Version classiqueVersion mobile

De la photogénie du réel à la théorie d’un cinéma au-delà du réel : l’archipel Jean Epstein

 | 
Chiara Tognolotti
, 
Laura Vichi

Introduction1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Drôles et tremblants fantômes »

Au printemps 1953, la santé de Jean Epstein s’est détériorée. Se déplacer lui est de plus en plus difficile ; ses journées s’écoulent entre de longues excursions en voiture jusqu’à la mer et l’écriture. C’est pendant ces mois qu’il rédige ses Mémoires, restés inachevés2 – il meurt le 2 avril de la même année – où les souvenirs d’enfance se tressent aux réflexions sur une vie de cinéma. Dans les premières pages de cet écrit Epstein revient aux journées lointaines de l’été 1905, sur la mer Adriatique, en Italie. Il rappelle l’événement qui avait marqué le plus son séjour : l’apparition imprévue de deux figures bizarres, accompagnées par une lourde caisse noire. Le même soir,

l’obscurité se fit soudain, traversée seulement par un faisceau grouillant d’ombres et de lumières, qui jeta, sur un mur, des spectres tremblants. Ces fantômes – pas si effrayants somme toute, plutôt drôles même – sautillaient au rythme d’un cliquetis rude et piquaient aux yeux, de ...

© Edizioni Kaplan, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search