nord-est

4.1.3. L’enceinte castrale (Fig. 17-18)

Secteurs

Observations

1112 (9)

c1, c2

Mur de la tour nord-est

1120

C1 à C6

Mur de courtine est

1121

C7 à F7

Mur de courtine sud

1122

E7

Puits

1123

C6 à F6

Mur sud de la maison

1124

F7

Mur de refend de la fosse 2

1125

H7 à H3

Mur ouest de la maison

1126

H2

Mur ouest de la maison et de la fosse n° 3

1127

H2

Mur sud de la fosse n° 3

1128

H3

Mur de refend 1129 G2 Mur sud de la fosse n° 4

1130

G2 à C2

Mur de la maison et de la fosse n° 5

1131

c1, c2

Mur est de la fosse n° 5

1132

C1 à G2

Mur nord de la fosse n° 5

1133

G2

Mur ouest de la fosse n° 5

1134

G2

Mur nord de la fosse n° 4

1135

H2

Mur entre les fosses n° 3 et 4

1136

H2

Mur nord de la fosse n° 3

1137

H1, i1, H2

Mur de la tour nord-ouest

1138

E2

Pile du pont ?

4.1.4. Les corps de logis (Fig. 17-18)

Secteurs

Observations

1150

D4

Tranchée de fondation

1151

E5, F5

Tranchée de fondation

1152

G6

Tranchée de fondation

1153

G5, G5

Tranchée de fondation

1154

G3, F3, E3

Tranchée de fondation

1155

E4, E5

Tranchée de fondation

1156

E5

Tranchée de fondation

1157

E5

Fantôme de poutre

1158

E5

Fantôme de poutre

1159

F5

Fantôme de poutre

1160

E4, F4

Mur de refend

1161

E4

Sablière de poteau

1162

E4

Amas de briques

1163

E4

Sol en galets de rivière

1164

E6

Sablière de muret

Secteurs

Observations

1165

E6

Sablière de poteau

1166

F2

Tranchée de fondation

1167

E3

Tranchée de fondation

1168

D3, E3

Pavage

1169

E3, F3

Pavage

1170

G3

Bas fourneau

1171

E5

Regard ou latrine

4.1.5. Niveaux de destruction et d’abandon

Secteurs

Observations

1200

Dans les fossés

Argile bleue

1201

Dans les fossés et les tranchées

Gravats de mortier de chaux et petits moellons

1202

C5, E2

Sable, mortier de chaux, cendres, charbons de bois

1203-1205

Sur tout le site

Terre noire humifère

1204

E2, E1, B2, F2

Cailloutis

Image 100000000000040E000004416DFE272865AE7273.jpg

Fig. 16 : Richardménil : secteurs fouillés

(Plan réalisé par G. Giuliato et Cl. Voignier - 1992)

Image 1000000000000410000003F29A50E76954DC6EBB.jpg

Fig. 17 : Richardménil : plan des structures avec carroyage

(Plan réalisé par G. Giuliato et Cl. Voignier - 1992)

3Cette nomenclature fournit les éléments indispensables à la compréhension des coupes stratigraphiques des carrés et des deux coupes générales du site. Ce mode de représentation des données archéologiques a été négligé depuis environ quinze ans par l’archéologie préventive, obligée d’étudier de grandes surfaces ou de travailler dans des temps très courts qui rendent impossible la réalisation d’un grand nombre de dessins de parois. En l’absence de ces contraintes, il n’y avait aucune raison de se priver de cette approche qui fournit un maximum des précisions sur les différences de faciès d’un site, permet une lecture fine des archives du sol et facilite la compréhension du mode de formation des unités stratigraphiques sans compter la valeur pédagogique des opérations de dessin sur le terrain.

4L’étude générale de la stratigraphie repose sur l’observation détaillée des relevés des parois qui constituent les archives du sol. Leur présentation par carré fournit toutes les informations complémentaires pour une connaissance précise du site. Cette importante documentation iconographique est présentée en Annexes archéologiques de ce travail (p. 66-86).

