Version classiqueVersion mobile

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les textes philosophiques de Solger se fondent sur un raisonnement aussi rigoureux que possible, tout en restant ouverts sur la réalité – c’est-à-dire, dans le cas de la philosophie de l’art, sur les œuvres d’art. Ce n’est pas un hasard si c’est pour ses qualités de critique que Heine loue Solger1. Son commentaire aux Affinités électives de Goethe rédigé en 1809 allie ses qualités de philologue classique et de philosophe et montre avec éclat son intelligence des œuvres2.

Si je dois donner l’opinion que j’ai pour l’instant sur les Affinités électives, il va falloir que je commence déjà, comme le font les critiques, par un peu de théorie générale, même si c’est loin d’être ce que je préfère. En tout cas, ne considérez ce texte que comme quelque chose de provisoire. Nous avons là une nouvelle fois affaire à un immensum infinitumque3 et tout ce dont je peux parler, c’est d’une première impression.

Krause4 m’a d’ailleurs donné une présentation des points principaux, si bien que je me conte...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search