Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre deux. Situation et site de la maison forte

p. 29-34


Texte intégral

2.1. Le contexte géographique

1Richardménil se trouve à 15 km au sud de Nancy, dans un environnement topographique caractérisé par le contact de trois entités géographiques fortement individualisées. Ici, le plateau lorrain correspond à l’affleurement des marnes du Lias que traverse la vallée de la Moselle. Celle-ci coupe la cuesta infra-liasique prés de Tonnoy avant de pénétrer la cuesta bajocienne à Pont-Saint-Vincent (Fig. 7).

Image 100000000000040E000003E8BCA3679EC52A43FE.jpg

Fig. 7 : Le cadre physique régional

(D’après l’Atlas de l’Est)

2Au sud, s’élève le plateau du Saintois bordé par un talus prononcé qui atteint 300 m d’altitude et domine le cours d’eau de 70 m. Au nord, s’étend le plateau du Vermois auquel se rattache l’essentiel du terroir de Richardménil. Le sol marneux, tapissé d’alluvions anciennes et fortement lessivé, reste le domaine d’un grand massif forestier. Au centre, la rivière s’est encaissée progressivement à fur et à mesure de la surrection du plateau et a creusé une vallée large de 800 à 900 m dans laquelle son cours n’a cessé de se déplacer en fonction du rapport entre son débit et sa charge1. Tapissé de dépôts fluviatiles récents, le lit majeur offre une multitude de chenaux et de bras morts qui tendent à disparaître depuis le creusement du canal de l’Est au XIXe siècle et en raison de l’exploitation des sablières.

3Le village s’est installé sur le bord du coteau qui domine la rive droite, à une altitude de 250 m. Il mit en valeur un terroir accidenté, offrant une complémentarité d’aptitudes. La vallée fournit le sable, le bois mort, des pâturages permanents et du poisson ; le coteau exposé au sud convient à la vigne, tandis que le revers du plateau fournit l’argile, la pierre, les ressources de la forêt et les cultures de céréales. En 1843, la commune possédait 225 ha en terres labourables, 45 en prés, 14 en vignes, 401 en bois et des friches puisque le territoire communal s’étend aujourd’hui sur 734 ha. L’écart de Laveau disposait d’un four à chaux et d’une tuilerie2. Toutefois, le relief très vigoureux du secteur ne contribua guère à en faire un lieu attractif. Il fallut attendre le milieu du XVIIIe siècle pour que l’Etat décide de réaliser la route royale de Nancy à Epinal par Richardménil. Précédemment, la route passait par Saint-Nicolas-de-Port, Bayon et Charmes, c’est-à-dire qu’elle traversait le Vermois et évitait le lit de la Moselle. De même, le trafic de Nancy vers Neufchâteau passait plus au nord, par Ludres et Pont-Saint-Vincent. On ne passait par Richardménil qu’à condition d’aller jusqu’à Flavigny, situé à 3 km en amont et de prendre le bac pour franchir la rivière (Fig. 8). On pouvait aussi traverser par bateau à Méréville3.

Image 10000000000001F400000151252F2A54C53A5BD0.jpg

Fig. 8 : Flavigny : le prieuré et le bac sur la Moselle en 1601. A.D.M.M. H 123

2.2. Un site de fond de vallée

2.2.1. La topographie naturelle

4Les vestiges d’habitat seigneurial se trouvent au pied de la côte (Fig. 9), dans le lit alluvial de la Moselle, à 250 m au sud de l’église paroissiale4. Grâce à une querelle entre l’un des seigneurs de Richardménil et le prieuré de Flavigny, la topographie primitive des lieux est connue avec précision.

5Les deux maisons fortes s’étaient installées dans un site bien protégé par la nature (Fig. 4 et 5). Au nord, le coteau très pentu ne permettait qu’un accès réduit au pied de la pente, là où courait le chemin allant à Messein. Sur les trois autres côtés, la protection était assurée par un bras mort et par deux méandres très prononcés. Les constructeurs avaient jeté leur dévolu sur le lobe du premier méandre, dont la surface était encore réduite par la présence d’eaux dormantes à l’ouest. Ainsi, la surface disponible ne dépassait pas 300 m × 200. Peu à peu, le second méandre, trop allongé, fut doublé par un chenal plus court qui fonctionnait vers les années 1560. Ce nouveau chenal servait de limite entre les bans des deux communautés. La rive gauche appelée le « Grand Saulcy » appartenait au territoire de Flavigny dont les habitants avaient édifié une forte levée pour protéger le terrain contre les crues. Au contraire, les terres de la rive droite, occupées par des chènevières et par les maisons fortes de Richardménil, subissaient les assauts du courant et les inconvénients des crues qui finirent par rétablir le cours primitif de la rivière. De ce fait, la partie nord du second méandre se trouva rattachée au Grand Saulcy. Les protestations des habitants ne purent convaincre le prieur de Flavigny d’entreprendre une action quelconque pour mettre fin à leurs difficultés. Las d’attendre, le sire de Ludres, Henri Ier fit planter des pieux pour barrer le méandre, creuser une tranchée pour diriger les eaux vers un ancien bras plus au sud et élever une digue avec les matériaux. Ce faisant, il agissait en toute illégalité sur un terrain qui ne lui appartenait pas. Dès 1597, le prieur porta plainte devant le tribunal de Nancy5 car le Grand Saulcy se trouvait désormais séparé du domaine de Flavigny. Le jugement du 16 juin 1601 condamna le sire de Ludres. Une carte dressée le 22 décembre 1601 montre qu’il fut contraint de pratiquer une brèche dans ces ouvrages par où une partie des eaux put à nouveau occuper les deux anciens chenaux6. Une nouvelle carte datée de 1614, indique que la situation ne changea guère dans les années qui suivirent7 et que le dernier cours finit par s’imposer.