4.2. Organisation stratigraphique

5La stratigraphie du site se caractérise par une relative homogénéité dont la mise en place s’effectua en quatre étapes. Sa connaissance repose sur la fouille d’une superficie importante du site (Fig. 16)

Image 100000000000044B000005E03C140F84930E4FC5.jpg

Fig. 18 : Richardménil : plan général des structures

(Plan réalisé par G. Giuliato et Cl. Voignier - 1992)

4.2.1. Phase A

6L’unité stratigraphique la plus ancienne correspond à un dépôt de galets de rivière (1000) recouvert par un dépôt d’argile rougeâtre (1001) très compacte, épaisse d’environ 2.50 m.

4.2.2. Phase B

7Tous les murs et toutes les tranchées de fondation (1100- 1171) sont installés sur ce niveau d’argile. Les murs sont bâtis en moellons calcaires équarris, liés au mortier de chaux et crépis. Dans les fossés, la partie supérieure de la couche d’argile, au contact de l’air et de l’eau, prend une coloration bleutée (1200). Sur la plate-forme, au contact des activités humaines et de déchets organiques, l’argile adopte une teinte noire. Le nettoyage régulier de la demeure et des fossés explique l’absence de dépotoir et de couches d’occupation.

4.2.3. Phase C

8Les trois murs d’enceinte sont démontés soigneusement et les gravats rejetés dans les fossés où ils contribuent à préserver les fondations sur une hauteur de 1 m à 1.50 m. Les murs du logis sont à leur tour détruits et récupérés jusqu’aux fondations puis celles-ci sont rebouchées avec les gravats de manière à aplanir complètement la terrasse.

4.2.4. Phase D

9Le site est laissé à l’abandon au milieu d’un espace transformé en pâturage. Une épaisse végétation, produisant d’importantes quantités d’humus, recouvre le tertre et le fossilise peu à peu ainsi que le fossé.

Phases

US

Nature

Caractères

D

1203-
1204-1205

Terre humifère et gravillons

Abandon

C

1201

Gravats et cendres

Destruction

B

1100-1171

Murs et tranchées

Occupation

A

1000-1001-
1002-1200

Argile

Niveaux géologiques

4.3. Coupe stratigraphique générale sud-nord (Fig. 19)

10Cette coupe stratigraphique coupe le site en son milieu, à la limite des carrés E et F, sur une longueur de 35 m.

11Le carré E7 montre comment les couches naturelles de cailloutis (1000) et d’argile (1001) ont été sectionnées par le creusement du fossé sud. La construction du mur de courtine 1123 fut suivie par la réalisation du puits protégé par les murs extérieurs 1121 et 1107. L’accumulation des gravats provenant de la destruction des parties hautes a préservé les bases de ces constructions.

12Le carré E6 correspond aux corps de bâtiments méridionaux compris entre la courtine 1123 et le mur 1151. Ce dernier n’est plus matérialisé que par sa tranchée de fondation large de 1.15 m, profonde de 0.35 m et comblée de gravats. Le niveau de sol correspond à l’affleurement de la couche d’argile rouge en place (1001), recouverte par la couche de terre noire (1203-1205) qui ne dépasse pas 0.50 m d’épaisseur. Il n’a pas été possible de mettre en évidence un niveau d’occupation clairement matérialisé ce qui conduit à s’interroger sur la fonction de cet espace.

13Le carré E5 correspond à la pièce située au nord du mur 1151. L’argile naturelle (1001) prend une coloration très noire dans la partie supérieure sur une épaisseur de 0.10 m (1171). Sur cette couche apparaît l’empreinte d’une poutre calcinée longue de 1.50 m. Dans la partie nord, on observe une accumulation de tuiles et de morceaux de terrazzo ainsi qu’une poche de terre limoneuse (1172) qui pourrait correspondre au radier d’un foyer disparu.

