Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Critique d’art au Mercure de France (1890-1914)

Seconde partie. « La lutte pour les peintres » ?

Impressionnistes et néo-impressionnistes

Julien Leclercq, Camille Mauclair, André Fontainas et Gustave Kahn

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La première exposition de la Société des artistes indépendants, en 1884, était un véritable manifeste des néo-impressionnistes, à commencer par Signac et Seurat. En 1890, ils sont toujours présents dans les salles du Salon des indépendants. Julien Leclercq exprime une opinion commune à tous les critiques du Mercure de France : le rejet de ce néo-impressionnisme reposant sur des principes scientifiques, c’est-à-dire sur ce qu’il considère comme le contraire même de l’art.

Passons sans y séjourner dans les trois premières salles, tapissées d’incolores croûtes, et pénétrons dans la dernière, dite : Salle des impressionnistes. Tout à la gloire du pointillisme ! Comme partout, en ce lieu, la Médiocrité prospère, en dépit, mais sans doute à cause, du génie vulgarisateur de M. Ch. Henry, qui, ayant établi son fameux cercle chromatique, a mis désormais un procédé trop pénible à la portée des pires élèves des Beaux-Arts et de tout ignorant de la valeur des tons. Il y a là des Pissarro de Luci...

© Éditions Rue d’Ulm, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540