Versión clásicaVersión móvil

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Quatrième partie. Une esthétique du symbole

Art symbolique et art allégorique

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

Cet extrait du troisième entretien d’Erwin constitue, dans la chronologie de l’œuvre du philosophe, la première illustration de la typologie présentée dans l’extrait précédent. Après avoir distingué le symbole du simple signe, Solger définit plus précisément le symbole comme l’essence de tout art ce qui est le plus à même de réunir la dimension idéelle et la dimension phénoménale du Beau. En ce sens, tout art véritable est symbolique : mais certaines œuvres sont plus symboliques ou plus allégoriques.
C’est Erwin qui a la parole.

Oui, dit le jeune homme. Tandis que tu disputais avec Anselme, j’ai continué à réfléchir à ce propos1, et cela m’a permis de bien comprendre en quel sens tu voulais dire que le Beau ou l’œuvre d’art ne sont pas le décalque de l’Idée, mais l’Idée réelle elle-même. Cependant, je pense qu’il s’agit toujours seulement du côté de l’Idée qui est orienté vers l’extérieur ou, autrement dit, celui qui est situé dans la réalité ; ai-je raison sur ce point ? Cher Erwin...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search