14Le carré E4 présente les tranchées de fondation du mur 1160 qui correspond à un mur de refend orienté est-ouest et du mur porteur 1154. Elles sont posées sur l’argile rouge et remblayées avec des gravats qui tapissent l’intervalle sur une épaisseur de 0.50 m.

15Le carré E3 recoupe le mur 1154 puis un espace large de 3.70 m caractérisé par un niveau de pavés marno-calcaires (1168) posés sur l’argile rouge. Il vient buter contre la tranchée de fondation 1165 qui mesure 1.20 m de large sur 0.50 m de profondeur. Il ne reste rien de la structure qui s’y trouvait.

16Le carré E2 montre précisément la stratigraphie complexe du côté nord de l’édifice. Le mur de courtine 1130 sectionne l’argile rouge en place dans laquelle il repose. Un espace large de 2.50 m le précède jusqu’au mur de contrescarpe (1132). Dans cette fosse, se sont accumulées des couches de destruction et d’abandon, riches en mobilier archéologique.

17Le carré E1 révèle qu’un mur (1110) vient doubler le précédent du côté nord avec une largeur de 0.90 m pour une hauteur de 1 m. A son tour, il est précédé par un troisième mur (1103) large de 1.25 m, conservé sur 0.50 m de haut. Son arase était masquée par la couche d’argile 1200, elle-même recouverte par les gravats provenant de la démolition de la maison. L’épaisse couche de terre noire (1203) fossilise le tout.

18La coupe sud-nord permet de mettre en relation les constructions périphériques de l’édifice et les structures d’habitation qui ont laissé des traces beaucoup plus modestes au milieu de la plate-forme.

4.4. La coupe stratigraphique générale est-ouest (Fig. 19)

19La coupe correspond au déroulé des parois sud des carrés A2, B2, C2 puis à celui des parois sud des carrés D3, E3, F3, G3, I3, J3, K3 soit une longueur totale de 55 m.

204.4.1. Les carrés A2, B2, C2 fournissent une bonne illustration de la stratification du secteur est avec le fossé. Le mur de contrescarpe (1100), haut de 1.10 m et large de 0.70 m, dont la base se trouve à 225.30 m, incise la couche d’argile rouge en place (1001) et constitue la limite orientale du fossé. Le fond du fossé présente une pente vers l’ouest puisqu’il passe de 225.70 m à 225 m sur la largeur du fossé qui atteint 15 m. La couche 1001 change de couleur dans la partie superficielle pour devenir bleue (1200) avec de nombreuses traces de racines décomposées provenant des végétaux aquatiques qui y poussaient. Le mur 1104, haut de 1.60 m, doté d’un fruit prononcé assure une réelle protection contre les remontées d’humidité. La destruction des murs est matérialisée par la couche de gravats (1201) dont l’épaisseur passe de 0.50 m à 0.20 m plus on s’éloigne de ceux-ci. Une épaisse couche de terre noire (1203) colmate lentement la dépression avec l’aide de quelques dépôts de cailloutis récents (1204).

Image 100000000000059F0000041257558DC79627A8CE.jpg

Fig. 19 : Richardménil : coupes stratigraphiques sud-nord et est-ouest

(G. Giuliato - 1990)

214.4.2. Les carrés D3 à H3 apportent de précieuses informations sur les unités stratigraphiques et l’occupation de la plate-forme.

22Le mur de courtine (1120), large de 0.85 m et haut de 1.15 m est séparé du précédent par une épaisseur de 0.20 m d’argile rouge qui renforce l’étanchéité. L’un et l’autre sont recouverts par les gravats (1201).

23La terrasse est limitée par ce mur et par le mur 1126 situé à une distance de 23 m plus à l’ouest. L’intervalle se divise en plusieurs secteurs qu’il convient de préciser.

