Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Art et la tragédie du Beau

 | 
Karl W. F. Solger

Préface

Jacques Colette

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 1000000000000212000002A7693A5F2B.jpg

Image réalisée par Judith Ciosi-Pillot à partir du buste de Karl W. F. Solger sculpté par Friedrich Tieck (Humboldt Universität Berlin)

Soviel Anfang war nie, a-t-on dit du xixe siècle allemand. Jamais sans doute n’y eut-il en littérature, dans les arts plastiques, en musique et en philosophie plus de nouveaux commencements qu’à partir de la fin du xviiie siècle. Alors s’ouvrait l’histoire qui, en Europe, devait se prolonger sous le signe du romantisme, appellation qui ne désigne pas une renaissance, mais une étonnante et longue série de nouvelles naissances. C’est après la première et subite éclosion de ce mouvement, l’Athenaeum, dans les quinze années qui suivirent la mort de Novalis en 1801, qu’avec tant d’autres esprits apparentés, Karl W. F. Solger (1780-1819) s’inscrivit dans cette lignée. Il est assurément une des figures de cette époque les moins connues du public de langue française. Philologue et philosophe, il est l’auteur de textes austères, tantôt érudits, tantôt résolum...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540