Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre premier. Une terre et ses seigneurs

p. 15-27


Texte intégral

1Le secteur fut occupé depuis les temps les plus anciens puisqu’on a retrouvé sur le plateau environnant des outils en pierre de l’époque du Würm1 et une pirogue monoxyle protohistorique dans une gravière2. Au cours d’une prospection, nous avons pu identifier l’emplacement d’un établissement rural gallo-romain sur le coteau ensoleillé au lieu-dit « La Corvée de Trancote »3 situé à 1 km au sud-ouest de l’actuelle église paroissiale. De nombreux indices conduisent à penser que cette terre fut incorporée dans un vaste fisc royal dès l’époque mérovingienne.

1.1. Avant l’An Mil

2Vers 950, Othon Ier donna à l’évêque de Verdun Bérenger une fraction de ce domaine correspondant à la villa de Flavigny. Ce dernier l’offrit à Humbert, abbé de Saint-Vanne qui fit confirmer cette possession par le pape le 9 janvier 9564 puis qui fit transférer les reliques de saint Firmin5 dans l’église paroissiale de Flavigny dédiée à saint Hilaire6. Le cortège passa par Toul, Dommartin-lès-Toul puis longea la Moselle jusqu’à Chaligny. Ce faisant, il traversa un territoire appelé « mansilis Teutberti » lieu proche de Ludres mais qui n’a pas été identifié avec certitude7. La terre de Richardménil alors appelée « mansionile Berenhardi », située à la limite des pagi du Toulois et du Chaumontois était aux mains d’un chevalier qui en donna la moitié à l’abbaye de Bouxières-aux-Dames en 965, mais qui conserva ses droits sur l’église et la réserve8. Un de ses successeurs nommé Richard ne tarda pas à usurper cette concession et il fallut l’intervention de l’empereur Othon II pour qu’il la restitue. Il est vraisemblable que l’ancien toponyme tomba alors en désuétude au profit de Richardménil et cet exemple montre comment les noms de lieux formés sur un anthroponyme pouvaient se modifier avant l’An Mil. Le texte indique que le domaine était peuplé de serfs et disposait de forêts, de vignes, de prés, de paquis, de terres arables et d’un moulin mais aussi d’une église9. Cette intervention de l’autorité publique ne connut guère de succès car l’abbaye ne revendiqua plus jamais de droits sur cette terre. Au cours du XIe siècle, l’abbaye Saint-Epvre de Toul reçut la collation de l’église paroissiale dédiée à saint Pierre et perçut les dîmes dès 111610.

1.2. Les sires de Nancy et la naissance d’une petite seigneurie (XIVe-milieu XVe siècle)

3La terre de Richardménil resta une possession allodiale tenue par un lignage de chevaliers et ne tarda pas à connaître des partages successoraux. Au milieu du XIIIe, elle était aux mains de plusieurs héritiers dont les sires de Gondreville-sur-Moselle qui entrèrent en conflit avec le prieuré de Flavigny à propos des limites des droits de pêche sur la Moselle en raison de l’imbrication des deux bans. Celle-ci resta une source de contestations entre les deux seigneuries. La querelle fut tranchée par la justice ducale11 en 1242.

4Il faut attendre le début du XIVe siècle pour identifier des représentants du ou d’un des lignages portant le nom de Richardménil : Forquignon12 en 1303 et Gilles13 en 1311. En 1354, Wautrin et sa femme vendirent pour 1 400 florins leurs terres à Ferri II, sire de Ludres, qui acquit peu aprés les biens et la maison forte de Richardménil arrivés par héritage aux mains des Lenoncourt14. Les Ludres constituèrent ainsi une seigneurie qui couvrit la majeure partie du ban de Richarménil. Une petite partie resta aux mains d’une autre famille dont les origines sont incertaines. En se basant sur la transmission des prénoms, nous serions tentés d’identifier les premiers maillons du lignage en la personne de Gérard de Nancy15, mort avant 1317, son épouse Simone et leur fils, Renaud16 qui tenaient un fief dans le Vermois (Fig. 2).

1.2.1.

5On ne connaît pas leur degré de parenté avec Colin de Nancy connu en 1359 et décédé avant 1364. Ce dernier participa comme soudoyer aux côtés de Ferry de Ludres à l’ost qu’ Henri V, comte de Vaudémont-Joinville, recruta en 1359 pour lutter avec succès contre les routiers qui ravageaient la Champagne. Tous deux participèrent à l’occupation du château de Passavant-en-Argonne pour obliger le roi de France à les payer et ils reçurent la somme de 15 000 florins à se partager17. Cette complicité entre les deux hommes pourrait se comprendre si on admet que leurs liens d’amitié venaient du fait qu’ils étaient voisins à Richardménil et que Colin y possédait des biens et peut-être une demeure fortifiée.

Image 10000000000002D2000002A4E8F69361365298EB.jpg

Fig. 2 : Les sires de Nancy-Richardménil (XIVe-XVe siècles)

1.2.2.

6Colin pourrait être le père de Renaud qui épousa Hawix de Vaucouleurs, famille bien implantée à Nancy. Le couple décida de fonder une chapelle dans la collégiale Saint-Georges de Nancy18, édifice fondé par le duc Raoul Ier en 1339, consacré en 1341 mais achevé seulement vers 1380. Hawix promit une somme de 100 livres. Le couple eut deux fils : Colin, l’aîné qui donna à son tour 200 florins et Renaud qui survécut à son frère et à ses parents décédés avant 141219.

1.2.3

7Renaud de Nancy nous est connu en raison d’une documentation mieux fournie et sa biographie permet de lever le voile sur un lignage méconnu. En 1383, le jeune écuyer participa à l’ost des seigneurs lorrains qui accompagnèrent le duc de Flandres à Bourbourg, en prévision d’une expédition contre l’Angleterre20. Il figure au 92e rang des participants et au 78e rang des écuyers. Il devint chevalier avant 138821 et acquit ou hérita de biens situés dans le Bassigny, comme à Provenchères-lès-Darney22. Le duc de Lorraine lui confia des fonctions d’arbitrage judiciaire dans la région de Contrexéville23 en 1394. Renaud figura parmi les témoins de l’hommage qu’Alix de Vaudémont prêta au duc de Bar pour la châtellenie de Châtel-sur-Moselle24 en 1400. En 1408, il représenta l’évêque de Metz lors du renouvellement du traité de paix conclu entre les princes lorrains en 1371 pour tenter de limiter les conflits qui ravageaient la région25. La date de son décès n’est pas connue avec précision mais elle est antérieure à 141526. Renaud possédait une fortune foncière non négligeable répartie en plusieurs endroits. Une partie se concentrait à Nancy. On y trouvait l’un des trois fours banaux de la ville, appelé le Four Sacré en raison de sa proximité avec la « maison sacrée » située dans l’actuelle rue Saint-Michel27. Il habitait une maison située prés de la porte Saint-Nicolas28 et possédait une étable pour les chevaux rue Callebray29 et, à côté de celle-ci, une petite maison avec dépendances30 ainsi que des terrains31 plus difficiles à localiser. Ses propriétés finirent par désigner le secteur et on vit apparaître la rue « Monseigneur Renaud de Nancey » qui correspond à l’actuelle rue des Maréchaux. A Richardménil, il possédait une résidence où son épouse devenue veuve se retira jusqu’à la fin de sa vie. L’importance de ses biens ne peut être évaluée mais on sait qu’il fit construire une tuilerie au lieu-dit « En hault des Bernard » proche de ses bois.

8Sentant venir sa fin, il concrétisa les promesses de sa famille en dotant la chapelle fondée par ses parents dans la collégiale Saint-Georges où il choisit d’être inhumé à son tour (Fig. 3). Son testament32, rédigé le 18 novembre 1412 apporte une bonne illustration de sa réussite et de ses moyens financiers. La chapelle, située à gauche de l’entrée, était dédiée à l’Annonciation. Le patronage et la collation étaient partagés avec le chapitre qui se portait garant du service confié au chapelain qui devait nécessairement être prêtre. Ce dernier était tenu à résidence et devait célébrer trois messes par semaine pour le salut des défunts. Renaud assura son logement en lui accordant une petite maison située près de la porte Saint-Nicolas qu’il fit rehausser d’un étage pour un coût de 30 florins. Il lui attribua une rente annuelle correspondant à la moitié des revenus de la tuilerie de Richardménil versés en deux termes, une quarte de cire pour le luminaire et douze reseaux de blé prélevés sur les dîmes d’Acraignes-Frolois. L’épouse de Renaud, prénommée Catherine était issue d’un lignage possessionné en partie à Tonnoy, village distant de 7 km au sud-est de Richardménil. Son père devait être un cadet de la maison d’Herbéviller-sur-Vezouze, près de Blâmont, qui avait épousé Agnés de Tonnoy dont il eut trois enfants :

  • Geoffroy, cité en 1403 qui épousa Béatrice d’Acraignes-Frolois33 ;

  • Agnés qui vivait encore en 1435 ;

  • Catherine.