24Dans le carré D3, le sol d’occupation se situe à 226.70 m et correspond au sommet de la couche d’argile rouge en place ; il vient buter sur une tranchée de fondation (1150) correspondant à un mur disparu d’orientation nord-sud.

25De E3 à G3, la coupe suit la tranchée de fondation du mur 1154 totalement arraché sauf la première assise à l’extrémité ouest. Cette tranchée haute de 0.55 m est comblée par les gravats (1201). Au-delà de ce mur, la couche d’argile a été creusée sur une profondeur de 0.40 m et une largeur de 4.15 m avant d’être comblée de gravats. Cet intervalle est contigu au mur 1125, large de 0.70 m et haut de 1.50 m qui correspond au mur de courtine.

264.4.3. Les carrés H3 à K3 complètent la connaissance de la stratigraphie du fossé et des défenses de la partie ouest du site. Contre le mur de courtine 1125, vient s’accoler un autre mur (1108), large de 1.10 m et haut de 0.70 m conservé uniquement au niveau de ses fondations creusées dans la couche d’argile (1200) et posées sur la couche de cailloutis (1000). Les deux murs sont recouverts par le niveau de gravats (1201) qui s’étale également dans le fossé sur une longueur de 6 m et une épaisseur se réduisant de 0.70 m à 0.20 m. Le fossé, large de 11.60 m vient buter contre le mur de contrescarpe (1102). Celui-ci présente des fondations hautes de 0.50 m et larges de 0.85 m, dans l’argile en place (1200). Le mur proprement dit, épais de 0.75 m, n’est conservé que sur 0.80 m, sous un amas de gravats qui se prolonge dans le fossé sur une longueur de 2.60 m. Le fossé en partie comblé par les gravats, a été postérieurement largement colmaté par l’accumulation de terre noire (1203). Au-delà de ce mur, on retrouve la stratigraphie naturelle du site réduite à la couche d’argile rouge et à la couche humifère.

4.5. Les structures de la maison forte (Fig. 17-18-30-34)

27Le site présente une série de structures emboîtées qui associent étroitement les usages défensifs et les fonctions résidentielles. Par convention, nous procéderons à leur analyse en allant de l’extérieur vers l’intérieur de l’ensemble.

Image 10000000000001F1000002FEB3BA2928CC6FBEAD.jpg

Fig. 20 : Carré A2. Parement du mur de contrescarpe (1100)

4.5.1. Le mur de contrescarpe

28Ce mur, qui constitue la limite du fossé a été reconnu par une série de sondages sur trois côtés. Toutefois, le côté nord n’a pu faire l’objet d’observations en raison des bouleversements provoqués par le creusement du canal dit « la Rigole des Eaux » en 1860 qui passe à quelques mètres du site. Ce canal est bordé par une levée de terre artificielle faisant office de berge qui recouvre d’éventuelles structures anciennes. Le tronçon est a une longueur de 44 m, le tronçon sud 54 m et le tronçon ouest 47 m. Ce dernier se prolonge en direction du sud où il appartient à l’enclos qui protégeait un potager ou un verger visible sur le dessin de 1608. Sur tout son tracé, le mur n’est conservé que sur une hauteur ne dépassant pas 1.20 m où, à l’exception du secteur nord-ouest, les assises de fondation ne se distinguent pas du reste de la construction. De plus, la tranchée de fondation, creusée dans l’argile rouge en place et comblée avec celle-ci, n’est plus visible. L’intersection des murs est perpendiculaire dans l’angle sud-est, tandis que l’angle sud-ouest se réduit à 85°. Compte tenu de l’importance des cônes de déjection constitués par les gravats provenant de son démantèlement, on peut estimer à deux ou trois mètres sa hauteur initiale. Toutefois, sa fonction défensive était essentiellement passive car il ne possédait aucun accès ni ouverture. On peut également lui attribuer un rôle de protection contre les crues de la Moselle.

