Version classiqueVersion mobile

De la photogénie du réel à la théorie d’un cinéma au-delà du réel : l’archipel Jean Epstein

 | 
Chiara Tognolotti
, 
Laura Vichi

Partie II. Le cinéma au-delà du réel : les années 1940 et la philosophie du cinéma

3. Les années 1940 : la pensée sur le cinéma

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le début des années 1940 est une période difficile pour Jean Epstein. Le dernier travail que le cinéaste réussit à mener à bout est le documentaire Artères de France1 ; après l’armistice du 22 juin frère et sœur doivent laisser à la sauvette la maison de Viroflay, en Île de France, leur lieu d’habitation dès 1926, pour se rendre à Vichy, en zone libre, où les deux travaillent pour la Croix-Rouge en assistant les prisonniers de guerre : Jean est chargé du service de bibliothèque, tandis que Marie est responsable du Secrétariat d’aide intellectuelle2. Dès 1943 Jean se déplace entre Vichy et Lyon, toujours pour le compte de la Croix-Rouge. En 1944 frère et sœur sont arrêtés par la gestapo et risquent d’être déportés même si la famille Epstein, d’origine juive, s’est convertie au catholicisme plusieurs décennies auparavant3 ; c’est encore une fois la Croix-Rouge qui les sauve, en leur faisant avoir un « certificat de non-appartenance à la race juive ». Leurs biens, restés à Viroflay, so...

© Edizioni Kaplan, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search