9Catherine participa à la dotation de la chapelle de l’Annonciation en 1412 mais c’est une fois devenue veuve qu’elle apparut dans la documentation grâce à son testament34 très détaillé. En 1417, elle racheta pour 110 francs le tiers des dîmes d’Acraignes-Frolois, engagé par sa fille au prieuré de Flavigny35. Elle conserva la jouissance de la maison de Nancy et de la maréchaussée voisine36 mais vivait souvent à Richardménil où elle fit rédiger son testament le 11 août 1435 quelques jours avant de mourir (voir Annexes historiques p. 26). Dans ce document, elle donna deux francs à la confrérie de Saint-Georges qui assurait l’entretien de l’église paroissiale de Richardménil et deux autres francs au curé du lieu pour dire des prières et accompagner sa dépouille mortelle jusqu’à Nancy car elle choisit d’être inhumée dans la même fosse que ses deux filles au cimetière du couvent des Dames Prêcheresses37. Celles-ci furent chargées des cérémonies funèbres durant 30 jours après l’inhumation. Elles reçurent 30 francs pour célébrer deux messes par jour et chanter 7 psaumes sur sa tombe et 10 francs pour 30 vigiles. Elles devaient distribuer du pain aux pauvres avec les 30 bichets de blé reçus et du pain aux pauvres veuves avec dix autres bichets et brûler 4 gros cierges dans l’église. Elle accorda aux religieuses des bijoux et ses droits sur les revenus du tiers des dîmes de Frolois avec possibilité de rachat par ses héritiers pour payer un Ave Maria quotidien, une messe anniversaire par an et des prières pour toute sa famille. Enfin, elle donna des bijoux et des vêtements à sa sœur Agnès et à Claude sa petite-fille ainsi que son livre d’Heures à son autre petite fille Catherine. On peut en conclure que le couple possédait à Richardménil une demeure qui lui assurait une réelle sécurité à une des périodes les plus troublées de l’histoire de la région et qu’une maison forte y existait dès la fin du XIVe siècle. Le couple eut trois enfants :

  • Colin, écuyer donna son accord à la dotation de la chapelle en 1412 mais mourut peut être avant 141538 mais sûrement avant 1417 sans enfant39 ;

  • Isabelle, mentionnée en 141540, était religieuse au couvent des Dames Prêcheresses de Nancy où elle mourut avant 143041 ;

  • Jacquette qui suit.

Image 10000000000004100000059A1A8CB9ED88147857.jpg

Fig. 3 : Collégiale Saint-Georges de Nancy (XIVe siècle, d’après le plan de 1706)

1.2.4. Jacquette

10Elle apparaît dans la documentation dès la mort de son père dont elle devint la principale héritière. C’est à ce titre, qu’en accord avec son mari, elle intervint pour la terre de Frenelles42, engagea ses droits sur les dîmes de Folois, signe de leurs difficultés financières43 et reprit en fief des biens situés dans le Bassigny44. Elle mourut prématurement après avoir rédigé son testament le 16 août 1430 et choisit d’être inhumée dans la même fosse que sa sœur Isabelle au couvent des Prêcheresses. Elle accorda à cet établissement des revenus sur des vignes de Nancy-Saint-Dizier et ses bois de Richardménil45 pour célébrer son anniversaire. Elle épousa Gérard d’Essey seigneur en partie d’Essey-les-Nancy, cité avec son épouse en 141546 et en 142547 avant de figurer avec d’autres nobles lorrains à l’assemblée qui entérina la déclaration de Charles II à propos de la succession à la couronne ducale48. Il décéda avant 143549. Ses origines familiales restent entourées de quelques incertitudes malgré des travaux approfondis50. Il serait vraisemblablement le fils de Gilette de Laveline et de Jean d’Essey, connu entre 1381 et 1388, et petit-fils d’Aubert le Jeune, bâtard de Lorraine, connu entre 1345 et 1406. A ce titre, il avait droit de porter les armoiries de la maison ducale qu’il arborait en 1425. Il reçut en héritage des droits sur les deux maisons fortes d’Essey et sur la seigneurie qui s’étendait sur Saint-Max, Dommartemont et Tomblaine51. Cette alliance scellait la réussite sociale des Richardménil et l’apparentait à la famille ducale. Le couple laissa deux filles : Catherine qui suit et Claude qui suivra.

1.2.5. Claude

11En 1435, elle reçut des bijoux et des vêtements de sa grand-mère par testament. Elle hérita de la moitié des biens familiaux avant 1435 en raison de la disparition de ses parents. A cette date, elle était mariée à Guillaume de Lignéville, issu d’un grand lignage lorrain possessionné autour de Vittel et veuf d’Agnès de Joinville. En 1425, il figura dans l’assemblée de la noblesse lorraine52 et participa à la guerre contre les messins en 142953. Il fut désigné comme l’un des exécuteurs testamentaires de sa belle-mère en 1435 et décéda dans les années qui suivirent. Claude connut des difficultés financières puisque, pour payer sa part des réparations faites à la maison forte de Richardménil après l’incendie provoqué par les Messins en 1443, elle fut contrainte d’engager ses biens à sa sœur54 en 1447.

12Elle épousa en secondes noces Gérard de Xabremont avec lequel elle vendit tous ses biens d’Essey à sa sœur en 144855 puis la moitié de la maison forte de Richardménil en 145156. Le couple disparut sans laisser d’enfants.

1.2.6. Catherine

13En 1435, sa grand-mère lui donna son livre d’Heures et des vêtements. Elle était déjà mariée avec Collard des Armoises qui fut désigné comme exécuteur testamentaire. Par acte du 2 août 1447, le couple céda tous ses droits sur la maison forte et la seigneurie de Richardménil à Thierry des Armoises en échange des biens situés dans le Pays Haut57 et dans la vallée de la Meuse. Le couple est encore cité en 144858. Devenue veuve avant 146259, Catherine vivait encore en 147460 mais à sa mort, c’est la derniére représentante de la maison de Nancy-Richardménil qui disparut. Le mariage de Catherine et de Collard des Armoises fut lourd de conséquences pour Richardménil et changea le cours de son histoire comme le montre une documentation qui permet de replacer le site dans un contexte politique régional.

1.3. La seigneurie et les sires des Armoises (milieu XVe-1613) (Fig. 4)

14La maison des Armoises est originaire de Champagne septentrionale et plus précisement du comté de Rethel. A l’ouest de Beaumont-en-Argonne, les villages des Grandes et des Petites Armoises61 se trouvent sur la rivière du même nom dont l’origine vient d’un nom de plante. Au début du XIVe s., ils entrèrent au service du comte de Bar qui leur confia des postes administratifs. Leur grande vitalité démographique leur permit de se diviser en plusieurs branches62 qui conservèrent des droits sur la seigneurie familiale de Fléville-Lixières près de Briey. L’un de ses membres, Simon Ier (†avant 1438), s’implanta dans la région de Nancy par son mariage avec Yolande de Morey63 qui lui donna cinq enfants : Collard, Thierry, Richard, Robert et une fille qui épousa Liébaut d’Abaucourt-sur-Seille64.

1.3.1. Collard

15Il participa en 1429 à la guerre contre Metz puis à la bataille de Bulgnéville en 1431 où il fut capturé et emprisonné durant un an avant d’être libéré contre 600 saluts d’or que la duchesse Isabelle lui remboursa65. Peu après, elle le nomma bailli de Saint-Mihiel66 puis conseiller en 143567. Parallélement à ces responsabilités, un événement de caractère privé au départ, entraîna Collard dans une querelle publique qui fit grand bruit à l’époque et constitue pour nous une illustration des mentalités et des pratiques du milieu du XVe siècle. A ce titre, il mérite qu’on s’y arrête un instant. Au cours de l’été 1441, deux valets des sires des Armoises se rendant à Abaucourt chez le beau-frère de ceux-ci, peu après son mariage, furent capturés par des soudoyers messins68. Malgré de nombreuses tractations, ils n’étaient pas encore libérés un an plus tard69. Collard et Thierry durent se montrer menaçants d’autant qu’ils venaient de signer un accord avec divers seigneurs lorrains pour assurer le maintien de l’ordre dans le Pays Haut70. Les messins se sentant menacés par l’arrivée de routiers français qui renforçaient le camp lorrain prirent peut être les devants en lançant une attaque contre Fléville qui causa pour 12 000 florins de dégats. Devant le refus de la cité de verser des réparations, une guerre ouverte éclata dont les chroniques messines ont conservé le détail. Collard et ses frères s’allièrent aux routiers commandés par le redoutable Robert de Commercy et Philippe de Savigny71 dès le début de l’année 1443. Le 18 mars, ils vinrent incendier les villages de La Maxe et d’Hagondange et une ferme située sur le ban de Woippy en emmenant du bétail72. Le 8 avril, ils s’en prirent à Ars-sur-Moselle ; le 12, forts de 4000 hommes d’armes, ils s’enhardirent jusqu’à attaquer Tignemont, Lorry-devant-Metz et Woippy puis devant l’infériorité des troupes messines, ils poussèrent jusqu’au Pont des Morts à Metz où ils dérobèrent le linge que les femmes lavaient et faisaient sécher73. Les Messins ne tardèrent pas à tirer vengeance de cet affront en s’en prenant aux possession des sires des Armoises. Ils frappèrent par surprise Richardménil où on ne les attendait pas. La petite maison forte fut assaillie et brûlée sans coup férir au mois de mai. L’épisode est relaté par trois sources.

