Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Introduction

Anne Baillot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Considéré le plus souvent comme un avatar du Schelling de l’idéalisme transcendantal1, comme un émule du premier romantique Friedrich Schlegel 2 ou comme un précurseur de Hegel3, le philosophe et philologue Karl W. F. Solger, né en 1780 et mort en 1819, a été victime de ces comparaisons.

Aux antipodes de celles-ci, citons son ami, le poète Ludwig Tieck : « Ces messieurs verront bien, tous autant qu’ils sont, où l’avenir placera Solger lorsque les sophisteries hégéliennes seront oubliées depuis longtemps. » Même si l’écriture prospective de l’histoire des idées ne se soumet pas toujours aux vœux des poètes, la remarque faite par Tieck à l’historien Friedrich von Raumer, dans une lettre du 6 octobre 18284, incite à redécouvrir la pensée de Solger.

PORTRAIT DE SOLGER EN JEUNE HOMME

À 19 ans, le jeune Karl Solger sort de son prestigieux lycée berlinois du Cloître gris muni des meilleures recommandations. Il est passionné de littérature antique et s’est déjà essayé à la traduction d’Ovide5....

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540