Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Première partie. Les racines de la philosophie solgérienne du Beau et de l'art

L’agir artistique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après avoir construit l’Idée du Beau et montré la nécessité de l’art, encore faut-il à Solger confronter cet édifice spéculatif à la réalité dont il traite : l’art lui-même. Dans l’extrait suivant, tiré de la deuxième partie des Cours d’esthétique, il s’attache à définir une problématique esthétique qui articule d’une part la construction théorique et, de l’autre, les instances de l’art : l’artiste, la faculté requise pour la production et la réception de l’œuvre d’art (ici peu distinctes car toutes deux principalement subsumées sous une esthétique de la réception), enfin l’œuvre elle-même.

PREMIÈRE SECTION. CONSTRUCTION DE L’ART, DE L’ARTISTE ET DE L’ŒUVRE D’ART

La révélation de l’essentiel, partout où elle se produit, n’est pas possible sans disparition du phénoménal ; il en va également ainsi dans le domaine du Beau, que nous venons de poursuivre à travers les vicissitudes de sa destinée. On peut à présent se demander si les contradictions peuvent réellement être abrogées par un ag...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540