16– « Item en celui mesme temps Petrement de Metz, avec environ sept soldoiours, de quoi Jehan de Chaalon estoit capitaine, et allont panre une forteresse en Loheraine, que s’appelloit Richardmesnil, et l’ardoent tout, portant qu’elle estoit à Collard de Fleville, qui estoit de guerre aux seignours de Metz. »74.

17– « Quand Jean de Challon print Richair-maignei l’an 1442

18Sept hommes armés de la cité

19En Lorraine prindrent un chastel

20Bruslé, pillé, deffourni,

21Qu’on appelle Richair-Maignei. »75

22– « Rychamény prinse par ceulx de Mets. - Item, aussy en cellui tampts, les soldoieurs de Mets allirent prandre une forteresse en Loherenne, appellée Richamenney ; et l’airdirent toutte, car elle appartenoit au devent dit Collas de Fléville. »76.

23Ils attaquèrent ensuite Fléville le 8 juillet avec une troupe de 300 cavaliers et 16 fantassins et pillèrent les territoires de Fléville-Lixières et Ozerailles où ils moissonnèrent les céréales77. Devant l’ampleur du danger et des pertes, des pourparlers furent entamés et les deux parties organisèrent une rencontre à Ancy-sur-Moselle le 23 juillet78 pour aboutir à une paix au mois de novembre 144379. Cet épisode est révélateur du bellicisme qui régnait en Lorraine en raison de l’absence d’une autorité publique et de la présence de routiers venus de France. Le conflit rendit nécessaire la restauration de Richardménil. Collard parvint à y faire face mais sa belle-sœur fut contrainte de lui engager ses biens pour 427 francs. Finalement, Collard décida en 1447, de renoncer à Richardménil trop éloigné de ses autres possessions et céda tous ses droits et ceux de son épouse à son frère Thierry.

Image 10000000000002D2000002D2C0A2F94F30379B0E.jpg

Fig. 4 : Les sires des Armoises-Richardménil (XV-XVIIe siècles)

1.3.2. Thierry

24Il reçut par échange la seigneurie de Richardménil et des parts sur Ecrouves, Savigny-sur-Meuse, Barisey-au-Plain. Il épousa Jeanne de Ville-sur-Illon et occupa le poste de capitaine de Clermont-en-Argonne80. En 1477, il perdit son procés contre le couvent des Dames Prêcheresses au sujet du droit de rachat des dîmes de Frolois81. Ils laissèrent un fils Henri.

1.3.3. Henri

25Nous savons peu de choses sur lui sinon qu’il épousa Yolande de Barisey-au-Plain dans le Toulois, héritière de la maison forte du lieu et de la seigneurie. Elle fut inhumée à l’abbaye de l’Etanche82. Le couple laissa plusieurs enfants :

  • Charles qui suit ;

  • Marguerite, abbesse à l’Etanche ;

  • Claude, prieuse à l’Etanche ;

  • Jaulne, religieuse à Saint-Pierre de Metz83.

1.3.4. Charles

26Il épousa Jeannne ou Yolande de Savigny84 et exerça les fonctions de maître d’hôtel du duc de Guise Claude de Lorraine, et celle de capitaine des mousquetaires85. Tous deux décédèrent avant 1545, laissant 4 enfants :

  • Françoise, religieuse à l’Etanche86 ;

  • Anne, qui épousa en 1547 de Claude de Jussy, capitaine à Vaudémont87 ;

  • Nicole qui épousa en 1545 Ferri de Lignéville, sire de Tantonville, bailli de l’évêché de Toul et dont la dot s’éleva à plus de 1850 francs88 ;

  • Claude qui suit.

1.3.5. Claude

27Il était mineur à la mort de ses parents et fut placé sous la tutelle de François de Bassompierre, chevalier, conseiller, chambellan, premier maître d’hôtel du duc et bailli des Vosges de 1540 à 155389. Il joua un rôle politique important aux Etats Généraux du duché réunis en novembre 1545 à Neufchâteau où il tenta d’empêcher que la duchesse Chrétienne de Danemark n’obtienne la régence des duchés90. Il assura une gestion scrupuleuse des biens de ses protégés en nommant des receveurs compétents. De cette gestion, trois livres de compte nous sont parvenus car ils furent versés à la Chambre des comptes du duché. Il veilla au versement des dots d’Anne et de Nicole et ordonna d’importants travaux de réfection et de consolidation à la maison forte de Richardménil qui était en mauvais état. Le jeune homme résidait tantôt à Nancy, à Barisey-au-Plain et fit quelques séjours à Richardménil en 1548- 154991. Il effectua aussi un voyage en Allemagne92, puis un long séjour en France où il fréquenta la Cour du roi93 et celle du duc de Guise peu avant le décès de celui-ci94. On remarque le coût très élevé des dépenses d’habillement qu’occassionnait cette fréquentation des Cours. Outre les revenus de ses domaines, Claude pouvait compter sur ceux de sa charge de bailli de l’évêché de Toul qu’il exerçait encore en 156795 mais les difficultés financières l’amenèrent à réduire le montant de la rente annuelle versée au chapelain de Nancy. Il parvint à la ramener à une somme fixe de 25 francs96 en 1557 puis à la supprimer moyennant une indemnisation de 500 livres97 en 1572.

28Claude épousa Anne de Norroy après 1549. Elle appartenait à un lignage ancien possessionné dans la vallée de la Seille98. En premières noces, elle épousa Louis de Lucy. Anne était l’une des six enfants de Claude de Norroy, seigneur de Port-sur-Seille mort en 1540 et d’Antoinette de Bassompierre qui décéda en 1550. C’est ce lien de parenté qui explique, en partie au moins, que François de Bassompierre fut chargé de la tutelle des jeunes Armoises. La famille, qui avait fait reconstruire l’église de Port au début du XVIe siècle, possédait une chapelle dans l’aile gauche du transept où une fresque représentait le couple et ses enfants à genoux devant la Vierge99. Elle servait de nécropole familiale et, parmi les pierres tombales encore en place à la veille de la Première Guerre mondiale, se trouvait celle d’Anne dont nous conservons un dessin100 (Fig. 5) et une description due à Léon Germain.

29« La défunte, les yeux fermés, le visage bouffi, porte une coiffe en forme de gros turban à côtes ou de trèfle. La robe, dessinant de larges plis, est tout unie, sauf, au bas, une large bordure avec des festons vermiculés ; le corsage, également d’étoffe unie, forme une sorte de cuirasse, avec une échancrure vers le cou ; les manches, très volumineuses au haut des bras, vont en diminuant de largeur jusqu’aux poignets, où elles se terminent, serrées, par une bordure tuyautée : le tissu ressemble à une imbrication d’écailles ; une large collerette empesée et arrondie semble comporter, sous le menton, des broderies ou festons godonnés. Des mains jointes, descend un chapelet, non fermé, laissant compter treize grains, légèrement espacés ; au bas pend un gland ; au-dessus des mains, une sorte de trèfle, qu’on pourrait prendre pour un ornement du corsage, doit plutôt, pensons-nous, être considéré comme une croix. Le bout des chaussures dépasse la robe ; les pieds, très écartés, ne posent sur aucun objet. Aux quatre coins de l’image sont des écus en losange avec les noms, inscrits au-dessus des deux supérieurs et aux dessous des autres ; les premires indiquent le père et la mère ; les derniers, les deux maris :

301. NOVROY, coupé, lion issant en chef ; 2. BASSOMPIERRE, trois chevrons ; 3. LVSY, trois lions, mal ordonnés ; 4. DES ARMOISES, gironné de 12 pièces ; sur le tout, écu parti101.

31L’inscription suivante se lit sur les quatre bords et revient au-dessus de l’image : CYGIST ANNE DE NOVRROY FILLE / DE HAULT ET PVISAT SEIGNR CLAVDE DE NOVROY ET DE DAME ANTOINETTE / DE BASSOMPIERRE LAQUELLE A EV / DEVX MARY SAVOIR MOSH (?) DE LVSY……. // DECEDA EN OCTOBRE 15… / PRIEZ DIEV POVR SON / AME.