2.2.2. L’apport de l’iconographie ancienne

6Les cartes dressées au début du XVIIe siècle fournissent d’utiles précisions sur la configuration de la maison forte. Celle de 1601 juxtapose trois carrés (Fig. 10). Le premier porte l’inscription « Petit château Armoises ». Au sud, le second reste blanc tandis que le troisième, à l’ouest, qualifié de « Parterre », borde le cours de la Moselle.

Image 100000000000040F000005A2D68A148399C6A632.jpg

Fig. 9 : Richarménil. Cadastre de 1808

Image 1000000000000411000002AEAD184395CCA39954.jpg

Fig. 10 : Croquis topographique du cours de la Moselle du 22 décembre 1601

(Dessin et textes d’après A.D.M.M.H 123)

Image 1000000000000412000002B392BC22AF750FBFAA.jpg

Fig. 11 : Croquis topographique du cours de la Moselle du 14 septembre 1608

(Dessin et textes d’après A.D.M.M.H 123)

7La carte de 1608 (Fig. 11) ne présente plus qu’un quadrilatère écorné par la rivière, doté d’une ouverture au nord, sur le chemin, et portant l’inscription « Petit château. Parterre. Chénevière. Jardin ». Dans les deux cas, l’ensemble est protégé à l’est par le « Château de Monsieur de Ludres ».

2.2.3. L’apport du relevé topographique (Fig. 12)

8Le relevé topographique réalisé en 1992 permet d’attribuer le site à la catégorie des tertres quadrangulaires entourés de fossés, sans accumulation de terre. Il se compose d’une plate-forme de 20 m de côté (altitude 227.30 m) bordée par un talus haut de 1 m tombant dans un fossé large de 5 m au fond et de 12 m à l’ouverture. Le vestige est caractéristique des sites de maisons fortes répandus dans toute l’Europe occidentale à la fin du Moyen Âge et qui ne doivent en aucun cas être qualifiés de motte8. Oublié au milieu d’un pâturage, il faillit disparaître lors de la construction du canal dit « la Rigole des Eaux » en 1865.

Image 1000000000000414000003DA1D9073A76A936C6B.jpg

Fig. 12 : Richardménil : plan topographique du site (Plan réalisé par G. Giuliato et C. Voignier, 1992)

Image 10000000000003820000024AD1951CFB20D05BA8.jpg

Fig. 13 : Vue aérienne du site (M. Loiseau – 1985), Tertre, Parterre

Image 10000000000003820000024649D3B59B159C0A9B.jpg

Fig. 14 : Tertre de la maison forte remblayé après la fouille (1989)

Notes de bas de page

1  Nathalie Carcaud, Jean-Claude Bonnefont, Le comportement morphodynamique de la Moselle avant ses aménagements, Géomorphologie, 1997, 4. Nathalie Carcaud, Remplissages des fonds de vallée de la Moselle et de la Meurthe en Lorraine sédimentaire, Thèse de Géographie physique, Université de Nancy2, 1992.
René Frécaut (sous la direction de), Géographie de la Lorraine, Nancy, 1983, p. 33-53 et p. 535-544.

2  Henri Lepage, Le département de la Meurthe, Nancy, 1843, col. 488.

3  A. D. M. M. B 8323 f° 62 r. Le receveur prit à sa charge les droits de traversée payés par les ouvriers venus du Saintois pour travailler au château en 1548. « cinq bichots bledz froment mesure de Nancy par lui délivré savoir aux passages de Méréville ung resaulx et a ceulx de Flavigney ung bichot pour leurs droicts de passer et repasser ung an entier les ouvriers venans besoingner audit château ».

4  Carte IGN 1/25 000 3416 Ouest et 3415 Ouest. Coordonnées Lambert Zone II. X : 882,615, Y : 2405,966 Z : 227 m.

5  A. D. M. M. H 123 1re liasse. Pièces n° 3 et 4 du 12 juin 1597.

6  A. D. M. M. H 123 9e liasse. Carte « du XXII décembre 1601 recogneu de nouveau le 13 septembre 1608 ».

7  A. D. M. M. H 123 1re liasse. Pièce n° 12.

8  Michel Bur (sous la direction de), La maison forte au Moyen Âge, Paris, 1986.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.