Image 10000000000001F1000002F8F3AD100D8D21C543.jpg

Fig. 21 : Carré H4. Côté ouest de la maison forte (murs 1108 et 1125)

Image 100000000000036500000232211CAE2E6DE31D14.jpg

Fig. 22 : Carré C2. Angle nord-est de la maison forte (murs 1111, 1109, 1131)

Image 10000000000001F0000002FA3EB8D97E877288D4.jpg

Fig. 23 : Carré G2-H2. Amorce de la tour nord-ouest (murs 1109, 1137)

Image 100000000000036600000234570AD521465D4E66.jpg

Fig. 24 : Carré G2. Fosse 5. Côté nord de la maison (murs 1132, 1133, départ du conduit dans l’angle à droite)

Image 100000000000036600000238AA41BEE10C786E3A.jpg

Fig. 25 : Carré H2. Fosse 3. Côté nord de la maison (de gauche à droite : murs 1126, 1136, 1135)

4.5.2. Le fossé

29Obtenu par creusement de la couche d’argile en place sur une profondeur de 2.20 m, le fossé a une largeur d’environ 10 m à l’est qui passe de 10 à 8 m au sud. Le côté ouest présente une forte irrégularité puisqu’il passe de 14 à 11 m. Le fond est souligné par une couche d’argile de couleur bleutée contenant par endroits des vestiges organiques décomposés.

4.5.3. Le mur d’escarpe

30La caractéristique de ce mur réside dans le fait qu’il enveloppe complètement la maison mais avec des différences techniques selon les côtés. A l’ouest, épais de 1 m et parfaitement vertical, il (1108) est collé contre la courtine sur une longueur de 24 m. Il se prolonge (1109) en entourant la tour nord-ouest avec une épaisseur réduite à 0.80 m. Au nord, il continue (1110) avec la même épaisseur sur une longueur de 18 m puis il (1111) s’écarte de 0.50 m à 0.80 m de la tour nord-est, ménageant un espace occupé par de l’argile en place. A l’est, il prend une forme nouvelle (1104) avec une base large de 1.15 m se réduisant à 0.50 m par le biais d’un fruit régulier sur une longueur de 22 m. Si la base est séparée de celle de la courtine par un espace de 0.20 m à 0.40 m rempli d’argile, la partie supérieure venait prendre appui contre la courtine. Dans l’angle sud-est, ce mur (1105-1106) constitue à lui seul la tour. Au sud, ce mur (1107), réduit à 0.40 m est séparé du mur 1121 par un espace de 0.40 m colmaté avec de l’argile. Sa longueur initiale peut être évaluée à 21 m bien qu’il n’est été retrouvé que sur 16 m. Les recherches pour retrouver la tour de l’angle nord-ouest sont restées vaines. Ce mur, dont la hauteur primitive n’est pas connue, a pour fonction de renforcer la protection de la maison contre les remontés d’humidité engendrées par les eaux du fossé mais aussi contre d’éventuels tirs adverses. De plus, il rend possible l’installation de défenses sommitales sous forme d’ouvertures de tir desservies par un chemin de ronde et permet d’assurer la sécurité du côté sud avec une ou deux tours. Ces sections de murs constituent un ensemble appartenant à une même phase de construction. Ils traduisent un souci d’adaptation à des nécessités particulières que les indices archéologiques conduisent à dater tardivement.

Image 10000000000001F1000002FA274475AFD7AF1996.jpg

Fig. 26 : Carré E7. Côté sud de la maison forte (murs 1121 – premier plan – 1122 – puits -, 1123 - courtine -)