32Cette image méritait d’être présentée, malgré le caractère archaïque du dessin, car elle est la seule réprésentation d’une personne qui vécut à Richardménil. Le couple mourut sans enfant et l’héritage fut partagé entre les deux sœurs de Claude.

Image 10000000000001F2000003B4C3F4C285A3DFB885.jpg

Fig. 5 : Pierre tombale d’Anne de Norroy

(D’après Léon Germain, 1896, Musée Historique Lorrain, Nancy)

1.4. La structure de la seigneurie

33Le receveur qui rédigea le livre de compte de 1545-1546, nous a laissé des précieuses informations sur l’organisation de la seigneurie102.

34Elle comprenait une réserve dans laquelle entraient des bois, des prairies dans la vallée et sur le plateau et un grand jardin, le tout loué par adjudication, un « gagnage » de 150 jours, cultivé par corvées et confié à un adjudicataire, une vigne de 20 jours. Les sujets, de condition servile (dix couples et une veuve), soumis à « une rente de corps » et au formariage, étaient tenus au droit de guet et de garde à la maison forte. Leur affranchissement n’eut lieu qu’en 1551. Sept d’entre eux et une veuve étaient laboureurs et payaient une location pour leurs tenures à laquelle s’ajoutaient les locations de jardins, de vignes et de la rivière sans oublier les banalités pour le four et le pressoir. Enfin, la tuilerie, elle aussi affermée, rapportait 7 000 tuiles par an.

1.5. La disparition de la seigneurie et de la maison forte

35En 1613, la seigneurie se composait de 66 ha de forêt, 20 ha de champs et 4 ha de prairie et la demeure, inoccupée depuis la mort de Claude des Armoises et laissée sans entretien, menaçait ruine. La dernière héritière se résolut à vendre le tout à son voisin, Henri Ier de Ludres qui dut se séparer de sa seigneurie de Coussey pour trouver les 7 500 francs barrois nécessaires103. Cette acquisition lui permit de réunifier la totalité du territoire de Richardménil qui venait compléter le ban de Ludres. Aussitôt, il fit démolir le vieil édifice et récupérer les matériaux pour améliorer son propre château et ses défenses. Un croquis réalisé vers 1614 montre trois tours flanquant un corps de logis percé de deux niveaux de grandes fenêtres à croisées et d’un niveau de petites baies de grenier. Une grande enceinte quadrangulaire, flanquée de tourelles carrées sans couverture, enveloppait un parterre arboré et le château au centre. (Fig. 6).

36Peu après, il voulut contraindre les anciens sujets de la petite seigneurie à venir faire le guet, la garde et à payer le portier du château, considérant que celui-ci pouvait leur servir de refuge comme aux autres villageois. Ceux-ci refusèrent et portèrent le différent devant le tribunal ducal qui leur donna raison en 1622104.

Image 10000000000002D00000023B37D7E51A622DD77D.jpg

Fig. 6 : Maison forte « le Château Bas » des comtes de Ludres vers 1614 (A.D.M.M. H 123)

1.6. Conclusion

37Les sources textuelles permettent de savoir que le territoire concerné fut peuplé dès le haut Moyen Âge et que l’habitat constitué par un village doté d’une église prit des noms différents selon les maîtres du sol pour adopter définitivement celui de Richardménil à la fin du Xe siècle.

38Il constituait un domaine allodial, démembré d’un ancien fisc royal, aux mains de lignages de chevaliers dès cette époque. A la suite de partages successoraux, il se trouva divisé entre plusieurs ayants droit, au début du XIIIe siècle. L’une de ces branches conserva l’essentiel de la seigneurie et y édifia une maison forte en bordure de la Moselle. Au milieu du XIVe siècle, les sires de Ludres en devinrent définitivement propriétaires. Au cours de la première moitié du XIVe siècle, une petite partie devint possession d’un lignage de chevaliers nancéiens qui ajoutèrent à leur patronyme celui de Richardménil et adoptèrent des armoiries « de sable au lion d’or, armé, lampassé et couronné de gueules ». Tout porte à croire qu’ils y possédaient une maison seigneuriale dans laquelle ils séjournaient en alternance avec leur maison située près de la porte Saint-Nicolas à Nancy. C’est ici que se retira la veuve de Renaud, Catherine, qui y mourut en 1435 avant d’être inhumée au couvent des Dames Prêcheresses aux côtés de ses filles, tandis que son fils et son mari reposaient dans leur chapelle fondée en la collégiale Saint-Georges.

39On se trouve ainsi devant une pratique habituelle de l’aristocratie urbaine soucieuse de disposer de domaines ruraux capables d’assurer l’approvisionnement de la maisonnée, mais aussi d’afficher le signe de son statut social. Si le phénomène a peu été étudié pour la région de Nancy, il a parfaitement été mis en lumière pour Metz et se retrouve dans toutes villes d’Europe, en particulier en Italie où la fresque d’Ambrogio Lorenzetti réalisée en 1338 dans la salle du Palais communal de Sienne l’a immortalisé.

40L’absence d’héritier mâle à partir de 1412 amena la seigneurie aux mains de lignages déjà bien possessionnés ailleurs et pour lesquels Richardménil ne fut qu’une petite propriété parmi d’autres. Après 1435, l’alleu connut la pratique de la coseigneurie en indivision. Le mariage d’une des héritières avec un seigneur possessionné dans le Pays Haut, Collard des Armoises, changea le cours paisible de son histoire. En raison d’une querelle privée, un conflit éclata entre son lignage et la ville de Metz qui se vengea en envoyant un groupe de sept soudoyers incendier, par surprise, en 1443, la maison de Richardménil, mal défendue. Collard disposait des moyens financiers suffisants pour restaurer l’édifice et certainement pour en améliorer les défenses, ce qui ne fut pas le cas pour les autres héritiers contraints d’engager leur part. Mais son intérêt pour cette seigneurie ne dura guère et il l’échangea avec son frère Thierry contre d’autres biens familiaux. Ce dernier fut à l’origine d’une nouvelle branche de la prolifique maison des Armoises et acquit des biens dans le Saintois et dans le Toulois, notamment à Barisey-au-Plain qui devint la principale résidence du lignage. Ses membres restèrent au service de la maison ducale et plus particulièrement à celui des ducs de Guise.

41En 1547 et 1548, Claude des Armoises, héritier encore mineur, se trouva placé sous la tutelle de François de Bassompierre, bailli des Vosges et personnage influent de la noblesse lorraine. Conscient de la vétusté et de l’inadaptation de la maison forte aux impératifs du temps, il utilisa une partie des revenus de la seigneurie pour réparer les toitures et les éléments de chauffage du logis. Les dépendances agricoles accolées à la résidence furent réhabilitées mais ce sont surtout les aptitudes défensives que l’on reconsidéra. Deux tours furent édifiées aux angles sud, symétriquement aux deux autres. On vida le fossé nord et on reconstruisit un nouveau mur de contrescarpe. On creusa des fossés larges d’environ 10 m sur les côtés est, sud et ouest. Le chemin de ronde de la courtine nord fut rénové et les créneaux refaits. Deux portes lui permirent de communiquer avec la galerie couverte qui fut installée au sommet des murs de courtine des trois aux côtés. Ces murs virent leur épaisseur doubler par l’adjonction d’un deuxième mur qui rhabilla également les vieilles tours nord.

42A la mort de Claude, vers 1570, la seigneurie passa à ses sœurs et à leurs héritières mais aucune n’y résida jusqu’à ce que la dernière d’entre elles la vende en 1613 au sire de Ludres, leur voisin, qui la fit détruire immédiatement pour conforter sa propre demeure. Ainsi prenait fin l’histoire d’une petite seigneurie et d’une modeste maison forte. Malgré toutes ces informations, les sources écrites laissent en suspens de nombreuses questions. Quelle est l’origine précise de l’édifice ? Quelles transformations furent réalisées après l’incendie de 1443 ? Peut-on connaître l’évolution du plan du logis et des annexes ? Quelles traces permettent d’appréhender la vie quotidienne des occupants ? Pour tenter d’y apporter des éléments de réponse, l’historien doit se faire archéologue.

