Versión clásicaVersión móvil

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Conclusion

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

Les textes philosophiques de Solger se fondent sur un raisonnement aussi rigoureux que possible, tout en restant ouverts sur la réalité – c’est-à-dire, dans le cas de la philosophie de l’art, sur les œuvres d’art. Ce n’est pas un hasard si c’est pour ses qualités de critique que Heine loue Solger1. Son commentaire aux Affinités électives de Goethe rédigé en 1809 allie ses qualités de philologue classique et de philosophe et montre avec éclat son intelligence des œuvres2.

Si je dois donner l’opinion que j’ai pour l’instant sur les Affinités électives, il va falloir que je commence déjà, comme le font les critiques, par un peu de théorie générale, même si c’est loin d’être ce que je préfère. En tout cas, ne considérez ce texte que comme quelque chose de provisoire. Nous avons là une nouvelle fois affaire à un immensum infinitumque3 et tout ce dont je peux parler, c’est d’une première impression.

Krause4 m’a d’ailleurs donné une présentation des points principaux, si bien que je me conte...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search