4.5.4. L’enceinte castrale

31Cet ensemble dessine un quadrilatère irrégulier flanqué de deux tours aux angles nord. La courtine ouest correspond aux murs 1125 et 1126 longs de 26 m et larges de 0.70 m qui forment un angle droit avec la courtine nord. Cet angle est protégé par une tour de 7 m de diamètre hors œuvre aux murs de 1 m (1137). La courtine nord se compose des murs 1136, 1134, 1132 épais de 0.80 m et longs de 25 m. L’angle nord-est est flanqué d’une tour de 5 m de diamètre extérieur avec un mur de 0.70 m. Ces angles droits, rhabillés par des tours qui leurs sont contemporaines, existent dans d’autres sites comme au château de Blâmont dès le début du XIIIe siècle. La courtine est comprend les murs 1131 et 1120, longs de 27 m et larges de 1 m. Elle forme un angle droit avec la courtine sud, matérialisée par le mur 1121 reconnu sur 18 m mais évaluée à 24 m pour une largeur de 0.70 m. L’angle sud-est n’est pas connu avec précision.

Image 10000000000003650000023499C4550533AC93F9.jpg

Fig. 27 : Carré E2. Courtine nord (murs 1130, 1138 – pile du pont -)

Image 10000000000003640000023F97209B5798D97158.jpg

Fig. 28 : Carré E2. Fosse 5. Côté nord (murs 1138 – pile du pont -, 1132)

Image 10000000000003650000024847201BCC3C48F1E2.jpg

Fig. 29 : Carré F2. Fosse 5 (murs 1130, 1132)

4.5.5. Les fosses

32Sur les côtés nord et sud, le mur de courtine domine des espaces clos dont le fond est au même niveau que celui du fossé soit une profondeur de 2 m par rapport au sol d’origine. Les fosses n° 1 et 2 sont situées au sud, de part et d’autre du puits (1122) et communiquent entre elles. Elles sont entourées par les murs 1120, 1121, 1124, 1123. Longues de 17 m, elles ont une largeur qui passe de 1 à 2 m. La fosse n° 3, située dans l’angle nord-ouest mesure 2.80 m x 1.60 m. (Fig. 2-3) La fosse n° 4 lui est contigu, mesure 2.70 m × 2 m et communique par un passage avec la fosse n° 5. Cette dernière est longue de 19 m et sa largeur varie entre 2.60 m et 3.40 m. Toutes ont un profondeur de 2.50 m. Leur comblement est pour l’essentiel contemporain de la destruction de la maison et ne correspond pas à une stratification qui pourrait conduire à les interpréter comme des latrines sauf peut-être pour la fosse 3. La présence du puits dans les fossés sud permet d’écarter l’hypothèse d’un espace rempli d’eau. Celle-ci aurait été la cause d’insalubrité permanente dans ce secteur déjà marqué par l’humidité. Tous ces éléments conduisent à les interpréter comme des fossés secs destinés à renforcer la défense.

4.5.6. La partie habitée

33La maison proprement dite se réduit à un quadrilatère d’environ 26 m × 22 m hors œuvre. Elle est délimitée par le mur 1125 à l’ouest. Au nord, la courtine comprend les murs 1127, 1129 et 1130 larges de 0.80 et longs de 26 m. Sur le dernier, vient prendre appui le mur 1138, construit dans la fosse nord. Il pourrait correspondre à la pile (1.40 m × 0.80 m) qui supportait le pont en bois. Le mur 1120 marque son tracé est long de 21.60 m et large de 1 m. Au sud, le mur 1123 long de 26 m et large de 0.80 m clôt l’édifice d’une superficie voisine de 570 m2. A l’intérieur de ces murs, l’espace était occupé par des éléments bien distincts où paraissent se dissocier une périphérie et une unité centrale.