Annexe historique. Testament de Catherine d’Herbéviller dame de Richardménil
A.D.M. M H 2665 n° 4
On nom du père et du fis et du Sainct Esprit Amen, Je Katherinne de Herbeviller fem (m) e de feu messire Renault de Nancey chevalier ai Dieu p (ar) done. En mon / bon sens et en mai bonne memoire la mercy n (otr) e Signour. Considerant a la saulvete de mon ai(s) me rawardant que nulle avatuer humaine nen pourterait ne amenoit en laultre / siecle fors ceu de bien quelle averait fait en ceste mortel vie aussi considerant tres grant destresse de maladie et encombrement de mort humaine empesche maintes fois si / fort lai raison et lentendement de la p (er) sonne quelle de ces choses ne de ses biens ne puet ordonner et nest nulz que du jour ne de loure dicellui encombrement puisse venir / a certainetes. Et pourtant que ie ne soie sourprise dicellui encombrement en temps que ie suis en boin p (ro) pos et admis au proufit et a la saulvete de mon aime fai ordonne et / devise mon testement ordonna (n) ce et darrienne volunte des biens que dieu mait prester en ceste mortel vie p (ar) la maniere et forme que sensuit. Premier ie rend mon ai(s) me / a Dieu mon creatour le tout puissant qui lai domignait former et creer a sa semblance a la tres doulce vierge maire et a toute la benoite cour de paradis aulquel ie supplie hu (m) blem (en) t / et devotement qui lour plaice recevoir et conduire au vrai port de lour sainct paradis quant elle p (ar) tirait de mon corps. Apres ie veul com (m) and(e) que mes debts soient paiies / mes torfais amendés ceu que on pourrait trouver bonneme (n) t ou ie seroie tenue au rawart de Saincte egl (is) e. Item ie esleig mai sepulture on claustre de lesglise des Religieuses / Dames les Serours prescheresses de Nancey et en la fosse de Jaiquette mai fille cui Dieu p (ar) done a laquelle esglise ie donne trente francs cest assavoir douzes grous pour chascun fran / pour chascun fran pour trentes haultes messes et trente haultes vigilles de mort. Item ie donne encor a ladicte esglise deix frans cest assavoir douze gros pour chascun fran pour / dire sur mai fosse et sepulture les trentes jours que on celeber (o) nt les messes chascun jour les sept psalmes avec les octes (?) si com (m) e le corps fait present lesquelles / trentes haultes messes lesdites Religieuses Dames feront dire et celebrer en lour d(i) te egl (is) e et diront aussi lesdites trentes haultes vigilles avec les sept psalmes et octes (?) / dessudis pour le aimes de my de mes anccessours et successours pour lesquels quarantes frans dessudis jai tantost mis et met des maintenant es mains de la prieuse et / couvent de legl (is) e desdites Religieuses Dames une couppe dargent dourree et couverte. Item ung hault goudet dargent couvert et dorre avec une courroie dargent douree seurre tout au long p (our) ensi que se mes hoirs vouloient paiier aulsd (ic) tes Religieuses Dames serours prescheresses lesdits quarantes frans ensi seroient tenues lesdites Religieuses / Dames de remettre es mains de mesdis hoirs lesdite couppes goudet et courroie sen nulz debas. Item ie veul et ordonne que se ie trespasse lan (n) ee p (res) nte que mes executours / cy desoub nom (m) es faicent faire de trentes biches de bleis le pain pour chascun jour ung bichet de bleis quant on diront et celeberont les messes dudit trentaulz avec dous / grous dargent que mesdits executours feront donner aulz pouves membres n (ot) re signour que seront presens chascun jour quant on celeberont lesd (ic) tes messes et vigiles dessusdites. Item ie donne deix / biches de bleis aulz pouves vesves fem (m) es de la ville de Nancey pour asseuirles deix resaulz de bleis dessud (its). Item ie veul et ordonne que mesdis executours cy desoub nom (m) eis / faicent faire quaitres cierges de dous quairtres de cire pour mettre a la d (ic) te eglise et pour elumer quant on celeberont lesdites messes et vigilles dessud (i) tes. Item ie donne a la / d(i) te egl (is) e desdictes Religieuses Dames les serours prescheresses dudit Nancey pour toujourmaix tout ceu entierement sen rien excepter ne retenir que jai puelz et die avoir tant / ad cause dacquest com (m) e de waigiere en tous les deismes gros et menus à la ville Dacroigne exceptei seix resaulz de bleis que jai donner pour toujiourmaix a la chappelle / ledit feu messire Renault mon marit cui Dieu p (ar) d (on) ne fondee en legl (is) e Collegiale de Sainct George dudit Nancey. Item ie veul et ordoinne que se mesdis hors veullent / racheter lad (ic) te waigière es mains des dessud (ic) tes Religiouses la quelle waigiere Gerard Dascey mon genre et Jaiquette mai fille et fem (m) e dudit Gerard cui Dieu p (ar) done avoient / fais en la main dung priour de Flavigney et ycelle ie veul quil aient le rachet en paiant ausd (ic) tes Religiouses Dames le pris dicelle obligation laquelle jai racheter si co (mm) e / il appert p (ar) les l (ett) res sur ceu faites lesquelles l (ett) res ie veul et ordonne que les (d) ites Religiouses Dames aient p (ar) devers elles pour elles aidier se mestier en avoient la quelle / donnation dessud (i) te jai fait aux dessud (i) tes Religiouses Dames pour cause de ceu que toutes icelles Dames Religieuses prieuse et couvent de ladite egl (is) e que sont ad present / et seront on temps a advenir bien sont et seront tenues a toujiourmaix dire et celebrer chascun jour et en leu com (m) encement des sept hours canonialz ung Ave maria / en l’ (h) onour et reverence de la tres gloriouse benoite Vierge marie avec ung anniversaire chascun an a toujiourmaix et pour estre aussi es biens fais prieres et oroisons de / la d (it) e egl (is) e pour les aimes de my de mes peire meire marit enffans anctessours et successourslesquels deismes gros et menus davandis ie les doie tenir et tanray mai vie / durant tant seulement p (ar) ensi que ie serai tenue tant co (m) me ie vuivrai de rendre et de paier chascun an aulz dessu (ic) tes Religiouses Dames prescheresses deix grous menoie coursauble / aul terme de la nativité n (ot) re signour p (ro) chien venant et après mon decept et trespassement les dessud (ic) tes deismes gros et menus seront et competeront a toujiourmaix en laritaige / auls d (ic) tes Religiouses Dames et ne seront plus tenus mesdis hors de paier auls d (ic) tes Religiouses Dames lesdis deix grous et ce cestoit chose que mes dessudis hors rachetoient la waigiere / dava (n) t d (ic) te es mains desd (ic) tes Religiouses Dames Je veul et ordonne que tantost apres led (it) rachait fait lesd (ic) tes Religiouses Dames prieuse et couvent metoissent en acquest de terre aultrep (ar) t largent de lad (ic) te waigiere affin que lesd (ic) tes Religiouses Dames soient plus tenues de bien faire lour debvoir. Item ie veul et ordonne que la dessudicte / dounation que jai faite aulsd (ic) tes Religiouses Dames tant ceu que on y perait chascun an en quelque mani (er) e que se soit soit distribuer en la maniere que sensuit Cest assavoir lai / moitie auldit couvent et laultre moitie soit distribuer entre lesd (ic) tes Religiouses Dames. Item ie donne a la confrairie de Sainct George en lesglise p(a) rochial de / Recharmesnil dous frans pour une fois pour mettre en la refection de lad (ic) te egl (is) e. Item ie donne au cure de lad (ic) te eglise p(a) rochial de Recharmesnil dous frans pour une fois pour / prier pour laime de my et pour aidier a conduire mon corps jousques Nancey quant ie serai trespasser. Item ie donne a mai fille dame Claude une verge dor en lai / quelle il y ait trois nouques. Item li donne encor une paterure de couraulz. Item ie donne a mai fille Katherinne mes houres. Item li donne encor mon saffis. Item ie / donne a mai suer Agnelz mon tapisde soie et mes dous houppellandes fourres de vairs et pour cest mien present testament ordonnance et darniere volonte pour faire / esseuir et acomplir en la forme et maniere que dessus est dit je nom (m) e et escry pour mes executours messire Willaume de Lignieville chevalier Coulart des Hermoizes escuier et lai dava (n) t d (ic) te Agnes mai suer es mains desquelx ie mes des maintenant tous mes biens moubles et non moubles presens et advenir p (ar) tout ou quil soient / et puissent estre trouves pour p (ar) faire asseuir et acomplir cest mien present testament ordonnance et darriere volunte tout ainsi et en la manie (re)que ie feroie et / pourroie faire se ie estoie en vie et en santei et p (ar) tout present. Et on cais que aulcuns de mesdis executours ne vourroient ou ne pourrroient panre le faix et la cherge de cest mien present testament ordonnance et darriere volunte je veul que se chergerrient aient pouoir de lasseuir et ne veul mie que / on les puisse de plus presser de rendre compte fors de ceu tant seulement quil averoient ou averont receu de mesdis biens et quil et chascun deulx soit creus p (ar) sai / simple parole. En lour suppliant que de cest present testament ordonnance et darriere volunte veullent pour ce faix et la cherge je rappelle et aneantis tous / aultres testamens et codicilles que ie puis ou pourroie avoir fait dava (n) t la date de cestui avissois veul ie et ordonne que cest mien present testame (n) t ordona (n) ce / et darriere volunte soit a toujiourmaix de force et de valour p (ar) toutes les meilleures voies formes et manieres que testament et ordonnance puet et doit valoir / tant p (ar) droit com (m) e p (ar) us et custume de paix. Et pourtant que cest mien testament ordonnance et darriere volunte soit de force et de valour je ai priei et requis / a venerable et discreite p (er) sonne Monsignour lofficial de la cour de Toul que en cest mien present testament ordonnance et darriere volunte veulle faire mettre / le seel de lad (ic) te cour de Toul en signe de verite. Et nous li official dava (n) t a la requeste et supplicacion de la dicte testateresse p (ar) la fiauble relacion de n (ot) re b (ie) n / ames et fiauble Thierry Wautrin de Gerbeviller pr(e) tre cure de Fleiville notaire jure de la dava (n) t d (ic) te court de Toul faite a nous Avons nous fait mettre le / os seel de la d (ic) te court de Toul en cest present testament ordonnance et darriere volunte en tesmoignaige de veritei. Que fuit fait lan de graice n (ot) re Signour / mil quatres cens et trente cinq le onzieme jour du mois daoust. Present Symon Boullay de Port et Dedier fil Jehan le Sarrazin de Nancey massuchier / tesmoignaiges aulz choses dessudictes especialement appelles et requis.
Th. Wautrin Ita est

