Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Avant-propos

p. 9-10


Texte intégral

1Ce livre est l’aboutissement d’une longue enquête qui permet de faire mentir l’adage selon lequel les archéologues ne publient pas le résultat de leurs travaux.

2La genèse de ce travail remonte aux années 1984 et à l’achèvement d’une thèse consacrée aux châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale au Moyen Age1 qui avait permis de dégager les caractères historiques, sociologiques et archéologiques de ces habitats seigneuriaux et de les comparer à ceux des autres régions européennes2. Paradoxalement, les maisons fortes, du moins dans la région, étaient surtout connues par les textes et les vestiges architecturaux. Il est donc apparu nécessaire de prolonger l’enquête pour connaître le cadre de vie, la culture matérielle et la vie quotidienne des occupants de ces demeures fortifiées. Le choix s’est vite orienté vers un site précis, celui du « Petit château des Armoises » à Richardménil, à 15 km au sud de Nancy. Un ensemble de critères ont concouru à cette sélection qui ne doit rien au hasard.

3L’existence de l’édifice n’avait laissé aucun souvenir dans la mémoire collective et son emplacement fut retrouvé grâce à un croquis du XVIIe siècle et à la photographie aérienne. Au sol, ne subsistait qu’une modeste dépression entourant une plate-forme quadrangulaire oubliée de tous dans un pâturage et que la construction d’un canal de dérivation au XIXe siècle avait failli faire disparaître à tout jamais. Des sources écrites assez riches permettaient de connaître les maîtres des lieux, quelques épisodes militaires, certaines transformations architecturales et l’étendue du modeste domaine qui constituait la seigneurie. Elles amenaient à conclure qu’un lignage s’y installa au milieu du XIVe siècle et que l’édifice, racheté par un voisin, le sire de Ludres fut détruit par ordre de ce dernier en 1611 pour réparer sa propre maison distante d’une centaine de mètres. Cet événement brutal laissait espérer que les démolisseurs aient négligé les objets domestiques et les aient abandonnés sur place.

4Les travaux sur le terrain se déroulèrent durant les vacances scolaires avec le concours d’étudiants et de lycéens de Nancy et de Saint-Nicolas-de-Port, entre 1984 et 1989, dans des conditions spartiates mais heureusement facilitées par mesdames et messieurs Jean, Jacques et Pierre Choné qui mirent à notre disposition des locaux et qui manifestèrent un intérêt constant pour nos découvertes.

5L’étude scientifique du mobilier et des structures fut une entreprise beaucoup plus longue car elle nécessita la formation d’une équipe spécialisée3 et l’acquisition de nouveaux savoirs faire technologiques dans le cadre du Laboratoire d’archéologie médiévale de l’université Nancy 2.

6Ma reconnaissance va naturellement à Charles Kraemer, ingénieur de recherche dont la contribution à ce travail de longue haleine fut décisive. L’enquête doit aussi beaucoup au dévouement et aux qualités de bien d’autres collaborateurs comme André Janot, Hélène Duval et Cédric Moulis sans oublier les signataires des différentes contributions.

7La publication se signale par une nouvelle présentation des collections étudiées qui associe étroitement le dessin des objets et leur description avant de proposer des synthèses typochronologiques.

8Le croisement de cette documentation riche et variée malgré la faible superficie de fouille permet de proposer un tableau assez précis de l’équipement d’une maison noble où on trouve non seulement des objets de luxe mais aussi un outillage complet. Ce mobilier date pour l’essentiel de la période postérieure aux grands travaux de 1548 et antérieure à la destruction de 1611. Ce résultat inattendu est une des surprises de la fouille où les niveaux médiévaux ont laissé peu de traces. Comme il n’existe pas d’autres sites du même type fouillé en Lorraine où dans les régions voisines, les comparaisons ne peuvent être faites qu’avec des sites castraux au premier rang desquels le château d’Epinal, occupé du XIIIe siècle à 1670 mais qui se caractérise par un mobilier fruste, témoin d’une occupation réduite à un portier et à quelques soldats. Il faudra attendre l’achèvement des travaux en cours sur les châteaux de l’Avant-Garde à Pompey et de Dieulouard pour disposer d’éléments caractéristiques des résidences princières.

9On peut s’étonner du déficit d’informations archéologiques sur les modes de vie en milieu aristocratique au Moyen Âge et au début de l’Epoque moderne pour l’Est de la France. En effet, depuis une quinzaine d’années, l’archéologie préventive dont on connaît le spectaculaire développement en milieu rural et en milieu urbain dans les secteurs où se multiplient les travaux d’aménagement, n’intervient que très ponctuellement sur les sites castraux, généralement à l’occasion des travaux de restauration commandés par les architectes des Monuments historiques. De ce fait, les fenêtres d’observation ne portent que sur des surfaces très réduites comme en témoigne la recension annuelle publiée par la revue Archéologie Médiévale. Peu de sites sinon celui de Lichtenberg4 échappent à cette règle. Par ailleurs, toutes les interventions menées par des associations depuis les années 70 se sont soldées par une absence de publications, la dispersion et souvent la disparition du mobilier. Au final, le bilan est bien maigre pour un sujet sur lequel on croyait tout connaître.

10Demain, plus que jamais, la recherche en archéologie historique aura besoin de s’appuyer sur la fouille de sites sélectionnés après des enquêtes préalables approfondies et dans la perspective d’apporter des réponses à des interrogations scientifiques mais aussi de former les compétences de demain dans le cadre universitaire. Ainsi on parviendra à une complémentarité de la recherche, seule capable de répondre aux attentes pressantes de la société envers les traces de son passé.

Notes de bas de page

1 Gérard Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Documents d’Archéologie française n° 33, Paris, 1992.

2 Michel Bur (sous la direction de), La maison forte au Moyen Age, Paris, 1986.

3 Equipe associée du CNRS. UA 1008 jusqu’en 1998 puis UMR 7002.

4 Jean-Michel Rudrauf, Jacky Koch, Le château de Lichtenberg, Saverne, 1997.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.