Desktop versionMobile version

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Quatrième partie. Une esthétique du symbole

Art symbolique et art allégorique

The HTML, PDF, ePub formats of this book are available to the users of libraries and institutions subscribing to the OpenEdition Freemium program for Books. The book can also be purchased on the sites of partner bookstores, in PDF and ePub formats, if the publisher has opted for commercial distribution. If a print edition of the book is available, links to bookstores will be displayed on this page.

Excerpt

Cet extrait du troisième entretien d’Erwin constitue, dans la chronologie de l’œuvre du philosophe, la première illustration de la typologie présentée dans l’extrait précédent. Après avoir distingué le symbole du simple signe, Solger définit plus précisément le symbole comme l’essence de tout art ce qui est le plus à même de réunir la dimension idéelle et la dimension phénoménale du Beau. En ce sens, tout art véritable est symbolique : mais certaines œuvres sont plus symboliques ou plus allégoriques.
C’est Erwin qui a la parole.

Oui, dit le jeune homme. Tandis que tu disputais avec Anselme, j’ai continué à réfléchir à ce propos1, et cela m’a permis de bien comprendre en quel sens tu voulais dire que le Beau ou l’œuvre d’art ne sont pas le décalque de l’Idée, mais l’Idée réelle elle-même. Cependant, je pense qu’il s’agit toujours seulement du côté de l’Idée qui est orienté vers l’extérieur ou, autrement dit, celui qui est situé dans la réalité ; ai-je raison sur ce point ? Cher Erwin...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search