Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Troisième partie. La place de la mystique

Mise en scène de la révélation : la vision d’Adelbert

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après avoir défini ce que la mystique ne doit pas être, il faut encore définir positivement ce qu’elle doit être. Solger a recours au moment métaphorique de la révélation. Véritable pierre de touche de l’édifice philosophique solgérien, la révélation de la vérité est formulée pour la première fois comme telle dans Erwin avec le récit de la vision d’Adelbert. L’extrait suivant contient en germe les développements ultimes d’Erwin et de la philosophie plus tardive de Solger. Mais parce que la métaphore est presque à prendre littéralement, on peut aussi y voir un saut métaphysique qui demeure non justifiable de manière rationnelle.

C’est Adelbert qui a la parole.

Mais passons sur ce point, dis-je, que j’en vienne au fait. Tout récemment, j’étais assis dans cette vallée, au milieu des buissons qui voilent la source de ce ruisseau, profondément absorbé, avec toute mon âme, dans des contemplations et des doutes portant sur les objets dont nous parlions à l’instant, auxquels venaient s’en ajo...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540