Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Cinquième partie. L’ ironie et le passage vers la métaphysique

La « découverte » de l’ironie dans les dernières pages d’Erwin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On sait la difficulté, le paradoxe même, à vouloir définir l’ironie1 de manière systématique. Bien qu’abordant le problème en étant plus armé théoriquement que Friedrich Schlegel, Solger reste allusif dans Erwin, dont l’extrait suivant a pour fonction d’éclairer rétrospectivement l’ensemble de l’ouvrage2.
C’est Erwin qui a la parole.

Depuis le début, mes efforts tendaient à reconnaître la totalité du Beau dans la réalité et la présence, sans renvoyer à un idéal lointain et inconnu : nous voilà parvenus à ce point. Car, à présent, le Beau est une existence essentielle, et pourtant présente, et si, avant, je n’étais pas capable de distinguer cette existence de la figure purement phénoménale des choses avec suffisamment de clarté, c’est seulement parce qu’il me manquait le discernement et la conscience de ce que je pouvais toujours goûter en voyant le Beau. Je fuyais toujours l’idéal vide et impossible que l’on voulait m’imposer comme signification du Beau. C’est seulement maintenant3 qu...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540