Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Critique d’art au Mercure de France (1890-1914)

Seconde partie. « La lutte pour les peintres » ?

Introduction

Marie Gispert

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Inscrit dans son temps, Le Mercure de France est confronté successivement à plusieurs mouvements artistiques. L’enjeu est ici de comprendre dans quelle mesure les constatations générales et les principes formulés par les critiques sont alors mis en œuvre.

Chronologiquement, les critiques du Mercure de France rencontrent d’abord les impressionnistes et surtout leurs suiveurs, aussi bien néo-impressionnistes qu’imitateurs postérieurs.

Les impressionnistes sont appréciés et reconnus, ce qui n’a rien de surprenant, a fortiori pour la fin de la période considérée. Ainsi Gustave Kahn peut-il écrire en 1912 : « L’impressionnisme a triomphé. On rit des pompiers qui tombent encore en convulsions au nom de Manet ou de Cézanne. […] Non seulement les artistes le savent, mais le public ne l’ignore pas. » (infra, p. 128)

Le choix de ceux qui sont consacrés maîtres du mouvement n’est pas plus original : le premier de tous est Monet, qui ne meurt qu’en 1926 et expose dans les années 1910 plusieurs de ...

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540