Notes de bas de page

1  André Janot, Le complexe acheuléen du plateau de Flavigny-Ceintrey, thèse de l’Université de Nancy 1, 1986.

2  La barque est conservée au Musée du Fer de Jarville. Compte-rendu dans Gallia, XL, 1982, p. 336-337.

3  Carte IGN 1/25 000 3416 Ouest. CL II : X : 883, 450 Y : 2405, 460..

4  Michel Parisse, Bullaire de la Lorraine, Annuaire de la Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine, vol. 69, 1969, n° 13.

5  Historia episcoporum Virdunensium, Augustin Calmet éd., Histoire de la Lorraine, 2e édit., II, Pr., col. XI-XII. « Hujus etiam temporibus in praedicta beati Vitoni Ecclesia revelatum est et inventum corpus sancti Firmini per deotissimam foeminam Eugeniam, et pro tuitione civium, suarumque amplificanda opinione virtutum, petitione praedicti Abbatis Humberti, in villam Flaviniacum, regalem quondam fiscum, honorifice translatum est ».

6  Hubert Collin, Les églises romanes de Lorraine, II, Nancy, 1983, p. 178-180. Pierre-Etienne Guillaume, Notice sur le prieuré de Flavigny-sur-Moselle et sur quelques personnages qui l’ont illustré, Mémoires de la Société d’Archéologie Lorraine, 1877, p. 223-328. Alphonse-Joseph Dedenon, Histoire du prieuré bénédictin de Flavigny-sur-Moselle, Nancy, 1936.

7  Translatio Sancti ac Beatissimi Patris nostri Firmini Virdunensis Episcopi, Augustin Calmet éd., Histoire de la Lorraine, 2e édit., III, pr. col. CCCXLIV. « Hilis in via à Domino rite peractis, vespertino tempore diversorium accepimus in loco qui dicebatur mansilis Teutberti non longue à designato beati viri, quam duobus miliariis flumine Mosellae interjecto. In eodem vespertino tempore factum est insigne miraculum stultis hominibus, non modice formidandum patroni nostri merito. Plebis multitudo villae quae dicebatur Lusda sacerdotis sui decreto convenire decreverat ad sancti Firmini deprecamina, cupiens ei offere communi devotione pro peccatorum remediis possibilia de laboribus manuum munuscula. ». Michel Parisse (sous la direction de), Des miracles en Lorraine. Scènes de la vie quotidienne au Moyen Âge (Xe-XIe siècles), Essey-lès-Nancy, 1979.

8  Robert-Henri Bautier, Les origines de l’abbaye de Bouxières-aux-Dames au diocèse de Toul, Nancy, 1987, p. 115. Acte n° 35 du 2 juin
965. « … de quondam praedio quod quidam miles, nomine Ruodfridus, praefato loco pro remedio animae suae contulerat, id est mediam partem praedii quod videbatur habere in loco qui Mansionile Berenhardi dicitur, sito insuper ripam Mosellae fluminis, in pago Tullensi, in comitatu Calmontensi, excepta ecclesia et manso indominicato… .. ».

9  Robert-Henri Bautier, Les origines de l’abbaye de Bouxières-aux-Dames au diocèse de Toul, Nancy, 1987, p. 117. Acte n° 37 signé à Thionville le 10 mai 977.
L’empereur Otton II, sur l’intervention de l’impératrice Théophano et du duc de Lorraine Fréderic, obligea le miles Richard à restituer à l’abbaye de Bouxières le domaine situé à Richardménil donné par Ruodfridus et usurpé par lui « … de quondam praedio quod quidam miles, nomine Ruodfridus, praefato loco pro remedio animae suae contulerat, id est mediam partem praedii quod videbatur habere in loco qui Mansionile Berenhardi dicitur, sito insuper ripam Mosellae fluminis, in pago Tullensi, in comitatu Calmontensi, excepta ecclesia et manso indominicato, quod videlicet praedium Richardus, quidam miles, ab eodem loco violenter postea abstulerat. Cujus petitionem nos quoque, imperiali clementia benigniter suscipientes, hoc idem praedium sacro loco inique ablatumi restirui jussimus atque, imperiali autoritate praecepti, a mater abbatissa praedicti loco et sacris virginibus, pro salute nostri imperii piique nostri genitoris animae remedio, tenendum ac possidendem in perpetuum decrevimus, cum mancipiis utrisque sexus, cum silvis, vineis, pratis, molendinis, terris cultis et incultis, aquis aquarumque decursibus, exitibus et regressibus, et quiquid ad medieatem praefati praedii respicit, exepta ecclesia et manso indominicato quam praediximus. ».

10  Monique Taillard, Reconstitution du cartulaire ancien de l’abbaye de Saint-Epvre de Toul, DES, Nancy, 1952, n° 15. « Apud Richermal-nil decimas Ecclesiae dedit Petrus » (6 octobre 1116), B.N., latin 12.661 f° 16-17 ; n° 16 « Ecclesiam de Ricardimasnilo cum II receptoris et XII denarius » (1210), Ibidem ; n° 17 « Ecclesiam de Richardemasnile cum XII deniers et duobus receptis » (1211), Ibid. f° 21-25. En 1402, l’église fut taxée à 7 sous toulois. Auguste Longnon, Victor Carrière, Pouillés de la province ecclésiastique de Trèves, Diocèse de Toul, Paris, 1915, p. 294.

11  A. D. M. M. H 123 Liasse 3, (9e layette). Acte de mai 1242 du duc Matthieu de Lorraine. « Je math (eu) dux de loherreinne et march (is) fas cognoissant a tous que cum il fust bestant en ma justice entre labei de saint Vanne de Verdun et le priour de Flavigney de une part et monsignour carlon de gondreville et les autres oirs de laluel de Richart mainil dautre part de la pescherie de leave de moselle des la viex forge au ceriseirs jusque au Rusel de la croee saint thiebaut et de la prise des veinres apres toutes les enquestes (…) an tel manniere que ce que je raporteroe (…) ». Le secteur de chacune des parties est délimité avec précision.

12  A. D. Meuse B 256 f° 68v. En janvier 1303, le duc lui engage des terres à Lupcourt pour une valeur de 100 livres.

13  Henri Levallois, Recherche à propos d’une liste de vassaux de Bar l’an 1311, Bulletin de la Société d’Archéologie Lorraine, 1901, p. 212.

14  Gaston-Alexandre de Ludres, Histoire d’une famille de la chevalerie lorraine : Famille de Ludres, Paris, 1894.

15  A. D. M. M. B 881 n° 16.

16  A. D. M M.B 881 n° 18.

17  Gaston-Alexandre de Ludres, Histoire d’une famille de la chevalerie lorraine : Famille de Ludres, Paris, 1893, p. 72-73.

18  Jean-Luc Fray, Nancy-Le-Duc, Essor d’une capitale princière dans les deux derniers siècles du Moyen Âge, Nancy, 1986, p. 97-106.

19  A. D. M. M. H 2665 n° 4.

20  Pierre Marot, Les seigneurs lorrains à l’ost de 1383. Expédition de Charles VI à Bourbourg, Epinal, 1926, p. 48.

21  B. N. Lorr., vol. 613, p. 682. Les armoiries de la famille étaient de sable au lion d’or, armé, lampassé et couronné de gueules. Jean-Christophe Blanchard, L’Armorial de Jean de Haraucourt, manuscrit du XVIe siècle conservé au Musée lorrain, Lotharingia, X, n° 63, p. 100 et p. 91.

22  A. D. Meuse B 2630 (1390-1397). Compte de Berhier de Vézelise, gruyer du baillage du Bassigny. La seigneurie de Provenchères se partage entre le duc de Bar, l’abbé de Luxeuil, Champion de Montureux et « Regnal de Richardmeni ».

