Desktop versionMobile Version

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Quatrième partie. Une esthétique du symbole

Art symbolique et art allégorique

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändlern im PDF- und ePub-Format online erworben werden, wenn der Verlag diesen kommerziellen Vertrieb gewählt hat. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Cet extrait du troisième entretien d’Erwin constitue, dans la chronologie de l’œuvre du philosophe, la première illustration de la typologie présentée dans l’extrait précédent. Après avoir distingué le symbole du simple signe, Solger définit plus précisément le symbole comme l’essence de tout art ce qui est le plus à même de réunir la dimension idéelle et la dimension phénoménale du Beau. En ce sens, tout art véritable est symbolique : mais certaines œuvres sont plus symboliques ou plus allégoriques.
C’est Erwin qui a la parole.

Oui, dit le jeune homme. Tandis que tu disputais avec Anselme, j’ai continué à réfléchir à ce propos1, et cela m’a permis de bien comprendre en quel sens tu voulais dire que le Beau ou l’œuvre d’art ne sont pas le décalque de l’Idée, mais l’Idée réelle elle-même. Cependant, je pense qu’il s’agit toujours seulement du côté de l’Idée qui est orienté vers l’extérieur ou, autrement dit, celui qui est situé dans la réalité ; ai-je raison sur ce point ? Cher Erwin...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search