Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Troisième partie. La place de la mystique

L’art comme propédeutique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans sa correspondance avec Ludwig Tieck, Solger est souvent amené à élucider des points de doctrine spéculatifs, ardus pour le poète. Dans sa lettre du 15 juillet 1814, il revient ainsi sur les passages présentés dans les extraits précédents : critique de Kant et de la théorie défendue par Anselme ; précisions sur la vision d’Adelbert. La conversation épistolaire qui s’engage alors sur la question de la mystique deviendra une clef de l’ensemble de leur correspondance, et sous-tendra la philosophie ultérieure, en particulier métaphysique, de Solger.

Très cher ami !

Il y a peu de choses qui m’aient jamais procuré une joie aussi profonde que vos deux lettres sur mon premier entretien. Ne m’en veuillez pas si je n’y réponds que maintenant : c’est que je voulais le faire sensément, et il se trouve que, ces derniers temps, j’en ai été empêché. Le simple fait de vous faire part de ce que j’ai à vous dire est déjà en soi fécond et enrichissant. Qu’il est rare, de nos jours, de rencontrer que...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540