4.5.6.1. Le logis seigneurial

34Il correspond à un édifice d’environ 13 m × 12 hors œuvre, limité par les murs 1151, 1153, 1154 et 1155, placé au centre. Il se compose d’une pièce principale de 10 m × 6.50 m coupée par un mur de refend (1160) qui devait délimiter une pièce annexe au nord. Le sol de cette grande pièce était constitué par un plancher posé sur des poutres mises dans le sens nord-sud et dont on a retrouvé les empreintes (1157, 1158, 1159) dans l’argile. Elle est complétée par deux pièces, à l’est. La pièce nord-est mesure 6 m × 4.50. Le sol était recouvert partiellement d’un pavage (1162) fait de petits galets jointifs dont il reste une surface de 2.50 m2. On trouve également de nombreux morceaux de mortier de chaux mélangé à de la tuile pilée et présentant une face lisse qui conduit à les attribuer à une sorte de terrazzo. Ces blocs se trouvaient mélangés à un amas de briques (1163) qui laisse penser qu’une cheminée pouvait se trouver à proximité et peut-être un poêle (Fig. 30). La pièce sud-est mesure 3 m × 2.50 m. Dans le mur 1151, on observe une sorte de regard (1171) de 1 m × 0.60 m dans lequel se trouvait un pichet du XVe siècle.

Image 10000000000001F00000040CECDDFA3116D85A66.jpg

Fig. 30 : Richardménil : plan des carrés E6, E5 et E4 (Plan réalisé par Giuliato, 1989).

4.5.6.2. L’aile nord

35Elle correspond à l’espace large de 4 m compris entre les murs 1130 et 1154. Le sol a conservé une partie de son revêtement de petits pavés irréguliers disposés en lignes et maintenus dans l’argile. On observe une première surface (1169) d’environ 12 m2, aux contours irréguliers, séparée d’une seconde surface (1168) d’environ 4.50 m2 par une tranchée de fondation (1167) large de 1 m. Le mur qui s’y trouvait divisait donc cet espace en deux parties. Notons que le secteur 1169 se trouve juste en face du mur 1138 dans lequel on peut voir la pile du pont. Dans ce cas, il correspondrait à l’entrée que la nature du pavage conduit à interpréter comme une courette ou une étable. Aucune trace de pavage n’a été observée dans la partie nord-ouest où cet espace semble avoir été fermé par le mur 1128. Dans cet angle, se trouvait le bas fourneau (1170) posé dans l’argile en place (Fig. 34).

Image 100000000000036700000202268C9D18D3D42956.jpg

Fig. 31 : Vestiges du logis. Fantômes des murs 1151 – premier plan -, 1156 - au second plan -, 1155 – à gauche –

Image 100000000000036600000214F0CB47750D97363E.jpg

Fig. 32 : Vestiges du logis, carré F5. Fantômes des poutres supportant le plancher (de gauche à droite : 1159, 1158, 1157)

4.5.6.3. L’aile est

36Ce secteur n’ayant pas fait l’objet de fouilles nous reste trop mal connu pour autoriser une analyse.

37L’aile sud (Fig. 17-18-34)

38Elle se compose d’un grand espace de 18 m × 4 m compris entre les murs 1123, 1152, 1151 et 1120 où le sol correspond à la couche d’argile en place sans revêtement particulier. On y remarque un calage de poteau (1165) et le radier d’un muret (1164).

4.5.6.4. L’aile ouest

39L’angle sud-ouest semble constituer une grande pièce de 4 m × 5 m communicant avec un second espace de 10 m × 4.75 m ouvert partiellement à ses deux extrémités.

40La stratigraphie observée sur la périphérie du logis se caractérise par une extrême simplicité : un niveau de sol en terre argileuse (1001) recouvert par la couche humifère (1203) très pauvre en mobilier. On peut en conclure que les ailes de la maison correspondaient à des dépendances à fonction agricole : grange, étable, réserve de bois, remise pour le matériel, garde-manger et cellier pauvres en mobilier.

Image 100000000000036600000240E9F00CAC6203EA27.jpg

Fig. 33 : Vestiges de la courette pavée, carrés D3-E3. (US 1168, 1169) et fantôme du mur 1154

Image 100000000000040E000002E041383D8E6449FBA2.jpg

Fig. 34 : Richardménil : Plan des carrés H2, H3 et G3

(Plan réalisé par G. Giuliato, 1989)

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.