Version classiqueVersion mobile

Fragments d’une histoire globale de l’art

 | 
Léa Saint-Raymond

4. La gravure à l’épreuve du Japon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si la Chine obséda les Occidentaux au xviiie siècle, puis l’Orient au début du xixe siècle, le Japon exerça son pouvoir de fascination entre les années 1860 et le tournant du xxe siècle. La vague « japoniste » fut consécutive à l’ouverture forcée des ports japonais, à la suite de la signature, entre juillet et octobre 1858, des traités dits « de paix, d’amitié et de commerce », entre le Japon, d’un côté, et la France, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, la Russie et les États-Unis de l’autre. Jusqu’alors, les Hollandais étaient les seuls Européens autorisés à pénétrer au Japon, cantonnés sur la petite île de Dejima1. Si les objets japonais n’étaient donc pas étrangers aux Occidentaux, on assista néanmoins à un changement d’échelle dans les échanges commerciaux. Pour ne citer qu’un chiffre, on comptait 210 lots japonais vendus aux enchères à Paris en 1858, contre plus de 1 500, chaque année, après 18622. L’augmentation des circulations d’hommes et d’objets suscita d’importants transfer...

© Éditions Rue d’Ulm, 2021

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search