Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Troisième partie. La place de la mystique

Une approche mystique pour contrer les théories du modèle idéal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans Erwin, Solger s’attache à démarquer sa théorie de celles de ses prédécesseurs et de ses contemporains. S’il argumente explicitement contre Baumgarten, Burke, Fichte et Kant, il est des philosophes qu’en revanche il critique sans les désigner nommément. Ainsi de la position représentée par Anselme, qui cristallise, comme l’écrira Solger à Tieck, plusieurs tendances de l’époque. Dès le premier entretien d’Erwin, Adelbert s’applique à réfuter la théorie soutenue par Anselme d’un modèle originel, divin, qu’il s’agirait de reproduire dans l’art.
C’est Adelbert qui a la parole ici.

Il est certain, en effet, que lorsque nous nous noyons totalement dans sa figure présente, le Beau nous attire en même temps vers des profondeurs de contemplation1 insondables ; et c’est la raison pour laquelle, depuis toujours, les enthousiastes ont rattaché l’éternel et l’intemporel de manière immédiate à un objet particulier et temporel. C’est également la raison pour laquelle la multitude imbécile prend ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540