23  A. D. M. M. B 798 n° 77. Acte du 2 avril 1394 (anc. st.).
Procès entre les habitants de Contrexeville et ceux de Mandres à propos du droit de pâture. Il fallut organiser une journée pour délimiter les deux bans séparés par le finage d’Houtioncourt « qui est danciennetey ville et cure et act ban et ran de tel tamps quil nest memoire du contraire ». Il fallait que ceux de Contrexeville traversent ce ban. L’enquête retrouva les bornes entre Contrexeville et Houtioncourt. La commission était composée de Regnart de Brixey écuyer, bailli du Bassigny, seigneur « Regnault de Richarmany, chevallier », Liébault de Landrecourt, chevalier, Girard de Seroncourt écuyer.

24  A. D. M. M. B 611 n° 1. Acte du 8 février 1399 (anc. st.).
Robert duc de Bar vint à Châtel-sur-Moselle où il reçut l’hommage d’Alix de Vaudémont, veuve de Thiébaud de Neufchatel, tué à Nicopolis. Parmi les témoins appelés par le duc nous trouvons « Desquelles choses dessus dites le dit duc monseigneur le duc demanda instrument ung ou plusieurs a nous notaires publiques ci de soubs escrips presens ad ceu nobles et puissans seigneurs mons. Henri seign. de Bla (n) mont mons. Amey de Sarrebruche seign. de Com (m) arcey et de Venisoy. mons. Philibert seign. de Beffroymont. mos. Jehan seign. de Villesorillon. mos. Rogue de Hainge. mons. Phelippe de Montinscrin. mos. Jehan de Ludes. mons. Renault de Richarmesnil. mos. Colart de Leno (n) court. mos. Colart de Foug chlrs. ».

25  A. D. M. M. KK 1127 n° 58. Acte du 2 juillet 1408.
Renouvellement pour 6 ans du traité de paix entre le duc de Lorraine, le duc de Bar, l’évêque de Metz, et la ville de Metz signé en 1371. Chaque seigneur a des représentants.
Ceux de l’évêque de Metz sont : « Messire Renaud de Richard Mesnil chevalier et Joffroi de Sampigny ». Ceux du duc : Collignon de Ludres, bailli de Nancy et Henry Bayer, bailli d’Allemagne.
Ceux du duc de Bar : Richard des Armoises, maréchal et Jean des Armoises, bailli de Saint- Mihiel. Voir aussi Dom Jean François et Dom Nicolas Tabouillot, Histoire de Metz, Paris, 1974, IV, p. 616. Acte du 2 juillet 1408.

26  A. D. M. M. H 2684 n° 1b.

27  Jean-Luc Fray, Nancy-Le-Duc, Essor d’une capitale princière dans les deux derniers siècles du Moyen Âge, Nancy, 1986, p. 92. et A. D. M. M. H 3052 pièce n° 10. Acte du 11 septembre 1411. « Saichent tuit que co (m) il ait en la fermetei et ville de Nancey trois fours banaulz, ung appartenant a leglise collegiale monsignour Sainct George de Na (n) cey laultre a la maison du Vief aytre davant Nancey et laultre a mess Regnaul de Richarmesnil ch (eva) l (ie) r… ».

28  A. D. M. M. G 345 n° 69. Acte du 10 juin 1396 ; « Item seix toul lois sur le meix dou dit Jaiquemin darrier la maison mess. Renaul dessuer la porte Saint Nicholay decoste le gay le meschier. ».

29  A. D. M. M. G 614 fol. 2v. Compte 1435-1436. « Item Jehan Jadnellette dit le masson doit sur sa maison laquelle fuit Jennot Lepour seant en la rue callebray entre la merchaucie Dame Catherine de Rechartmesnil dunepart et les hoirs Demandre doutrepart. Et encor sur un meix ver le chamin de lormes. ».

30  A. D. M. M. H 2665 n° 4 f° 4r.

31  A. D. M. M. H 528 n° 380. « desoubz lorme on leu con dit on chanoy ent (re)les hoirs feu mess (ire) Regnault de N (an) cey ch (evalie) r cui Dieu p (ar) donne… ». Acte du 17 août 1431.

32  A. D. M. M. H 2665 n° 4 f° 1-6. (copie du XVIe siècle).

33  A. D. M. M. H 2665.

34  A. D. M. M. H 2665 n° 6. Elle donna six reseaux de blé sur ses droits sur les dîmes d’Acraignes-Frolois. (Voir Annexe historique p. 26-27).

35  A. D. M. M. H 2675 f° 18-19.

36  A. D. M. M. G 614 f° 2v.

37  Jean-Luc Fray, Nancy, Atlas historique des villes de France, Paris, 1997. Jean-Luc Fray, Nancy-Le-Duc, Essor d’une capitale princière dans les deux derniers siècles du Moyen Âge, Nancy, 1986, p. 93.

38  A. D. M. M. H 2684 f° 19.

39  A. D. M. M. H 2665.

40  A. D. M. M. H 2684 f°1b. Sa soeur l’autorise à racheter pour 30 écus l’alleu paternel situé à Puiseux et Fresnelles dans les environs de Mirecourt. Acte du 16 juin 1415.

41  A. D. M. M. H 2665 n° 8b.

42  Voir note 39.

43  A. D. M. M. H 2665 n° 5b. Ils engagent leurs droits au prieuré de Flavigny pour 95 francs et 12 gros le 20 avril 1417.

44  A. D. M. M. B 752 n° 62. Ces fiefs, tenus autrefois par son père, se trouvaient à Saint-Julien, à Lamarche et à Provenchères. Acte du 12 mars 1424.

45  A. D. M. M. H 2665 n 8b. Elle donna 15 gros par an sur le cens de ses vignes de Saint-Dizier et 20 florins 10 gros sur les bois de Richardménil.

46  Voir note 39.

47  A. D. M. M. H 532. Acte du 23 septembre 1425 dans lequel il procède à un échange de biens avec l’abbaye de Clairlieu.

48  A. N. J 933 n° 4. Acte du 12 décembre 1425. A. D. M. M. B 326 f° 17. (Copie de 1577).

49  A. D. M. M. H 2675 f°17-18.

50  Georges Poull, La Maison ducale de Lorraine, Nancy, 1991, p. 540-
543. Sur son sceau on peut voir « un écu à la bande chargée de trois alérions et accompagnée en chef, à dextre d’un écusson. Ecu timbré d’un vol dont la base porte la bande à trois alérions ».

51  Gérard Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, 1992, p. 116-120.

52  Emile Duvernoy, Déclaration faite par les gentilshommes lorrains le 13 décembre 1425, Bulletin de la Société d’Archéologie Lorraine, 1991, p. 181.

53  Dom Jean François et Dom Nicolas Tabouillot, Histoire de Metz, Paris, 1974, V, p. 187.

54  A. D. M. M. H 2665. Acte du 2 août 1447. Elle engagea sa part pour 427 francs à sa sœur et à son beau-frère qui avaient payé les réfections de la maison. « … desquelles terres maison et signeiries lesdit Collard et… . Katherine en tenoient… la moitie en gagier de Dame Claude Dessey suer a ladite damoiselle Katherine pour la somme de 427 francs comme il pueut apparaître par certaines lettres sur ce faites que ledit Thiedit en a… et pour certaines refections que lesdits Collard et … Katherine… y ont faites ».

55  A. D. M. M. B 832 n° 7.

56  A. D. M. M. H 2665. Acte du 10 janvier 1451 et acte du 18 novembre 1477. « … lesquelz Girard de Xabremont et Claude… vendirent ja pieca audit feu Collart des Hermoises et a sa dicte femme la moictié de la forte maison et tout ce que icelle Claude avoit et povoit avoir en ladicte seignorie de Richardmenil avec tout tel droit… quilz avoient esdites dismes Dacreugnes qui estoient en gage es mains desdites deffenderesses (les Dames Prêcheresses)… ».

57  A. D. M. M. H 2665 n° 6. « … Et en lencontre et a recompenssation de ce ledit Thiedry des Hermoises a et en porte… la maison forteresse terre et seigneurie de Richarmesny et… ».

58  A. D. M. M. B 709 n° 38.

59  A. D. M. M. H 2665. Elle vend pour 20 florins de droits sur les dîmes de Frolois.

60  Georges Poull, La Maison ducale de Lorraine, Nancy, 1991, p. 543.

61  Ardennes, arr. Vouziers, c. Le Chesne.

62  Augustin Calmet, Histoire de Lorraine, 2e édit., V, Généalogie, col. CLVII., M.-H. Vincent, La maison des Armoises, originaire de Champagne, Mémoires de la Société d’Archéologie Lorraine, 1887, p. 198- 222, Laurent Lemercier de Morière, Recherches sur la famille des Armoises et en particulier sur la Branche de Neuville, Mémoires de la Société d’Archéologie Lorraine, 1881, p. 3-19., Léon Germain de Maidy, Recherches sur la famille des Armoises. La Branche d’Autrey, Mémoires de la Société d’Archéologie Lorraine, 65, 1920-1922, p. 1-32.

