Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 13-14


Texte intégral

Image 10000000000002AE0000025ADDB56670B9BA98F1.jpg

Fig. 1 : Carte de localisation

1Parmi la centaine de sites d’habitat seigneurial qui constituait le corpus d’une précédente enquête1, les maisons fortes occupèrent une place de choix. Avec une soixantaine de sites, elles autorisèrent des conclusions régionales qui purent être rapidement confrontées aux travaux menés par d’autres chercheurs dans l’Est de la France et dans toute l’Europe occidentale à l’occasion d’un colloque international organisé à Pont-à-Mousson en 19842. La problématique se révéla particulièrement stimulante puisqu’elle fit sortir de l’ombre un mode d’habitat qui marqua profondément les parcellaires ruraux et villageois et joua un grand rôle dans l’encadrement des populations des campagnes jusqu’à l’Epoque contemporaine. Toutefois, l’étude se trouvait déséquilibrée en raison de la prédominance des sources textuelles et iconographiques et d’une approche archéologique dominée par la prospection au sol et l’étude monumentale des vestiges encore souvent habités. Mais que savait-on des structures des édifices détruits ? Répondaient-ils aux caractères typologiques des monuments encore en élévation ? Que connaissait-on du mode de vie quotidien de leurs occupants ? Se rapprochait-il de celui de la paysannerie aisée ou de celui de la haute noblesse ? Les réponses relevaient généralement de la projection des connaissances acquises par les fouilles de mottes castrales alors particulièrement à l’honneur depuis le colloque de Caen en 19803. Mais comment tenir pour vrai ce qui relevait de l’hypothèse ? Comment croire que les réalités des XI-XIIe siècle étaient les mêmes que celles des XIV-XVe ? Les sites fouillés étaient rarissimes et mêmes les plus emblématiques comme Villy-le-Moutier4, n’avaient fait l’objet que d’investigations partielles sans publications de mobilier à la différence de l’Allemagne5.

2Ces interrogations m’amenèrent à me tourner vers un site qui avait éveillé mon attention, celui de Richardménil à 15 km au sud de Nancy (Fig. 1). Il présentait en effet les caractères spécifiques de la maison forte située à l’écart du village, dans un site marécageux et consistait en une modeste plate-forme quadrangulaire entourée d’une dépression de 1 m. L’absence de tertre tronconique et de basse-cour ovoïde jointe à une documentation écrite attestant une occupation tardive, permettait d’écarter toute confusion possible avec un château à motte. Inconnu des travaux antérieurs ou situé à tort prés de l’église paroissiale, le site avait miraculeusement échappé à une destruction totale lors du creusement d’un canal au XIXe siècle ainsi qu’à tout nivellement occasionné généralement par les labours. En effet, ce secteur proche6 d’une exploitation agricole était utilisé comme pâturage pour les chevaux et les jeunes bovins en raison de son humidité garantissant un herbage permanent. De plus, les faibles dimensions du vestige qui s’inscrivait dans un carré d’une cinquantaine de mètres de côté laissaient présager une durée raisonnable des travaux et la mise en œuvre de moyens limités tant il est vrai que la recherche doit tenir compte de la logistique si elle veut aboutir.

3Fort du soutien scientifique de l’Unité Associée au CNRS (UA 1006) et des autorisations de la Direction des Antiquités Historiques de Lorraine7, les travaux purent s’engager dès le mois d’août 1984 et se poursuivre jusqu’en 1989 à raison de deux à trois semaines par an. MM. Jean et Jacques Choné, qui exploitaient cette parcelle appartenant au domaine du Bas Château8, manifestèrent leur intérêt pour cette entreprise en mettant à notre disposition un local qui facilita l’hébergement des bénévoles. Ces chantiers, au cours desquels une centaine de lycéens et étudiants s’initièrent et se perfectionnèrent aux méthodes de la fouille stratigraphique, se déroulèrent parfois dans des conditions matérielles et climatiques difficiles mais vite oubliées au regard du sentiment de partager une activité scientifique. Leur réussite doit beaucoup à notre collègue Colette Thiébaut († 2001) qui assura avec efficacité la lourde tâche de l’intendance. Personne n’oubliera la participation de notre ami André Janot († 2000) qui n’avait pas son pareil pour « sentir le terrain » ni ses qualités exceptionnelles de dessinateur9 sans lesquelles l’étude du mobilier n’aurait pu être mise en route. Surmontant les revers que la vie lui infligeait, il resta jusqu’à la veille de sa disparition brutale notre plus fidèle soutien dans cette entreprise. Bien des années s’avérèrent nécessaires à l’aboutissement de ces travaux après qu’une nouvelle équipe a été formée au sein du Laboratoire d’Archéologie Médiévale de l’Est de la France (LAMEST) à Nancy (UMR 7002).

Notes de bas de page

1  Gérard Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale (Xe-XVe siècle), thèse de Doctorat de 3e cycle, Université de Nancy, 1984.

2  Michel Bur (sous la direction de), La maison forte au Moyen Age, Acte de la Table ronde de Pont-à-Mousson, 31 mai-3 juin 1984, Paris, CNRS, 1986.

3  Les fortifications de terre en Europe occidentale du XIe au XIIe siècle Actes du colloque de Caen, 2-5octobre 1980, Archéologie Médiévale, XI, 1981, p. 5-123.

4  Jean-Marie Pesez, Françoise Piponnier, Villy-le-Moutier : recherches archéologiques sur un site de maison forte, Château-Gaillard, VI, Caen, 1972, p. 147-163. Roger Bertrand, La vie quotidienne au manoir de Sainte-Geneviève à Inzinzac-Lochrist, Le manoir en Bretagne 1380- 1600, Cahiers de l’Inventaire, Paris, 1993, p. 213-219.

5  Dietrich Lutz, Die Wasserburg Eschelbronn bei Heidelberg, ein Niederadelssitz des 13. bis 18. Jahrhunderts, Château-Gaillard, VIII, Caen, 1977, p. 192-222.

6  Cadastre révisé en 1980, section AB, parcelles n° 115.

7  Nous tenons ici à remercier MM. Michel Colardelle, Jean-Luc Massy et Mme Joëlle Burnouf qui exercèrent cette fonction.

8  Ces locaux correspondent à l’ancienne maison forte des sires de Ludres dont il serait fait état dans ce travail. En 1984, la terre appartenait toujours à la famille de Rohan résidant en Bretagne et héritière des comtes de Ludres disparus en ligne directe au début du XXe siècle.

9  Le doyen Jean Schneider avait remarqué l’intérêt d’André Janot pour l’archéologie et l’avait encouragé à réaliser son rêve d’entreprendre des recherches sur la préhistoire. Il en résulta une thèse soutenue en géologie à l’Université de Nancy 1 en 1986 et qui reçut le prix Antoine Prost de l’Institut.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.