Version classiqueVersion mobile

De la photogénie du réel à la théorie d’un cinéma au-delà du réel : l’archipel Jean Epstein

 | 
Chiara Tognolotti
, 
Laura Vichi

Partie I. De l’attraction documentaire à la théorie d’un cinéma au-delà du réel

1. La photogénie du réel, un objet théorique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le domaine documentaire du cinéma est infini.
Je regrette qu’on en use aussi mal.
Louis Delluc

Les premières réflexions sur le documentaire apparaissent, jaillies du besoin de systématiser d’un point de vue spéculatif une production de films diverse et volumineuse, en même temps que les théories autour du cinéma en tant qu’art autonome.

Bien que l’historiographie ait reconnu la volonté de théoriser qui caractérise les années 1920, en ce qui concerne la non-fiction, elle n’a pas approfondi le sujet. En affirmant, en outre, justement, qu’à la fin de cette période, la pensée de l’avant-garde1 s’est superposée au « documentarisme »2 dans la réalisation de certains films, les historiens ont implicitement fait commencer les relations entre ces deux instances à partir de ce moment-là. Toutefois, si l’on considère toute la décennie représentée par les années 1920, on peut retrouver des préoccupations qui sont communes aux théoriciens du documentaire et à ceux de l’avant-garde, notamment celle ...

© Edizioni Kaplan, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search