63  Meurthe-et-Moselle, arr. Nancy, c. Nomeny. Sur cette famille voir Gérard Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, 1992, p. 157-158.

64  Meurthe-et-Moselle, arr. Nancy, c. Nomeny. Sur cette famille voir Gérard Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, 1992, p. 70-72.

65  Georges Poull, La bataille de Bulgnéville, Les Cahiers d’Histoire, de Biographie et de Généalogie, Rupt-sur-Moselle, 1965, p. 16.

66  Henri Lepage, Les offices des duchés de Lorraine et de Bar, Nancy, 1869, p. 107.

67  Georges Poull, La bataille…, p. 16. En 1441, il fit partie de la délégation qui rencontra Charles VII au sujet de la guerre en Lorraine.

68  Dom Jean François et Dom Nicolas Tabouillot, Histoire de Metz, Paris, 1974, V, p. 383-385.

69  Ibidem, p. 406-407.

70  Augustin Calmet, Histoire de Lorraine, 2e édit., V, col. CLXV.

71  Chronique ou Annales du Doyen de Saint Thiébaud de Metz, éd. Dom Augustin Calmet, Histoire de Lorraine, 2e édit., V, Pr. col. CI. « En celledicte année de l’an MCCCC et XLIII ans estoient nos seignours de Metz de guerre, aux seignours ci-après escript ; c’est assavoir, à seignour Robert de Commercey, à Collard de Fléville, et à ses II frères, et à Phelippet de Savegney… ».

72  Ibidem. « Item le jeudy XXVIII jour de mars, l’an dessusdit que fut devant le mey-Caresme, vinrent ceux de Fléville boutter les feuz à Maxie et Agondange, bien matin, et coururrent jusques à la grand Sople, et prinrent les bestes, et puis retournèrent à ladite Fléville sans perdre. ». La grande Sople correspond à la ferme isolée de la Grande Tappe située sur la commune de Woippy.

73  Ibidem col. CII « Audit an MCCCC et XLIII. le dimanche de Judica, que fut le VIII jour d’avril, courrirent ceulx de Fléville jusques au moustier d’Aix-sur-Muzelle, et tuont iii hommes de la ville d’Ais, et en prirent v mais ceux de ladite Ais se deffendont si bien, qu’ils tuont ung homme d’arme, et en navront plusiours, et gaignont iii chevalx de selle. Item le judy devant les Palmes, l’an que dessus, fut le XII jour d’avril, vinrent ceux de Fleville et de Commercey, avecq Phelippe de Savigney lour capitaine, en nombre de CCCC de fritche (?) gens d’armes, boutter les feux à Tignomont, Lorrey et à Wappey ; et chasserent nos gens d’armes de Metz jusques tout sur les ponts des Mors, puis s’en allirent en une corwee devant les ponts, et là s’arangirent en belle bataille, bien l’espace de demie houre, et prinrent des couvrechiés et des dreppelz que les femmes essuyoient audit pont des Mors, et pris s’en rallont geoir à Maillatour tout paisiblement. ».

74  Ibidem col. CIII.

75  Chronique en vers des Antiquités de Metz, Augustin Calmet édit., Histoire de Lorraine, 2e édit., III, col. CCCVIII.

76  La Chronique de Philippe de Vigneulles, Charles Bruneau éd., II, 1927-1933, Metz, p. 277.

77  Chronique ou Annales du Doyen de Saint Thiébaud de Metz, Augustin Calmet éd., Histoire de Lorraine, 2e édit., V, Pr. col. CIII. « Item le viii jour de juillet audit an CCCC. et XLIII furent nos seignours de Metz et soldoyers devant Fléville, en nombre de CCC. chevaux, doncq sires Jehan Bauldoche chevalier, et Joffroy de Warixe furent capitaines, et bien XVI hommes de pied que de Mets, que dou Vaulx, et coppirent les bleds de trois fins ; c’est assavoir, de Fleville, de Lexieres et d’Aizerailles, et puis firent nosdits seignours et soldoyours ung assault devant la maixon de Fleville. ».

78  Dom Jean François et Dom Nicolas Tabouillot, Histoire de Metz, Paris, 1974, V, p. 423.

79  Chronique ou Annales du Doyen de Saint Thiébaud de Metz, Augustin Calmet éd., Histoire de Lorraine, 2e édit., V, Pr. col. CIII.

80  Augustin Calmet, Histoire de Lorraine, 2e édit., IV, col. CLXXI-CLXXII.

81  A. D. M. M. H 2665

82  Manuscrit du XVIe siècle de l’abbé Welter, et note 79.

83  A. D. M. M. B 8321 f° 47-48 et B 8323 f° 46 r. Toutes trois vivaient en 1548-1549.

84  A. D. M. M. B 8321 f° 48 « … feu ma dame des armoises Janne de Savigny » vivait en 1538. Augustin Calmet, Histoire de Lorraine, 2e édit., IV, col. CLXXI-CLXXII parle de Iolande.

85  A. D. M. M. B 8321 f° 1r.

86  A. D. M. M. B 8323 f° 46r. B 8321 f° 48r

87  A. D. M. M. B 8321 f° 49r. A. D. M. M. B 8323 f° 46r. La dot s’éleva à 3060 francs. Anne reçut également la seigneurie de Herbache dont elle portait le nom.

88  A. D. M. M. B B8319 f° 32v-33r.

89  Henri Lepage, Les offices des duchés de Lorraine et de Bar, Nancy, 1869, p. 94. A D M M B B8319 f° 1r « Monsigneur de Bassompierre… . Tuteur maiboure des corps et biens dudit seigneur des Armoises ».

90  Georges Poull, La Maison ducale de Lorraine, Nancy, 1991, p. 210.

91  A. D. M. M. B 8323 f° 63 r.

92  A. D. M. M. B 8321 f° 49r. CCXXXIX fr. V gr. pour frais d’habillement lors du retour d’Allemagne du sire des Armoises en 1548 ; LII fr. VIII gr. pour habiller le sire des Armoises a son retour d’Allemagne 1548 ».

93  A. D. M. M. B 8321 f°49r. B 8323 f°46r. « CC cens frans (…) pour envoyer audit sire es Armoises estant en France pour soy mettre en equipage pour lentree du roy ».

94  A. D. M. M. B 8323 f° 47r. « la somme de soixante et ung frans cinq gros neuf deniers par luy forny (..) par ordonnance dudit sire son maistre a son partement de Nancy pour aller a la cour de monseigneur le duc de Guise ».

95  Augustin Calmet, Histoire de Lorraine, 2e édit., IV, col. CLXXI-CLXXII.

96  A. D. M. M. G 413 armoire 4.

97  A. D. M. M. G 287 f° 315r.

98  Gérard Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, 1992, p. 187-191.

99  Henri Lepage, Les Communes de la Meurthe, Nancy, 1853, p. 384.

100  Léon Germain, Les pierres tombales de l’église de Port-sur-Seille, Mémoires de la Société d’Archéologie Lorraine, 1896, p. 229-268 et gravure n° 7.

101  Jean-Christophe Blanchard, L’Armorial de Jean d’Haraucourt, manuscrit du XVIe siècle conservé au Musée lorrain, à Nancy, Lotharingia, X, 2001, p. 81-125. Cet armorial permet de compléter le blasonnement des écus. n° 136. Bassompierre : d’argent à trois chevrons de gueules ; n° 37. Lucy : d’argent à trois lionceaux de sable, armés, lampassés et couronnés d’or ; n° 207. Armoises : gironné de douze pièces d’or et d’azur, à l’écusson de gueules.

102  A. D. M. M. B 8319 f° 1-25.

103  Gaston-Alexandre de Ludres, Histoire d’une famille de la chevalerie lorraine : Famille de Ludres, Paris, 1893, p. 330-331. L’auteur a travaillé à partir de documents provenant des archives privées de sa famille.

104  Ibidem, p. 349. « Le seigneur de Richardménil prétendait obliger les habitants du village à faire le guet, jour et nuit à leurs frais… . Les demandeurs répondirent qu’il y avait deux seigneuries à Richardménil, celle dite des Armoises et celle de Richardménil. Ils ne niaient pas que les prédécesseurs du seigneur des Armoises aient pu les contraindre au guet, car ils étaient de condition serve, mais ils ont été affranchis en 1551. Du reste, la maison seigneuriale dite des Armoises est ruinée de fond en comble, les fondements rasés, et on ne peut les obliger à faire le guet à une autre maison qu’à celle des Armoises. Le seigneur répondit que les deux seigneuries qui existaient autrefois au dit Richardménil étaient confuses en lui… et qu’ayant une maison forte, laquelle pouvait servir de refuge à tous les habitants du dit lieu, il était juste qu’ils le gardent… et en cette occasion, voulant y fortifier son château et maison forte, il y avait employé les matériaux du dit château des Armoises. »

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.