Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esthétique

 | 
Luigi Pareyson

Esthétique. Théorie de la formativité

III. Complétude de l’œuvre d’art1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

PERFECTION DYNAMIQUE DE L’ŒUVRE D’ART

1. Indépendance et perfection de l’œuvre d’art : complétude et exemplarité. L’œuvre d’art, c’est évident, ne dépend pas de quelque chose qui lui serait extérieur : elle ne dépend plus de son auteur, puisqu’elle s’en est détachée pour vivre à son compte ; elle ne dépend pas non plus d’une fin à venir, puisqu’elle a désormais réalisé tout ce qu’elle devait réaliser. Il est tout aussi évident que le fondement de cette indépendance consiste dans la perfection de l’œuvre d’art, considérée sous son double aspect cohérent et entier : l’œuvre d’art est conforme à sa propre règle, c’est-à-dire qu’elle est comme elle doit être, et doit être comme elle est, complètement adéquate à soi-même, au point qu’y circule une loi d’unité, d’harmonie et de proportion, qui la rassemble autour de son propre centre ; et elle a tout ce qu’elle doit avoir, rien de plus et rien de moins, au point que toute adjonction ou soustraction ne se limiterait pas à la modifier, mais ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540